TRANSITION ET ARCHE


 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 AHMADINEJAD SYMBOLE DE L'ANTI-SIONISME ET CONTRE LE NWO ???!!!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: AHMADINEJAD SYMBOLE DE L'ANTI-SIONISME ET CONTRE LE NWO ???!!!   Mer 12 Jan 2011 - 14:21

AHMADINEJAD SYMBOLE DE L'ANTI-CAPITALISME ET CONTRE LE NWO ???!!!


















Etats-Unis / Iran une union sacrée pour semer le chaos en Irak

On sait qu'il existe des « accords secrets » entre Téhéran et Washington. Les « néo-conservateurs » américains et israéliens ont pactisé avec les « réseaux safavides » iraniens... Washington et Téhéran oeuvrent ensemble pour la destruction de l'Irak.
Leurs dirigeants sont complices dans le crime. Et ce, même si nous approchons désormais d'une impasse. D'un côté, l'échec de Washingtonen Irak est patent; de l'autre, les heures sont comptées pour l'Iran... et l'embrasement de tout le Moyen-Orient semble inéluctable.
Le lecteur tirera également profit des avertissements de l'initié Zbigniew Brzezinski, l'ancien conseiller à la sécurité nationale des Etats-Unis. S'exprimant devant les sénateurs américains, il a mis en cause la junte néo-conservatrice impliquée dans le complot d'état du 11 septembre 2001.


71 pages
Editions Delacroix
8.00 € (52.48 FF)
référence article [ 1D42 ]















« JE VOUS EN PRIE , PEUPLE D'ISRAËL ET PEUPLE DU MONDE, REGARDEZ CETTE SITUATION.


VOUS ÊTES MANIPULÉS CONTRE LES RACES DE NON-JUIFS ET VICE-VERSA. VOUS ET NOUS TOUS AIMONS NOS ENFANTS ET LA LIBERTÉ DU MONDE DOIT S'UNIFIER ET PORTER ATTENTION À LA FORCE QUI JOUE AVEC LES PEUPLES COMME AVEC DES VIOLONS. LA PEUR DES UNS DES AUTRES ET LA SÉPARATION ET LES LOIS ONT TOUJOURS ÉTÉ LES ARMES DE BASE DES DICTATEURS GLOBAUX ET AUTRES.


ET JE DIS CECI AU PEUPLE ARABE:


JAMAIS, JAMAIS, JAMAIS LE CONTRÔLE DES ROTHSCHILD ET DES ILLUMINATI NE SE LIMITE À UN SEUL UN PARTI DANS UN CONFLIT. SI C'ÉTAIT LE CAS ILS NE SERAIENT JAMAIS ASSURÉS DU RÉSULTAT ET CE N'EST PAS LA MANIÈRE DONT ILS JOUENT LE JEU. DANS CHAQUE CONFLIT IMPORTANT, ILS CONTRÔLENT LES DIRIGEANTS DES FACTIONS, MÊME S'ILS SEMBLENT SE BATTRE DANS L'ARÉNE PUBLIQUE.


DONC NOUS SAVONS QUI CONTRÔLE LES FIGURES AU POUVOIR EN ISRAËL. LES ROTHSCHILD ET LES ILLUMINATI.


MAIS QUI, ALORS, CONTRÔLE YASSER ARAFAT ? JE VAIS VOUS DONNER UNE SUPPOSITION.


LES MÊMES PERSONNES QUI CONTRÔLENT MENACHEN BEGIN EN ISRAËL ET LE PRÉSIDENT SADATE EN ÉGYPTE DURANT " L'ACCORD POUR LA PAIX " AU TEMPS DE LA PRÉSIDENCE DE JIMMY CARTER. BEGIN, SADATE, ET CARTER, ÉTAIENT TOUS DES FANTOCHES DES ILLUMINATI, JUSTE COMME LES DIRIGEANTS D'ISRAËL, ARAFAT ET CLINTON LE SONT AUJOURD'HUI. C'EST UNE CHARADE, UN SIMULACRE, UN FILM POUR LE PUBLIC, RIEN DE PLUS.


CE QUI EST PASSÉ EST PASSÉ, ET LES PEUPLES D'ISRAEL-PALESTINE ONT BESOIN DE TRAVAILLER ET VIVRE ENSEMBLE, EN HARMONIE ET AVEC LE RESPECT MUTUEL. IL N'Y A PAS D'AUTRE MOYEN, À PART ENCORE DE CRÉER PLUS DE MORTS, ENCORE PLUS DE SOUFFRANCE ET ENCORE PLUS DE CONFLITS; EXACTEMENT CE QUE LES ROTHCHILD ET LES ILLUMINATI VEULENT. ILS ONT DES PLANS HORRIBLES POUR ISRAËL DANS LESQUELS TOUTES LES PARTIES VONT SOUFFRIR. SANS COMPTER LEUR PLAN POUR UNE ACTION IMPORTANTE À LA MOSQUÉE DU TEMPLE DU MONT, L'ENDROIT PRÉSUMÉ DU "TEMPLE DE SALOMON" SELON LA CROYANCE JUIVE.


ALLONS, PEUPLES DU MONDE, PEU IMPORTE VOTRE RACE, COULEUR, OU CULTURE. PEU IMPORTE VOS CROYANCES RELIGIEUSES OU VOS VUES SUR LA VIE. LA LIBERTÉ, POUR CE QUI EN RESTE, EST EN JEU POUR NOUS TOUS ICI ET PENDANT QUE NOUS DEMEURONS DIVISÉS PAR CES RAISONS INSIGNIFIANTES, CETTE LIBERTÉ EST CONDAMNÉE.


TRAVAILLONS ENSEMBLE PENDANT QU'IL EN EST ENCORE TEMPS !
LA GUERRE EST FINIE QUAND NOUS LE VOULONS.
LE MONDE EST CE QUE NOUS EN FAISONS.


NOUS VOULONS CHANGER LE MONDE. OK.
CHANGEONS-NOUS NOUS-MÊME.


S'IL VOUS PLAIT, FAITES CIRCULER CET ARTICLE À LA PLUS GRANDE ÉCHELLE POSSIBLE.
MERCI. »



DAVID ICKE


Note: Le livre, « The bloodlines of the Illuminati », par Fritz Springmeier est une autre source excellente d'informations sur ces sujets.


Traduction: Marie Tarr
Corrections: Nenki alias François Pierre





source :
à la loupe http://www.conspiration.cc/davidicke/hitler_rothschild.html



Ce qui était valable pour Arafat l'est aujourd'hui pour Ahmanidejad.










« In an email to me Sunday, Leo called the Iraq-Iran-Israel conflict a "foreign intelligence show" and Ahmaninejad a "well known Satanist with no real connection to Islam."

He said Putin's conflict with the Rothschilds is also a "charade." He is also Illuminati controlled.
»


Henry Makow Ph.D.


à la loupe http://www.savethemales.ca/001870.html




Dernière édition par invitée le Jeu 14 Juil 2011 - 17:19, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: AHMADINEJAD SYMBOLE DE L'ANTI-SIONISME ET CONTRE LE NWO ???!!!   Mer 12 Jan 2011 - 14:23

MIRZA MALKAM : L'INSPIRATEUR DE LA RÉPUBLIQUE ISLAMO-MAÇONNIQUE EN IRAN









Pour le peuple iranien, le pouvoir des mollahs est dans le sens des intérêts britanniques. Ces derniers ont toujours eu d’importants réseaux en Iran et les plus récents travaux des chercheurs sur l’histoire de l’Iran montrent l’origine Britannique des idées développées lors de la révolution constitutionnaliste. D’après le document de Mme Homa Nategh que nous publions, les idées englobaient la création d’un « Parti de Dieu » nommément appelé le Hezbollah et la création d’un « état islamiste absolutiste conforme aux aspirations des iraniens ». La majorité des iraniens ignore les détails de ces liens qui lient les mollahs aux Britanniques sauf que les iraniens constatent la très grande complicité entre la BBC persane et le régime des mollahs. Communément on dit que sous leurs barbes, les mollahs portent l’étiquette "Made in England".




À partir du 19ème siècle, sous l’impact des conditions économico-sociales, trois courants d’idées messianiques-réformistes se formèrent en Perse; courants distincts, mais non sans liens entre eux.


Apparut en premier le Bâbisme (1843-1850), qui puise ses origines dans les sectes Soufis, notamment le Cheikhisme [1]. Issu des périodes de crise dues aux conséquences diverses de la défaite de la Perse dans les guerres contre les russes (1804-1812 et 1826-1828), le mouvement, en premier lieu, mettait en cause les Ulémas Chiites comme responsables de la décadence de l’Iran et « hostiles aux idées modernes » [2]. Ainsi, le nouveau messie, dit le Bâb (“la porte”), et ses disciples se dressaient contre certaines prescriptions Chiites en abolissant la polygamie, le pèlerinage à la Mecque, les impôts religieux, et mêmes libéraient la femme « du port du voile » [3]. Sur le plan social, les Babis revendiquaient une distribution plus équitable des richesses en même temps que la réduction des impôts des classes démunies [4]. Enfin, les Babis réclamaient « des contacts plus directs avec les européens, desquels il y avait beaucoup de bonnes choses à apprendre » [5], disaient-ils.

L’exécution du Bâb en 1850, la persécution de ses disciples en 1851 (à la suite de l’insurrection armée de la secte et un attentat manqué contre la vie de Nasser ed-din Chah en 1852 commis par les Babis), renforcèrent en Perse l’idée du “martyr” [6], celle du messie, et l’espoir du renversement de la monarchie. Rien d’étonnant si les Bâbis furent désignés, tour à tour, comme “socialistes[7], “matérialistes rouges[8], “révolutionnaires[9], “ennemis de l’Islam[10], “proches du christianisme[11] ou, tout simplement “réformateurs”, ou, comme dirait Gobineau, les antagonistes « les plus favorables aux idées européennes » [12].

Le deuxième courant qui, loin de le réfuter, proposait une réforme de l’Islam — afin de le concilier avec la civilisation, le progrès et la science — était celui de Seyyed Jamal ed-din Assad Abadi dit El Afghani (1838-1897). Le seyyed quittait la Perse en pleine persécution de la secte Babie (1851). Cependant, l’influence du Cheikhisme et du Babisme se dessinera dans ses écrits et ses discours, chaque fois qu’il abordera le thème du “savant missionnaire” et la nécessité de son apparition.

En 1860, lors d’un court séjour à Khorassan, il copie quelques traités Cheikhis sur le même thème [13]. Un peu plus tard, il rédige une biographie de Bâb dans l’encyclopédie d’al-Bastani. En 1871, dans son célèbre discours à Istanbul, il reprend à son compte le thème d’un philosophe messie « qui raisonne » [14]. Il est expulsé pour « ses propos hostiles à l’Islam » et accusé d’être “Chiite”. En 1883, il traite du même sujet dans une série d’articles sur le “Mahdi” [15], mais dans un contexte nouveau. Enfin, il entreprend à Istanbul, entre 1892 et 1896, une collaboration avec certains écrivains Babis exilés, notamment avec Mirza Aga Khan Kermani [16], lequel paiera de sa vie pour ses idées.

Ces deux courants furent en contact avec un troisième mouvement, plus important, qui s’efforçait de concilier l’idée d’un régime constitutionnel et celle du progrès avec les prescriptions Chiites, donc avec l’autorité des Ulémas. Cette doctrine aboutira à partir de 1890 à une véritable ébauche d’un gouvernement islamique et sera élaborée par Mirza Malkam Khan, homme d’Etat, homme de lettres et journaliste célèbre, d’origine arménienne [17].

Cette nouvelle orientation était dictée à la deuxième moitié du 19ème siècle par les circonstances propres qui dominaient le monde musulman en général et la Perse en particulier, et dont les éléments déterminants reposaient sur la décadence culturelle et économique du monde musulman par rapport à l’Occident, sur l’impact de l’Occident sur toutes ses composantes (en Iran, l’octroi par le gouvernement persan de concessions des chemin de fer en 1872, de la banque en 1889, des tabacs en 1890 et d’autres concessions encore aux capitalistes étrangers). Elle était en outre influencée par deux facteurs encore plus importants.

Le premier est la montée progressive du pouvoir des Ulémas chiites à partir de 1852, date de la persécution massive des Babis et d’autres opposants au régime. Les Ulémas offrent leurs concours à cette persécution en tant que chefs spirituels et commandants de l’armée des tollâb, “étudiants religieux”, qui se chargent de la poursuite et du lynchage des opposants.

Nasser ed-din Chah les récompensa en leur accordant progressivement de grands privilèges économiques et politiques. Notamment la constitution d’ “une police de la religion” pour veiller à la bonne conduite et aux bonnes mœurs du peuple [18], l’acquisition des titres et des salaires officiels et le droit de loger dans les mosquées deux à trois cent disciples armés, capables d’ intervenir [19] au Bazar, dans les quartiers des villes et même dans les villages.

Sur le plan économique et financier, on leur accorda dans certaines grandes villes (notamment Tabriz, Hamadan, Ispahan et Machad), le monopole de la culture des céréales. Ainsi, les ulémas deviennent de grands propriétaires fonciers et vont jusqu’à fixer le prix de vente du blé [20]. Désormais, les commerçants, les bazaris, mais aussi le gouvernement, seront dans l’obligation de prendre en considération ces nouveaux rivaux apparus sur le marché économique et sur la scène politique.

Dans leurs transactions, les commerçants sont contraints de faire aux Ulémas de grandes concessions économiques et politiques afin que les marchandises échangées avec l’extérieur ne soient pas déclarées “impures”. Par exemple, sous le titre de Haghé-é-Emam (“la part de l’imam”), on instaure une nouvelle taxe religieuse en guise de pot de vin payé aux autorités religieuses pour la libre circulation des marchandises, déclarées “non-douteuses” [21] après paiement. Cette montée du pouvoir des ulémas chiites embarrassait même les hommes d’Etat qui commençaient déjà à regretter, tardivement, leur contribution au rôle grandissant que jouaient les religieux sur la scène politique. En 1892, le ministre de la presse notait dans ses mémoires : « Depuis l’avènement de l’Islam, les ulémas n’avaient jamais acquis l’autorité qu’ils détiennent aujourd’hui » [22]. À la même époque, le ministre de la justice écrivait que cette autorité est due « plus aux erreurs commises par le gouvernement qu’à la compétence des ulémas eux-mêmes » [23]. Malkam ne pouvait pas ne pas tenir compte de cette nouvelle situation.

Le second facteur réside dans le poids de l’itinéraire personnel de Malkam sur ses orientations. En tant qu’arménien, Malkam avait connu, par sa propre expérience, l’état critique des chrétiens dans l’empire ottoman et avait une appréhension confuse de la montée de la même intolérance religieuse en Perse. C’était peut-être par souci d’éviter le désastre que Malkam ménageait les Ulémas et convoitait si humblement leurs faveurs. Un bref coup d’œil sur sa vie [24] pourrait mieux éclairer la genèse et les sources de sa doctrine, si proche de celle d’un véritable gouvernement islamique et chiite.

Né en 1831 à Jolfa, le district arménien d’Ispahan, Malkam y fit aussi ses premières études, probablement dans les écoles Lazaristes de la ville. En 1845, sous l’influence de son père, Mirza Yakoub Khan, conseiller d’Etat et interprète à l’ambassade de Russie, Malkam est envoyé à Paris comme boursier du gouvernement pour obtenir un diplôme d’ingénieur.

En 1850, de retour en Perse, il est nommé interprète des professeurs français à l’Ecole Polytechnique (Dar ol-Fonoun) qui venait d’être inaugurée à Téhéran. Il restera à son poste jusqu’ en 1856 et vivra une période cruciale. Malkam sera témoin, d’une part, de la persécution massive des Babis en 1851 et, d’autre part, de celle des chrétiens par les Kurdes dans les régions frontalières de la Perse, sur ordre des Ottomans. Déjà en 1841, les Turcs avaient incendié plusieurs villages [25] et massacré la population. Ils y étaient retournés avec plus de vigueur en 1842, puis en 1843, forçant les chrétiens chaldéens à embrasser l’Islam [26], et encore en 1847, en “détruisant les écoles” [27], alors qu’un traité de paix précaire venait d’être signé entre la Perse et l’Empire ottoman.

Les massacres des chrétiens les années suivantes semblent être pour beaucoup dans l’évolution des idées conservatrices de Malkam. Nommé fonctionnaire à l’ambassade de Perse à Istanbul en 1856, Malkam sera le témoin direct de la deuxième période des réformes ottomanes “les Tanzimat” ou Islahât farmâni obtenues par Rachid Pacha et grâce auxquelles chrétiens et musulmans bénéficiaient d’une certaine égalité. Or, tout en louant Rachid Pacha, Malkam craignait déjà pour son avenir: « Il est certain que Rachid Afandi est le premier homme d’Etat Ottoman… Il est certainement fort courageux. Mais vue la situation…, ce même courage n’est pas sans dangers pour cet homme sans pareil. » [28] Malkam savait que les Tanzimat avantageaient forcément les chrétiens qui détenaient le monopole du commerce extérieur et les finances du pays, et qu’ils allaient inévitablement provoquer l’animosité, sinon la haine, des couches musulmanes. Ces dernières, cantonnées dans l’agriculture et l’élevage, ne bénéficiaient pas des réformes. Les aspirations des musulmans de Turquie s’exprimaient dans les discours des Jeunes Ottomans qui réclamaient des réformes compatibles avec l’esprit du Coran [29], notamment par Namek Kamâl dont les écrits étaient connus par Malkam et surtout par son père.

De retour dans son pays en 1858, Malkam dispose d’une certaine expérience politique. À l’instar des Jeunes turcs qui « avaient emprunté à la Franc-maçonnerie, non seulement son organisation, mais aussi ses rites d’initiation » [30], Malkam chercha à en faire autant en Perse. Avec son père, il fonde à Téhéran (1858) une loge maçonnique (Farâmouchkhâné = “La maison de l’oubli”), imitant les loges des premiers nationalistes islamiques ottomans. La loge de Malkam, tout en se basant sur l’humanisme et le progrès, revendiquait déjà la renaissance de l’Islam par “l’union des musulmans”.

Malkam prit soin d’y attirer en premier lieu les éléments religieux. À ce propos, l’ambassadeur de France à Téhéran rapporte que Malkam Khan “introduisit” en Perse « les rites de la franc-maçonnerie qui compte aujourd’hui dans ses rangs ce qu’il y a de plus honnête en Perse, à commencer par l’Imam Jouma, chef de la religion » [31]. Dans un traité polémique sur la nature de sa loge, Malkam écrit notamment: « tout ce que nous avons dit et fait n’avait pour but que de consolider et d’avantager l’Islam » comme pourraient en témoigner “les quelques cinq cents bons musulmans” qui en sont membres [32].

La vie de cette première loge maçonnique sera brève. Non seulement le Chah ordonne sa clôture, mais il fait tomber en disgrâce Malkam et son père. Expulsés, le père et le fils prennent encore une fois la route d’Istanbul au début de 1859. Sur cette expulsion et la clôture de la loge, certains ont écrit : « Cette tentative de régénération islamique selon l’esprit du Coran eut un tel succès que le Chah, s’y étant d’abord associé, en prit ombrage », car l’idée de telles réformes « se répandit dans les mosquées… et fit craindre au souverain l’affaiblissement de son propre pouvoir » [33]. Quelques années plus tard, l’ambassadeur de France à Rome, dans une biographie de Malkam, se souvenant de cet épisode, note :


Sa faveur [auprès du Chah] dura jusqu’au jour où, par une évolution singulière de son esprit et entrevoyant peut-être de plus hautes destinées, Malkam Khan changea de religion, se fit musulman, acquit dans les masses une grande popularité et devint prophète. À ce moment, il était escorté dans les rues de Téhéran par des milliers de fidèles. Cette popularité faillit lui être fatale. Le nouveau prophète apprit à temps pour se sauver. [34]

Il est fort probable que les données de cette biographie aient été fournies par Malkam lui-même. D’ailleurs, il en avait fourni d’autres, tout en changeant le contenu selon les circonstances. Par exemple, à Istanbul, Malkam se présentait aux journalistes français comme chrétien catholique et comme « descendant de Jean Jacques Rousseau » ! [35].

Réhabilité en 1870, Malkam est nommé conseiller à l’ambassade de Perse en Turquie. Ce pardon est acquis grâce aux bons offices qu’il déploie pour négocier une concession de chemins de fer (25 juillet 1871) entre les gouvernements Anglais et Persan, au nom du Baron Julius de Reuter, un capitaliste franc-maçon [36]. Le contrat conclu, Malkam est nommé ministre plénipotentiaire à Londres en 1872 pour préparer le premier voyage du Chah en Europe. Le gouvernement lui avait déjà accordé le titre de Gardien de l’Etat, Nazem ed-dowlé. Malkam s’attribue aussi le titre de Prince. De même, le Chah le charge « d’acheter en Prusse 50.000 fusils » afin que la Perse soit préparée « à l’éventualité d’une guerre avec la Turquie » [37]. Toujours à Londres, Malkam adhère à la loge maçonnique du Proodos (Grand Orient de Grèce) où figuraient aussi les noms du Baron de Reuter et de Drummond Wolff, le nouvel ambassadeur anglais en Perse [38].

Le comportement controversé et les idées contradictoires de Malkam en firent un objet d’attention de la part des diplomates français, lors de son séjour à Londres:


C’est un homme faux et insinuant. Son caractère se porte facilement aux exigences de toute situation, mais il saurait être arrogant si l’occasion s’en présentait. Il est le fils d’un arménien catholique, mais le soin de son avenir et d’autres considérations analogues l’ont déterminé à changer de religion. Ce n’est d’ailleurs qu’en Perse qu’il avoue être renégat; il se posera sans doute en orthodoxe en Russie, en catholique en France et peut-être en protestant en Angleterre… Tel est Monsieur le Ministre, le singulier ambassadeur que le Chah a choisi pour le représenter à la cour de Londres. [39]

Malkam gardera son poste jusqu’à 1889 et en tirera tous les avantages financiers et politiques possibles. À partir de 1876, il encourage, dans sa correspondance politique, le gouvernement Persan à octroyer des concessions aux anglais. À ce propos, il écrit: « le gouvernement doit se montrer satisfait et reconnaissant du fait que les sociétés occidentales … soient prêtes à investir leur argent et leur science dans le développement de la Perse » [40]. Ou encore: « Invitez en Perse au moins une vingtaine de compagnies étrangères » [41]. Ou encore: « La Perse doit accorder aux sociétés européennes autant de concessions que possible » [42].

Dans l’application de cette politique, il sollicite, en 1886, pour son propre compte, la concession des loteries, celle de la publication et de la distribution du Coran et puis celle de la construction d’une route en Azerbaïdjan. Le 30 janvier 1889, il aide encore le Baron de Reuter, son ami, à obtenir la concession de l’Imperial Bank of Persia pour une durée de 60 ans, en contrepartie d’un pot de vin de 30.000 livres sterling [43] qu’il ne touchera pas en entier. D’après ses propres dires, on lui avait aussi promis la célèbre concession des tabacs qui sera obtenue par l’anglais le Major Talbot, le 21 mars 1890.

Mais la concession des loteries engendre des réactions. Ses rivaux, le premier ministre (Amin-ès-Soltan) en particulier, incitent le Chah et les Ulémas à déclarer la concession contraire aux lois islamiques. Le Chah destitue Malkam et lui retire ses titres. D’autres concessions sont également annulées.

Face à cette disgrâce, Malkam réagit par la menace. S’adressant au premier ministre, il écrit :


Il faut que vous me compensiez tous les maux que vous m’avez infligés, que vous me donniez des postes et des titres encore plus alléchants qu’auparavant, et enfin que vous me rendiez, sans discussion aucune, toutes les concessions promises, notamment celle des tabacs... Je vous jure que je ne vous lâcherai pas, je vous persécuterai en vous poursuivant par tous les moyens. Jusqu’ici, vous n’avez connu que Malkam l’incapable et le fatigué, mais vous n’avez pas encore connu Malkam le fou [44].

Alors que la lettre officielle de sa destitution lui était adressée le 16 mars 1890, Malkam fait publier à Londres le premier numéro de son célèbre journal Ghânoun (“la Loi”) qui paraît le 20 février 1890, avec la devise : “Humanisme, Union, Justice, Progrès”. Le journal publiera 42 numéros et paraîtra régulièrement jusqu’en 1903.

Avant d’en aborder le contenu, il faut noter que le journal connut une grande influence en Perse mais aussi au Caucase [45] et en Turquie. Son succès était dû tout d’abord à son ton polémique dont les formules et slogans étaient accessibles à toutes les catégories de lecteurs. Comme le Persan n’était pas la langue maternelle de Malkam, celui-ci l’écrivait d’une manière simple et fluide, brisant ainsi les normes figées et introduisant un style nouveau dans le journalisme persan.

Le Ghânoun poursuivait, en fait, deux buts distincts. D’une part, l’introduction des réformes administratives, judiciaires et politiques, inspirées par les tanzimat ottomanes et certaines idées européennes. Il influençait les intellectuels réformistes [46] ainsi que quelques hommes d’Etat qui favorisaient en privé sa distribution [47]. D’autre part, Malkam poursuivait une politique de vengeance. Profitant du rayonnement des Ulémas du fait de leur protestation contre les concessions, il cherchait à les mobiliser contre le gouvernement. Cette attitude anti-gouvernementale, qui épargne pourtant le Chah, attire vers lui les opposants au régime, notamment Mirza Agha Khan Kermani, écrivain Babi exilé à Istanbul qui était en charge de la distribution du journal en Turquie et en Perse [48]. En outre, le journal gagne la faveur et la collaboration des rénovateurs tels Seyyed Jamâl-ed-Din qui, non seulement “était l’invité” de Malkam [49], mais dans un entretien accordé à un journaliste anglais, le louait pour avoir “introduit” la notion de loi en Perse [50].

Dès la première page du premier numéro et “Au nom d’Allah le miséricordieux », Malkam annonce dans un paragraphe en arabe que le journal est destiné à guider les fidèles vers “la voie droite” indiquée par Allah [51]. Cette voie ne peut être instaurée que par la Loi. Or, en Perse, tout est arbitraire, “même la mise en vente des droits de l’Etat et ceux de la nation ».

Mais cette loi n’a pas besoin d’être inventée ou empruntée, puisqu’elle existe déjà depuis des milliers d’années « dans les écritures des prophètes » dont l’exemple parfait brille déjà « devant nos yeux, comme le soleil, dans la religion de l’Islam ». Donc, aucune difficulté pour le choix. Déjà, dans une lettre ouverte adressée au Chah (1859), il avait défini le mode de gouvernement qui convenait à son pays. Pour lui, les gouvernements dits modérés (mo’tadélé) comme ceux d’Europe ne convenaient pas à la Perse. On devrait donc opter pour un Etat absolutiste (motlaghé), fondé sur l’Islam, comme celui de l’empire ottoman. Il n’est pas question d’établir “des lois nouvelles” contraires à l’Islam. « Nous considérons — écrit Malkam — que les lois que Dieu, les Prophètes et les sages ont dictées à nos Ulémas, sont justes et suffisantes ». Pour ce faire, « il suffit » de réunir au moins « une centaine d’Ulémas et de sages” afin « qu’ils rédigent un texte » [52]. Effectivement, dit Malkam, tous les malheurs qui sévissent dans notre pays, notamment « la corruption, la famine, le choléra, la pauvreté, la misère, la honte et le déshonneur » ont pour cause l’absence de ce texte de loi, « autrement dit, nos grands hommes ignorants ont démoli, réfuté, piétiné et aboli à souhait la religion de Dieu. » [53]

Le ton démagogique va encore plus loin dans les numéros suivants dont les dates coïncident, en 1891, avec la révolte contre la concession des tabacs et l’interdiction lancée par le grand Mudjtahed de Karbala d’en consommer. Malkam profite de la situation pour attirer l’attention et obtenir la confiance des Ulémas : « L’Islam est la source de l’autorité de la justice divine, dit-il, l’Islam est le garant du bien être de l’homme, il est à l’origine de l’ordre universel » etc. Dans ses propos, le slogan l’emporte sur l’argument. Le but poursuivi est plus politique que scientifique. Lui qui voulait instaurer des lois pour faire avancer le progrès et la science, n’hésite point à se contredire et va jusqu’à réfuter les principes mêmes sur lesquels reposent le progrès et la science.

Cependant, Malkam se dit scientifique, disciple d’Adam Smith, épris de Rousseau, et se vante à maintes reprises, dans sa correspondance diplomatique, de posséder dans les domaines des sciences économiques et juridiques « des connaissances que les autres ignorent ». Mais dans son journal, il change d’argumentation. Voici dans quels termes il décrit la genèse et les causes de la grande révolution industrielle survenue en Europe: « Toutes les sciences et les sagesses de ce monde » n’ont pu apparaître que grâce aux « rayons de l’Islam; la construction des bateaux à vapeur, des fils télégraphiques, la bonne marche des réformes en Occident, tous les progrès universels, n’ont pu voir le jour que grâce à la lumière de l’Islam ». Donc, « montrez-moi ce savant ou ce musulman renégat qui oserait dire que le progrès mondial et le salut universel ne dépendent guère de l’Islam » [54]. Quel dommage que cet Islam, qui illumine si bien l’Occident, n’a pas en Perse « une présence parfaite ». En conséquence, il faut qu’il y réapparaisse et s’y rétablisse, puisque cette religion comprend et embrasse « toutes les vérités de cet univers ». À cette fin, il faudrait que les chefs de la religion « se réunissent pour appliquer les prescriptions de Dieu ». Oui, « Notre idéal et notre but est la mise en œuvre des principes de l’Islam » [55].

Le style mystificateur du journal irrite. Malkam en est conscient et s’en défend : « Ne vous étonnez point si nous insistons à tel point sur l’Islam. La vérité de cette religion n’a rien à voir avec les opinions erronées ... répandues à l’étranger » [56]. Mieux encore : « Nous sommes en Perse et non pas en Europe … ici nous ne pouvons pas agir selon nos vœux ... les Ulémas nous dépouilleraient de notre peau ». Ou encore, et à ceux qui commencent déjà à rire : « Pourquoi rire ? ... Pour changer les choses, il n’y a pas d’autre moyen. On ne peut rien entreprendre dans ce pays, sans prendre en considération le pouvoir des Ulémas » [57]. Autrement dit, Malkam s’appuie sur l’Islam chiite, basé sur l’interprétation de la religion par les autorités religieuses.

Dans le même sens, il affirme même, dans son journal comme dans ses traités politiques, qu’il y a deux sortes de gouvernements; le premier, légitime, hagg-é, est fondé sur le pouvoir des Ulémas et le second, illégitime, bâtel, est celui qu’on a retiré de leurs mains. Le journal va jusqu’à prédire « l’apparition prochaine de ce gouvernement légitime » [58] Pour ce faire, il faut « nous accrocher, cœur et âme, à nos ulémas et insister pour qu’ils nous guident par leur volonté, vers le salut » [59].

Il annonce lui-même “la bonne nouvelle” : bientôt, écrit-il, « nos ulémas monteront sur la chaire ... il sera prouvé que les chefs de l’humanisme, les héros du progrès universel, ne se trouvent que parmi eux » [60]. Il leur incombe donc, et sans tarder, de constituer « une assemblée consultative pour y désigner selon les dogmes de la sainte religion, les droits de la nation et les conditions de la survie de l’Etat » [61].

Des lecteurs ripostent: « Vous commettez une erreur capitale à inciter les Ulémas à prendre la direction des réformes dans ce pays. Vous savez bien qu’en ce qui concerne le progrès, les Ulémas n’ont aucune notion de la situation actuelle dans le monde ». Malkam est obligé d’avouer que certains d’entre eux sont en effet « sectaires et moroses », mais que cela n’est pas le cas pour la grande majorité des autorités religieuses qui sont des êtres « clairvoyants, de grands politiciens, porteurs de grandes idées » [62].

Pour réaliser ce grand projet de régime constitutionnel basé sur le pouvoir des ulémas, Malkam propose le choix d’un guide suprême (Vélayat-e-Azam) et d’un parti de Dieu (le Hézb-Ollah). Il est à souligner que c’est la première fois dans l’histoire de la littérature politique et religieuse de la Perse, que le mot Hézb-Ollah est doté d’une portée idéologique et mobilisatrice. Même les religieux eux-mêmes n’y avaient pas encore songé.

Viennent ensuite les propositions de Malkam sur le choix du guide, suivies par l’annonce de la création d’un camp de Hézb-Ollah. Le journal, s’adressant directement aux ulémas, écrit : « O Ulémas, nous les humanistes de ce pays, dans l’obéissance à l’esprit de la religion de Dieu, nous venons d’organiser un camp d’union, un parti de Dieu Hézb-Ollah, dont vous constituez à juste titre les soldats ». De ce fait, « nous obéirons à un chef religieux élu parmi vous, ou à celui qui, guidé par la force de sa foi, se mettra en route » de son plein gré [63]. La notion du Parti de Dieu sera reprise et développée à partir du numéro 21 de l’année 189l.

En effet, Malkam parle dans les numéros suivants des « grands hommes de Hézb-Ollah », des « communiqués de Hézb-Ollah », des « Combattants (Modjahédin) de Hézb-Ollah » et enfin de « la nécessité d’approuver le Hézb-Ollah et celle de le servir » [64].

Il semble cependant que les propositions du journal concernant le choix d’un guide suprême n’aient pas reçu d’écho. Malkam s’engage avec une certaine précaution à nommer et à présenter un guide de son propre choix. Sa préférence va à Hadji Mohammad Hassan Chirazi, le chef des Ulémas chiites résidant à Karbala (qui venait d’interdire la consommation des tabacs). Il est à supposer que Jamâl-ed-Din n’était pas étranger à ce choix, car à partir du numéro 18, il collabore au journal. Dans le numéro 20, faisant allusion à ce guide, Malkam écrit : « Cet être suprême [résidant à Karbala], est l’étoile guide de tous les croyants » [65]. Ou encore, prenant ses désirs pour la réalité, il annonce : « On murmure qu’un des religieux vient d’être reconnu en Perse en tant que guide suprême. Il y est approuvé comme le savant des savants et le juste des justes ». Enfin un peu plus loin le nom du guide sera dévoilé en ces termes : « Le chef de notre communauté est celui dont le rayonnement de guide sème l’espoir dans le cœur de la nation. Son nom vénéré est Mirza Hassan Chirazi » [66].

Le guide ainsi nommé, le rôle de Hézb-Ollah défini, Malkam n’a qu’à lancer sa sentence contre l’ordre existant et à le réfuter au nom d’Allah et des Ayatollahs. À savoir : « Selon la religion Chiite, la monarchie actuelle de la Perse est contraire à l’Islam… Aujourd’hui, il y a en Perse deux gouvernements, le premier est légitime. Il appartient aux Ulémas. Le second leur a été confisqué. Il est par conséquent celui des tyrans (zalamé) » [67].

Le journal Ghânoun avait choisi comme mot de rassemblement le slogan de Allah-o-Akbar (“Dieu est Très Haut”). Or, ce slogan, au lieu d’attirer la confiance, engendra des réactions négatives, car Allah-o-Akbar était aussi le mot de passe et le moyen de reconnaissance des Babis entre eux. Ainsi, les rivaux trouvèrent un prétexte pour accuser le journal de prêcher le Babisme. Malkam s’en défendit avec vigueur. « Certains de nos adversaires, écrit-il, ont découvert chez nous un grand péché », affirmant que « nous sommes des Babis, parce qu’ils nous entendent prononcer le mot d’Allah-o-Akbar ». Dans ce cas, tous les peuples musulmans doivent être des Babis, « puisque ce mot est dans toutes les bouches d’un bout à l’autre des pays islamiques » [68], ou encore : « Le cri d’Allah-o-Akbar est le signal d’engagement individuel et collectif, il est l’acclamation de l’union des musulmans », il incarne ce “drapeau suprême” sous l’ombre duquel tout “miracle” devient possible [69].

Cependant, dans son Eldorado islamique, Malkam espère intégrer les autres minorités religieuses. Conscient de l’intolérance de la religion Chiite envers les autres communautés, il cherche à les protéger et leur suggère la “dissimulation” (kétman) qu’il emprunte au Chiisme. En outre, pour ne pas éveiller les soupçons, il parle de toutes les autres minorités, sauf de ses propres coreligionnaires. À cette fin, il soufflait cette idée que « les êtres humains sont les membres d’une même communauté et de la même famille » [70], bien que cette famille doit vivre sous l’égide de l’Islam Chiite et de ses Ulémas. Ensuite, au nom de “l’Humanisme de l’Islam”, Malkam écrit : « Oui, l’humanisme est inséparable de l’Islam, et nous avons plus d’une fois répété que l’Islam comprend tous les principes du progrès. L’humanisme signifie l’application de ces principes… À savoir que si une communauté s’annonce comme adepte du Cheikhisme, du Babisme, d’Omarisme ou de Djafarisme, il se peut qu’un tyran maudit se mette à la persécuter », mais personne n’oserait maltraiter un être « parce qu’il se dit humain » [71]. À ce titre, et prenant l’exemple des Zoroastriens de son pays (les adeptes de Zarathoustra), Malkam écrit : « Les Parsis sont les fils véritables de la Perse. Ils sont les souvenirs chers de la grandeur ancienne de ce pays… Il faut que, par notre amour, nous arrivions à éveiller chez ce peuple les sentiments patriotiques, que nous attirions cette noble communauté vers notre Camp de Salut » [72] donc, vers le Hézb-Ollah, mais pour ce faire, il faut aussi que les Parsis se gardent d’avouer d’être des Parsis.

À force d’acclamer ainsi un “Islam Universel”, Malkam ambitionne de briser les frontières et revendique “l’exportation de l’Islam” : « On prétend que nous voulons conquérir le monde par l’Islam, mais le monde mérite une telle conquête et a droit à un tel mérite ». Aussi « quel blasphème que de dire que l’Islam appartient à un seul peuple » ; l’Islam est « le soleil qui illumine le monde entier » [73].

Or, dans les derniers numéros, en abordant les idées humanistes et le nationalisme islamique, Malkam se réfère aux enseignements maçonniques. Ainsi, dans l’explication des origines des principes et des prescriptions contenues dans le journal, il mentionne encore une fois la loge Frâmouchkhané qu’il avait fondée en 1875. D’après certains, dit-il, les principes que nous défendons “viennent des prophètes”, d’autres disent qu’ils appartiennent à “Ali” (son gendre), une grande majorité affirme qu’ils sont “fondés par Adam”, mais une autre communauté va jusqu’à affirmer que tous les secrets et les rites de cette maçonnerie (Farâmuskhané) « forment une lumière empruntée aux rayons de l’Empyrée » [74].

Le succès du journal en Perse où il circule clandestinement “comme des pièces d’or[75] est incontestable ; non pas auprès des ulémas, comme on devrait s’y attendre, mais plutôt chez les intellectuels, les hommes d’Etat et les fonctionnaires. En 1892, plusieurs personnes, dont le futur assassin du Chah en 1896, sont jetées en prison pour avoir distribué le Ghânoun. Des ministres, supposés être en contact avec Malkam, sont mis sous surveillance [76]. Le mot Ghânoun est désormais banni par les autorités, sans être pour autant effacé des esprits. Il est vrai qu’avant la publication de ce journal, les Persans, en 1876, avaient acquis une vague notion des lois constitutionnelles. À cette date, le journal Akhtar (“Etoile”), publié en langue persane à Istanbul, donne une traduction de la constitution ottomane [77] de Midhat Pacha qui sera loué par Malkam comme “un grand homme[78], notamment pour avoir déclaré l’Islam religion officielle de la Turquie.

Mais le journal Ghânoun eut un écho plus grand qu’Akhtar. Car, à cause de ses longs séjours en Turquie et en Europe, et en raison des hauts rangs diplomatiques qu’il avait occupés dans ces pays, Malkam était considéré par ses compatriotes, non informés mais avides de réformes, comme le seul homme compétent et qualifié qui avait acquis une certaine expérience des évolutions et des réformes en cours dans le monde occidental. Les Persans avaient l’illusion d’acquérir, dans le journal Ghânoun, la notion même d’un gouvernement supposé laïc et basé sur les constitutions européennes. Paradoxalement surnommé “le père du sécularisme” en Perse, Malkam élaborait soigneusement dans le journal Ghânoun, une ébauche du Gouvernement Chiite dans sa forme actuelle. Mais cela ne voulait pas dire que le journal donnait à ses lecteurs une définition analytique et méthodique du sens et de la portée d’un État Islamique.

Dans son journal, tout en se référant constamment aux “principes” et aux “prescriptions” religieux, Malkam se garde d’approfondir la question délicate de l’incompatibilité de l’Islam avec la liberté d’opinion et d’expression. Il évite de définir, par rapport à la démocratie parlementaire, le rôle d’un guide suprême, autocrate par essence, incompatible donc avec la souveraineté nationale, et de montrer comment il envisageait la sauvegarde des droits des minorités religieuses, alors même que les autorités religieuses Chiites de l’époque déclaraient ouvertement : « le fondement de l’Islam est basé sur l’inégalité » [79], le musulman et non musulman ne peuvent accéder à des droits égaux. Les Persans, enracinés dans leur culture religieuse, n’étaient pas à même de distinguer les différences fondamentales existant entre la conception occidentale de la démocratie parlementaire et celle qu’en donne Malkam.

Toutefois, Malkam manque de cohérence et, malgré son succès, il ne sera pas conséquent avec ses propres prédications. Son attachement et sa fidélité envers les collaborateurs du journal, s’avèrent précaires. En effet, en 1896, le Chah (Nasser-ed-Din) est assassiné par un disciple de Jamâl-ed-Din. Quelques jours plus tard, à la demande du gouvernement persan, Mirza Agha Khan Kermani, distributeur de Ghânoun à Istanbul est extradé avec deux autres exilés, à la fois pour avoir collaboré avec Malkam, et comme complice dans le meurtre du Chah. De son côté, le gouvernement ottoman les accusait de collaborer avec les arméniens [80] dont la persécution avait commencé depuis 1894. Mirza Agha Khan y fait allusion dans sa dernière lettre à Malkam [81].

Les amis de Malkam, dirigés à Trabuzan, puis à Tabriz, furent exécutés le 7 juillet 1896. Pour ne pas les défendre contre le Chah, ou peut-être par peur, Malkam abandonne pour quelque temps (à partir du numéro 29) la direction de son journal. Le numéro 34, oublieux de ceux qui l’avaient soutenu pendant si longtemps, paraît avec un hommage au “Roi Martyr” et l’éloge de son successeur, Mozaffar ed- Din Chah. Le nouveau roi, croyant fanatique et entouré des Ulémas, apprécie la voie religieuse tracée par Malkam. Non seulement il lui pardonne, mais le nomme ambassadeur à Rome. Du numéro 35 au n° 42, le dernier en date, Malkam reprend ses idées, réclamant toujours une justice divine, l’exécution des lois de l’Islam sous l’autorité des Ulémas, l’instauration d’une “assemblée islamique”, mais aussi, et pour la première fois, la création d’une institution religieuse dans le but “d’Ordonner le Bien et d’Interdire le Mal” (amr bé ma‘arouf wa nahy az monkar), conformément aux prescriptions islamiques. Évoquant cette institution dans une brochure annexée au dernier numéro et datée de 1905, Malkam écrit :


Quand j’en discute avec les savants occidentaux, ces professeurs qui connaissent l’Islam mieux que nous répondent : « les malheurs des musulmans viennent du fait qu’ils ont perdu les grands ordres de l’Islam... notamment celui d’Ordonner le Bien et d’Interdire le Mal ». [82]

Le 9 août 1906, par un Firman royal, les persans sont autorisés à constituer “une assemblée nationale islamique” pour instaurer une loi constitutionnelle. Le premier parlement est d’ailleurs inauguré au nom de Mirza Malkam Khan, le “père de la Loi Fondamentale” (Ghânoun-é Assassi). Ladite loi préconise (art. 2) entre autres, la notion des Guides, celle de “Conseil des Ulémas”, celle d’une Haute Surveillance des autorités religieuses sur les lois, “afin qu’elles soient conformes aux prescriptions religieuses”. De même elle interdisait “toute opinion” et “toute réunion” qui pourraient être considérée comme “un complot contre la religion”.

C’était la première fois (avant la révolution de 1979) que les persans appuyaient déjà en masse, par manifestations et révoltes (qu’ils comparaient facilement avec celles de la grande révolution française) un Etat Islamique, tout en croyant avoir établi un régime séculier. Rien d’étonnant si les orateurs aux turbans furent surnommés des “Mirabeau Persans” ou “Les Rousseau de chez nous”.

Mort en 1908 à Rome, Malkam reste dans l’histoire de la Perse comme un grand novateur. À part le journal Ghânoun, il fut l’auteur de plusieurs traités politiques, de quelques pièces de théâtre, et laissa derrière lui plusieurs volumes de correspondance diplomatique et un nouvel alphabet.


Mme Homa Nategh




Ce texte a été publié pour la première fois sur l’excellent site Fravahr.org





NOTES
[1] Secte chiite fondée par le cheikh Ahmad Ahssai (1752-1826) à qui succédèrent le Seyyed Kâzem Rachti (1798-1843), puis Mohammad Karim Khan Kermani (1846-1906) et dont les descendants sont les chefs spi rituels de la secte. Les Cheikhis considèrent qu’entre le douzième Imam caché et les fidèles des temps présents, il y a un sauveur intermédiaire ou un Chiite Parfait, dont le rôle en tant que philosophe ou savant et selon les circonstances et les besoins de l’époque de son apparition, est de guider le peuple, par sa science et son savoir, vers le salut.

[2] A. SOUHART, Le Babysme actuel en Perse, 17 fév. 1883 (Perse, Rapports Consulaire, T.39).

[3] BAB, Bayân, la Sourat 15.

[4] HOMA NATEGH, Karnamé va Zamâné Mirsa Reza Kermani (La vie et l’œuvre de M.R.K.), Bonn, éd. Hâfez, 1985, p. 56.

[5] SOUHART, op. cit..

[6] Wiet à Turgot ; l’exécution de Bab, 16 juin 1850, n° 35 (Erzéroum, Cor. Commerciale, Archives des M.A.E.F.)

[7] Ferrier à Lahite, Téhéran, 25 juin 1850 (Perse, Cor. Pol. t. 23).

[8] Sheil à Palmerston, Téhéran 1er juin 1850 (P.R.O.) Voir F. ADAMIYYAT, Amir Kabir va Iran, Téhéran, 5e éd. 1980, p.449.

[9] De Balloy, Téhéran 17 juin 1890 (Perse, Cor. Polo), M. SHEIL, Life and Manners in Persia, London 1858 et R.M. BINNIG, Two Years of Travel in Persia, London 1854.

[10] CARLA SERENA, Hommes et Choses en Perse, Paris 1881, p. 19.

[11] SOUHART, op. cit.

[12] GOBINEAU, Mémoire sur l’Etat Social de la Perse Actuelle, Œuvres 11, Pléiade, p. l0.

[13] HOMA PAKDAMAN (NATEGH), Djamal-ed-Din Assad Abadi, dit Afghani, Paris, Larose, 1969, p. 48.

[14] Ibid., p. 46.

[15] DJAMAL-ED-DIN, “Le Mahdi”, Intransigeant, 7, 11 et 17 décembre 1883.

[16] Sur la vie, l’œuvre et les activités de Mirza Agha Khan, et parmi les nombreux ouvrages, le plus important est celui de FEREYDOUN ADAMIYAT, Andiché-hayé Mirza Agha Khan-é-Kermani, Téhéran, Payâm, 1976.

[17] FEREYDOUN ADAMIYAT, Fékré Azadi dar Iran (“l’idée de liberté en Iran”), Téhéran 1958.

[18] CHEIKH EBRAHIM ZANDJANI, Sargozacht-é-Man (“ma vie”), Manuscrit, Bibliothèque de l’Université de Téhéran.

[19] Ibid. et HADJI SAYYAH, Khâtérat (“mémoires”), Téhéran, 1967, p. 30.

[20] FEREYDOUN ADAMIYAT, Andiché-yé-Taraghi va hokoumat Ghânoun (“l’idée de progrès et de loi en Iran”), Téhéran, 1978, p.202-203.

[21] HOMA NATEGH, “SarAgâz-é Egtédâr-e Rohanian” (“la genèse de la montée du pouvoir des Ulémas”), in, Aléphbâ n° 2, Paris, 1983, p. 47.

[22] M.H.K. ETEMAD-OS-SALTANE, Rouznamé-yé Khâtérat, Téhéran, 1979, p. 893.

[23] MIRZA ALI ASGAR KHAN AMIN-ED-DOWLE, Khâtérat (“mémoires”), Téhéran, 1955, p. 237.

[24] FERECHTE NOURAI, Tahghig dar Afkâr-é Mirza Malkam Khan (“étude sur les idées de Malkham Khan”), Téhéran, 1974.

[25] REFUS ANDERSON, History of a Mission of the American Board to the Oriental Churches, 2 vols. Boston 1872, voL 2, p. 205.

[26] HENRI BINDER, Au Kurdistan, en Mésopotamie et en Perse, Paris 1887, pp. 96-97.

[27] J.H.LAYARD, Nineveh, London 1854, vol. 1 , p.149.

[28] MALKAM, Réssâlat (“les thèses”), Manuscrit, Erzéroum, 1970. Je remercie M. Jamchid Béhnam pour avoir laissé à ma disposition ce précieux manuscrit.

[29] TAGHI ZADEH, “Les Courants politiques dans la Turquie contemporaine”, Revue du Monde Musulman, XXI, 1912, p.79.

[30] NIAZI BERKES, The Development of Secularism in Turkey, Montréal, 1964.

[31] Bellonet à Thouvenel, Téhéran le 18 août 1861 (Perse, Cor. Pol. vol. 31, M.A.E.F.)

[32] MALAKAM KHAN, Faramuchkhâneh, 1859, le manuscrit d’Erzéroum, prêté par M. Jamshid Rahnama.

[33] CHARLES MIKMER, Souvenirs du Monde Musulman, Paris, Hachette, 1892, p. 136.

[34] Barrière à Delcassé, Téhéran, 21 novembre 1889 (Perse, Cor. Pol. M.A.E.F.)

[35] MISMER, op. cit., p.133.

[36] FIRUZ KAZEMZADEH, Russia and Britain in Persia, Yale University Press, 1968, 242

[37] Mellinet à Broglie, Téhéran, 28 janvier 1874, (Perse, Cor. Pol, M.A.E.F.)

[38] HAMED ALGAR, Mirza Malkam Khan, U.C.P., 1973.

[39] G. Bell à Broglie, Téhéran 22 nov. 1872 (Perse, Cor. Pol. M.A.E.F.)

[40] MALKAM KHAN, Rassâel wa Mokatébat (correspondances), vol. 2, lettre du 23 octobre 1877.

[41] RABI-ZADE, op. cit., p. 22.

[42] RASSAT, op. cit., vol.3, lettre de novembre 1878.

[43] KAZEMZADEH, op. cit., p. 242.

[44] EBRAHIM SAFAI, Asnâd-é Noyafté (“nouveaux documents inédits”), Téhéran, 1967, p. 134.

[45] Les lettres de Mirza Agha Khan à Malkam ; Archives de Malkam Khan, Bibliothèque Nationale de Paris (Manuscrits persans, 1895 à 1898).

[46] Ibid.

[47] Lettres de Mirza Ali Asghar Khan Amin-ed Dawlé à Malkam Khan, Bib. Nat. Manuscrits Persans, 1897, folio 112, et les Mémoires d’Ettémad-os-Saltané, op. cit., pp. 114 et 862.

[48] Mirza Agha Khan à Malkam, Istanbul à Londres, Jan.1892.

[49] R. HAWIS, préface à l’article de Jamâl-ed-Din, “The reign of Terror in Persia”, Contemporary Review, Feb. 1892, p. 38.

[50] “The Reform of Islam”, an interview by Arthur Arnold, Pall Mall Gazette, déc. 1891.

[51] Ghânoun, édité et préfacé par Homa Nategh, Téhéran, 1973, n° 1, p. l.

[52] Ibid.

[53] Ibid., n° 7, p. 2 (sans date jusqu’au numéro 42).

[54] Ibid., n° 21, p. 4.

[55] Ibid., n° 17, p. 1.

[56] Ibid., n° 26, p. 3.

[57] Ibid.

[58] Ibid., n° 24, p. 2.

[59] Ibid., n° 17, p. 4.

[60] Ibid., p. 3.

[61] Ibid., n° 20, p. 2.

[62] Ibid., n° 17, p. 3.

[63] Ibid., n° 20, p. 4.

[64] Ibid., n° 21, p. 4.

[65] Ibid., n° 20, p. 2.

[66] Ibid., n° 29, p. 6.

[67] Ibid., n° 26, p. 2.

[68] Ibid., n° 11, p. 2.

[69] Ibid., n° 27, p. 2.

[70] Ibid., n° 11, p. 2.

[71] Ibid., n° 26, p. 4.

[72] Ibid., n° 11, p. 3.

[73] Ibid., n° 25, p. 2.

[74] Ibid. p. 4.

[75] A.A. SIASSI, La Perse au contact de l’Occident, Paris 1931, p. 30.

[76] DE BALLOY, Téhéran 14 mai 1891 (Perse, Cor. Pol. MAEF)

[77] AKHTAR, N° 2, 29 janvier 1877.

[78] MALKAM KHAN, Rassâel wa Mokatébat, vol. 2 ; rapport des 26 octobre 1876 et 17 février 1877.

[79] Féreydoun Adamiyat, “Afkâr o Arâ-é Cheikh Fazlollah-é Nouri”, Téhéran, la revue de Kétâb-é Djomé, mars 1979, p. 31.

[80] Féreydoun Adamiyat, Andichéhâyé Mairza Agha Khan Kermani, Téhéran, 1967, p. 43.

[81] Mirza Agha Khan à Malkam, Istanbul à Londres, 16 juin 1894.

[82] MALKAM KHAN, Nédâ-yé Adâlat (le cri de la justice), 1903, p. 80.






source:
à la loupe http://www.iran-resist.org/article3213.html









« Exposing Masonic agenda of Iranian Regime: vidéo ang. importante pour ceux qui comprennent cette langue: l'Ayatollah Koumeini et bien d'autres personnages de l'Iran sont fortement liés à la franc-maconnerie. Les juifs cryptiques d'Iran ont joué un rôle très influent. Le président actuel de l'Iran joue-t-il un rôle, tout comme Obama et Sarkozy et le reste ? » Nenki














Cette capture écran est tirée de l'interview d'Ahmadinejad par Larry King de CNN. Malgré le manque de netteté, cette image
montre sans ambiguïté une poignée de mains franc-maçonne. Cette poignée de main est échangée en fin d'interview.
strass 1 http://www.youtube.com/watch?v=y2YtiQOwdug (à partir de 2:32). Il est aussi remarquable que CNN,
dirigé par les "sionistes", selon les conspis, invite et laisse s'exprimer le héros et leader des "anti-sionistes" et anti-NWO.
Tout ceci ne tient pas la route une seconde. Pour ceux qui adhèrent à la théorie Nephilim/reptilienne, vous pouvez
observer, tout le long de l'interview, les clignements d'yeux répétés d'Ahmanidejad, ainsi que ses "tirages de langue"
rapides, spécifiques de ces créatures hybrides. On peut observer ces signes dans toutes les vidéos où il apparait.



Même interview, mais plus nette. Probablement tirée de l'interview original non compressé.
strass 1 http://www.whale.to/b/masonic_handshake.html





Dernière édition par invitée le Ven 4 Nov 2011 - 17:45, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: AHMADINEJAD SYMBOLE DE L'ANTI-SIONISME ET CONTRE LE NWO ???!!!   Mer 12 Jan 2011 - 14:32

LE SYSTÈME FINANCIER EN IRAN










Avant d’aller plus avant dans la définition d’un système financier islamique, il paraît utile de s’intéresser au modèle iranien. L’Iran est le seul pays à avoir converti entièrement son système financier en un système non-usuraire, entendez un système financier dans lequel les transactions impliquant le mécanisme de l’intérêt, c'est-à-dire l’usure, sont interdites. Il existe une tentative pakistanaise et soudanaise vers la conversion, avec une cohabitation avec le système conventionnel.


Nous avons parlé du caractère systémique d’un système financier islamique. Il s’agit, en effet, de sortir du point de vue traditionnel donné par une appréhension spécifique de la jurisprudence islamique, qui ne voit les questions que sous l’angle individualiste et a-systémique.


L’histoire de la jurisprudence islamique montre un rétrécissement, comme souligné par nombre de grands jurisconsultes musulmans, au niveau des sujets abordés et également de la vision portée par le jurisconsulte sur son effort de déduction jurisprudentielle. Pourquoi, en effet, exclure du travail juridique les sujets liés à l’administration publique, la géopolitique, l’économie. Lors de la victoire de la révolution islamique en Iran sur le Shah Pahlavi, les élites révolutionnaires étaient encore pétries par cette vision traditionnelle et individualiste de la jurisprudence islamique. C’est pourquoi on ne peut que constater l’immixtion dans leur réflexion théorique de concepts, tirés d’autres substrats intellectuels que l’Islam. À cette incohérence théorique, fort compréhensible au demeurant, répond une incohérence pratique, qui se fait jour dans les projets de lois adoptés par le Parlement. Même si la rédaction de la Constitution iranienne est un relatif succès, il n’en va pas de même de toutes les lois adoptées par le Parlement depuis. Plus encore, la pratique politique et administrative s’avère souvent colorée par l’héritage prérévolutionnaire.


Au niveau économique, l’establishment révolutionnaire avait une vision majoritairement étatiste de l’économie: l’économie est avant tout au service de la nation, une approche encore renforcée par l’économie de guerre, venant se superposer aux décisions prises immédiatement après la révolution.


L’article 44 de la Constitution iranienne stipule expressément que le secteur bancaire, à côté d’autres secteurs stratégiques, est nationalisé. Gageons pour l’instant que l’approche générale du législateur iranien dans les premières années de la révolution était étatiste mais une nouvelle lecture de l’article 44 s’impose progressivement, sous l’impulsion du guide suprême de la Révolution, en faveur de la privatisation.




Nationalisation du système bancaire


La loi de 1358 (1979) nationalise le système bancaire et fusionne nombre de banques entre elles. Des considérations pratiques autant que théoriques ont motivé la décision de nationaliser le secteur:

des retraits massifs de capitaux, la chute du rial, la nécessité de relancer l’activité industrielle, le désir de renforcer le secteur agricole ont chacun contribué à la décision. Le secteur bancaire s’en trouve profondément modifié mais la structure financière et le mode opératoire du secteur financier restent inchangés. La loi d’août 1983 constitue le véritable tournant pour le système bancaire iranien. Il ne fait aucun doute que le vote de cette loi, en pleine guerre avec l’Irak de Saddam Hussein, fut une étape décisive et courageuse pour le pays. Avec du recul toutefois, la loi ne manque pas d’insuffisances. Elle reprend l’objectif révolutionnaire d’établir la justice sociale et économique, sur la base des recommandations jurisprudentielles. Le secteur bancaire y est présenté au service de la nation, avec pour principal objectif la restructuration de l’économie.


La fin des transactions usuraires y est décrétée et un modèle bancaire présenté, reposant sur une double relation juridique entre déposants, banque et investisseurs.


Du côté de la collection de capitaux, la banque est débitrice du déposant, qui devient son créancier. La banque est autorisée à ouvrir des dépôts d’épargne, sous forme de prêt de bienfaisance (gharz al hasana) ou des dépôts d’investissement, sous forme de dépôts d’investissement à court ou long terme. Du côté de l’allocation des ressources, la banque se fait l’agent des déposants pour allouer les capitaux envers les projets à financer. On voit que le rôle principal du secteur bancaire reste l’intermédiation entre déposants et investisseurs.

Bien entendu, le premier investisseur iranien reste, de très loin, l’État. Du fait de leur maigre capitalisation, les banques iraniennes sont dépendantes de l’argent des déposants, d’autant plus que les réserves réglementaires sont d’un niveau élevé (30% les premières années passées à environ 15% du volume de crédit à l’heure actuelle), ce qui explique d’une certaine manière le nombre élevé d’agences, mise à part l’exigence de développement territorial.


Les banques iraniennes sont d’ailleurs soumises à une obligation légale d’allocation sectorielle incluse dans le budget annuel de l’État.


Une fois prises en compte l’allocation sectorielle légale, la politique d’investissement gouvernementale et les réserves réglementaires, les banques iraniennes ne peuvent, au plus, que décider de leur politique d’investissement sur 15 à 20% du volume total des crédits alloués. Heureusement, les statistiques sur l’intermédiation bancaire, le nombre de comptes bancaires ou le volume d’argent déposé montrent que la confiance des déposants iraniens n’a pas diminué avec la nationalisation, pas plus qu’elle ne diminua avec l’islamisation de la loi de 1983.







La loi d’août 1983


La loi de 1983 évoque limitativement treize types de contrats standards que la banque peut utiliser dans ses transactions. On peut répartir ces contrats en trois groupes: prêts de bienfaisance, contrats d’investissement PLS (partage de profits et pertes) comme la musharaka, le murabaha, le mudaraba et les contrats commerciaux à marge fixe (leasing, vente à terme,…).

On voit bien que la loi propose d’éliminer l’intérêt par l’intermédiaire de contrats, pris individuellement, sans penser le lien qui existe entre eux et sans proposer un modèle bancaire susceptible de les recevoir et d’en exploiter le potentiel. Un certain nombre de difficultés ont donc considérablement réduit l’inspiration première de cette loi et les contrats à marge fixe sont aujourd’hui de loin les plus utilisés par les banques, en contradiction avec la raison d’être de la loi. Bannir l’intérêt de l’économie est en effet un haut exercice de précision et sans remplir le vide créé, le «business as usual» ne tarde pas à reprendre la place qu’il dut d’abord concéder. Le fait, par exemple, que l’État emprunte aux banques sur une base usuraire, introduit au cœur du système un biais usuraire à travers le mécanisme des taux, lesquels déterminent le benchmarking utilisé pour la gestion du portefeuille des banques, dans la mesure où il n’existe pas, par ailleurs, un climat de concurrence et de transparence suffisamment développé pour permettre aux banques d’utiliser d’autres critères que les taux pratiqués par la banque centrale pour le refinancement en monnaie banque centrale, ou les taux appliqués aux facilités de crédit accordées à l’État à travers son financement préférentiel ou l’allocation sectorielle légale. Cet état de fait tient à l’idée selon laquelle on ne peut parler d’intérêt que dans le cas de transaction impliquant des entités juridiquement distinctes.


À la suite de la règle juridique selon laquelle «il n’y a pas d’intérêt entre père et fils», l’État est autorisé à emprunter aux banques sur la base de contrats à intérêt.


Quant on sait que l’État représente 80% du PNB et que les banques sont obligées de financer le budget de l’État, il devient clair que la majorité des transactions bancaires en Iran sont de nature usuraire. Concernant l’allocation libre de capitaux, dédiée au secteur privé, elle emprunte majoritairement des contrats à marge fixe comme la vente à tempérament ou le crédit-bail avec option d’achat. Les crédits concernent essentiellement du crédit à la consommation (achat de maisons, automobile ou électroménager) et peu la production industrielle. Au niveau des banques spécialisées, la situation est meilleure, car la spécialisation de ces banques et leurs obligations statutaires ont orienté l’effort de financement de ces banques vers le crédit productif dans leur secteur respectif (mines, agriculture, etc). L’existence d’informations solides et de personnels qualifiés ont permis de réduire les risques d’information asymétrique si sensibles pour les contrats PLS des banques commerciales. Les banques commerciales doivent en effet faire face à un véritable problème de hasard moral (moral hazard), avec un gros volume de fausses factures et une comptabilité issue du système usuraire traditionnel, qualifiant l’éventuel profit d’intérêt financier.


En tout état de cause, l’exigence des déposants à engranger un profit fixe et déterminé, fondée sur la promesse par les banques de le payer effectivement au moyen de la mutualisation des pertes et profits au niveau de l’établissement, constitue la raison principale à l’origine du caractère crypto-usuraire des transactions bancaires.


Il est tout aussi inutile de rejeter en bloc le mode opératoire des banques iraniennes mais il est clair qu’un gros travail est requis pour appliquer efficacement la loi de 1983. La restriction réglementaire du montant maximal des facilités de crédit accordées à 20% maximum du capital propre de la banque, en plus de l’aversion naturelle causée par la faible capitalisation des banques, ont conduit les banques à éviter les gros projets d’investissement, pourtant les plus porteurs en termes de création de valeur ajoutée et les plus propices à l’utilisation de contrats PLS, et à éviter totalement le financement de projets pétroliers, qui forment pourtant une part importante de l’économie iranienne. Plutôt, les projets pétroliers sont financés par investissement direct sur le budget de l’État ou des acteurs étrangers.

De manière générale, la nationalisation du secteur bancaire iranien a permis de subventionner le secteur public et le budget de l’État à double-titre: de manière directe par les biais cités plus haut, de manière indirecte à travers un transfert de richesse entre déposants et débiteurs (dont l’État en première place) effectué par l’inflation, qui diminue la valeur des créances des déposants au profit des débiteurs. Ainsi, les calculs montrent que, de manière générale, le taux de profit accordé aux déposants iraniens a été inférieur au taux d’inflation, si bien que les déposants ont en réalité financé gratuitement les investisseurs.








Privatisation et performance bancaire


Depuis le troisième plan quinquennal, la privatisation de l’activité bancaire est devenue un thème majeur dans le secteur financier iranien. Selon la loi du plan quinquennal, la fondation de banques à capitaux privés est autorisée, cela malgré l’article 44, et plusieurs banques privées ont été créées depuis. Plusieurs problèmes ont été soulevés à ce titre: sensibilité du secteur bancaire et non-équivalence des missions associées au secteur bancaire étatique et privé, problème de refinancement des banques privées, qui ne peut se faire par le système actuel (prêt usuraire direct avec taux d’escompte par la banque centrale ou marché interbancaire), problème de la délégation de la création monétaire à travers le système de réserves fractionnelles… autant de difficultés juridiques et techniques qui n’ont pas été adressées, selon nos informations disponibles.


Il a été dit que le système bancaire tel qu’il est aujourd’hui, retirait aux banques iraniennes toute incitation à la recherche du profit ou à la gestion du risque.


La relation étroite entretenue avec l’État et le secteur public alimenterait la corruption, l’abus de pouvoir, des prises de décisions inefficaces, parfois sous la pression politique, si bien que le nombre de créances arriérées ou en suspens est extrêmement élevé. La dette de l’État envers le système bancaire ne permet pas d’assainir cette relation, où le marché de dupe consiste à fermer les yeux sur la dette de l’État en échange d’une indulgence particulière envers le fonctionnement du système bancaire. Bien entendu, l’immense majorité des acteurs sont des gens honnêtes et concernés par le succès de leur établissement respectif, mais s’attaquer de front à ces difficultés constitue un enjeu autant politique que managérial.

Il est souvent reproché, à juste raison, peut-être, que la loi de 1983, ou plus précisément son mode d’application actuel, a créé un système bancaire en faux-semblant, utilisant à souhait des méthodes critiquables de dissimulation jurisprudentielle destiné à couvrir pudiquement des opérations essentiellement usuraires, tout en justifiant le label «islamique» ouvertement revendiqué par le discours officiel.

Il est important de souligner que la plus forte opposition au système bancaire, tel qu’il est pratiqué aujourd’hui, vient de milieux religieux rigoristes qui vont jusqu’à interroger la nature islamique des transactions bancaires en Iran.


Bien que la loi de 1983 ait été évidemment cautionnée par le Conseil des gardiens, lui octroyant une légitimité juridique incontestable, le mode opératoire entérinée par la pratique, et parfois le corpus réglementaire produit par la banque centrale, ont décoloré le substrat islamique de la loi interdisant l’intérêt.


Et, bien que le bureau représentant le guide suprême cautionne également les opérations bancaires en Iran, les interrogations demeurent quant à la philosophie économique qui préside à ces opérations.

La loi de 1983 constitue en fait une première étape sur la voie de l’édification du système financier islamique en Iran, et la réflexion globale actuellement menée par le gouvernement iranien, les parlementaires et les cercles financiers dans le cadre de la privatisation de l’économie imposée par la nouvelle lecture de l’article 44 de la Constitution, contribuera forcément à refonder le système financier iranien sur des bases actualisées et plus saines, au regard des conditions économiques d’aujourd’hui.











source:
http://www.tebyan.net/news/analyses/2009/1/18/83672.html
http://www.tebyan.net/news/analyses/2009/1/31/84569.html
http://www.tebyan.net/news/analyses/2009/2/8/85358.html




Dernière édition par invitée le Ven 20 Juil 2012 - 19:38, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: AHMADINEJAD SYMBOLE DE L'ANTI-SIONISME ET CONTRE LE NWO ???!!!   Mer 12 Jan 2011 - 14:33

L’IRAN SOUS L'EMPRISE DE L'ARGENT






En 2005, les candidats « réformistes » avaient été battus lors du scrutin présidentiel parce qu’ils s’étaient montrés incapables de proposer une solution aux problèmes sociaux. M. Mahmoud Ahmadinejad, lui, avait promis d’« apporter l’argent du pétrole sur la table du peuple ». Aujourd’hui, le président iranien est à son tour interpellé sur son bilan économique.Alors que l’Iran se trouve au centre de l’attention internationale, l’élection de ce mois-ci se joue à nouveau autour de problèmes intérieurs.

Par Ramine Motamed-Nejad



Dès la fin de la guerre avec l’Irak (1988), le rapport de la société et de la classe politique iraniennes à l’argent a connu une transformation radicale, les valeurs morales, en particulier religieuses, jusque-là dominantes, connaissant un net recul. Dans un ouvrage paru en 1998, le sociologue Faramarz Rafipour (1) impute en premier lieu cette évolution à l’émergence d’une minorité qui n’hésite plus à «exhiber sa richesse». Une attitude que le gouvernement de M. Hachémi Rafsandjani n’a fait que renforcer en incitant, à l’aube des années 1990, les entrepreneurs de la diaspora à «regagner le pays», afin de contribuer à sa reconstruction.

À l’autre extrémité de l’échelle sociale, une majorité de la population a été frappée par une décennie de crises, provoquant l’érosion de son pouvoir d’achat et l’aggravation de ses problèmes financiers. Le désir de «mettre en scène» sa richesse, pour les uns, et la montée de la pauvreté, pour les autres, fondent la conclusion de l’auteur: «Les valeurs matérielles et la valeur-richesse ont triomphé

Le désir d’opulence a pu s’exprimer à la faveur des réformes économiques — privatisation des entreprises publiques, libéralisation du commerce extérieur — mises en œuvre, à partir de janvier 1990, par le gouvernement du président Rafsandjani.

Depuis vingt ans, la presse mais aussi des rapports officiels n’ont cessé de dénoncer l’«opacité» et les «irrégularités» qui ont entouré ces privatisations. Une partie des bénéficiaires de ces «transferts de propriété» sont les dirigeants de ces sociétés autrefois publiques — une nouvelle élite économique. Ainsi, un rapport du Parlement indique que, en 1994, les titres de plus de cinquante entreprises industrielles ont été cédés à leurs directeurs à des «prix de complaisance», à rebours des «conditions requises par la loi». Ces titres ont été payés grâce aux prêts arrachés à la Société d’investissement des industries nationales, c’est-à-dire avec de l’argent public, pratique qui s’est poursuivie sous les gouvernements de MM. Mohammad Khatami et Mahmoud Ahmadinejad.

La libéralisation du commerce extérieur constitue l’autre gisement de profits. Elle donne lieu à des rentes considérables, non seulement dans l’économie officielle, mais aussi dans les circuits parallèles dominés par la contrebande. Ce sont, entre autres, les bénéficiaires de ce phénomène que, depuis plusieurs années, la presse qualifie de «mafias». Ce terme désigne les groupes économiques qui contrôlent l’importation et la redistribution des produits alimentaires, des biens manufacturés et de la drogue, et se livrent au détournement et à l’exportation d’une fraction des produits énergétiques, relevant pourtant du monopole de la Compagnie nationale iranienne du pétrole (National Iranian Oil Company, NIOC).

Comme l’indique la chercheuse Fariba Adelkhah, «les grands marchands du bazar», tout autant que le personnel politique et les institutions du régime, «participent directement et massivement à cette seconde économie, éventuellement pour s’enrichir, mais aussi pour s’autofinancer (2)». Ainsi, l’élite marchande, très influente pendant les années 1980, doit désormais compter avec de nouveaux acteurs économiques en quête de richesse.

Les groupes dominants du capitalisme ne sont pas en reste. Ils ont formé de grands holdings industriels, financiers et commerciaux qui internalisent, le plus souvent, leurs sources de financement, sans renoncer pour autant aux privilèges monétaires que diverses institutions publiques ou parapubliques continuent à leur consentir. Ils s’emparent des commandes publiques, donc de marchés presque garantis, et, là où cela s’avère possible, tentent de se soustraire à leurs dettes.




Du caritatif au lucratif

Il ne s’agit ni d’un capitalisme d’Etat — celui-ci s’est retiré de nombreuses branches économiques — ni d’un capitalisme de marché, ces groupes contournant les contraintes fiscales, commerciales ou financières, tout en entravant l’avènement de nouveaux concurrents. On peut parler d’un capitalisme de monopoles.

Deux exemples illustrent cette mutation. D’une part, les grandes fondations, bâties, pour une partie d’entre elles, au lendemain de la révolution de 1979, et qui se vouent officiellement à des actions caritatives, telle la Fondation des déshérités et des blessés de la guerre Iran-Irak. Très active dans les circuits commerciaux (en particulier dans celui des armes), pendant le conflit qui a opposé les deux pays, elle a, par la suite, profondément diversifié ses activités. Elle comprend des milliers d’entreprises dans l’industrie, le commerce, l’agriculture, le tourisme ou encore le secteur aéronautique. Elle a de surcroît édifié ses propres institutions, consolidées en un immense conglomérat, l’Organisme financier et de crédit de la fondation, dont le pouvoir est colossal. Cependant, en refusant le terme de «banque», cette institution échappe aux contraintes réglementaires érigées par la banque centrale. Dans le même temps, elle refuse de se plier au paiement de ses dettes fiscales. Aux commandes de l’exécutif de 1997 à 2005, le président Khatami, qui a tenté, en vain, d’imposer cette obligation, l’a appris à ses dépens.

Le second exemple de l’ascension des puissances économiques est la firme industrielle Iran Khodro, la plus grande entreprise automobile du Proche-Orient, dont 40 % des titres appartiennent à l’Etat. Elle jouit, avec la firme Saipa, d’un monopole de fait sur ce marché — celle-ci contrôlant 35 % des parts de marché, tandis qu’Iran Khodro en possède plus de 55 %. Après l’ouverture du secteur aux importations, Iran Khodro a conclu des accords de partenariat avec des sociétés étrangères d’autant plus intéressées par le marché iranien que celui-ci est en pleine expansion: sept cent mille voitures vendues en 2004, un million cent mille en 2006, un million deux cent mille en 2008.

Pour Iran Khodro, il s’agit de préserver, voire d’accroître, son hégémonie, tout en favorisant l’acquisition de nouvelles technologies, gages d’une amélioration de la qualité de ses produits et de leur diffusion internationale. PSA Peugeot Citroën, qui avait amorcé, depuis 1992, une coopération industrielle avec Iran Khodro pour la fabrication de la 405 (l’intégration locale est achevée à plus de 60 %), a franchi une nouvelle étape en concluant en mars 2001 un accord de licence pour l’assemblage et le montage de la 206 et de la 307 (la part d’intégration locale étant encore assez faible).

Quant à Renault, il a fondé, pour l’assemblage et le montage de la Logan (la Tondar, en farsi), une société conjointe avec les deux géants iraniens. Il s’agit de Renault Pars, dont il détient 51 % des parts, tandis qu’Iran Khodro et Saipa, alliés pour l’occasion, en possèdent 49 %.

Iran Khodro se positionne également comme un futur acteur du marché mondial. En attestent l’accord que la société vient de signer avec la société algérienne Famoval pour le montage d’un bus en Algérie, ainsi que les unités de production qu’elle a installées, pour la fabrication de la Samande (une version modifiée de la 405), au Venezuela, au Sénégal, en Syrie et en Biélorussie. Une voiture que, par ailleurs, elle exporte déjà, entre autres vers l’Algérie, l’Egypte, l’Arabie saoudite, la Turquie, l’Arménie, ou encore la Bulgarie, la Roumanie, l’Ukraine et la Russie.

Au surplus, pour pallier le durcissement de ses contraintes de financement et de liquidités, Iran Khodro a mis à profit l’apparition, institutionnalisée depuis 2000, des banques privées, pour établir, en 2000-2001 (avec d’autres institutions), son propre établissement financier, Pârsian, dont elle détient 30 %. Devenue la plus importante banque privée d’Iran, elle totalise 60 % des dépôts et des crédits de ce secteur.

Dès son accession au sommet de l’exécutif, en juin-juillet 2005, le président Ahmadinejad a dénoncé une partie des banques privées comme responsables de prêts «douteux et discutables». Il menaça même de dévoiler la liste de ceux qui avaient bénéficié de leurs largesses — une promesse restée, à ce jour, sans suite. La banque Pârsian fut la principale cible de cette campagne. Le véritable enjeu du conflit réside dans le refus de ces établissements de réduire le niveau de leurs taux débiteurs et, par-là, celui de leurs profits. L’affrontement devait atteindre son paroxysme en octobre 2006, lorsque le gouvernement et la banque centrale décidèrent de destituer le président de Pârsian. L’ensemble des banques privées s’éleva contre cette mesure et obtint que cette décision fût cassée, infligeant un échec indiscutable au président Ahmadinejad.

Par la suite, l’attrait grandissant de certains foyers de spéculation (notamment l’immobilier) a incité les banques privées — et aussi publiques — à se détourner du financement des entreprises industrielles. Elles ont procédé à des prêts hypothécaires considérables, mais aussi à des placements immobiliers massifs. Elles ont ainsi contribué au gonflement sans précédent de la bulle immobilière apparue en 2005 (3), qui a favorisé la naissance de ce qu’un mensuel a qualifié de « bourgeoisie immobilière (4) ».

Cette bulle a fini par éclater à partir de mai-juin 2008, sous l’effet d’une décision du gouvernement qui a contraint l’ensemble du système bancaire à interrompre son offre de crédit (y compris les crédits immobiliers déjà promis aux emprunteurs et donc en instance d’être débloqués). Depuis, on a assisté à une baisse drastique de la demande de logements, à un effondrement des prix et à une dévalorisation, au moins partielle, des actifs immobiliers que les banques publiques et privées venaient d’acquérir. Des pertes amplifiées par l’accumulation des créances douteuses sur une partie des institutions publiques et l’Etat lui-même, comme sur des agents privés.

La crise qui en résulte a deux conséquences. En premier lieu, les banques ne sont plus en mesure de consentir de nouvelles avances à l’économie, comme en témoigne l’écroulement de 67 % du crédit bancaire entre décembre 2007 et décembre 2008 (5). Une contraction qui alimente à son tour le déclin de la demande de biens de consommation et de l’investissement, l’érosion de la production industrielle et de la rentabilité des entreprises et la sous-utilisation massive de leurs capacités de production.




«Prisonniers pour dette»


En second lieu, du fait de la perte de valeur de leurs actifs, les banques ne peuvent plus, ou ne veulent plus, rembourser leurs dettes envers la banque centrale: entre septembre 2007 et septembre 2008, les créances de cette dernière (donc de l’Etat) ont augmenté de 106 % (6) ! L’économie productive a été frappée à travers la propagation des impayés aux sociétés et... aux salariés.

La privatisation a fait la fortune des uns. Elle a en revanche exposé une grande partie des travailleurs au chômage (7) ainsi qu’à une situation financière de plus en plus précaire, les propriétaires d’entreprises privatisées ayant délibérément vendu les équipements de leurs sociétés, avant de les déclarer en faillite, ou bien ayant eu recours aux impayés de salaire, ou encore aux licenciements purs et simples. Quant à l’inflation, à l’instar des années 1990, elle a de nouveau emprunté une pente ascendante pour se situer, officiellement, à 25 % pour 2008 — selon d’autres estimations, à au moins 50 % — et plus de 60 % pour le premier trimestre 2009.

Depuis septembre 2005, face au déclin grandissant du salaire réel des couches défavorisées de la population et de la classe moyenne, le gouvernement a axé son programme économique sur la redistribution du crédit, afin de soutenir la consommation tout autant que les débouchés des entreprises. La liste des différentes formes de prêt proposées et officiellement garanties par les autorités suffit à attester l’ampleur de cette politique: ils concernent les retraités, le mariage des jeunes, les étudiants, l’accès au logement, les agriculteurs, etc.

Or, depuis plus de vingt ans, du fait de l’érosion de ses revenus en termes réels, une grande partie de la société est déjà plongée dans l’endettement. En témoigne l’accroissement sensible du nombre de « prisonniers pour dettes » : douze mille (vingt mille autres étant passés par la prison au cours des dix dernières années !) (8). Contredisant les idéaux égalitaires de la révolution de 1979, ces sanctions imposées aux plus modestes s’accompagnent de l’incapacité, ou du manque de volonté, des pouvoirs publics à recouvrer leurs créances sur la plupart des grands groupes économiques.


Ramine Motamed-Nejad
juin 2009





(1) Faramarz Rafipour, Développement et contraste. Essai d’analyse de la révolution islamique et des problèmes sociaux de l’Iran, Entechar, Téhéran, 1998 (en farsi).

(2) Dans son compte rendu relatif à l’ouvrage d’Arang Keshavarzian, Bazar and State in Iran. The Politics of the Tehran Marketplace (2007), dans Sociétés politiques comparées, n° 2, Paris, février 2008.

(3) Elle s’est exprimée, au cours des deux dernières années, par la hausse de 200 % des prix des actifs immobiliers dans la ville de Téhéran, où, en dix-huit mois seulement, la valeur des transactions immobilières a atteint 600 milliards de dollars (cf. le mensuel Gozaresh, no 204, Téhéran, janvier 2009, p. 27).

(4) Kamal At-Hari, « La bourgeoisie immobilière », Cheshmeh Andaz-e Iran, n° 47, Téhéran, janvier-février 2008.

(5) Cf. le quotidien Sarmayeh, Téhéran, 23 avril 2009.

(6) Sarmayeh, 10 janvier 2009.

(7) Selon les publications officielles, en 2008, autour de 15 % de la population active se trouvait au chômage.

(8) Jam-e jam, Téhéran, 20 décembre 2008.





source:
http://www.monde-diplomatique.fr/2009/06/MOTAMED_NEJAD/17226#nb8




Dernière édition par invitée le Jeu 28 Juil 2011 - 12:41, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: AHMADINEJAD SYMBOLE DE L'ANTI-SIONISME ET CONTRE LE NWO ???!!!   Mer 12 Jan 2011 - 14:58

PRIVATISATIONS EN IRAN






Le guide suprême iranien autorise des privatisations à grande échelle




Le guide suprême iranien l'ayatollah Ali Khamenei, la plus haute autorité de l'État, a fixé le cadre pour une privatisation de larges pans de l'économie, a rapporté lundi la presse locale.

Cette directive autorise la "privatisation de 80% des institutions publiques et étatiques, dont les grandes industries et les grandes sociétés", selon le texte rapporté par la presse.

Conçu par le Conseil de discernement, un organe d'arbitrage dirigé par l'ancien président Akbar Hachémi Rafsandjani, le texte vise à desserrer l'emprise de l'État sur l'économie, qui avoisine actuellement 80%.

La directive met cependant à l'abri le secteur de la production d'hydrocarbures, ainsi que la Société nationale iranienne du pétrole (NIOC).

Elle épargne sept grandes banques, dont la Banque centrale, la Banque nationale d'Iran et la Banque de développement des exportations. Ainsi que l'Organisation de l'aviation, et celle des ports, avec les compagnies-mères du secteur des télécommunications.

Elle exclut également les industries "impliquées dans des productions pour la défense et la sécurité".

Certaines industries dépendant des forces armées, mais dans des domaines moins sensibles (piles, tracteurs) pourront faire l'objet d'une privatisation sur autorisation du guide.

Les autorités iraniennes ont lancé à la fin des années 90 un programme de privatisation qui est resté très limité, en raison de l'ambiguïté de l'article 44 de la Constitution.

Ce dernier stipule que le secteur étatique comprend notamment "toutes les grandes industries, les industries-mères, le commerce extérieur, les grandes mines, le secteur bancaire, les assurances, les sociétés d'énergies".

Mais il prévoit aussi que "l'étendue et les conditions de fonctionnement des trois secteurs: étatique, coopératif et privé, sont déterminés par la loi".

La directive prise par l'ayatollah Khamenei prévoit que la privatisation s'effectue par une entrée en bourse des sociétés concernées.

Or cette disposition diffère complètement de celle prise par le président Mahmoud Ahmadinejad qui avait prévu, dans le cadre de son programme, une vente à crédit aux plus pauvres des actions d'entreprises d'État. Et à un prix qui serait du tiers de celui estimé par le marché.

Interrogé par l'AFP, l'ancien directeur de la Chambre de commerce de Téhéran, Mohammad Reza Behzadian, a estimé que la directive de l'ayatollah Khamenei "veut dire un changement du rôle du gouvernement de celui de propriétaire à celui de guide" de l'économie.

Les détails de cette directive, et notamment la liste des sociétés concernées, devront être adoptés par les pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire, ainsi que le Conseil de discernement.


Lundi, 03 Juillet 2006





source:
http://3w.iranfocus.com/fr/index.php?option=com_content&view=article&id=3593:le-guide-supr-iranien-autorise-des-privatisations-rande-elle&catid=2:iran-gral&Itemid=27












Iran : Privatiser les richesses nationales pour survivre



La bourse de Téhéran, connue pour être un haut lieu de pratique de délits d’initiés, a battu un record historique avec la vente de 1 milliard de dollars d’actions de la Société nationale des industries du cuivre, une compagnie officiellement publique mais officieusement contrôlée par la famille Rafsandjani. En fait, la Société nationale des industries du cuivre fondée en 1972 gère la mine à ciel ouverte de Sarcheshmeh considerée comme le second plus grand dépôt de cuivre au monde. La transaction concernait donc la privatisation en douce de cette mine inestimable.

La Société nationale des industries du cuivre est officiellement une compagnie publique, mais depuis la révolution elle est contrôlée par la famille Rafsandjani, originaire de la région.

Sarcheshmeh (Sar-tchechmeh سرچشمه) produit plus de 365,000 tonnes de cuivre par an, mais elle contient aussi des quantités substantielles de molybdène, or et d’autre métaux rares. Cette mine a, selon les dernières estimations, une capacité de 1 milliard 200 millions de tonnes de sulfates de cuivre et d’or, soit plus 3500 ans de réserves au rythme actuel d’extraction qui est de 100 tonnes par jour.

Les deux tiers de cette production sont destinés à l’export et rapportent actuellement au moins 1,5 milliards de dollars à l’Iran selon les cours du London Metal Exchange actuellement supérieurs à 6300 dollars la Tonne. Ce montant peut être plus important puisque les cours ont déjà atteint les 9000 dollars la Tonne en 2006, mais les revenus iraniens ne peuvent pas descendre sous la barre de 800 millions de dollars.

En moins de sept minutes, les 20% du capital de cette compagnie inestimable ont été vendus par la mafia de Rafsandjani pour une valeur de seulement 1 milliard de dollars à un consortium comprenant une caisse de retraite des industries de l’acier et métaux non ferreux (liée au conglomérat de cuivre), le Groupe SAIPA (fabricant automobile lié à la famille Rafsandjani) et le Groupe Bahman, un Holding lié à l’IDRO(organisme public iranien en charge de l’industrie automobile). Et l’IDRO est lié à la famille de Rafsandjani (qui officialise ainsi sa mainmise sur le cuivre iranien).

Le consortium a payé cash 20% de la somme et le reste sera versé sur une période de cinq ans. Il s’agit d’un transfert de capitaux de main en main et d’une transaction frauduleuse à prix sacrifié. Il existe une piste d’investigation.

Il s’agit de l’actuel gouverneur de la Banque Centrale Iranienne, Tahmasb Mazaheri, puisque ce dernier faisait partie du conseil d’administration de la Société nationale des industries du cuivre avant d’accéder à la direction de la BCI. Aussitôt nommé à la direction de la Banque Centrale, il a trouvé un moyen pour faciliter les transactions de son protecteur, Rafsandjani.

En règle générale, le gouverneur de la Banque Centrale est membre du conseil d’administration de ce conglomérat lié à Rafsandjani. Avec Tahmasb Mazaheri, l’important est qu’il était dans ce conseil d’administration comme ministre de l’économie de Khatami et on le retrouve toujours impliqué dans le cuivre comme gouverneur de la Banque Centrale d’Ahmadinejad et la première action significative de son mandat est la vente suspecte en 7 minutes de 20% d’une richesse nationale iranienne (le second plus grand dépôt de cuivre au monde) à des acheteurs qui pourraient bientôt ouvrir leurs capitaux à des investisseurs étrangers.

Rafsandjani vend les bijoux de famille et empoche de jolies commissions (payées cash ?) dans cette vente au rabais qui a pour objectif d’attirer les investisseurs étrangers en Iran et de les engager afin qu’ils s’opposent à des poursuites contre lui ou à des actions contre le régime.


14.09.2007



http://www.iran-resist.org/article3789












Le n°1 des télécoms en Iran cédé aux Gardiens de la révolution



Un groupe d'investisseurs affilié aux Gardiens de la révolution, force d'élite du régime iranien, a pris le contrôle de l'opérateur public de télécommunications en rachetant 50% du capital plus une action pour l'équivalent d'environ 5,3 milliards d'euros, rapporte dimanche la presse iranienne. Cette opération confirme l'influence croissante des Gardiens en Iran depuis l'élection à la présidence de Mahmoud Ahmadinejad, lui-même ancien membre de cette formation, en 2005.

L'agence de presse semi-officielle Mehr, citant un responsable de l'organisme public chargé des privatisations, précise qu'il s'agit de la plus importante transaction boursière jamais réalisée depuis la création de la république islamique. Deux consortiums iraniens étaient en lice pour prendre le contrôle de Telecommunications Company of Iran (TCI) et c'est Etemad Mobin qui l'a emporté, explique Mehr. Un troisième candidat a été disqualifié pour des raisons de sécurité, a précisé l'agence Isna. L'agence officielle Irna a rapporté pour sa part qu'Etemad Mobin appartenait à la fondation coopérative des Gardiens de la révolution. Mehdi Aghdaie, directeur adjoint de l'agence des privatisation, a précisé que la valeur de la participation cédée représentait environ 10% de la capitalisation boursière totale du marché iranien.



ACCÈS DIFFICILE POUR LES ÉTRANGERS

L'économie iranienne reste dominée par l'État mais le gouvernement s'efforce actuellement d'accélérer les privatisations. L'an dernier, le directeur de la Bourse de Téhéran avait déclaré à Reuters que plusieurs investisseurs étrangers avaient manifesté leur intérêt pour une éventuelle prise de contrôle de TCI.

Mais en raison des tensions diplomatiques liées au programme nucléaire iranien, les analystes estiment que les privatisations devraient, pour l'essentiel, se traduire par des transferts de participations entre entreprises publiques iraniennes. Le groupe sud-africain MTN Group, numéro un des télécoms en Afrique subsaharienne, est toutefois implanté en Iran où il possède 49% d'Irancell, un opérateur mobile concurrent de TCI.

Les Gardiens de la révolution ont été très actifs dans la politique de reconstruction du pays lancée après la guerre contre l'Irak. Leurs investissements s'étendent maintenant à de nombreux secteurs incluant l'import-export, le pétrole et le gaz, la défense, les transports et la construction. Selon le Trésor américain, ils ont noué des liens avec des entreprises représentant plusieurs milliards de dollars de chiffre d'affaires. L'an dernier, le Fonds monétaire international (FMI) avait jugé que le processus de privatisations iranien s'était accéléré mais que, "en raison du manque de grands investisseurs privés, de nombreuses entités contrôlées par l'État avaient été acquises par des institutions du secteur quasi-public par le biais de paiements non-numéraires ou différés".


SEPT. 2009


source:
http://www.transactiondalgerie.com/index.php?option=com_content&view=article&id=7955:le-nd1-des-telecoms-en-iran-cede-aux-gardiens-de-la-revolution












Iran : voyage au cœur de l'empire Pasdaran



Clef de voûte du régime islamique, le corps des Pasdarans n'est pas seulement une redoutable organisation paramilitaire. C'est également un empire industriel, directement impliqué dans le programme nucléaire iranien, qui est en train de mettre la main sur des milliards de dollars de contrats pétroliers et gaziers.


Dans l'ombre, ils tirent toutes les ficelles du régime iranien, et sont directement impliqués dans le programme nucléaire de la république islamique. Ils manipulent des réseaux terroristes, se livrent à toute sorte de trafics et se sont emparés de pans entiers de l'économie du pays, dans le BTP, l'énergie, les télécommunications. Cette « pieuvre » tentaculaire, que certains n'hésitent pas à comparer à la mafia, ce sont les Pasdarans, les Gardiens de la révolution islamique.

Alors que le Conseil de sécurité de l'ONU débat actuellement de sanctions contre Téhéran, cette garde prétorienne d'un genre particulier, entre parti politique, franc-maçonnerie, réseau d'aide sociale, armée parallèle et empire industriel, se trouve au coeur du bras de fer entre l'Iran et la communauté internationale. Son pouvoir économique et financier ne cesse en tout cas de s'étendre. Hier, la presse locale indiquait que les Pasdarans, à travers leur holding industriel Khatam al-Anbia, étaient sur le point de mettre la main sur quelque 10 milliards de dollars de projets pétroliers et gaziers. Un cadeau de plus pour les Gardiens de la révolution, qui ont affirmé en avril être prêts à remplacer les compagnies occidentales sur les grands gisements d'hydrocarbures du pays...

Mais comment fonctionne au juste cette organisation ? En février 2008, la Rand Corporation la qualifiait, dans l'un des rares rapports consacrés au sujet, de « conglomérat socio-politico-économique en expansion, dont l'influence s'étend virtuellement à chaque coin de la vie politique et de la société iranienne ». Des officiers d'active ou à la retraite des Pasdarans trustent les postes clefs : 7 ministres sur 21 (Pétrole, Economie, Communications, Défense, Intérieur...), un tiers des sièges de députés ou de gouverneurs, nombre de mairies ou de postes d'ambassadeurs. Une ENA iranienne, en somme… Mais une ENA un peu particulière, dotée de casernes et centres de torture... Dès leur création par l'ayatollah Khomeyni, en mai 1979, les Pasdarans ont en effet été conçus comme le bouclier, « les yeux et les oreilles » du régime islamiste, chargé de la répression intérieure et dotés des meilleurs équipements, au détriment d'une armée régulière considérée comme moins loyale (lire sur www.lesechos.fr).



Façade cléricale

Bref, au vu des postes qu'ils détiennent, Hillary Clinton n'exagérait peut-être pas en soulignant en février dernier que les Pasdarans étaient en train de supplanter le gouvernement. Certains analystes vont jusqu'à estimer que la réélection en juin 2009, assortie de fraudes massives, de Mahmoud Ahmadinejad, l'un de ses anciens chefs, s'apparentait en fait à un coup d'Etat de cette organisation, dont il faut rappeler qu'elle est d'essence laïque, pour prendre le pouvoir sous le vernis d'un régime religieux. Ali Alfoneh, de l'université de Copenhague, considéré comme un des plus fins connaisseurs des Pasdarans, estime que le régime est désormais « militaire avec une façade cléricale ». Une sorte de revanche, trente ans après, sur une hiérarchie religieuse qui s'est considérablement enrichie depuis la révolution de 1979.

Pourtant, la « part du gâteau » des Gardiens est déjà considérable. L'organisation « chapeaute » des centaines d'entreprises, via notamment deux fondations caritatives (Bonyads), ou par le biais de liens informels décontenançant quelque peu les Occidentaux habitués à des organigrammes plus transparents...

Selon la presse iranienne d'opposition, l'empire Pasdaran couvre des pans entiers de l'économie locale: c'est le cas dans l'immobilier, la chirurgie laser, le tourisme, l'optique, le tabac, l'agriculture, la construction navale, la distribution d'eau, les transports terrestres, mais les Gardiens possèdent aussi des intérêts dans des mines de cuivre, de zinc et de plomb, des champs gaziers, la compagnie aérienne Pars, les banques Mehr et Ansar, la compagnie pétrolière Oriental Kish, une participation dans les numéros deux et trois de l'automobile nationale, ainsi que des entités du complexe militaro-industriel, comme Iran Electronic Industries, qui produit biens de consommation, téléphones et ordinateurs. Une liste qui n'est sans doute pas exhaustive... « Si vous faites des affaires en Iran, il y a des chances pour que ce soit avec les Pasdarans », résumait Richard Stuart Levey, sous-secrétaire au Trésor américain, au moment où, en février, son pays imposait des sanctions contre 4 filiales de Khatam al-Anbia. Ce dernier est l'un des rares holdings visibles de la galaxie des Pasdarans, ainsi que le coeur de leurs intérêts dans le génie civil et les infrastructures énergétiques. Créé en 1988 pour reconstruire le pays après la guerre Iran-Irak, Khatam s'est rapidement imposé comme sa principale firme d'ingénierie, avec 25.000 salariés et un portefeuille de 7.600 chantiers à ce jour: construction de barrages, fermes, mines, immeubles, ponts, tunnels, routes, pipelines, lignes électriques, etc. Khatam s'implique surtout, depuis une demi-douzaine d'années, dans les infrastructures pétrolières, avec un gazoduc de 900 kilomètres vers le Pakistan et l'Inde, pour 1,3 milliard de dollars, et le développement du champ offshore de South Pars, censé contenir la moitié des réserves de gaz du pays.



Des privilèges exorbitants

Toutes les firmes contrôlées par les Pasdarans bénéficient de privilèges exorbitants. Par décret d'Ali Khamenei, elles sont exemptes de tout impôt et de toute supervision publique, et ne rendent des comptes qu'au guide suprême lui-même. Elles bénéficient en outre de crédits à taux préférentiels des banques publiques, voire, en cas d'urgence, de simples virements en devises de la banque centrale - comme cela a été le cas en décembre dernier au profit de Khatam al-Anbia -, et de la possibilité d'utiliser gratuitement des équipements militaires de BTP pour des chantiers civils, ce qui leur permet de casser les prix face à la concurrence. Ayant poussé leurs pions dans la plus grande opacité lors des privatisations, que Ali Alfoneh décrit comme « le transfert d'entreprises du secteur public relativement transparent à d'autres parties du secteur public totalement opaques », les Pasdarans contrôleraient au total un tiers de l'économie du pays.

Afin de protéger ses propres affidés, surnommés « la mafia du pétrole », le président « réformiste » Rafsandjani (1989-1997) avait voulu, sans succès, juguler l'affairisme des Pasdarans, qui ne connaît plus de bornes depuis l'élection de Mahmoud Ahmadinejad en 2005.

Sur instruction expresse du gouvernement, les chantiers ou privatisations dans les infrastructures leur sont désormais attribués sans appels d'offres, pour raisons de sécurité nationale. De toute façon, « quand un appel d'offres est lancé, personne n'ose se mettre sur les rangs face à eux », explique Azadeh Kian. « Les entrepreneurs iraniens estiment ne pouvoir se partager que les miettes du festin ». C'est ainsi qu'en septembre dernier, Mobin, lié aux Gardiens, a acquis pour 7,5 milliards de dollars, en quelques minutes et sans concurrence, la majorité de l'opérateur public des télécoms, TCI (très utile, au passage, pour intercepter toute communication téléphonique), qui représentait un dixième de la capitalisation boursière de Téhéran. Les Pasdarans savent aussi défendre leurs intérêts en faisant voter des lois qui les arrangent, voire en intervenant manu militari contre un concurrent.




source:
http://www.spiran.com/fr/economie.html




Dernière édition par invitée le Lun 27 Fév 2012 - 20:08, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: AHMADINEJAD SYMBOLE DE L'ANTI-SIONISME ET CONTRE LE NWO ???!!!   Mer 12 Jan 2011 - 15:18

L'IRAN ET LE NUCLÉAIRE






Que l'Iran ait droit au nucléaire civil comme les autres nations, c'est logique et juste, bien que je ne voie pas d'un bon oeil la multiplication des centrales nucléaires et l'actualité prouve que cette technologie est à bannir. Mais certaines données ne peuvent que provoquer des interrogations au sujet de l'opposition proclamée du régime des Mollahs et d'Ahmanidejad aux artisans du NWO:



Extraits d'un texte de Leuren Moret:

« Les réacteurs nucléaires sont concentrés en plus grand nombre en Europe, en Amérique du Nord et au Japon où sont localisés les gouvernements les plus démocratiques du monde. Forcément, les gouvernements démocratiques seront les premières cibles de l'élite régnante en formant un gouvernement de sociétés mondial.

​​​​Pour cette raison, l'énergie nucléaire a été mise en application par des forces cachées puissantes, en dépit de l'opposition largement répandue et à long terme des citoyens de ces pays « démocratiques ». Le fait que l'énergie nucléaire soit la technologie énergétique la plus coûteuse, sans solution pour l'élimination des déchets radioactifs, a été ignoré.

​​​​Les centrales électriques nucléaires délivrent les mêmes produits mortels de fission, dans leurs émissions pendant des mois et des années, qu'une bombe nucléaire les délivre en une nanoseconde. L'exposition chronique au rayonnement de bas niveau des émissions libérées par les centrales électriques nucléaires peut être de nombreuses façons plus mortelle que l'exposition aiguë à une explosion de bombe nucléaire.

​​​​Les produits de fission aux demi-vies très courtes des essais atmosphériques se dégradent dans l'atmosphère. Mais ces mêmes dangereux produits de fission émis par les centrales électriques nucléaires arrivent dans les communautés en quelques heures. L'exposition chronique des populations dans les décennies passées a causé une souffrance incalculable, des dommages de santé publique et le sacrifice de générations d'enfants, le futur de nos pays.

(...)

Avec peu de sens moral pour la communauté globale, l'élite régnante mondiale a effectué trois guerres nucléaires secrètes continues qui se chevauchent depuis la fin de la Deuxième Guerre Mondiale, avec les essais atmosphériques, les centrales électriques nucléaires et les armes à l'UA. Les technologies nucléaires répondent certainement à ses buts politique de dépopulation et, en même temps, à la maximisation des profits puisqu'elle possède les sources d'uranium requises pour le combustible nucléaire et a des droits acquis dans l'énergie nucléaire.

(...)

Il existe une alliance nucléaire internationale cachée très puissante. L'énergie nucléaire, l'approvisionnement et les prix de l'uranium, est contrôlée globalement par le syndicat des Rothschild. Ce pouvoir et ce contrôle n'étaient pas manifestes au début.

​​​​Dans une série de deux volumes, « The Rothschilds », le journaliste japonais Takashi Hirose a exposé les mécanismes bien cachés du contrôle de l'énergie nucléaire par le syndicat des Rothschild. L'un des Rothschild sert de directeur commercial à la Reine d'Angleterre, qui possède en privé et en secret d'énormes intérêts dans les holdings de l'uranium en Afrique, au Canada et en Australie, à travers les mines de Rio Tinto. »

étoile 1 http://transition888.heavenforum.org/t63-d-hiroshima-a-l-irak-61-ans-de-guerre-suicidaire-a-l-uranium



Donc, deux questions:

  • pourquoi, alors que le gouvernement iranien dénonce les crimes de l'Occident, envisage-t-il de mettre en oeuvre une technologie dont le but sert l'agenda Illuminati (dépopulation, destruction de l'ADN humain, magie noire, ...) ? Il pourrait promouvoir les énergies libres, par exemple; ça serait un exemple pour le monde entier, et ça embêterait bien les élites satanistes.

  • pourquoi, alors que ses réserves pétrolières considérables lui permettent une autonomie énergétique au long terme, le gouvernement iranien choisit-il une politique énergétique qui le rend dépendant des familles "sionistes" dont il dénonce le leadership mondial ?

Une seule réponse : parce qu'ils marchent ensemble et que les Mollahs et Ahmanidejad sont aussi des Illuminati, donc sionistes et satanistes, et non pas musulmans et opposés au NWO.












L'IRAN ACTIONNAIRE DE TRICASTIN





L'usine de Tricastin


Selon Le Canard, Téhéran contrôle « 40 % de la société qui cogère le centre d'enrichissement » du Tricastin.
Résultat: par un jeu de participations, « l'Iran possède pas moins de 10 % » de cette usine, qui assure 25 % de la production mondiale d'uranium enrichi.



Le groupe nucléaire français Areva a confirmé les informations du journal satirique. Le programme nucléaire de la République islamique fait actuellement l'objet d'une intense bataille diplomatique.


« L'Iran n'a jamais reçu le moindre gramme d'uranium enrichi de la France », a déclaré un porte-parole d'Areva cité par Reuters. Selon ce porte-parole, il n'y a pas eu non plus de « transfert de technologie » nucléaire de la France vers l'Iran. La même source qualifie l'Iran de « partenaire dormant de l'Eurodif ». Une participation qui lui rapporte 7 millions d'euros par an, a rapporté une enquête du journal allemand Der Spiegel.



L'Iran est entré chez Eurodif en 1974

L'entrée des Iraniens dans la société Eurodif, propriétaire de l'usine du Tricastin, a eu lieu en 1974. Le shah d'Iran avait alors prêté plus d'un milliard de dollars pour la construction de cette unité. Mais la révolution islamique de 1979 avait compromis le remboursement de cet argent.

« Certains services barbouzards verront un lien entre ce lourd contentieux financier et la vague d'attentats, attribués à l'Iran, qu'a connue Paris en 1986. Tout comme les enlèvements de Français au Liban par le Hezbollah pro-iranien. Mais aucune preuve concrète n'est venue étayer cette thèse », écrit Le Canard.



Enrichissement d'uranium: l'Iran sommé de s'expliquer

Téhéran a annoncé la semaine dernière l'existence, sur son territoire, d'un second site d'enrichissement de l'uranium près de la ville sainte de Qom.

Les six pays engagés dans les négociations sur le programme nucléaire iranien - les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU et l'Allemagne - ont sommé Téhéran de s'expliquer sur cette affaire à l'occasion d'une réunion prévue jeudi 31 septembre à Genève.

La République islamique oppose une fin de non-recevoir. Elle estime ne pas avoir enfreint les règles internationales puisqu'elle a porté à la connaissance de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) l'existence du second site d'enrichissement, construit sous une montagne.




source:
diable 2 http://info.france2.fr/monde/L%27Iran-actionnaire-de-Tricastin--57696486.html










« L'Iran n'a jamais reçu le moindre gramme d'uranium enrichi de la France »; humm... ce n'est pourtant pas ce qu'affirme Der Spiegel :



25.03.2007 22:07


Areva denies unit supplied Iran with enriched uranium

BERLIN (AFX) - French nuclear energy group Areva denied a report in a German magazine that a subsidiary was flouting United Nations sanctions by providing Iran with enriched uranium.

It said Iran has a small and 'exclusively financial' stake in French company Eurodif but said this had not led to delivery of enriched uranium to the country.

In an article to be published Monday, Der Spiegel accuses Eurodif of delivering 10 pct of its enriched uranium to Iran from a nuclear site at Pierrelatte in the south of France.

In 1974, Iran invested more than 1 bln usd in a joint French-Iranian company specialising in uranium enrichment called Sofidif, which itself owns 25 pct of Eurodif. As a result, Iran holds indirectly about 10 pct of Eurodif, which is 60 pct owned by Areva.

The Der Spiegel report quotes a study circulated by the European Greens party, which it says reveals never before published details of the partnership agreed between Tehran and the French company.

According to the magazine, Iran's Atomic Energy Organisation, led by Vice President Gholam Reza Aghazadeh, earns an annual 7 mln eur from its share in the company.

Areva did not deny that Iran was financially profiting from Eurodif's enrichment activities but dismissed out of hand any suggestion that the product was being transported to Iran.

« Iran has an indirect and ultra-minority share in Eurodif. This participation is exclusively financial and has never led to a delivery of enriched uranium to Iran » an Areva spokesman told AFP.

« Everything is public knowledge... so there is no willingness on our part to start a useless war of words on the subject. »




source:
diable 2 http://www.finanznachrichten.de/nachrichten-2007-03/7959827-areva-denies-unit-supplied-iran-with-enriched-uranium-020.htm




Dernière édition par invitée le Jeu 28 Juil 2011 - 12:49, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: AHMADINEJAD SYMBOLE DE L'ANTI-SIONISME ET CONTRE LE NWO ???!!!   Mar 29 Mar 2011 - 13:04

UNE ÉTOILE DE DAVID DANS L'AÉROPORT DE TÉHÉRAN !?





L'étoile de David figure au centre du quartier général de la compagnie nationale Iran Air.


Le symbole du judaïsme est visible sur le toit d'un immeuble de la compagnie nationale Iran Air. Il a été découvert grâce à Google Maps.


Depuis plus de trente ans, les avions qui se posent à l'aéroport international de Téhéran survolent un des symboles du judaïsme. Ce week-end, des médias iraniens ont découvert qu'une étoile de David figure sur le toit du quartier général de la compagnie nationale Iran Air. Sur les photos aériennes de Google Maps, l'étoile d'une dizaine de mètres apparaît clairement au centre de ce bâtiment, situé en plein cœur de l'aéroport Mehrabad.



La présence de cette étoile de David sur un immeuble iranien a une explication historique, ont rapporté des médias iraniens, ce qui suggère que la réalisation est délibérée. L'immeuble d'Iran Air aurait été conçu avant la révolution islamique de 1979 par des architectes israéliens, à une époque où le régime du Shah d'Iran collaborait avec Israël, et ne menaçait pas l'État hébreu de destruction. Israël vendait alors des armes à l'Iran et des vols reliaient régulièrement Téhéran et Tel Aviv, rappelle le Jerusalem Post.

Ce vestige architectural prend aujourd'hui une toute autre signification. «Il est intéressant de remarquer que trente-deux ans après le succès de la révolution [islamique], cette étoile symbole du sionisme n'a pas encore été retirée de cet immeuble », a réagi un site iranien d'information local cité par Yedioth Ahronoth, le quotidien le plus lu d'Israël. Des appels ont été lancés pour faire retirer l'étoile, rapporte encore le journal.

Dans le monde, les images de Google Maps ont conduit à d'autres découvertes polémiques et à des imbroglios diplomatiques. Il y a peu, une frontière mal tracée a causé un incident entre le Costa-Rica et le Nicaragua. En Iran, des croix gammées avaient déjà été repérées dans le jardin d'une université de Bandar Abbas.



Le cas le plus fameux reste celui d'un immeuble de la Navy qui, vu de haut, a aussi la forme d'une croix gammée.





source:
flèche http://www.lefigaro.fr/hightech/2010/12/01/01007-20101201ARTFIG00534-teheran-decouvre-une-etoile-de-david-dans-son-aeroport.php





Ce qui étonne cependant, c’est la découverte tardive de cette incongruité, qui fait tache dans le paysage monolithique de la république islamique d’Iran. Cela fait plus de trente ans que les avions qui se posent à l’aéroport international de Téhéran, survolent ce symbole du judaïsme. On peut difficilement imaginer que personne ne l’a remarqué jusque là. Et qu’il ait fallu attendre que des Iraniens examinent, en 2010, des images de Google Maps et en viennent à faire cette découverte.

Quoi qu’il en soit, des appels ont été lancés pour faire retirer l’étoile, quitte à détruire le bâtiment sur lequel elle figure. Et on vous le donnerait pour mille: le président Mahmoud Ahmadinejad, qui ne porte pas Israël dans son cœur – c’est un euphémisme –, se fera un devoir de laver cet affront rétroactif.


flèche http://www.arabicmeeting.com/ar/forum/2-Actualit%C3%A9s/6618-Une-%C3%A9toile-de-David-sur-le-toit-de-l%E2%80%99a%C3%A9roport-de-T%C3%A9h%C3%A9ran.html





Oui, c'est clair, « on peut difficilement imaginer que personne ne l’ait remarqué jusque là », car c'est carrément impossible. La "république" des Mollahs s'est faite prendre, une fois de plus, la main dans le sac... et invente n'importe quel mensonge pour sauvegarder son image anti-sioniste, anti-NWO, et surtout musulmane.

Car cette "étoile de David" n'a jamais été un symbole juif, contrairement aux mensonges racontés aux Juifs (et relayés par Wikipedia), mais l'un des plus puissants symboles occultes utilisés dans le satanisme et la sorcellerie: le "sceau de Salomon".

« Un autre symbole des Illuminati est l'étoile de David. Croyez-moi, c'est même l'un de leurs symboles religieux les plus puissants. Ils la représentent à l'intérieur d'un cercle. Ils l'appellent "le grand sceau de Salomon". On l'utilise au cours des cérémonies les plus importantes pour invoquer les démons. »

Svali
étoile 1 http://transition888.heavenforum.org/t81-temoignage-de-svali-ex-illuminati-repentie


Quant à la "croix gammée", Svastika inversée ou "Sauvastika", c'est également un puissant symbole occulte, utilisé par les faux bouddhistes tibétains (lamaïstes) et repris par Hitler.
étoile 1 http://transition888.heavenforum.org/t161-la-face-occulte-des-illuminati - post du Sam 26 Sep 2009
À noter que wikipédia, encore une fois, se fait le relais des occultistes en nous présentant la sauvastika (svastika inversée, maléfique) pour une véritable svastika (bénéfique), et inversement.


Il y a quand même quelque chose d'amusant, dans cette histoire, c'est que ceux qui voient en Ahmadinejad un opposant au NWO soutiennent mordicus - contre toute logique - que ce dernier ignorait tout de l'existence du sceau de Salomon sur ce toit, alors que les mêmes accusaient - à juste titre - la Navy de mentir alors qu'elle produisait les mêmes excuses bidons « oh ! on ne savait pas ! on ne l'avait pas vu ! ». Il n'est de pire aveugle que celui qui ne veut pas voir...




Dernière édition par invitée le Jeu 28 Juil 2011 - 12:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: AHMADINEJAD SYMBOLE DE L'ANTI-SIONISME ET CONTRE LE NWO ???!!!   Mar 28 Juin 2011 - 21:06

FRAUDES ÉLECTORALES, MANIFESTATIONS MASSIVES,
RÉPRESSION IMPITOYABLE






Tout d'abord, il faut savoir que les élections iraniennes ne sont qu'une mascarade, puisque les candidatures sont soumises à l'appréciation du "Conseil des gardiens de la Constitution", composé de 6 religieux nommés par le Guide Suprême et de 6 juristes élus par la chambre monocamérale sur proposition du pouvoir judiciaire (dépendant du Guide). Sa principale fonction est de veiller à la compatibilité des lois à la Constitution et à l'Islam. Ce dernier aspect - compatibilité avec l'Islam - est exclusivement assuré par les 6 membres religieux.
Toutes les lois votées par l'Assemblée doivent obtenir son approbation. On a donc là un système dictatorial théocratique, et non pas une république démocratique, même islamique.

Pour être accepté par le Conseil des gardiens de la Constitution, toute candidature à la présidence de la République doit réunir les conditions suivantes:
  • Le candidat doit être une personnalité religieuse ou politique reconnue.
  • Être d'origine ou de nationalité iranienne.
  • Avoir de bons antécédents.
  • Être honnête, vertueux et dévoué à l'islam et au régime de la République islamique.

Même une fois le Président élu, l'élection doit être validée par le Conseil des gardiens et ratifiée par le Guide.

En définitive, c'est le Guide Suprême, désigné pour une durée indéterminée - généralement à vie - par l'Assemblée des experts, et sa clique qui dirigent réellement l'Iran.

Pour avoir une idée de la caricature de démocratie qu'est le système politique iranien voir:
flèche http://fr.wikipedia.org/wiki/Politique_de_l'Iran

Bon, ce n'est pas mieux en France pour ce qui est des élections présidentielles.
étoile 1 http://transition888.heavenforum.org/t269-democraties
Par contre, les législatives et les européennes, les plus importantes, sont parfaitement ouvertes, et le peuple de France, s'il avait usé de son discernement, aurait pu choisir un bien meilleur gouvernement.

Ce qui n'est hélas pas le cas pour le peuple d'Iran, soumis à une sorte d'oligarchie religieuse corrompue dont il ne peut se débarrasser par les urnes. Quand je dis religieuse, c'est une façn de parler, puisque tout le comportement de ces individus est contraire à l'Islam authentique(injustice, avidité matérielle, liens avec la Franc-Maçonnerie, ...).

En ce qui concerne les fraudes, elles sont avérées, même s'il est impossible d'en connaître l'ampleur, et donc de savoir si, sans ces fraudes, Ahmadinejad aurait quand même été réélu, comme l'ont prétendu les Mollahs, ou pas, comme l'ont prétendu certains médias occidentaux.


Mir Hossein Moussavi publie son rapport sur les fraudes électorales le 23 juin 2009. Il dénonce « l'utilisation à une large échelle des moyens du gouvernement en faveur de son candidat » (Ahmadinejad). Il affirme que « des bulletins de vote ont été imprimés le soir de l'élection sans avoir de numéro de série », que les représentants des autres candidats n'ont pas pu surveiller le scrutin dans les bureaux de vote et émet des « doutes sérieux » sur le fait que les urnes aient été installées vides dans les bureaux de vote, les représentants des candidats n'ayant pas assisté aux scellés.


Le 18 juin, le candidat conservateur Mohsen Rezaï, ancien chef historique des Gardiens de la Révolution islamique (Pasdarans) a lui aussi dénoncé des fraudes : « Lorsque je présente [la liste] de 170 circonscriptions où la participation a atteint entre 95 % et 140 %, est-ce que je dis des généralités ou faut-il examiner cela ? » a-t-il demandé lors d'une interview à la télévision d'État. Il a également dénoncé le refus du ministère de l'Intérieur de lui communiquer les résultats bureau de vote par bureau de vote.


La sociologue spécialiste de l'Iran Azadeh Kian-Thiébaut (université Paris-VII et CNRS) estime : « Il y a eu trucage, sans aucun doute ». Elle fonde son analyse sur la faiblesse de la popularité d'Ahmadinejad dans plusieurs couches de la population (ouvriers, petits commerçants, classes moyennes, une partie des agriculteurs), sur la faiblesse des scores de Moussavi dans sa ville natale et de Mehdi Karoubi dans son village du Lorestan.


Dans sa ville natale d’Aligoodarz, qui compte plus de 90 000 habitants, le candidat réformiste Mehdi Karoubi a eu… une unique voix. Pourtant, ce religieux, très populaire dans sa province du Lorestan, avait notamment reçu le soutien de l’influent réseau des derviches qui font la réputation de cette localité. Dans la petite ville de Rafsandjan, d’où est originaire l’ex-président Ali Akbar Hachémi Rafsandjani, viscéralement hostile à Ahmadinejad, ce dernier a obtenu 2 886 voix et ses trois rivaux, ensemble, 95 voix…
Caricaturaux, ces deux résultats locaux sont à l’image des autres chiffres officiels qui ont crédité Mahmoud Ahmadinejad de 63 % des suffrages au niveau national et témoignent d’une fraude massive. Au fur et à mesure que sont divulgués les résultats officiels, on peut se rendre compte de leur caractère extravagant. Ainsi, dans 77 circonscriptions, les chiffres font apparaître une participation supérieure à plus de 70 % du nombre d’électeurs en âge de voter - jusqu’à 140 % dans plusieurs d’entre elles.
flèche http://www.liberation.fr/monde/0109574938-l-ampleur-de-la-fraude


Selon Mohammad-Reza Djalili, professeur à l'IUHEI de Genève et auteur de « Géopolitique de l'Iran », jamais une fraude aussi immense n'avait été organisée. Il explique comment ces fraudes ont pu être organisées.
flèche http://www.liberation.fr/monde/0101573952-iran-jamais-une-fraude-aussi-immense-n-avait-ete-organisee


Le site Rue 89 détaille également les moyens utilisés pour la fraude: multiplication inexplicable des urnes mobiles, qui ont suivi des trajets étranges, inspection des observateurs empêchées, constat que la participation a dépassé 100% des inscrits dans plus de trente villes, prise de contrôle des terminaux de votes par les bassidji.
flèche http://www.rue89.com/2009/06/18/iran-les-accusations-de-fraude-electorale-se-precisent


Dans les jours qui suivent, plusieurs personnalités politiques réclament un nouveau décompte des voix, dont les anciens présidents de la République Hachemi Rafsandjani (président de 1989 à 1997) et Mohammad Khatami (président de 1997 à 2005).


L'Association des religieux combattants, qui regroupe le clergé réformiste derrière l'ancien président de la République Mohammed Khatami, conteste également le résultat de l'élection.


Quatre grands ayatollahs, sur la dizaine que compte le pays (Hossein Ali Montazeri, ancien dauphin de Khomeini, Nasser Shirazi, Asadollah Zanjani, Abdolkarim Moussavi Ardibili), ont, le 20 juin 2009, demandé au pouvoir d’examiner avec soin les plaintes des candidats contestant les résultats de l’élection présidentielle et de rendre un « verdict convaincant ».


Le 22 juin 2009, après expertise, le Conseil des gardiens de la Constitution conclut : « Nous n'avons constaté aucune fraude ou infraction majeure (...) aucune des plaintes des candidats n'a été acceptée par le Conseil ». Le Conseil affirme qu'il y a eu plus de votes que d'électeurs potentiels dans cinquante districts (sur un total de 366 districts), mais ce cas « peut s'expliquer par le fait que certaines villes accueillent des migrants, sont touristiques, etc... » car, théoriquement, chaque électeur peut voter où il veut. « Mais l'ensemble des voix de ces districts est de 3 millions de votes et cela n'aura pas une influence importante sur les résultats de l'élection »


Selon Wikileaks, un correspondant iranien aurait déclaré à l'ambassade des États-Unis d'Ashgabat que, lors de l'élection présidentielle iranienne de 2009, Mir Hossein Moussavi a reçu environ 26 millions (ou 61%) des 42 millions de suffrages exprimés lors des élections, suivi par Mehdi Karroubi (10-12 millions de voix) et que Mahmoud Ahmadinejad a reçu un maximum de 4-5 millions de voix, le reste allant à Mohsen Rezai.
flèche http://archive.wikiwix.com/cache/?url=http://213.251.145.96/cable/2009/06/09ASHGABAT757.html&title=IRAN%20POST-ELECTION%3A%20%5BSource%20removed

Je ne sais pas si Wikileaks joue un rôle trouble, comme il le lui est reproché par de nombreux conspirationnistes (qui font confiance à Meyssan; c'est un comble !), mais, à ma connaissance, aucune de ses infos n'a été prouvée fausse. Ceci dit, il est tout à fait possible d'utiliser la vérité pour manipuler les populations et les orienter dans telle ou telle direction, en n'en dévoilant qu'une partie.


Le quotidien français Le Figaro explique, le 16 juin 2009, que « selon certaines sources internes », « la commission électorale aurait d'abord prévenu Moussavi de sa victoire, dans la soirée du vote, vendredi, tout en lui demandant d'attendre pour annoncer le résultat ».
flèche http://www.lefigaro.fr/international/2009/06/16/01003-20090616ARTFIG00012-iran-fraudes-intimidations-le-doute-plane-sur-le-scrutin-.php


Selon le quotidien français Libération, d'après des fuites obtenues auprès d'experts du ministère de l'Intérieur, « les vrais scores des candidats sont radicalement différents de ceux annoncés officiellement: le réformateur Mir Hussein Moussavi serait ainsi arrivé en tête avec 19 millions de voix (45,2 %) (sur 42 millions de votants), devant le second candidat réformateur, Mehdi Karoubi, qui a recueilli 13 millions de suffrages (31 %), Ahmadinejad n'arrivant qu'en troisième position avec 5,7 millions (13,6 %) ». Le 19 juin, Libération parle de « quelques fonctionnaires du ministère de l'Intérieur », dont quatre auraient été arrêtés et un serait mort. Le quotidien donne des chiffres un peu plus précis : 19 millions de voix pour Moussavi, 13,38 millions pour Karoubi, 5,77 millions pour Ahmadinejad et 3,74 millions pour Rezaï. Selon le quotidien britannique The Guardian, ces chiffres ont été donnés par Ebrahim Amini, un conseiller de Karoubi, et seraient donc moins crédibles que ceux qui donne Moussavi vainqueur avec 21,3 millions de voix, suivi d'Ahmadinejad avec 10,5 millions, de Rezaï avec 2,7 millions et Karoubi avec 2,2 millions.
flèche http://www.liberation.fr/monde/0101574267-les-dessous-d-une-election-fabriquee



Difficle de connaître les scores exacts, donc. Quoiqu'il en soit, l'opposition et la contestation, bien que s'étant exprimée de façon pacifique, ont été réprimées de la manière la plus brutale et ignoble qui soit. Ce fait n'est pas rare et n'est hélas pas l'apanage du seul gouvernement iranien, bien qu'il ait eu, et a toujours, recours à une répression d'une extrême violence. Mais là où je me pose des questions, c'est sur les réactions d'une grande partie des individus de la mouvance conspirationniste qui trouvent les mesures du gouvernement iranien tout à fait justifiées, ou encore qui les nient, et continuent à soutenir cet infâme gouvernement.












































Hélas, de nombreuses vidéos montrant les exactions des milices Bassidji ont été censurées du net, notamment de Youtube; je ne savais pas que Youtube appartenait à l'Iran ^^
Une preuve de plus qu'ils marchent tous la main dans la main, et que le but de la "diabolisation" d'Ahmadinejad est de jeter les Musulmans et la "résistance au NWO" dans ses bras, et non pas de leur montrer sa véritable nature, qui leur prouverait que ce type est une ordure comme les autres.




Dernière édition par invitée le Jeu 28 Juil 2011 - 12:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: AHMADINEJAD SYMBOLE DE L'ANTI-SIONISME ET CONTRE LE NWO ???!!!   Jeu 14 Juil 2011 - 19:31

NOUVEAUX TÉMOIGNAGES DE PRISONNIERS TORTURÉS






Voici des témoignages qui nous sont parvenu via divers collectifs de défenses des doits de l’homme iranien.


Alors que le peuple iranien s’apprête aux alentours du 12 juin à redescendre de nouveau pour une nouvelle vague de manifs sauvages qui commémoreront les débuts du soulèvement populaire de Juin 2009 la dictature sanguinaire de Ahmadinejad et Khamenei multiplie ses exactions ses meurtres et ses exécutions sommaires avec l’espoir illusoire de terroriser la population, peine perdue semble-t’il depuis l mardi soir dernier malgré des déploiements sans précédent des forces répressives et des dizaines d’arrestations de nombreux reports signales que les Manifs des toits on de nouveau éclatées dans les quartiers sud de Téhéran et dans d’autres villes du pays.

Mohsen Peykvand : Crime contre l’Humanité commis à la prison Rajaï-Shahr

La prison de Rajaï-Shahr de la ville de Karaj (50 km de Téhéran) est l’une des prisons les plus dangereuses d’Iran. Rajaï-Shahr est devenu un lieu de détention pour plus de 70 prisonniers politiques. En raison des comportements arbitraires des responsables de cette prison, de très graves violations des droits de l’homme y ont été commises : torture, viol, meurtre, et fait nouveau y auraient étés commis comme dans la province du kurdistan iranien des meurtres carcéraux commis par les matons par empoisonnement contre des prisonniers.

Selon le collectif Hrana l’un des organes d’information du groupement des militants des droits de l’homme en Iran, a décidé de publier un nouveau document vidéo dans le cadre de la publication des preuves concernant le comportement barbare et sanguinaires des responsables de cette prison.

Cette vidéo a été enregistrée à la prison de Rajaï-Shahr. Elle a été transmise à l’extérieur par un moyen dont l’agence ne publie pas les détails pour des raisons de sécurité. Cette vidéo fournit des informations sur les actes de torture et les violences inhumaines subis par plusieurs prisonniers.

Ces documents, ainsi que la vidéo publiée par l’agence hier révélant le témoignage d’un prisonnier ayant été violé et torturé, ne sont que quelques exemples parmi tant d’autres démontrant la situation catastrophique des prisonniers dans ce lieu de détention et le manque total d’intérêt des responsables de cette prison et du pouvoir judiciaire iranien à l’égard de cette situation.

Concernant la direction de cette prison, il convient d’ajouter les points suivants :

  • L’ancien directeur (M. Sh.) a été jugé coupable et arrêté en 2003 pour un trafic de filles iraniennes vers les pays du golfe persique (cette personne purge actuellement « sa peine » en étant le responsable des paramilitaire basijis de cette même prison).

  • L’ancien responsable de sécurité (R. Khademi) a été exilé ailleurs pour avoir harcelé des prisonnières de cette prison.

  • Le médecin et d’autres responsables de sections ont été arrêtés ces 18 derniers mois pour des violences commises et trafic de drogue.

De très nombreux détenus de cette prison, à l’image des témoins qui apparaissent dans ces vidéos, ont à plusieurs reprises réclamé le soutien des associations de défense des droits de l’homme pour leur sécurité et leur vie. Ils ont espoir que, grâce à leurs révélations et malgré l’énorme risque encouru pour leur vie, les responsables de cette prison changeront de comportement et que les droits les plus élémentaires des prisonniers seront respectés.



Transcription de cette vidéo


    - Ici c’est la prison de Rajaï-Shahr, section #1, salle #1, le 1er Khordad 1389 (22 Mai 2010). Nous sommes auprès de Monsieur Mohsen Peykvand.

    Aujourd’hui, Hassan Akharian, directeur de la prison, a violemment frappé Moshen et quelques autres prisonniers. Il a brisé la main de Mohsen. Lorsqu’il a été transféré à l’infirmerie, le Docteur Rajavi, responsable de l’infirmerie, a demandé son hospitalisation mais Hassan Akharian (et Amini [?]) se sont opposés à l’hospitalisation de Mohsen et d’autres prisonniers. Hassan Akharian est devenu un énorme problème pour les prisonniers ici. Il a ouvert une salle de torture. Il a fait interdire les visites de façon arbitraire. Il est drogué et se comporte comme un fou. Bref, il a beaucoup aggravé la situation dans cette prison. Monsieur Mohsen Peykvand va lui-même vous l’expliquer.

    Mohsen : - qu’est-ce que je dois dire ?

    - Raconte ce qui s’est passé.

    Mohsen : - sur un malentendu, ils m’ont emmené au studio [cellule d’isolement, voir plus bas], ils m’ont menotté et bandé les yeux, avec Monsieur Saman Mohammadi. J’étais avec quelques autres. Ils sont partis dans la salle. Il nous a retenu tous les deux. Il l’a fait de son propre chef. Il s’est mis à nous frapper. On a demandé : "pourquoi sur un malentendu, sans bagarre et sans rien du tout ?" Il m’a bandé les yeux et m’a frappé. Je ne peux plus bouger les mains et les pieds. J’ai perdu conscience. On m’a emmené à l’infirmerie. Là-bas, Monsieur Rajavi le responsable de l’infirmerie, a demandé que je sois hospitalisé. Monsieur Akharian et Monsieur Amin [ont] envoyé le gardien pasdar [gardien de la révolution] de la section pour dire que ce n’était pas possible, qu’ils n’étaient pas d’accord. Ils ont dit qu’ils prenaient la responsabilité de ne pas nous hospitaliser. On n’a aucune garantie pour nos vies.

    - Vous pouvez porter plainte contre Monsieur Akharian ?

    - Oui

    - Vous l’avez déjà fait ? Il y a eu une suite ?

    - Non

    [Mohsen ne parlera plus dans la suite de cette vidéo. D’autres prisonniers (au moins 2 ou 3 autres), apparemment regroupés autour de Mohsen et du principal intervenant, témoignent]

    - Est-ce que quelqu’un d’autre veut dire autre chose ?

    [inaudible]

    - tu ne veux pas dire quelque chose ?

    - Non, je n’ai rien à dire

    Dans cette prison, il n’y pas que ce cas. Tout le monde est dans la même situation. Personne ne se donne la peine de s’occuper de cette situation. Les gardiens introduisent des drogues dans la prison et tout le monde s’en fout. Tout le monde souffre dans cette prison. Les tortures auxquelles on est soumis, là vous avez vu l’un des meilleurs cas.

    - Ses 2 bras sont cassés et il a été frappé et tu dis que c’est un bon cas ?

    - Oui, c’est un des meilleurs cas

    - Bahram Tasviri a été frappé dans « le studio » (?) [nom utilisé pour les cellules d’isolement ? voir plus bas], ils lui ont brisé les deux pieds, la main. Il est dans un sale état. Sa famille a porté plainte. Sans aucune suite.

    Saman Mohammadi [un autre prisonnier semble vouloir indiquer le cas de Saman Mohammadi évoqué aussi par Mohsen Peykvand]

    - Comment sont les cellules d’isolement, qui sont appelées « les studios » ?

    - C’est affreux. Pas de douche. On ne peut aller aux toilettes que deux fois par jour. Ils gardent [les prisonniers] là-bas sans [date ?]. Dis lui que les soirs on entend ces cris… [inaudible] Ici, dans la salle 2, entendre les bruits de torture et les cris des prisonniers c’est devenu quelque chose de normal pour nous. Deux mètres au-dessus de notre tête, ce sont les cellules d’isolement de la première section. Je ne sais pas s’il y a une instance responsable pour surveiller cette situation ?

    - Non, ils disent qu’ils ont les pleins pouvoirs, ils disent frapper. Oui [Hassan] Akharian [le directeur de la prison] lui-même m’a dit qu’Ali Haj-Kazem lui a donné les pleins pouvoirs. Quelques agents ont été payés pour venir nous frapper dans notre sommeil, nous ont arrosé d’eau bouillante. Et personne n’a donné suite.

    Monsieur Akharian dit que comme il est un [agent des Renseignements], personne n’ose lui dire quoique ce soit dans cette prison.

    [conversations inaudibles] Fin




Bahram Tasviri Khiabani: Torturé et violé pour avoir protesté dans la section «niche» de la prison (Rajaï-Shahr)

Téhéran, le 28 mai – les détenus d’un bloc cellulaire de Karadj surnommé «la niche» sont harcelés et torturés, leurs mains, leurs pieds et quelquefois leurs mâchoires brisés par le traitement brutal du responsable du bloc où ils sont envoyés pour avoir protesté a appris Iran Focus.Saman Mohammadian et Mohsen Bigvand, deux détenus de cette prison de Rajaï-Shahr, sont actuellement à l’infirmerie et plus d’une dizaine sont à l’isolement suivant les militants des droits humains et de la démocratie en Iran.



La vidéo et le témoignage de Bharam


Un autre parmi les nombreux prisonniers de la niche torturés c’est Bahram Tasviri Khiabani, 30 ans, emprisonné depuis six ans. Il a été mis à l’isolement pendant cinq jours il y a environ six semaines pour avoir protesté contre les insultes que Youssefi, un fonctionnaire de la prison, avait proféré contre sa famille.

Bahram Tasviri Khiabani a demandé à appeler sa famille, mais les gardiens ont refusé. D’après les rapports, le responsable de la niche, Hassan Akharian, a appelé la mère de Tasviri pour lui dire que son fils était mort et qu’ils pouvaient récupérer le corps à l’infirmerie pour l’enterrer. En entendant la nouvelle, la mère de Tasviri a fait un arrêt cardiaque et a du être hospitalisée.

Akharian a alors dit à Tasviri que sa mère était à l’hôpital. Tasviri demanda à appeler sa famille et de nouveau, on lui refusa l’appel téléphonique. Ces cinq jours étaient alors écoulés et il entrait dans le septième. Mais les fonctionnaires de la prison refusèrent de le faire sortir de l’isolement. Il demanda alors à voir le directeur de la prison, mais cette requête fut également refusée. Pour en finir avec cette situation intolérable Tasviri a fini par s’immoler par le feu. Les gardiens ont envahi la cellule, lui ont pulvérisé du poivre dans les yeux et l’ont battu sur la tête et au visage avec des bâtons.

Bahram Tasviri Khiabani a été emmené dans une autre cellule servant de salle de torture alors que son corps était brûlé. Il était entravé et avait les yeux bandés et a été tellement longtemps torturé avec des bâtons qu’il a eu les mains et les pieds cassés. Puis il a été déshabillé et sodomisé avec des bâtons par Mirza Aqayi, l’officier de service et deux gardes nommés Youssefi et Shirkhani jusqu’à ce que ce prisonnier sans défense s’évanouisse ; les gardes lui ont aspergé le visage pour le faire revenir à lui puis ont continué la même torture. Toutes les tortures ont été faites sous la direction de Hassan Akharian.

Bahram Tasviri Khiabani a ensuite été ramené dans une cellule individuelle. Il était déshabillé et sans rien pour se couvrir, sur un sol en ciment humidifié par les gardiens. Tasviri est resté ainsi un mois, les mains et les pieds cassés, le corps blessé, meurtri et sanguinolent. Ses pieds s’infectèrent et il finit par tomber dans le coma, les gardiens furent alors obligés de l’emmener à l’infirmerie. L’infirmerie commença par refuser de l’admettre car il était mourant et ils ne voulaient pas en être responsable. A la fin, le Docteur Razavi l’admit, le ramena à la conscience et dit aux fonctionnaires de la prison qu’il avait besoin d’une opération urgente. Mais Akharian refusa et le remit à l’isolement pendant deux jours au bout desquels il put être opéré à cause de la pression exercée par l’infirmerie.

Les parents de Tasviri ont porté plainte pour les crimes commis contre leur fils en prison et Bahram Tasviri Khiabani a également porté plainte auprès de l’inspection pénitentiaire. Un individu nommé Réza Torabian l’a menacé lui disant que, s’il ne retirait pas sa plainte, il devrait en subir les conséquences. Il risque de mourir en prison.

Samedi et dimanche Akharian a recommencé à battre Bahram Tasviri Khiabani devant d’autres prisonniers ave une matraque pour le forcer à retirer sa plainte.

D’autres prisonniers sont dans la même situation et certains sont à l’isolement. Il s’agit de Ahmad Ashkan, Reza Djalaleh, Madjid Afshar, Mohsen Bigvand, Taqi Nazari, Mehdi Sourani (mâchoire fracturée suite à des tortures et cependant à l’isolement), Qeisar Ismaili, Madjid Mahmoudi, Nasser Quchanlou, Hossein Karimi, Hamid Ashki, Shir-Mohammad Mohammadi et Hassan Sharifi, à l’isolement depuis six mois sans raison valable et torturé quotidiennement.




source:
http://anar.zone.free.fr/blog.php?n=1527




Dernière édition par invitée le Mer 25 Jan 2012 - 21:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: AHMADINEJAD SYMBOLE DE L'ANTI-SIONISME ET CONTRE LE NWO ???!!!   Jeu 14 Juil 2011 - 21:41

500 PENDAISONS DEPUIS DEUX MOIS








L’Iran est en train d’exploser, les Iraniens demandent l’aide de l’Occident, mais ce soutien ne vient pas car les Etats occidentaux ne parlent que de Sakineh. La forêt brûle, ils veulent sauver un arbre. C’est une manière d’occuper l’attention de leurs citoyens pour qu’ils n’aillent pas voir plus loin. Cela est lié au prix très bas du baril chez les mollahs et le besoin de Washington d’avoir des alliés islamistes pour agiter les musulmans chinois afin de déstabiliser la Chine. Pour montrer la fausseté de la campagne écran de fumée, nous avons hier révélé que le régime des mollahs avait annoncé plusieurs autres exécutions polémiques qui n’étaient point exploitées en Occident car l’objet de cette campagne n’est pas d’intéresser les citoyens occidentaux à la gravité de la situation en Iran, mais de les dévoyer vers des cas particuliers. Grosse panique, on parle tardivement du cas d’un gay en instance de pendaison dans l’espoir de lancer une autre campagne écran de fumée. Aujourd’hui nous allons plus loin pour dénoncer la tartufferie des animateurs de ces campagnes en vous révélant des chiffres effrayants sur le nombre des pendaisons quotidiennes en Iran, pendaisons que l’AFP vous cache pour tuer l’urgence d’un soutien au peuple iranien.


Il y a cinq ans quand nous avons commencé ce site, nous avons pris l’engagement de révéler tout ce qui n’était pas dit par l’AFP et consoeurs pour éviter que les citoyens de ce pays ne se sentent concernés par l’Iran. L’un de ces sujets était et reste encore le nombre et la forme des pendaisons en Iran. Nous avons ainsi expliqué que d’une manière générale le régime ne publie pas l’identité des prisonniers pendus, mais uniquement des initiales. En dehors des cas destinés à une médiatisation internationale (comme pour Sakineh), la publication de l’identité a lieu uniquement quand il s’agit d’un prisonnier politique pendu sous une fausse accusation. Ces fausses accusations sont le viol sur mineur, l’homosexualité (utilisée comme insulte), le meurtre et le plus souvent le trafic de drogue.

Nous avons également expliqué que le régime pratiquait des pendaisons publiques et laissait les cadavres bien en vue sur les potences pendant plusieurs jours pour servir d’exemple aux Iraniens. Nous avons mis un point d’honneur à chercher entre les lignes des dernières pages des quotidiens du régime les annonces de pendaisons que l’AFP oubliait de révéler et des images de ces crimes pour partager l’horreur vécue par nos compatriotes.



Il y a un an, nous avons jeté l’éponge parce que personne n’a jamais tenu compte des écarts entre nos chiffres et ceux de l’AFP et parce qu’il est abominable et très déprimant de tenir le journal des pendaisons. Nous avons alors cessé de publier ces notices.

Mais il nous faut reprendre ce décompte car pour le succès de la campagne écran de fumée autour de Sakineh, l’AFP a cessé d’évoquer les divers cas de pendaisons en Iran. Vous pouvez vérifier : on ne trouve plus rien sur le sujet alors que selon un site lié au régime lui-même il y a en ce moment 60 à 70 pendaisons par semaine dans la seule prison de Vakil-Abad de Machhad. Selon le site, ces pendaisons groupées ont commencé il y a peu de temps et leur bilan est à présent d’au moins 500 pendus.

Ainsi pendant que vous braves gens, vous vous activerez pour sauver un jeune Iranien gay ou encore Sakineh, le régime exécutera des centaines d’Iraniens à Vakil-Abad, ainsi que dans les 150 autres prisons du pays peuplées d’au moins 250,000 jeunes puisque l’âge moyen des pendus en Iran est inférieur à 28 ans.

Il est temps pour nous de reprendre ce décompte abominable et pour vous d’arrêter de vous laisser instrumentaliser par BHL et ses amis qui par ailleurs militent pour une « république islamique démocratique ». Les Iraniens ne veulent plus de république islamique. Aidez-les, maintenant et non quand ils n’en auront plus besoin.



Les pendaisons annoncées par le régime en 2010


Le 04.01.2010, 3 hommes accusés de meurtre ont été pendus à Varâmine. [+1]

Le 06.01.2010, le Kurde Fassih Yassamani membre de PDKI a été pendu pour son appartenance à ce parti. [+2]

Le 08.04.2010, 6 hommes accusés de trafic de dogue ont été pendus à Ispahan. [+8]

Le 20.01.2010, un jeune baloutche de 26 ans dénommé Abdol-naza Shahli-bor a été pendu à Kâsh dans sa région. [+9]

Le 28.01.2010, les militants monarchistes Mohammad-Reza Ali-Zamani et Arash Rahmani-pour ont été pendus à la prison Evin de Téhéran. Pour en savoir plus lire :
Iran : Deux pendaisons intentionnelles pour attiser la haine. [+11]

Le 30.01.2010, deux hommes accusés de viol ont été pendus à la prison Evin de Téhéran. [+13]

Le 07.02.2010, un baloutche appelé Haj-dadollah Morad-zehi a été pendu à Zahedan. [+14]

Le 20.02.2010, l’assistant de la procureur de la ville d’Ahwaz a fait savoir que depuis le début de l’année iranienne (21 mars 2009), ses services avaient exécuté 38 pendaisons et 4 amputations. [+52]

Le 27.02.2010, 3 hommes accusés d’attaque à mains armées ont été pendus à Birjand et 5 autres accusés de trafic de drogue ont été pendus à Kerman. [+60]

Le 07.03.2010, Mehdi Esmaïli 27 ans accusé de meurtre a été pendu à la prison Rajaï-shahr de Karaj. A l’occasion de cette pendaison qui a eu lieu à 14 jours du nouvel an iranien, le pouvoir judicaire a précisé qu’il avait condamné 562 personnes à la peine de mort au cours de cette année. [+61]

Le 11.04.2010, 5 hommes accusés de trafic de dogue ont été pendus à Machhad. [+66]

Le 14.04.2010, 3 hommes accusés de trafic de dogue ont été pendus en publique à Babolsar, région balnéaire de la bordure de la mer Caspienne. [+69]

Le 17.04.2010, deux prisonniers baloutches appelés Feyzollah Barahouni et Natanz Barahouni ont été pendus à Kerman. [+71]

Le 19.04.2010, 5 hommes accusés de trafic de drogue ont été pendus à Kerman. Deux hommes accusés de viol ont été pendus à Ispahan. A l’occasion de cette annonce, il a été précisé que le régime avait pendu 25 personnes au cours des 10 jours précédant cette date. [+86]

Le 08.05.2010, Arsalan Assadi, Mohammad-ali Fakhri, Abbas Garavand, Rahman Biabani, Parviz Taghizadeh et Saïd Mikaïli, accusés de trafic de dogue, ont été pendus à la prison Ghazal-Hessar de Karaj. [+92]

Le 10.05.2010, un monarchiste nommé Mehdi Eslamian et 4 kurdes : Farzad Kamangar, Ali Heydarian, Farhad Vakili, Shirin Alamhouli ont été pendus à la prison Evin de Téhéran. Pour en savoir plus lire :
Iran : 5 pendaisons pragmatiques. [+97]

Le 18.05.2010, un homme accusé de trafic de dogue a été pendu en publique Ahwaz. [+98]

Le 19.05.2010, deux hommes accusés de trafic de dogue ont été pendus la prison centrale de la ville d’Ispahan. [+100]

Le 23.05.2010, un homme accusé de trafic de dogue a été pendu en publique Ahwaz. [+101]

Le 25.05.2010, un baloutche appelé Jamshid Mir accusé de viol été pendus à Zahedan. [+102]

Le 07.06.2010, 13 hommes accusés de trafic de dogue ont été pendus à la prison Ghazal-Hessar de Karaj. Un autre accusé de trafic de dogue a été pendu à Ispahan. Le même jour, on a annoncé que 32 personnes avaient été pendus en 2 semaines. [+133]

Le 21.06.2010, Abdolmalek Riggi, le chef du Jundallah, a été pendu à Zahedan. Cette pendaison a été au centre d’un marchandage avec les Etats-Unis. [+134]

Le 04.07.2010, 2 baloutches appelés Aman-ollah Pourian et Younes Rahmani accusés de guerre contre dieu ont été pendus Zahedan. [+136]

Le 05.07.2010, 4 hommes accusés de trafic de dogue ont été pendus à Ispahan. [+138]

Le 11.07.2010, 3 hommes accusés de trafic de dogue ont été pendus à Kerman et un autre accusé de trafic de dogue a été pendu à Shirvan. [+142]

Le 15.07.2010, Feysal Saedi, Karam Azizi, Omid Nourani, Abdol-rahman Rendi et Ali Sareban, accusés de trafic de dogue, ont été pendus à la prison d’Oroumiyeh (Rezayieh). [+147]

Le 18.07.2010, un baloutche appelé Naïm Shah-bakhsh a été pendu Zahedan pour une accusation inconnue. [+148]

Le 19.07.2010, un homme accusé de trafic de dogue a été pendu en publique à Ahwaz. [+149]

Le 26.07.2010, 3 hommes accusés de trafic de dogue ont été pendus à la prison Karoun de la ville d’Ahwaz. [+152]

Le 29.07.2010, 2 hommes accusés de trafic de dogue ont été pendus à la prison centrale de la ville d’Ispahan. [+154]

Le 03.08.2010, 3 hommes accusés de kidnapping ont été pendus en publique à Azna (Lorestan). [+157]

Le 07.08.2010, 3 hommes accusés de trafic de dogue ont été pendus à la prison Karoun de la ville d’Ahwaz. [+160]

Le 17.08.2010, 8 hommes accusés de trafic de drogue ont été pendus à Kerman. [+168]

Le 21.08.2010, un site proche du régime a révélé qu’au moins 41 personnes avaient été pendues dans le sud du pays depuis la mi-juillet dont 4 sur des places publiques. [+202]

Le 22.08.2010, 3 hommes accusés de trafic de drogue ont été pendus à Ispahan. [+205]

à suivre...


© WWW.IRAN-RESIST.OR
01.09.2010




source:
http://www.iran-resist.org/article6069












UN 10 DÉCEMBRE TRÈS DÉPRIMANT








Avant-hier, le jeudi 9 décembre, les mollahs ont laissé supposer la libération de 2 prisonniers sur lesquels se focalisent les médias étrangers alors que selon les dernières statistiques, chaque jour, les mollahs pendent plus de 18 hommes de moins de 28 ans.

On était à la veille de la journée internationale des droits de l’homme. Les médias occidentaux ont alors annoncé une amélioration des conditions des droits de l’homme alors que le régime pend plus de 18 garçons de moins de 28 ans chaque jour.

Puis, le 10 décembre, journée internationale des droits de l’homme, le régime a précisé que l’une des 2 personnes libérées ne l’était qu’à un titre provisoire et l’autre, Sakineh, n’a pas été libérée [1].

De fait, pendant cette journée, tous les médias ont parlé de Sakineh au lieu de dire que tous les jours 18 jeunes sont pendus dans ce pays et que depuis le début de ce ramdam de trois jours au moins 54 Iraniens ont été pendus.

Il n’y a nulle part une seule ligne sur la dénonciation de ces pendaisons qui forceraient les Occidentaux à se montrer très fermes vis-à-vis des mollahs. Or, cela ne risque pas d’arriver car l’Europe est un important partenaire commercial des mollahs et Washington cherche à devenir leur allié pour utiliser leur islamisme pour agiter les régions musulmanes de Chine et de Russie. Avec Sakineh, le monde occidental a trouvé un buzz pour occuper son opinion publique à des moments précis comme la journée mondiale des droits de l’homme !

Depuis le début de l’affaire Sakineh, nous dénonçons le buzz délibéré en rappelant le nombre des pendaisons et aussi des amputations annoncées par le régime lui-même afin d’intimider un peuple révolté. Mais cela aussi est un sujet tabou car si le régime tombe, d’une part les contrats européens s’annulent et d’autre part, l’islamisme utile aux Américains s’annule. C’est pourquoi pendant cette journée des droits de l’homme, on n’a guère parlé de la révolte des Iraniens et de leur boycott des événements organisés par le régime et sa fausse opposition interne, le très islamiste Mouvement Vert. Au lieu de cela, la France a attribué le prix du meilleur journaliste de l’année à Abdol-Reza Tajik qui se définit lui-même comme un activiste islamiste en faveur du Mouvement Vert, une opposition 100% partisane de Khomeiny, du Hezbollah et de la charia !

Ce 10 décembre a décidément été une journée de déprime.

Mais nous (les Iraniens) avons l’habitude car ce n’est pas la première fois et ce ne sera pas la dernière. Notre pays grogne de mille oppositions actives ou passives contre le régime, mais personne n’en parle. Des gens liés aux mollahs et liés aux Américains se focalisent sur Sakineh ou sur Derakhshan, un célèbre mouchard du régime qui se prête à ce genre de mises en scène.

Dernièrement, ces agents médiatiques ont même glorifié Shahla Jahed, une foldingue qui avait assassiné l’épouse de son ex, devant la fillette de cette dernière, de 38 coups de couteau dans la gorge.

On vous présente des assassins ou des islamistes comme étant nos héros car on sait que personne ne se reconnaît en eux et le pays restera silencieux à l’annonce de leurs malheurs scénarisés. On incite les Iraniens à se taire pour nier l’existence de leur révolte anti-régime. Mais, elle existe et plus ces gens mal intentionnés la nieront et plus elle deviendra exacerbée et violente.

On ne peut cependant s’en réjouir car avant qu’elle ne se déchaîne pour libérer le pays, chaque jour plus de 18 Iraniens de moins de 28 ans seront pendus.



[1] En fait, le régime a annoncé la libération de Derakhshan, avant de préciser qu’il s’agissait d’une libération provisoire. Mais il avait confié l’annonce de la libération de Sakineh à l’un de ses agents en Europe, la fausse opposante Mina Ahadi, puis il a attendu le 10 décembre pour démentir l’info et ainsi focaliser les débats sur ce sujet et non sur les pendaisons collectives qui préoccupent le peuple et les opposants et jamais les gens comme Mina Ahadi.




source:
http://www.iran-resist.org/article6174.html




Dernière édition par invitée le Mer 25 Jan 2012 - 21:47, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: AHMADINEJAD SYMBOLE DE L'ANTI-SIONISME ET CONTRE LE NWO ???!!!   Jeu 14 Juil 2011 - 21:44

LA DÉMOCRATIE VERSION MOLLAHS




















Dernière édition par invitée le Jeu 28 Juil 2011 - 12:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: AHMADINEJAD SYMBOLE DE L'ANTI-SIONISME ET CONTRE LE NWO ???!!!   Jeu 14 Juil 2011 - 21:48

Comment peut-on soutenir un tel régime ? Comment peut-on accepter que des jeunes gens soient torturés, violés, incarcérés pendant des années ou éxécutés pour leurs opinions politiques ? Pour la seule raison que ce régime serait "anti-sioniste" ? (Ce qui est faux, mais impossible à admettre pour ceux qui voient en Ahmadinejad le héros des Musulmans, rôle que les fils de Bélial lui ont assigné). Alors, il serait légitime que le gouvernement français, laïque et démocratique (du moins officiellement) emprisonne, torture et éxécute tout manifestant opposé à ce système sociétal ? Qu'il fasse subir à ses opposants tout ce que les Mollahs font subir aux leurs ? Non, bien sûr, et les premiers à crier à la dictature et au crime contre l'humanité seraient ceux-là même qui soutiennent la théocratie iranienne.

Tout ça nous ramène des années en arrière, quand les communistes de toutes tendances (pro-URSS, troskystes, maoistes) refusaient de croire à l'existence des goulags et de leur équivalent chinois, les laogai, de réaliser l'ampleur des massacres des populations et la toute puissance des services secrets et milices chargées de surveiller et de réprimer tout opposition, de se rendre compte que ces régimes pratiquaient le conditionnement mental à grande échelle, et acusaient les médias à la solde des capitalistes de désinformer. Pire, ceux qui en avaient plus ou moins conscience légitimaient ces atrocités au nom de l'anti-capitalisme, de l'auto-défense contre la "bourgeoisie réactionnaire".

Avec le régime iranien, on se retrouve dans le même cas de figure, et si les acteurs et les idéologies ont changé, la problèmatique reste la même: au nom d'une idéologie soi-disant supérieure, certains pensent qu'il est permis de réduire au silence, d'enfermer, de torturer et d'exécuter. En bref, "la fin justifie les moyens". Et bien, cette façon de penser a un nom, ça s'appelle du fanatisme.

Fanatisme:

Le fanatisme est une forme d'intolérance extrême qui pousse à la persécution de l'altérité sous toutes ses formes.

Le terme fanatique désigne aussi la personne qui au nom d'une foi, est capable de faire n'importe quoi pour la faire triompher.

Ce terme a été traité par Voltaire, qui soutient que la philosophie est le seul remède au fanatisme : « Le fanatisme est à la superstition ce que le transport est à la fièvre, ce que la rage est à la colère. Celui qui a des extases, des visions, qui prend des songes pour des réalités, et ses imaginations pour des prophéties, est un enthousiaste ; celui qui soutient sa folie par le meurtre, est un fanatique. »

Albert Brie définit avec humour le fanatique comme « Héros qui, pour le triomphe de ses préjugés, est prêt à faire le sacrifice de votre vie ».

« Plus simplement ! Le fanatisme est un comportement extrême qui relève de la passion mais surtout dans lequel le détachement et la pondération n'ont plus de place. »

On pourrait aussi citer Churchill, pour qui

« Un fanatique est quelqu'un qui ne veut pas changer d'avis et qui ne veut pas changer de sujet. »

Pour Victor Hugo :

« Rien n'égale la puissance de surdité volontaire des fanatismes. »

Enfin, le plus grand exemple de fanatisme est, selon Voltaire,

« celui des bourgeois de Paris qui coururent assassiner, égorger, jeter par les fenêtres, mettre en pièces, la nuit de la Saint-Barthélémy, leurs concitoyens qui n'allaient point à la messe. »

flèche http://fr.wikipedia.org/wiki/Fanatisme


Et c'est cette aptitude humaine au fanatisme qui a toujours été provoquée, entretenue et utilisée par les Néphilims, légions de "la Bête", et leurs serviteurs humains pour provoquer les pires crimes contre l'humanité et faire avancer leurs plans au cours des millénaires.

Le fanatisme n'est pas que religieux, bien sûr (on ne peut qu'être sidérés par l'ampleur des crimes commis par les partisans de Staline, Hitler, Pol Pot,... au nom d'un "idéal de justice et d'égalité"); mais le fanatisme religieux est bien plus difficle à déraciner, dans la mesure où ceux qui en sont victimes (et qu'il transforme en bourreaux) sont persuadés d'agir au nom de Dieu, dont on ne peut pénétrer les desseins; ce qui fait qu'aucun raisonnement logique ne peut les atteindre, contrairement à ceux qui suivent des "idéaux" humains, dans la mesure où ce qui peut paraître horrible à l'homme est tout à fait acceptable pour eux, puisque ce serait la volonté de Dieu, incompréhensible aux humains, et que "Dieu seul sait".

Martin: Maintenant, on a dit - j'ai entendu dire que ces êtres sont très directifs et que la politique consistant à “diviser pour mieux régner” leur réussit bien.

Credo Mutwa: Oui, c'est ce qu'ils font, monsieur. Ils montent les êtres humains les uns contre les autres. Je pourrais vous donner beaucoup d'exemples amusants, en me servant de certaines langues africaines, sur la manière dont on dit que les Chitauli ont divisé les êtres humains. Ils aiment bien - savez-vous qui ils aiment bien, monsieur? Ils aiment bien les fanatiques religieux.

Martin: (Rires)

Credo Mutwa: Ceux qui sont accablés par trop de religion sont très populaires parmi les Chitauli.

étoile 1 http://transition888.heavenforum.org/t141-temoignage-du-grand-chaman-zoulou-credo-mutwa










Dernière édition par invitée le Jeu 28 Juil 2011 - 12:59, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: AHMADINEJAD SYMBOLE DE L'ANTI-SIONISME ET CONTRE LE NWO ???!!!   Jeu 14 Juil 2011 - 21:52

IRAN : CRISE DE RÉGIME ET MOUVEMENT POPULAIRE






La crise de régime ouverte le 12 juin 2009 par la réélection truquée de Mahmoud Ahmadinejad n'en finit pas de s'approfondir. Le régime est profondément et durablement divisé.

Le temps des compromis qui permettaient traditionnellement aux clans conservateurs et « réformateurs » de se partager le pouvoir, semble clos.

Cette crise au sommet a ouvert un espace sans précédent pour les mobilisations populaires. À travers cette vague de protestation, ce sont les aspirations démocratiques de la jeunesse, des femmes et des travailleurs iraniens qui s'expriment tout autant que la colère et les frustrations accumulées. La dynamique de la mobilisation, qui dans un premier temps était centrée sur la dénonciation de la fraude électorale, tend de plus en plus à remettre en cause la République Islamique dans son ensemble.

En soutenant Ahmadinejad bien avant le scrutin et en qualifiant sa réélection de « miracle divin », le Guide de la Révolution Ali Khamenei a porté un coup important à sa propre fonction. La constitution de la République Islamique est basée sur le Velâyat-e faghih, le gouvernement du jurisconsulte, incarnation du pouvoir divin et de la domination du religieux sur le politique. Premier personnage de l’État, le Guide dirige les organes clés du pouvoir: les forces armées, notamment le corps des Gardiens de la Révolution (Sepah-e Pasdaran) et les milices islamiques (Bassidji), les médias d’État, l’appareil judiciaire, et surveille le pouvoir exécutif. En règle générale, le Guide, qui trace les lignes directrices de la politique du régime, a pour vocation d’arbitrer entre les différentes factions. Or, en prenant part au coup d’État électoral contre le camp « réformateur », en ordonnant la répression contre les manifestants et les opposants, Khameneï s’est exposé au rejet populaire. Il conforte ainsi la position de celles et ceux, de plus en plus nombreux, qui pensent que le régime n’est pas réformable.



Les Gardiens de la Révolution: un État dans l'État

Cette crise au sein du pouvoir illustre une évolution profonde de la scène politique iranienne. Il ne s'agit pas d'un épisode de plus dans la lutte intestine qui opposait jusque là les différents clans.

La situation actuelle est l’aboutissement d’un processus long et complexe qui s’est engagé au sein du régime. Cela se traduit entre autre par l'ascension du pouvoir économique et politique du corps de Gardiens de la Révolution et par la relégation progressive du clergé chiite et des compagnons de route de Khomeiny.

Aujourd'hui, il apparaît clairement que la quasi totalité des grands ayatollahs s'opposent au pouvoir des Gardiens de la Révolution, de Khameneï et d'Ahmadinejad. Or, dans le monde chiite, l’autorité religieuse et morale de ces grands ayatollahs est grande. Dans le système doctrinal chiite, ils sont des « marjaa-e taghlid » (sources d’imitation pour les fidèles), ce qui n’est pas le cas d’Ali Khamenei qui a été élevé au rang d’Ayatollah pour pouvoir accéder au poste de Guide. On dit de lui qu'il est devenu Ayatollah en une nuit.

Ainsi, des personnalités de la première heure se retrouvent dans l'opposition dite « verte ». C'est le cas évidemment de Mir Hossein Moussavi, ancien premier ministre de 1981 à 1989, de Mehdi Karoubi, ancien président du parlement, de Mohamad Khatami, ancien président de la république et ancien ministre du temps de Khomeiny. Même l'un des petits fils de l'Ayatollah Khomeiny a rejoint le camp de Moussavi. C'est aussi le cas du fils de l'Ayatollah Beheshti, un des trois personnages centraux avec Khomeiny et Montazeri, des premiers temps de la République Islamique, (Behehsti père a été assassiné le 28 juin 1981 au cours d'un attentat). D'autres personnages emblématiques de la République Islamique tentent de trouver une place médiane dans le conflit qui fait rage au sein du régime. C'est le cas de Hachémi Rafsandjani (corrompu notoire, ancien président du parlement, ancien président de la république, président actuel du Conseil de discernement et de l'assemblée des experts de deux des plus importantes institutions du pays), mais des membres influents de sa famille se retrouvent dans l'opposition à Ahmadinejad. [Selon le site Iranresist, cette opposition serait factice et je partage ce point de vue. Il ne faut pas oublier que les canditautres sont sélectionnées et qu'aucune opposition véritable ne peut émerger par des voies légales]

L’ascension du Sepah s’est faite progressivement. Outre la puissance de feu, ils ont entre les mains une puissance économique et financière considérable. Désormais, la direction du Sepah entend diriger l’État et l’asservir à ses propres intérêts. Ahmadinejad, qui a fait partie de ce corps d’élite, représente leurs intérêts au sommet de l’État. Leur véritable base sociale se constitue de couches traditionnelles proches du Bazar[1] qui jouent un rôle économique incontournable, des Bassidji et de leur famille, d’une partie de la haute bureaucratie d’État et de toutes celles et ceux qui font partie des organisations civiles dirigées ou financées par les Pasdaran. Ces derniers contrôlent diverses activités économiques et financières. Les hauts commandants du Sepah sont propriétaires de ports commerciaux, d'aéroports, de compagnies aériennes civiles, de la compagnie de télécommunication du pays, de diverses entreprises que ce soit dans la métallurgie, la construction automobile ou le bâtiment. Ils contrôlent également le secteur pétrolier et celui de l’armement. Pratiquement, rien ne leur échappe, pas même les activités de loisir, puisqu'ils exploitent aussi des pistes de ski. Par sa mainmise sur les Fondations (Bonyad) — ces organismes créés après la révolution de 1979 pour gérer les biens expropriés des dignitaires de la Monarchie — la direction des Pasdaran est l’un des acteurs majeurs de la vie économique. Véritables holdings aux activités très diversifiées qui font partie des sociétés les plus puissantes du Moyen-Orient, les Bonyad représentent plus de 40 % du PIB hors revenu pétrolier. Véritable État dans l’État, les Fondations échappent au contrôle de l’administration et sont des vecteurs de corruption et de clientélisme. Seules quelques personnes, dont le Guide Ali Khameneï et son bureau, sont informées de leur activité et de celle des Pasdaran. Ce sont leurs intérêts mafieux-bureaucratiques et la mainmise sur la rente pétrolière que le Sepah entend défendre jusqu'au bout.

La politique d'Ahmadinejad éclaire parfaitement le projet en cours. Directions d'entreprises publiques et privées, postes importants dans les administrations et les différents ministères... Les Pasdaran ont placé leurs hommes à des positions clés. Les ministres sont de plus en plus issus du corps des Gardiens de la Révolution et il en va de même des préfets. La politique menée a été marquée par un plan massif de privatisations qui a bénéficié aux dirigeants des gardiens de la Révolution, mais aussi par une hausse vertigineuse de l’inflation (30 % par an) et par une forte remontée du chômage. L’utilisation clientéliste de la rente pétrolière (en ce domaine l’Iran n’est pas un cas à part), qui permet de s’assurer du soutien de certaines couches sociales paupérisées, n’a pas suffit. En effet, ces dernières ont perdu bien plus par le biais de l’inflation que ce qu’elles percevaient via la redistribution arbitraire d’une partie de la manne pétrolière. La redistribution, au sein du pouvoir, des revenus pétroliers, qui représentent 85 % des recettes d’exportation et 75 % des recettes budgétaires, a empêché toute modernisation des infrastructures. En l’absence de capacité de raffinage, l’Iran importe la moitié de sa consommation d’essence.

Cette volonté de mainmise totale sur le pouvoir est l'aboutissement d'un processus d'autonomisation du Sepah. Les Pasdaran ambitionnent de gouverner seuls, cela nécessite l'éviction des clans adverses et l'instauration d'une dictature militaro-fondamentaliste. La « victoire » d'Ahmadinejad devait être la concrétisation de ce projet. Mais en tentant de mettre « la moitié » du régime hors jeu, les Pasdaran ont rompu les équilibres traditionnels au sein de la République Islamique. À l'évidence, aucune des factions n'avaient vraiment imaginé l'irruption de la mobilisation populaire et surtout sa puissance.



Dynamique du mouvement populaire et engrenage répressif

Du côté des « réformateurs », il s'agit d'instrumentaliser le mouvement de rue dans le cadre des institutions de la République Islamique et des rapports de forces internes. Moussavi comme Karoubi n'ont cessé de développer des mots d'ordre tendant à recentrer la mobilisation sur la contestation du résultat des élections de juin. Même après la répression sanglante de l'Achoura, Moussavi a, à nouveau, appelé à la non violence et déclaré que la sortie de crise se situait dans la reconnaissance du vote de la population. Or, si dans un premier temps les manifestations étaient effectivement centrées sur la question du vote, aujourd'hui la mobilisation pose la question de l’illégitimité du Velayât-e faghih, fondement même de la République Islamique d'Iran. Comme en témoigne l'évolution des slogans écrits sur les murs des villes ou criés dans les manifestations, la contestation dépasse largement la question électorale. Si le mouvement populaire apparaît confus, cela est dû davantage à son caractère composite et large d'une part, et plus généralement aux conditions spécifiques de politisation dans un contexte où la dictature a démantelé toutes les organisations politiques et syndicales. Ce qui fait le liant et la profondeur de ce mouvement de protestation qui réunit les femmes, la jeunesse, les classes moyennes et les travailleurs en général, ce sont trente ans d'absence d'espace démocratique et de perspective sociale, c'est la répression au quotidien et l'ingérence dans la vie privée de chacun, c'est la corruption des dignitaires du régime toutes tendances confondues. Ce sont ces frustrations accumulées ainsi que les aspirations démocratiques qui portent autant sur l'égalité entre homme et femme, sur les libertés individuelles et collectives qui s'expriment dans cette vague de mobilisation. Ces quinze dernières années le pays a connu un regain d'activité sociale, que ce soit dans le monde étudiant, parmi les travailleurs du secteur public et du privé, chez les militants des droits de l'Homme ou pour l'égalité des sexes. Aujourd'hui et pour la première fois, l'ensemble de ces secteurs actifs se retrouvent ensemble dans un même mouvement. Pour toutes ces raisons, cette dynamique échappe au contrôle des personnalités du mouvement « vert » et s'affronte brutalement au tenant du pouvoir.

Elle échappe aussi aux Pasdaran et cela tient en partie à la forme et à la composition de ce mouvement populaire. En effet, on y retrouve des secteurs si divers qu'il en devient incontrôlable. D'autre part, l'absence d'organisations et de structuration empêche le régime de décimer un mouvement qui n'a pas de chefs. La direction du mouvement « vert » est elle-même souvent à la remorque de la population. Les manifestations se développent grâce aux connections individuelles, familiales, de voisinages et ou professionnelles. Internet et le réseau de téléphonie mobile, que le pouvoir ne peut paralyser totalement, jouent un rôle important et permettent aux opposants de communiquer, de s'organiser et surtout de s'informer sur la situation dans le reste du pays. Ils suivent également les réactions à l'étranger et communiquent avec la diaspora. L'absence de structuration verticale, résultant du contexte répressif, pose d'énormes difficultés au pouvoir qui peine à anticiper l'ampleur des évènements. Avec une surprenante régularité, la population détourne chaque commémoration officielle et la transforme en journée de protestation contre le régime. Cela a encore été le cas le 27 décembre dernier lors de la journée de l'Achoura, date emblématique du calendrier chiite qui commémore l'assassinat à Karbala de l'imam Hossein. Il en va de même des journées de deuil. À chaque fois que les forces de répressions assassinent un manifestant ou qu'un dignitaire religieux qui soutient les manifestants décède (comme cela a été le cas avec l'Ayatollah Montazeri), cela fait l'objet d'agitations antigouvernementales. Comme lors du processus révolutionnaire de 1978-1979, la population prolonge ces journées de deuil et de protestation en descendant dans la rue de 40 jours en 40 jours pour commémorer le défunt (selon le rite traditionnel chiite).

Viols et tortures systématiques perpétrés contre les personnes emprisonnées, procès spectacles et exécutions, déploiement de force et quadrillage des villes, répression contre les mères en deuil ou contre les dirigeants étudiants et les travailleurs en lutte, tout cela n'a pas empêché la mobilisation populaire de s'étendre et de s'approfondir. Plus de mille personnes ont été arrêtées suite aux manifestations du 27 décembre dernier et le bilan des personnes tuées s'élèvent au moins à 36. Même le Shah n'avait osé réprimer les manifestants le jour de l'Achoura. Les jours suivant le 27 décembre, le pouvoir a multiplié les arrestations et ses nervis ont attaqué des mosquées pour en déloger des religieux favorables à Moussavi.

Cette violence imposée par le pouvoir a eu pour effet de détruire davantage sa légitimité idéologique et son hégémonie au sens gramscien. Car l'Islam et le discours nationaliste sont précisément les outils de légitimation instrumentalisés par la République Islamique. Or, en s'en prenant aux symboles religieux et moraux, Ahmadinejad, le Sepah et le Guide ont porté un préjudice irréparable aux outils idéologiques de domination. La posture nationaliste est l'autre fond de commerce de la classe politique iranienne. Mais la réalité est loin des discours puisque le régime collabore avec les États-Unis et les forces occidentales en Afghanistan et en Irak. L'impérialisme US a en retour fermé le camp des Mojahedines du Peuple en Irak et ces militants ont été attaqué militairement par le régime fantoche irakien. Sur le plan économique et commercial, il en va de même. On ne compte plus le nombre de joints-ventures signé avec les grandes multinationales. Via Dubaï, les grandes puissances occidentales commercent avec l'Iran et, à n'en pas douter, la crise financière et économique que traverse l'Émirat confortera ces échanges. Quant au domaine sécuritaire, des multinationales comme Nokia et Siemens aident le pouvoir à limiter les capacités de communication des manifestants et à contrôler le trafic internet[2]. Dernièrement, Interpol a publié l'identité de douze militants d'extrême gauche recherchés par la République Islamique[3]. La dernière semaine de décembre, la Chine a livré à l'Iran des blindés anti émeutes et cela au vu et au su des puissances impérialistes. En réalité, celles-ci préfèrent la stabilité au changement apporté par une mobilisation populaire qu'elles ne contrôlent pas.

Dans le contexte actuel, les deux sources de légitimation du pouvoir sont épuisées. Rejetée massivement dans sa dimension symbolique, idéologique et religieuse, sociale et politique, la République Islamique ne tient plus que par l’exercice de la violence, la peur et le clientélisme.

Même des secteurs habituellement acquis au pouvoir commencent à faire entendre leur désapprobation. Cela est vrai des populations rurales mécontentes de la répression qui touche aussi les villes petites et moyennes. Mais c'est aussi le cas maintenant de certains commerçants du Bazar, inquiets de l'instabilité du pays. Des électeurs d'Ahmadinejad commencent à descendre dans la rue pour dénoncer la répression.

Les manifestations du 27 décembre ont donné lieu à une résistance sans précédent de la population. À de nombreuses occasions, les Bassidji et les voltigeurs ont dû fuir face aux manifestants. Des véhicules de la police et du Bassidj ont été détruits. Certains quartiers de Téhéran et de Tabriz, notamment, ont échappé pendant des heures durant au contrôle du régime. Les Pasdaran comme les « réformateurs » en ont pris conscience: le mouvement populaire a franchi un seuil dans la radicalisation.

L'ampleur de la résistance populaire divise désormais le clan qui s'articule autour de Khameneï, du Sepah et d'Ahmadinejad. Trois positions se dessinent. La plus forte aujourd'hui entend écraser la mobilisation dans le sang. Une autre voudrait trouver un terrain d'entente avec Moussavi afin d'enrayer la dynamique jugée périlleuse. La troisième, incarnée par le Guide, fait la balance entre les deux précédentes. Les hauts commandants du Sepah ont opté pour la confrontation mais sont pour le moment freinés par les divisions internes au pouvoir. Car les tenants du régime toutes « sensibilités » confondues le savent: pour écraser le mouvement dans le sang, il faut avoir décidé d'aller vers un point de non retour. En effet, une telle décision soulèverait l'hostilité totale de l'immense majorité, cela fermerait définitivement la porte à un éventuel compromis avec les dirigeants « verts » ou à l'hypothétique « émergence » d'un homme providentiel. Enfin, cela accroîtrait les divisions au sein du pouvoir et des forces répressives, ce qui rend hypothétique l'instauration de la loi martiale. L'ensemble de ces conséquences pousse, pour le moment, les dirigeants actuels à une certaine prudence. D'ailleurs, si le nombre de morts est déjà important, le régime ne s'est pas encore engagé dans la voie du bain de sang. À cette étape, la répression est sélective et s'exerce contre les cadres du mouvement « vert » afin qu'ils ne puissent structurer davantage la protestation, mais aussi et surtout contre les militants de terrain et leur famille.



Le mouvement et les militants de gauche

Évidemment, les militants et forces de gauche se situent à l'intérieur des mobilisations et tentent d'en influencer le cours. Cela est assez palpable quand on entend dans certaines parties des cortèges, des slogans hostiles à la République Islamique ou réclamant la laïcité et l'indépendance. Dans les manifestations, il y a bien sûr des slogans qui émanent de la frange favorable aux « réformateurs ». À quelques mètres de leurs mots d'ordre à fortes connotations religieuses, dénonçant Ahmadinejad et Khameneï au nom de l'Islam, on entend de plus en plus un slogan qui détourne celui en vogue en 1979. Les manifestants d'alors criaient « Estghlal, Azadi, Jomhouryé Eslami » (Indépendance, Liberté, République Islamique); trente ans plus tard, le slogan est devenu « Estghlal, Azadi, Jomhouryé Irani » (Indépendance, Liberté, République Iranienne). Pour la première fois dans l'histoire des trente dernières années, des manifestants expriment politiquement et publiquement leur souhait d'un État laïc, démocratique et rejettent les ingérences impérialistes.

Bien sûr, le mouvement a ses faiblesses. Son caractère horizontal, voir spontané par de nombreux aspects, laisse les mains libres aux dirigeants « réformateurs » qui bénéficient encore d'appuis solides au sein de l'appareil d'État. Moussavi et Karoubi sont encore capables de trouver un compromis avec Khameneï et le Sepah. Les dernières déclarations de Moussavi et certaines interventions de proches du Guide indiquent qu'il peut encore y avoir un terrain de discussion. Autre point faible du mouvement, en l'absence d'organisations capables de structurer le mouvement, ce sont les cérémonies religieuses et officielles qui rythment les évènements. Enfin, certains secteurs de la population n'ont pas encore rejoint (ou ne l'ont fait que partiellement) la mobilisation et restent observateurs des évènements en cours. C'est le cas notamment des minorités nationales, notamment les kurdes, qui ne peuvent oublier les premières années de la République Islamique et la guerre qui leur a été menée alors par les Pasdaran et le gouvernement Moussavi. À cela il faut ajouter le fait que le Kurdistan iranien est particulièrement quadrillé et les militants durement réprimés, ce qui enlève la latitude de mouvement que l'on peut trouver dans le reste du pays. Pour nuancer le tableau, il convient de dire que les partis Kurdes (le parti communiste du Kurdistan-Komolé et le Parti démocratique du Kurdistan iranien) appellent à soutenir le mouvement en cours et que les étudiants de l'université de Kermanshah viennent de rejoindre le mouvement gréviste qui se développe dans les facultés du pays.

Dans ce contexte troublé et lourd de danger, un débat traverse les militants de gauche. Pour certains, la victoire du camp « vert » est souhaitable car elle ouvrirait un espace démocratique pour l'action politique. Cela a pour conséquence pratique d'aider Moussavi et Karoubi à diriger la mobilisation. Ce type de positions occulte le fait que, pour Moussavi et les « réformateurs », le combat mené doit permettre un retour à l'âge d'or du régime. C'est-à-dire un retour à la période où le régime éliminait toutes les oppositions de gauche et démocratiques et où des dizaines de milliers de militants étaient exécutés dans les geôles de la mollahrchie. Plus encore, dans sa dernière déclaration, Moussavi propose cinq points pour une sortie de crise tout en disant que les dirigeants « verts » n'ont pas appelé aux manifestations de l'Achoura. Ce qui signifie qu'ils font un pas de côté par rapport aux évènements du 27 décembre dernier. D'autre part, si la libération des prisonniers politiques est exigée et qu'il parle d'élections démocratiques et libres, il n'en définit pas les conditions et encore moins le périmètre. En somme, il propose d'en rester au cadre de la République Islamique qui a banni toutes les forces laïques, démocratiques ou de gauche. Plus clairement encore, Moussavi exige la liberté d'organisation et de manifestation dans le cadre de l'article 27 de la Constitution de la République Islamique. Ce qui exclu toutes les organisations jugées hostiles à l'Islam et à la République Islamique. En résumé, il se limite à un changement de gouvernement et à la destitution d'Ahmadinejad.

À l'opposé de la collaboration avec la faction « réformatrice », nombre de militants ouvriers et de gauche tentent de lier au mouvement actuel leur lutte contre le non paiement des salaires, contre les privatisations ou les licenciements et pour la construction de syndicats indépendants. C'est le cas notamment des travailleurs d'Iran Khodro (première entreprise de construction automobile) ou du syndicat du Sherkat-e Vahed (transport en commun de Téhéran) qui appellent les salariés à descendre dans la rue. Parmi les étudiants, on voit depuis quelques années réapparaître, certes de façon très minoritaire, les références au marxisme et au communisme. La défiance à l'égard de Moussavi et Karoubi et d'un accord au sommet entre les différentes factions est d'autant plus forte que les étudiants, et plus largement la population, n'ont pas oublié le passage de Khatami à la présidence de la république. À l'époque, les « réformateurs » avaient, avec les Pasdaran, réprimé les mouvements étudiants et ceux des travailleurs. Ces militants de gauche, tout en développant là où ils le peuvent une politique indépendante, tentent de maintenir les dirigeants « verts » prisonniers de la dynamique de mobilisation. L'équation est limpide: tant que la division entre le camp « vert » et le Sepah n'est pas résorbée, les opposants au régime pourront agir au travers des manifestations et le mouvement aura le temps de se développer et de se structurer politiquement. En cas d'accord au sommet, la fenêtre des mobilisations de masse se refermera pour un temps, avec son lot de répression contre les militants qui se seront exposés. Ainsi, face au clan Khameneï-Ahmadinejad et pour garder une indépendance totale à l'égard des dirigeants « verts », l'objectif principal des militants de gauche reste l'extension et l'ancrage du mouvement. Dans un moment ou tout est possible, les peuples d'Iran ne peuvent compter que sur leur propre lutte. Plus que jamais, ils doivent pouvoir s'appuyer sur la solidarité internationale émanant des forces de la gauche sociale et politique.

Le 5 janvier 2010



[1] Le bazar est le lieu commerçant historique. Il s'y concentre les plus grosses fortunes du pays. Ces activités ont évolué au cours de l'histoire et s'étendent aux nouvelles activités économiques à l’intérieur du pays, les transactions directes avec l’étranger, le contrôle et la résolution des problèmes de distribution, de production et des services. Par exemple, beaucoup de grands commerçants jouent encore un rôle important de relais entre le secteur de la production et le marché (les usines et les centres de productions agricoles). Le secteur des échanges et de l’exportation est aussi en partie géré par le bazar. Le bazar a toujours eu une grande proximité avec le clergé chiite ce qui lui donne depuis la révolution une place politique encore plus importante.

[2] Voir l’article du Wall Street Journal : http://online.wsj.com/article/SB124562668777335653.html

[3] Voir le site d’Interpol : http://www.interpol.int/Public/Search.asp?ct=Data&q1=sanandaj&cboNbHitsPerPage=20





source:
http://www.contretemps.eu/interventions/iran-crise-regime-mouvement-populaire





Dernière édition par invitée le Lun 27 Fév 2012 - 20:02, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: AHMADINEJAD SYMBOLE DE L'ANTI-SIONISME ET CONTRE LE NWO ???!!!   Mar 26 Juil 2011 - 18:11

PARTI ANTI-SIONISTE






Début 2009 voyait la naissance du "Parti Anti-Sioniste", ou "PAS"; aussitôt, de nombreux internautes conspirationnistes qui s'opposent à la politique israëlienne ont soutenu ce parti.
Bien qu'opposée à la création de cet état d'Israël, sachant pertinemment ce qu'elle cache, et ayant soutenu pendant longtemps le peuple palestinien colonisé, déporté, opprimé,... , je n'ai pas du tout adhéré à l'idéologie de ce parti et me suis d'emblée méfiée de son président, Yahia Gouasmi, que je ne sentais pas du tout.

Pour moi, la création du PAS avait un but caché dangereux et si je pense que la plupart de ses candidats ne se doutaient pas le moins du monde des enjeux cachés, son président, lui, savait très bien de quoi il retourne.

Bien que la plupart de ceux qui soutiennent le peuple palestinien et s'opposent au NWO ne se soient pas rendus compte des objectifs derrière ce parti, il y en a quand même certains qui l'ont compris, au moins en partie.

Voici quelques commentaires instructifs de militants pour la cause palestinienne:





Le site Méjliss el kalam est un forum de discussion sur lequel de nombreux musulmans viennent exposer leur point de vue sur l’actualité ou sur des questions islamiques. D’ordinaire nous ne le fréquentons pas, mais il nous a semblé intéressant de nous y intéresser dans le cadre de la campagne que mène le PAS puisque force est de constater qu’à travers notamment la dénommée "Ya Kamila" porte-parole et "petite main très active", le PAS utilise ce forum pour convaincre les musulmans du bien fondé de son action.
Un "méjlissien" qui écrit sous le pseudonyme de " Abusez-pas " prend position sur le sujet depuis plus d’un mois ; dans ses interventions il fait part de son approche personnelle et il pose également des questions auxquelles il est apparemment difficile d’obtenir des réponses de la part des responsables du PAS à travers sa porte-parole officielle sur le site, la dénommée « Ya Kamila »

La question suivante a été posée avant hier sur le forum:

La liste Dieudonné/Soral : antisioniste ou démagogues opportunistes ?

Voici quelques unes des interventions de « Abusez pas »; nous avons eu envie de les poster parce nous pensons, qu'en plus d'exposer un point de vue intéressant, ces dernières posent des questions pertinentes auxquelles il convient que chacun d’entre nous réfléchissent sereinement.



Citation :


1er post de "Abusez-pas"

Al salam ..je pense que mon propos est connus ou commence a etre connus .. alors je vais me contenter de mettre un texte trouvé sur un site Algérien

Citation:
La déferlante de dialogue sur le net, les blogs, les forums donne naissance aux analyses les plus burlesque, chacun y va de son credo, une certitude toutefois, y'a plus de monde qui en parle que de monde qui iront voter.

Une liste Anti sioniste aux Elections Européene, une composante des plus tordante avec des phrases digne d'une classe de CM1 aussi on peut entendre ou lire des personnages qui mettent en avant les déboires personnels qu'ils ont eu à subir de la part de « l'entité sioniste » (Dieudonné interdit des médias, agressé par le Betar, Soral agressé en librairie & interdit à Sciences Po) et justifient la nocivité de « l'entité sioniste » à la lumière de ces misères personnelles on retrouve également quelques théories novatrices et finements réfléchies
« Derrière chaque divorce il y'a du sionisme » ( déclaration de Yahia Gouasmi surnommé «Gourou Boudha Gouasmi» Personnage qui cumule pas moins que La présidence de la fédération des chiites de France, la présidence d'un centre zahra prosélyte du chiisme et aussi Président du parti Anti-Sioniste Français et accessoirement candidat aux européenne. ( ndlr: il en a de la ressource )

Le sionisme est une plaie alors je suis anti sioniste, dixit dieudoné qui semble s'amuser plus qu'autre chose, personage haut en couleur proche de le Pen, également parain de sa fille, nous entendions ce matin sur iTélé le Pen dire , Bah oui sa femme m'a appelé pour me demander quoi faire lorsque les CRS ont entouré son bus, sans oublier que Dieudoné, l'homme à l'humour terrifiant disait y'a pas si longtemps et sans complexe Lorsque Michel Houellebecq déclare que « l'Islam est la religion la plus con du monde » Dieudonné répondait qu'il était « plutôt d'accord et d'ajouter au journal Libération : C'est vrai que le Coran est une trahison du prophète Mahomet. Il serait là aujourd'hui, il ne pourrait pas accepter d'être enfermé dans ce petit bouquin ».

Sans parler de Soral que nous connaissons pour sa diatribe soralo sordide qui donne à peu prêt cela :
Pour ce qui est des étrangers, il faut favoriser leur retour, par exemple en limitant les droits sociaux de ceux qui ne travaillent pas, ou encore en taxant la main d'œuvre étrangère. Exiger également des étrangers qu'ils soient en mesure de se loger correctement, en dehors du logement social, strictement réservé aux français. Il faut systématiquement expulser les étrangers délinquants. Mais le gros de l'immigration est potentiellement devant nous. Pour s'en préserver, il faut des mesures défensives, comme par exemple des délais de carence incompressibles au plan des prestations sociales : celles-ci ne devraient être ouvertes qu'après cinq ans travaillés minimum et être conditionnées par le travail ; le rétablissement des frontières et des contrôles. Mais il faut avoir conscience que ceci n'est envisageable qu'avec une France qui aurait retrouvé sa pleine souveraineté et qui déciderait de reprendre sa place en Afrique francophone,» ( ndlr: non monsieur on ne vous veux pas en Algérie, même si vous êtes un fervent défenseur du fait positif de la colonisation... )

Les petites phrases sont autant de sujets qui masquent le vide de cette liste, qui ne propose rien de plus qu'une posture de victimes et cette absence de propositions apporte un élément nouveau et renseigne immédiatement tant sur le contenus que le contenant de ses militants qui vous rétorque systématiquement et froidement en vous regardant droit dans les yeux : Tu es sioniste ! Eh oui, nous sommes dans un monde bipolaire il y'a les sionistes et les anti sionistes, mais les autres ?

Mais Moi que suis je ? moi qui est musulman, qui tente de cultiver une étique que je puise dans ma foi comme le disait avec sagesse Al Ghazali, moi qui refuse de schématiser les maux du monde, moi qui reste confiant, optimiste et qui ne veut tuer personne; dois je obligatoirement faire un choix ?
Le raccourcis est dangereux, pointer du doigt une catégorie de gens, car c'est bien le cas ! Ne peut que nous rappeller étrangement une époque révolue que le Lobby sionniste ne cesse d'entretenir et je dis bien Lobby sioniste, qui jongle avec la mémoire pour sauvegarder des intérêts bien souvent mal acquit aux yeux du monde avec la complicité du monde dans une indifférence quasi totale. Mais de là à mettre tous les maux de la société sur le sionisme c'est un peu tiré par les cheveux, même beaucoup... et ça masque forcement autre chose

J'espère de tout cœur que notre communauté en France ne sera pas l'otage de cette fièvre montante et de cette alliance extremiste qui ne présage rien de bon ! Je m'appuierais donc sur les propos du Prophète ( SAWS ) :

Boukhari et Muslim ont tous deux rapportés le hadith suivant: Selon abu said al khoudri, le Prophete saws a dit : vous suivrez les actions des peuples qui vous ont précédés pas à pas. Vous irez meme jusqu'à les suivre dans un trous de lézard ! on demanda O messager d'allah parles tu des juifs et des chrétiens? il répondit (saws) Qui d'autres?

Avons nous besoin de ressembler aux autres pour construire un avenir plus juste ? Devons nous chercher un prétexte victimaire pour compenser le vide ? Ou alors; Devons nous lutter au quotidien pour le respect du droit et de la justice sur la base d'une idéologie juste et constructive articulé par notre éthique pour bâtir une société saine pour nous et nos enfants ?

Je n'ai pas vécus l'horreur de la Shoah et je n'ai pas besoin de chercher un coupable pour ma vie présente, bien entendus je ne dois pas oublier les maux du monde et encore moins le peuple Palestinien, mais je n'ai pas le droit de souiller son combat en banalisant les effets du sionisme sur ce peuple et en usant de sa souffrance comme tremplin pour des objectifs obscurs et non avoués aux vues de la composante hétéroclite de cette liste.

Cette posture qui se résume en, tu es des nôtres ou tu es contre nous n'est rien d'autre qu'une nouvelle forme de sionisme qui générera un retour de bâton certain dans les mois à venir.







Citation :


2ème post de "Abusez-pas"


Je ne fais pas un amalgame entre chiisme et extrême droite … plutôt pas comme le percevrait le commun des mortels, Je parle de desseins, de projets … Sherlock aurait dit à qui profite le crime?
Lorsque je parle de chiites je ne parle pas de la religion au sens propre. Je vous donne quelques pistes, car je ne crois pas que ce soit l'endroit … y'a trop de voyeurs et je préfère qu'ils écoutent les analyses d'Antoine Sfeir. ( rire )

Dans une interview de Gourou Boudha Gouasmi il expliquait sa premier rencontre avec l'Imam Khomeiny … son admiration, la transformation de sa vie ...l'admiration pour ce visionnaire…

Le diner de l'anniversaire de la révolution islamique d'Iran ressemblait à un mini repas du CRIF ...( Le Pen – Jack Lang et quelques people…, est ce que j'ai réussi à vous mettre sur la voie ? Soral y était-il ? Dieudonné y était-il ?


Je continue,

la création aux frontières d'ISRAEL d'un mini Etat ( ALTERNATIF ) armé Le ( Hezbollah ) qui se détourne de la syrien ...et penche vers l'Iran

L'apparition simultanée de Gouasmi au moment ou Ahmadin Nedjab commence à faire parler de lui ... (les périodes coïncident) (Hasard?) un peu comme dans un mauvais film d'espionnage, on réveille les dormants et ça coïncide avec le début de campagne électorale iranienne (Hasard?)
)


(Je travaille au quotidien avec des chiites ...les échos sur Zahra et sa fédération ne sont pas ...) bref, ici je ne tente que de vous mettre sur la voie de la lumière ...

Maintenant parlons de l'extrême droite ... la fameuse conférence en Iran ... leurs rapprochement (il se trouve que c'est avec des chiites) (Hasard ?) Gourou Boudha y était me semble t-il.
Inutile de chercher qui est la hantise de l'extrême droite me semble t-il, la sordide diatribe de Soral nous renseigne immédiatement … et n’oublions pas Alain Soral qui condamnait Euro-Palestine et dénonçait « l’importation du conflit », ya pas si longtemps

L'ennemi des deux ( de l'Iran et de l'extrême droite ? ) qui est ce ? ...

ensuite…

Comment achever le FN… Car l'électorat Frontiste risque de revenir chez le Pen, par mécontentement de Sarko, l'UMP a piqué des voix il en reste un peu alors il faut vite les diluer ( diviser pour mieux régner) Récupérer les derniers militants il fallait un thème fédérateur et justement l'antisionisme ou antisémitisme, pour moi dans cette campagne y'a pas de différence la composante le prouve ( et le pouvoir aide a cela … )

Dans la foulée ca explose ou désorganise toutes les organisations pro Palestiniennes.. y'a qu'a voir ici ou sur d'autres forums les réactions ... enfin c'était un des but et pourquoi ? (J''y réponds a la fin ...)

Le "hasard" veut dans la foulée le rapprochement avec l'UOIF ( de circonstance ou calculé?) ( lire mon post nommé : cet antisionisme qui engendre l'islamophobie dans ce forum )

Le rapprochement c'est fait, Résultat, Montée immédiate et inattendus de beaucoup de musulmans qui ont contestés et hop l'UOIF se fait discrète. (Oubrou se fait prendre a partie par les musulmans à bordeaux ) (On en profite pour exploser le CFCM coup de grâce à Dalil Boubakeur ) sur un simple article dans la presse sioniste, cela la preuve que l'on veut canaliser quelques chose aller chercher des preuves chez l'ennemi

Des tensions internes ou à l'égards de différents mouvements .. MIR - Europalestine ... ca rends service à qui ?

Dans la foulée y'a Durban 2 voir les déclarations de Zahra ( le site de la fédération des chiites) qui normalement était en pré campagne pour les élections européennes... étrange

Tout cela en très peu de temps & superbement orchestré ..Juste qu'il y'a eu quelques erreurs d'appréciations ...


Nul ne s'attendait à ce que certain silencieux sortent de l'ombre et ce n'est pas fini ... ( je remercie la lucidité de tous ceux qui sont contre et qui se battent au quotidien je ne parle pas sur ce forum car ailleurs aussi ca bouge )

Nul ne s’attendait a ce que l'on demande pourquoi Gourou Boudha Gouasmi n'était pas au Bourget ..
.
Nul ne s'attendait a ce que Soral soit attaqué aussi vivement par les Maghrébins ...( retour de bâton de tout ses propos )

Nul ne s'attendait a ce que l'on demande d'ou vient l'argent ..

Par exemple c'est moi ici sur ce forum qui apprends à des membres du PAS que Gourou Boudha Gouasmi démissionne de la présidence de la fédération chiite ... hélas pour lui tardivement… ( j'ai mes sources internes ) et je rassure je ne suis pas chiite

Je n'en dévoilerais pas plus. Je pourrais aller plus loin mais je pense que je vous ai donné le début du puzzle ...

Il reste le sujet tabou que l'on retrouvera dans mes posts et qui reste sans réponses ...300.000 euros de la campagne ils viennent d'ou ..? avec la déclaration de Dieudo et la date de lancement de campagne y'a un problème ....( Les membres ont donnés de l'argent qu'ils avaient déjà au parti !!!) pas très morale cela non .? Est ce de l'argent Iranien ou Israélien ? je suis très sérieux ...
En fait toute cette histoire est une grande manipulation et à différents niveaux ... coté pouvoir français cette liste donne l'impression de canaliser une catégorie de la population, d'ou le coup de pub de Guéant ...et qui plus est, sur une radio communautaire ... l'opinion se focalisent sur eux et hop les autres listes sont oubliés...

Donc si on cherche le complot Sioniste, il suffit de chercher le complot antisioniste ( moussa al hadj - al hadj moussa )


Car quoi que l'on dise, en France la pression pour la Palestine Monte ..Monte ... et cela c'est des années de travail, Toute ces organisations me font penser au vert écolo des années 70, concrètement à l'époque ils ont été pris pour des hippies ...sauf qu'ils ont réussi à créer une conscience et cela à l'internationale et ca paye depuis ces dernières années et encore plus aujourd'hui ...

Le travail de fourmis des pro-palestinien est là ! ils ont réussi, grâce a l'affect et à un dur labeur à faire monter la pression et la France sait dorénavant qu'elle ne pourra plus éternellement fermer les yeux ... et soutenir aveuglement ISRAEL, et je crois que l'on ne peux pas laisser ces gens banaliser le terme sionisme au nom d'un idéal de système, système que je condamne aussi mais pas tant que les Palestiniens ne seront pas en paix !

Il n'y a que ceux qui se moquent de la Palestine qui le feront, car soutenir ces RACISTES c'est donner un coup de grâce aux PALESTINIENS !!

Et cela pour des enjeux auxquels nous sommes tous étrangers d'un coté la mégalomanie d'un Homme et de l'autre un idéal Patriote fondés sur les idées de ... illustrées par cela

Je pourrais aller plus loin, mais je sais que Gourou bouddha accorde une attention toute particulière a ce qui se dit sur ce forum, j'en ai eu la preuve a différentes reprises ....

Je crois que si on veut aider les Palestiniens j'ai mis un post nommé APPEL - Agir pour la Palestine) c'est une voie qui me semble intéressante

Juste un détail, la morale et la mémoire m'interdisent de pactiser avec l'extrême droite et cela quelques soit la cause ...






Citation :


3ème Post de "Abusez-pas"

Al Salam

J'attend ma réponse ... vous vous devez de répondre a ce genre de question bien anodyne, en politique

- D'ou viennent les 300.000 euros ?
- Gouasmi est il encore president de la federation ?
- Pourquoi sur le site E&R on ne vois que dieudo et soral en photo de campagne ? Gourou boudha Gouasmi a t'il ete ecarté ? je parle de la pop qui s'ouvre sur toutes les pages

PS: au passage ce post est un post de dialogue pas un panneau d'affichage pour de la propagande ... il me semble que les gens du PAS, ici notemment, déjà ne respectent pas les autres ( je me suis fait traité de pouriture-sioniste-islamophobe et j'en passe ) alors que cela, c'est avant d'être élus; si vous êtes élus, vous allez nous faire quoi ?

Ca me semble pas très moral pour des personnes qui dénoncent l'immoralité ... Si derrière chaque divorce, y'a du sionisme, alors, dites moi, derrière chaque injure y'a quoi ? du sionisme aussi ?






Citation :


4ème post d'abusez pas

Je te dis merci, car tu as l'air sincère ... toutefois, saches que du haut de mon presque un demi siècle ..grandis en algerie, nous avions la cause palestinienne dans notre biberon ...et nous savons et souffrons depuis bien longtemps. IL n'y a pas de thèse des uns et des autres, il y'a ce que nous appelons une analyse qui dit: à qui profite ce que fait dieudonné ...

Penser de cette facon c'est aussi se désolidariser des association pro-palestine qui tour à tour rejettent dieudonné ... le mir, europalestine et les autre enchainent ....même chambi rejette cette alliance extrême droite

Il ne faut pas se tromper d'ennemi ... dieudonné est l'ennemi de la cause palestinienne car il en fait un fond de commerce comme soral et le centre zahra ..

Comment peux-tu imaginer que nous tous qui sommes prudents ou contre, nous puissions ignorer les palestiniens ? Plus de la moitié de ceux ici qui crient pour la palestine, étaient en culotte courte ou portaient de couches que nous agissions déja ... ayez au moins la décence de pas salir les autres ...et je maintiens et persiste ..ni dieudoné ni soral n'aideront la palestine et les palestiniens, bien au contraire





Citation :


5ème post de "Abusez-pas"


Citation:
Posté par Inssman
Et je demande une seule preuve pour nous montrer que Soral est raciste.
Avoir fait parti du FN n'est pas une preuve de racisme, il y a aussi des arabes dans ce parti.


-----------------------------------------------------


Recherche les propos de soral sur

Houria bouteldja ..
l'occupation de l'algérie
l'islam 2% ca va, plus ca met en danger l'identité nationale
Il a quitté le FN car il n'avait pas la tete de liste pour les européennes et rien d'autre

Crois-tu que l'electorat fn voterait pour un non raciste ? ..

Je me demande ce qu'il te faut pour voir ... et je n'ai cité que 2/3 points ...

je sens que je vais lancer mon appel aussi ....

Appel à la création du P.A.C

Comment rester immobile face aux enjeux a venir ?
Peut-être devrions-nous nous regrouper et créer le P.A.C !
un parti virtuel .. qui exprime clairement notre non naïiveté !!!

un parti anti-collabo ( C'est à la mode ) ... nous voyons de plus en plus de personnes collaborer avec nos ennemis d'hier ...

Qui a tué à Setif Gulema Kherata ?
Qui a tué en Ovctobre 1961 à paris ?
Qui a soutenus l'OAS ?
Qui a jeté Brahim Bouamran le 1 mai 1995 dans la seine ?
Qui fait porter le chapeau aux immigrés poruel chomage ?
Qui a été le premier signataire de la petition poru une ecole musulmane a chelles ?
Qui a dit les musumans 2 % passe plus c'est un danger pour la france?
la liste est encore longue ..........

La reponse est simple .. il s'agit des néocolonialistes, patriotes nationalistes, extrême droite... ceux la même qui reconnaissent le coté positif de la colonisation.

Est-il imaginable qu'aujourd'hui, nous marchions main dans la main avec ceux qui ont durant des années ont fait pleurer nos mères, nos pères, nos frères ... ceux qui ont tué nos mères et pères de nos jours veulent être nos amis sans repentance ? sans rien dire ... Mais qui sommes-nous ? qu'avons-nous dans les veines ? a-t-on la mémoire aussi courte ?

Dénonçons aujourd'hui les collabos de l'extrême droite.et leurs amis naissant dans notre communauté ...que dit donc la sunna à ce sujet ? sommes-nous si ignorants ?

Agissons ensemble pour les isoler et nous désolidariser de ces gens

Ne les laissons pas entacher l'Islam

Les amis de l'extrême droite aujourd'hui sont nos ennemis !!! Car ils pactisent avec les assassins de nos frères, pères, soeurs, amis ....tous ici dans nos familles nous avons perdus une personne proche plus ou moins à cause de ces gens !! a cause du colonialisme ..et aujourd'hui, nous allons nous attabler avec eux ?
LEURS AMIS SONT NOS ENNEMIS !

Vive le P.A.C.





Citation :


6ème post de "Abusez-pas"

Citation:
Posté par Inssman
Est ce que tu peux nié totalement que la colonisation n'a eu aucun bienfaits?
Les routes, les bâtiments, les hôpitaux, etc..

Même si je suis anti-colonialiste (comme Soral) je ne vais pas nié une évidence, la France à mieux géré l'Algérie que le FLN, de même que les musulmans au mieu géré l'Europe que les chrétiens, il y a plusieurs siécle.

Si ça c'est du racisme, est ce que tu reconnais que c'est du racisme de dire aux occidentaux que la colonisation arbo-islamique de 7 siècles sur l'Europe à eu beaucoup d'aspect positifs? Est ce que tu reconnais que sans nos ancêtres ils auraient à peine décoler du moyen âge et n'aurais pas découvert les bienfais du savon?

Pour moi c'est pas du racisme mais un fait.

-------------------------------------------------------------------------------------

oui, c'est cela, donc, je viens chez toi, j'impose et je dis c'est mieux que toi; drôe de notion de justice ...

La france m'a tué un frère et un oncle et torturé mon père .. j'aurais préféré ne pas avoir de route et d'hopitaux et rester dans ma khaima ....

Ils n'auraient jamais du venir; on leur a rien demandé !!! finalement, bientôt tu diras les israelien ils font pousser du blé sur les pierre .... et laisse le fln à sa place, ce n'est pas le sujet ... l'algérie est un pays souverain; pas de conseil à recevoir de la part de petit nazillon






Citation :


7ème post de "Abusez-pas"

Citation:
Posté par Inssman
..... [...]
Tu disais avoir lus les livres de soral tout en prêchant une certaine logique ..qu'as tu a dire a ce qui suit ...

-------------------------------------------------------------------------------------------

en 2008 soral disait cela:
voila donc l'homme qui détient la ligne politique de la liste du PAS :

« Il faut plus que jamais défendre le modèle citoyen et identitaire français, fondé sur la culture et la nation, contre le modèle anglo-saxon ou allemand, qui privilégie une conception ethnique ou religieuse. (…) Le maintien de ce modèle passe évidemment par une maîtrise de l’immigration, qui doit totalement cesser. Un identitaire conséquent doit donc être d’abord et avant tout un patriote français. Et si nous devons avoir un modèle, c’est plutôt du coté des Russes que des Anglais que nous devons, comme nos amis Serbes, nous tourner. La fédération de Russie, multiethnique et multiconfessionnelle, mais patriote, nous montre la voie. »

il a osé prendre exemple sur la russie ...a t'il oublié; Multiconfessionnelle dit il ? les russes ? !!! On a juste rêvé que la Russie « veut faire la peau » à la Tchétchénie musulmane (1 million de morts tout de même!...) N’est ce pas M. Soral ? et membre du PAS ...
source : http://www.mecanopolis.org/?p=2610

Et on peux lire cela sur son site E&R

E&R : « Nous sommes d’abord favorable à l’arrêt total et immédiat de l’immigration, qui passe au minimum par un moratoire sur le regroupement familial, avec ou sans tests ADN… Pour répondre à cette question, il faudrait préciser ce que l’on entend par « immigré ». Si l’on entend « pas blanc », cela n’est pas pour nous un critère. Nous sommes hostiles à toute nouvelle immigration, y compris blanche ! Nous sommes évidemment favorables à l’assimilation - laquelle peut passer par l’intégration- de l’ensemble de nos compatriotes dans leur propre nation. Objectif qui ne concerne d’ailleurs pas que les français d’origine extra-européenne, tant la situation sociale et culturelle des français en général se dégrade. Il va falloir aussi assimiler les petits Dupond illettrés avec casquettes et tenues de rappeurs, qui parlent un improbable sabir.Pour ce qui est des étrangers, il faut favoriser leur retour, par exemple en limitant les droits sociaux de ceux qui ne travaillent pas, ou encore en taxant la main d’œuvre étrangère. Exiger également des étrangers qu’ils soient en mesure de se loger correctement, en dehors du logement social, strictement réservé aux français. Il faut systématiquement expulser les étrangers délinquants. Mais le gros de l’immigration est potentiellement devant nous. Pour s’en préserver, il faut des mesures défensives, comme par exemple des délais de carence incompressibles au plan des prestations sociales : celles-ci ne devraient être ouvertes qu’après cinq ans travaillés minimum et être conditionnées par le travail ; le rétablissement des frontières et des contrôles. Mais il faut avoir conscience que ceci n’est envisageable qu’avec une France qui aurait retrouvé sa pleine souveraineté et qui déciderait de reprendre sa place en Afrique francophone,» Ce n’est pas moi qui l’invente ; c’est écrit noir sur blanc ; l’entretien est consultable sur le site d’Alain Soral au lien suivant : http://www.egaliteetreconciliation.fr/index.php?option=com_content&task=view&id=378&Itemid=171

Il aimerait peut etre revenir au maghreb pour en faire des colonies ....? soyons sérieux monsieur Soral ...arretez la bibine ...

J'ai encore une question qui me trotte dans la tête .... peut-être trouverais-je des réponses ici ...

Je m’explique, à la mi-avril, sur le site du PAS, ( le 10-4 pour être précis ), le PAS faisait savoir qu’il avait besoin de 300 000 euros pour lancer sa campagne pour les européennes. (http://www.partiantisioniste.com/elections) Dieudonné a fait savoir dans un communiqué qu’il ne s’engagerait pas si l’argent n’était pas sur la table; donc, si les gens du PAS ont annoncé leur candidature aussi à la mi-avril au Congrès du Bourget, (c'etait du 10 au 13 ), cela signifie forcément que cet argent, ils l’avaient déjà trouvé, sinon ils ne seraient pas engagés, c’est sûr. Est-ce qu’en moins de 3 jours, ils ont eu assez de sympathisants pour cotiser et réunir cette somme ?

Est ce de l'argent Iranien ? ou Israelien pour provoquer des Alyah en masse ?
au passage je fais remarquer l'absence de gouasmi au bourget ...

Si c'est pas le cas, alors ...qu'ils le prouvent, car la communauté musulmane de France se bat pour construire ses mosquées sans argent de l'extérieur, et on aimerait apprendre comment faire ;-) ...et tous, ici, nous avons donné et nous donnons et donnerons encore ... cqfd ..

Où est la maturité des Français Musulmans pour tomber encore dans un tel piège ?

à suivre ....

Résolument contre le PAS ..il ne passera pas par moi






Citation :


8ème post de "Abusez-pas"

Citation:
Posté par Annibal

Deux remarques a propos de cette élection européenne :

Qu’a-t-il à perdre ? Rien
[indent] Si le candida [...]

-----------------------------------------------------------------------------------------------
Salam si annibal

IL y'a dans ton analyse plusieurs choses qui me gênent ...

Mon cher annibal, deja, j'aimerai souligner que je vie en france, que je vote en france ..et que, au quotidien je cotoie des arabes, des francais, des juifs, ect, ect .. en période de crise, tous les éléments sont réunis pour provoquer une explosion .. mon choix doit tenir compte de mon environnement

En bref, mon vote doit tenir compte de différents éléments, car je suis électeur et contribuable et que le vote n'est pas une partie de poker pour un citoyen responsable et que si je mets au service de ma citoyenneté mon ethique musulmane, alors je n'ai pas le droit de jouer à pile ou face selon une logique pascalienne ... et encore moins voter pour ces gens !

Dans le quotidien, quel vont être le regard sur nous ( msuulmans, arabe, pro palestinien ? ) après une élection mascarade ..même si il ne depasse pas 1 % ?

Ai-je le droit de prendre des risques face aux enjeux de la société et la montée des extrêmes ? ( racisme, xénophobie, ect, ect ) exemple italie - hollande - autriche - .... ainsi que le regard porté sur l'islam ? et encore plus avec la grosse co-nne-rie de l'uoif ?

Par ailleurs, c'est une élection européene et c'est l'europe qui va définir l'ogm ou pas de demain, les centrales nucléaires, la libre circulation, la fiscalité, ect, ect .. est ce un jeu ? non

Ne ferais-je pas l'intérêt justement des sionnistes en votant pour une liste qui n'a aucune chance de passer au lieu de renforcer la liste qui serait le plus proche de mes opinions ? et lui donner le plus de poid ? ? je ferais mieux de m'abstenir ou de donner un passeport blanc a ump ou le ps

Ai-je le droit de jouer en reniant la mémoire ( neo facho colonialiste ) des extrêmes qui composent cette liste ? non

Dois-je encourager le chiisme pour en faire le seul rempart contre le sionisme en france ? Non .. en plus ca serait renier tous les efforts de nombreuses associations pro palestine et nous voyons comment cette liste les traite...

Dois-je encourager les chiites alors qu'en irak ils massacrent les nôtres ? NON ( la moindre voix à cette élection sera considérée comme une victoire pour chacun des candidats ) et ils se chargeront bien de le faire savoir

Puis-je prendre le risque que les sunnites récoltent l'image des chiites en france ? non


Je pourrais faire appel encore à mille et une raisons mais je vais juste ajouter deux choses et j'espère que tu ne m'en voudras pas .

Même si ton avis peut être intéressant, je trouve déplacé, toi qui vit ailleurs, de venir donner un avis sans mesurer la réalité du terrain, ici, en france ...

Avis ( le tien ) uniquement basé sur le net !! Donc, naturellement, objectif ! n'est ce pas ...

je viens de trouver un témoignage sur le net, je te donne le lien ici, surtout le premier commentaire ..je n'aurais pas mieux fait, car j'ai vécu à peu près la même chose sur un marché avec le PAS .... cette semaine; je confirme, ils sont bien antisémites et cons comme la lune

Je pourrais contineur longuement ...mais je concluerai avec un post que j'ai mis ailleurs; je te le recopie ci dessous ....

Citation:
Abd je crois que nous avons fait l'erreur de chercher à analyser le pourquoi du comment, alors qu'avec ces gens, y'a rien à analyser ...mais alors vraiment rien ...ne tombons pas dans le phénomène de l'histoire du divorce causé par le sionisme en faisant du tafsir de propos haineux, et de propagante iranienne qui sont nuls et vide ...la preuve; le texte a été écrit par une personne sur un blog, et, de suite, ils se l'ont accaparé ..que ce soit chez soral ou chez le pas .. tres sincèrement, y'a rien a comprendre ni pourquoi soral a viré de bord ni autre chose y'a RIEN le PAS c'est vide !! C'est plus dangereux que le sionisme pour nous, en France

En plus, tres honnêtement, je trouve pas très subtil le nom PAS ( Parti anti sunnite ? parti anti semite ? parti anti sioniste ? ) surtout lorsque tu lis les posts des gens du pas ici; depuis les manifs de février, moi et c'est aps très important, on m'a traité de pourriture, islamophobe, salafi, wahabite, Sioniste ..et j'en passe .. ) alors, franchement ...de plus, leur liste c'est pas l'arc en ciel, c'est la star-academy des procès pour antisémitisme ou peut être Vol au dessus d'un nid de coucou sans le talent.
Sois assuré, sauf si tu pense que je suis idiot, que si y'avait une ideologie derrière, y'a longtemps que je mettrais mon énergie à les soutenir !!


Abd toutefois ....essayons de faire un peu de science fiction ...

Si à la place des juifs qui ont fait des misères à dieudonné, on mettrait des arabes ... ( ca sous entendrait que les arabes seraient parmi le lobby puissant )
Si, à la place du betard on mettait des jeunes de banlieue revoltés du système ...et rancuniers de la colonisation, qui auraient frappé soral ...

verrions-nous aujourd'hui une réaction aussi ( bizare ) que pour l'anti sionisme ... si oui, que dirais tu ? Et moi qu'est ce que je dirais ?

Je ne dis pas que le sionisme est pas nocif et que nous devons pas oeuvrer pour retrouver un système indépendant, sans influences, sans pression, plus équitable, ect, ect, ect ... mais là, ce parti,,, très honnêtement, c'est n'importe quoi ... j'ai dis capital comme j'aurais pu dire autre choses...mais en fait, je parle du sionisme de dieudo et de soral et du gourou ... Leurs lutte est nocive pour NOUS qui sommes des francais d'ailleurs ( voilà le combat à mener déja ! )

La politique, l'action, c'est quelque chose de sérieux, qui s'aborde avec de la stratégie, des arguments accessible à tous ... c'est une démarche construite qui fait sonner l'esprit du citoyen ... qui cherche un consensus populaire..l'écho des masses ...

Un de mes clients, aujourd'hui, me dit: vous avez vu, la politique, ca devient n'importe quoi .. on voit un parti anti sioniste, un parti pro cannabis et bientôt, ca sera quoi ?? Voila l'opinion populaire ) nous, ici, sur ce forum, nous sommes quoi ? 10/20 à tout casser ...

La banalisation d'une lutte importante est en marche ...cela est la réalité

Je ne suis pas naïf, le sionisme est à combattre vraiment, mais pas comme cela; en fait, le combat est en train d'etre tué dans l'oeuf ...

Je te donne un exemple qui m'a marqué.

Gourou Boudha Gouasmi, qui est successivement président de la fédération des chiites, président du centre zahra , président du parti anti sionisme et candidat !
Dans la lutte du sionisme ( tel décrit par ces gens ), il y'aurait la lutte contre le cumul des mandats, la centralisation du pouvoir ( ils parlent de propotionelle ) Non ?? quel exemple ils donnent ?

Mais je vais aller plus loin,( les chiites ) donc des musulmans.. Y'a 4 jours, à la télé, un reportage sur les transexuels en Iran ... lors du reportage; le transexuel, après son opération, on lui demande comment il vit ? ses revenus ? il reponds: je suis en règle avec la loi et surtout ma conscience; l'iran, qui me permet des mariages provisoire, c'est légal et je suis en paix avec ma conscience ..aussi, je pratique plusieur mout3a ( mariage de 5/10 minutes au nom d'Allah ) par jours et ainsi je vends mon corps mais pas mon âme ..

Oublions mejlis, oublions dieudoné, oublions toi et moi, et imaginons l'image...l'image de 'lIslam ... ce que l'islam gagne aux yeux du francais moyen que nous croisons tous les jours au boulot, dans la rue, au marché à la boulangerie ...
Ce dernier fait-il la différence entre gouasmi le chiite, cadre de différentes organisations chiites , qui se dit personnage religieux dans ses interviews, et nous, les maghrébins musulmans, qui cherchons à sauvegarder des droits dans une laïcité trompe l'oeil ? ( voila un combat urgent: nos droits ! )

Lui ( Gourou ) qui dit je veux liberer la FRANCE alors qu'il incarne la prostitution légalisé par son clergé religieux et par un etat islamique ??? Soyons serieux ..! ( certains vont dire, que c'est un coup des sionniste!! ) Faux, car que ce documentaire est prévu depuis des mois, il fait partie d'une série comme on en voit souvent.

Nous avons d'autres combats plus importants à gagner avant de s'allier à l'extrême droite, à des malades mentaux et des groupuscules fachos comme cela, composé de tout venant ou y'a même du renouveau francais dans leurs liste... ( sais tu ce que c'est ? ) as tu vu la liste ??

Crois-tu sincèrement que cela donne du poids à la lutte contre le sionisme ? Et rends crédible l'anti sionisme qui, je suis d'accord, même convaincu, doit être un combat bien réel et nécessaire

Je persiste à dire que ce combat ( le leur ) n'est rien d'autre que de l'antisémitisme et, si par malheur, il en reste quelque chose après les européennes, c'est nous qui serons les première victimes,


C'est en cela que je ne cautionne pas et que je demande et fais appel à la raison de tous de ne pas donner un passeport blanc à ces gens en donnant une seule voix qui leur permettra de parler en sous-entendant que nous sommes avec eux !!

Battons-nous contre le sionisme, mais d'abord marquons bien notre différences avec ces gens, faisons bien savoir que nous ne les soutenons pas et même que nous ne les trouvons pas sympathiques; nous sommes en 2009, les moyens de communication permettent de manipuler, de mentir, de faire croire.. ne soyons pas les victimes de cette manipulation grotesque . De cette arnaque !

Je pose encore la question: d'ou vient l'argent de la campagne électorale? est ce des fonds iraniens ou des fond SIONISTES? Car les seules bénéficiaires de cette islamo bamboula, c'est les sionistes !


Et inutile de rappeler que dans cette histoire l'ISLAM EST INNOCENT!





D'autres mejlissiens se sont également posés des questions et ont donné leur point de vue sur ce parti.


Citation :


Berbére-m

mes frères et sœurs musulmans, faites attention au chiisme, si vous aimez vraiment ALLAH et le prophéte . http://www.youtube.com/watch?v=Sn5iX...eature=related

les savants chiites autorisent les massacres des musulmans sunnites : http://www.youtube.com/watch?v=2ZTwR...eature=related

le chiite hassan nasrallah corige la parole de ALLAH sur la chaine El Manar : http://www.youtube.com/watch?v=L55b-...eature=related

la hawla wala kouata illa billah.

Mise en garde contre la croyance satanique chiite du Centre Zahra : http://www.dailymotion.com/video/x8r...entre-zah_news

http://chia.over-blog.com/article-2787621.html






Citation :


salafi_93

Simple remarque au Centre Zahra, pourquoi le logo utilisé pour les vidéos concernant les réunions du Parti Anti Sioniste est celui du Centre Zahra ?

Ne serait il pas préférable d'utiliser un logo propre au PAS pour éviter que les gens puissent faire un amalgame entre chiisme et PAS ?






Citation :


C.Q.F.D


Abaamrani

Tu dis:
1.Personnellement, je n'ai rien à cirer du chiisme. Par contre, resté dogmatique enfermé, c'est vivre dans l'archaïsme

Je te réponds:
Le comble! c'est les chiites qui se sont enfermé tout seul dans un dogme qu'ils ont inventé de toute pièce avec sa lithurgie et son clergé qui va se permettre de corrigé el Rassoul voire Allah!
et l'archaisme vient des chiites qui n'ont toujours pas fait le deuil de la bataille de siffine et qui cultivent un complexe par rapport à cela.

Tu dis:
2e. Ceux qui sont avec la Palestine et contre le sionisme, ne sont pas tous des musulmans

Je te réponds:
Ok mais reconnait que ceux qui sont dans cette liste en particulier c'est des racistes ou des gens qui ont donné LE PEN comme parrain à leur fille

Tu dis:
3. les palestiniens ne sont pas tous des musulmans, parmi eux y a des chrétiens qui sont aussi touchés par la politique sioniste

Je te réponds:
Qui t'as dit le contraire? Beetlehem une ville chérie des chrétiens est en palestine occupée de même que Jericho, Al qods etc...je te remercierai de ne pas me refaire ma culture générale religieuse.

Tu dis:
4. je peux rappeler une belle liste de gens très connus qui ne sont pas musulmans et qui défendent la cause palestinienne, et parfois mieux que beaucoup de musulmans. Alors, faut il ne accepter leur soutiens ?

Je te réponds:
Bien sur qu'il faut accepter leur soutiens, je fais partie d'une association qui s'allie de temps à autres à l'UJFP (UNION JUIVE POUR LA PAIX)
Encore une fois tu ne va pas m'apprendre ce que c'est que de combattre pour l'émancipation du peuple palestinien, mes semelles et ma salive peuvent temoigner.

Tu dis:
5. il faut arrêter de mélanger les genres: la cause palestinienne, n'est pas une affaire religieuse, c'est une affaire politique: ce n'est pas l'islam contre le judaïsme. C'est la vérité contre le sionisme, qui est une face du racisme, qui est du colonialisme tout court.

Je te réponds:
Le problème c'est que ce Parti anti sioniste est une initiative chiite appuyée par Téhéran, il suffisait de voir les photos de leur gourou Gouasmi en voyage officiel à Téhéran pour quémander de l'argent. Ces photos étaient présente sur leur site internet de propagande et d'endoctrinement dont je tairai le nom.

Tu dis:
6. Il ya des juifs qui sont des militants actifs contre la création même d'un état pour les juifs.

Je te réponds:
Les Naturei KARTA, oui je sais tu ne vas pas refaire mon éducation sur ce point...on dirait que t'essaye de me faire découvrir un problème que je connais et combat depuis 15 ans

Tu dis:
7-Tant que nous ne comprenons pas qu'il faut être pragmatique et ne pas dogmatique, nous ne gagnerons rien . Le pragmatisme, ça veut dire, sans renier ses principes, savoir se mettre d'accord sur le minimum avec ses adversaire. Par exemple, le parti communiste est un parti kafer pour vous ( mais pour lui ça ne veut rien dire),Si il est avec moi contre l'entité sioniste, je salue ce prise de position et j'accepte son soutien. Mon ou ton patron peut être un kafer, mais par nécessité ou par pragmatisme, je travaille chez lui, et pourtant est un kafer.

Je te réponds:
Définition du pragmatisme:
Attitude d'une personne qui s'adapte à la réalité et qui préfère la pratique.
Constat: nous sommes dans une société de KAFIR gangrénée par le sionisme, cela est un fait.
Que fait-on? est-ce qu'on fonce tête baissé en allant au clash pour faire plaisir à la doctrine chiite qui veux créer le chaos sur terre pour favoriser l'avènement du 12 eme imam caché AKA le mahdi, ou est-ce qu'on adopte une attitude pragmatique, c'est à dire que l'on s'attèle à construire une élite musulmane qui viendra inchallah d'ici 10 ans concurrencé les sionistes sur leurs propres terrain, c'est à dire le lobbying économique et politique? écoute il ya plein d'initiatives qui sont en train de se mettre en place pour faire parler la communauté musulmane d'une seule fois mais ces chiites à la solde des perses sont en train de menacer le travail qui est en train d'être fait, qu'ils se casse en IRAN!
A oui j'oublié aussi être pragmatique c'est aussi construire les fondations avant le toit de sa maison.

Tu dis:
Alors, garder sa moralité, donc, vivre isolé enfermé. C'est le jeu de l'enfermement sur soi. C'est même contre les valeurs de notre religion qui sont la tolérance, le bon comportement le dialogue avec ses adversaires .... Comment peuvent ils ( les koufars !?) connaitre notre religion, comment espérons les convertir si nous les "dialoguons" pas ?

Je te réponds:
Dieudo connait très bien notre Noble religion, d'ailleurs il l'a connait si bien qu'il se permet certaine familiarités en l'insultant dans ses sketchs.
Les chiites garant de la tolérance tu dis? Va expliquer cela à Moqtada el Sadr...
Autre chose c'est pas toi qui convertit les gens t'es juste un sabab, Allah guide qui Il veut et égare qui Il veut

Tu dis:
Je trouve illogique d'associer Soral/Dieudoné avec le chiisme, adoration des trombes...C'est du n'importe quoi ? c'est à la limite du n'importe quoi pour ne pas sortir des méchancetés ? hale yastaoui ladina yaalamaouna wa alladina la yaalamouna ? bala

Je te réponds:
Je n'associe nullement Alain soral dieudo et les adorateurs de tombes, c'est eux qui se sont associés tous seul dans une association de malfaiteur qui s'appelle le PAS...ne dit-on pas qui se ressemble s'assemble?






Citation :


C.Q.F.D

Citation:
Posté par Ya_Kamila
Salam,

Allez sur un poste sur lequel vous ne serez pas hors sujet ! Je n'ai pas eu le courage de lire votre message en entier d'ailleurs... Encore moins de vous répondre. Ça n'est pas le débat.

Ma'a Salama !

-----------------------------------------------------------------------------------------------

Pourquoi me réponds-tu alors sans me répondre, si tu n'as pas envie de me répondre?
Est-ce l'esprit de contradiction chiite?
T'es en manque d'arguments, ce qui est grave, car quand on veut se lancer dans la politique, on apprend en premier l'art de la rhétorique et on apprend aussi à maitriser son sujet.
Je ne vois pas pourquoi je serais HS puisque je réponds point par point à un intervenant en apportant preuves et arguments.
Cela te dérange-t-il?
Si oui, faut vraiment apprendre la démocratie ma vieille, parce qu'ici, on est dans un forum de discussion où chacun expose son point de vue sur un sujet. Ici, c'est une liste lancée en commun par un parti chiite payé par téhéran et par un ex-fn et un ex-comique.
Si j'ai envie de critiquer cette initiative que j'estime être contre-productive pour la Oumma et les palestiniens, j'ai le droit, ce n'est pas toi qui va me l'empêcher en disant que je suis HS...
Joues le jeu démocratique jusqu'au bout, sinon c'est pas la peine de participer à une élection démocratique si tu refuses le débat démocratique.







Citation :


C.Q.F.D

Citation:
Posté par Ya_Kamila
Il n'y a rien de démocratique dans votre débat, qui est un faux débat d'ailleurs, puisque que vous aimez par dessus tout vous entendre parler et donc ne partager pas une vision constructive de celui-ci. Votre intervention (que j'ai fini par lire dans le doute, mais je ne me suis pas trompée) est, je le confirme, Hors Sujet. Il tourne autour du schiisme, du dogme, de l'histoire de l'islam, de la mécréance, tout ça mélangé avec un soupçon de prétention.

Qu'elle est belle votre démocratie...

Ma'a Salama !

-------------------------------------------------------------------------------

c'est facile de fuir le débat en le qualifiant de faux...
Le débat tourne autour du chiisme parce que c'est un parti chiite, le centre zahara, qui fait la promotion du PAS...c'est pourtant évident non?
Vous n'allez tout de même pas me reprocher de mettre le doigt sur cette particularité, non?
Soit vous avez honte et n'assumez pas vos positions chiites, soit vous êtes schizophrène, auquel cas c'est grave et il faut consulter, soit vous n'avez aucune contre argumentation à m'apporter, tellement votre programme sonne creux et fait uniquement la part belle à la taquiya chiite en prétextant comme alibi l'aide au palestinien pour mieux assoir la fitna et la division au sein de la oumma.





Citation :


C.Q.F.D

Salam!

Nous avons un ennemi commun: le sionisme
Nous le combattons de 2 manières différentes et j'ai le droit d'estimer que vous faites faux pas et fausse alliance et que le chemin que vous avez choisi est contre productif.
J'ai ce droit, n'en déplaise à vos aspirations cachées et profondes que vous n'exposez pas ici.

Après, il est tout à fait naturel que je vous parle du chiisme que je ne portes pas spécialement dans mon cœur, puisque c'est un parti chiite qui est à l'origine de cette liste.
Alors, si vous souhaitez laisser libre cours au débat démocratique, laissez les autres tendances de l'islam vous dire de ne pas parler en leur nom.
J'ai l'impression que cela vous dérange que l'on ne soit pas d'accord avec vous?...punaise ça laisse augurer de la suite, si par miracle pour vous vous accédiez au pouvoir.





Citation :


C.Q.F.D

Salam alaycom,

Citation:
Parce que c'est principalement la télévision du Centre Zahra qui produit et réalise les reportages. Qui dit "producteur" ne dit pas forcement "acteur". Rien n'empêche à un producteur religieux de réaliser une vidéo dans le cadre de la politique

Faut t-il en arriver là ? Les détracteurs auront toujours des arguments pour discréditer un parti... Je pense que c'est à la population de faire la part des choses.

Ma'a Salama.

-------------------------------------------------------------------------------------

Encore un esprit de contradiction de ta part, puisque, dans un autre Thread, tu revendiqué ouvertement l'inspiration chiite du PAS...
serait-ce de la désinformation, de la manipulation? exprime toi
(Message à destination du modérateur: la, j'ai fait gaffe de ne pas parler du loup dans le petit chaperon rouge, et j'ai fait dans le soft...)






Citation :


C.Q.F.D


Citation:

Quand bien même vous saurez ce que celà signifie, vous pourrez l'utiliser. Mais, en attendant, c'est hors sujet. Moi également, j'ai un constat à vous faire partager, qui sera certainement reçu par vous comme un compliment sur votre travail : vous être fidèlement dévoué à votre adage (devise du mossad) dans votre signature.
Bien à vous.

-------------------------------------------------------------------------------------

je vous mets face à vos contradictions et cela n'est pas pour vous plaire je le sens:
D'un côté vous nous assurez que le PAS n'est pas un parti chiite
De l'autre vous nous dites dans un autre post que vous êtes fiere de l'inspiration chiite de ce parti

===> Assumez vos contradictions...
Donc oui l'adage dans ma signature s'applique à vous, comme vous êtes perspicace!
Vous trompez les gens pour imposer le chiisme duodécimain hors des base perses.

Devise du Mossad (services secrets israéliens): Par la tromperie, la guerre tu mèneras...






Citation :


Myrddin


Hum...

Hum...

Je crois qu'il manque juste les néos-nazis pur jus, et le panorama de l'extrême de l'extrême-droite sera complet.






Citation :


OwenF

Coucou,

Citation:
Posté par Myrddin
Hum...

Hum...

Je crois qu'il manque juste les néos-nazis pur jus, et le panorama de l'extrême de l'extrême-droite sera complet.

-----------------------------------------

En meme temps, c'est pas comme si le contenu de sa liste etait une surprise. Ca finira de convaincre ceux qui croyaient que le parainnage de sa fille n'etait qu'un coup de pub et coup pied pour les medias.





Citation :


Al-Houdja

Il faut vraiment avoir du culot pour prétendre que c'est le seul mouvement anti sioniste, le combat de dieudo n'a même pas atteint trois ans ou cinq ans maximum, et c'est plus un combat personnel (revanche, vangence) qu'il mène qu'un projet réel, même centre zahra ( le branche irano-libano chiite) et alain soral ( FN ), n'ont que 1 ans ou deux ans maximum d'engagement anti sioniste......c'est pas avec des mensonges de ce genre que vous aurez des partisans, ca s'appelle l'art de la récupération d'un travail de 20 ans ou 30 ans de mouvement qui ont travaillé et ouevré pour la sensibilisation des masses contre le sionisme ...

Etre anti sioniste c'est bien, mais dire que nous sommes les premiers et les seuls et les vrais anti sioniste, il faut vraiment être un récupérateur et un opportuniste pour prétendre cela !





Citation :


Enregistré

même si je ne suis pas concerné, car je ne suis pas de l'ile de France.....je suis musulman et je ne me reconnais en rien dans centre zahra, il est en rien le représentant des musulmans dans cette liste comme le prétende certain membre de la liste...

cette alliance : nationaliste Française, chiito-irano-libano et la vengeance de dieudo ne m'inspire pas du tout .....

je ne serai pas contre eux, mais aucun d'eux ne me représente et aucun d'eux est un leader de notre communauté à mes yeux....






Citation :


C.Q.F.D

Citation:
Posté par Annibal
Cette liste devrait permettre de faire tomber de nombreux masques.

Tous ceux qui se sentent obligés d'émettre un avis vont révéler leur vraie nature.
Car ils devront tous se situer par rapport a cette liste.

Ce sera vrai dans la classe politique française,comme dans les médias et même dans les forums, y compris Mejliss.

-------------------------------------------------------------------------------------------

Le PAS est le résultat de l'alliance entre:
Un chiite à la solde de Téhéran
Un Kafir qui s'en prend à la mémoire des premiers martyrs de l'histoire de l'Islam dans ses sketch.
Un Raciste, ex FN, en mal de notoriété.

C'est un parti qui décrédibilise la lutte pour le droit des Palestiniens et qui "antisémitise" de grè ou de force (selon les médias!) le combat que l'on mène depuis 8 ans (à mon échelle) contre ce cancer qu'est le sionisme, alors que justement on fait tout pour ne pas amalgamer antisionisme et antisémitisme.

Je ne sais pas de quels "masques" tu parles mais en tant que muslim et travaillant sur le terrain depuis 8 ans pour le droit du peuple de Cheikh Yassine et de Rantissi, je ne me sens pas obligé (loin de là) de soutenir une bande de branquignole qui desservent plus la cause qu'autre chose.
Rien n'est blanc, rien n'est noir...
Wa Allahou a3lam.





Citation :


C.Q.F.D

Citation:
Posté par Inssman
Et je demande une seule preuve pour nous montrer que Soral est raciste.
Avoir fait parti du FN n'est pas une preuve de racisme, il y a aussi des arabes dans ce parti.

-------------------------------------------------------------------------------------------------

La charge virulente de sa part lorsqu'il etait dans la liste FN aux législatives à distination du MIR et de Houria Bouteldja est une preuve évidente à mes yeux de son racisme quand il parle des bienfaits de la colonisation!!! et quand il disait que Bouteldja devait fermer sa g***** parce que, sans la colonisation, elle serait au fin fond d'une montagne de l'atlas avec un chiffon sur la tête et un point bleu entre les yeux





Citation :


Al-Houdja

Citation:
Posté par Ya_Kamila
Salam alaycom,

Frère, permettez moi de vous dire que vous faites quelques confusions. Ce parti politique antisioniste est bien le premier crée en France et dans le monde. Sa création aussi récente qu'elle soit est incontestablement historique.

Il faut faire la différence d'une part, entre une association qui est un groupement de personnes uni dans un but déterminé, et d'autre part, un parti politique qui est une organisation dont les membres mènent une action commune à des fins politiques. Tous deux n'ont pas la même fonction dans la société.

La cause palestinienne a été instrumentalisé par beaucoup. Sans résultat positif. La situation est pire que jamais... Il ne s'agit pas pour ce Parti Politique Antisioniste de voler la vedette comme vous avez l'air de le prétendre. Il s'agit pour ce parti d'agir concrètement, en allant au coeur du problème, être résistant face au sio [...]

-------------------------------------------------------------------------------------

arretez avec votre propagande et votre mensonge; la première, c'est que vous avez juste innové dans le nom du parti, sinon, rien de nouveau; et je te le rappelle encore une fois, tout ce qui brille n'est pas forcement un diamant. vous avez en plus le ***ôt de dire que c'est la première au monde, vous utilisez la même méthode de vos idéologues iraniens chiites qui prétendent que l'axe de la résistance réside dans l'alliance chiite ( liban hizb Allah, iran et syrie ), vous avez toujours instrumentalisé, récupéré et utilisé des vitrines attirante (souffrance de la famille du prophète, la palestine.....), mais celui qui est un tout petit peu censé et qui connait le monde sait comment les chiites sont doués dans ce domaine de manipulation et d'instrumentalisation. alors, je vous dit STOP à votre mensonge. je ne citerai que l'Irak et l'afghanistan et la collaboration de l'Iran avec son soi-disant ennemi éternel ( usa ) dans la destruction de ces deux pays. les mêmes méthodes de manipulation, pour justifier ces attaques. l'Iran, aujourd'hui, colle l'étiquette de "wahabite takfirites" à tous les résistants iraquiens et afghans pour égarer les gens, alors qu'on sait tous que ces accusation sont fausses et ne sont là que pour endormir les sunnites et justifier l'expansioniosme chiite .....

Pour la france, et dans la politique, je ne citerai que le parti des musulmans de france pmf, sans parler des associations pro palestiniennes et les associations musulmanes, et dans le monde, je ne citerai que le parti des frères musulmans et autre qui vous ont devancé dans ce domaine. alors, arrêtez avec votre mensonge et votre propagande, j'aime pas ces méthodes que vous employé pour manipuler les masses. et, pour les intelllectuels, je citerai que Tariq Ramadhan qui a fait bouger les choses.....et j'en passe...

c'est pour cela, je n'hésiterai pas une seconde de mettre en garde contre centre zahra spécialement, car la Taqya est votre doctrine, le mensonge est votre dogme et la manipulation est votre art. c'est votre droit de combattre le sionisme et c'est un honneur pour vous, mais de là à venir mentir et dire et essayer de manipuler les sunnites en disant que vous avez le monopole de ce combat, je vous dit Stop et je mettrai en garde contre vous, croyez moi . vous avez manipulé des gens dans votre entourage, en leur sortant la même chanson " nous somme l'axe de la résistance regardez le hizb Allah, la syrie et l'iran ", dommage qu'il ne vous connaissent pas bien. vous avez prétendu que vous aviez été attaqué par le betar et ceci a été révélé faux, vous avez voulu jouer la carte de la victimisation, mais, hélas, Allah n'aime pas les menteurs !

Je ne suis pas contre vous, je vous dis juste arrêtez avec cette surenchère et arrêtez avec votre récupération, sinon croyez moi, il n'y aura pas d'effet centre Zahra en France, les sunnites combattent le sionisme mais n'accepteront jamais votre faux discours, de plus vous nous représentez en rien ( je parle de centre zahra ) .




Je pense que ces posts peuvent vous permettre de vous faire une idée du débat qui a cours sur le site Mejliss el kalam.
Vous pouvez retrouver les nombreuses interventions des "méjlissiens" au sujet de la présence du PAS dans la campagne pour les Européennes sur le forum Mejliss el kalam au lien suivant:
cligno étoile http://www.mejliss.com/showthread.php?t=455263




source:
cligno étoile http://soutien-palestine.blogspot.com/2009/05/pourquoi-je-ne-voterai-pas-pour.html


Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: AHMADINEJAD SYMBOLE DE L'ANTI-SIONISME ET CONTRE LE NWO ???!!!   Mar 26 Juil 2011 - 18:22

LE MAUVAIS TOUR DE PASSE-PASSE






Omar Abou Fatema
Jeudi 4 Juin 2009


Je n’interviens pas d’habitude sur ce site mais je dois dire que là, la coupe est vraiment pleine ! J’en ai plus que marre de cette liste d’antisionistes (apparemment labellisés AOC, et oui parce que personne ne peut ignorer en ce début juin qu’il y a les vrais et les faux antisionistes) encartés dans le PAS qui accaparent depuis des semaines les colonnes de tous les sites d’informations avec des « unes » toutes plus attirantes les unes que les autres du genre: « Peut-on interdire les listes Dieudonné aux européennes ? » ; « Dieudonné remercie Guéant » ; « Agression contre la liste antisioniste »; « Dieudonné joue la baston sur un marché parisien » et on pourrait en citer des dizaines et des dizaines d’autres de ce genre qui occupent depuis des jours les colonnes de la presse traditionnelle et de la presse dite alternative jusqu’à l’indigestion au point de faire totalement écran à tout ce qui aurait du être une période très riche en débats constructifs pour la démocratie.

En effet, alors que nous ne sommes plus qu’à quelques jours du scrutin européen, on peut dores et déjà dire que tout le débat démocratique, pourtant tellement indispensable en ces temps plus que tourmentés, a littéralement été confisqué par ces gens. Les partis traditionnels se sont jetés sur cet os « PAS » tellement bienvenu et dont ils avaient absolument besoin pour occulter la vacuité sidérale de leur « programme » et les « PASsistes » - qui eux non plus - n’avaient pas le moindre programme alternatif à proposer aux Français ( pas même une réelle définition du sionisme et de l’antisionisme qui ne vaille le coup d’être retenue, ce qui n’est quand même pas banal pour un parti qui se réclame exclusivement de l’antisionisme ... ) ont masqué leur inconséquence dans cette campagne par des « coups » médiatiques sensés rameuter tous les vrais antisionistes, (« les purs jus » comme on dit) à leur cause. En fait, tout ceci n’est pas étonnant puisque, dixit Soral, lors de la première conférence de presse du PAS, on savait déjà que « Pour être honnête les élections européennes ne servent à rien, ce n’est pas là que ça se décide » !!! Puisque vous êtes des anti-européens convaincus, vous auriez pu avoir au moins la décence vous, qui claironnez à qui veut l’entendre que, que vous êtes les nouveaux « Mr Propre » de la « scène politique » française, de ne pas vous présentez à ce scrutin si vous estimez que les élections européennes sont dénuées d’intérêt à ce point ! Remarquez bien que sur ce point je ne suis pas en total désaccord avec vous, mais quand on a « du chien » comme vous prétendez en avoir, on n’utilise pas cette campagne comme d’une vaste tribune pour se faire sa pub perso! Il faut savoir aller jusqu’au bout de sa logique quand on a du mordant !!!

Alors, à quoi a-t-on assisté exactement au cours de ces dernières semaines ? Et bien, à chaque pas effectué par ces clowns justes pathétiques, les caméras du centre Zahra ont été là; il ne fallait surtout pas rater l’occasion de faire une nouvelle vidéo, pour que les bons petits soldats chiites réquisitionnés pour la cause, puissent les poster et reposter sur les sites du genre de Mejliss el kalam, Dailymotion etc. Sur Mejliss, « Ya Kamilia » recevra sans aucun doute dimanche soir, la médaille de la « bravitude », pour loyaux services rendus à la cause « PASsiste » à force d’avoir posté et reposté heure après heure les dernières dépêches fournies par ses amoureux (parce que qu’un tel dévouement ne peut s’expliquer que par une passions très vive pour ces gens sinon on est dans le cadre du sacerdoce religieux et là on est sur une autre terrain… ah prosélytisme chiite quand tu tiens tes braves soldats par la barbichette…) et du coup monopoliser totalement le site durant ces dernières semaines par je ne sais d’ailleurs quelle complaisance des modérateurs des forums de discussion qui sont sensés réfréner les élans de certains. Ce qui laisse à penser, manifestement, que ces derniers roulent aussi pour le PAS ou pour l’Iran plus exactement, vu comment, ceux qui ont osé commettre le crime de lèse-majesté de s’interroger et de poser des questions sur la mascarade de ces guignols ont été interdits de paroles sur les forums. « Passez votre chemin » qu’elle n’a cessé de dire la « Ya Kamilia » quand quelqu’un posait une question un peu dérangeante. La réalité c’est que les mejlissiens n’ont pas eu d’autre choix, puisque leur témérité leur a valu rien de moins que le bannissement du site !!!

Pendant cette « campagne », on a aussi dû supporter d’entendre ces bouffons dire que « les Français vivaient en France ce que les Palestiniens vivent en Palestine »; alors, pour le coup, je crois que je n’ai jamais rien entendu de plus sordide et de plus méprisable envers un peuple qui a vu des milliers et des milliers d’êtres chers tombés sous les balles et les bombes sionistes au cours de ces soixante dernière années. On s’en prend même à espérer qu’un jour s’il arrivait , par je ne sais quel miracle, que ces imposteurs se retrouvent en visite dans le camp de concentration de Gaza (ce que je crois d’ailleurs parfaitement impossible, puisque force est de constater que de la Palestine, ils s’en moquent comme de l’an 40; cette dernière n’ayant représenté que l’indispensable fond de commerce pour attirer des électeurs surement de bonne foi quant à la cause palestinienne, mais au demeurant très naïfs pour voir plus loin que le scrutin du 07 juin sur les intentions de ces gens), ils y restent prisonniers plusieurs mois, dans ce camp de la honte, pour sentir la souffrance, la douleur, la peur, la faim … puisque tous ignorants qu’ils sont du quotidien des Palestiniens; ils n’ont même pas réussi à dire deux mots de la famine qui menace dangereusement les Gazaoui ; ils n’ont pas cru bon de dire que, dès lors que les Palestiniens mettent les pieds dehors en Cisjordanie occupée, ils peuvent être tirés comme des lapins ou enlevés pour être emprisonnés dans une de ces prisons secrètes sionistes dont les observateurs disent que la torture qui y est pratiquée est une des plus « raffinée » au monde. Oui, je paierai très cher pour voir ces zozos affronter l’humiliation permanente que les Palestiniens doivent supporter de la part des soldats sionistes et cela chaque jour de leur vie pour passer ces multiples checkpoints qui ne manquent pas d’interroger les consciences humaines… On verrait bien, si notre Gouasmi, devenu une star nationale, avec sa célèbre phrase « derrière chaque divorce, il y a un sioniste », excellerait dans l’art d’user de ses points face aux soldats sionistes, comme il a su si bien le faire dimanche dernier devant l’objectif de l’incroyable camérawoman du Centre Zahra, qui, nous l’avons tous remarqué, n’a pas hésité une seule seconde à rester toute proche de la ligne de front adverse. Quelle bravoure, quand même, que ces gens du Centre Zahra !!! En privé, il se dit même que cet acte héroïque a suffi à faire remonter la cote de Gouasmi dans les propres rangs du PAS…

Je ne dirai jamais assez, en ce mois de mai 2009, à quel point, non pas que « la maghrébisation, l’africanisation, la tiers-mondisation de la France » (Soral Jusqu’où va-t-on descendre ) mais l’arrivée de ces Dieudonné, Gouasmi et Soral dans cette campagne pour les Européennes aura « fait baisser vertigineusement le niveau de civisme et de civilité de la population française » (Soral Jusqu’où va-t-on descendre), du moins de ceux qui se sont trouvés de nouvelle idoles devant lesquelles se prosterner quelques soient les fanfaronnades dont leurs nouveaux gourous se sont pourfendues. On a en effet rarement vu autant d’insultes et de vulgarité à la ligne que dans les commentaires livrés, clé en main, au PAS par les internautes entièrement sous le charme de l’étoile Dieudonné. Je découvrais hier la vidéo de cette bagarre à laquelle ils ont pris part dimanche dans le marché du XXème, et j’avais l’impression de voir de sinistres voyous (et la vérité est que je me fiche bien de savoir qui a commencé ou pas tant j’ai la conviction profonde que les deux clans étaient là pour la même chose et encore surement plus le PAS que les autres délinquants. Allez… un petit film de plus labellisé Centre Zahra; et un de plus ! Une petite vidéo comme ils les aiment, si parlante pour démontrer que oui regardez, les Pôvres, ils sont bien les victimes qu’ils se prétendent être! Bonne vidéo ne saurait mentir quand même !!!...) Et je pensais à cette nouvelle génération de jeunes qui rêvaient d’une autre façon d’envisager le débat politique en France !... Pour le coup, on vous le dit, c’est raté ! Les prochaines européennes, ce sera dans 7 ans; d’ici là, cette nouvelle génération aura eu tout le temps de se remettre de cette perte brutale de ses si jeunes illusions!... C’est vrai; voir comment Carlos est devenu le soutien « number one » du PAS ça peut en refroidir plus d’un… je ne sais même pas s’il faut en rire ou en pleurer tellement, quand on voit la vidéo (je vous ai dit que c’était comme dans le Loft tant il y a des caméras qui ne cessent de filmer 24h/24h au cas où il nous prendrait l’envie de rater un pas du PAS. Chez ces gens messieurs dames c’est comme dans le cochon tout est bon à utiliser! ), j’avais l’impression d’être sur TF1 et de voir la Star Ac faire son show; au moins, les petits jeunes ont à leur décharge d’avoir l’attitude qui sied à leur âge; mais la bande de gaucho post soixante-huitarde qui frappent des mains comme du temps de l’école des fans moi ça m’a fait mourir de rire !!!! « LOL » qu’ils écrivent les accros du SMS !!! Alors, allons-y de bon cœur, pour une série de LOL, afin de saluer les fantastiques exploits du PAS !!!

Et pour finir, je ne pouvais pas partir sans repenser à la tête du gentil Gouasmi ( il fallait le voir, quand il y a eu le meeting au théâtre de Dieudonné; une personne a posé une question concernant l’Iran et son côté comment dire… « sectaire. » Le sieur Guouasmi a répondu d’une façon non moins sectaire que ce dernier était en train de perturber la salle avec ses idées… Il a même ajouté « ce que vous dites n'est ni plus ni moins que de la désinformation sioniste et je ne veux pas ouvrir le débat avec ce monsieur. Je sens déjà sa couleur… ) Alors moi, je ne vous raconte même pas le sort qui m’aurait été réservé si j’avais pu poser, à Monsieur Gouasmi, la question qui me tenait à cœur ce soir-là : la pendaison c’est sûr ! Voilà ! Une pendaison en direct sur la scène de la Main d’Or devant les caméras du Centre Zahra!... Ben oui, parce que moi ce qui m’intéressait un peu (pour sûr, il n’y avait pas que ça), c’était de discuter du financement de la campagne du PAS… parce que je me dis que dans le fond, les mollahs vont peut-être en arriver à penser dimanche prochain que leur argent n’a pas été si bien investi que cela… Il se dit même, dans la presse d’opposition iranienne, que ce PAS était un outil visant à redorer en Iran la popularité d’Ahmadinejad. Enfin bon ! C’est sûr, on finira par connaître la vérité comme cela a été le cas avec le prétendu soutien du Hamas envers la liste du PAS. Ah ça, pour le coup, la madame Zeymmour elle a eu le nez fin de chercher à mettre les pieds dans le plat ! Pouvoir lire que Ismaël Hanyeh a fait savoir dans un communiqué que le Hamas ne soutenait pas la liste antisioniste comme le prétendait si fièrement Monsieur Gouasmi sur une de ses charmantes vidéos, qu’on peut voir et revoir à l’envi, ça donnerait presqu’envie de faire « ami, ami » juste le temps d’une franche rigolade avec ses ennemis…

Omar Abou Fatema




source:
cligno étoile http://www.alterinfo.net/Le-mauvais-tour-de-PASSE-PASSE_a33054.html?order=2&start=60#comments


Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: AHMADINEJAD SYMBOLE DE L'ANTI-SIONISME ET CONTRE LE NWO ???!!!   Mar 26 Juil 2011 - 18:25

YAHIA GOUASMI








" À chaque divorce, moi je vous le dis, il y a un sioniste derrière. "
Ce tartuffe ne connaît-il pas le mariage temporaire chiite, ou Mut'a ?



Dieudonné s’est rendu en Iran afin de récolter des fonds pour lutter contre le sionisme. Dieudonné a tenté de libérer Clotilde Reiss, l’étudiante de science po Lille (*). Dieudonné… L’humoriste controversé est devenu le porte voix des anti-sionistes. La tête de gondole. Dans son sillage, on voit revenir sans cesse un nom: Yahia Gouasmi. L’homme qui l’a accompagné en Iran. L’homme qui a vraisemblablement permis la rencontre avec le président Ahmadinejad. Plus discret qu’un Dieudonné, ce Nordiste, responsable du centre Zahra à Grande-Synthe (Dunkerque), bénéficie, semble-t-il, de vastes réseaux.


Mai 2009. Dieudonné est en plein meeting lorsqu’il reçoit un coup de fil de Carlos. Depuis sa cellule de Poissy, le terroriste vénézuélien apporte son soutien à la tête de liste anti-sioniste. Gros coup de pub pour le Parti à quelques jours des européennes. Comment l’humoriste peut-il être en contact avec le terroriste du début des années 90 ? La réponse est peut-être à chercher dans son sillage. Yahia Gouasmi. Depuis le début de l’année, le nom revient systématiquement aux côtés de Dieudonné. Désigné, parfois, comme le financeur de la campagne des européennes.

Googleisé, il apparaît à travers de nombreuses vidéos, articles de presse et déclarations tapageuses. Des interventions à la télévision iranienne, des interviews afin de promouvoir le mouvement anti-sioniste, des prises de positions virulentes. Et toujours ce même champ lexical où les mots sont pesés avant d’être posés. Où l’on veille à ne pas être taxé d’antisémitisme. Qui est-il ? Officiellement, président du centre Zahra, responsable de la fédération chiite de France (parfois soupçonnée de vouloir importer le conflit du Moyen-Orient dans la société française), fondateur du Parti anti-sioniste (3e position sur la liste aux dernières élections européennes) et de l’observatoire anti-sioniste. Un homme clé de cette mouvance anti-sioniste en France. La soixantaine enrobée, une allure de patriarche, un visage apaisant, le verbe réfléchi. Qui est cet homme ayant ses entrées en Iran ? Capable, semble-t-il, de décrocher une entrevue d’une heure avec le président iranien Ahmadinejad ?





DISCRET CENTRE ZAHRA



Né en Algérie, de nationalité française, Yahia Gouasmi vit à Grande Synthe depuis de plus de 20 ans. Grande Synthe, une adresse commune pour le centre Zahra et son émanation politique le Parti anti-sioniste (PAS). Pour en savoir davantage, direction son site internet. La page d’accueil s’ouvre sur une musique orientale envoûtante. Elle indique sobrement qu’il s’agit d’une association loi 1901 dont le but « est de faire connaître le message de l’Islam à travers le regard du Prophète et de sa famille; de les faire connaître, de traduire leurs pensées et de témoigner de leurs œuvres ». Pas d’autre précision. Il y a quelques mois encore, on apprenait que cette association créée en 2005 comptait une centaine de membres, demeurait en construction et fermée au public (lire notre brève) [sous cet article]. Nous n’avons pas retrouvé cette page…

Installé dans un ancien corps de ferme restauré, en retrait de la route, le centre se revendique comme un lieu de spiritualité proposant séminaires, conférences. Accueillant les adultes comme les jeunes enfants. Une association discrète dans le dunkerquois (pas de participation à la vie locale, pas de demande de subvention), mais très active sur le net au travers de ses nombreuses vidéos diffusée sur sa chaîne Dailymotion (certaines visionnées plus de 80 000 fois).





LES DRÔLES D'AMIS DU CENTRE

Le site et ses nombreuses vidéos renseignent aussi sur les amitiés entretenues par l’association. Amitiés pour le moins sulfureuses. Au-delà de Dieudonné ou d’Alain Soral (l’ex transfuge du Front national), on y trouve par exemple, Kémi Séba, chef de file des Damnés de l’impérialisme, dont le premier mouvement – la Tribu Ka – avait été dissous en 2006 pour incitation à la haine raciale et antisémitisme. D’autres noms interpellent aussi. Comme le père Michel Lelong, soutien du négationniste Roger Garaudy et favorable à la diffusion en France de la chaîne libanaise Al-Manar financée notamment par le Hezbollah; une chaîne placée dans la liste des organisations terroristes par les Etats-Unis. On trouve encore des soutiens au Hezbollah. Ou des liens avec le Parti solidaire français, formation nationaliste « d’aspiration socialiste », dont un cadre figurait sur la liste emmenée par Dieudonné aux européennes de juin. On citera encore le nom d’Ahmed Moualek, responsable du site « La Banlieue s’exprime », rappelé à l’ordre cet été par la Licra (Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme). Liste non exhaustive. Mais on voit se dessiner un réseau dans lequel gravitent groupuscules d’extrême droite, négationnistes, révisionnistes et anti-sionistes. Un réseau dans lequel il paraît toutefois hasardeux de préciser le rôle joué par le centre Zahra et son charismatique responsable (**).





YAHIA GOUASMI, TOUJOURS BIEN INFORMÉ

On trouve peu de renseignements sur ce Franco-algérien âgé de 60 ans. 1984. Avec deux autres hommes, Yahia Gouasmi est soupçonné d’être impliqué dans un attentat manqué contre un journaliste iranien opposant au régime islamiste à Londres. Juste soupçonné. Il demeurera un mois à la prison de Loos-lez-Lille au secret, avant d’être remis en liberté faute d’éléments probants. Pas de conclusion hâtive, mais cela invite à en savoir davantage sur ce boucher halal dunkerquois.

Envoyé spécial permanent pour RTL dans la région (de 1979 à 1998), Jean-Noël Coghe a approché Yahia Gouasmi à de nombreuses reprises. Vingt fois? Trente fois? Il ne sait plus au juste. Il se souvient même avoir organisé, par deux fois, une entrevue entre le Franco-Algérien et les Renseignements généraux. Il évoque un homme courtois, un homme de convictions, emprunt de spiritualité. Un homme habile aussi. Dans son livre Le Blues du reporter (éditions Le Castor Astral, 2002) (***), il relate ces diverses rencontres. Le nom de Yahia n’apparaît jamais, mais il est question d’un certain Yazid. Un pseudo pour désigner le même homme. Jean-Noël Coghe raconte ces rendez-vous sur le littoral nordiste où Yahia-Yazid veille à ne pas être suivi. Arrête le véhicule à une cabine téléphonique parce que c’est plus « sûr » que le radiotéléphone. Demande à ce que sa voix soit masquée durant une interview… « Ya-ya » est alors une source d’information précieuse. Capable de devancer les dépêches d’agences de presse lors d’un bombardement irakien sur Téhéran. Capable de prédire encore la vague des CCC en Belgique (les Cellules Combattantes Communistes dans la mouvance d’Action directe). Comment dispose-t-il de ces infos avant tout le monde ? Grâce à un solide carnet d’adresses, à l’évidence.





PROCHE DE TÉHÉRAN

Le boucher halal, qui rêvait de faire fortune en commerçant avec le monde arabe, n’a jamais fait mystère de son attachement à l’Iran et à l’imam Khomeiny. Et les vidéos largement diffusées sur le net en attestent aujourd’hui encore. L’ancien reporter de RTL évoque déjà cette proximité avec le pouvoir iranien dans les années 80. Le journaliste avait ainsi recueilli son témoignage sur un attentat à Téhéran durant la prière du vendredi (écouter la bande son); une interview dans laquelle il explique avoir participé aux premiers secours . En plein conflit Iran-Irak, Jean-Noël Coghe se rappelle encore des cartes d’état major de la région de Bassora promptement repliées à son arrivée dans la pièce. Et puis, il y a ces photos que lui a remises Yahia, voilà plus de vingt ans. Il en sort une : prise à quelques mètres par l’intéressé, on y voit Rafsandjani (ex président iranien et bras droit de Khomeiny) s’exercer au tir avec un révolver. Et un autre cliché où s’étalent des dizaines de corps de soldats le bord d’une route toujours en pleine guerre Iran-Irak.





TISSU RELATIONNEL

Notre homme voyage beaucoup. Téhéran, bien sûr, mais aussi Marbella, Genève ou Lausanne, l’Allemagne… Militant d’une République islamique au Maghreb, il entretient déjà de vastes réseaux. Jean-Noël Coghe évoque ainsi le jour où il lui décrochera une interview de Ben Bella, le président algérien déchu, en l’espace de deux minutes. Toujours dans son livre, le journaliste relate aussi sa rencontre avec des jeunes de l’Islam au domicile de Yahia dans les années 90. Délinquants repentis ou intellectuels universitaires collectant à l’occasion des fonds pour le FIS algérien. Quel rôle joue le Yahia des années 80-90 ? Et aujourd’hui ? Le livre de Jean-Noël Coghe nous éclaire peut-être sur ce point. Ainsi parlait le Yazid-Yahia des années 80 : “ Tous les groupes islamiques sont solidaires. Il existe deux branches. La première a un caractère religieux, de propagation de la foi. La deuxième est action. Les groupes armés. L’objectif est le même. Nous vivons en France, mais nous aidons nos frères. Nous devons diffuser le message islamique aux déshérités des nations musulmanes victimes du Satan : Israël, Etats Unis. Nous agissons pacifiquement avec ceux qui nous laissent œuvrer. Nous répondons par la force à ceux qui nous oppriment, nous emprisonnent.




(*) Voir la dépêche AFP

(**) Nous avons contacté le centre Zahra afin que Yahia Gouasmi réponde à nos questions. Nous n’avons pas obtenu de réponse.

(***) Le récit de ces entrevues avec Yahia Gouasmi figure également dans le dernier livre de Jean-Noël Coghe, Mésaventures d’un petit reporter en Nord, éditions Les Lumières de Lille, 2009.






source:
à la loupe http://dailynord.fr/2009/11/yahia-gouasmi-et-dieudonne/




BRÈVE:


Jack Lang piégé ? C’est la question soulevée par cette vidéo circulant actuellement sur le web. Lors d’une réception à l’ambassade iranienne, le député du Pas-de-Calais est amené à s’exprimer sur l’Iran. A l’origine de cette interview, le centre Zahra France (près de Dunkerque), une association pro-chiite dont émane le PAS (Parti anti-sioniste), également proche de l’Iran.

Interrogé plus tard par notre confrère du Post, Jack Lang a indiqué ne pas connaître cette association et s’être « peut-être fait avoir ». Sur le site de Zahra France parfois dénoncé comme proche de l’extrême droite, on peut en effet apercevoir cette vidéo juste au-dessus de l’interview de Jean-Marie Le Pen réalisée deux jours auparavant. Implanté à Grande Synthe, le centre Zahra est une association dont la vocation est de diffuser « le message de paix et d’amour de l’Islam à travers le regard du prophète et de sa famille ». En parcourant son site, on apprend que l’association créée en 2005 et toujours en construction, demeure fermée au public. Qu’elle compte aussi une centaine de membres actifs et que le PAS souhaite notamment « éradiquer toutes les formes de Sionisme dans la Nation » (le centre Zahra prévient néanmoins contre « tout amalgame entre (ses) activités et une quelconque activité antisémite »).




Bon, le son est catastrophique; y-a-t-il une raison derrière ça ?





source:
à la loupe http://dailynord.fr/2009/02/jack-lang-piege-a-l%E2%80%99ambassade-d%E2%80%99iran/




Jack Lang n’a pas été piégé !
21.02.2009


Il y a actuellement une vidéo sur le net qui montre Jack Lang en grande conversation amicale avec une journaliste d’une télévision du régime des mollahs. Pris sur les faits, Lang a affirmé avoir été piégé, mais la question est: de quel piège s’agit-il ?


Pour le trentième anniversaire de la révolution islamique, la fête avait été organisée à Paris par le centre Al Zahra qui dépend de Téhéran. C’est donc ce centre intégriste qui avait été chargé de convier les personnalités proches des mollahs dans un lieu non identifié : motif, une indiscrétion dans la presse française avait récemment indisposé les invités de l’ambassade des mollahs qui avaient retrouvé leur nom publié dans l’Express. Cette fois, ils sont venus sans peur d’être démasqués. Manque de pot : Téhéran ne fait pas appel aux politiciens français pour le plaisir de leur conversation exquise mais pour qu’ils parlent en sa faveur et militent publiquement en faveur de ses objectifs.

Téhéran a donc pris le soin de filmer des convives de marque et pour capitaliser leur soutien, il a placé les vidéos sur le site d’Al Zahra ! On a donc entendu Le Pen puis Jack Lang déblatérer sur leur amour de l’Iran et leur attachement à l’aider pour affermir sa présence au Moyen-Orient.

La vidéo de Jack Lang a été découverte par des observateurs juifs du web qui traquent les vidéos antisémites. Quelle n’a été leur surprise d’entendre Jack Lang déplorer les violences contre le Hamas ! Gêné par la mauvaise publicité, Lang a affirmé qu’il avait été piégé !

Lang n’a pas pour autant regretté sa présence dans une soirée financée par un régime qui lapide les femmes, autorise la pédophilie, supprime les homosexuels et encourage des thèses négationnistes. Il a aussi oublié de dire qu’il n’avait pas quitté les lieux à la vue de Jean-Marie Le Pen. C’est le principe des vices cachés et des vertus publiques.

Lang n’en est d’ailleurs pas à son coup d’essai avec les mollahs ! Etant médiatiquement plus fréquentable que son collègue Jean-Marie, Jack n’hésite pas à se rendre en Iran pour prendre dans ses bras Mottaki, le responsable iranien de la logistique des opérations terroristes financées par les Pasdaran.

Les Iraniens ont du mal à se faire entendre pour condamner son attitude complaisante avec un régime proxénète et terroriste, mais nous en appelons à la communauté gay pour tancer ce faux frère qui danse aussi bien à la gaypride qu’en cachette devant les sales mollahs !

Selon la charia, les mollahs éliminent les homos en les précipitant dans le vide.




source:
à la loupe http://www.iran-resist.org/article5184.html


Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: AHMADINEJAD SYMBOLE DE L'ANTI-SIONISME ET CONTRE LE NWO ???!!!   Mar 26 Juil 2011 - 18:28

L'IRAN ET LA LAPIDATION








Ces derniers mois, l'Iran des Mollahs à fait la une au sujet de la condamnation de Sakineh Mohammadi Ashtiani à la peine de la lapidation. Je ne me prononcerai pas sur le fond de cette affaire ( a-t-elle été réellement condamnée à la lapidation ? l'a-t-elle été pour adultère ou pour complicité de meutre ? est-elle coupable ? a-t-elle été torturée pour faire des aveux ?....) car cette affaire cache trop de manipulations de part et d'autre pour connaître toute la vérité. Par contre, il y a une chose que j'aimerais dénoncer ici, ce sont les mensonges éhontés du régime de Téhéran au sujet de sa législation concernant la lapidation pour adultère, mensonges relayés par la mouvance conspirationniste française.

Suite aux manifestations de protestations dans le monde entier contre la lapidation de Sakineh et de la répugnance manifeste d'une part de la mouvance conspirationniste envers un régime capable d'autant de cruauté, Mr Thierry Meyssan nous a pondu un article mensonger que les ahmaninejadidolâtres se sont empressés de diffuser en criant à la manipulation et les conspirationistes ont avalé cette couloeuvre pourtant énorme.

Voici l'extrait dont je vais maintenant montrer la fausseté (il y beaucoup d'énormités dans cet article, mais celle-ci suffira à démontrer à la fois le peu de confiance que l'on peut accorder aux annonces des Mollahs et la malhonnêteté de Thierry Meyssan):

« 4.La peine de mort est susceptible d’être exécutée par pendaison. La lapidation, qui était en vigueur sous le régime du Shah, et encore quelques années après son renversement, a été abolie par la Révolution islamique. Indigné par les assertions de Bernard-Henry Lévy et Nicolas Sarkozy, le vice-président du Conseil iranien de la magistrature a déclaré à Dieudonné M’bala M’bala qu’il mettait au défi ces personnalités sionistes de trouver un texte de loi iranien contemporain qui prévoit la lapidation. »

menteur ! http://www.voltairenet.org/article166999.html


Eh bien, ces textes de loi existent bel et bien. En Iran, la peine de lapidation est expressément prévue par le code pénal iranien dans les articles 98 et suivants. L'article 104 du Code pénal iranien dispose même que les pierres doivent être assez petites pour ne pas tuer instantanément.

On peut consulter ce "code islamique de la criminalité" sur ce site officiel (en farsi): menteur ! http://www.ghavanin.ir/detail.asp?id=1232

فصل چهارم - كيفيت اجراء حد

ماده 98 - هرگاه شخصي محكوم به چند حد شوداجراي آنها بايد به ترتيبي باشد كه هيچكدام از آنها زمينه ديگري را از بين نبرد ، بنابراين اگر كسي به جلد و رجم محكوم شود اول بايد حد جلد وبعد حد رجم را جاري ساخت .

ماده 99 - هرگاه زناي شخصي كه داراي شرايط احصان است با اقرار او ثابت شده باشد هنگام رجم ، اول حاكم شرع سنگ مي زند بعدا" ديگران ، و اگر زناي او به شهادت شهود ثابت شده باشد اول شهود سنگ مي زنند بعدا" حاكم و سپس ديگران

تبصره - عدم حضور يا اقدام حاكم و شهود براي زدن اولين سنگ مانع اجراي حد نيست و در هر صورت حد بايد اجراء شود

ماده 100 - حد جلد مرد زاني بايد ايستاده و در حالي اجراءگردد كه پوشاكي جز ساتر عورت نداشته باشد . تازيانه به شدت به تمام بدن وي غير از سر و صورت و عورت زده مي شود تازيانه را به زن زاني در حالي مي زنند كه زن نشسته ولباسهاي اوبه بدنش بسته باشد

ماده 101 - مناسب است كه حاكم شرع مردم را از زمان اجراء حد آگاه سازد و لازم است عده اي از مومنين كه سه نفر كمتر نباشند در حال اجراي حد حضور يابند

ماده 102 - مرد را هنگام رجم تانزديكي كمر و زن را تانزديكي سينه در گودال دفن مي كنند آنگاه رجم مي نمايند

ماده 103 - هرگاه كسي كه محكوم به رجم است از گودالي كه در آن قرار گرفته فرار كند در صورتي كه زناي او به شهادت ثابت شده براي اجراي حد برگردانده مي شود اما اگر به اقرار خود او ثابت شده باشد برگردانده نمي شود

تبصره - اگر كسي كه محكوم به جلد باشد فرار كند در هرحال براي اجراي حد برگردانده مي شود

ماده 104 - بزرگي سنگ در رجم نبايد به حدي باشد كه با اصالت يك يا دو عدد شخص كشته شود همچنين كوچكي آن نبايد به اندازه اي باشد كه نام سنگ بر آن صدق نكند

ماده 105 - حاكم شرع مي تواند در حق الله و حق الناس به علم خود عمل كند وحد الهي را جاري نمايد و لازم است مستند علم راذكركند ، اجراي حد در حق الله متوقف به درخواست كسي نيست ولي در حق الناس اجراء حد موقوف به درخواست صاحب حق مي باشد

ماده 106 - زنا درزمانهاي متبركه چون اعياد مذهبي و رمضان و جمعه و مكانهاي شريف چون مساجد علاوه بر حد موجب تعزير است

ماده 107 - حضور شهودهنگام اجراي حد رجم لازم است ولي با غيبت آنان حد ساقط نمي شود اما با فرار آنها حد ساقط مي شود



Et la version traduite par google ici: menteur ! http://translate.google.com/translate?hl=fr&sl=fa&tl=fr&u=http%3A%2F%2Fwww.ghavanin.ir%2Fdetail.asp%3Fid%3D1232

Chapitre IV - Qualité du niveau de performance

Article 98 - Si la personne condamnée dans une certaine mesure l'ordre où elles devraient être Shvdajray qu'aucun des autres domaines entre la bataille, donc si quelqu'un est condamné à la lapidation, le premier volume, et ont la lapidation, la flagellation et de limiter la construction en cours.

Article 99 - Si quelqu'un qui s'est marié avec de bonnes conditions, Ahsan a été prouvé que ses aveux lors de la lapidation d'abord, le juge se transforme plus tard en pierre "à d'autres, et si le témoignage de témoins pour prouver l'adultère, il peut avoir été les premiers témoins tours plus tard rock" et alors au pouvoir Stratégie.

Note - absence de témoins ou de gouverneur par intérim de la prévention pour la manipulation et la mise en œuvre de la première pierre n'est pas trop dans tous les cas doit être exécutée.

Article 100 - adultère flagellation devrait Ajra'grdd debout pendant que le vêtement n'est pas seulement cache les parties intimes. Lashes lourdement sur ​​tout le corps sauf la tête et le visage et les parties intimes seront frappés par les coups de fouet adultère, tandis que la femme tourne son Avbh Vlbas · foin séance est levée.

Article 101 - ce qui est approprié pour juger les gens trop conscient du temps et fait exécuter le nombre nécessaire de croyants, c'est que trois personnes ne sont pas en cours d'exécution beaucoup moins présents.

Article 102 - Quand les hommes et les femmes de retour lapidation Tanzdyky Tanzdyky poitrine enterrés dans une fosse, alors ils devraient être lapidation.

Article 103 - Si la personne qui est condamnée à la lapidation fosse dans laquelle pour éviter d'être marié, s'il a témoigné avéré être retourné à courir beaucoup, mais si sa confession qu'il est prouvé qu'il ne soit pas retourné.

Note - Si la personne qui est condamnée pour échapper à couvrir, en tout cas être remis à niveau de l'exécution.

Article 104 - une grosse pierre à la lapidation n'est pas dans la mesure où l'authenticité d'une ou deux personne est tuée il convient également assez petit pour être la pierre son nom ne s'applique pas.

Article 105 - peut juger de la vérité de Dieu et le droit de pratiquer leurs connaissances Alnas Vhd divine et il est nécessaire de documenter les Razkrknd la science actuelle, la mise en œuvre le droit de limiter Dieu, mais pas un arrêté pour demander au bon niveau de performance Alnas propriétaire cesse d'être applicable C'est exact.

Article 106 - L'adultère Drzmanhay Mtbrk · h fêtes religieuses comme le Ramadan et le vendredi et les lieux nobles comme les mosquées, en plus de la durée du mandat a causé.

Article 107 - présence d'exécution Shhvdhngam est nécessaire aussi la lapidation, mais leur absence ne renverse pas trop, mais ils courent bien caduque.


Cette traduction est très mauvaise, mais encore assez claire pour constater que la peine de mort par lapidation pour adultère y est bel et bien prescrite.

Il existe un faux code pénal iranien à visée propagandiste diffusé par plusieurs sites dont iranhdrc.org et mehr.org où les articles 99, 101, 103 et 104 ont été délibérément supprimés (il y en a visiblement d'autres, mais j'en ignore le contenu). Bizarrement, il reste encore les articles 93 et 102 qui mentionnent la lapidation (stoning); du travail baclé ? On peut y lire également que la sodomie (homosexuelle) est passible de la peine de mort (articles 110 et 111):
menteur ! http://www.iranhrdc.org/httpdocs/english/pdfs/Codes/ThePenalCode.pdf


Donc, non seulement les autorités iraniennes mentent, mais Thierry Meyssan aussi. Le but des autorités iraniennes est tout à fait compréhensible: ils veulent conserver une bonne image auprès de la rue arabe (qui n'est pas forcément favorable à la lapidation) et de la mouvance anti-sioniste, afin que l'image d'Ahmadinejad ne soit pas ternie et qu'il reste le leader anti-NWO. Par contre, les buts de Thierry Meyssan sont plus obscurs et ses mensonges beaucoup plus graves. Les conspirationnistes lui font confiance: il est le premier à avoir dévoilé l'imposture du 911, à dénoncer les crimes israëliens, il a fait d'excellents articles très bien documentés sur l'OTAN, la guerre froide, les origines de l'Europe,... Il est donc impensable qu'il ignore le contenu du code civil iranien et les nombreux crimes contre l'humanité du régime des Mollahs. Alors, quel est son but ?

Autres extraits de son article qui porteraient à rire, si ce n'était aussi grave:

« Le système judiciaire [iranien] offre donc des garanties bien supérieures à celles des juridictions françaises, et les erreurs y sont beaucoup moins fréquentes. » Les erreurs, peut-être; mais les jugements arbitraires et les exécutions des opposants au régime, très souvent accusés de crimes de droit commun pour la vitrine, certainement pas.

« La peine capitale est souvent prononcée, mais très rarement appliquée. » L'Iran se place au deuxième rang mondial en nombre absolu d'exécutions, après la Chine, et au premier rang en nombre relatif à sa population !!!

« La République islamique ne reconnaît pas la Sharia, mais exclusivement la loi civile votée par les représentants du peuple au sein du Parlement. »
Eh bien, dans le code pénal cité plus haut (tronqué pour apparaître plus acceptable, mais je préfère me reporter à lui, parce qu'écrit en anglais et non en farsi, il est plus facilement traduisible) qu'on peut trouver sur le lien précédemment cité
( menteur ! http://www.iranhrdc.org/httpdocs/english/pdfs/Codes/ThePenalCode.pdf ), on peut lire à l'article 110: « Punishment for sodomy is killing; the Shariajudge decides on how to carry out the killing. » Et ce terme de Sahriajudge se retrouve souvent dans le texte en question (120, 126, 133,...). De plus, si la loi civile est bien votée par le parlement élu par le peuple, les candidatures, elles, sont filtrées par le "Conseil des gardiens de la Constitution" dont la principale fonction est de veiller à la compatibilité des lois à la Constitution et à l'Islam. Ce dernier aspect - compatibilité avec l'Islam - est exclusivement assuré par ses 6 membres religieux. Donc, des "shariajudge", des lois qui doivent être en conformité avec l'Islam, mais pas de reconnaissance de la sharia par la "République" islamique ? De qui se moque Meyssan ?

« Le fils de la prévenue vit normalement à Tabriz. Il peut s’exprimer sans entraves et téléphone fréquemment à M. Lévy pour critiquer son pays, ce qui illustre le caractère libre et démocratique de son gouvernement. » On ne peut qualifier ces propos de mensonges, puisqu'écrits en septembre dernier, mais les choses ont bien changé depuis.
En effet, Houtan Kian, l'avocat de Sakineh, et son fils Sajjad Ghaderzadeh ont été arrêtés le 10 octobre 2010 ainsi que les deux journalistes venus les interviewer.
menteur ! http://iran.blog.lemonde.fr/2010/10/11/le-fils-et-lavocat-de-sakineh-auraient-ete-arretes
« Nos informations suggèrent que Sajjad (Ghaderzadeh) a été sévèrement torturé, notamment durant ses premiers jours d’interrogatoires, et que Houtan (Kian) a été victime de harcèlement et de coups. Les interrogateurs soumettent Sajjad et Houtan Kian à de rudes tortures ainsi qu’à d’intenses pressions dans le but de découvrir comment ils sont rentrés en contact avec les chaînes d’information étrangères et la campagne mondiale pour sauver Sakineh », selon un communiqué de Mina Ahadi, porte-parole du Comité international contre la lapidation et les exécutions.
menteur ! http://www.iranvajahan.net/cgi-bin/news.pl?l=fr&y=2010&m=10&d=28&a=3
Cinq jours après ce communiqué révèlant les tortures subies par l'avocat et le fils de Sakineh, ce dernier aurait fait des "confessions" à charge contre l'avocat et Mina Ahdi. Confessions réitérées à la télévision iranienne le 17 novembre 2010:
menteur ! http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=9655

Ces confessions ont manifestement été obtenues sous la contrainte.

Aux dernières nouvelles, Sakineh déclare: « Laissez tomber mon affaire. Pourquoi me déshonorez-vous? (...) J’ai dit à Sajjad (son fils) (…) de porter plainte contre ceux qui m’ont déshonorée, moi et le pays » et nie avoir été torturée; son fils dit avoir été libéré sous caution le 12 décembre 2010 et déclare: « J’attends de la part des médias étrangers de ne pas écrire à propos de cette affaire. Je pensais qu’avec la polémique créée, je trouverai une solution mais cela n’a fait que tout compliquer »; il reconnait même Issa Taheri et sa mère « comme les meurtriers » de son père tout en demandant que la peine de mort de celle-ci soit commuée.
menteur ! http://www.liberation.fr/monde/01012311137-l-iranienne-sakineh-laissez-tomber-mon-affaire

Ces aveux résonnent comme ceux obtenus par le régime stalinien en son temps et, nonobstant le masque religieux, le régime des Mollahs y ressemble à bien des égards.













LISTE DES VICTIMES DE LA LAPIDATION EN IRAN (1980-2010)





Liste des décès connus suite à une peine de lapidation en Iran (1980-2010) par Farshad Hoseini, Comité International contre les Exécutions, publié pour la première fois en juillet 2010, traduction par le blog Lesboséparatiste.




Introduction


La lapidation est une des formes les plus cruelles des peines administrées au cours de l’histoire. C’est un des maillons les plus vils dans la chaîne de meurtres commis par les Etats qui accablent encore l’humanité aujourd’hui. La République islamique d’Iran est le seul régime politique dans le monde qui a constamment et systématiquement décrété et exécuté des sentences de lapidation au cours des 31 années de son existence. La lapidation en Iran est un outil politique aux mains d’un régime islamique pour opprimer la société en entier de l’une des façons les plus sauvages qui existent.

L’écrasante majorité des victimes de la lapidation sont des femmes. La lapidation en Iran est ainsi un outil, au milieu de tant d’outils religieux et répressifs, pour maintenir les femmes à leur place.

Le cauchemar de Sakineh Mohammadi Ashtiani condamnée à la peine de mort par lapidation, l’appel au monde entier lancé par son fils pour sauver la vie de sa mère, et le tollé public qui s’en est suivi ont en fait tous ouvert une fenêtre sur ce crime le plus haineux du régime. À la lumière du cas de Sakineh, le monde devrait maintenant être informé des nombreux autres cas de mort par lapidation ou de ceux qui attendent ce cruel destin.

Aujourd’hui la voix de Sakineh a atteint le monde, mais elle doit, et peut secouer le monde ! Toutes les personnes civilisées à travers le monde devraient faire acte de résistance contre une telle barbarie et ensemble nous devrions déclarer que la lapidation n’a aucune place parmi nous. Sakineh doit être le dernier cas, non seulement en Iran mais à travers le monde.

Et tous ceux qui ont ordonné et exécuté un tel crime haineux doivent être traduits en justice devant les tribunaux internationaux.

Le Comité International contre la Lapidation a fait entendre sa voix depuis des années déjà contre toute sentence de lapidation administrée n’importe où dans le monde et a appelé l’opinion publique à protester. Durant ces années, il s’est battu pour des dizaines de cas spécifiques comme celui de Sakineh, il a gagné quelques batailles avec l’aide de l’opinion publique mondiale sauvant ainsi les victimes de la plus horrible des morts. Pendant ce temps, cependant, il y a eu beaucoup plus de femmes et d’hommes qui ont été tués de cette manière ou qui attendent cette horrible peine.

Regardons donc la liste des victimes de lapidation et prenons la résolution ici et maintenant de reléguer ce reliquat de sauvagerie aux poubelles de l’histoire.

La liste chronologique fournie ici est celle des sentences de lapidation connues et exécutées en Iran entre mars 1980 et juillet 2010. Il faut souligner qu’obtenir une liste exacte et complète des victimes est extrêmement difficile, sinon complètement impossible, à cause de la censure systématique du régime iranien concernant la publication de tels cas.
Nous avons rassemblé ces informations en dépit de la censure et cette collecte a fait partie de nos efforts pour tenter de sauver les personnes condamnées à mort par lapidation; elle a également été accomplie avec l’aide des reportages dans les médias et d’informations provenant d’associations luttant pour les droits de l’homme.

Même si cette liste n’est en rien complète, le lecteur doit garder en tête le fait qu’un seul cas sur la liste devrait suffir à discréditer dans son ensemble un Etat qui gouverne au moyen de tels crimes. Cette mémoire sanglante devrait être considérée comme un document historique et comme un acte d’accusation à l’encontre des criminels qui sont responsables de la lapidation.

En bref, elle devrait jouer comme une prise de conscience et un appel adressé dans le monde entier pour que les gens s’unissent et s’élèvent contre la lapidation en tant que barbarie absolue qui n’a aucune place dans le monde moderne.

La liste sera mise à jour régulièrement. Nous demandons ainsi à tous les individus et toutes les familles en possession de plus d’information sur les victimes de la lapidation à nous aider à remplir cette tâche essentielle.

Pour plus d’informations, contactez :

Farshad Hoseini, auteur : farshadhoseini@yahoo.com +31 681285184

Mina Ahadi, Coordinatrice : +49 1775692413 ; minaahadi@aol.com

Comité International contre la Lapidation, International Committee against Stoning :

cligno étoile http://stopstonningnow.com

Comité International contre les Exécutions, International Committee against Executions :

cligno étoile http://notonemoreexecution.org




Tableau statistique des sentences de lapidation en Iran


Nombre de personnes lapidées à mort entre 1980 et 2010

Le nombre total de femmes et d’hommes qui ont été lapidés est de plus de 150. Nous avons pu recueillir une liste de 136 personnes.

C’est important de noter cependant qu’Amnesty International avait rapporté que le nombre total de personnes qui avait été lapidées à mort en Iran jusqu’en 1989 était de 76.

Si nous ajoutons à cela les 74 autres cas provenant de notre recueil d’informations de 1989 jusqu’à 2010, le nombre total se porte ainsi à 150.

Les vrai chiffres sont plus élevés. Cependant, cette information n’est pas disponible pour les raisons suivantes :

  1. Les autorités iraniennes n’ont divulgué aucune donnée officielle sur les lapidations.

  2. Un grand nombre de lapidations ont été exécutées en secrêt.

  3. Les associations de défense des droits de l’homme dans la plupart des cas ont été obligées de comptabiliser le nombre de lapidations qui étaient publiées dans les journaux pro-gouvernementaux, étant donné l’absence de statistiques officielles.

  4. Les nouvelles sur les lapidations qui ont été exécutées n’ont pas toutes été publiées dans les journaux, et quelquefois on a interdit que ces nouvelles soient publiées.

  5. C’est beaucoup plus difficile de récolter de l’information sur les personnes mortes par lapidation quand ces lapidations ont été exécutées dans des petites villes ou des villages.

  6. Il y a très peu d’information provenant des premières années de l’établissement de la République islamique d’Iran.


Les chiffres de lapidation selon la chronologie, avec le nom des personnes lapidées


1980 : 7 personnes dont 2 femmes

  • Madame Sahar Marouf Zaboli

  • Madame Haiat

  • Monsieur Hossein Barpaei

  • Monsieur Gholam Hossein Anadmche


1981 : 3 personnes (2 noms disponibles)

  • Monsieur Mohammad Ghalishenas

  • Monsieur Hossein Heidari


1986 : 8 personne dont 2 femmes (3 noms disponibles)

  • Monsieur Mohammad Eftekharian

  • Monsieur Niad Ali Bahrami

  • Madame Nosrat


1987 : 1 personne

  • Monsieur Ibrahim Shahbazi


1988 : 1 personne

  • Madame Tahereh Naghib


1989 : 42 personnes dont 22 femmes (6 noms disponibles)

  • Monsieur Babollah Shekouri

  • Monsieur Ghodratollah Iskandari

  • Madame Serwat Rasouli

  • Monsieur Nouraldin Molaei

  • Madame Mahi Kahali

  • Monsieur Hossein Taleb


1990 : 12 personnes dont 6 femmes (noms non disponibles)



1991: 3 femmes (2 noms disponibles)

  • Madame Bamani Fekri

  • Madame Kobra


1992 : 1 femme

  • Madame Fateme Bani


1994 : 9 personnes dont 6 femmes (7 noms disponibles)

  • Madame Iran

  • Madame Houri

  • Madame Mohammad Rezaei

  • Madame Moharam

  • Monsieur Akbar

  • Monsieur Ghahraman

  • Madame Mina Kolvat


1996 : 2 personnes dont 1 femme

  • Madame Shahin Soltan Moradi

  • Monsieur Mohammad Ali Hemati


1997 : 7 personnes dont 4 femmes

  • Madame Fatemeh Danesh

  • Madame Masoumeh Eyn

  • Madame Marzieh Fallah

  • Monsieur Ali Mokhtarpour

  • Monsieur Parviz Hassan zadeh

  • Monsieur Kheyrolah Jawanamard

  • Madame Zoleykhah Kadkhodaei


1998 : 3 personnes dont 1 femme (1 nom disponible)

  • Monsieur Khosrow Ibrahimi


1999 : 1 personne, le nom n’est pas disponible



2000 : 3 personnes, les noms ne sont pas disponibles



2001 : 3 personnes dont 1 femme (1 nom disponible)

  • Madame Maryam Ayoubi


2002 : 11 personnes dont 1 femme (1 nom disponible)

  • Madame Jamile Amiri Ismaeili


2006 : 2 personnes dont 1 femme

  • Monsieur Abbas Hajjizadeh

  • Madame Mahbubeh Mohammadi


2007 : 1 homme

  • Monsieur Ja’afar Kiani


2008 : 4 personnes dont 2 femmes

  • Monsieur Houshang Khodadadeh

  • Madame Mahmoud M. Gh. (Afghan background)

  • Monsieur Manouchehr Kh.

  • Mademoiselle Saeideh, une jeune fille de 14 ans


2009 : 1 homme

  • Monsieur Vali Azad


Nombre de personnes attendant la mort par lapidation

Il y a un certain nombre de personnes attendant la mort par lapidation. Nous avons seulement pu en identifier 24. Voici leurs noms :

  1. Madame Saba Abdali, 30 ans, depuis 1995

  2. Madame Zeinab Heidary, 38 ans, depuis 1995

  3. Monsieur Changiz Rahimi, depuis 1997

  4. Madame Robabeh, depuis 2001

  5. Madame Masoumeh Sadeqian, depuis 2000

  6. Madame Kheirieh Valania, à Ahwaz, depuis 2002

  7. Madame Shahnaz, à Karaji, depuis 2003

  8. Madame Azam

  9. Madame Gilan Mohammadi, à Ispahan, depuis 2003

  10. Monsieur Gholam Ali Iskandari, à Ispahan, depuis 2003

  11. Madame Kobra Babaei

  12. Madame Iran Iskandari, à Ahwaz

  13. Madame Hajar, à Mashhad, depuis 2007

  14. Monsieur Naqi Ahmadi Mazandarani, à Mazandaran, depuis 2008

  15. Monsieur Mohammad Ali Navid Khamami

  16. Madame Sarime Sajadi, à Orumieh, depuis 2009

  17. Monsieur Bou Ali Janfeshani, à Orumieh, depuis 2009

  18. Madame Azar Baqeri

  19. Madame Maryam Qorbanzadeh

  20. Madame Hashemi Nasab, à Mashhad

  21. Madame M. Kh. à Mashhad

  22. Madame Sakineh Mohammadi Ashtiani, à Orumieh, depuis 2006

  23. Madame Ferdos B, depuis 2002

  24. Madame Ashraf Kalhori, à Téhéran (Evin), depuis 2002

  25. Madame Fatemeh, à Téhéran, depuis 2005


Exécutés au lieu de lapidés

Il y a au moins 3 personnes dont la sentence d’exécution par lapidation a été changée pour une exécution par pendaison. Leurs noms sont :

  1. Abdollah Farivar

  2. Afsane Rahimi

  3. Rahim Mohammadi


Sauvés de la lapidation

Il y a 15 femmes et hommes dont les vies ont été sauvées de la mort et de la lapidation grâce aux efforts internationaux et particulièrement grace aux activités du Comité International contre la Lapidation et du Comité International contre les Exécutions.

Leurs noms sont :

  1. Sima

  2. Fatemeh (Soqra Molaei)

  3. Parisa Akbari

  4. Jila Izedi

  5. Leyla Mafi

  6. Najaf Akbari

  7. Kobra Najar

  8. Mokarameh Ibrahimi

  9. Hajie Ismailvand

  10. Shamameh (Malek) Qorbani

  11. Zohreh Kabiri

  12. Azar Kabiri

  13. Azam Khanjari

  14. Zahra Rezaei

  15. Leyla Qomei




source:
cligno étoile http://iranenlutte.wordpress.com/2010/08/14/liste-des-victimes-de-la-lapidation-1986-2010












- Alors, que fait Thierry Meyssan ?
- De la désinformation, indubitablement.
- Dans quel but ?
- Eh bien, dans le même but que Gouasmi, Alterinfo,...etc pour détourner les résistants anti-NWO vers l'axe Iran-Chine-Russie et faire d'Ahmanidejad le leader de l'anti-sionisme.
- Pourquoi Ahmanidejad ?
- Parce qu'il diffuse la doctrine du Mahdi et du califat mondial qui fait partie du projet Blue Beam et que son rôle est de rassembler les Musulmans et de plonger le monde dans le chaos pour hâter la venue du Mahdi (doctrine de la secte Hojjiateh dont Ahmanidejad est très proche).
- Mais, alors, Meyssan bosse pour les Illuminati ?
- Oui, sans aucun doute, et sa biographie est édifiante !
- Pourtant, c'est lui qui a dévoilé les mensonges sur les attentats du 11 septembre attribué à tort à des terroristes musulmans; ça ne tient pas debout.
- Si, parce que cette divulgation a été voulue d'en haut, contrairement à ce que peuvent en penser les conspis. Et Giulietto Chiesa, auteur du film "Zero" sur le 911, est très lié à Grobatchev et fait partie du "World Political Forum" où on peut également trouver: Jacques Attali, Bono, Shimon Peres, Michel Rocard,...
menteur ! http://www.theworldpoliticalforum.net/about/people/
Bono et Rocard ont été les invités du "Bohemian Grove" où, chaque année, se déroulent des cérémonies pour le moins suspectes...
Bigard, qui a aussi diffusé des vidéos mettant en doute la version officielle sur le 911, est un proche de Sarkozy qu'il a même accompagné lors d'un voyage officiel au Vatican. Au Vatican, ce n'est pas rien... Aurait-il été intronisé lors d'une cérémonie sembable à celle à laquelle a participé Svali ? Toujours est-il que, malgré le tollé médiatique, ses vidéos sur dailymotion n'ont jamais été censurées alors que tant d'autres l'ont été...


Edit du 31 mai 2011: Le faux code iranien pour gogos en anglais, dans lequel les articles 99, 101, 103 et 104 concernant la lapidation et la taille des pierres ont été supprimés, a changé de place. Vous pouvez le consulter ICI.

Bizarrement, il reste encore l'article 102 qui mentionne bien:
The stoning of an adulterer or adulteress shall be carried out while each is placed in a hole and
covered with soil, he up to his waist and she up to a line above her breasts.


Donc, oui, même dans le code tronqué, il est bien spécifié que la lapidation est bien une peine punissant l'adultère. Et ce code a été ratifié en 1991, soit 13 ans après la révolution islamiste, et non pas abolie par elle, comme le prétend Meyssan le menteur.




Dernière édition par invitée le Jeu 28 Juil 2011 - 13:45, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: AHMADINEJAD SYMBOLE DE L'ANTI-SIONISME ET CONTRE LE NWO ???!!!   Mar 26 Juil 2011 - 18:33



Lire également L'IRAN PRÉPARE LE PEUPLE À L' ARRIVÉE DE MAITREYA, JESUS-SANANDA-SATAN ET LADY MADGA.
étoile 1 http://transition888.heavenforum.org/t489-islam-fondamentaliste-religion-mondiale-unique-du-nwo


Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: AHMADINEJAD SYMBOLE DE L'ANTI-SIONISME ET CONTRE LE NWO ???!!!   Mar 26 Juil 2011 - 18:35

DES BOMBES À RETARDEMENT DANS LES PAGES
DES MANUELS SCOLAIRES IRAKIENS









Iyad al Duleimi إياد الدليمي

Traduit par Esteban G.
Edité par Michèle Mialane




Depuis l’occupation étatsunienne, l’éducation en Irak s’est transformée, à tous ses niveaux, en un terrain supplémentaire de tensions politiques, sectaires et ethniques. Le Ministère de l’Éducation a été et devient ainsi un ministère clé pour certains partis dans les négociations - passées et futures - pour la formation du gouvernement. Il est finalement devenu un monopole du parti islamique Dawa, auquel appartient le chef actuel du gouvernement, Nuri al Maliki.




Nous aurions préféré que les responsables de l’administration irakienne choisissent de tenir l’éducation et l’enseignement à l’écart de leur champ de bataille. Cependant, peu après la chute du précédent régime irakien et l’entrée en scène politique d’une légion de nouveaux partis arrivant de toutes parts, nous avons mesuré l’abîme qui existait entre nos aspirations – nées de notre souci de la patrie - et les ambitions et programmes des partis venus de l’Est de l’Irak, porteurs d’une rancœur accumulée tout au long des siècles, depuis les temps des compagnons du Prophète - que Dieu les bénisse. La première exigence de ces partis a été un changementdes programmes d’enseignement scolaire.


La question des programmes d’enseignement scolaire a été, dernièrement, au centre des discussions, surtout après l’application par le Ministère de l’Éducation irakien de presque 70% de ces modifications. Il est clair, maintenant, que la majorité des changements porte sur l’histoire de l’Islam et les livres d’éducation islamique: on y a ajouté un grand nombre de noms, de personnalités et des événements. La plus grande partie de ces nouveautés suit exactement la version chiite. Alors que tout le monde sait que la majorité de ces livres est, clairement et de façon scandaleuse, hostile à beaucoup de grands compagnons du Prophète, parmi lesquels notre mère Aisha - que Dieu la bénisse.

Un des leaders de ces partis venus de l’Est de l’Irak, qui défend ce changement, déclare : « Il n’est pas logique qu’un chiite étudie l’histoire d’Abu Bakr, Omar, Muawiya et de Harún al Rashid, et qu’il parle de leurs succès ». Cette explication, publiée dans un quotidien londonien, ne donne aucun éclairage sur l’idéologie qui régit l’éducation en Irak et qui se trouve derrière le processus de changements des programmes scolaires.

Ce n’est ni logique ni naturel que le changement des programmes soit mené par une seule confession sans la participation de l’autre et sans prendre en compte la représentativité des deux confessions.

Et il est encore moins logique que la réforme des programmes éducatifs s’inspire et suive uniquement la tradition de Nadjaf, comme si cette dernière s’était arrogé le droit de gérer le secteur éducatif depuis les antiques ruelles de Nadjaf.

Évidemment, nous ne demanderons ni aux politiques de Bagdad ni à son actuel gouvernement de revoir ces programmes défigurés: ils n’ont été ni seront disposés à le faire. La preuve en est que ces hommes politiques traitent toujours la question irakienne comme si elle était la propriété de leurs partis et de leurs milices, sans aucun sens des responsabilités, aucune sensibilité ou aucun souci de l’avenir de ce pays. De plus, certains de ces partis, qui travaillent à ce que l’on appelle la «chiitisation» de l’Irak, font tous leurs efforts pour maintenir le germe de la division dans la société irakienne; en faveur de l’Iran d’abord, qui ne veut pas d’un Irak stable en situation de porter préjudice à ses intérêts, d’une manière ou d’une autre, et ensuite, pour donner à ces partis une raison d’être, puisqu’il s’agit de partis sectaires dont l’émergence est liée à l’essor du sectarisme.

Malheureusement, l’Irak vit une situation de dépendance totale à tous les niveaux de souveraineté: entre un occupant étatsunien reconnu qui impose ce qu’il veut, et un occupant iranien implicite, nombreux sont les piliers que l’Irak a perdus, dont le système éducatif qui l’avait élevé au rang des pays ayant le taux d’analphabétisme le plus bas du monde et lui avait permis de créer une structure scientifique reconnue et admirée en Occident et dans le monde entier.

Les nouveaux hommes politiques irakiens ont échoué sur tous les plans. Toutefois, pour être juste, il faut aussi reconnaître leurs succès: ils sont parvenus à détruire le système scolaire et universitaire irakien, ils ont aujourd’hui ravalé l’Irak au rang des pays comptant le plus grand nombre d’analphabètes: 20% au dernier recensement. Les politiques de la Zone Verte ont réussi à empêcher plus de 800 000 enfants irakiens de fréquenter l’école (selon les statistiques 2008 de l’UNICEF). Parmi les succès à leur actif, on compte également les programmes scolaires; ils constituent, c’est le moins qu’on puisse dire, des bombes à retardement entre sunnites et chiites qui, en Irak, peuvent exploser à n’importe quel moment.


Source: cligno multicolore http://www.alarab.com.qa/details.php?docId=151425&issueNo=1018&secId=15
Date de parution de l'article original: 30/09/2010


Jeudi 14 Octobre 2010




source:
à la loupe http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=1876


Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: AHMADINEJAD SYMBOLE DE L'ANTI-SIONISME ET CONTRE LE NWO ???!!!   Mer 24 Aoû 2011 - 21:41

L’IRAN ET LE LIBAN RECONNAISSENT L'AUTORITÉ
DU CONSEIL NATIONAL DE TRANSITION EN LIBYE
ET FÉLICITE LE PEUPLE LIBYEN






L'Iran a "félicité" le "peuple musulman libyen" après l'entrée des rebelles à Tripoli, bastion du régime de Mouammar Kadhafi, en soulignant la nécessité de respecter les aspirations des peuples. « La République islamique félicite le peuple musulman libyen (...) à la suite des développements dans le pays », indique un communiqué du ministère des Affaires étrangères publié par les médias.

« Le soulèvement populaire en Libye a montré une fois de plus que la satisfaction des demandes légitimes des peuples et le respect de leurs aspirations sont des nécessités incontournables », ajoute le ministère. Il affirme que l'Iran « a soutenu le mouvement populaire depuis le début », bien que Téhéran ait vivement critiqué le soutien militaire de l'Otan aux rebelles.

L'Iran se dit par ailleurs prêt « à partager son expérience avec la nation frère libyenne pour l'aider à instaurer la liberté, la justice (...) à la lumière de la religion ». Téhéran a toujours entretenu des relations distantes avec le régime du colonel Kadhafi, soupçonné d'avoir fait disparaître en 1978 à Tripoli l'imam chiite libanais Moussa Sadr, né à Qom en Iran.

En 2009, plusieurs pays occidentaux avaient condamné l'Iran pour avoir utilisé la violence contre les manifestations pacifiques qui avaient suivi la réélection controversée du président Mahmoud Ahmadinejad.




source:
diable 2 http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/08/23/97001-20110823FILWWW00305-l-iran-felicite-le-peuple-libyen.php



Lol ! Quand je lis les commentaires sur les sites conspis tendance "islam über alles", je suis morte de rire devant leurs réactions d'incompréhension et d'écœurement. Ben oui, Ahmadinejad est leur héros anti-sioniste, et voilà qu'il soutient un régime imposé dans le sang par des "sionistes" !!!

Et ce n'est pas la première fois, puisqu'il avait déjà salué la prise de pouvoir par Ouattara, lui aussi soutenu par l'OTAN, lui aussi islamiste.

« À l’occasion de votre élection en qualité du Président de la République de Côte d’Ivoire, j’aimerais présenter mes sincères félicitations à votre Excellence, au Gouvernement et au peuple ivoirien.
Il ne fait aucun doute, qu’avec votre détermination ainsi que le soutien et la volonté du peuple ivoirien, nous soyons témoins, dans un proche avenir, du retour à la stabilité et à la paix en Côte d’Ivoire, pays important et influent.

Tout en vous assurant de notre disponibilité à apporter notre appui au gouvernement ivoirien dans la reconstruction de votre pays, je prie le Tout-Puissant pour la santé et le succès de votre Excellence ainsi que pour la prospérité et le bien-être du gouvernement et du peuple ami et frère de Côte d’Ivoire.
»




source:
:evitwi:http://www2.irna.ir/fr/news/view/line-96/1106048122140635.htm



Ben oui, il faut bien former le Califat !
étoile 1 http://transition888.heavenforum.org/t590-revolutions-colorees-au-maghreb-en-vue-d-un-califat-illuminati

Pour mettre à sa tête l'imam mahdi:



Selon certaines indications, le gouvernement iranien semble considérer que les émeutes du pays du Moyen Orient, comme le Yémen, l’Égypte, ainsi que la mauvaise santé du Roi d’Arabie Saoudite, ennemi de l’Iran, sont le signe de l’apparition prochaine du Mahdi, c’est à dire du Messie Islamique.

CBN News a diffusé une vidéo intitulée La venue est proche, produite par l’État islamique dans laquelle il est expliqué que les présents évènements au Moyen Orient préfigurent l’arrivée du mythique 12ème Imam ou Mahdi. Selon les Écritures, il guidera les Armées de l’Islam vers une victoire sur les Non-Musulmans dans les derniers jours. Selon la vidéo, l’Iran se renforcera dans les derniers jours d’une façon telle qu’il pourra vaincre l’Amérique et Israël pour permettre la venue du Mahdi; l’invasion de l’Iraq par les États Unis était prévue dans les Écritures Islamiques, et lorsque le Mahdi arrivera pour régner sur le monde, il le fera depuis l’Iraq.

Le Guide Suprême de la Révolution islamique d’Iran, Ayatollah Khameini, et Hassan Nasrallah, le secrétaire général de l’organisation chiite Hezbollah, seraient appelés à jouer un rôle, de même que l’actuel Président Mahmoud Ahmadenijad, qui devrait conquérir Jérusalem avant l’arrivée du Mahdi, toujours selon la vidéo.

L’expert du Moyen Orient Joel Rosenberg, auteur du 12ème Imam, estime qu’il s’agit « D’un développement très grave, parce que cela nous donne un aperçu de la pensée des leaders en Iran: ils pensent que le moment où il y aura une guerre avec Israël est plus proche que les autres ne se l’imaginent. »


Khamenei, Ahmadinejad et Nasrallah seraient « des prophéties de la victoire de l’Islam ».

Le gouvernement iranien a produit un documentaire a vous glacer le sang, qui prétend que l’ayatollah Khamenei, le président Ahmadinejad, et Hassan Nasrallah sont des personnes citées par la prophétie islamique sur la fin des temps et la venue de l’Imam Caché.

Reza Kahlili, un ancien membre de la Garde révolutionnaire iranienne, qui a espionné pour la CIA (en tant qu’agent double) et qui est l’auteur de A Time to Betray, s’est procuré l’intégralité du film créé par des proches d’Ahmadinejad. Le film a été diffusé en projection privée aux plus hauts représentants iraniens il y a 2 semaines. Le chef de cabinet d’Ahmadinejad, Esfandiar Rahim Mashaei, aurait joué un rôle dans sa création.

Kahlili affirme que le régime iranien a l’intention de distribuer ce film de propagande dans les mosquées et centres islamiques. Une traduction du Farsi vers l’arabe devrait être créée dans les prochaines semaines, permettant de diffuser la vidéo à l’extérieur des frontières nationales.

Le but du film est de montrer qu’Iran est “la” nation de la prophétie. Que l’Iran « est destiné à faire la guerre aux ennemis de l’Islam. » D’expliquer que « Sans l’Iran, il n’y aura pas d’apparition de l’Imam Caché, appelé également le Mahdi. C’est lui qui doit apporter la victoire finale de l’Islam sur le monde entier. Le film met à de nombreuses reprises en avant le fait que Khamenei, Ahmadinejad et Nasrallah font parti intégrante de la prophétie de l’arrivée de Mahdi. »

Le film révèle que l’actuel guide suprême, l’ayatollah Khamenei, est le Seyed Khorasani dont ont parle dans le Hadith qui explique que cet homme sera le leader des nations de l’Est (Iran), avant l’arrivée du Mahdi. En Juillet 2010, un haut dignitaire religieux iranien a révélé que Khamenei avait dit à des proches qu’il avait secrètement rencontré le Mahdi et qu’il se dévoilera avant sa mort. C’est à dire très rapidement, puisque ce vieux sénile de 71 ans est en très mauvaise santé.

Le président Ahmadinejad est un personnage nommé Shoeib-Ebne Saleh dans le film. Il est nommé commandant en chef par Seyed Khorasani (l’ayatollah Khamenei). La voix-off explique que cet individu bouge “72 mois” avant l’arrivée du Mahdi et la reconquête de Jérusalem. Il est difficile de comprendre sur le “mouvement” en question est une action physique ou s’il s’agit de sa prise de pouvoir en 2005. Si c’est cette dernière hypothèse, le Mahdi devrait arrivée avant la fin de l’année 2011.

En tant que commandant militaire de l’Est (Iran), nommé Yamani, il s’agit de Nassan Nasrallah, le chef du Hezbollah. Nasrallah serait alors le premier chef militaire au monde à se cacher dans un abri souterrain depuis des années, de peur que ses ennemis ne lui coupe la tête s’il venait a apparaître en public.

Le film explique que ces trois prophétisé vont mener la guerre totale contre l’”Antichrist” et “les imposteurs”, qui seraient les États-Unis, Israël et leurs alliés, y compris les dirigeants arabes. Les soulèvements en cours dans le monde arabe sont considérés comme l’accomplissement de la prophétie et la confirmation que la victoire finale de l’islam sur ses ennemis est en cours.

Le film explique aussi que l’invasion de l’Irak est une prophétie de la venue de Mahdi (alors pourquoi se plaignent-ils?). L’Imam Ali a déclaré que « les ennemis de l’islam vont conquérir l’Irak et tenteront de créer des divisions par le carnage. C’est à ce moment là que le messie viendra. » La révolution actuelle au Yemen est appelée “révolution sainte” et le départ de Moubarak est « un signe précurseur de l’arrivée du Mahdi ».

Il prêche aussi que la mort du roi saoudien Abdallah sera un signe important que la destruction d’Israël et l’arrivée du Mahdi sera alors imminente. Le film est même particulièrement violent à l’encontre du dictateur saoudien: « celui qui me garanti la mort du roi Abdallah, je lui garanti la venue immédiate du Mahdi. » Comme un appel au meurtre.

La montée des Frères musulmans est abordée comme étant « en conformité avec les Hadiths ». La Fraternité est peut-être sunnite, mais ils sont théologiquement priés de s’allier avec les chiites pour gagner la guerre. Les liens entre l’Iran et les Frères musulmans ne sont pas le résultat de la convergence des intérêts, mais un commandement religieux. Le tout, ayant pour finalité de « reconquérir la Palestine, comme l’a dit Mahmoud Ahmadinejad ».

Si le film reflète les opinions personnelles des dirigeants iraniens, il est clair que le régime estime qu’il est à deux doigts de pouvoir lancer l’assaut nucléaire contre Israël.

En Octobre 2010, le site appartenant au ministère du Renseignement et de Sécurité iranien a publié un article rédigé par un conseiller du ministre de la Défense qui dit que l’Iran « doit être préparé pour la guerre nucléaire ».

Le documentaire explique enfin que toutes ces prophéties ne sont pas quelque chose qui viendra par soi-même. Ce sont des événements qu’il faut provoquer.




source:
diable 2 http://www.neotrouve.com/?p=1268&cp=all



PARTIE 1/2


PARTIE 2/2




« C’est lui qui doit apporter la victoire finale de l’Islam sur le monde entier », éliminant juifs et chrétiens.
étoile 1 http://transition888.heavenforum.org/t655-laeroport-international-de-denver-et-ses-fresques
 étoile 1 http://transition888.heavenforum.org/t792-mort-du-christianisme-programmee


Pour former le Grand Califat Mondial, qui ne sera rien d'autre que le Nouvel Ordre Mondial.
étoile 1 http://transition888.heavenforum.org/t489-islam-fondamentaliste-religion-mondiale-unique-du-nwo


La montée des Frères musulmans est abordée comme étant « en conformité avec les Hadiths ».
Quant on connaît l'origine et les sponsors de ces "Frères Musulmans"...
 étoile 1 http://transition888.heavenforum.org/t780-infiltration-et-instrumentalisation-de-l-islam-par-les-satanistes-le-nazislamisme


Ces gens là travaillent tous ensemble à l'œuvre de la Bête !!!



La question que je me pose, c'est quelle rhétorique alambiquée vont employer Meyssan, Dieudo et toute la clique de faux frères pour pouvoir expliquer tout ça, puisqu'ils soutiennent à la fois Ahmadinejad et Kadhafi.  Gageons que les moutons conspis ne seront que trop heureux d'avaler leur prochaine coulœuvre, le doute qui les mine actuellement leur étant trop insupportable.




Dernière édition par invitée le Ven 2 Mai 2014 - 21:22, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: AHMADINEJAD SYMBOLE DE L'ANTI-SIONISME ET CONTRE LE NWO ???!!!   Sam 3 Sep 2011 - 21:40

Voici la réponse à la question que je me posais à la fin du post précédent:




LIBYE - IRAN : DÉVELOPPEMENT DES RELATIONS BILATÉRALES




Lors d'une conversation téléphonique avec le chef du Conseil National de Transition libyen, Moustapha Abdeljalil, le ministre iranien des Affaires étrangères Ali Akbar Salehi a insisté sur la nécessité de renforcer les liens entre Téhéran et Tripoli. Il a félicité le chef du CNT pour « la victoire de la révolution du peuple musulman libyen », soulignant « la nécessité de consolider et de développer des relations entre les deux pays ».

De son côté, Moustapha Abdeljalil a tenu à exprimer ses salutations au guide de la Révolution islamique d'Iran, au Président de la République d'Iran et au peuple iranien. Il a exprimé sa gratitude pour l'aide humanitaire accordée par l'Iran au peuple libyen durant la période difficile qu'il a traversée. M. Abdeljalil a également affirmé son soutien au développement des relations entre les deux pays, exigeant le retour de l'ambassadeur d'Iran en Libye. Il espère que les actions de l'ambassade d'Iran à Tripoli seront réactivées, et souhaite que le ministre iranien Ali Akbar Salehi se rende prochainement en Libye dans le cadre d'une visite officielle.

Le chef du CNT a par ailleurs abordé le cas de l'Imam Moussa Sadr, philosophe et leader religieux chiite libanais, né en Iran en 1928 et porté disparu le 31 août 1978 lors d'une visite officielle en Libye. Il a déclaré qu’il était essentiel que son pays fasse toute la lumière sur cette affaire et parvienne à un résultat tangible. Pour sa part, le ministre iranien des Affaires étrangères a invité le chef du CNT à visiter la République islamique d'Iran dès que possible.

Nous nous retrouvons dans la même situation que lors de l'intervention – sous de faux prétextes – des États-Unis en Irak, mais à des stades différents. L’Occident, et en particulier la France, n’ont pas su en tirer toutes les leçons. Le CNT sera en effet complètement changé lorsqu’il aura pacifié la Libye. Il ne sera plus tel que nous le connaissons aujourd’hui, il disparaîtra de la scène politique libyenne pour laisser place à d’autres alliances. Alors, les instigateurs de cette ingérence occidentale subiront un effet boomerang. Les promesses faites par le CNT à ceux qui l’ont soutenu (OTAN, France, Grande-Bretagne, etc.), seront caduques.

Le Parti Anti Sioniste salue les initiatives entreprises aujourd’hui entre des personnalités libyennes et iraniennes.


Yahia Gouasmi

Président du Parti Anti Sioniste




source:
diable 2 http://www.partiantisioniste.com/communications/libye-iran-developpement-des-relations-bilaterales-0866.html



« Le CNT sera en effet complètement changé lorsqu’il aura pacifié la Libye. Il ne sera plus tel que nous le connaissons aujourd’hui, il disparaîtra de la scène politique libyenne pour laisser place à d’autres alliances. Alors, les instigateurs de cette ingérence occidentale subiront un effet boomerang. Les promesses faites par le CNT à ceux qui l’ont soutenu (OTAN, France, Grande-Bretagne, etc.), seront caduques. »

Mr Gouasmi a-t-il le don de prophéties pour connaître la politique future de la Libye ou est-il assez bien placé au sein des Illuminati pour connaître le déroulement de leur plan de califat "musulman", puis de troisième guerre mondiale Islam-Chine-Russie vs Israël-Occident,... ?

Donc, selon lui, les individus derrière l'OTAN seraient assez stupides pour mettre en place des gouvernements qui vont se retourner contre eux? On va nous faire la même qu'avec Khomeini et sa révolution "islamiste", c'est clair, et il le sait.

Plus c'est gros, plus ça passe...

En attendant, on peut voir les faux-musulmans du CNT, mis à la tête de la Lybie par les satanistes, faire amis-amis avec le régime des Mollahs, alors que ces derniers disent préparer le "retour du Mahdi et du Christ" censés éliminer ces satanistes. Très logique, tout ça...




Dernière édition par invitée le Ven 2 Mai 2014 - 14:08, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: AHMADINEJAD SYMBOLE DE L'ANTI-SIONISME ET CONTRE LE NWO ???!!!   Dim 23 Oct 2011 - 19:38

L’Iran souhaite que Rached Ghannouchi
soit le futur président de la Tunisie







1er septembre 2011 - L’Iran souhaite que Rached Ghannouchi soit le futur président de la Tunisie.



flèche http://www.rap125.com/2011/09/01/liran-souhaite-que-rached-ghannouchi-soit-le-futur-president-de-la-tunisie



L'Iran soutient la candidature de Ganouchi, OK. Et Ganouchi est sponsorisé par les illuminati via Washington et le Qatar. Mais les gouvernements iraniens et US sont ennemis, n'est-ce pas; et Ahmanidejad est le seul résistant au NWO.

Bien sûr, bien sûr... menteur !


Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: AHMADINEJAD SYMBOLE DE L'ANTI-SIONISME ET CONTRE LE NWO ???!!!   Dim 18 Déc 2011 - 15:10



« Toutes les religions sont infiltrées et contrôlées par les Illuminati. (...) Tous les pays, y compris la Russie, la Chine et l'Iran, sont contrôlés par les Illuminati. »

Mary Anne - transfuge illuminati
étoile 1 http://transition888.heavenforum.org/t737-temoignage-de-la-transfuge-mary-anne


Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: AHMADINEJAD SYMBOLE DE L'ANTI-SIONISME ET CONTRE LE NWO ???!!!   Mer 25 Jan 2012 - 21:38

L'IRAN SE PRÉPARE POUR L'ARMAGEDDON






Le chef suprême de l'Iran, l'Ayatollah Ali Khamenei, a tenu plusieurs réunions secrètes avec ses conseillers économiques et militaires ces derniers jours pour se préparer à la possibilité d'une guerre contre les États-Unis.


Des sources rapportent que les préparatifs sont au point où des exécutions sont prévues pour les iraniens qui vont s'opposer au régime.


Khamenei a entendu dire que la venue du dernier Messie islamique, le 12ème Imam Mahdi des chiites, est proche et que des actions spécifiques doivent être prises pour protéger le régime islamique des évènements à venir.


Le "Madhi", selon la croyance chiite, apparaît au moment de l'Armageddon.


Des forces sélectionnées au sein des "Gardiens de la Révolution" et les Basij auraient été formées comme groupe stratégique appelé "Les Soldats de l'Imam Mahdi". Ils assumeraient la responsabilité de la sécurité et protégeraient le régime contre les soulèvements. Beaucoup de ces soldats auraient appris que le 12ème Imam est sur la terre, qu'il aurait facilité la victoire du Hezbollah sur Israël dans la guerre de 2006 et qu'il annoncerait bientôt publiquement sa présence quand les conditions nécessaires seront réunies.


Selon les sources de SepahOnline, les forces révolutionnaires en charge de la protection du leader suprême, rapportent que Khamenei a tenu plusieurs réunions ces derniers jours au cours de laquelle le chef a chargé ses conseillers de resserrer l'emprise sur toute personne qui s'oppose ou qui pourrait s'opposer au régime en cas de guerre.


Ces actions incluent des enquêtes de toute personne ou groupe qui maintiennent des opinions contraires au régime. Une liste est en cours de création, qui sera présentée à Khamenei, pour décider ensuite du sort de tous ces opposants.


Il a également été décidé que ces prisonniers politiques qui ne vont pas se repentir seront exécutés. Cette action a été également prise par le fondateur du régime islamique en 1988, l'Ayatollah Ruhollah Khomeiny.


Dans le livre, « Un temps de trahison », il est documenté que quand Khomeiny a annoncé la campagne, il a dit: « Si la personne à toute étape ou à tout moment maintient son (ou ses) soutien aux groupes d'opposition, la sentence est l'exécution . Anéantissons les ennemis de l'Islam immédiatement. »


La fatwa a conduit à l'exécution de milliers d'hommes et de femmes innocents de tous les âges dans un délai très court.


Des journalistes, écrivains et éditeurs, qui sont réputés être contre le régime, seraient arrêtés et punis. Même les hautes autorités religieuses qui ne soutiennent pas totalement Khamenei seront mises sous surveillance et traitées si elles s'expriment librement au sujet de la direction du pays.


Plusieurs journalistes ont déjà été arrêtés la semaine dernière. Dans un discours récent, Khamenei a évoqué des conditions comme en tant de guerre, et a averti les clercs qui douteraient de sa direction du pays que leur survie est liée à la survie du régime islamique. De nombreux Iraniens qui rejettent le régime rejettent également la religion qu'il promeut, ainsi, même les relgieux de l'opposition pourraient se trouver en mauvaise posture en cas de chute du régime.


Le plan du leader annonce le contrôle total de Téhéran, la capitale, où la présence des Basij et des milices du Hezbollah seraient très en vue de sorte que personne n'oserait contester le régime.


Ces nouvelles éclairent la formation du "Comité de suppression", qui éliminerait secrètement tous ceux considérés comme des opposants, même au sein de l'armée et du gouvernement.


Les mesures extraordinaires de Khamenei sont fondées soit sur une compréhension que la guerre pourrait être imminente, soit que le régime a décidé d'annoncer qu'elle a une capacité nucléaire et se prépare à une éventuelle réaction d'Israël ou de l'Amérique.


L'ayatollah Mesbah Yazdi, un religieux influent et un Duodécimain radical, avait auparavant déclaré que Khamenei montait chaque année vers le ciel pour prendre les instructions de l'Imam Mahdi, et des sources proches de l'imam ont révélé que Khamenei a reçu l'ordre de l'Imam Mahdi de poursuivre le programme nucléaire malgré l'opposition dans le monde entier car cela facilitera sa venue.


En Mars dernier, un documentaire secret iranien, "The Coming Is Upon Us," s'est révélé dépeindre Khamenei comme le personnage mythique qui crée l'environnement propice à la réapparition du Mahdi en menant l'Iran pour détruire Israël.




source:
http://conscience-du-peuple.blogspot.com/2012/01/liran-se-prepare-maintenant-pour.html#comment-form
http://www.wnd.com/2012/01/iran-preparing-now-for-armageddon


Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: AHMADINEJAD SYMBOLE DE L'ANTI-SIONISME ET CONTRE LE NWO ???!!!   Lun 27 Fév 2012 - 23:00

EMBARGO CONTRE L'IRAN ?







On entend beaucoup parler de l'embargo injuste imposé à l'Iran par l'Occident, de la terrible crise économique qui en découle actuellement, avec des conséquences dramatiques pour la population iranienne.
Sauf, que cet embargo, il n'existe pas, que la crise économique en Iran avec ses conséquences dramatiques pour la population, elle n'est pas récente, car le régime des mollahs est un régime corrompu jusqu'à la moëlle, qui s'en met plein les poches, pendant que son peuple crève la faim.
J'ai déjà posté plus haut quelques articles sur le système financier iranien, les privatisations massives en Iran et la corruption de ses élites. En voici d'autres sur l'"embargo" contre l'Iran.










IRAN ET ISRAËL FONT DES AFFAIRES, PAS LA GUERRE







En dépit des menaces de conflit, des entreprises israéliennes font du business avec la République islamique.
Les relations secrètes entre Israël et l'Iran totaliseraient des dizaines de millions de dollars par an.



Les meilleurs ennemis du monde cachent parfois de bien curieux secrets. Tandis que l'implication d'Israël dans l'assassinat de scientifiques nucléaires iraniens a été confirmée jeudi par plusieurs responsables américains*, Bloomberg News révèle que plusieurs sociétés et hommes d'affaires israéliens commercent indirectement avec la République islamique d'Iran. D'après le site d'information économique, la société israélienne Allot Communications aurait vendu à l'Iran des équipements de surveillance et de filtrage d'Internet pendant cinq ans, par l'intermédiaire d'un distributeur danois. Une révélation embarrassante, les autorités de Téhéran ayant utilisé ces systèmes pour persécuter leurs opposants.

Le matériel était envoyé au Danemark, où des employés se chargeaient d'enlever les étiquettes, avant de remballer le produit pour en cacher l'origine. Interrogés par Bloomberg, trois employés de l'entreprise israélienne ont avoué que la destination finale demeurait un « secret de Polichinelle ». « Il est interdit de parler de ces choses-là », déclare au quotidien israélien Ha'aretz Dan Catarivas, qui dirige la division des relations internationales et du commerce extérieur de l'Association des industriels d'Israël. Et pour cause: ces contrats violent la législation israélienne, qui interdit à toute entreprise d'investir plus de dix millions de dollars dans des compagnies internationales commerçant avec l'Iran.



Embargo violé

Or Allot Communations est loin d'être la seule entité israélienne à profiter de l'aubaine. En mai 2011, les États-Unis ont décidé de placer sur leur liste noire le groupe israélien Ofer Brothers Group et sa filiale Tanker Pacific, basée à Singapour. Leur crime, ils se seraient livrés en septembre 2010 à la vente d'un bateau-citerne pour 8,6 millions de dollars à la compagnie maritime iranienne IRISL (Islamic Republic of Iran Shipping Lines), violant ainsi l'embargo international frappant Téhéran pour ses activités nucléaires controversées.

Dans un premier temps, le groupe des frères Ofer a démenti ces accusations, affirmant qu'il s'agissait d'un malentendu. C'est alors que la télévision publique israélienne a révélé qu'au moins treize pétroliers de la compagnie avaient mouillé dans les ports iraniens de Bandar Abbas et de l'île de Kharg (sud de l'Iran), au cours des dix dernières années. Pour se justifier, des sources proches de la famille Ofer ont laissé entendre que ces opérations commerciales avaient obtenu l'aval du bureau du Premier ministre Benyamin Netanyahou. Autrement dit, que le groupe pétrolier se livrait à des missions d'espionnage, afin de favoriser la sécurité d'Israël, appelé, selon Mahmoud Ahmadinejad, à « disparaître des pages du temps ».



Des dizaines de millions de dollars par an

Mais ce n'est pas tout. L'aviation civile israélienne a acheté en 2011 pour 30 millions d'euros d'équipements à l'allemand Siemens, très présent en Iran, notamment dans le système d'écoutes de la population, a affirmé, en mai dernier, Ha'Aretz. De son côté, la compagnie israélienne d'électricité a conclu un contrat de 100 millions d'euros avec la firme danoise Haldor Topsoe pour des filtres antipollution, bien que celle-ci soit en train de construire en Iran des raffineries pour un montant dépassant le milliard de dollars.

D'après le quotidien, au moins 200 compagnies internationales opérant en Israël entretiendraient de vastes liens commerciaux avec l'Iran, y compris avec son industrie énergétique, qui représente la principale source de revenus de la République islamique et sert à financer le développement de son programme nucléaire et de son armement. « Malgré ce qui est perçu en surface, les relations secrètes avec l'Iran totalisent des dizaines de millions de dollars par an », affirmait en mai, au quotidien israélien Yedioth Ahronoth, Yehoshua Meiri, directeur de l'Israeli-Arab Friendship Association. « Même lorsque de sévères déclarations sont prononcées des deux côtés, les échanges prospèrent. Les relations avec les collègues iraniens sont excellentes, et les déclarations politiques ignorées. ».



Un responsable iranien à Tel-Aviv

Point d'orgue de la relation interdite, la visite à Tel-Aviv en novembre 2000 d'un adjoint du ministre iranien de l'Agriculture souhaitant acquérir de la technologie agricole israélienne. Douze ans plus tard, l'essentiel des exportations israéliennes vers l'Iran concerne des produits liés à l'agriculture: engrais, tuyaux d'irrigation et diverses technologies agricoles. Mais l'Iran exporte lui aussi en Israël, principalement des pistaches, des noix de cajou et du marbre, une des plus grandes industries de la République islamique.

Ce n'est pas la première fois qu'un scandale commercial éclabousse les deux meilleurs ennemis de la planète. En 1986, en pleine guerre Iran-Irak, Israël a servi d'intermédiaire pour les États-Unis, qui soutenaient alors Saddam Hussein, pour vendre illégalement des armes à la République islamique: l'"Irangate" était dévoilé.




source:
menteur ! http://mejliss.com/2012/02/21/iran-et-israel-font-des-affaires-pas-la-guerre




Évidemment, cette histoire d'assassinat de sientifiques nucléaires iraniens par les Israëliens est pure propagande en vue de la troisième guerre mondiale sionistes vs anti-sionistes, Orient vs Occident, comme décrit par Pike en 1871; si Israël avait réellement été derrière ses assassinats de scientifiques nucléaires iraniens, ça aurait été avec l'accord des USA et les responsables US n'auraient pas vendu la mèche.
Ce mensonge n'a qu'un seul but, comme la plupart des "informations" actuelles diffusées aussi bien par les médias officiels que par les "opposants" au NWO, diaboliser Israël et l'Occident, victimiser l'Iran et le faire passer pour le leader anti-sioniste, le leader anti-NWO, etc
C'est comme quand Hillary Clinton a "avoué" que les USA étaient derrière les émeutes post-électorales en Iran. Vous les avez déjà vu avouer leurs forfaits ? C'était encore un mensonge, bien sûr. Il fallait absolument que ces révoltes populaires - les seules vraiment spontanées parmi toutes les "révolutions arabes" (oui, les Iraniens sont des Perses, je sais; mais je ne sais pas comment le dire autrement^^) - soient discréditées, car le régime Iranien en général, et Ahmadinejad en particulier, doivent absolument passer pour des héros aux yeux des musulmans. C'est absolument nécessaire pour leur plan diabolique (3ème guerre mondiale, imam Mahdi + antichrist, califat mondial).
D'ailleurs, ce sont des sociétés israëliennes (Allot Communications) et allemande (Siemens) qui ont fourni
Mais tout le monde n'est pas dupe; voir, par exemple, les commentaires sous cet article. Extraits:

  • « et le plus marrant c'est que les chiitophile ou iranophile continue à nier cet évidence,
    et pire encore ils osent parler de complot, de désinformation et du dajjal !!
    »


  • « les gouverneurs arabes comme les saoud sont aussi alliés militairement et economiquement aux américains mais ça n'empèche pas que les plus gros comploteurs ce sont les juifs chiites iraniens et leurs amis alawites et ce depuis la création de la secte chi3a par le juif ibnu saba al yamani !

    saiis tu que téhéran s'est allié à washington pour conquérir baghdad et combattre nos frères musulmans en irak ?

    je l'ai pas su sur youtube contrairement à vous qui ne prenez vos infos que sur le net, bande de no-life endoctrinés

    donc allez vous instruire

    les seuls qui passent pour des ignorants et surtout de véritables clowns du cirque pinder c'est bien vous ^^
    »


  • « cela ne me dérange pas que tu prenne l'iran comme modéle même si c'est des perses, comme tu dis je ne suis jamais allé en Iran, mais j'ai lu quelques écris de khomayni ( peut être tu devrais y rejeter un coup d'oeil, ca ne te ferait pas de mal) et crois moi ce qu'il a écrit est tout sauf un modéle islamique à suivre!! bien sûr pour le savoir, il faut être capable de faire autre chose que d'insulter, il faut savoir lire!! »











LES MOLLAHS ONT PRÉ-VENDU LES RESSOURCES ÉNERGÉTIQUES DE L'IRAN
AUX GROSSE COMPAGNIES PÉTROLIÈRES À UN PRIX BIEN INFÉRIEUR
À CELUI DU MARCHÉ, RUINANT AINSI L'ÉCONOMIE DE LEUR PAYS






La république islamique d’Iran ne produit pas l’ensemble des barils iraniens. La majorité des barils de pétrole ou des mètres cubes de gaz iraniens a été pré-vendue via des contrats buy-back à des compagnies pétrolières étrangères (comme Total (1) ou ENI) à environ 8-12 dollars le baril et 6 à 15 dollars les mille mètres cubes de gaz, des prix qui sont de l’ordre de 5 à 10% des prix actuels du marché. (...)

Concrètement, Téhéran gagne donc bien moins que les chiffres affichés, et c’est pourquoi la compagnie nationale de pétrole iranienne (NIOC = National Iranian Oil Company) qui est accréditée dans tous les classements (du genre Wikipédia) de la 4ème place au monde ne figure pas dans les classements professionnels des grandes compagnies mondiales ni par ses revenus ou ni par ses bénéfices !

Ainsi, vous ne pouvez trouver nulle trace de la NIOC sur le classement annuel de CNN.Money, il en est de même pour l’industrie automobile dans laquelle le régime prétendait détenir le 16ème rang mondial en 2007 et à présent le 10ème rang (qui revient à BMW) ! Téhéran aurait des revenus pétroliers inférieurs à 17 milliards de dollars (soit une moyenne de 11 dollars par baril) !

Ce revenu réel explique les dettes cumulées depuis des années par les mollahs, dettes qui à présent dépassent largement les revenus pétroliers affichés. (...)

Les revenus pétroliers revendiqués par les mollahs qui constituent 80% des recettes du pays n’existent que sur le papier: dans les données iraniennes, dans le rapport très contradictoire du FMI (voir nos remarques (2)) ou encore dans les textes de ceux qui utilisent ce rapport comme « la preuve » de fiabilité des données fournies par l’Iran. C’est le cas de Minoui et surtout de Thierry Coville qui ont fondé leur argument de base de la vitalité économique iranienne sur la hausse du PIB iranien due à des revenus pétroliers en hausse !

Ces revenus n’existent pas, pas plus que le PIB qui en devrait en résulter. L’économie iranienne est en réalité surendettée et malade à tous les niveaux.


16.08.2008



(1) Total en Iran - Pour en savoir plus lire: L’Expansion - Les conquistadors de Total

(2) Le rapport de FMI est contradictoire - Tout au long du rapport, le FMI évoque une croissance positive de 6% (à faire pâlir d’envie la France) ! Or, selon le table 1 de la page 27 du rapport, l’augmentation de masse monétaire M3 est de 30 à 40 % par an. Avec de telles augmentations, il y a une hyper inflation et une croissance nulle ou négative !

Le rapport du FMI est de ce fait assez surréaliste (ou très politisé). Ses recommandations sont également surréalistes ! Il recommande par exemple aux mollahs d’œuvrer pour renforcer le rial en omettant de préciser que la monnaie iranienne a dévalué de 100% au cours de l’année dernière !




menteur ! http://www.iran-resist.org/article4706.html



***



IRAN : UN ACCORD GAZIER AU RABAIS AVEC SKS




Le régime des mollahs a signé mercredi un contrat gazier de 6 milliards de dollars pour une durée de 25 ans avec le groupe privé malaisien SKS. Décodages.


Initialement, les mollahs et SKS avaient conclu un accord préliminaire d’une valeur de 20 milliards de dollars (1) portant sur l’exploitation des champs de gaz de Golshan (2) et Ferdows (3): l’accord contenait également un projet de construction de sites de production de gaz naturel liquéfié (GNL). Il semblerait que le projet de GNL d’une valeur de 14 milliards de dollars ait été renvoyé à une date incertaine et que, comme d’habitude, les mollahs aient vendu une concession d’exploitation gazière en contrat Buy-back.

La particularité de ce genre de contrat est de permettre de casser les cours. Le vendeur fixe un prix global sur la base d’une estimation des capacités des gisements et en dévaluant ces capacités, il baisse le prix. C’est ainsi que les mollahs s’apprêtent à vendre de 900 milliards m3 de gaz au tarif de 6 milliards de dollars, soit 20 fois moins cher que le gaz turkmène (130 dollars/1000 m3).

Nozari, le minable ministre du pétrole des mollahs a présenté ce contrat honteux comme l’un des plus gros « accords d’investissement » réalisés par l’Iran dans le secteur énergétique ! En matière d’affaires, il n’y a guère de bons sentiments ou de solidarité entre les musulmans, SKS et son patron « Seyed machin chose » ont enlevé une affaire très juteuse et les mollahs espèrent toucher la totalité de la rente en une année.

Il y a 33 ans, le Chah signait l’Accord d’Alger pour renforcer le Golfe Persique, aujourd’hui des voyous musulmans signent des accords commerciaux d’un genre douteux qui affaiblissent cette région.


27.12.2007

(1) Le mémorandum d’accord de Janvier 2007 - Un investissement de 5 milliards de dollars pour le traitement en amont, 10 milliards de dollars pour le traitement en aval, et 5 milliards pour le transport du gaz naturel liquéfié sortant de ces 2 champs. La compagnie malaisienne devait expliter ces champs gaziers en 4 phases avec une production annuelle de 20 millions de tonnes de gaz naturel liquéfié. Elle obtenait la responsabilité de la commercialisation de la moitié de la production.

(2) Golshan - Le champ gazier de Golshan est situé à 65 kilomètre de la côte iranienne et ses réserves sont estimées à 1400 milliards de m3. Quand il sera mis en service, il aura une production journalière de 70 millions de mètres cube.

(3) Ferdows - Le champ gazier de Ferdows, qui se trouve à 85 Km de la côte possède, quant à lui, des réserves estimées à 285 milliards de m3 de gaz et aura une production journalière de 25 millions de mètre cube.




menteur ! http://www.iran-resist.org/article4094



***


Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: AHMADINEJAD SYMBOLE DE L'ANTI-SIONISME ET CONTRE LE NWO ???!!!   Dim 11 Mar 2012 - 15:19

LE PRÉSIDENT IRANIEN EXHORTE À UN NOUVEL ORDRE MONDIAL
AVEC LA PARTICIPATION DES NATIONS ÉPRISES DE JUSTICE






Téhéran.Irna.02 Février 2012


Le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, a appelé jeudi à la création d'un nouvel ordre mondial, avec la participation des nations éprises de justice.


Prononçant un discours lors de la cérémonie d'ouverture de la Conférence internationale sur Hollywood et le Cinéma dans la capitale iranienne, il a déclaré que « l'établissement d'un nouvel ordre mondial avec la participation des nations éprises de justice est une nécessité. »


Le président Ahmadinejad en rappelant l'écroulement du système marxisme a souligné que le libéralisme était également sur le point de s'effondrer.


La conférence internationale a débuté ce matin avec la participation de plusieurs cinéastes nationaux et étrangers, acteurs, actrices et critiques universitaires des politiques d’ Hollywood.


Les participants à cette conférence de trois jours sont venus d'Amérique, d'Asie, et des Etats européens et africains.


L’américain Sean Stone (fils du célèbre cinéaste américain Oliver Stone) et Isabel Pisano constituent quelques uns des célèbres invités de la conférence.




source:
http://www2.irna.ir/fr/news/view/line-96/1202023123223558.htm




Gageons que la Russie et la Chine font partie de ces "nations éprises de justice"...
Le Nouvel Ordre Mondial d'Ahmadinejad est le NWO de l'Antichrist; il n'y en a pas d'autre de planifié.
Les leader de la mouvance conspirationniste nous mentent en nous parlant du Nouvel Ordre Mondial "américano-sioniste"; ils sont à la solde des Illuminati.
La destruction du judaïsme et du christianisme - donc d'Israël et de l'Occident - est programmée par les adorateurs de Baal/Satan, et ils se serviront de la Chine, de la Russie et du monde musulman pour ça. [et les conspis moutonniers les aideront...]

étoile 1 http://transition888.heavenforum.org/t604-pourquoi-la-chine-construit-elle-des-villes-geantes-inhabitees
étoile 1 http://transition888.heavenforum.org/t755-revelations-sur-le-911-planifiees-et-fausse-opposition-au-nwo
étoile 1 http://transition888.heavenforum.org/t655-laeroport-international-de-denver-et-ses-fresques
étoile 1 http://transition888.heavenforum.org/t602-emeutes-alimentaires-prevues-aux-usa
étoile 1 http://transition888.heavenforum.org/t385-doubles-jeux


Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: AHMADINEJAD SYMBOLE DE L'ANTI-SIONISME ET CONTRE LE NWO ???!!!   Dim 11 Mar 2012 - 18:53

LE LOGO DE FAR NEWS AGENCY







Fars News Agency (FNA) est une agence de presse iranienne.

Bien qu'elle se définisse comme une agence de presse indépendante de premier plan, il est évident que la presse indépendante n'existe pas en Iran - je me demande si elle existe quelque part, d'ailleurs, à partir du moment où elle touche un nombre important de personnes - et qu'elle est plutôt une agence semi-officielle liée au gouvernement des Mollahs. Wall Street Journal prétend même qu'elle serait affiliée aux Gardiens de la Révolution.

Son directeur général, Saeid Noubari, est un ancien chef du bureau des relations publiques du Département de la Justice de Téhéran.


Ce qui est intéressant, c'est à la fois le logo affiché en haut, à gauche des pages du site:


Un mélange d'oeil d'Horus et de croissants de lune.
Croissant de lune qu'on retrouve sur toute les mosquées
sur les drapeaux de nombreux "pays musulmans", mais
aussi sur l'emblème de l'ex-URSS (même s'il est camouflé
en faucille) et surtout sur des oeuvres sumériennes...
Croissant de lune, symbole de Baal, Sin, faux dieu, démon,...


http://transition888.heavenforum.org/t489-islam-fondamentaliste-religion-mondiale-unique-du-nwo
post du Ven 12 Aoû 2011


et le contenu des nouvelles qui y sont diffusées; au menu: discours antisioniste et anti-occidental, défense des Palestiniens, présentation de l'Iran comme résistant à "l'hégémonie" US, Occidentale, etc...
Ca ne vous rappelle rien ? C'est exactement le discours tenu par les leaders de la mouvance conspirationniste ! Et tout ça sur un site iranien orné d'un logo Illuminati !

Une preuve de plus, s'il en était besoin que:

  • le régime des Mollahs est au service de l'Antichrist
  • les Illuminati dirigent les deux "camps opposés" sionistes/anti-sionistes
  • les leader anti-NWO sont des agents des Illuminati
  • la mouvance conspirationniste est complètement manipulée et sert l'agenda satanique sans le v(oul)oir


Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: AHMADINEJAD SYMBOLE DE L'ANTI-SIONISME ET CONTRE LE NWO ???!!!   Mer 21 Mar 2012 - 6:38

NEW YEAR'S EVE IN IRAN...







Iran gets ready to celebrate its greatest holiday of the year, New Year's Eve, on March 20th, a witches sabbat.

See, every country is part of the Beast system. Some pretend to be enemies, some allies. It's all a big scripted satanic drama for fools to get excited over. The thing to do is... see things as they really are, on a spiritual level, and it all makes sense.

Voting and politics - a busy-busy game to keep the masses occupied and divided. Guys like Ron Paul are just lightening rods to pull out the disenchanted and make them believe a rigged game like politics actually means real change, not that satanic change into the abyss the current administration handed America.

And on and on and on.

WAKE UP !


Don Bradley




source:
ange 1 http://dailymessenger.blogspot.fr/2012/03/new-years-eve-in-iran.html












Iran presses ahead with dollar attack – oil bourse will start trading oil in currencies other than the dollar from March 20... and Iraq and Libya were invaded when they did the same. Also, they initiate this on a witches sabbat.


Don Bradley




source:
ange 1 http://dailymessenger.blogspot.fr/2012/03/iran-presses-ahead-with-dollar-attack.html


Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: AHMADINEJAD SYMBOLE DE L'ANTI-SIONISME ET CONTRE LE NWO ???!!!   Dim 29 Avr 2012 - 14:42

SCANDALE FINANCIER EN IRAN






TEHERAN – Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a demandé mercredi à la justice une enquête honnête sur l’escroquerie géante de 2,6 milliards de dollars découverte au sein du système bancaire, et dénoncé les accusations de certains médias impliquant son entourage dans ce scandale.



« Les adversaires du gouvernement lancent des accusations contre nous à travers une propagande massive, ce qui permet aux vrais voleurs de s’échapper », a dénoncé M. Ahmadinejad dans un discours à Erdebil (nord-ouest), retransmis par le site internet de la présidence iranienne.

« Je demande au chef de l’Autorité judiciaire de désigner des gens honnêtes pour instruire cette affaire (…) et identifier les responsables, qu’ils appartiennent à l’exécutif, au parlement, à l’institution judiciaire ou au clergé », a déclaré le président, visiblement furieux.

Ces déclarations interviennent après la révélation, au début de la semaine [cet article date de mi-septembre 2011], d’une escroquerie de 2,6 milliards de dollars au détriment de sept établissements financiers iraniens, dont l’une des principales banques du pays.

« Ce scandale constitue un cas de corruption financière sans précédent dans l’histoire de la République islamique », a estimé un responsable de l’Autorité judiciaire, Mostafa Pour Mohammadi.

L’escroquerie aurait été montée par un homme d’affaires, appelé M. X. par les autorités judiciaires, qui a obtenu d’importantes sommes grâce à de fausses lettres de crédit.

Bénéficiant apparemment de nombreuses complicités, M. X est ensuite parvenu à acheter de nombreux biens dans tout le pays, dont l’une des principales aciéries iraniennes.

Plusieurs médias iraniens ont publié mardi une lettre attribuée au principal conseiller et directeur de cabinet controversé de M. Ahmadinejad, Rahim Esfandiar Machaie, dans laquelle ce dernier aurait demandé au ministre des Finances de faciliter les opérations de M.X.

M. Mashaie est depuis plusieurs mois la cible d’une violente campagne de l’aile dure du camp conservateur religieux au pouvoir en Iran, qui l’accuse de diriger un mouvement déviationniste visant à renverser le régime et demande à M. Ahmadinejad de s’en séparer.

« Les ennemis de M. Mashaie mettent en cause le gouvernement le plus intègre de l’histoire de l’Iran », a rétorqué mercredi le président iranien, en accusant ses adversaires de mener une guerre médiatique et politique à coup de mensonges et d’accusations.

« Nous sommes restés silencieux jusqu’à présent (face à ces attaques) mais nos adversaires doivent savoir que le gouvernement ne le demeurera pas éternellement », a-t-il ajouté.

En juin, M. Ahmadinejad, après plusieurs arrestations dans l’entourage de M. Mashaie et d’autres membres de son équipe, avait affirmé que la mise en cause de son gouvernement constituait une ligne rouge que la justice ne devait pas franchir.




source:
http://lesmoutonsenrages.fr/2011/09/14/scandale-financier-en-iran-ahmadinejad-reclame-une-enquete-honnete



Cette affaire date un peu - été 2011 -, mais le but de ce post n'est pas de faire un scoop.
C'est juste une preuve de plus que le régime "islamiste" des Mollahs ne lave pas plus blanc que blanc, qu'Ahmanidejad est un pourri comme les autres et que la "finance islamique" ne protège ni de la corruption, ni de l'exploitation des peuples.

Considérer des pays comme l'Iran, la Chine, la Russie comme une alternative à l'"empire américano-sioniste" est se complaire dans l'illusion.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: AHMADINEJAD SYMBOLE DE L'ANTI-SIONISME ET CONTRE LE NWO ???!!!   Aujourd'hui à 9:38

Revenir en haut Aller en bas
 
AHMADINEJAD SYMBOLE DE L'ANTI-SIONISME ET CONTRE LE NWO ???!!!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TRANSITION ET ARCHE :: PLAN DE NOS PRÉDATEURS :: Instauration du Nouvel Ordre Mondial-
Sauter vers: