TRANSITION ET ARCHE


 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 GÉNOCIDES ET GUERRES CIVILES, DÉCLENCHÉS PAR ONDES ÉLECTROMAGNÉTIQUES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: GÉNOCIDES ET GUERRES CIVILES, DÉCLENCHÉS PAR ONDES ÉLECTROMAGNÉTIQUES   Lun 20 Juil 2009 - 22:56

POURQUOI LES AMÉRICAINS SONT-ILS DERRIÈRE LE GÉNOCIDE RWANDAIS ?







[...]N’oublions pas le Rwanda !!!!

Au Rwanda, les Américains construisent une énorme ambassade, financent le développement de l’infrastructure routière et édifient des centaines de villas luxueuses, ainsi que des hôtels. Pourquoi une telle effervescence ? Un canal fluvial sera prochainement creusé entre la rivière Akagera et le lac Muhazin qui sera relié au lac Victoria. On apprend encore que d’importantes réserves souterraines d’eau viennent d’être trouvées. Dernière annonce: les Américains affirment qu’ il y a du pétrole en abondance dans la vallée de la Nyabarongo! Voilà qui explique l’entrain des Américains, lesquels ont aussi l’intention de transformer l’unique aéroport international en base militaire…




Est-ce tout ? Non, le climat, lui aussi, a été considérablement transformé au cours des dernières années et les récoltes s’annoncent très abondantes !
Grâce au changement de température, de riches Américains viennent déjà habiter les villas spacieuses, récemment sorties de terre. Exploitation pétrolière ? Villégiature de luxe après dérèglement climatique ? Cela fait beaucoup de transformations pour ce petit pays. Changements curieusement survenus après le génocide du Rwanda. Le futur proche apportera ses réponses alors que le Tchad est «curieusement» victime de tornades exceptionnelles, arrachant des toits de maisons ou provoquant l’effondrement de murs des habitations. En réalité, il appert que les Américains ont prévu le scénario actuel depuis bien longtemps. Un scénario qui nécessitait, au préalable, dans l’esprit des initiés, un vaste «nettoyage» ethnique, comme les familles oligarchiques l’ont déjà réalisé à maintes reprises au cours de notre histoire, et comme elles ont l’intention de le faire prochainement à l’échelle planétaire cette fois. Les moyens que ces familles oligarchiques recherchent en priorité sont l’arme alimentaire et, surtout, un virus dévastateur contre lequel la Famille posséderait l’antidote. Des scientifiques travaillent à cet objectif dans des laboratoires secrets et l’intervention militaire de Washington en Irak correspondait à l’un de ces objectifs, nous affirme une source très haut placée dans le dispositif «occulte».



Pourquoi les Américains sont-ils derrière le génocide rwandais ?

Deux jours avant les premiers assassinats, des journalistes ont dû quitter le pays en hâte à cause de nausées sévères. Depuis, scientifiques et militaires écœurés sont nombreux à avoir révélé qu’au delà de la manipulation climatique, le sinistre «programme HAARP» intègre le «contrôle électronique de l’humeur et du comportement des populations». Plusieurs tests furent pratiqués aux quatre coins du globe, prouvant la possibilité d’influencer une foule en la rendant apathique ou, au contraire, subitement violente. Des documents officiels et confidentiels de l’Onu, interdits de publication mais que nous avons pu lire il y a quelques années, prouvent que plusieurs antennes du «programme HAARP» avaient quadrillé la région du Rwanda juste AVANT les atrocités et les actes génocidaires.

Cela fut aussi appliqué dans l’ex-Yougoslavie contre les populations civiles serbes. Cela consiste en l’émission d’ondes psychotroniques (ondes basse fréquence ou très haute fréquence, capables d’influencer le fonctionnement du cerveau en interférant avec les ondes utilisées par les processus cérébraux). Aujourd’hui, nous connaissons les mobiles de ceux qui ont décidé d’utiliser le programme HAARP au Rwanda. Bien avant le génocide, les familles oligarchiques, liées au monde de l’énergie pétrolière, avaient la preuve, grâce aux satellites capables d’effectuer une recherche approfondie du sous-sol, que les entrailles de l’Etat du Rwanda étaient riches en or noir et peut-être en d’autres métaux précieux stratégiques. Comme par hasard, en 2007, la multinationale aurifère Barrick Gold détient les droits d’exploitation du sous-sol du Rwanda.
Hier, deux peuples vivaient dans cette région; il était financièrement plus profitable d’effectuer – comme «ils» l’appellent diplomatiquement – «un nettoyage ethnique», avant de discuter avec une seule partie… Maintenant que le territoire rwandais est morcelé selon les intérêts financiers des «familles oligarchiques», il n’y a plus de problème. Coût de l’opération: près de 1 200 000 morts d’innocents dans des conditions horribles: un véritable holocauste ! Les terres intéressant les familles oligarchiques contrôlant les cartels de l’énergie sont désormais désertes et prêtes à être exploitées sans contestation. Comme le Rwanda a besoin d’argent frais, le deal conclu entre les dirigeants actuels et les «familles» ne donne pas lieu au moindre contentieux….[...]




source:
frankenstein http://www.scribd.com/doc/3845891/LIESI-161



À présent, ils soutiennent une étrange démocratie:


Il a été salué par l'Occident comme un leader exceptionnel et a accumulé des témoignages de fans du monde entier pour ses politiques économiques et la remise de son pays sur les rails après le terrible génocide de 1994. Mais alors que le Rwanda se prépare pour sa deuxième élection présidentielle depuis le génocide, l'ancien héros, le Président Paul Kagame semble se transformer en un dictateur permanent, soutenu par une aide extérieure massive : jeudi 24 juin 2010, il s'est inscrit comme candidat, sans opposition crédible pour le scrutin du 9 août, lors d'une semaine où deux de ses opposants ont rencontré des assassins.

Le secrétaire d'Etat adjoint aux Affaires africaines des Etats-Unis, Johnnie Carson a dit devant le Congrès américain en mai que le Rwanda récemment " a suspendu deux journaux, a révoqué le permis de travail et a refusé le visa d'un chercheur de Human Rights Watch, et arrêté (et par la suite libéré sous caution) la leader d'opposition, Victoire Ingabire, qui a été liée à la FDLR [l'armée rebelle hutu]. Malgré plusieurs tentatives, deux partis politiques- le Parti Vert et de l'UPF Inkingi - n'ont toujours pas été en mesure de s'inscrire".

Victoire Ingabire, aspirante politicienne n'est pas une " leader d'opposition ", mais elle semble être une nouvelle victime de la conception très spéciale de Kagame de la paix civile : pas d'obstacle au milliard de dollars ou presque d'aide étrangère reçus chaque année, qui constituent un cinquième de la totalité des revenus du pays. Et un quart de la totalité de cette aide va directement à l'État. Les largesses des États-Unis sont passées de 50 millions de dollars en 2004 à 117 en 2008.
Le 19 juin c'est le lieutenant-général rwandais Kayumba Nyamwasa qui a été blessé par un tireur isolé à Johannesburg, lors ce que sa femme n'a pas tardé à qualifier de " tentative d'assassinat de mon mari par Kagame". Le mois dernier, l'ex-chef d'état-major, encore récemment ambassadeur en Inde, a fui vers l'Afrique du Sud. Il avait qualifié Kagame de dictateur ne rendant pas de comptes, ce qui lui a valu d'être accusé de corruption par le gouvernement de Kigali et d'être lié aux attentats à la grenade qui ont secoué la capitale il y a quelques mois.

Jeudi 24 juin, c'est le journaliste Jean Léonard Rugambage qui a été tué au Rwanda. Le rédacteur en chef de son journal Umuvugizi, en exil, Jean Bosco Gasasira, a déclaré à la Voix de l'Amérique que Rugambage avait enquêté sur l'attaque de Nyamwasa, ajoutant: " Je suis à 100% sûr que c'était le bureau des services de sécurité nationale qui l'a abattu".

Avec les élections présidentielles prévues pour le 9 août, le Rwanda est devenu de plus en plus intolérant à l'égard de la critique, emprisonnant et condamnant les politiciens d'opposition en usant de la loi vague sur " l'idéologie du génocide ", en insistant qu'il est nécessaire de prévenir une répétition de 1994, quand environ 800.000 Tutsis, et certains Hutus modérés, ont été massacrés en l'espace de 100 jours.

Plus tôt le mois dernier, Victoire Umuhoza Ingabire, une Hutu et nouvelle venue en politique, revenue des Pays-Bas pour candidater au scrutin du mois d'août, a été arrêtée en vertu de la loi sur l'idéologie du génocide, accusée de " divisionnisme " et de travailler avec les ennemis de l'Etat, c'est-à-dire les restes de l'armée hutu appelé la Force Démocratique pour la Libération du Rwanda (FDLR). Elle n'a pas encore été inculpée, mais sa vie politique a été laissée en plein désarroi. Avec une semaine pour s'inscrire en tant que candidate à la présidentielle, son parti FDU-Inkingi n'est pas encore inscrit.

Un autre aspirant politicien, Frank Habineza, ancien staff du gouvernement, s'est également vu également refuser l'inscription de son Parti vert démocratique du Rwanda. L'État affirme que son parti sera inscrit dès qu'il remplira les conditions de ce qui est requis par la loi, soit d'avoir tenu plus de quatre assemblées générales des membres du parti. La vérité est très difficile à déterminer.

Après un long refus de s'engager, le Président Kagame est devenu le jeudi 24 Juin la première personne à enregistrer sa candidature, avec deux autres appartenant à de petits partis étroitement liés au sien. Ironie du sort, le même jour, la police a réprimé fortement un groupe de plus de 500 partisans de l'opposition qui manifestaient pacifiquement contre les restrictions imposées aux partis d'opposition - et exigeant la libération inconditionnelle de Mme Ingabire, afin qu'elle puisse faire sa campagne. Habineza a été arrêté le même jour alors qu'il manifestait devant l'ambassade des États-Unis. L'inscription pour les candidats sera clôturée le 2 Juillet.
Aujourd'hui, la nation n'est pas menacée par un autre génocide, mais par les effets secondaires de celui qu'elle a subi il y a 16 ans. En essayant de maintenir un contrôle strict, Kagame a centralisé le pouvoir entre les mains de la présidence au lieu d'impliquer plus de Rwandais dans le processus politique. Comme M. Carson l'a dit au Congrès: " La meilleure façon de promouvoir la stabilité à long terme, c'est la gouvernance démocratique et le respect des droits de l'homme".



source:
frankenstein http://www.libe.ma/Rwanda-une-main-de-fer-sans-gant-de-velours_a12720.html




Dernière édition par invitée le Ven 11 Mar 2011 - 3:59, édité 17 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: GÉNOCIDES ET GUERRES CIVILES, DÉCLENCHÉS PAR ONDES ÉLECTROMAGNÉTIQUES   Lun 20 Juil 2009 - 23:06

" Des lecteurs habitués m'ont fait part d'expériences personnelles, concernant des évènements inhabituels. Sylvain dit : « J'aimerais te faire part d'un très mauvais moment dont j'ai été témoin et moi-même j'ai été très affecté. Vendredi, j'ai pris le métro comme d'habitude. Arrivé à la station xxxx, j'ai été témoin de quelque chose de grande envergure que j'ai moi-même ressentie. On aurait dit une onde de choc incroyablement puissante ! Je te l'écris maintenant et j'ai l'impression de le ressentir encore.

J'étais à l'avant du quai et de loin, je pouvais apercevoir des gens qui s'engueulaient à n'en plus finir. Quelques minutes plus tard, la vague était rendue sur moi et je me suis senti hors de moi. Il n'aurait pas fallu que j'aie devant moi quelqu'un que je n'aime pas, car je l'aurais amoché sans raison sur-le-champ ! J'ai vu tout le long du quai,des gens qui étaient très calmes et qui ont commencé à se disputer sans raison et cette vague m'est rentrée dedans comme un coup de poing ! C'était tellement intense que je me sentais comme HULK en pleine transformation et ça m'a pris une bonne partie du reste de la journée à dissiper cette émotion qui ne voulait pas me quitter
. » "



source:
frankenstein http://www.incapabledesetaire.com





Dernière édition par invitée le Ven 11 Mar 2011 - 3:59, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: GÉNOCIDES ET GUERRES CIVILES, DÉCLENCHÉS PAR ONDES ÉLECTROMAGNÉTIQUES   Sam 16 Jan 2010 - 15:03

OPÉRATION "CRIMSON MIST" - ABATTAGE ÉLECTRONIQUE AU RWANDA





LES SPECTRES EMPLOIENT MAINTENANT À BAGDAD LA TECHNOLOGIE
QUI A ÉTÉ "TESTÉE" SUR LES UN MILLION D'AFRICAINS MORTS AU RWANDA

Par Joe Vialls





Opération "Crimson Mist"

En fin d'après-midi du 6 avril 1994, une pluie d'obus de canon a déchiré le fuselage d'un avion de ligne survolant le centre du Rwanda. Plusieurs secondes plus tard, l'avion en feu a explosé à son impact avec le sol, tuant le Président Habyarimana du Rwanda, le Président Ntaryamira du Burundi, et la plupart de leurs hauts fonctionnaires. En cette funeste milliseconde de temps, toute la structure de commandement politique de l'Afrique centrale a été décapitée, laissant la voie ouverte à l'opération «Crimson Mist", la plus obscène expérience de contrôle de l'esprit extrême jamais montée par les États-Unis d'Amérique contre une nation souveraine. Que "Crimson Mist" ait été utilisée encore récemment à plus petite échelle en Irak, est maintenant hors de doute.

Tandis que Habyarimana et ses collègues faisaient leur plongeon mortel, un petit groupe d'hommes et de femmes américains attendaient dans une grande hutte au bord d'une discrète piste d'atterrissage en gravier à quelques milles de la capitale rwandaise Kigali, abri provisoire pour leurs trois avions de transport Hercule C-130 banalisés. Tous les membres de l' équipage portaient de fausses identités les présentant comme « chercheurs atmosphériques » employés par une agence civile américaine authentique, mais c'était seulement pour l'identification de secours si un des avions aviat été forcé d'effectuer un atterrissage imprévu sur le territoire inhospitalier. Dans un but de sécurité totale, ni eux ni leurs trois porteurs n'avaient jamais été en Afrique.




Quand les nouvelles de l'accident présidentiel furent couvertes par la radio, un des avions Hercules a été rapidement préparé pour le décollage. L'ingénieur de vol a vérifié la fixation des paquets de RATO [Rocket Assisted Takeoff], alors que les scientifiques faisaient des ajustements finaux à une grande antenne parabolique à micro-ondes montée sur la rampe de chargement arrière des avions. Ce fut cette pèce d'équipement étrange et ésotérique à elle toute seule qui contribuera directement aux décès de plus d'un million de civils africains pendant les cent jours qui ont suivi. Bien que complètement silencieux en opération, l'unique antenne parabolique à micro-ondes a eu plus de potentiel de massacre qu'un escadron entier Spectres AC-130 de combat armés de cinquante canons Gatling.







Décidés à perpétrer un génocide


Bien qu'officiellement étiqueté «expérience», aucun des participants n'a eu aucun doute que ce fût simplement un maquillage pour l'horrible opération à venir. Chaque membre avait été soigneusement contrôlé et puis recontrôlé par l'US Intelligence pour s'assurer qu'il ait «ce qu'il faut», et soit philosophiquement dévoué à deux objectifs.

Premièrement, à la nécessité pour l'évolution de contrôler ou d'éliminer la dissidence politique par des moyens extérieurs dans la perspective du 21ème siècle, et en second lieu, à la nécessité d' enrayer ou d' inverser l' augmentation massive des populations dans le monde, qui menaçait de submerger les ressources naturelles, particulièrement l'eau et la nourriture existantes. Intrinsèquement, ceci a exigé une volonté de commettre le génocide, et chaque participant avait passé ce test crucial avec mention.

Tandis les moteurs des Hercule démarraient dans un rugissement, les agents américains à Kigali travaillaient aux côtés de fonctionnaires et de membres locaux du service de sécurité rwandais, augmentant la suspicion publique au sujet d'un acte criminel du crash aérien du Président. Incitée par l'administration corrompue, des membres de la tribu hutu commençèrent à manifester contre des membres de la tribu tutsi et à jeter quelques pierre sur eux. Plutôt innocent au début, hormis quelques méchantes entailles à la machette ici et là. Mais le Hercule C-130 a alors fait un passage soigneusement calculé directement au-dessus des Hutus en tête, et ils sont soudainement devenus enragés. L'oeil vitreux, l'humeur de la foule hutu est passée de la colère simple à la fureur incontrôlable, et en quelques minutes, des centaines de diverses parties de corps tutsis volaient dans l'air.







Création de la fureur électronique


Ce que l'équipage du Hercule avait exactement accompli a été un secret dévoilé depuis la fin des années 50, quand les chercheurs ont accidentellement découvert qu'il y a une onde cérébrale précise de «commande» pour littéralement tout ce que nous faisons, et pour tout nous ressentons. Le problème de fond était alors que chacune de ces ondes de crontrôle cérébral [fureur, crainte, panique, léthargie, nausée, et ainsi de suite] a devait être transmise avec précision d'émission à trois décimales, ou elles ne fonctionnaient simplement pas du tout. Mais, les années passant, et avec l'arrivée des transistors et des microprocesseurs, l'application opérationnelle des ondes précises de contrôle cérébral est devenue réalité fonctionnelle.

Il est important de noter ici que le piège mortel répété des centaines de fois par le Hercule C-130 au Rwanda entre avril et juillet 1994, n'était pas du «contrôle de l'esprit classique» dans le sens où l'entend la «conspiration finale», c.-à-d. où les gens prétendent entendre les messages complexes à l'intérieur de leur tête, ou où ce qu'on craint que le NSA [ou ses semblables] prévoient pour transformer chacun en zombi impuissant en implantant des puces électroniques dans leur bras ou cou. Ce à quoi s'est livré en fait l'équipage du C-130 c'est «d'accroître électromagnétiquement» un état préexistant. Rappelez-vous que les agents et le personnel de service de sécurité ont dû d'abord diriger les membres de la tribu hutu dans la direction du Tutsi, induire une colère raisonnable, et s'assurer qu'ils étaient convenablement armés. Ce n'est qu' alors qu'a pu aller agir le C-130 avec l'onde de contrôle cérébral précise de la «fureur», intensifiant et transformant ainsi le comportement de la foule, de manifestants en colère en fous génocidaires incontrôlables. Bien que pas le «classique», ceci a incontestablement été et est du contrôle mental pour la simple raison que des moyens externes ont été utilisés pour imposer un changement irrésistible de comportement.

Pour ceux qui veulent vraiment savoir quels gouvernements ou quelles agences modifient le comportement public par folie, l'explication n'est pas trop compliquée, cependant obtenir des détails des fréquences classifiées du contrôle de l'esprit est presqu'impossible. Divers universitaires ont réellement démontré certains de ces effets quasi-publiquement au cours des années, qui prouvent la dure réalité pour les sceptiques.

Une des références dans ce domaine est le Dr. Elizabeth Rauscher-Bise, qui était une scientifique et une chercheuse nucléaire au laboratoire national de Lawrence Berkeley et à l'institut de recherche de Stanford, professeur de la physique à l'Université de Californie de John F. Kennedy, consultante en matière de recherches à la NASA et à l'U.S. Navy, membre d'IEEE, APS, AAAS, MAA, ANA, AAMI. Elizabeth Rauscher-Bise a identifié des effets spécifiques de fréquence pour induire la nausée, le bonheur et beaucoup d'autres états comportementaux, il y a des décennies. Manifestement, le Dr. Rauscher-Bise est une passionnée : « Donnez-moi l'argent et trois mois », se vante-t-elle , « et je pourrai affecter le comportement de 80 pour cent des personnes en cette ville à leur insu. Les rendre heureuses - ou du moins, elles penseront qu'elles sont heureuses. Ou agressives. »

À la différence de beaucoup de chercheurs dans ce domaine, Elizabeth Rauscher-Bise tend à être ouverte au sujet de son travail; elle a démontré de nombreuses fois les effets dans des forums quasi-publics, et prétend les expérimenter seulement sur les personnes parfaitement au courant. Il y a de nombreuses années, pendant une démonstration mémorable en Californie, elle a tourné une onde cérébrale spécifique vers tous les étudiants situés du côté gauche de la salle, suite à quoi, ils se sont mis à claquer des dents collectivement et de manière incontrôlable. Quand les étudiants non touchés du côté droit de la salle ont suggéré que ceci pourrait être une certaine sorte de tour, Elizabeth Rauscher-Bise a tranquillement tourné l'onde cérébrale spécifique sur eux à la place. Le côté de doite a alors subit exactement le même sort, observé par les étudiants stupéfaits, mais les étudiants du côté gauche ne furent plus affectés.




Basses fréquences supplémentaires (ELF)

Le problème principal réside dans l' envoi des ces ondes cébrales vers la cible, parce qu'elles se situent toutes dans un spectre extrèmement-bas, entre 0.1 et 25 Hertz [cycles], avec toutes les ondes de contrôle cérébral dans une bande centrale encore plus étroite entre Hertz 0.6 et 10.2. Ce sont effectivement les mêmes que des fréquences de la «terre», signifiant qu'il est très difficile de les diriger par l'intermédiaire de la transmission conventionnelle par radio . Rappelez-vous que pour être efficace dans l'amplification sélective du comportement d'une foule, vous devez pouvoir limiter la livraison à des foules bien définies dans des secteurs bien définis. Ceci est réalisé en employant un faisceau de micro-ondes à extrêmement hautes fréquences, dont l' amplitude est alors modulée exactement au même taux que l'onde de contrôle cérébral désirée. Il est beaucoup plus facile d'expliquer ça en images, alors, regardez le diagramme ci-dessous de plus près.




Les micro-ondes dans les fréquences de l'ordre de 1,0 à 3,0 gigahertz voyagent en lignes parfaitement droites, comme la lumière, ce qui facilite leur contrôle, en termes de direction, indépendamment du niveau de puissance. Dans la plupart des cas, les micro-ondes sont transmises par une antenne parabolique du type que vous voyez fréquemment placées de façon ignoble sur un haut pylone pour émetteur de télévision. Ils sont conçus pour transférer des données à haut volume électronique entre le studio de télévision et de l'émetteur, et vice versa.

Lorsque les «Mind Controllers» américains [score] avec leur matériel aéroporté et monté sur camion, ils utilisent des antennes micro-ondes qui peuvent être ajustées, exactement de la même manière que vous ajusteriez le focus d'une lampe de poche à faisceau variable. Comment ceci est effectué est indiqué dans le second schema, ci-dessous.



Dans l'exemple des tribus hutus rwandaises exposé au début de ce rapport, l'équipage du C-130 Hercules a eu uniquement besoin de connaître la largeur de la foule ciblée sur le terrain, et la largeur de leur propre faisceau micro-ondes à n'importe quelle altitude en pieds déterminée précisément [telle qu'indiquée directement à partir de l'altimètre radar]. Avec ces deux valeurs disponibles, il est alors très simple de régler la largeur du faisceau avec précision pour [bracket] la foule ciblée avec précision à partir de n'importe quelle altitude choisie.



suite (traduction en cours) :


«Pillage» de Bagdad

Mais cet équipement n'est pas seulement déployé dans les grands et lourds avions de transport Hercules. Au cours de ces dernières semaines, des experts européens en sécurité européenne ont conclu que les petites versions de Crimson Mist ont récemment été déployés sur la rue de Bagdad, destinés en partie pour augmenter la ligne de propagande dans les médias que les citoyens irakiens sont de dangereux sauvages, qui ont tous grandement besoin d'une supervision directe par les autorités «démocratiques» américaines. Un exemple classique est le «pillage» du musée de Bagdad, apparemment par une foule de foule indisciplinée, mais des séquences vidéo racontent une histoire très différente. Pour réussir ce coup, les autorités américaines ont eu besoin de rassembler une foule; ceci fut organisé très facilement par une promesse de nourriture gratuite. Then they needed to place the crowd outside the museum, which again was easy because they located the free food outside the museum itself. Next up, the attention of the crowd had to be drawn to the museum itself, which was achieved in spectacular fashion by firing two 120-mm shells from an Abrams tank gun straight through the main doors.

Fine so far, but how to get them inside? The video shows two soldiers gesticulating to the crowd, urging them to go in and help themselves, thereby clearly identifying the target “Rwanda-style”. Then it starts to get really interesting! The two soldiers rapidly withdraw, leaving the Iraqis standing leaderless outside the open doors, and then CLICK, just like flicking a light switch, the entire crowd goes nuts absolutely simultaneously, which never happens in real life. In the real world there is always a leader visibly stirring up the crowd and preparing them for action, but not outside the Baghdad Museum. One second these folk are dull hungry Iraqis, next second they are instant uncontrollable maniacs streaming in though the museum doors.

It is also suspected that the same equipment was used to augment the “looting attacks” on various hospitals around central Baghdad, though this claim seems to be based as much on logic as it is on video footage. These so-called “looters” are Iraqi citizens who received essentially free health care in the hospitals under Saddam Hussein. Not only that, but their wives and children are being bombed and shot by Americans, meaning that their free hospitals are absolutely essential to them, and thus the very places they would normally defend in the first instance. Bearing this logic in mind, it seems likely that the European security experts are also correct in this claim.



Homeland 'Security'

While there is unlikely to be very much concern in America, Britain, and Australia for the plight of Iraqis on the streets of Baghdad, it may be time to examine what is likely to happen in our own “democratic” countries if things get more out of control than they are at present. Remember that the 2.2-million-strong demonstration in London just before the illegal invasion of Iraq, had little if anything to do with English folk liking Saddam Hussein. Iraq was merely an excuse for this unprecedented mass of human beings to migrate to London waving banners that mostly read “Not in Our Name” at corrupt politicians.

The bottom line is that the next time 2.2 million British citizens descend on the capital to have a go at the politicians [their real targets], they might be carrying something far more dangerous than banners. Every policeman and military man knows very well that a 2.2 million strong mass with hostile intent, simply cannot be stopped by standard riot control techniques, and they cannot be stopped by bullets fired by soldiers on the streets. Even if British soldiers could be persuaded to open fire on their own neighbors [most unlikely], the entire Army would be powerless to act. So what then?

Across the Atlantic in America, and in Australia, things are really no better. As I write, the American dollar is heading straight for basement levels, which in turn will lead to a depression and increased anger on the part of all Americans, aimed largely at corrupt politicians on Capitol Hill. Naturally the politicians will try to put the people down as usual, but what if this time it is a step too far. What if a few hundred or few thousand of the 260 million private weapons in American hands are brought into play, what then?

The chances are that in all affected western countries, politicians and their real masters will try to invoke the use of highly unconventional weapons in order to try and save their own worthless hides. How successful they might be when that day comes, as it surely will, is largely up to you.



Joe Vialls

Web posted at: frankenstein http://www.joevialls.co.uk/subliminalsuggestion/mindcontrol.html





source:
frankenstein http://educate-yourself.org/cn/americanmcinbaghdad29may03.shtml




Dernière édition par invitée le Lun 17 Oct 2011 - 14:19, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: GÉNOCIDES ET GUERRES CIVILES, DÉCLENCHÉS PAR ONDES ÉLECTROMAGNÉTIQUES   Ven 23 Mar 2012 - 3:48



Une partie des articles postés sur ce topic a été déplacée ICI.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: GÉNOCIDES ET GUERRES CIVILES, DÉCLENCHÉS PAR ONDES ÉLECTROMAGNÉTIQUES   Aujourd'hui à 3:52

Revenir en haut Aller en bas
 
GÉNOCIDES ET GUERRES CIVILES, DÉCLENCHÉS PAR ONDES ÉLECTROMAGNÉTIQUES
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TRANSITION ET ARCHE :: PLAN DE NOS PRÉDATEURS :: Dépopulation programmée :: Génocide par guerres-
Sauter vers: