TRANSITION ET ARCHE


 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 SURVEILLANCE, CENSURE, NOUVELLES ARMES,...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: SURVEILLANCE, CENSURE, NOUVELLES ARMES,...   Jeu 25 Juin 2009 - 17:53

VOUS SEREZ SURVEILLÉS JUSQUE DANS VOTRE LIT










" Parallèlement le gouvernement met en place une surveillance policière intensive; la «défense contre le terrorisme» reste un prétexte très convaincant. Le Secrétaire d’Etat à l’Intérieur, August Hanning, (d’après la taz, «… l’homme fort qui se cache derrière Schäuble») a annoncé qu’il ne devrait plus y avoir de lieux non surveillés, même pour protéger la vie privée: «Certes nous pensons que c’est plutôt dans les pièces à vivre qu’on parle de projets criminels. Mais si quelque chose nous indique qu’un couple se retire dans sa chambre à coucher parce qu’il s’y sent plus en sécurité, alors nous pouvons le surveiller là aussi.»
Oui, ils le peuvent. Les micro-ondes permettent de traverser les murs sans problèmes et de scanner ou mettre sur écoute les intérieurs et ceux qui s’y trouvent. Des capteurs émettent des radiations micro-ondes, à ondes millimétriques et fréquences térahertziennes, qui, réfléchies par les objets ciblés, peuvent être mesurées et exploitées par les services secrets. En outre on met au point des dispositifs d’écoute qui balayent tous les réseaux de communication afin de capter et de débusquer les membres de groupes en comparant les langages. Les USA mettront en service un dispositif de ce type – le Socio-Cultural Content in Language (SCIL) dès l’été 2009. Les Allemands fabriquent un appareil à micro-ondes de la taille d’une valise qui permet de mettre hors service tous les équipements électroniques d’une maison, en particulier les appareils de télécommunications, depuis le mobile jusqu’à l’ordinateur en passant par la radio et la télé."




source:
cligno multicolore http://www.horizons-et-debats.ch/index.php?id=1642




Dernière édition par invitée le Dim 27 Fév 2011 - 23:25, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: SURVEILLANCE, CENSURE, NOUVELLES ARMES,...   Jeu 25 Juin 2009 - 18:06

DES ARMES «NON LÉTALES» QUI EN ONT TUÉ PLUS D'UN








En outre les services publics de recherche et l’industrie de l’armement travaillent sur des armes dites «non létales», adaptées à la répression de soulèvements «sans effusion de sang». On n’a aucune confirmation officielle, mais un nombre croissant d’indices laisse supposer que certaines unités de police disposent déjà de ce type d’armes (Non Lethal Weapons). La police fédérale et les commandos d’intervention spéciale à Berlin ainsi qu’en Saxe et Rhénanie-Nord-Westphalie testeraient depuis six mois des armes électromagnétiques scalaires:9 des armes émettant des radiations micro-ondes pouvant occasionner des lésions importantes. La Grande-Bretagne et la Suisse s’en sont déjà procuré. Les fabricants et distributeurs sont Rheinmetall DE-TEE (Düsseldorf) et Diehl BGT Defence (Nuremberg). Ces firmes, ainsi que Heckler & Koch, HDW, EADS, Krauss-Maffei et d’autres fabricants d’armes contribuent à hisser notre pays au rang méprisable de troisième marchand d’armes au monde.
L’une des nouvelles armes «non létales» utilise le courant électrique de faible ampérage mais à haut voltage (50 000 volts): il s’agit du Taser. Un pistolet qui envoie une aiguille suspendue à un fil très fin. Ce dernier transmet à la cible des décharges électriques provoquant de graves crampes musculaires. Non létales? L’organisation amnesty international fait état de nombreux décès au Canada et aux USA, où le Taser est déjà employé au quotidien par la police. Jusqu’ici aucun Etat n’a fait d’enquêtes approfondies sur les séquelles physiques et psychiques entraînées à long terme par le Taser. Mais que serait l’Allemagne, si elle n’essayait pas de perfectionner aussi cette arme? Diehl met au point, avec 180 000 euros de subvention étatique, des Taser où le courant est conduit par un mince jet liquide.



En Irak, les troupes US testent les armes allemandes

Pour inventer et fabriquer de nouvelles armes, l’Allemagne n’a pas besoin de copier les USA, bien au contraire: ce sont les USA qui ont importé de nouvelles armes mises au point en Allemagne et en ont testé quelques-unes en Irak, par exemple le canon à micro-ondes de la firme Diehl BGT Defence – une des nouveautés desquelles l’armée et la police allemande sont déjà équipées ou pourraient l’être incessamment.
L’ Active Denial System (ADS) utilise, tout comme les scanners d’écoute et de surveillance, dont nous avons déjà parlé, la technique des micro-ondes. Un faisceau d’ondes électromagnétiques est censé ne pénétrer que les 4 premiers dixièmes de millimètre de peau. Le faisceau émis par le «canon», et qui ressemble à une coupelle reste compact sur plusieurs centaines de mètres et peut échauffer douloureusement la peau des victimes, voire la brûler en cas extrême. Selon des sources Internet, les prototypes de l’ADS ont permis aux troupes américaines de rôtir des Irakiens comme sur un grill.
L’Advanced Tactical Laser (ADL) est téléguidé par ordinateur à partir d’un avion. L’impact du faisceau lumineux compact a, paraît-il, à peine la taille d’un dessous de verre et provoque en une fraction de seconde des brûlures de haut degré. Le Pulsed Energy Projectile (PEP) est une arme du même type. Des décharges d’infrarouges au laser de quelques millisecondes chacune créent une impulsion mécanique qui sublime instantanément la surface de la victime (ses vêtements ou sa peau). Une onde de choc due à la vapeur et à l’énergie résiduelle projette la victime au sol. La portée du PEP pourrait atteindre deux kilomètres. Ses effets sont comparables à ceux des armes cinétiques: surdité, cécité, etc.
Le canon à bruit a déjà été commandé par le Pentagone. Celui-ci, le Long Range Acoustic Device (LRAD) envoie des signaux acoustiques d’une fréquence de 2100 à 3100 hertz avec une puissance maximale de 150 décibels. Le bruit suraigu du LRAD provoque des douleurs épouvantables chez l’homme et les animaux présents à proximité. A partir d’un haut-parleur plat, il peut être dirigé en entonnoir vers des cibles étendues, par exemple des rassemblements humains. Cette arme prétendument non létale peut elle aussi provoquer de graves lésions (destruction de l’oreille interne et du sens de l’équilibre). Elle est régulièrement employée en Irak par les troupes usaméricaines.
Toutes les armes dont il a été question continuent à être perfectionnées – afin aussi d’abaisser le seuil de tolérance dans le public. En mai dernier on a discuté de l’état actuel des choses au «Symposium européen sur les armes non létales» qui s’est tenu à Ettlingen, dans le Bade-Wurtemberg. L’hôte de la manifestation était le Fraunhofer-Institut für Chemische Technologie (ICT), une institution publique. Il collabore avec la «Section technique de défense pour les techniques de protection et spéciales» (WTD 52) de la Bundeswehr [armée fédérale allemande]. Ce service considère la recherche et l’expérimentation de «moyens d’action non létaux» [NLW, nicht letale Wirkmittel] comme sa principale compétence.
Le symposium a réuni des experts de la lutte contre-insurrectionnelle venus de toute l’Union européenne: secrétaires d’Etat, militaires, policiers, scientifiques et représentants de l’industrie d’armement. Question débattue à la conférence: la police a-t-elle le droit de faire usage d’armes non létales contre des marches de protestation ou des manifestations – Crowd and Riot Control, CRC – ou l’armée pour des opérations militaires à l’étranger? On devait discuter aussi de leur emploi pour protéger des cargos contre des pirates et des «terroristes». Il faut bien être de son temps.


Criminalisation des citoyens – la fin de l’Etat de droit!

La réunion a aussi permis de remettre sur le tapis l’éventualité d’une intervention de l’armée à l’intérieur. Ulrich Kirsch, Président du Bundeswehrverband [Ligue de la Bundeswehr] a déjà fait connaître sa position: dans certaines circonstances, l’intervention de l’armée à l’intérieur de l’Allemagne n’est pas une simple éventualité, elle est indispensable. Il existerait des scénarios auxquels seuls les moyens militaires seraient adaptés. La Bundesakademie für Sicherheitspolitik [BAKS, Académie fédérale de politique sécuritaire], en rajoute: la séparation entre police et services secrets ne serait plus défendable, un Conseil national de Sécurité sur le modèle de ce qui existe aux USA [et désormais en France, ndt.] devrait désormais coordonner la police, les services secrets et les milices de défense territoriale [Heimatschutz] de la Bundeswehr.17 Un discours que les ministres Jung et Schäuble tiennent depuis longtemps.
Et la Ministre de la Recherche, Annette Schavan, pense aussi en termes de guerre civile. Elle a convenu en mars avec la ministre US de la Sécurité du territoire, Janet Napolitano, d’«une collaboration scientifique et technologique». Il paraît que les méthodes de «recherche de menaces contre la sécurité civile», la «protection d’infrastructures névralgiques et des ressources-clés» ainsi que «la réaction aux crises, le management des conséquences et la limitation des dégâts en cas d’évènements lourds de conséquences» présentent un intérêt scientifique. Des accords du même type ont été conclus avec la France et Israël.
(Traduit par Michèle Mialane et révisé par Fausto Giudice, www.tlaxcala.es)





source:
cligno étoile http://www.horizons-et-debats.ch/index.php?id=1642




Dernière édition par invitée le Dim 27 Fév 2011 - 23:26, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: SURVEILLANCE, CENSURE, NOUVELLES ARMES,...   Sam 27 Juin 2009 - 14:34

VOTRE PORTABLE VOUS ÉCOUTE












Alors que le débat s'enflamme sur les caméras en centre ville (véritable chiffon rouge agité aux yeux des défenseurs des libertés individuelles), le débat est assourdissant de silence sur les millions de microphones potentiels que sont les téléphones portables. « Téléphone ouvert ou fermé, les experts peuvent accrocher votre ligne sans le moindre problème. Donc, où que vous soyez, du moment que vous portez sur vous un téléphone cellulaire, on peut récupérer non seulement les communications transmises, mais encore tout ce qui se passe autour de vous. Le téléphone devient en quelque sorte un micro d'ambiance; même fermé », explique Philippe Madelin, sur Rue99. Ce journaliste, spécialiste des questions de sécurité et auteur de nombreux ouvrages, sait s'entourer de sources fiables, qu'il prend soin de protéger. Leurs affirmations font froid dans le dos(1).


Sur le même média, David Servenay, ancien de RFI, en remet une couche. Dans un post datant de décembre dernier, il détaille, grâce à une autre source aussi généreuse que discrète, ce qui est possible dans quatre configuration:

    - Téléphone ouvert et en communication, l'écoute est bien évidemment possible, avec ou sans l' aide des opérateurs, en interceptant l' onde.

    - Téléphone actif, ouvert en veille, l'écoute d'un portable en veille est possible. Le message ("ouvre ton micro, c'est un ordre, mais sans déclencher la sonnerie ou allumer l' écran") arrive à la carte SIM qui l'exécute. Celà rejoint le constat d'un autre professionnel du secteur cité par David Servenay: « Nous savons tous qu'il y a un soft sous Symbian (l'OS des smartphones de Nokia), qui permet effectivement de transformer le téléphone en micro d'ambiance. »(2) Il existe aussi une autre méthode d'espionnage, portable en veille, proposée par des sociètés privées, qui consiste à pirater le logiciel du téléphone lui-même(pratique interdite en France). Elles proposent des kits et sont juridiquement basées dans des Etats où elles ne peuvent pas être contrôlées, comme le Delaware aux Etats-Unis.(3)

    - Téléphone fermé et inactif, mais avec batterie en place: L'écoute d'un portable éteint, avec sa batterie, est possible, sous certaines conditions: « Un accord implicite de l'opérateur téléphonique, pour contôler les APDU (Application Protocol Data Unit, les paquets de données envoyées sur la carte SIM). Autrement dit, l'ordre qui va indiquer à la carte SIM de mettre le micro en marche ». Tous les espions de services de renseignement, et bien sûr les terroristes, savent qu'il faut enlever la batterie de leur portable pour éviter les écoutes.

    - Téléphone coupé, batterie retirée. Seule la localisation semble être possible. Si on enlève la batterie, l' horloge interne continue de fonctionner. Il y a donc bien d'autres sources d'énergie dans un téléphone. La technologie des puces RFID (Radio Frequency Identification) permet bien de tracer quelqu'un, comme avec le passe Navigo du métro parisien. Mais cela suppose de passer à côté d'un détecteur.





(1) cligno multicolore http://www.rue89.com/philippe-madelin/2008/12/06/meme-ferme-votre-telephone-portable-peut-etre-ecoute (article recopié ci-dessous)
(2) cligno multicolore http://www.rue89.com/2008/12/13/ecoutes-ce-qui-est-possible-avec-votre-telephone-portable> (article recopié ci-dessous)
(3) comme gsmespion.com ou flexispy.com






source: NEXUS n°62












Seul moyen pour que votre téléphone ne puisse pas servir de micro d'ambiance à la police : enlever la batterie. Et encore…
Par Philippe Madelin



Les Écoutes, c'est encore pire que ce que je croyais. La technique permet désormais tout. Et le reste. On m'interroge souvent, on me pose ce genre de question : « J'entends des cliquetis dans mon téléphone, je crois être écouté. Qu'en penses-tu ? »

Eh bien, je n'en pense rien. Parce que je peux vous l'affirmer : nul ne peut détecter quand il est écouté ou non. Un de mes amis spécialisés dans ce genre de pratique m'a expliqué en long et en large que comme l'interception porte sur les ondes radio électriques, totalement immatérielles, il n'existe aucun moyen technique connu pour détecter les écoutes. Judiciaires, administratives ou sauvages, même topo.

Quand les liaisons téléphoniques transitaient par des fils de cuivre, quand les enregistrements étaient effectués sur des magnétophones - j'en ai vu beaucoup en parcourant des locaux de police pour une raison ou une autre -, il était possible de détecter les détériorations de signal provoquées par les branchements. Aujourd'hui, avec le numérique, c'est fini.



Des millions de micros sauvages

Téléphone ouvert ou fermé, les experts peuvent accrocher votre ligne sans le moindre problème.

Donc, où que vous soyez, du moment que vous portez sur vous un téléphone cellulaire, on peut récupérer non seulement les communications transmises, mais encore tout ce qui se passe autour de vous. Le téléphone devient en quelque sorte un micro d'ambiance.

Même avec un téléphone fermé ? Même avec un téléphone fermé, précise mon interlocuteur. Mieux, l'agent chargé de l'écoute peut ouvrir à distance votre téléphone à votre insu. Vous croyez que votre portable est fermé alors qu'il est ouvert.

On entend tout ce que vous dites, tout ce qu'on vous dit, on perçoit - et donc on enregistre - toutes les conversations autour de vous. L'écoute fonctionne comme une téléconférence, c'est-à-dire qu'un troisième partenaire silencieux, dormant, vient s'insérer dans votre dialogue.

À Paris seront bientôt installées des milliers de caméras dans la rue, comme à Londres. Mais déjà des millions de microphones sauvages sont en opération: vos téléphones portables.

Si vous voulez éviter l'écoute sauvage, précise mon interlocuteur, il faut retirer la batterie de l'appareil. Et même dans ces conditions il y a probablement un moyen de vous suivre à la trace !

En vérité, le seul moyen d'échapper aux écoutes, ou au moins de les retarder, c'est le cryptage. Une technique horriblement coûteuse, donc hors de portée de l'utilisateur moyen. J'ai bien écrit « retarder », car à ce jour aucun cryptage ne résiste bien longtemps aux efforts pour le casser.

Des logiciels spéciaux permettent également de corriger le son, d'effacer les parasites, d'amplifier des voix trop faibles.

Il y a mieux encore: votre téléphone peut être utilisé comme « radio balise », grâce à l'appoint du système GPS, il permet de suivre tous vos déplacements, de vous localiser au mètre près.

D'assez nombreuses sociétés de transport - taxis et camions - utilisent d'ailleurs cette faculté pour suivre en direct le déplacement des véhicules. Des contrats spéciaux dits de « tracking volontaire » sont conclus dans ce sens avec les sociétés spécialisées dans les écoutes. Elles fournissent toute la gamme de prestations, y compris les services de traduction instantané. Dans toutes les langues possibles.

Elle est loin l'époque où le grand système des écoutes était installé dans les sous-sol de la caserne de La Tour Maubourg, sur le boulevard éponyme, à Paris. Dans ce temps-là, des dizaines de postes de travail étaient alignés, des officiers de Police judiciaire devaient prendre en note tous les propos recueillis dans les écouteurs.

Ce temps préhistorique - quelques années seulement - est révolu. Maintenant, tout le process technique est accompli à distance. À Paris, on peut écouter en temps réel tout ce qui est dit en Martinique.

À Langley, le siège de la CIA, on peut pirater tous les secrets d'Etat qui transitent par le téléphone. C'est pourquoi, d'ailleurs, à peine élu, Barack Obama s'est vu confisquer son Blackberry dont il était un utilisateur quasiment maniaque. Sécurité nationale oblige. Mon Omniprésident, qui est un « adicté » du portable, pourrait en prendre de la graine.



Une Commission nationale de contrôle des interceptions de sécurité

En principe, ces écoutes légales sont sévèrement encadrées et contrôlées par la Commission nationale de contrôle des interceptions de sécurité.

Les enquêtes de PJ, soit les demandes émises par les magistrats instructeurs, 20000 par an, doivent transiter par une super plateforme dépendant du ministère de la Justice, capable de traiter voix, images, mails et SMS à un rythme industriel.

Les sociétés prestataires ne peuvent travailler que sur réquisition judiciaire en bonne et due forme. Coût: moins de 8 € par connexion, un coût divisé par 5 en deux ou trois ans. Un service spécial du ministère de l'Intérieur est chargé de contrôler la légalité des écoutes.

Pour les écoutes dites « administratives », c'est-à-dire pratiquées hors poursuites judiciaires, par exemple pour surveiller des « terroristes » potentiels, l'autorisation doit être délivrée de façon formelle par le cabinet du Premier ministre. On en compte 6000 par an.

Mais la technique va plus vite que la loi. Aujourd'hui, n'importe quel bon bidouilleur informatique peut intercepter votre téléphone. Et entrer sans la moindre difficulté dans la mémoire et dans l'intelligence de votre ordinateur.

Pour les policiers traditionnels, les vieux, cette pratique des écoutes généralisées présente un défaut majeur. L'un d'eux -non, je ne citerai pas ma source- me confie :


« Avec cette pratique des écoutes, les jeunes policiers perdent l'habitude d'enquêter, ils ne se fient plus qu'à la technique, on ne va plus sur le terrain. »

Alors, les écoutes tueraient-elles Sherlock Holmes ? J'avais déjà repéré que les James Bond modernes de la CIA, de la DGSE ou du Mossad répugnaient à aller au contact pour recueillir du renseignement. Apparemment le mal s'étend à la police judiciaire.




source:
robot http://www.rue89.com/philippe-madelin/2008/12/06/meme-ferme-votre-telephone-portable-peut-etre-ecoute












Écoutes : ce qui est possible avec votre téléphone portable
Par David Servenay







Même éteint, un mobile peut servir de micro ambiant. Le point sur les questions techniques liées à la pratique des écoutes.


Ce n'est rien de le dire : la question de savoir comment on peut écouter des téléphones portables vous passionne. Surtout lorsqu'on apprend qu'un mobile peut être transformé en micro ambiant, même s'il est fermé et en veille. L'information a de quoi aviver bien des fantasmes orwelliens ! L'article de Philippe Madelin a déclenché une avalanche de réactions irritées. Irritées par le ton « blogueur » de son auteur, alors que celui-ci faisait preuve d'une grande prudence dans les informations rapportées par sa source anonyme. Nous avons donc décidé d'approfondir l'enquête.

Commençons par faire le point sur les questions techniques liées à la pratique des écoutes, puis nous reviendrons, dans un second article, sur l'usage de ces écoutes, véritable enjeu pour les libertés publiques.


Téléphone ouvert, en communication

L'écoute est bien sûr possible. Comment ça marche ? À l'ère du numérique, fini le bon vieux branchement avec des pinces crocodiles et un magnétophone. Pour faire simple : une communication de portable passe par des ondes, de différents types (GSM, satellite, Wifi…), qu'il s'agit d'intercepter.

La norme la plus répandue est celle du GSM (Global System for Mobile Communications), dite de « seconde génération ». En France, elle fait l'objet d'un chiffrement systématique. En clair, l'onde entre la station de base et votre récepteur est cryptée par un algorithme, l'Etat ayant le monopole de l'utilisation des systèmes de cryptage.

Deux méthodes sont possibles pour écouter un portable :

Lorsqu'une écoute officielle a lieu (quel que soit le cadre, légal par la police ou illégal par les services de renseignements), elle requiert l'aide des opérateurs, qui ont pour obligation de conserver toutes les données de communication pendant un an. L'Etat écoute directement les communications en étant « branché » directement par les opérateurs.
Seconde méthode : l'écoute mobile. « A l'aide d'un matériel léger, mais sophistiqué, explique Rismarth un riverain spécialiste des questions de sécurité, il est possible de se faire passer pour une station de base, à la place de la vraie station (mettons SFR). C'est compliqué -il faut une antenne, des logiciels spécifiques et un expert-, mais pas impossible. La méthode est utilisée par les services de police, lorsqu'ils veulent écouter un individu dont ils n'ont pas le numéro de portable. »
Téléphone actif, ouvert en veille

Là aussi, l'expert anonyme de Philippe Madelin a raison : l'écoute d'un portable en veille est possible. Exactement par le même chemin qu'emprunte les SMS ou les configurations Internet pour les mobiles. Le message (« ouvre ton micro, c'est un ordre, mais sans déclencher la sonnerie ou allumer l'écran ») arrive à la carte SIM qui l'exécute.

« Il faut que la carte SIM et le téléphone aient été prévus pour, commente Rismarth. C'est un acte délicat, techniquement parlant, surtout si les manufacturiers ne sont pas dans le coup. Cette information, si elle concernait tous les fabricants du monde, n'aurait pas pu rester confidentielle très longtemps. »

Cela rejoint le constat d'un autre professionnel du secteur :

« Nous savons tous qu'il y a un soft sous Symbian (l'OS des smartphones de Nokia), qui permet effectivement de transformer le téléphone en micro d'ambiance. Mais encore faut-il que ce soft soit installé sur le mobile, et il n'est possible de le faire que si la personne malveillante a pu avoir le téléphone en main quelques instants. Impossible actuellement de le faire en furtif “over the air”. »

Car il y a bien une seconde méthode pour transformer de nombreux téléphones en espion. Elle consiste à pirater le logiciel du téléphone lui-même. Explications de Rismarth :

« Chaque appel de l'utilisateur déclenche un appel vers un autre utilisateur, en simultané. Il faut pour cela piquer le téléphone, le modifier (cela prend trois à quatre minutes dans les cas les plus simples). Attention : un tel acte est pénalement répréhensible. »

D'ailleurs, les sociétés qui proposent ce genre de kits, comme celle-ci, sont juridiquement basées dans des Etats où elles ne peuvent être contrôlées, comme le Delaware aux Etats-Unis.


Téléphone fermé et inactif, mais avec sa batterie en place

Là encore, même réponse que précédemment. Malgré les très nombreuses critiques - d'une virulence qui nous a surpris -, il faut se rendre à l'évidence : l'écoute d'un portable éteint, avec sa batterie, est possible, sous certaines conditions. Au passage, plusieurs sources dans les services de renseignements nous ont indiqué que lors de leurs stages de formation, il est chaudement recommandé aux apprentis espions d'enlever la batterie de leur portable pour éviter les écoutes. Pourquoi ?

Tout simplement, parce que la batterie continue de fournir de l'énergie pour des fonctions essentielles (horloge interne, alarme ou la fameuse carte SIM). Il faudrait par contre « un accord implicite de l'opérateur téléphonique », souligne Rismarth, pour contrôler les APDU (Application Protocol Data Unit, les paquets de données envoyées sur la carte SIM). Autrement dit, l'ordre qui va indiquer à la carte SIM de mettre le micro en marche.

« Lorsque l'utilisateur compose son code PIN, alors la clef secrète de cryptage se met en marche. C'est un écueil important, puisque cette clef de cryptage est personnelle et change tout le temps. Portable éteint, il faut donc que tout le monde soit dans la combine, fabricants et opérateurs. »


Téléphone coupé, batterie retirée

Dernier point, sur lequel Philippe Madelin s'est montré réservé, contrairement aux allégations de certains riverains. Rappelons sa phrase :

« Si vous voulez éviter l'écoute sauvage, précise mon interlocuteur, il faut retirer la batterie de l'appareil. Et même dans ces conditions il y a probablement un moyen de vous suivre à la trace ! »

Probablement… autrement dit, c'est une hypothèse qui n'est pas exclue. Et Philippe parle bien de « suivre à la trace », pas d'écouter. En fait, la contrainte est alors celle de la source d'énergie. Si vous enlevez la batterie de votre portable, l'horloge interne continue de fonctionner. Il y a donc bien d'autres sources d'énergie dans un téléphone.

La difficulté est qu'une écoute consomme beaucoup d'énergie. La technologie des puces RFID (Radio Frequency Identification) permet bien de tracer quelqu'un, comme avec le passe Navigo du métro parisien. Mais cela suppose de passer à proximité d'un détecteur. Quant à faire passer de la voix par la RFID, dit notre professionnel anonyme, cela semble « impossible » aujourd'hui. Pour Rismarth, cette hypothèse est irréaliste :

« Il n'y a pas de telle technologie dans les téléphones actuels. »

Dernier point : la géolocalisation. Elle peut être très précise, en fonction de la finesse du maillage des bornes relais. Le principe, bien connu des marins, est celui de la triangulation. Comme l'explique un espion en activité :

« À Paris, la précision est grande car vous avez une borne tous les cent mètres. Dans les grandes plaines en Afghanistan, la localisation est beaucoup plus aléatoire. »





source:
robot http://www.rue89.com/2008/12/13/ecoutes-ce-qui-est-possible-avec-votre-telephone-portable




Dernière édition par invitée le Dim 27 Fév 2011 - 23:27, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: SURVEILLANCE, CENSURE, NOUVELLES ARMES,...   Lun 31 Mai 2010 - 18:34

SURVEILLANCE
par Don Bradley






Une amie chère que je connais depuis 25 ans et qui a reçu des HHG, m'a raconté ceci l'été dernier, après avoir vécu à Salt Lake City.

Elle travaillait pour la grosse compagnie de câble de la région là bas, mais était-ce le genre de compagnie qui vous fournit ces petites soucoupes pour mettre sur votre maison et votre télé? Peu importe. Quoi qu'il en soit, la bâtisse où elle travaillait possédait des secteurs à haute sécurité, tout comme dans une base militaire, où seulement certaines personnes ont accès à certaines choses.

Un jour, la porte d'un couloir était ouverte sur le principal secteur de sécurité, et, étant qui elle est, elle s'est avancée dans le corridor et a pu regarder dans une des pièces ouvertes.

À l'intérieur, il y avait un mur complet de petits moniteurs de 9 pouces. Sur chaque moniteur, il y avait le salon de quelqu'un. Et ce qu'il s'y disait.

Tout était renvoyé à la compagnie par l'intermédiaire de ces petites boîtes qu'ils vous fournissent pour votre télé.

Elle a été prise sur le fait et congédiée.

Deux semaines plus tard, elle a été retrouvée sur le côté de la route, avec le dos brisé et aucun souvenir de l'événement. Elle porte toujours des attelles médicales.







Les téléphones sont des microphones localisés - TOUS LES TÉLÉPHONES - qui sont digitaux et non du vieux type rotatif. Ils - incluant les forces constabulaires locales - peuvent obtenir des compagnies de télécommunications un re-routage du signal vers n'importe quel bureau ou ordinateur portable sur le terrain. Tous, TOUS les téléphones sont des micros. Raccrochés, décrochés, peu importe. Les interupteurs à l'intérieur ne sont plus de type analogue (avec de véritables coupures de circuits causées par une séparation des points de contact), mais maintenant digitaux.

Même chose avec le téléphone cellulaire. Même si vous l'éteignez, il émet toujours sa position deux fois par minute. Le président de Motorola, en 1992, a affirmé dans une déposition devant le congrès, que TOUS les cellulaires avaient des transpondeurs intégrés (c'est ce qu'ils utilisent pour commencer) et, à plusieurs reprises, des représentants de la loi ont réussi à arrêter des gens pour leurs "agissements" simplement en écoutant leurs téléphones dans la maison, ALORS QU'ILS ÉTAIENT RACCROCHÉS!

La leçon?

Faites comme je fais depuis 1997. Débranchez physiquement le téléphone de la prise murale. TOUS les téléphones, lorsqu'ils ne sont pas utilisés. Faites travailler ces bâtards pour leurs informations en dissimulant des micros. Un ancien type du FBI m'a expliqué une fois que la plupart des téléphones peuvent capter les sons dans un rayon de 300 pieds. Alors, même le téléphone dans la chambre du fond peut être utilisé pour espionner un conciliabule dans le salon… ou à l'extérieur, sur la pelouse.

Mon cellulaire? Toujours hors fonction. Je branche la batterie et je vais prendre une marche, lorsque je veux appeler quelqu'un.







Le point est, débranchez le téléphone lorsqu'il n'est pas en usage. Faites-les travailler pour leurs renseignements. La télé par câble? Débranchez physiquement le câble qui sort de votre mur. Débarrassez-vous de leur boîte-espion.

Je veux dire, sérieusement…voulez-vous bien me dire pourquoi un service de câblodistribution aurait tellement de valeur pour quelqu'un, qu'il en permettrait sciemment une surveillance active dans son propre salon - et ensuite PAIERAIT POUR TOUT CELA?

Il est documenté qu'il y a plus de 30 000 caméras de surveillance FÉDÉRALES/DU FEMA sur l'Ile de Manhattan seulement. A Los Angeles, plus de 120 000 ont été installées depuis 1998. Des ordinateurs les utilisent et les contrôles, en utilisant des FRCS (face rocognition software) [logiciels de reconnaissance faciale], et ils utilisent ces petites maudites boîtes noires sur l'autoroute qu'ils accrochent sous les panneaux de directions, pour tracer TOUS les véhicules fabriqués depuis 1984.

Lorsque je conduis à Los Angeles, c'est avec des lunettes de soleil, et les visières baisées.

Faites-les travailler pour leurs renseignements, disais-je. N'abandonnez jamais vos libertés sans un QUELCONQUE genre de combat, ne serait-ce qu'à titre symbolique.

Si tout le monde posait ces actions mineures, cela couperait de moitié la surveillance dans ce pays du jour au lendemain. Mais bien sûr, cela nécessiterait une population de qualité, et la plupart des gens pensent que ces centaines de milliers de caméras servent pour "la circulation".

À l'intersection de Huntington et Garfield, il y a 23 caméras sur un seul coin de rue.

23…







Et la première chose que les rebelles devraient faire, lorsque les choses basculeront, est de se débarrasser des caméras avec des armes à feu. Détruire les yeux de la bête, sa fausse lumière Ahrimanique.

C'est la première ligne de défense absolue, rendre l'ennemi aveugle.

Souvenez-vous de cela…


Don Bradley

étoile 1 http://transition888.heavenforum.org/t300-textes-extraits-du-blog-de-cbswork




Dernière édition par invitée le Dim 27 Fév 2011 - 21:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: SURVEILLANCE, CENSURE, NOUVELLES ARMES,...   Mer 30 Juin 2010 - 14:23

QU'EST-CE QUI SE CACHE DERRIÈRE EUROGENDFOR
ET SON DROIT D'OCCUPATION ?











À propos d’armées secrètes ou de troupes d’intervention policière secrètes. Elles existent depuis longtemps dans l’UE, mais peu de gens le savent. La troupe policière de l’UE existe depuis longtemps – et elle dispose de larges pouvoirs! Actuellement, c’est une «troupe d’intervention spéciale» forte de 3000 hommes (!) sous le sigle difficile à prononcer «Eurogend­for» (European Gendarmerie Force/troupes de police européennes). Le commandement se trouve à Vincenza en Italie, loin du siège de l’UE! Ce corps de police a été créé à l’initia­tive de l’ancienne ministre de la Défense française Michèle Alliot-Marie, pour réprimer à l’avenir plus facilement les manifestations qui dégénèrent toujours à nouveau dans les villes françaises.
Le grand problème est le suivant: Eurogend­for va à l’avenir réduire au niveau européen le droit national et la souveraineté natio­nale des Etats-membres de l’UE! Un «conseil de guerre», qui se compose des ministères de la Défense et de la Sécurité des pays de l’UE participant à l’Eurogendfor et du pays concerné, décidera de l’intervention dans un Etat-membre de l’UE – voilà comment est réglementée la nouvelle troupe policière de l’UE dans le «document constitutif» dé­nommé Accord de Velsen (NL).
Cela représente pour les observateurs un droit d’occupation par l’UE. Car, si une intervention à l’intérieur d’un pays «ami», membre de l’UE, est une fois décidée, tous les bâtiments et zones occupés par des unités d’Eurogendfor jouissent de l’immu­nité et ne sont plus accessibles pour les autorités du pays concerné. En fait, il s’agit d’un droit d’occupation par l’UE. Mais il y a pire: l’Eurogendfor ne dispose pas seulement dans le cas particulier de compétences policières mais aussi de compétences qu’ont les ser­vices secrets et elle a le devoir de réinstaller l’ordre et le calme dans la zone d’intervention concernée en collaboration étroite avec l’armée (!). En cas de besoin, les troupes doivent avoir à disposition toutes les autorisations et tous les moyens pour remplir leur mandat.
Eurogendfor résout divers problèmes pour les gouvernements européens. À l’avenir, ils pourront, lors de troubles sociaux ou de manifestations majeures de longue durée, utiliser des armes à feu contre leurs populations, mettre des zones entières sous quarantaine militaire et retirer les meneurs de la circulation sans avoir à engager leurs propres forces militaires ou policières qui pourraient éventuellement se solidariser avec les manifestants. L’Eurogendfor de son côté, ne pourra pas être poursuivi en justice grâce à ses autorisations exceptionnelles, civiles et militaires.
Notons que ce n’est que grâce au Traité de Lisbonne – qui n’est rien d’autre que l’ancienne «Constitution européenne» controversée sous un nouveau titre – qu’une telle situation incroyable à pu être instaurée. Grâce au jugement du Tribunal constitutionnel su­prême, les politiques allemands, qui ont soutenu ce traité douteux à la quasi-unanimité au Bundestag, auront à l’avenir le droit d’être entendus. Un homme politique allemand, ramené à la réalité, déclare lors d’un entretien privé: «On s’amusera bien au sein de l’Eurogendfor quand à l’avenir l’état d’urgence sera imposé dans les centres chauds de Bottrop ou Neukölln en Allemagne fédérale.» •


Source: Vertraulicher Schweizer Brief du 23/1/10
(Traduction Horizons et débats)





source:
à la loupe http://www.horizons-et-debats.ch/index.php?id=2005










EUROGENDFOR, LA FORCE DE GENDARMERIE EUROPÉENNE










Pour répondre aux besoins suscités par l'évolution du contexte international dans la gestion des crises, le ministre de la Défense, Madame ALLIOT-MARIE a proposé que l´Espagne, l´Italie, les Pays-Bas, le Portugal et la France qui disposent de forces de gendarmerie, travaillent ensemble à la création d'une force de gendarmerie européenne (FGE) en mesure d'effectuer des missions de police sur les théâtres d'opérations extérieures sous commandement militaire ou sous autorité civile.

La création de cette force a été approuvée par la déclaration d'intention signée par les différents ministres de la défense à NOORDWIJK (Pays Bas) le 17 septembre 2004.

Le général de gendarmerie Gérard DEANAZ a été nommé premier commandant de l'EUROGENDFOR à l'issue de la réunion du comité politico-militaire de la FGE le 21 janvier 2005.

Un premier exercice sur table s'est déroulé à VICENZA (Italie) en avril 2005 dans le but de familiariser l'état-major à ses fonctions. Sa montée en puissance s'est effectuée lors d'un exercice cadre organisé du 15 au 17 juin 2005 au centre national d'entraînement des forces de gendarmerie de SAINT-ASTIER (CNEFG).

Solution inspirée de l'Euroforce, l'EUROGENDFOR met en place un état-major permanent dédié, pré positionné, et des capacités tournantes entre les différents pays. Il conduit un entraînement propre et à vocation à être rapidement déployable.




L'EUROGENDFOR est organisée en quatre modules :

    Ø L'état-major multinational, nécessaire à la planification amont, au déploiement et au commandement de la force de gendarmerie européenne.

    Ø Un groupement opérationnel, composé d'escadrons de gendarmerie mobile ou d'unités équivalentes, orienté sur les missions de sécurité publique générale et de maintien de l'ordre public.

    Ø Une compagnie de personnels spécialisés, dans les missions de police judiciaire, de lutte contre la criminalité organisée, de recherche et d'exploitation du renseignement, de protection de personnalités ou de témoins, de contrôle des flux de populations, de lutte antiterroriste et d'interventions spécialisées, travaillant en accompagnement des escadrons de gendarmerie mobile.

    Ø Une compagnie logistique capable d'assurer le soutien de la force.



La FGE est susceptible d'intervenir à différentes phases de la crise :

    Ø phase militaire de la crise : la F.G.E. est engagée dans le sillage de la force militaire, elle assure des missions de sécurité publique générale et des actions de police judiciaire.

    Ø phase de transition - crise de moyenne intensité : la F.G.E. poursuit sa mission tout en facilitant la coordination et la coopération avec des unités de police.

    Ø phase de théâtre stabilisé : la F.G.E. sous autorité civile internationale, facilite le passage à des actions de coopération ou peut être désengagée.

    Ø engagement de la F.G.E. à titre préventif : en l'absence de force militaire préalablement déployée, la F.G.E. est utilisée dans des cas particulièrement identifiés.


La FGE possède une capacité initiale de réaction rapide d'environ 800 personnes sous un délai de 30 jours. Elle doit pouvoir couvrir tous les aspects d´une opération de gestion de crise, principalement en mission de substitution. Elle est prioritairement mise à disposition de l'Union européenne, puis d'organisations internationales (O.N.U., O.T.A.N., O.S.C.E.), ou de coalitions ad hoc. Elle est conçue comme un outil policier intégré appréhendant ainsi la fonction policière de manière globale, regroupant l'ensemble des missions qui lui sont attachées, maintien de l'ordre, sécurité publique, police judiciaire, recherche et exploitation du renseignement.

Outil de transition de la gestion de crise, la F.G.E. pourra dans ces conditions exercer l'ensemble de ses missions aussi bien sous commandement militaire, dans le sillage du dispositif de puissance lors d'un conflit de haute intensité, que lors de la mise en place d'un régime démocratique sous autorité civile.





La source originale de cet article a disparu du net.

Nouvelle version disponible ici:
gyro http://www.gendarmerie.interieur.gouv.fr/fre/Sites/Gendarmerie/Presentation/Monde/Eurogendfor-la-force-de-gendarmerie-europeenne

Autres infos:
gyro http://www.assembly-weu.org/fr/documents/sessions_ordinaires/rpt/2006/1928.html




Dernière édition par invitée le Mar 24 Jan 2012 - 17:14, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: SURVEILLANCE, CENSURE, NOUVELLES ARMES,...   Dim 20 Fév 2011 - 11:40


The Army and Intelligence agencies are now using this 11mph survellience drone on people. It looks like a hummingbird.








source:
ange 1 http://wantsun.blogspot.com/2011/02/army-and-intelligence-agencies-are-now.html




Dernière édition par invitée le Lun 21 Mar 2011 - 19:46, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: SURVEILLANCE, CENSURE, NOUVELLES ARMES,...   Lun 21 Mar 2011 - 19:44


The Micro Air Vehicle, or MAV for short, is a small radio controlled drone aircraft equipped with a portable camera system.






source:
ange 1 http://wantsun.blogspot.com/2011/03/intelligence-and-police-tool.html




Petite vue de dessous:





Dernière édition par invitée le Mer 25 Jan 2012 - 21:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: SURVEILLANCE, CENSURE, NOUVELLES ARMES,...   Ven 13 Mai 2011 - 20:29


Un site avec des articles intéressants sur la surveillance de "Big Brother":
à la loupe http://cool-raoul.blogspot.com/

Dommage qu'il ne soit plus actif depuis 2006 !


Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: SURVEILLANCE, CENSURE, NOUVELLES ARMES,...   Mer 21 Sep 2011 - 16:04

ROBOTS TRAQUEURS D' "HUMAINS NON COOPÉRATIFS"





Paul Marks, correspondant Technologie pour le New Scientist, dans un article paru en 2008: « Une récente demande du pentagone a de quoi secouer! Ils recherchent des collaborateurs anfin de créer un "Multi Robot Poursuit System" qui laissera à des meutes de robots le soin de "rechercher et détecter un humain non coopératif" ». Il rappelle que la société iRobot a conclu en 2007 un accord avec Taser International afin de monter des armes incapacitantes sur des robots militaires. Des meutes qui pourraient tout aussi bien être armées pour tuer... Le journaliste britanique a demandé à deux experts en armes automatiques ce qu'ils en pensaient.

Pour désigner les cibles de ces robots, Steve Wright de la Leeds Metropolitan University réagit ainsi: "sujet humain non coopératif": « Ce sont les prémices d'un programme conçu pour permettre aux robots de traquer les humains comme le ferait une meute de chiens. Une fois le logiciel perfectionné, nous pouvons raisonnablement penser que ces robots deviendront autonomes et armés. On peut aussi s'attendre à ce que tels système soient équipés de dispositifs de détection et de pistage des humains, à savoir des détecteurs de respiration et d'ondes radio associées aux battements d'un coeur humain. Ce sont des technologies qui ont été déjà développées ».

Un autre commentateur que l'on retrouve souvent dans l'actualité pour ses vues sur l'autonomie des robots militaires est Noel Sharkey, ingénieur en intelligence artificielle et en robotique à l'Université de Sheffield.
« C'est un pas décisif vers l'un des principaux objectifs du programme de l'armée américaine "Future Combat Systems" qui vise à faire d'un simple soldat le commandant d'une attaque de robots à grande échelle. Des robots terrestres et aériens ont été testés ensemble et une fois qu'ils seront coordonnés, on disposera d'une force robotique placée sous le commandement d'un seul soldat, avec des conséquances potentielement meurtiières pour les innocents au coin de la rue ».

« (...) Sommes-nous en train de laisser nos militaires préparer des ravages grâce à une technologie financée par nos impôts? Ou bien ces soldats-robots peuvent-ils être programmés pour être encore plus éthiques que l'homme, comme le prétendent certains chercheurs? », se demande Paul Marks.

Bienvenue dans le "côté obscur de la force".


cligno multicolore http://www.newscientist.com/blogs/shortsharpscience/2008/10/packs-of-robots-will-hunt-down.html




Source: Nexus n° 62


Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: SURVEILLANCE, CENSURE, NOUVELLES ARMES,...   Mar 24 Jan 2012 - 17:39

LA PLATEFORME D'HÉBERGEMENT MEGAUPLOAD FERMÉE PAR LE FBI !








L'image ci-dessus est celle que vous pouvez voir désormais quand vous vous rendez sur une page de téléchargement de fichier hébergé sur MegaUpload.

Le 19 janvier 2012, le site MegaUpload est fermé par le FBI. Kim Dotcom et plusieurs autres employés (Július Benčko, Finn Batato, Mathias Ortmann, Bram van der Kolk) et dirigeants de la Mega Corporation, sont arrêtés à travers le Monde et les 18 sites web du groupe ont été saisis et fermés. Kim Dotcom ainsi que six autres personnes sont inculpés pour association de malfaiteurs (conspiracy en anglais) en vue de racket, de violation de copyright et de blanchiment d'argent. Les deux sociétés MegaUpload et Vestor Limited sont elles aussi visées par la justice. Les accusés encourent jusqu'à 50 ans de prison pour l'ensemble des chefs d'inculpation.

L'acte d'accusation fait référence à plusieurs e-mails semblant montrer que les dirigeants avaient connaissance du caractère illégal de la diffusion des fichiers stockés sur leurs serveurs, et suggère que le groupe n'était pas suffisamment diligent à retirer les œuvres protégées par le droit d'auteur.

Kim Schmitz, alias Kim Dotcom, est père de trois enfants, et son épouse, Mona, est enceinte de jumeaux.

MegaUpload était le 72ème site le plus visité d'Internet et l'hébergeur utilisé massivement par les internautes pour sauvegarder et diffuser leurs fichiers.

C'est donc un coup très dur porté à la circulation de l'information.


Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: SURVEILLANCE, CENSURE, NOUVELLES ARMES,...   Mer 25 Jan 2012 - 20:40

RECENSEMENT BIOMÉTRIQUE OBLIGATOIRE EN INDE








En ce matin d’été étouffant, une longue queue s’est formée devant l’école de Patwari, une bourgade agricole proche de New Delhi. Les femmes, les cheveux voilés par le purdah, ont mis un beau sari. Les hommes tiennent les enfants par la main. Tous se serrent les uns contre les autres. Depuis quelques jours, le tambour du village sillonnait les rues, martelant son message: « Il faut aller au recensement biométrique. »


Une opération très simple : une photo du visage, une analyse de l’iris et l’empreinte des doigts fourniront une identité biométrique, conservée à jamais dans une base informatique. Elle prendra la forme d’un numéro à 9 chiffres.


Objectif du gouvernement ? Enregistrer la moitié de la population – 600 millions de personnes – en quatre ans. Une dizaine de millions d’Indiens a été numérisée, depuis le lancement du projet en août 2010. Mais l’État appuie sur l’accélérateur depuis que la foule manifeste bruyamment dans les rues contre la corruption du pouvoir.

En effet, ce programme a pour objectif affiché de mettre un terme à la corruption qui gangrène le pays, notamment celle des fonctionnaires et des chefs de village qui détournent près de 85% des aides sociales.


Officiellement, c’est le seul but du projet. Mais les sociétés qui font les enregistrements sur le terrain vendent aussi leurs précieux renseignements à des partenaires commerciaux qui, pour leur ciblage marketing, demandent la collecte du niveau d’études ou de la religion.


En même temps qu’on le recense, chaque Indien obtient un compte bancaire "biométrique". Les banques souhaitent supprimer ainsi les cartes à puce, les chèques et tous les outils coûteux et peu adaptés à des populations démunies.

« N’importe quelle transaction se fera avec votre empreinte digitale. Ce sera sûr à 100%, et nettement moins cher à traiter. Cela devrait convaincre les classes moyennes de venir s’enregistrer elles aussi, même si elles ont déjà des papiers d’identité. La biométrie va faciliter la vie de chacun », explique Nandan Nilekani.


L'Inde a ainsi lancé un vaste projet visant à constituer une base de données biométriques de ses habitants, remporté en 2010 par l'entreprise française Morpho, filiale du groupe d'armement et de défense Safran.

Dans son édition du 2 janvier, Le Figaro détaille. Ce « marché de l'identité » de 1,5 milliard de dollars – que Morpho partage avec une autre filiale de Safran – entend collecter les empreintes digitales et les scans de l'iris de 200 millions d'Indiens d'ici à juin prochain. À terme, elle recensera l'intégralité de la population du deuxième pays le plus peuplé du monde.


L’Inde a de grandes ambitions biométriques, puisqu’elle veut constituer une deuxième base, destinée, celle-là, à la sécurité du pays. Et là, la lutte anticorruption ne sera plus une justification suffisante pour apaiser les craintes de la population indienne.


Entre les bases de données, les nouveaux passeports, les cartes d’identité, les permis de conduire, les experts de l’agence Markets and Markets estiment que ce marché d’identité biométrique pourrait atteindre 8 milliards d’euros, dans les cinq ans qui viennent. Chez Mahindra, on table sur une quinzaine de milliards d’euros, d’ici à dix ans. Les voisins de l’Inde, comme le Népal, ou les pays africains consultent déjà New Delhi pour construire la même base biométrique dans leurs pays, afin que les plus pauvres aient un moyen simple et bon marché de s’identifier.




source:
robot http://tempsreel.nouvelobs.com/economie/20110909.OBS0074/l-identite-biometrique-arme-anticorruption-des-indiens.html


Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: SURVEILLANCE, CENSURE, NOUVELLES ARMES,...   Mer 22 Fév 2012 - 18:09

DES LAMPADAIRES CAPABLES D'ENREGISTRER LES CONVERSATIONS
ET D'EFFECTUER DE LA SURVEILLANCE VIDEO










Des lumières de rue sont installées dans les villes américaines pour non seulement permettre au Département de la Sécurité Intérieure (DHS) d'émettre des messages d'urgence et d'effectuer de la surveillance vidéo, mais aussi pour enregistrer les conversations des gens.


La compagnie Illuminating Concepts défend son produit, appelé les "Intellistreets", en disant qu'il ne représente pas une intrusion dans la vie privée, que cette technologie n'est pas "big brother".

Ces lampadaires intelligents se retrouvent, jusqu'à maintenant, dans la ville de Détroit, Chicago et Pittsburgh. Ils sont présentés comme des mesures de protection, de surveillance, parce qu'ils sont reliés à un système d'alerte du DHS. Ils enregistrent tant les images que les sons. Le propriétaire de l'entreprise, Ron Harwood, a été accusé de travailler de concert avec le Homeland Security et de mettre en place un réseau de haute technologie relié via un puissant système wi-fi.

Harwood a déclaré que les lumières de rue vont nous faire sentir plus en sécurité et plus heureux car ils représentent la manière dont les entreprises et le gouvernement peuvent travailler ensemble pour créer des avantages économiques, environnementaux et sociaux!!!

Selon lui, cette technologie n'est pas une menace à la vie privée puisque leur existence est rendue publique.

Ces lampadaires de surveillance portent un potentiel d'espionnage sans limite, comme font les caméras de surveillance en Angleterre où des ordres peuvent être donnés via des haut-parleurs pour dire aux gens de ramasser leurs déchets ou de quitter la zone.




Selon un rapport, toutes les villes américaines pourraient accueillir les "Intellistreets" d'ici le printemps 2012.




source:
robot http://rustyjames.canalblog.com/archives/2012/01/03/23156476.html


Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: SURVEILLANCE, CENSURE, NOUVELLES ARMES,...   Dim 26 Fév 2012 - 15:07

REMOTELY DISABLING A PHONE








In addition to using your cell phone as a survelliance device, even when it appears to be turned off, they are also capable of permanently turning off your cell phone by simply typing in an access code of your particular phone. Once entered the phone will not turn on or show any life.

This happened to me a few days ago…

as part of the punishment cycle of late.

A search on google reveals of host of things that can be done to our cell phones remotely, and we are never the wiser.

They can install spyware, surveillware, you name it.

They can keep the cell phone camera always on as a recorder, constantly sending back either pictures or video feed of everything that is around the phone. And you will never now it.

The one thing that does reveal this usage is AN UNUSUAL DRAINAGE OF BATTERY LIFE BEYOND WHAT IT IS DESIGNED TO DO.

That is your key to understanding your phone is being hacked remotely by the intelligence and law enforcement communities.

Since the Patriot Act, they do NOT need a warrant to do these things. You need merely get on their S-list to have your phone turned into an ALWAYS ON, ALWAYS SEEING, ALWAYS VULNERABLE DOOM MACHINE OF YOUR PRIVACY.



The solution is simple.

When not using the phone for an actual call, bury it somewhere - a drawer, a purse, a backpack, anything. When privacy is an absolute must, TAKE OUT THE BATTERY. No energy, no survelliance.

But be advised!

Even if you take these steps, the people around you – who may not be hard targets of the network – will have their phones enabled for remote surveillance. This is their work around for a savvy target that knows the real play of Earth. at this point, kindly ask the folks around you to bury their phones in their pockets or purses, as the phones give you a headache. Which is the truth. Being surveilled is a BIG headache. If they squawk, then it’s your cue to terminate your association with the moment and WALK AWAY FROM THEM, for they are “in play” and are probably an assett in the setting to spy on you. Believe, the network takes great pains to surveill their targets.

This has been a public service announcement.





source:
ange 1 http://thedailymessenger.wordpress.com/2012/02/26/remotely-disabling-a-phone




Moi, ce qui me semble évident, c'est de ne pas posséder de téléphone portable.
J'ai du mal à comprendre comment un opposant au NWO peut acheter et utiliser un tel appareil, quand on sait qu'il a été volontairement créé dans seul le but de pouvoir couvrir la surface du globe par des antennes relais; antennes relais dont le rôle est primordial dans l'agenda de la Bête (production de DOR, destruction de nos facultés cérébrales, dépopulation, contrôle mental, repérage des individus implantés où qu'ils se trouvent, etc).

C'est bizarre que personne ne le dise haut et fort: POSSÉDER UN TÉLÉPHONE PORTABLE, C'EST PARTICIPER ACTIVEMENT AU PLAN DE DOMINATION DE LA BÊTE.

Un résistant au NWO ne devrait tout simplement pas participer à ça.


Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: SURVEILLANCE, CENSURE, NOUVELLES ARMES,...   Mar 13 Mar 2012 - 12:20

L'ARME À ATTAQUES CARDIAQUES DE LA CIA







Une arme secrète de la CIA utilisée pour l'assassinat tire une petite flèche empoisonnée pour provoquer une crise cardiaque, comme cela est expliqué dans un témoignage au Congrès dans la courte vidéo ci-dessous. En nous nous informant nous-mêmes et d'autres sur des questions d'une importance vitale de ce genre, nous pouvons construire un avenir meilleur pour nous tous.

La flèchette de cette arme secrète de la CIA peut traverser les vêtements et ne laisser aucune trace, si ce n'est un petit point rouge sur la peau. Lors de la pénétration de la flèche mortelle, la personne ciblée par l'assassinat peut avoir l'impression d'être comme si elle était piquée par un moustique, ou ne rien ressenstir du tout. Le dard empoisonné se désagrège entièrement dès sa pénétration dans la cible.

Le poison mortel pénètre ensuite rapidement dans la circulation sanguine, provoquant une crise cardiaque. Une fois que le mal est fait, le poison se dénature rapidement, de sorte est très peu probable de détecter par une autopsie que la crise cardiaque à une origine autre que des causes naturelles. On dirait l'arme parfaite de James Bond, n'est-ce pas? Pourtant, tout cela est vérifiable dans le témoignage au Congrès.

L'étonnante information au sujet de cette arme secrète de la CIA vient du témoignage au Sénat américain en 1975 sur les activités malhonnêtes de la CIA. Cette arme est seulement l'une parmi de nombreuses trouvailles style James Bond aux audiences du Church Committee, officiellement connu sous le nom de Comité Spécial du Sénat des États-Unis pour l'Étude des Opérations Gouvernementales en matière d'Activités de Renseignement.










source:
ange 1 http://dailymessenger.blogspot.com/2012/03/cias-heart-attack-gun.html




Il est possible qu'ils aient éliminé Serge Monast de cette façon. Mais ils peuvent aussi arrêter le coeur en utilisant la magie noire. Ils l'ont tenté par deux fois, sur moi.
Don Bradley raconte aussi une attaque occulte de ce type contre lui.
Les personnes objet de harcèlement par armes électromagnétiques décrivent comment ceux qui opèrent "jouent" avec leur rythme cardiaque.

Si les inventeurs de tous ces moyens plus sophistiqués les uns que les autres créés dans le but de contrôler et d'asservir l'humanité, avaient mis leur énergie mentale et leur créativité dans des projets bénéfiques à toutes les créatures qui peuplent notre planète, qu'est-ce qu'on serait heureux, sur Terre !
Au lieu de ça...


Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: SURVEILLANCE, CENSURE, NOUVELLES ARMES,...   Sam 14 Juil 2012 - 16:20

Le nouveau scanner laser du département de la sécurité intérieure
des États-Unis décompose les gens au niveau moléculaire…









WASHINGTON (CBSDC) - Le département de la Sécurité intérieure des États-Unis va bientôt utiliser dans les aéroports un laser qui pourra tout savoir de vous, à plus de 164 mètres de distance...


Gizmodo rapporte qu’un scanner qui pourrait lire les gens au niveau moléculaire a été inventé. Ce scanner à base de laser - qui peut être utilisé à 164 mètres - pourrait tout lire d’une personne, du niveau de l'adrénaline à des traces de poudre à canon sur les vêtements, jusqu'à des substances illicites - et tout cela pourrait se faire sans même une recherche physique. Cela pourrait même être utilisé sur plusieurs personnes à la fois, éliminant les recherches aléatoires dans les aéroports.

Le scanner à base de laser devrait être utilisé dans les aéroports dès 2013, d’après les rapports de Gizmodo.

Le scanner est appelé le "laser picoseconde programmable". Le dispositif fonctionne par le bombardement de sa cible avec des lasers qui font vibrer les molécules, elles sont ensuite lues par le dispositif, et déterminent alors à quelles substances la personne a été exposée. Cela pourrait aller des explosifs Semtex au sandwich au bacon, ou à des œufs qu'ils avaient pour le petit déjeuner ce matin-là.

L'inventeur de cette technologie invasive est Genia Photonics. Actifs depuis 2009, ils détiennent 30 brevets sur la technologie laser conçue pour la numérisation. En 2011, ils ont formé un partenariat avec In-Q-Tel, une entreprise affrétée par la CIA et le Congrès afin de construire "un pont" entre l'Agence et un nouvel ensemble "d’innovateurs en technologies".

Genia Photonics ne serait pas le seul à développer ce type de technologie, la George Washington University a développé un procédé similaire en 2008, selon Gizmodo. Les Russes ont également mis au point quelque chose qui s'apparente au laser picoseconde programmable. Les créateurs de ce scanner revendiquent qu’« il est même capable de détecter des traces d'explosifs laissées sur des empreintes digitales. »

Mais ce qui rend la version de Genia Photonics si spéciale, c'est que la machine est plus compacte par rapport aux autres appareils et peut maintenir sa distance de fonctionnement incroyable. Ainsi, non seulement ils peuvent analyser tout le monde, mais ils seraient en mesure de le faire partout: dans le métro, aux feux de circulation, aux événements sportifs ... partout.

Bien que la technologie puisse être utilisée par un éventuel "Big Brother", Genia Photonics déclare que le dispositif pourrait être beaucoup plus bénéfique en étant utilisé à des fins médicales, pour suivre des cas de cancers en temps réel, ou bien effectuer la détection des lipides, et le suivi des patients.




sources:
robot http://www.crashdebug.fr/index.php/international/5085-le-nouveau-scanner-laser-du-departement-de-la-securite-interieure-des-etats-unis-decompose-les-gens-au-niveau-moleculaire
robot http://gizmodo.com/5923980/the-secret-government-laser-that-instantly-knows-everything-about-you


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: SURVEILLANCE, CENSURE, NOUVELLES ARMES,...   Aujourd'hui à 14:17

Revenir en haut Aller en bas
 
SURVEILLANCE, CENSURE, NOUVELLES ARMES,...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TRANSITION ET ARCHE :: PLAN DE NOS PRÉDATEURS :: Instauration du Nouvel Ordre Mondial-
Sauter vers: