TRANSITION ET ARCHE


 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 MUT'A ET MUFA'KATHAT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: MUT'A ET MUFA'KATHAT   Lun 15 Nov 2010 - 14:52








Dernière édition par invitée le Jeu 17 Mar 2011 - 17:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: MUT'A ET MUFA'KATHAT   Lun 15 Nov 2010 - 14:58

À première vue, ces pratiques dénoncées dans le documentaire semblent ne pas faire partie des crimes pédocriminels du réseau Illuminati auxquels est consacré cette catégorie "Réseau mondial d'enlèvements, viols, tortures et sacrifices d'enfants". Mais, à mon avis, c'est étroitement lié.

Les Illuminati sont au service d'entités malfaisantes, qu'on les appelles démons, reptiliens, entités déchues, Annunaki,... Ces entités ont vécu sur la Terre pendant un certain temps (Annunaki, anciens dieux,...) et elles sont à l'origine des anciennes cultures et de leurs lois. Certains hommes sont également plus ou moins sous leur contrôle (voir la notion de "double humanité", de "fils de bélial").

Il n'est donc pas étonnant que certaines pratiques perdurent, que certaines lois ou prescriptions soi-disant divines ait été introduites dans diverses civilisations afin de perpétuer perversités et souffrances au sein de l'humanité esclave.
La civilisation Annunaki ayant son origine dans l'ancienne Sumer et une partie de l'Afrique et de l'Asie, ces coutumes destructrices (circoncision, excision, pédophilie légale, mariage forcé, oppression des femmes,....) ont y donc traversé les siècles et y sont donc plus vivaces au sein des populations aujourd'hui qu'ailleurs.

C'est pour ça que je pense qu'il y a un lien entre les crimes du réseau Illuminati, au service des entités déchues, et certaines "pratiques culturelles" destructrices, notamment celles qui sont liées à l'oppression des femmes et à la destruction de la sexualité (en Occident, elle est pervertie par la pornographie). Il y a d'ailleurs des similitudes évidentes entre ce que décrivent certaines esclaves sexuelles du programme monarch et la façon dont sont traitées fillettes et femmes dans certaines cultures (mariages précoces, mariages forcés, devoir conjugal, mise sous tutelle du père puis du mari, ...).

Le but de tout ça étant de:

  • bloquer l'énergie féminine, donc amputer les femmes, d'une certaine façon, et les rendre craintives et malheureuses; or, des mères craintives et malheureuses font des enfants craintifs et malheureux.

  • empêcher l'échange énergétique Yin/Yang entre les femmes et les hommes, donc, de créer des sociétés déséquilibrées par un excès de Yang (sociétés patriarcales guerrières, violentes, hypermentales, psycho-rigides, ...).

  • d'engendrer de la frustration et de la haine chez la femme vis-à-vis de l'homme, souvent de façon inconsciente, donc de générer la division la plus grave qui soit, celle entre les femmes et les hommes.




Dernière édition par invitée le Lun 3 Oct 2011 - 6:53, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: MUT'A ET MUFA'KATHAT   Lun 15 Nov 2010 - 14:59

Karmaone : Les civilisations reptiliennes que vous décrivez semblent très étranges: elles seraient fondées sur une ségrégation, une séparation. Ségrégation entre sexes: race féminine, masculine, asexué, robot (représenté par les Gris). Est-ce le résultat d’une décadence où la technologie et le génie génétique auraient joué un rôle prépondérant ? Ces "castes" et races auraient-elles la même origine ?

Anton Parks : C'est une fois de plus la guerre qui est à mettre en cause. Ce sont les Anunna qui ont amené la guerre sur Terre. À l'origine, il n'y avait aucune ségrégation entre les deux sexes chez les Gina'abul. Lorsque les mâles, les fameux Ušumgal et Mušgir, ont découvert la puissance sexuelle féminine et qu'ils ont compris que s'ils s'en rendaient maître, cela leur donnerait plus de puissance. Une partie d'entre eux voulut emprisonner les femelles Gina'abul pour leur faire subir des abominations. Les prêtresses se sont confinées sur elles-mêmes, multipliant les secrets et les rites hermétiques pour se protéger des mâles. C'est d'ailleurs à cette époque qu'elles créèrent les particules linguistiques supplémentaires qui forment l'Emešà (langage matrice) qu'aucun mâle n'est censé pratiquer. Elles purent de cette façon communiquer entre elles en toute confiance.
Les Gina'abul ancestraux possèdent la même origine, mais ce sont les nombreux conflits qui ponctuent leur histoire qui explique que seulement quelques-uns d'entre eux soient restés en Ušu (la constellation du Dragon), le berceau originel de la race. Les Gina'abul se sont répandus dans notre univers pour cette raison. On retrouve par exemple les Ušumgal et la majorité des Amašutum en Nalulkára (la Grande Ourse), les Kingú en Te (la constellation de l'Aigle), les Mušgir et les Mìmínu (les "Gris") en Urbar'ra (la Lyre), quelques Amašutum en Mulmul (les Pléiades) où furent d'ailleurs créés les Anunna, etc...


Karmaone : Vous décrivez une vraie guerre entre le féminin et le masculin, entre reptiliens et reptiliennes. Les mâles sont froids, avides de pouvoir et tournés vers la technologie tandis que les femelles semblent plus équilibrées, capables d’empathie et de compassion. Est-ce une volonté des planificateurs ou des reptiliens mâles de poursuivre le développement de cette société très spécialisée ou bien est-ce le résultat d’une décadence qui leur échappe ?

Anton Parks : Bien sûr, il ne faut pas généraliser, toutefois nous pouvons relever que ce ne sont pas les femmes qui provoquent les guerres sur Terre! Je vais retourner la question. L'histoire et surtout les événements mondiaux actuels ne nous montrent-ils pas que les hommes qui possèdent le pouvoir sont très souvent froids, avides de puissance, tournés vers la technologie alors que les femmes paraissent, d'une façon générale, plus mesurées ?
Comme je l'ai précisé précédemment, les femelles Gina'abul (les Amašutum) se sont protégées des mâles en se mettant à l'écart de ces derniers. Cela a créé des tensions qui se sont ensuite transformées en conflits sanglants. Le sexe ayant été banni pendant longtemps, les Gina'abul s'employèrent à procréer à l'aide de la génétique, ce qui donna toutes sortes de spécimens et d'hybrides auxquels appartiennent par exemple les Mìmínu (les "Gris") qui ne sont que des esclaves au service des mâles Gina'abul… Ce fut donc en se déconnectant mutuellement que les reptiliens femelles et certains mâles se spécialisèrent dans le clonage. On peut effectivement voir cela comme une décadence inéluctable.



[...]


Karmaone : Les anciennes religions et nombre de cultes shamaniques vénèrent la nature et à véhiculent la notion de "féminin sacré". Les gnostiques (textes de Nag Hammadi) et la religion des Mystères vouent également un culte au féminin sacré et à Sophia (ou sagesse), l’entité source de toute chose dans notre monde. Or, aujourd’hui, nos religions monothéistes (les religions du livre, cad le christianisme, le judaïsme et l'islam) sont paternalistes, révèrent un dieu masculin (YHVH, Yahveh, Jéhovah), dominateur et sévère. Ce sont également des cultes messianiques et rédempteurs. En ce qui concerne le christianisme, il semblerait que "l’amour du prochain" et le culte de la vierge soient des ajouts tardifs provenant finalement de traditions païennes plus anciennes. Les textes et les auteurs gnostiques dénoncent ces religions patriarcales conquérantes et guerrières qui se seraient comme une sorte de virus inoculé par des extraterrestres, les Archontes. Est-il raisonnable de penser qu'en réalité les gnostiques parlaient de reptiliens mâles lorsqu'ils décrivaient les Archontes?

Anton Parks : Oui, c'est tout à fait mon avis ! Malheureusement, je ne vais rien vous apprendre en vous rappelant que tout a été fait pour cacher la vérité sur l'origine et l'apparence des "dieux" qui ont transformé le code génétique de l'humanité en vue d'aliéner leurs esclaves qu'ils assimilent à des Á-DAM (animaux).


[...]


Karmaone : Toujours selon Paul Von Ward, le système de pouvoir que nous subissons aujourd’hui est la conséquence du système imposé par les Anunnakis et les Sumériens: un système patriarcal, hiérarchisé et centralisé avec des monarchies héréditaires de droit divin. Qu’en pensez-vous ?

Anton Parks : Je ne peux malheureusement que confirmer. C'est d'ailleurs même inscrit sur les tablettes sumériennes. La royauté s'est transmise de "divinité" à humain par « intronisation pompeuse ».


[...]


Karmaone : D’après vous, les reptiliens mâles se nourriraient des peurs, des traumatismes et de toutes les énergies négatives dégagées par les "femelles" alors qu’elles sont captives. Les religions et les cultes sacrificiels auraient pour but de donner de l’énergie, dégagée par le traumatisme et la peur, aux entités vénérées lors du sacrifice. Ces pratiques dérivent-elles du fait que ces entités reptiliennes seraient avides d’énergie ? Certains auteurs évoquent des pratiques similaires sur les hommes.

Anton Parks : Vous voulez sans doute parler d'un auteur comme David Icke. J'ai un grand respect pour cet homme bien qu'il soit manifestement dans la peur et que tous les reptiliens représentent pour lui des êtres malveillants. Malgré cette position contestable à mes yeux, pour les raisons évoquées dans le premier tome, je dois bien avouer que Icke a raison sur de nombreux points.
Les reptiliens "terrestres" comme les Anunnaki ou leurs descendants directs ont besoin d'absorber la basse énergie que peut dégager l'être humain lorsqu'il a peur pour la simple raison que la fréquence terrestre (le KI = la 3ème dimension) est plus élevée sur Terre que sur les différents mondes qu'ils occupent dans la galaxie. N'oubliez pas que les Anunna sont arrivés sur Terre par hasard. Ils ont eu beaucoup de mal à s'y adapter. Depuis leur arrivée sur Terre, les Anunna et leurs acolytes consanguins n'ont cessé de faire des manipulations de toutes sortes pour baisser la fréquence du KI. La caste dominante des Gina'abul mâles ne connaît pas l'Amour tel que certains humains l'ont intégré. L'être humain, même diminué aujourd'hui, représente donc toujours un danger pour cette communauté.
Dans "Le Secret des Étoiles Sombres", j'ai expliqué de long en large le rôle de la femme, plus précisément le rôle des prêtresses Gina'abul au sein de la communauté reptilienne et le rapport qu'elles entretiennent avec les planificateurs dont elles font partie. J'ai détaillé la puissance de la féminité que l'on nomme sur Terre "la puissance de la Déesse". Différents Gina'abul mâles, comme les Mušgir et certains Ušumgal ont effectivement emprisonné des femelles pour leur soutirer leur pouvoir par la force et la torture. Ceci créa une scission radicale chez les Gina'abul qui ne se colmata que lorsque les femelles Gina'abul s'intégrèrent aux Kadištu (planificateurs).



étoile 1 http://transition888.heavenforum.org/anciennes-civilisations-f29/sumer-et-annunakis-anton-parks-partie-i-t364.htm




Anton Parks : Le culte de la Déesse-Mère et celui des femmes en général a toujours terrifié le monde politico-religieux patriarcal. Faut-il rappeler que la très Sainte Église a considéré la femme jusqu'au Moyen Âge comme une souillure qui pouvait être battue, torturée, violée et mise en esclavage. Ah, oui, j'oubliais, la femme n'avait pas d'âme (sic). L'ancienne religion, celle de la Déesse-Mère, n'a cessée d'être persécutée au fil des âges. Au Moyen Âge, justement, la religion de la Déesse était une concurrente menaçante pour le dogme judéo-chrétien plus récent. En 1484, le pape Innocent VIII chargea l'inquisition de lancer la chasse à l'ancienne religion matriarcale. La publication en 1486, du Maleus Malificarum "le Marteau des Sorcières", ouvrage des dominicains Heinrich Kramer et Johann Sprenger, établit les bases d'un règne de terreur qui dura plus de deux siècles dans toute l'Europe jusqu'en Amérique du Nord. On estime à 9 millions le nombre d'"hérétiques" qui furent exécutés, dont 80 % de femmes, d'enfants ou de jeunes filles dont l'Église pensait qu'elles avaient hérité du "mal" de leurs mères ! La misogynie devint un élément capital de l'Église Catholique médiévale; la femme et sa sexualité étant "le mal incarné". La femme accusée de sorcellerie était arrêtée brutalement, sans avertissement, déclarée coupable et brûlée… c'était il y a plus de 500 ans seulement, Alléluia !



Karmaone : Les deux premiers tomes des "Chroniques du Ğírkù" font souvent référence au cycle menstruel, à son importance, à son pouvoir de guérison et d’entendement puisque les menstrues des Amašutum, des entités féminines du récit, sont employées dans le cadre de rituels sacrés. On retrouve très étrangement cette coutume dans les anciens rituels gnostiques qui vouaient un culte particulier à l’éternel féminin. Par contre, dans certaines autres traditions rituelles ou religieuses et plus particulièrement les religions du Livre, comme l’Islam, la femme est considérée comme impure pendant cette période de sa vie et son cycle menstruel est frappé d’un tabou, d’un interdit très puissant. À cet égard, vous mettez en évidence un texte extrait du Manuscrit de la Mer Morte 4Q266 Frag9 Col2: « Quiconque cohabitera sexuellement avec une femme durant son flux sanguin contractera la souillure causée par la menstruation; et si un écoulement survient à nouveau en dehors des règles normales, elle sera impure durant 7 jours ». Pourquoi ce tabou sur les femmes au point de les comparer souvent à des sorcières ?

Anton Parks : La femme est au cœur d'un complot universel depuis la nuit des temps. Son pouvoir a effrayé les "dieux" des différentes mythologies et il effraie l'Église, car il pourrait libérer l'être humain et ce dernier n'aurait plus besoin du clergé pour se rassurer et se sentir "assisté". Les menstrues des femmes terrestres ont, elles aussi, fait l'objet de rituels sacrés et très hermétiques pour les raisons que l'on imagine bien.
Puisque nous sommes dans les grandes vérités, examinons le sens exact du mot "sorcière" dans la langue des "dieux". Nous allons y trouver comme par enchantement un thème fondamental que la religion judéo-chrétienne s'est évertuée à masquer au regard du peuple. Le terme sumérien utilisé pour exprimer une sorcière est Míuš'zu. Sa véritable traduction, et les divers interprétations que l'on va pouvoir en faire grâce aux homophones dont les Sumériens étaient tellement friands vont nous mettre sur la voie d'un sens astucieusement dissimulé. La simple décomposition de MÍ-UŠ12-ZU donne "la femme à la sécrétion-sagesse" ou encore "la femme au venin-connaissance"…


[...]

Toutes ces révélations peuvent vous sembler étranges, j'en conviens, mais vous ne devez pas oublier que la société dans laquelle nous vivons est totalement déconnectée du sacré et de certaines réalités. Le sexe a été volontairement banalisé et se vend aujourd'hui au coin des rues comme une vulgaire marchandise prête à la prompte consommation. Le "génie" de l'homme n'a jamais cessé sa quête des moyens les plus raffinés et pervers en vue d'exploiter la femme pour son plaisir immédiat et l'argent qu'il peut en tirer. Il possède même la capacité de jouir de la souffrance de son double féminin, il est sans nul doute le seul animal (Á-DAM en sumérien) capable de torturer et tuer son prochain pour son bon plaisir. En déformant de la sorte certaines réalités, l'être humain a su se confiner dans un monde formaté, totalement à l'image de l'univers pervers des "mauvais archontes" reptiliens décrits dans les textes gnostiques et qui se sont fait passer pour les véritables divinités de notre univers. Une honte existentielle accompagne le sens du sacré, car le sexe est le centre de la culpabilité infligée par ces mauvais "dieux". Si les "dieux" sumériens, transformés en un dieu unique et universel dans une grande majorité de religions, ont posé un interdit sur le sacré au point qu'aujourd'hui ce sacré soit devenu une véritable foire, c'est uniquement pour détourner l'humanité de la véritable réalité qui lui permettrait de s'élever. Une grande majorité d'entre vous n'a aucune idée du merveilleux qui nous entoure. Vous, qui lisez ces lignes, si vous avez la joie de partager votre vie avec une personne que vous aimez profondément, vous devez comprendre que le sexe n'a rien avoir avec une performance telle qu'elle vous est présentée par les médias. Le sexe est une connexion du cœur, une fusion dans l'amour véritable…


[...]


Anton Parks : C'est un vaste sujet que j'aborde dans mon premier ouvrage "Le Secret des Étoiles Sombres" et que je précise dans Ádam Genisiš. La pratique qui permet l'élévation spirituelle se prénomme Tantrisme en Inde. Cette action, combinée avec la pratique des mélanges des fluides, apporte une transformation importante de l'individu. La seule condition étant de réaliser cet acte avec respect et uniquement avec la personne que l'on aime profondément. Je préfère le préciser, car il s'agit d'un procédé "magique", qui peut être détourné s'il n'est pas réalisé dans l'Amour Inconditionnel !

Je vais détailler ici les propos que j'expose dans mes ouvrages en précisant la démarche à suivre. Le Tantrisme est un dialogue religieux entre l'homme et la femme en vue de la réalisation de l'unité. Dans le Tantrisme, chaque femme est une prêtresse dans laquelle est incarnée la Déesse-Mère; véritable voie d'accès vers l'absolu. Plus l'acte est long, plus la sexualité est intégrée dans un cadre spirituel qui est proche de la relaxation et du yoga. Le yoga tantrique assimile, tel une alchimie interne, les principes masculins et féminins dans le corps humain. La relation sexuelle tantrique est tout le contraire d'un acte sexuel "usuel" où l'homme cherche à atteindre sa jouissance personnelle et son orgasme égoïste, imposant une relation bien souvent expéditive et inassouvie pour la femme que nous savons pourtant multi-orgasmique. Grâce à la pratique du Tantrisme, il appartient à l'homme de se mettre au niveau vibratoire de la femme et de pouvoir la faire vibrer en faisant travailler les sept chakras principaux, et ainsi créer une impulsion que sa partenaire lui renverra. La femme détient le rythme et la fréquence divine, celle de la sagesse; il incombe à l'homme de pouvoir se caler sur elle afin de "sacrifier ses pulsions primaires" en vue de se synchroniser sur la "Déesse". Le Tantrisme permet d'échapper à la condition humaine et de s'évader de la bestialité qui nous anime. Ceci, simplement à travers un orgasme sexuel prolongé, si possible sans émission séminale. Cet acte sacré a pour seul but de nous rapprocher du divin, les gnostiques qui prônaient un savoir intérieur, indépendamment de tout dogme religieux, le savaient bien:

« Si tu souhaites discerner la réalité de ce mystère, alors tu devras percevoir la notation merveilleuse des rapports qui ont lieu entre le mâle et la femelle. […] le mystère des rapports est exécuté dans le plus grand secret, de façon que les deux sexes ne puissent être déshonorés devant ceux qui n'éprouvent pas cette réalité. Pour eux, les sexes contribuent uniquement à procréer. Si l'acte se produisait en présence de ceux qui ne comprennent pas cette réalité, ceci paraîtrait totalement risible et incroyable… ».
Manuscrit de Nag-Hammadi, "le Codice Asclepius" (21-29), 6,8


Cette pratique millénaire correspond à la sexualité sacrée exercée dans les anciens temps par les prêtresses "Étoiles Sombres", et par la suite dans les temples sacrés où les prêtresses humaines de l'antiquité se livraient à la sexualité rituelle de la Déesse-Mère. Que cette pratique ait été accomplie dans des sanctuaires et que des prêtresses s'y soient accouplées avec des inconnus importe peu ici. C'était en d'autres temps et les mœurs n'étaient pas les mêmes qu'aujourd'hui, nous n'avons aucun jugement à porter à cela. Qu'il y eut également des débordements comme des orgies ou autres pratiques détournées, telles que la recherche d'un contact avec le surnaturel grâce à des extases provoquées à grand renfort de magie noire, ne nous élèvera pas davantage. Comme je l'ai indiqué, c'est un acte qui peut devenir dangereux s'il est exécuté dans un esprit de suggestion et de tromperie. Ce qu'il faut savoir aujourd'hui, c'est que le véritable Tantrisme, exercé à deux dans l'Amour Véritable avec la personne que vous aimez infiniment, ne comporte aucun risque; il procure, au contraire, infiniment de choses. J'insiste bien, cette sexualité doit se pratiquer à deux, entre deux personnes consentantes et aimantes, c'est une union sacrée dont le but suprême est de réveiller le divin en chacun de nous et de percevoir la réalité ultime au-delà des perceptions ordinaires. Nous pouvons également ajouter qu'il s'agit aussi d'une façon de recréer l'unité perdue, celle de l'androgynie qui relève de chacun de nous une fois l'incarnation achevée. C'est pourquoi la plus part d'entre nous est à la recherche de son double, en quelque sorte de son âme-sœur, pour accomplir consciemment ou inconsciemment l'acte extatique et revenir en quelque sorte "chez soi"… Vous comprenez ? Les transformations sont telles qu'elles peuvent également causer un déblocage important chez les plus personnes les plus "frigides". Ce n'est pas à moi d'énumérer les bienfaits de ces gestes millénaires que les anciens connaissaient parfaitement et qui furent finalement réservés à quelques rares initiés. L'expérience est en chacun de nous et propre à chacun. Les textes tantriques de l'Inde ne sont pas les seuls à exprimer le besoin qu'éprouvent la femme et l'homme à s'unir à nouveau pour reformer le couple divin androgyne qui pourra reproduire l'unité et créer une ouverture spirituelle; couple qui, selon la doctrine tantrique, entreprend lors de l'union sacrée d'interchanger les rôles, la femme devenant l'homme et inversement :

« Lorsqu'Ève était en Adam, la mort n'existait pas. Quand elle se fut séparée de lui, la mort survint. Si à nouveau elle rentre en lui et s'il la prend en lui-même, la mort n'existera plus ».
Manuscrit de Nag-Hammadi, "l'Évangile selon Saint Philippe", NH2, 3 68



étoile 1 http://transition888.heavenforum.org/t365-sumer-et-annunakis-anton-parks-partie-ii




Dernière édition par invitée le Lun 3 Oct 2011 - 7:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: MUT'A ET MUFA'KATHAT   Lun 3 Oct 2011 - 6:47

RÉPRESSION DE L'ÉNERGIE FÉMININE (YIN) PAR LES RELIGIONS





Le christianisme, tout comme le judaïsme et l'islamisme, a été conçu pour réaliser un autre point vital du Plan reptilien: la répression de l'énergie féminine, la liaison intuitive avec des niveaux plus élevés de notre conscience multidimensionnelle. Une fois votre énergie féminine et votre intuition réprimées, votre conscience supérieure est étouffée et vous êtes dominé par votre conscience inférieure. Vous êtes dissocié de vos plus nobles manifestations d'amour, de sagesse et de connaissance. Vous êtes donc à la merci des "informations" trafiquées qui bombardent vos yeux et vos oreilles. C'est pourquoi la Fraternité a cherché à créer un monde dans lequel l'énergie masculine est prédominante, en surface du moins. L'état d'être masculin que l'on dit "macho" désigne le fait que cette personne est déconnectée de son énergie féminine et est, par conséquent, profondément déséquilibrée.

Notez qu'il n'est fait mention d'aucune femme au cours du credo de Constantin. Il y est dit que Dieu s'est fait chair en Jésus « pour nous, les hommes et pour notre salut ». Le christianisme a été un bastion mâle dès sa fondation, créé afin de réprimer l'énergie féminine qui garantissait un équilibre. Les premiers fondateurs de l'église, tel Tertullien, ont banni les femmes de la prêtrise et leur ont même refusé le droit de parler à l'église... Ce n'est qu'en 1545, lors du Concile de Trente, que l'Église romaine a consenti de reconnaître que la femme avait une âme, et cela avec une mince majorité de trois voix seulement !

Les racines de ce dogme anti-féminin peuvent être perçues dans un reflet de l'Église chrétienne, le zoroastrisme, la secte du prophète et dieu solaire mythique, Zoroastre. C'est de la Perse (Turquie) que lui et sa religion ont émergés, le pays des montagnes Taurus et du domicile de saint Paul de Tarse. Zoroastre était farouchement misogyne et il disait « qu'aucune femme n'entrait au paradis, sauf celles qui se soumettaient à la domination et qui avaient considéré leurs époux comme des seigneurs. » Cette philosophie est presque une répétition mot pour mot du brahmanisme, l'épouvantable credo hindou qui a été introduit en Inde par les aryens des siècles auparavant.

Saint Paul (les Piso et Pline) a poursuivi le plan misogyne à travers de christianisme en préparant la scène de presque 2000 ans d'une horrible répression féminine. Parmi les petites perles de saint Paul nous retrouvons:

    « Femmes, soumettez-vous à vos maris car l'époux est la tête de l'épouse, tout comme le Christ est la tête de l'Église. Alors, si l'Église se soumet au Christ, ainsi les épouses doivent se soumettre à leurs époux dans toute chose. »
Ainsi que celle-ci:

    « Je ne supporte pas que la femme enseigne, ni qu'elle usurpe l'autorité à l'homme, mais qu'elle soit silencieuse. »
La chrétienté fut inventée pour représenter et perpétuer la vibration mâle extrême, l'énergie solaire, ainsi que pour garder secrète la connaissance ancestrale. L'Église chrétienne est devenue un système décisif et très efficace pour retirer la connaissance de la circulation afin qu'elle puisse être utilisée secrètement et malicieusement en coulisse. L'attaque faite à l'énergie féminine équilibrante et à l'accumulation de la connaissance a eu pour résultat la persécution des "sorcières", médiums, voyantes et prophètes en tout genre.

(...)

Saint Augustin d'Hippone, comme tous les héros du commencement de l'Église, provenait d'Afrique du Nord. Il était probablement dans sa jeunesse un gars jamais assouvi sexuellement... mais à l'âge de 31 ans, après une présumée conversion au christianisme, il a changé dramatiquement et a décidé que la sexualité était une chose horrible. Vous savez comment se comporte un fumeur lorsqu'ils cesse de fumer ses clopes... ? Saint Augustin n'acceptait aucune femme non accompagnée dans sa maison, pas même sa propre soeur. Comme il ne connaissait pas d'autres moyens de procréation que le sexe, alors à moins de laisser la race humaine disparaître, il était coincé ! Cependant, il a souligné que d'aucune manière on devait y prendre plaisir. J'ai essayé ça mon vieux, mais cela n'a pas fonctionné ! Voici comment Augustin percevait la sexualité:

« Époux, aimez vos épouses mais, aimez-les chastement. Insistez sur l'acte charnel uniquement dans la mesure de la nécessité de procréer des enfants. Puisque vous ne pouvez faire autrement, vous devez vous rabaissez à ce niveau contre votre gré, car c'est la punition d'Adam. »

(...)

Pour certaines raisons, j'approfondirai ce sujet dans un chapitre ultérieur, plus nous aspirons d'énergie à l'intérieur de notre champ énergétique, plus nous acquérons de pouvoir afin de contrôler et créer notre destinée. Pour ceux qui veulent nous avilir et nous dominer, il est d'une importance capitale de découvrir des moyens pour limiter la quantité d'énergie que nous absorbons. C'est de là que provient les manigances à propos de la sexualité. Les 3 chakras inférieurs sont celui de la racine, le chakra sexuel juste au-dessus, et le chakra de plexus solaire relié à notre niveau émotionnel. C'est ce chakra qui stimule l'estomac nerveux et qui génère les "papillons" lorsque nous sommes inquiets ou stressés. Par conséquent, l'attitude chrétienne et soi-disant "morale" face à la sexualité ferme le chakra racine, et l'énergie qui peut y être absorbée est transformée en agitation lorsqu'elle rejoint le chakra sexuel et le plexus solaire, cela à cause de la peur et de la culpabilité entourant le sujet.

Ceci déséquilibre et rabaisse l'ensemble du champ de conscience énergétique humain. La plupart des clercs chrétiens n'ont aucune idée de l'ampleur du phénomène, mais ceux qui contrôlent le christianisme et l'Église romaine en sont bien informés parce qu'ils ont accès aux connaissances qui ont été dérobées aux populations.

Chaque génération a été conditionnée à penser de la manière chrétienne en ce qui a trait à la sexualité, consciemment ou non. Et en retour, elle a participé à conditionner la génération suivante à penser de manière similaire. Mais la sexualité est une chose merveilleuse. Elle est faite pour être savourée. La capacité d'exprimer physiquement votre amour envers un autre être humain est un cadeau extraordinaire. Je ne me soucie pas de ce que votre sexualité puisse être. L'amour, c'est l'amour. Exprimons-le ! Si Augustin ou le pape ont choisi de se faire un noeud dans le poireau, ça les regarde, en autant qu'ils ne me disent pas comment vivre ma vie !

En Orient, en Asie et en Chine, les gens ont conservé cette compréhension du pouvoir de l'énergie sexuelle pendant des milliers d'années, et cette connaissance a été mise en application en Occident par le biais des sociétés secrètes et des rituels sataniques. Encore une fois, l'énergie sexuelle n'est que de l'énergie, et elle peut être utilisée pour créer ou détruire. Dans les religions orientales, la création consciente et la stimulation de l'énergie sexuelle est connue sous le nom de Tantra. La relation sexuelle y est vue, de manière adéquate, comme l'union et l'équilibre de l'homme et de la femme, le yang (l'homme) et le yin (la femme).

Le principe de la sexualité tantrique est de stimuler l'énergie sexuelle retenue au bas de la colonne vertébrale, l'énergie de la Kundalini comme on la connaît maintenant. Cette énergie était symbolisée par un serpent enroulé. Dans le tantrisme, les participants contrôlent et retardent l'orgasme afin de transformer la kundalini de son état premier (ching) en une énergie supérieure (ch'i), et finalement dans sa plus haute expres​sion(shen). Ceci est réalisé en élevant l'énergie le long de la colonne vertébrale, puis en la faisant redescendre, et encore, jusqu'à ce qu'elle atteigne un niveau vibratoire qui permette de reconnecter la personne au cosmos. À la fin de ce livre, vous comprendrez l'importance de ce phénomène, ainsi que ses fondements scientifiques.

Lorsque la Kundalini explose dans votre champ énergétique comme cela s'est produit pour moi en 1990-1991, cela peut vous sidérer mentalement, émotionnellement, spirituellement, et même parfois physiquement, jusqu'à ce que vous maîtrisiez sa force. Le fait de stimuler la Kundalini est décrit comme "allumer le feu intérieur". Pour moi, ce n'était pas un feu mais une explosion nucléaire ! Le tantrisme est fait pour compléter le processus d'éveil de la kundalini d'une manière plus contrôlée, mais parfois la manière non contrôlée offre une expérience plus évolutive et intense. Une fois la Kundalini éveillée, vous avez un apport constant d'énergie puissante, et avec son aide, vous pouvez créer ce que vous désirez.

Les adeptes du satanisme utilisent la sexualité comme un élément fondamental de leurs rituels, donc ils peuvent drainer cette énergie sexuelle, la Kundalini, pour servir leurs desseins horrifiants. Toutefois, cette énergie peut également être utilisée pour se libérer dès aujourd'hui de l'obsession chrétienne qui a fait du sexe une expérience sale, immorale et culpabilisante, qui réprime et déstabilise l'énergie de la Kundalini et déconnecte la personne de ses états d'être cosmiques.

(...)

Est-ce réellement une coïncidence que ces trois prisons de l'esprit qui répriment les femmes aient été à l'origine de tels conflits sanglants ? Sont-elles originaires de la même région du monde et se baseraient-elles sur les mêmes sources ?


David Icke - Le Plus Grand Secret - tome I




Bien que ce que David Icke dit au sujet de la répression de l'énergie féminine par les religions soit tout à fait pertinent, je ne partage pas son point de vue sur l'origine de celles-ci. Je pense qu'elles ont bien pour origine des prophètes inspirés par Dieu (la Source de la Création), pour justement sauver l'humanité des griffes de ses prédateurs. Mais une fois les Forces de l'Ombre chassées par la porte, elles sont revenues par la fenêtre, et, ne pouvant réussir à détruire le message, elles l'ont falsifié pour pouvoir l'utiliser à leurs propres fins. Le Judaïsme a été altéré par le Talmudisme, le Christianisme par le Catholicisme et le Protestantisme, le Bouddhisme par la Lamaïsme Tibétain, l'Islam par le Sunnisme et le Chiisme.

Si ces messages n'avaient pas été authentiques, "ils" n'auraient pas eu besoin de les falsifier et d'y introduire des dogmes, symboles et rituels babyloniens/sataniques qui n'existaient pas dans les enseignements originaux.


Enseignements du Monde

La belle chose est que, vous pouvez trouver plein de bons conseils, de sagesse solide, et d'enseignements profonds dans la plupart des diverses religions de la terre.

La Bible - Le sermon sur la montagne.
Le Bhagavad Gita - conversation entre Arjuna et Krishna, compréhension de haut niveau du non-être.
Livre Égyptien des Morts - compréhension du mal sur le plan astral.
La Torah - la relation interne entre l'homme et Dieu.
Le Koran - même chose que le dernier, et la droiture des relations.
Le Tao - la compréhension des saisons, des temps, et du destin.
Etc.

Elles ont toutes quelque chose. Vous devez simplement voir à travers la manipulation et les distorsions mises en place par les forces de l'ombre. Pensiez-vous qu'ils n'avaient bidouillé que dans la Bible? Sûrement pas.

C'est comme la politique l'ami. Ils contrôlent les DEUX candidats, pour que peu importe qui gagne, EUX AUSSI.

Eh bien, c'est la même chose dans les religions du monde. Ils ont mis le doigt dans toutes les tartes qu'ils ont pu trouver, afin de pouvoir contrôler qui que ce soit qui répondrait à leurs cultures par l'Esprit de l'Amour. Que vous soyez au Bangladesh, ou en Inde, ou en Chine, ou en Palestine, ou en Amérique, "ils" sont là, pour piéger les bonnes âmes avec leurs déformations.

En résumé, trouvez l'Esprit de l'Amour dans n'importe laquelle de ces idéologies culturelles et réagissez-y et laissez tomber le reste. Vous pouvez trouver Dieu dans tous ces livres, si vous les lisez avec les yeux du cœur.

« Coupez en deux une pièce de bois et vous me trouverez. Cassez une pierre en deux, et JE SUIS LÀ. »

Pigé?


Don Bradley


étoile 1 http://transition888.heavenforum.org/t448-notions-spirituelles-don-bradley


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: MUT'A ET MUFA'KATHAT   Aujourd'hui à 0:08

Revenir en haut Aller en bas
 
MUT'A ET MUFA'KATHAT
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TRANSITION ET ARCHE :: PLAN DE NOS PRÉDATEURS :: Contrôle mental :: Réseau mondial d'enlèvements, viols, tortures et sacrifices d'enfants-
Sauter vers: