TRANSITION ET ARCHE


 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 CRÉATION D'UNE CRISE FINANCIÈRE PUIS ÉCONOMIQUE POUR ÉTABLIR UN NOUVEL ORDRE MONDIAL

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: CRÉATION D'UNE CRISE FINANCIÈRE PUIS ÉCONOMIQUE POUR ÉTABLIR UN NOUVEL ORDRE MONDIAL    Lun 30 Mar 2009 - 16:49

LA CONSPIRATION N' EST PAS UNE THÉORIE,
ELLE NOUS A ÉTÉ RÉVÉLÉE PAR LES GRANDS HOMMES DE L' HISTOIRE
DONT CERTAINS ONT MÊME PARTICIPÉ















Sur cette page vous retrouverez réunies toutes les sentences qui ont arraché le voile des complots innombrables de notre Histoire depuis ses débuts.



Rothschild
Permettez-moi d’émettre et de contrôler les ressources monétaires d’un pays et je me moque de celui qui écrit ses lois.

George H.W. Bush,1992
Si le Peuple avait la moindre idée de ce que nous avons fait, il nous traînerait dans la rue et nous lyncherait.

Woodrow Wilson, président des Etats-Unis 1913-1921
Je suis un homme des plus malheureux. J’ai inconsciemment ruiné mon pays. Une grande nation industrielle est contrôlée par son système de crédit.
Notre système de crédit est concentré dans le privé. La croissance de notre nation, en conséquence, ainsi que toutes nos activités, sont entre les mains de quelques hommes. Nous en sommes venus à être un des gouvernements les plus mal dirigés du monde civilisé, un des plus contrôlés et dominés non pas par la conviction et le vote de la majorité mais par l’opinion et la force d’un petit groupe d’hommes
dominants.

Louis McFadden, Député 1934
Nous possédons dans ce pays l’une des institutions les plus corrompues que le monde ait jamais connu. Je veux parler de la Banque Centrale américaine. Cette institution a appauvri les citoyens des Etats-Unis et a presque mené notre gouvernement à la faillite. Tout ceci est dû aux pratiques frauduleuses des vautours qui contrôlent cette situation. Un super état dirigé par les banquiers et les industrialistes internationaux qui s’associent avec plaisir pour asservir le monde.

Wright Patman, membre démocrate du Congrès 1928-1976 président du comité de la Banque et de la Monnaie 1963-1975
Je n’ai jamais vu personne ayant pu, avec logique et rationalité, justifier que le gouvernement fédéral emprunte pour utiliser son propre argent... Je pense que le temps viendra où les gens demanderont que cela soit changé. Je pense que le temps viendra dans ce pays où ils viendront nous accuser, vous, moi, et toute personne liée au Congrès, d’être resté assis sans rien faire et d’avoir permis à un système aussi stupide d’être perpétué.

Napoléon Bonaparte, Empereur français (1769-1821)
Lorsqu’un gouvernement est dépendant des banquiers pour l’argent, ce sont ces derniers, et non les dirigeants du gouvernement qui contrôlent la situation, puisque la main qui donne est au-dessus de la main qui reçoit. [...] L’argent n’a pas de patrie ; les financiers n’ont pas de patriotisme et n’ont pas de décence ; leur unique objectif est le gain.

James A. Garfield, président des Etats-Unis 1881 - assassiné
Celui qui contrôle le volume de la monnaie dans notre pays est maître absolu de toute l’industrie et tout le commerce... et quand vous réalisez que le système entier est très facilement contrôlé, d’une manière ou d’une autre, par une très petite élite de puissants, vous n’aurez pas besoin qu’on vous explique comment les périodes d’inflation et de déflation apparaissent.

Abraham Lincoln, président des Etats-Unis de 1860 à 1864 - assassiné
Le gouvernement devrait créer, émettre, et faire circuler toutes les devises et tous les crédits nécessaires pour satisfaire les dépenses du gouvernement et le pouvoir d’achat des consommateurs. En adoptant ces principes, les contribuables économiseraient d’immenses sommes d’argent en intérêts. Le privilège de créer et d’émettre de la monnaie n’est pas seulement la prérogative suprême du gouvernement, mais c’est aussi sa plus grande opportunité.

Woodrow Wilson, président des Etats-Unis 1913-1921
Certains des plus grands hommes des Etats-Unis, dans le domaine du commerce et de la production, ont peur de quelque chose. Ils savent qu’il existe quelque part une puissance si organisée, si subtile, si vigilante, si cohérente, si complète, si persuasive.. . Qu’ils font bien, lorsqu’ils en parlent, de parler doucement.

William Lyon Mackenzie King, ex-premier ministre du Canada
Jusqu’à ce que le contrôle de l’émission de devises et de crédit soit restauré au gouvernement et reconnue comme sa responsabilité la plus flagrante et la plus sacrée, tout discours sur la souveraineté du Parlement et la démocratie est vain et futile... Une fois qu’une nation abandonne le contrôle de ses crédits, il n’importe plus qui fait ses lois... L’usure, une fois aux commandes, coule n’importe quelle nation.

Lénine
Le moyen le plus sûr de renverser un ordre social existant consiste à corrompre la monnaie

Rothschild Brothers of London
Les quelques personnes qui comprennent le système (argent et crédits) seront soit tellement intéressées par les profits qu’il engendre, soit tellement dépendantes des faveurs qu’il conçoit, qu’il n’y aura aucune opposition au sein de cette classe. D’un autre côté, les personnes incapables d’appréhender l’immense avantage retiré du système par le capital porteront leur fardeau sans se plaindre et peut-être sans même remarquer que le système ne sert aucunement leurs intérêts

David Rockefeller, Commission Trilatérale 1991
Nous sommes reconnaissants au Washington Post, au New York Times, au magazine Time, et aux autres grandes publications dont les
directeurs ont assisté à nos réunions et respecté leurs promesses de discrétion depuis presque quarante ans. Il aurait été pour nous
impossible de développer notre projet pour le monde si nous avions été exposés aux lumières de la publicité durant ces années. Mais le monde est aujourd’hui plus sophistiqué et préparé à l’entrée dans un gouvernement mondial. La souveraineté supranationale d’une élite
intellectuelle et de banquiers mondiaux est assurément préférable à l’autodétermination nationale des siècles passés.

Henry Ford (1863-1947)
Il est appréciable que le peuple de cette nation ne comprenne rien au système bancaire et monétaire, car si tel était le cas, je pense que nous serions confrontés à une révolution avant demain matin.

Henry Ford (1863-1947)
La jeunesse qui pourra résoudre la question monétaire fera plus pour le monde que toutes les armées de l’histoire

Henry Makow, Ecrivain canadien
Les banquiers Illuminati gouvernent le monde grâce à la dette qui correspond à l’argent créé à partir du néant. Ils ont besoin de gouverner le monde pour s’assurer qu’aucun pays ne faiblisse ou ne tente de les renverser.
Aussi longtemps que les banques privées, au lieu des gouvernements,contrôleront la création de l’argent, la race humaine sera condamnée.
Ces banquiers et leurs alliés ont tout acheté et tout le monde.

Maurice Allais, Prix Nobel de Sciences Économiques 1988
Par essence, la création monétaire ex nihilo que pratiquent les banques est semblable, je n’hésite pas à le dire pour que les gens comprennent bien ce qui est en jeu ici, à la fabrication de monnaie par des faux-monnayeurs, si justement réprimée par la loi. Concrètement elle aboutit aux mêmes résultats. La seule différence est que ceux qui en profitent sont différents

Mécanique de l’argent moderne, Banque de Réserve Fédérale de Chicago
Le processus proprement dit de la création monétaire se passe principalement dans les banques… les banquiers ont découvert qu’ils pourraient faire des prêts simplement en donnant leur promesse de payer, ou des billets de banque, à des emprunteurs. De cette façon les banques ont commencé à créer l’argent. Les dépôts de transaction sont les contreparties modernes des billets de banque.
C’était une petite étape d’imprimer des billets en les créditant dans les livres comptables des dépôts des emprunteurs, que les emprunteurs
alternativement pourraient « dépenser » en faisant des chèques, « imprimant de ce fait » leur propre argent.

John Kenneth Galbraith, économiste
Le procédé par lequel les banques créent de l’argent est tellement simple que l’esprit en est dégoûté

Graham F. Towers, gouverneur de la Banque du Canada 1934-54
Chaque fois qu’une banque fait un prêt, un nouveau crédit bancaire est créé. De l’argent tout neuf.

John Adams, père fondateur de la Constitution américaine.
Toute la perplexité, la confusion, et la détresse en Amérique ne provient pas des défauts de la Constitution ou de la Confédération ni du désir d’honneur ou de vertu mais de notre ignorance profonde de la nature des devises, du crédit, et de la circulation.

Benjamin Franklin (1706-1790) Père de l’Indépendance des Etats-Unis
L’incapacité pour les colons d’obtenir le pouvoir d’émettre leur propre argent à l’écart des mains de Georges III et des banquiers internationaux fut la raison PRINCIPALE de la guerre d’indépendance.

Lord Acton, Lord Chief Justice of England, 1875
Le problème récurrent au cours des siècles derniers et qui devra être réglé tôt ou tard est celui du conflit qui oppose le Peuple aux banques.

Sir Josiah Stamp, Directeur de la Banque d’Angleterre 1928-1941
(Réputé 2e fortune d’Angleterre à cette époque)
Le système bancaire moderne fabrique de l’argent à partir de rien. Ce processus est peut-être le tour de dextérité le plus étonnant qui fut jamais inventé. La banque fut conçue dans l’iniquité et est née dans le pêché. Les banquiers possèdent la Terre. Prenez la leur, mais laissez-leur le pouvoir de créer l’argent et en un tour de mains ils créeront assez d’argent pour la racheter. Otez-leur ce pouvoir, et toutes les grandes fortunes comme la mienne disparaîtront et ce serait bénéfique car nous aurions alors un monde meilleur et plus heureux. Mais
si vous voulez continuer à être les esclaves des banques et à payer le prix de votre propre esclavage laissez donc les banquiers continuer à créer l’argent et à contrôler les crédits.

Léon Tolstoï (1828-1910)
L’argent est une nouvelle forme d’esclavage, il se distingue de l’ancienne simplement par le fait qu’il est impersonnel, il n’y a pas de relation humaine entre le maître et l’esclave.

M. Phillip A. Benson, Président de l’association American Bankers’ Association, 8 juin 1939
Il n’existe pas de moyen plus efficace pour prendre le contrôle d’une nation que de diriger son système de crédit (monétaire).

Andrew Gause, historien de la monnaie
Une chose à comprendre à propos de notre système de réserve fractionnaire est que tel lors d’un jeu de chaises musicales, aussi longtemps que la musique tourne, il n’y a pas de perdants.

Irving Fisher, économiste et auteur
Ainsi notre moyen national d’échange est maintenant à la merci des transactions de prêts des banques, qui prêtent, non pas de l’argent,
mais des promesses de fournir de l’argent qu’elles n’ont pas.

John Swinton, ancien chef du personnel du New YorkTimes,
dans un discours à ses collègues journalistes.
Le travail du journaliste consiste à détruire la vérité, à mentir sans réserve, à pervertir, à avilir, à ramper aux pieds de Mammon et à vendre son pays et sa race pour gagner son pain quotidien. Vous le savez comme je le sais, alors qui peut parler de presse indépendante ? Nous sommes les pantins et les vassaux des hommes riches qui se cachent derrière la scène ..... Ils tirent les ficelles ... ET NOUS DANSONS

Charles A. Lindbergh (1902-1974), aviateur
Le système financier est devenu la Banque centrale américaine (Federal Reserve Board). Cette banque centrale gère un système financier au moyen d’un groupe de purs profiteurs. Ce système est privé et son seul objectif consiste à réaliser les profits les plus énormes possibles en utilisant l’argent des autres. Cette loi (de la Réserve fédérale) démontre la plus grande preuve de confiance au monde.
Lorsque le président signe cet acte, il légalise le gouvernement invisible par le pouvoir monétaire. Les personnes ne s’en rendent peut-être pas compte pour le moment mais le jour du jugement n’est plus qu’à quelques années, le jour du jugement de cet Acte qui représente le
pire crime de tous les temps commis au nom de la loi par l’intermédiaire d’un projet de loi.

Marriner S. Eccles, gouverneur et président du CA de la Fed
S’il n’y avait pas de dette dans le système, il n’y aurait aucun argent.

Encyclopædia Britannica, 14ème Edition
Les banques créent du crédit. C’est une erreur de croire que le crédit des banques est créé dans toute mesure par le versement d’argent aux banques. Un prêt créé par la banque constitue un ajout significatif au volume d’argent de la communauté.

american’s Bulletin
Nous avons été communisés: la production doit être régulée de manière impitoyable par rapport à la consommation ou .... la fraude du crédit bancaire au détriment du public sera révélée.

Robert H. Hemphill, gestionnaire de crédits, Fed, Atlanta, Géorgie
Si les banques créent assez d’argent synthétique, nous prospérons ; sinon, nous sombrons dans la misère. Nous sommes, définitivement, sans système monétaire permanent. Quand on a une vision complète de l’ensemble, l’absurdité tragique de notre position désespérée est presque incroyable, mais il en est ainsi.

1924 US Banker’s Association Magazine
Le capital doit assurer sa propre protection par tous les moyens possibles, grâce à la coalition et à la législation. Les dettes doivent être collectées et les hypothèques interdites le plus rapidement possible. Lorsque les personnes ordinaires perdent leurs maisons à travers le processus de la loi, elles deviennent plus dociles et peuvent plus facilement être dirigées grâce au bras fort du gouvernement représenté par les principaux acteurs financiers et par une puissance centrale due aux richesses. Ces vérités sont bien connues de nos principaux intervenants qui s’appliquent désormais à créer un impérialisme permettant de gouverner le monde. En divisant les votants grâce au système de parti politique, nous les manipulons afin qu’ils dépensent toute leur énergie pour des problèmes n’ayant aucune importance. C’est donc grâce à une action discrète que nous garantirons la pérennité de ce que nous avons si bien planifié et accompli.

Kenneth Boulding, économiste
Toute personne croyant qu’une croissance exponentielle peut continuer à jamais (infini) dans un monde fini est soit un fou, soit un économiste.

Albert A. Bartlett, physicien
La plus grande déficience de la race humaine est notre incapacité à comprendre la fonction exponentielle.

Marshall McLuhan, (1911-1980) sociologue
Seuls les petits secrets doivent être protégés. Les grands sont gardés secrets par l’incrédulité du public.

Reginald McKenna, ex-président du conseil de la Banque d’Angleterre du Milieu
J’ai bien peur que le citoyen ordinaire n’aimerait pas qu’on lui dise que les banques peuvent créer de la monnaie, et le font.... Et ceux qui contrôlent le crédit de la nation dirigent la politique du gouvernement et portent au creux de leurs mains la destinée du peuple.

Adolf Hitler
La plus grande partie de la population croira plus facilement à un gros mensonge qu’à un petit.
Quelle chance pour les dirigeants que les hommes ne pensent pas.

Mahatma Gandhi
Vous participez à un système machiavélique de manière plus efficace en obéissant à ses ordres et décrets. Un tel système ne mérite pas l’allégeance. L’obéissance à ce système équivaut à s’associer à l’enfer. Une personne intelligente résistera de toute son âme à ce système diabolique.




Art. 35 Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1793
Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré et le plus indispensable des devoirs.







J'ai récupéré cet édifiant florilège sur le site de NENKI :
http://www.conspiration.cc/










« Quelques-uns croient même que nous (la famille Rockefeller) faisons partie d’une cabale secrète travaillant contre les meilleurs intérêts des É-U, caractérisant ma famille et moi en tant qu’internationalistes et conspirant avec d’autres autour de la Terre pour construire une politique globale plus intégrée ainsi qu’une structure économique – un seul monde si vous voulez. Si cela est l'accusation, je suis coupable et fier de l’être. » - David Rockefeller, MÉMOIRES, (page 405)




Dernière édition par invitée le Jeu 17 Mar 2011 - 12:44, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: CRÉATION D'UNE CRISE FINANCIÈRE PUIS ÉCONOMIQUE POUR ÉTABLIR UN NOUVEL ORDRE MONDIAL .   Lun 30 Mar 2009 - 17:00

CRÉATION D'UNE CRISE FINANCIÈRE PUIS ÉCONOMIQUE
POUR ÉTABLIR UN NOUVEL ORDRE MONDIAL

Voilà ce que pourraient lire dans les livres d'histoire les futures générations,
si notre humanité survie à ce qui se prépare






1ère étape

Production mondiale stable avec croissance régulière. Rachat et fusion des grands groupes (1ère étape de la mondialisation) apparition de nouveaux géants économiques. Dans un même temps aux USA, autorisations en masse de crédits à taux progressifs, à une grande partie de population non viable. Population qui va fortement s'endetter, pour accéder à la propriété (1 ère étape de la mondialisation).


2ème étape

Augmentation de la production par les nouveaux géants économiques, pour inonder les marchés (en faisant croire à une forte demande des marchés asiatiques) afin de gonfler les stocks (2ème étape de la mondialisation) et pour faire croire dans un deuxième temps à des surcapacités de production mondiale. L'augmentation de la production entraînera une forte demande d'énergie et un choc pétrolier passager. Dopage des marchés et hausse des prix (pour engranger les fonds nécessaires avant la dépression programmée). Début des faillites des ménages aux USA, créant des avoirs pourris, début des subprimes.


3ème'étape

Les avoirs pourris font plonger les résultats des banques. L'augmentation des stocks commence à faire chuter les cours. Réaction des marchés financiers face aux subprimes US et aux stocks surabondants. Dépression et effondrement des marchés. Faillites des banques. Rachats et fusions des banques avec l'argent public, affaiblissant un peu plus les états (3ème étape de la mondialisation). Création de la crise financière. Effondrement des valeurs boursières des grands groupes, les rendant vulnérables aux OPA (Offre Public d'Achat, 3ème étape de la mondialisation).


4ème étape

Médiatisation à outrance de la crise financière, pour imprégner les consciences qu'il y a récession économique. Fermeture en masse des unités de production les moins rentables, sans résistance des populations, car "c'est la crise". Rachat à bas prix et mondialisation des capacités de production, dans tous les domaines. Obtention des monopoles (4ème étape de la mondialisation). La constitution de stocks en amont permettra d'alimenter les marchés, pour ne pas risquer de voir repartir les prix à la hausse, avant d'avoir finalisé la 4ème étape. Augmentation du chômage et de la précarité par les fermetures en masse des usines. Création d'un climat de peur chez les populations mondiales, pour permettre une forte diminution des salaires et une remise à plat des avantages sociaux. Réformes voire suppressions à terme des couvertures sociales, des retraites, des services publiques de la santé, de l'éducation, etc. Tout cela sans trop de résistances, car « c'est la crise »


5ème et dernière étape instituantLe nouvel ordre mondial

Dans un premier temps, il pourrait y avoir des risques de soulèvements entre les pouvoirs poussant au nouvel ordre mondial et les populations de la planète qui n'en veulent pas. Si nécessaire, la révélation au grand public de l'existence de vies extraterrestres agressives, pourrait permettre de finaliser la militarisation de l'espace. Ce qui empêchera toutes interventions pacifiques (d'éventuelles forces supérieures) ou encore, permettra de tuer dans l'oeuf tous pays ou mouvements réfractaires. De fortes augmentations des prix, affaibliront les plus démunis et augmenteront les écarts entre les classes sociales.

L'appauvrissement général diminuera la population mondiale par la récession, la famine et les maladies (tous continents confondus). L'utilisation de la technologie HAARP pourrait permettre d'amplifier les phénomènes naturels, afin de déclencher des catastrophes dites naturelles et accélérer la réduction des populations sur les continents. Le chaos général ainsi créé, permettant de faire passer les réformes. Des campagnes dites de vaccination pourront aussi permettre de réduire les populations sans faire de vagues. L’instauration d'un nouvel ordre mondial sera ainsi sournoisement instauré, sans contre pouvoirs dans les domaines de la finance, de l'énergie, des matières premières et de l'alimentation, mettant à genoux toute la planète. La mise en place de puces dans le corps de chaque individu permettra un fichage, pour ne garder que ceux utiles. Autrement dit la vie telle que vous la connaissez aujourd'hui n'existera plus, vous serez devenu les objets du nouvel ordre mondial.





QUE FAIRE POUR EMPÊCHER L'IRRÉPARABLE ?

Ne croyez pas que ce que vous venez de lire est un scénario catastrophe de science-fiction, ou les déblatérations d'un fou, ou encore qu'il est impossible que cela puisse arriver ; car c'est en train de se passer sous vos yeux (observez et analysez). Nous sommes déjà au début de la 4ème étape, programmée pour 2009 et 2010. Si vous pensez ne pas être concernés par ce que vous venez de lire, vous avez tort. Car très bientôt, votre vie et la vie en générale telle que nous la connaissons tout cela n'existera plus. Les pouvoirs en place savent bien de quoi ils parlent, lorsqu'ils nous disent qu'après la crise, plus rien ne sera comme avant!!! Votre plus grand torT est de penser que vous ne pouvez rien faire et de laisser vos pouvoirs aux autres, pour régler les problèmes du monde. Car non seulement ils ne régleront rien (depuis combien de décennies la faim dans le monde devrait avoir disparu ?) mais en plus ils utilisent votre pouvoir pour détruire la vie et la planète, afin de servir leurs propres intérêts, avec votre bénédiction. Il est plus que temps de réagir et de vous prendre en main, pour créer le bonheur dont vous rêvez. Ne permettons pas que ce qu'ils ont programmé arrive !

On vous fait croire depuis toujours que vous n'avez aucun pouvoir, alors que c'est entièrement faux!!! Nous sommes tous maîtres de notre existence, bien plus que vous n'avez jamais osé l'imaginer. Il vous suffit de penser autrement. Arrêtez d'écouter les médias, pour ne plus être manipulé. Croyez vous que toutes les grandes marques dépenseraient des milliards en publicité, si cela n'influençait pas notre subconscient à acheter leurs produits. En utilisant les mêmes méthodes et bien d'autres encore, les pouvoirs en place nous maintiennent dans l'ignorance, la peur et la dépendance (alimentaire, énergétique, financière, etc. ...) pour continuer à avoir la main mise sur une population inconsciente de ses pouvoirs, maintenue sous perfusion et dans l'esclavage moderne. N'ayez pas peur de demain, car en réalité il n'y a que l'instant présent qui existe et c'est ici et maintenant que nous créons notre futur, par la pensée. Et ouf !!! C’est comme cela que ça marche (très peu créé consciemment, comme le font les grands maîtres. Et pour ainsi dire, tout le reste de la population de notre planète créé inconsciemment). Alors, ayez des pensées positives et d'amour envers votre prochain.

Vous générerez ainsi les énergies les plus puissantes de l'univers, capables de changements incroyables que vous ne pouvez même pas imaginer. Pour le plus grand bonheur de toute l'humanité. Si cela vous fait bêtement sourire, essayez plutôt d'envoyer chaque matin, des pensées positives d'amour en serrant la main des personnes que vous rencontrez. Et observez jour après jour, les transformations s'opérer. Il vous faut reprendre conscience de votre pouvoir. Il est plus que temps de créer des économies parallèles et locales. Le recours à l'entraide et au troc doit se mettre en place pour passer les caps difficiles. Toutes les solutions pour réduire notre dépendance envers l'énergie, l'alimentation et le pouvoir de l'argent doivent être envisagées et misent en oeuvre. N'oubliez pas que le pouvoir actuel est prêt à exterminer une grande partie de la population pour maintenir sa suprématie et parvenir à ses fins. Ne vous laissez plus duper. Ne marchez pas dans leurs plans, continuez à consommer pour maintenir l'économie et ne vous laissez pas aller à la morosité, mais prenez du plaisir à vivre.

Traduisez ce document dans toutes les langues et diffusez le largement à travers toute la planète.

Cela changera la donne très rapidement.

Réagissez et prenez vous en main, nous n'avez plus le choix, c'est votre vie qui est en jeu.

Élevons la conscience de notre planète, pour notre plus grand bonheur.




Ce document est anonyme afin d'éviter toute menace ou risque de représailles.
Ne me jetez pas, transmettez moi plutôt à une de vos connaissances.




Dernière édition par invitée le Dim 27 Fév 2011 - 20:05, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: CRÉATION D'UNE CRISE FINANCIÈRE PUIS ÉCONOMIQUE POUR ÉTABLIR UN NOUVEL ORDRE MONDIAL    Ven 31 Juil 2009 - 4:51

L' ARGENT DETTE
Paul Grignon












Dernière édition par invitée le Dim 27 Fév 2011 - 22:52, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: CRÉATION D'UNE CRISE FINANCIÈRE PUIS ÉCONOMIQUE POUR ÉTABLIR UN NOUVEL ORDRE MONDIAL    Ven 4 Déc 2009 - 16:48

UN EXEMPLE, LA LETTONIE





L’UE nous prépare-t-elle le meilleur des mondes?
En Lettonie, on ferme des hôpitaux et des écoles

par Dieter Sprock





Du fait des attaques contre la Suisse – cette fois-ci menées sous prétexte de secret bancaire et de fiscalité – la discussion quant à une adhésion à l’Union européenne est relancée. Même au Parlement on entend des propos à ce sujet, avec comme argument que les attaques auraient été peut-être moins virulentes si la Suisse était membre de l’UE. Ces parlementeires oublient de dire que ces attaques avaient précisément pour but de rendre la Suisse mûre pour une adhésion, du fait que le «grand frère» de Bruxelles ne supporte plus le seul pays libre d’Europe, lequel de surcroît se porte mieux tant économiquement que socialement que ses vasseaux. Ils ignorent aussi le sort des petits pays qui se sont soumis à la centrale bruxelloise. La Lettonie en est un exemple marquant, ce pays qui passait jusqu’au début de l’année dernière pour un modèle du genre quant aux avantages d’une affiliation à l’UE.


Suite à l’adhésion de la Lettonie à l’UE, il y a cinq ans, les investisseurs étrangers y avaient vu un nouveau marché et déversèrent de l’argent dans ce pays, en premier lieu dans la construction et l’immobilier. Cette arrivée d’argent frais fit bondir la consommation, ce qui fit grimper les prix et les salaires. Ce furent surtout des banques scandinaves qui se lancèrent à la conquête de ces nouveaux pouvoirs d’achat en offrant des crédits à taux réduits. De nombreux Lettons s’empressèrent d’en profiter et achetèrent des appartements à crédit. Les paysans construisirent des fermes et des étables ultramodernes grace à des crédits avantageux de plusieurs millions d’euros. Cette façon légère des banques d’accorder des crédits favorisa les ventes spéculatives de la branche immobilière, apporta aux investisseurs du pays et étrangers de forts profits et fit grimper les prix des appartements.
Du fait de la crise, beaucoup de gens ne purent plus payer les intérêts des emprunts. Les prix dans l’immobilier tombèrent à plus de la moitié et la plus grande banque lettone, Parexbank, ne put être sauvée de la faillite que par la nationalisation. Ce qui fit grimper la dette publique du pays, à tel point que la faillite de l’Etat ne put être évitée que grâce à une injection du Fonds monétaire international (FMI). Aujourd’hui, la Lettonie est en ruine.


Le FMI et l’UE contrôlent l’administration du secteur public letton
Le crédit de 7,5 milliards d’euros, soit un tiers du produit brut intérieur, ne fut accordé qu’à la condition que le déficit budgetaire de la Lettonie ne dépasse pas 5%. Le gouvernement de Riga n’ayant pu atteindre ce but, le FMI bloqua en mars le paiement d’une tranche de crédit de 200 millions. Selon «Die Tageszeitung» du 14 août, «Etant donné le recul de l’économie de 18% au cours du premier trimestre 2009, et même de 19,6% au cours du deuxième, et de la diminution consécutive des recettes fiscales, le FMI et l’UE ont augmenté le plafond de déficit à 8%, mais ils ont mis le secteur public du pays sous la tutelle de leurs administrations». Le gouvernement ne peut plus prendre des décisions ayant un impact sur le budget de l’Etat sans avoir consulté le FMI et avoir reçu le feu vert de sa part. Afin de respecter les conditions imposées, on ferme des hôpitaux et des écoles, mettant au chômage des milliers d’enseignants et de collaborateurs du système de santé. Il est prévu de fermer 32 hôpitaux sur les 56 que compte le pays. Les 570 employés du plus grand hôpital de Riga, Rgas Pirma Slimnca, ont reçu leur lettre de licenciement, du fait de sa fermeture prévue pour la fin de l’année.
Du fait des coupes dans les budgets, certains salaires ayant été diminués de moitié, et de l’explosion du nombre de chômeurs, nombreux sont ceux qui ne peuvent plus se payer les médicaments nécessaires. A l’encontre des recommandations des médecins, nombreux sont les malades qui quittent l’hôpital, ne pouvant en payer les frais quotidiens de 18 euros leur incombant; il est même question de les augmenter à 50 euros. «Depuis juillet, toutes les opérations du cœur et des vaisseaux sont interrompues, dans la mesure où il n’y a pas de danger grave. Il en va de même des opérations des genoux et des hanches, à moins qu’on ait la possibilité de payer 10 000 euros.»
Chaque hôpital reçoit de l’Etat l’autori­sation pour un certain nombre d’opérations par mois. Lorsque ce quota est atteint, il n’y a plus d’opérations. Un fournisseur en gros de médicaments menaça certains hôpitaux de ne plus livrer de médicaments, du fait que le montant des dettes atteignait entre-temps 6 millions d’euros. Selon une étude du journal médical Latvijas, chaque mois 20 à 30 médecins quittent le pays. On les accueille à bras ouverts dans le reste de l’Europe. La rédactrice en chef du journal avertit que la compétence médicale est sérieusement mise à mal et l’avenir du système de santé gravement compromis.
Selon Gunta Ana de l’association faîtière des organisations de patients Sustento: «La Lettonie ne compte guère pour l’Europe. On nous abandonne et nous ne pouvons même plus prendre nos propres décisions. Nous avons écrit à l’UE pour lui signaler notre situation désespérée, mais n’avons reçu que des réponses vides de sens



La Suisse a tout avantage à garder son indépendance, en ne se mettant pas sous la coupe de la dictature de Bruxelles. Même s’il fallait se serrer la ceinture – ce qui arrivera –, il est préférable de mener soi-même son propre destin.•





source:
http://www.horizons-et-debats.ch/index.php?id=1771




Dernière édition par invitée le Jeu 17 Mar 2011 - 12:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Let's make money   Jeu 28 Jan 2010 - 17:41

LET'S MAKE MONEY






PARTIE 1/6



PARTIE 2/6



PARTIE 3/6



PARTIE 4/6



PARTIE 5/6



PARTIE 6/6








Dernière édition par invitée le Dim 27 Fév 2011 - 22:54, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: CRÉATION D'UNE CRISE FINANCIÈRE PUIS ÉCONOMIQUE POUR ÉTABLIR UN NOUVEL ORDRE MONDIAL    Dim 20 Juin 2010 - 13:20

LE CAUCHEMAR DE DARWIN











Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: CRÉATION D'UNE CRISE FINANCIÈRE PUIS ÉCONOMIQUE POUR ÉTABLIR UN NOUVEL ORDRE MONDIAL    Jeu 17 Mar 2011 - 12:53

LA DÉPOSSESSION DE NOTRE ÉNERGIE VITALE
Analyse occulte de l'argent

Auteur: W.O.R.C.






L’argent est le symbole de l’énergie dépensée par le travail. C’est de la sueur et du sang transformés en papier. L’humanité peine pour échanger la sueur de sa vitalité contre de l’argent. La sueur est le déchet éthérique de la dépense vitale. Une petite partie de l’argent revient aux hommes pour leur permettre de reprendre des forces afin de continuer la production. Une grande partie leur échappe et s’accumule dans les réserves bancaires des maîtres de l’argent.
Grâce au symbole de l’argent qu’ils ont érigé en dieu tout-puissant dans le monde, les maîtres de la finance ont pris le pouvoir sur l’humanité. Ils détournent l’énergie vitale et se l’approprient par le mécanisme économique et l’escroquerie bancaire.
L’homme n’est plus maître de sa force vitale puisqu’il doit travailler dans la crainte et sous la menace pour acheter l’argent qui lui permettra de survivre.
Beaucoup de considérations philosophiques ont été exprimées sur l’argent et l’exploitation, du point de vue libéral ou marxiste. Nous n’y accordons aucun intérêt. La vérité est que l’argent est une invention qui permet de déposséder l’être de son énergie en le vampirisant.
Riches et pauvres sont attachés à la roue de l’argent et ne connaissent pas de répit, soucieux de la richesse ou de la misère jusqu’à la mort.
L’argent est le fléau du monde; toutes les considérations politiques et idéologiques sont dérisoires tant qu’on ne s’attaque pas à la racine du mal de la civilisation matérialiste qui est la dépendance de l’être vis-à-vis de l’argent.
Nous n’allons pas élaborer une théorie supplémentaire sur l’économie juste et fraternelle. Ces mots sonnent creux puisque l’argent – papier ou virtuel – appartient aux vampires de la finance qui, après avoir mis un prix sur chaque chose, déclarent : « Tout est à nous. Il faut nous rembourser le prix de votre vie. »
Vous serez étonnés d’apprendre que l’argent peut acheter vos consciences, mais c’est le but de cette invention : tout contrôler par la tyrannie de la dette.
Nous pouvons fournir les preuves métaphysiques que les maîtres de l’argent ont acheté la Terre et que les âmes qui transitent dans cette zone doivent rembourser le prix des corps qu’elles occupent, autant que l’eau qu’ils boivent, et prochainement, l’air qu’ils respirent.
Alors que l’abondance règne dans l’Univers, ici, dans ce coin maléfique de la galaxie, il faut payer pour vivre.



L’existence est un prêt avec intérêt

Chaque âme ou, si l’on préfère, chaque individualité, appartient à un ensemble et vient au monde dans une famille nationale dont cette âme représente une parcelle.
Un être endosse à sa naissance le karma du pays où il naît. C’est une donnée dont on ne peut s’abstraire.
Chacun hérite de la dette spirituelle et matérielle de sa nation d’origine. Il la partage et la supporte, à sa mesure et selon les conditions dictées par le gouvernement du pays qui le soumet à ses lois. Notre destin individuel est donc assujetti au destin du peuple au sein duquel nous voyons le jour.
Nous pouvons feindre de l’ignorer et nous croire libres, mais la loi vient nous rappeler que notre liberté est sous caution.
Nous portons la dette nationale autant que notre dette karmique personnelle.
Comme les États sont piégés par l’endettement imposé par la Banque Anonyme Mondiale (BAM), nous devons partager le remboursement. Nous naissons alors avec un commandement à payer au-dessus de notre berceau. Nous venons au monde endettés énergétiquement, et pas seulement moralement comme une interprétation simpliste de la loi du karma le laisse croire.
Nous sommes, dès notre naissance, dépossédés en principe de notre énergie vitale qui est quantifiée sur un compte bancaire occulte. Notre vie doit donc être remboursée, et tout ce que nous croyons posséder n’est qu’un prêt avec intérêts.
Voilà pourquoi, l’homme est accablé dès le début de son parcours, et qu’une peur le ronge tout au long de sa vie.
Les huissiers de la banque occulte nous ont à l’œil !
Ce n’est pas une situation naturelle, mais la conséquence dramatique de l’endettement de notre pays de naissance, dont l’État est pieds et poings liés à la BAM à cause d’une dette nationale qui grossit sans fin par les intérêts.
Nous naissons endettés et on nous fera payer jusqu’à la dernière goutte de sueur. On nous fera crever de faim pour nous apprendre à vivre. On nous fera trimer. Nous fabriquerons des chaussures pour tout le monde, mais nous continuerons à marcher pieds nus.

Ce phénomène d’endettement existe depuis que l’argent circule dans le réseau de la spéculation financière.
Chaque chose sur laquelle on met un prix perd sa valeur réelle. Tout peut recevoir une étiquette, tout peut s’acheter et se vendre, corps et âmes.
Une chose perd sa valeur d’utilité ou de beauté intrinsèque pour recevoir une valeur artificielle. La Terre entière avec toutes ses créatures est la propriété de puissances occultes qui ne sont pas décidées à baisser le prix du loyer de l’existence.
Ces puissances ont investi l’argent dans ce but: s’accaparer le monde. Et elles l’ont fait. Alors, vous ne possédez rien et votre argent ne vous appartient pas. Votre petite maison et votre jardinet pour lesquels vous avez économisé, sont la propriété de la BAM qui vous les concèdent selon un viager. Progressivement, la propriété privée va disparaître et il ne restera que des occupants endettés, jouissant de leur bien sous un statut de bail à durée indéterminée. Et puis, dehors...
L’État, qui n’est plus libre à cause de la dette, va tout accaparer, non pour lui-même, mais pour les créanciers qui le pressent de rembourser ce dont il ne peut plus s’acquitter.
Les humains sont des âmes prolétaires (privées de pouvoir) vivant dans des pays dont les États ne s’appartiennent plus eux-mêmes.



Qui sont les créanciers de la dette ?

Considérez bien cette situation. Votre pays est endetté jusqu’au ciel. Les politiciens n’en parlent pas car cela défie l’imagination. Parfois, un contestataire politiquement incorrect évoque le montant faramineux de la dette pour stimuler une réaction, mais il se garde bien de donner le nom des créanciers, l’identité réelle des patrons de la Banque Anonyme.
Les gens disent: « L’argent appartient à la banque », mais ils oublient que la banque appartient à des personnes physiques.
La classe politique parle de la dette avec une sorte de crainte religieuse. On ne discute pas de la dette, car elle est comme une fatalité divine. Si vous êtes un peu perspicace, vous l’aurez compris: la dette que chaque pays doit à la Banque Anonyme est la preuve que les États ne s’appartiennent pas.
Les politiciens initiés le savent, et s’ils évitent d’en parler, c’est parce que leur carrière dépend de cette épée de Damoclès suspendue sur leurs raisonnements économiques oiseux.
Et si quelqu’un demandait: « Au fait, à qui doit-on cette dette ? », c’en serait fini de la carrière de cet importun.
On se tournerait vers lui et, d’un air compatissant, on lui lancerait: « Mais à la Banque, bien sûr ! »
Bien entendu, les dirigeants ne se soucient pas vraiment du remboursement, car ils savent que celui-ci ne sera jamais exigé puisque les huissiers de la BAM ont déjà fait main basse sur le monde entier.

L’argent que l’État a emprunté pour financer l’aménagement de votre pays et sa défense est une dette qui retombe sur vous. Ne croyez pas qu’un autre doit payer. Vous payez en ce moment.
Vous aurez peut-être de la peine à vous représenter cette situation: vous devez personnellement beaucoup d’argent à quelqu’un que vous ne connaissez pas. En fait, vous ne savez même pas que vous êtes endettés ainsi que tous vos concitoyens. Parfois, vous entendez parler de la dette, mais cela ne vous interpelle pas le moins du monde. Pourtant, à partir du moment où vous êtes incarnés dans un peuple, vous êtes solidaires de ses actes et de ses déboires. Vous vous croyez libres, mais les maîtres de l’argent ne voient pas les choses comme vous.
Ils vous ont dépossédés de votre énergie vitale en vous laissant juste de quoi survivre, tout en vous submergeant de besoins inutiles, afin que vous ne puissiez jamais rembourser.
Les patrons de la banque internationale, qui ne sont pas si anonymes que ça, retiennent votre vitalité.
De toute façon, lorsque vous essayez d’attirer l’argent à vous, il vous échappe, car son accumulation dépend d’une clé magique dont eux seuls connaissent l’usage.
Eux seuls ont la clé, ainsi que les riches et les puissants qui ont fait le pacte en désirant l’argent plus que la lumière.
Sur cette Terre, les êtres vivants sont des serviteurs du Système. Chacun court après le grand serpent argenté qui s’insinue partout et qui corrompt tout. Même les êtres dénués d’avidité sont angoissés pour trouver le minimum vital.
Que l’on soit riche ou pauvre, l’argent nous tient. Notre âme est retenue prisonnière dans un mode de vie fabriqué pour le profit des maîtres de la BAM. C’est pourquoi, aujourd’hui, vous êtes affaiblis et apathiques. Vous êtes endettés et les huissiers planétaires ne se sont pas emparés de vos biens matériels, mais de votre liberté. C’est le pouvoir absolu sur votre âme qu’ils convoitent.




source:
http://www.crom.be/documents/la-depossession-de-notre-energie-vitale


Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: CRÉATION D'UNE CRISE FINANCIÈRE PUIS ÉCONOMIQUE POUR ÉTABLIR UN NOUVEL ORDRE MONDIAL    Mar 15 Nov 2011 - 14:10

AU COMMENCENMENT ÉTAIT LA DETTE







Voici un article important que j'avais gardé dans un coin de ma tête depuis sa publication.
flèche http://www.sott.net/articles/show/234868-Debt-Came-Before-Money-An-Interview-with-Economic-Anthropologist-David-Graeber

Je vous propose un résumé en français, mais lisez tout, ça vaut le coup.




David Graeber, "anthropologue de l'économie", interviewé par Naked Capitalism, nous explique que le schéma historique - en premier était le troc, puis la monnaie, puis enfin le crédit - est un mythe. En réalité, c'est le crédit qui vient en premier, puis la monnaie en pièces, puis enfin, dans des cas où la monnaie s'effondre, il arrive parfois que des systèmes de troc se mettent en place pour peu de temps. Depuis 1776 et la publication de La Richesse des Nations d’Adam Smith, aucun anthropologue n’aurait trouvé de population pratiquant réellement le troc, qui serait en quelque sorte une création des économistes.


Les systèmes antiques de dettes seraient de deux sortes. En Égypte, une administration centrale collecte des taxes. Il n'existe pas d'intérêts. En Mésopotamie, les États sont "incomplets". Les temples et les palais ne sont pas exactement des gouvernements. Ils ne perçoivent de taxes que des populations conquises. L'argent est alloué aux "puissances" que forment les temples et les palais. Le crédit a intérêt existe pour les paysans. Ceux-ci, fréquemment surendettés, se voyaient enlever leurs femmes et leurs enfants comme esclaves, voire se vendaient eux-mêmes. Ces gens finissaient parfois par quitter les villes, rejoignant des bandes rebelles semi-nomades. Les dirigeants s'en prévenaient en effaçant les ardoises périodiquement. Ainsi les Jubilés bibliques.

Les modèles égyptien et sumérien se seraient fondus, les gens devaient emprunter pour payer leurs impôts et la dette s'est institutionnalisée.

Par la suite, les États ont choisi de payer leurs armées avec des pièces en métal, imposant aux commerçants de les accepter.

Depuis, l'argent est un hybride entre une monnaie métal (les pièces) et une monnaie de crédit, et, ajoute Graeber aux travaux qu'il cite, exprime selon le temps plutôt l'un ou l'autre.

Ceci s’exprime à travers des théories économiques sur la nature de l’argent, qui sont toutes vraies mais partielles. Une théorie ancienne fait de l’argent un équivalent universel pratique. La théorie circuitiste fait de tout argent une dette. La théorie chartaliste fait de l’argent une création de l’Etat qu’il récupère par l’impôt. Au Moyen-Âge, de France en Chine, on était chartalistes: l’argent était une convention sociale, ce que le roi était prêt à accepter comme impôts.

La dette a un sens plus large que l’argent physique. On peut avoir la première sans la seconde. Historiquement, la monnaie crédit est la plus importante.

Les systèmes de crédit antiques ont débouché sur les grands empires d'Europe, d'Inde et de Chine qui payaient les soldats en pièces d’or et d’argent. Au Moyen-Âge, on est revenu au crédit. Â partir de la conquête de l'Amérique, on revient au empires mondiaux, à l'or et à l'argent.

Les périodes de transition transforment la société. Elles sont contemporaines de la chute de l’Empire romain, de l’avènement du Kali Yuga en Inde (sic) et de l’effondrement de la dynastie Han en Chine. L’esclavage disparaît avec la monnaie de crédit. Le déclin des villes entraîne que les gens travaillent beaucoup moins.

David Graeber explique qu'en sanskrit, hébreu, araméen, "dette", "culpabilité", "péché" sont un seul et même mot. La dette est un concept avant tout moral, avant même d'être économique.

C'est le modèle mafieux: l'extorsion par la violence se transforme en dette morale, et la faute est rejetée sur la victime. Au début, la victime se défend en mots, mais comme elle le fait en utilisant le langage du dominant, elle en admet en même temps la validité. Cela donne a peu près: "Tu as raison, une dette est morale, mais moi je ne te dois rien".

Nietzsche, dans Généalogie de la Morale, disait déjà que la moralité était fondée sur l'extorsion de la dette. Le sens de l'obligation que ressent le débiteur était, pour lui, l'origine même de la civilisation. Mais pour lui comme pour Adam Smith [et tout libéral de base], le marché est antérieur à toute autre forme de relation sociale. Les relations sociales – c’est-à-dire la guerre - entre deux peuples ne commencent que lorsque l'un des deux oublie de payer.

Dans le modèle de Graeber, c'est le contraire: ce sont les relations morales et la violence qui sont au commencement, et elles se manifestent sous la forme de "dettes".

Mauss - avec ses travaux sur le don - fut un des premiers à récuser le rôle primitif du troc. Mauss a noté que dans toutes les sociétés, on prétendait toujours faire des dons, sans rien demander en échange, mais qu'il existait une contrainte implicite à le faire. Même un économiste chantre du marché libre se sent en dette si on l'invite à dîner. Mais c'est encore réduire tout à l'échange, et Mauss ne prétendait pas à cela. Les dons ne supposent de réciprocité qu'entre égaux. Dans un rapport hiérarchique, le don n'implique pas la dette. Au contraire, on attend de nouveaux dons dans le même sens unilatéral.

Par ailleurs, quand le coût est assez faible et le besoin assez fort, les actes sont gratuits. Même chez Exxon, on prête son tournevis sans rien demander en échange. Il y a toujours plusieurs principes en action simultanément. L'économie est trop réductrice en voulant tout expliquer par l'échange.

Depuis l'abandon du Gold Standard en 1971, on revient au crédit. La "crise" est pour Graeber la même que dans les années 70, reportée grâce à de nouvelles règles financières baroques. Aristote ne verrait pas de différence entre se vendre comme esclaves et aller travailler pour un salaire. Mais autrefois, le système de crédit avait des protections pour le débiteur, comme les "clean slates" de Mésopotamie, les Jubilés, les lois médiévales contre l'usure dans le Christianisme et l'Islam. Aujourd'hui, on n'a rien pour prévenir le surendettement, mais des superinstitutions comme le FMI, les agences de notation, pour protéger les seuls prêteurs, qui prétendent que la dette est irrévocable.




source:
flèche http://www.ecotheurgie.com/article-au-commencement-etait-la-dette-88756962.html


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: CRÉATION D'UNE CRISE FINANCIÈRE PUIS ÉCONOMIQUE POUR ÉTABLIR UN NOUVEL ORDRE MONDIAL    Aujourd'hui à 0:10

Revenir en haut Aller en bas
 
CRÉATION D'UNE CRISE FINANCIÈRE PUIS ÉCONOMIQUE POUR ÉTABLIR UN NOUVEL ORDRE MONDIAL
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TRANSITION ET ARCHE :: PLAN DE NOS PRÉDATEURS :: Instauration du Nouvel Ordre Mondial-
Sauter vers: