TRANSITION ET ARCHE


 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 EXPLOSION DU TUNGUSKA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: EXPLOSION DU TUNGUSKA   Sam 5 Fév 2011 - 22:04

EXPLOSION AU TUNGUSKA - 1908






I - LES ÉNIGMATIQUES STRUCTURES MÉTALLIQUES
DE LA «VALLÉE DE LA MORT» EN SIBÉRIE



Très peu peuplée, la vaste région du Yakutia, en Sibérie, est parsemée d'étranges structures métalliques et manifeste les stigmates évidents d'explosions de type nucléaire se produisant tous les six ou sept siècles.


Au nord-ouest du Yakutia, en Sibérie, dans le bassin de la haute rivière Viliuy, s'étend une région d'accès difficile qui porte les marques d'un cataclysme ancien d'environ 800 ans responsable de la dévastation de l'en­semble du massif forestier et de la dispersion des roches sur une surface de plusieurs cen­taines de kilomètres carrés. Éparpillés dans cette zone, de mystérieux objets métalliques ont été régulièrement observés, enfouis plus ou moins profondément dans le permafrost. A la surface, leur présence n'est trahie que par des sites occupés par une étrange végétation. L'ancien nom de cette région : Uliuiu Cherkechekh signifie : "la Vallée de la Mort".

Depuis des années, le peuple Yakut a fui cette lointaine région qui a exercé, et exerce encore, une influence puissante sur le sort, non seulement des sociétés locales, mais de la planète entière.
Après avoir compulsé de nombreux rapports et documents de tous genres, nous avons décidé de vous informer d'une chose qui pourrait changer notre perception du monde et celle de notre place en son sein, en espérant que vous saurez y trouver quelque intérêt.
Afin de dépeindre un tableau le plus achevé possible, nous avons scindé en trois cet article. La première partie décrit les faits et donne les témoignages sous leur forme originale. La seconde examine les anciennes légendes locales et la poésie épique de peuplades voisines au sujet d'étranges phénomènes. Ceci est important car vous pourrez ainsi mener votre propre enquête et apprécier par vous-mêmes chaque détail de la narration. Enfin, nous envisagerons ce qui pourrait se cacher derrière tout cela [N d. E : voir 2e partie].



Témoignages

La région peut être décrite comme un immense marécage, alternant avec une taïga quasiment infranchissable, et couvrant une surface de plus 100 000 kilomètres carrés. De curieuses rumeurs circulent à son sujet à propos de structures métalliques d'origine inconnue réparties sur son étendue.
Pour découvrir l'origine de ces rumeurs qui, de manière imperceptible, sont restées persistantes sur le sujet, nous avons dû plonger dans l'histoire antique locale pour redécouvrir ses croyances et ses légendes. Nous sommes parvenus à reconstituer certains éléments de paléotoponymie et ceux-ci coïncident étonnamment avec le contenu des légendes anciennes. Tout indiquait que les légendes et rumeurs faisaient référence à des sites bien précis.
Dans les temps anciens, la Vallée de la Mort était sur la toute empruntée par les nomades Evenk. Elle reliait Bodaibo à Annybar et menait jusqu'à la côte de la Mer de Laptev. Jusqu'en 1936? un marchand du nom de Savvinov fit son commerce sur cette route. Lorsqu'il cessa ses activités les habitants abandonnèrent progressivement les lieux. Finalement le vieux marchand et sa petite fille Zina s'installèrent à Siuldiukar. Quelque part sur une bande de terre entre deux rivières, en un lieu connu sous le nom de Kheldyu ("maison de fer" en langue locale), le vieil homme la conduisit à une petite arche basse de couleur rougeâtre où, après un passage en spirale, se succédaient un certain nombre de chambres de métal dans lesquelles ils passèrent la nuit. Le grand-père de Zina lui raconta que, même par temps de gel des plus sévères, il y faisait chaud comme en été.





Il y eut jadis, parmi les chasseurs locaux, des hommes téméraires qui venaient dormir dans ces chambres. Mais ils tombaient par la suite gravement malades et ceux qui y avaient séjourné plusieurs nuits d'affilée trépassaient rapidement. Les Yakut donnèrent à ces sites la réputation d'être "très maléfiques, marécageux et évités par les animaux." La localisation de ces constructions n'était connue que des anciens chasseurs qui les avaient visitées. Nomades, ils connaissaient les particularités de la région. Pour eux, savoir où il était prudent d'aller et où il ne l'était pas constituait une nécessité vitale. Leurs descendants, devenus sédentaires, ont perdu cette connaissance.
Aujourd'hui, les seuls indices de l'existence de ces sites sont les noms anciens de lieux qui ont survécu partiellement dans diverses légendes. Mais chaque toponyme recouvre des centaines, voire, des milliers de kilomètres carrés.
En 1936, le long de la rivière Olguidakh ("lieu du chaudron"), un géologue guidé par de vieux indigènes découvrit une coupole hémisphérique de métal lisse, de ton rougeâtre, dé­passant du sol et dont le bord était si tranchant qu'on pouvait s'y "couper un ongle". La paroi était épaisse d'environ deux centimètres et la partie émergeant du sol représentait environ un cinquième du diamètre total. La coupole était inclinée, de sorte qu'un cavalier monté à dos de renne pouvait y pénétrer.




Yakutsk, le centre régional. En 1979 une expédition archéologique partie de Yakutsk tenta de retrouver cet hémisphère. Les membres de l'équipe étaient accompagnés d'un guide qui avait vu la structure plusieurs fois dans sa jeunesse, mais il déclara que le pays avait beaucoup changé et ils ne parvinrent pas à en retrouver la trace. Il faut dire que dans ce pays on peut passer à dix pas d'un objet sans le voir, ce qui explique le caractère fortuit des découvertes.
En 1853, R. Maakun, explorateur connu dans la région, écrivait: "A Suntar (un hameau du Yakut) on m'apprit que dans la haute vallée de la Viliuy coule un affluent appelé Algy timirbit (ce qui signifie "le grand chaudron coulé").
Près de sa rive, dans la forêt, se trouve un gigantesque chaudron en cuivre. Sa taille réelle reste inconnue car seul un bord dépasse du sol, mais plusieurs arbres poussent à l'intérieur... "
N.D. Arkhipov, un chercheur des anciennes cultures du Yakutia, rapporte la même chose : "Parmi les populations du bassin de la Viliuy circule une légende ancienne concernant l'existence, dans le cours supérieur de cette rivière, de chaudrons en bronze ou olguis. Cette légende mérite qu'on s'y intéresse car les régions supposées receler ces chaudrons mythiques sont baignées de plusieurs cours d'eau portant le nom de Olguidakh, c'est-à-dire "Rivière du Chaudron".
Voici un extrait d'une lettre écrite en 1996 par un autre visiteur de la Vallée de la Mort, Mikhail Koretsky, de Vladivostok :
"J'y suis allé trois fois. La première fois c'était en 1933, j'avais dix ans. Je voyageais avec mon père, à la recherche d'un moyen de subsistance. Ensuite en 1937, sans mon père. Et la dernière fois en 1947 avec un groupe de jeunes. La Vallée de la Mort s'étend le long d'un affluent de la rive droite de la Viliuy. En fait il s'agit d'un chapelet de vallées tout au long de sa plaine inondable. Chaque fois, nous étions accompagnés d'un guide Yakut. Nous n'y allions pas en quête de douceur de vivre, mais d'or sans crainte en fin de saison, de se faire voler ou de recevoir une balle dans la nuque, grâce à l'isolement de la région.
Quant aux objets mystérieux, il doit y en avoir un grand nombre, car en trois saisons j'ai vu sept de ces "chaudrons". Ils m'ont laissé com­plètement perplexe, d'abord par leur taille : ils avaient tous six à neuf mètres de diamètre.
Ensuite à cause de l'étrange métal dont ils étaient faits. Tout le monde a écrit que c'était du cuivre, mais je suis certain qu'il s'agissait d'un autre élément car même avec un ciseau à froid très affûté il n'y avait pas moyen d'entamer les chaudrons (nous avons essayé plusieurs fois). Ce métal ne se rompt pas et ne peut être martelé, alors que sur du cuivre, le marteau aurait certai­nement laissé des marques. Mais ce "cuivre" est recouvert d'une couche d'un matériau inconnu qui ressemble à de l'émeri. Ce n'est pourtant ni un produit de l'oxydation, ni d'écailles métal­liques. On ne parvient ni à l'ébrécher, ni à en griffer la surface.
Nous n'avons pas trouvé de galeries menant à d'autres salles. Mais j'ai remarqué, autour des chaudrons, que la végétation était anormale, complètement différente de celle des environs. Elle est plus luxuriante : des bardanes à grandes feuilles; du garrot de grande longueur; de l'her­be étrange, une fois et demie à deux fois la hauteur d'un homme. Dans un de ces chaudrons notre groupe de six personnes passa la nuit. Nous n'avons rien perçu de néfaste et nous sommes partis calmement sans avoir subi le moindre désagrément. Personne n'est tombé gravement malade par la suite. Les seules excep­tions furent qu'un de mes amis perdit tous ses cheveux trois mois plus tard, et que sur le côté gauche de ma tête, celui sur lequel j'avais dormi, sont apparus trois petits points dou­loureux de la taille d'un souffre d'allumette. J'ai depuis essayé de m'en débarrasser, en vain.
Malgré tous nos efforts, nous ne sommes pas parvenus à prélever le moindre échantillon de ces chaudrons. La seule chose que j'ai pu ramener est une pierre. Pas une pierre ordinaire cependant : la moitié d'une sphère parfaite de six centimètres de diamètre. Elle était noire et ne portait aucune trace de manufacture, pourtant elle était lisse comme si elle avait été polie. Je l'ai ramassée sur le sol d'un des chaudrons.
J'ai emmené mon souvenir de Yakutia au village de Samarka, district de Chuguyevka, dans la région de Primorsky (l'extrême orient soviétique), où résidaient mes parents en 1933. Je n'avais pas grand-chose à faire jusqu'à ce que ma grand-mère décide de construire une maison. Il fallait poser les vitres des fenêtres et il n'y avait pas un seul diamant coupe-verre dans tout le village. Alors, j'ai entrepris de rayer le verre avec le bord de cette demi-sphère de pierre et il s'est avéré que cela coupait avec une facilité décon­certante. A partir de ce moment ma pierre fut utilisée régulièrement comme diamant par tous nos proches et amis. En 1937, j'en fis cadeau à mon grand père, mais à l'automne de cette mê­me année il fut arrêté et emmené à Magadan où il survécut sans jugement jusqu'à sa mort en 1968. Aujourd'hui, personne ne sait ce qu'est devenue ma pierre..."
Dans cette lettre, Koretsky souligne qu'en 1933 son guide Yakut lui avait raconté que "...cinq à dix ans auparavant il avait découvert plusieurs chaudrons sphériques (ils étaient parfaitement ronds) qui dépassaient bien au-dessus du sol (plus haut qu'un homme). Ils avaient l'air tout neufs. Plus tard, le chasseur les avait revus, cette fois brisés et éparpillés". Koretsky fait éga­lement remarquer que lorsqu'il fit une deuxième visite, quelques années plus tard, à un des chau­drons, celui-ci s'était considérablement enfoncé dans le sol.
A. Gutenev et Yu. Mikhailovsky, deux chercheurs résidant à Mirny en Yakutia, rapportèrent qu'en 1971, un vieux chasseur appartenant au peuple Evenk leur avait appris que, dans la zone entre les deux rivières appelées Niugun Bootur ("héros flamboyant") et Atadarak ("lieu du har­pon à trois bords"), dépasse du sol la chose qui précisément donne son nom au lieu : un "très grand" harpon en fer à trois facettes. Tandis que dans la zone dite Kheliugur ("peuple de fer"), entre deux rivières, il y a un terrier en fer où gisent "des cyclopes, minces et noirs, vêtus de fer". Il se déclara capable d'y conduire quiconque le désirait, affirmant la proximité du site, mais personne ne le crut. Il est mort depuis.
Un autre de ces objets fut, semble-t-il, couvert par la construction d'un barrage sur la Viliuy, un peu en aval de la Erbiie. Selon le récit d'un des constructeurs du projet hydroélectrique de la Viliuy, lorsqu'ils creusèrent un canal de déviation pour assécher le talweg principal ils découvrirent une "plaque" convexe en métal. Pressés par les délais, les responsables du projet firent une inspection de routine et donnèrent l'ordre de poursuivre les travaux.

Il existe une foison de récits émanant de personnes qui sont tombées par hasard sur des constructions de ce genre, mais à défaut d'indications précises il est extrêmement difficile de les localiser, tant ce pays est d'une monotonie déprimante.
Certains anciens ont un jour raconté que, dans un lieu appelé Tong Duurai, coule un ruisseau appelé Ottoamokh ("des trous dans le sol") autour duquel existent des cavités incroyablement profondes connues sous le nom de "gouffres ricanants". Cette même appellation apparaît dans des légendes qui y situent la demeure d'un géant flamboyant et destructeur des alentours. Chaque six ou sept siècles, une monstrueuse boule de feu jaillit de ce lieu et, soit explose juste après sa sortie, soit s'envole dans le lointain pour (selon les chroniques et légendes locales) exploser au loin. Elle a pour effet de transformer une région s'étendant sur des centaines de kilomètres en un désert calciné parsemé d'éclats rocheux.
Les légendes Yakutes font de nombreuses références à des explosions, tourbillons de feu et autres sphères incandescentes montant dans les airs. Tous ces phénomènes sont, de toutes façons, asso­ciés aux mystérieuses constructions métalliques que l'on trouve dans la Vallée de la Mort. Certaines sont décrites comme des "maisons de fer" grandes et rondes prenant appui sur un certain nombre de supports latéraux. Elles n'ont ni porte ni fenêtre, seulement un "large trou d'homme" au sommet du dôme. Certaines se sont presque entièrement enfoncées dans le permafrost, ne laissant apparaître en surface qu'une protubérance arquée à peine visible. Des témoins qui ne se connaissent pas décrivent de la même manière ces "maisons de métal sonore". D'autres objets sont éparpillés dans la région comme des couvercles, sphériques en métal qui coiffent quelque chose d'inconnu. Les légendes Yakutes racontent que les mystérieuses sphères de feu sont produites par "un orifice qui crache la fumée et le feu" au centre d'un "couvercle d'acier fracassant".



Vue d'artiste


Il existe une foison de récits émanant de personnes qui sont tombées par hasard sur des constructions de ce genre, mais à défaut d'indications précises il est extrêmement difficile de les localiser, tant ce pays est d'une monotonie déprimante.
Certains anciens ont un jour raconté que, dans un lieu appelé Tong Duurai, coule un ruisseau appelé Ottoamokh ("des trous dans le sol") autour duquel existent des cavités incroyablement profondes connues sous le nom de "gouffres ricanants". Cette même appellation apparaît dans des légendes qui y situent la demeure d'un géant flamboyant et destructeur des alentours. Chaque six ou sept siècles, une monstrueuse boule de feu jaillit de ce lieu et, soit explose juste après sa sortie, soit s'envole dans le lointain pour (selon les chroniques et légendes locales) exploser au loin. Elle a pour effet de transformer une région s'étendant sur des centaines de kilomètres en un désert calciné parsemé d'éclats rocheux.
vue d'artiste

Les légendes Yakutes font de nombreuses références à des explosions, tourbillons de feu et autres sphères incandescentes montant dans les airs. Tous ces phénomènes sont, de toutes façons, asso­ciés aux mystérieuses constructions métalliques que l'on trouve dans la Vallée de la Mort. Certaines sont décrites comme des "maisons de fer" grandes et rondes prenant appui sur un certain nombre de supports latéraux. Elles n'ont ni porte ni fenêtre, seulement un "large trou d'homme" au sommet du dôme. Certaines se sont presque entièrement enfoncées dans le permafrost, ne laissant apparaître en surface qu'une protubérance arquée à peine visible. Des témoins qui ne se connaissent pas décrivent de la même manière ces "maisons de métal sonore". D'autres objets sont éparpillés dans la région comme des couvercles, sphériques en métal qui coiffent quelque chose d'inconnu. Les légendes Yakutes racontent que les mystérieuses sphères de feu sont produites par "un orifice qui crache la fumée et le feu" au centre d'un "couvercle d'acier fracassant".





Il s'agit aussi de la source des tourbillons de feu qui, d'après les descriptions, ressemblent fort aux effets des explosions atomiques d'aujourd'hui. Environ un siècle avant chaque explosion ou série d'explosions, une sphère flamboyante fusait à très grande vitesse de "l'orifice de fer" et, sans causer trop de dégâts, montait sous la forme d'une mince colonne de feu. Au bout de celle-ci apparaissait une très grande boule de feu. Accompagnée de quatre coups de tonnerre successifs, elle montait encore beaucoup plus haut et s'éloignait en laissant une "traînée de fumée et de feu". Ensuite une salve d'explosions se faisait entendre au loin...
Dans les années 1950, les militaires soviétiques s'intéressèrent à cette région, pour le caractère dépeuplé de sa frange nord, et y firent une série d'essais atomiques. Une des explosions souleva une sérieuse énigme qui à ce jour interpelle les spécialistes étrangers. Selon un communiqué de septembre 1991 de la radio allemande Deutsche Welle, lors de l'essai d'un engin nucléaire de 10 kg en 1954, l'ampleur de l'explosion dépassa les calculs d'un facteur de 2 000 à 3 000 pour des raisons inconnues, atteignant 20 à 30 mégatonnes, ce qui fut enregistré par séismographie dans le monde entier. La cause d'un tel écart de puissance explosive demeure inexpliquée. L'Agence Tass avait alors émis une dépêche selon laquelle une bombe à hydrogène compacte avait été testée dans l'atmosphère, qui se révélera fausse plus tard. Après les essais, des zones interdites furent délimitées et le travail continua en secret pendant plusieurs années.




Mythes et légendes

Cherchons dans le passé lointain les indices laissés dans la poésie épique. Ainsi qu'en témoignent les légendes transmises par voie orale, à l'époque lointaine où tout commença, le pays était habité par un petit nombre de nomades Tungus. Un jour, leurs lointains voisins virent leur territoire brusquement plongé dans une obscurité profonde et tout fut secoué par une déflagration assourdissante. Un ouragan de force inconnue survint et le pays subit d'énormes chocs. Des éclairs zébrèrent le ciel en tous sens. Lorsque le calme revint et que l'obscurité se leva, les nomades assistèrent à un spectacle sans précédent. Au milieu du pays dévasté, brillant au soleil, se dressait une haute structure verticale visible à une distance de plusieurs jours de marche.
Pendant longtemps, la structure émit des bruits désagréables et assourdissants tout en diminuant progressivement de taille jusqu'à disparaître complètement dans le sol. A la place de la haute structure il y eut un immense orifice vertical béant. Selon les termes étranges des légendes il était constitué de trois niveaux de "gouffres ricanants". Ses entrailles étaient réputées contenir un pays souterrain possédant son propre soleil, lequel était cependant en voie d'extinction. Une puanteur étouffante montait de l'orifice, si bien que personne ne demeura dans le voisinage. A distance on pouvait parfois apercevoir une "île tournoyante" apparaissant au-dessus de l'ouverture et ceci s'avéra en être le "couvercle retentissant". Ceux que la curiosité poussait à s'approcher pour voir n'en revenaient jamais. Les siècles passèrent ; la vie continua comme auparavant. Personne ne s'attendait à quoi que ce soit d'extraordinaire, mais un jour se produisit un petit tremblement de terre et le ciel fut traversé par un mince "ouragan de feu". A son sommet apparut une boule de feu aveuglante. Accompagnée "d'une série de quatre coups de tonnerre" et laissant derrière elle une traînée de feu, la sphère fila en suivant une trajectoire basse descendante et, après avoir disparu derrière l'horizon, explosa. Les nomades furent perturbés mais n'abandonnèrent pas leur territoire puisque le "démon" ne leur avait fait aucun mal mais avait explosé sur celui d'une tribu hostile voisine. Quelques décennies plus tard, l'événement se reproduisit : la boule de feu s'envola dans la même direction et ne détruisit, cette fois encore, que les voisins. De toute évidence, ce "démon" était en quelque sorte leur protecteur qu'ils baptisèrent pour la légende : Niurgun Bootur, "le héros flamboyant".
Cependant, quelques temps plus tard, survint un événement qui épouvanta même ceux qui se trouvaient dans les parages les plus lointains. Une gigantesque boule de feu jaillit de l'ouverture dans un hurlement tonitruant et explosa:.. juste au-dessus ! Il s'ensuivit un grand tremblement de terre. Certaines collines se fendirent de failles de plus de 100 mètres de profondeur. Après l'explosion, une "île rotative" balaya tout sous elle d'une "mer de feu". Les effets de l'explosion se firent sentir à plus de mille kilomètres à la ronde. Les tribus nomades qui survécurent à la périphérie de cette zone s'enfuirent dans toutes les directions, cherchant à s'éloigner du lieu fatal, mais cela ne les sauva pas de la mort. Ils succombèrent tous à une curieuse maladie qui ne se transmettait que génétiquement. Ils léguèrent cependant le témoignage précis de ce qui était arrivé, inspirant les très tragiques et belles légendes composées par les conteurs Yakut.
Un peu plus de 600 années s'écoulèrent. De nombreuses générations de nomades étaient venues et reparties. Les avertissements des lointains ancêtres furent oubliés et des gens s'installèrent à nouveau dans la région.
Alors l'histoire se répéta... La boule de feu de Niurgun Bootur apparut au-dessus d'un tourbillon flamboyant et s'en alla encore exploser au-delà de l'horizon. Quelques décennies plus tard, une deuxième boule de feu déchira l'atmosphère (ou l'appela cette fois Kiun Erbiie, "le héraut aérien étincelant" ou "messager"). Vint alors une autre explosion dévastatrice à laquelle les légendes donnèrent à nouveau une tournure anthropomorphique. On lui donna le nom de Uot Usumu Tong Duurai, qui peut se traduire approximativement par "l'étranger criminel qui perça la terre et se cacha dans les profondeurs, détruisant tout aux alentours dans un tourbillon flamboyant".

Il importe de noter qu'à la veille du vol du géant nuisible Tong Duurai, apparut dans le ciel le messager du Dyesegei céleste, le champion Kiun Erbiie qui traversa le firmament comme un "bolide tombant" ou "éclair fulgurant" pour avertir Niurgun Bootur du combat imminent.
L'événement légendaire le plus significatif fut le jaillissement de Tong Duurai des profondeurs et livrant bataille à Niurgun Bootur. Cela se produisit à peu près comme suit : tout d'abord un tourbillon serpentaire ramifié jaillit de "l'orifice", surmonté d'une boule de feu gigantesque qui, après plusieurs coups de tonnerre, fonça haut dans le ciel. Elle était suivie d'une escorte, "un essaim de tourbillons fatals" qui dévastèrent les environs.
Mais il y eut des cas où Tong Duurai rencontra Niurgun Bootur au-dessus de sa source, après quoi le pays resta sans vie pendant longtemps. Les descriptions varient considérablement : plusieurs "héros flamboyants" pouvaient surgir de l'ouverture simultanément, voler quelque distance et exploser en un lieu. Tel fut le vol de Tong Duurai. Une étude des couches de terrain indique que l'intervalle entre les explosions ne dépassait pas 600 à 700 ans. Ces légendes sont le reflet vivant de ces événements, mais l'absence de tradition écrite nous prive de documents tangibles. Il semble cependant que cette lacune est compensée par les chroniques historiques d'autres peuples.



Les chroniques d'autres ethnies

Dans l'ensemble, à des intervalles de 600 à 700 ans, se produisirent plusieurs explosions, ou plutôt une combinaison d'événements dont certains n'étaient qu'annonciateurs. Tous ces faits furent soigneusement relatés par la poésie épique, les traditions et les légendes. Curieusement, des légendes similaires circulent dans les zones équatoriales de la planète, où des explosions ou "boules de feu géantes" apparues soudainement dans le ciel détruisirent plusieurs civilisations anciennes.
À en juger par les résultats d'études archéologiques menées dans la haute vallée de la Viliuy par SA. Fedoseyeva, l'occupation variable intermittente de ce territoire remonte au quatrième millénaire avant J.-C. Au cours du premier millénaire après J-C., le fil de l'histoire est interrompu, et cela n'est pas en contradiction avec la date possible de la dernière explosion historique, soit septembre 1380. Le nuage soulevé masqua le soleil sur l'Europe pendant plusieurs heures. Des séismes violents eurent lieu dans plusieurs zones géoactives.
Cet événement est consigné dans des documents écrits. Dans les chroniques russes, cela coïncide avec la bataille du Champ de Kulikovo : "...l'obscurité ne se dissipa que dans la deuxième moitié de la journée. Il souffla un vent d'une telle force qu'une flèche tirée d'un arc ne pouvait progresser contre lui..." Ce fait contribua à la victoire des Russes.
Cependant les explosions sont décrites de manière bien plus vivante dans les légendes Tungus que dans d'autres sources. A en juger par les récits, elles dépassaient de loin la puissance des armes nucléaires modernes.
Si nous adoptons comme date de départ 1380 et que nous remontons dans le passé nous pouvons repérer ces faits. Par exemple, en 830 fut détruite la culture des Mayas qui occupaient la péninsule du Yucatan au Mexique. Plusieurs de leurs villes furent ruinées par une explosion de puissance gigantesque.
Certains épisodes de la Bible ressemblent aux légendes Yakut, par exemple la description des plaies d'Égypte et l'anéantissement de Sodome et Gomorrhe. Dans une oasis de la péninsule arabe, une ville ancienne fut détruite et littéralement réduite en cendres. Selon la légende, ceci se produisit lorsqu'une énorme boule de feu apparut dans le ciel et explosa.
Les archéologues ont découvert une cité dévastée à Mohenjo-Daro, dans le sous-continent indien. [Ndt : cf. Nexus France numéros 11 et 12, sept. et nov. 2000]. Les traces de la catastrophe, des murs de pierre fondus, indiquent sans conteste une explosion de type nucléaire. Des événements similaires sont décrits dans des chroniques chinoises du XIVème siècle. Elles racontent que, loin dans le nord, un nuage noir s'éleva au-dessus de l'horizon et couvrit la moitié du ciel, projetant de gros morceaux de roche. Des pierres tombèrent aussi du ciel en Scandinavie et en Allemagne et des incendies éclatèrent dans plusieurs villes. Les savants prétendirent que c'était des pierres très ordinaires et qu'un volcan devait avoir fait irruption quelque part.
La cause de tous ces malheurs ne serait-elle pas Tong Duurai qui depuis des siècles jaillit du sol ? Tandis qu'à son apparition Niurgun Bootur obscurcit la moitié du ciel, Tong Duurai le dépasse en taille et, montant au ciel, disparaît complètement. Nous observons que dans la Vallée de la Mort, la radioactivité ambiante augmente à des intervalles réguliers, un phénomène que les spécialistes ne peuvent expliquer.


Par Valery Uvarov © 2003.
Département N13 de l’Académie Nationale de
Sécurité, St. Petersbourg, Russie.
Tél. +7 (812) 237 1841. E-mail :
nsa@homeuser.ru et departement13@mail.ru


Traduction : André Dufour





source: NEXUS n°31 (mars-avril 2004)





à suivre PAGE 2


Dernière édition par invitée le Mar 3 Mai 2011 - 13:18, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: EXPLOSION DU TUNGUSKA   Mar 15 Fév 2011 - 18:07

PAGE 2




II - PROVOQUÉE PAR UNE ANTIQUE ET MYSTÉRIEUSE
«INSTALLATION» TECHNOLOGIQUE EN SIBÉRIE




Selon des témoins oculaires, une centrale antique de haute technologie, aux confins de la Sibérie,
serait à l’origine de tirs de sphères de plasma guidées, destinées à détruire les météorites
menaçantes comme ce fut le cas au-dessus du Tunguska, en 1908.




Les bases de l'affaire de l'Explosion de Tunguska

Dans quatre ans, le 30 juin 2008 verra le 100ème anniversaire d’une catastrophe les plus mystérieuses: l’explosion d’un objet issu de l’espace dans la région de la rivière Podkamennaya (pierreuse) dans le Tunguska, en Sibérie. Aucun événement comparable ne fut signalé dans notre histoire. La puissance totale de l’explosion fut 2.000 fois supérieure à celles combinées d’Hiroshima et Nagasaki !

Effets de l'explosion de Tunguska :
  • une luminescence anormale dans le ciel, persistant jusqu’à dix jours après l’événement et des nuages d’un ton argenté intense;
  • de puissantes émissions de lumière et de chaleur;
  • le dérèglement des appareils de mesures météorologiques et des manifestations vibratoires de la surface du sol;
  • une formidable onde sonore qui fit deux fois le tour de la Terre;
  • la chute des arbres sur une suface de plus de 2.000 km2 ;
  • de faibles traces de radioactivité détectées dans des échantillons végétaux et dans les couches de glace polaire datant de 1908;
  • des propriétés anormales de l’humus et des minéraux au voisinage de l’explosion;
  • une croissance anormalement rapide de la végétation à l’épicentre de l’explosion;
  • un refroidissement du climat planétaire au cours des années qui suivirent.


Photo prise par l'expédition de Leonid Kulik en 1930

Bien que cet impressionant événement ne passât pas inaperçu, les premières recherches sur ses causes, aux confins de la taïga sibérienne, ne furent entreprises que de nombreuses années plus tard, en 1927. Depuis, des dizaines d’expéditions ont visité la région, des centaines de rapports scientifiques ont été écrits et plusieurs centaines d’hypothèses explicatives ont été proposées. Aucune, toutefois, n’a pu pleinement rendre compte du phénomène complexe qui précéda et accompagna l’explosion du Tunguska. Certains des phénomènes rapportés par des témoins oculaires ne peuvent rentrer dans le cadre des théories actuelles. Une bonne partie de ce qui se produisit échappe complètement à toute interprétation de la pensée scientifique contemporaine.
Dans une perspective plus large, l’impression persiste que nous sommes confrontés à quelque chose qui sort entièrement des limites de notre conception du monde. Peut-être arrivons-nous, aujourd’hui plus que jamais, au moment de l’apparition d’une réponse qui marquera un tournant dans l’évolution de la conscience humaine. Mais cela nécessitera une certaine audace, la capacité de chercher avec un esprit ouvert, libéré des dogmes habituels de la science, afi n d’évaluer correctement les facettes les plus inexplicables de l’événement. Le travail effectué par des générations de scientifiques et de chercheurs nous livre une riche manne de données qui devraient permettre de faire la lumière sur la nature du phénomène survenu à Tunguska.
Nous ne passerons pas ici en revue les éléments clefs des principales hypothèses connues, mais nous examinerons plutôt vers les faits, toujours restés dans l’ombre, qui, pour quelque étrange raison, n’ont jamais reçu l’attention qu’ils méritent. Très curieusement, à la lumière d’un poème épique ancien, ces faits offrent une image trés différente.
Nous souhaitons, dés le début de cette étude, mettre l’accent sur le fait qu’avant et après l’explosion du Tunguska, d’autres événements semblent d’une certaine façon s’y rapporter, le tout formant une suite. Ayant donc recours aux méthodes pratiquées dans les enquêtes criminelles, nous aborderons l’ensemble comme un «cas» unique. Afin de voir la réalité qui a si lontemps échappé à l’attention des chercheurs, il nous faut porter le regard en arrière et en avant, dans l’espace et le temps, pour tenir compte d’événements distants de dizaines, voire, de centaines d’années.
Nous nous sommes tourné pour cela vers les milliers témoignages oculaires, même dans cette partie si peu peuplée de la Sibérie. Il fut possible, jusqu’à la fin des années 60, de trouver encore quelques 3.000 personnes qui se souvenaient de l’événement extraordinaire.

Avant d’aborder les faits, nous souhaitons partager avec vous la conjecture qui nous habite depuis le début de notre enquête: une hypothèse qui paraîtra fort inattendue pour la plupart, mais qui s’est renforcée au fil de l’analyse d’une grande quantité de données. Nous appuyant sur les dires de centaines de témoins de l’explosion, les découvertes des chercheurs, l’épopée intitulée Yakut Olonkho, la chronologie reconstituée des événements et l’analyse des conséquences des explosions décrites, non seulement dans cette épopée, mais aussi repérées par les chercheurs scientifiques, il est possible d’envisager raisonnablement que, dans l’immense territoire inhabité du nord-ouest du Yukatia, existe une installation technologique souterraine très ancienne.

Il y a très longtemps, quelqu’un édifia, dans la région appelée «Vallée de la Mort», un complexe qui, aujourd’hui encore, protège la Terre des météorites et astéroïdes. Evidemment, cette idée stupéfie et résiste à l’entendement. Cela signifierait que, depuis des milliers d’années, quelque chose existe dépasse non seulement nos réalisations actuelles mais tout ce que nous pourrions imaginer, et que nous n’en avons jamais pris connaissance ! Aucun de ceux qui ont étudié les effets scientifiquement inexplicables de la catastrophe du Tunguska n’auraient pu les penser provoqués par une technologie antique de défense cosmique légué par des constructeurs inconnus !




Légendes locales et avertissements des chamans

Le récit, intitulé Olonkho, se trouve inscrit dans la mémoire ancestrale des populations locales, transmis à travers les siècles sous forme d’un poème épique. Cette tradition orale relate comment ce pays fut un jour soudainement plongé dans une obscurité impénétrable et secoué par un hurlement assourdissant, un ouragan d’une violence inouïe.
Lorsque le calme revint, ainsi que la lumière, les gens furent témoin d’un spectacle sans précédent. Etincelant au soleil au sein d’une terre dévastée, une haute structure verticale était visible d’une distance de plusieurs jours de marche. Longtemps, l’objet émit des sons stridents, désagréables, tandis que sa hauteur diminuait jusqu’à ce qu’elle ait complètement disparu dans le sol. À sa place ne restait plus qu’un «orifice» béant, vertical, immense.
Au fil de notre exposé des faits, nous présenterons plusieurs extraits d’Oloko qui témoignent nettement en faveur de notre hypothèse, si l’on reconnaît l’évidente nature technologique des descriptions qui le jalonnent. Il est surprenant que les traducteurs et analystes des textes n’aient pas fait le rapprochement.
Nous commencerons par une reconstitution détaillée des événements, afi de tracer une image complète de ce qui précéda et accompagna la catastrophe de 1908.
Les chamans des tribus indigènes furent les premiers à avoir connaissaice d’une menace imminente. Deux mois avant l’explosion, des rumeurs de fin du monde se répandirent à travers la taïga. Se déplaçant d’une communauté à l’autre, les chamans alertèrent les gens d’un cataclysme prochain. Les clans commencèrent à déplacer leurs troupeaux depuis les hauts plateaux de la Tunguska et de Podkamenaya vers la Nizhniaya et plus loin encore vers la rivière Lena.
L’exode des Evenk fut déclanché immédiatement après un suglan (rassemblement de tous les clans nomades évoluant à proximité les uns des autres) qui eut lieu au mois de Teliat (mai). À l’issue d’une réunion secrète, les anciens avaient conclu que le parcours cyclique... de leurs transhumances devait être modifié et que les clans devaient se déplacer ensemble selon un nouvel itinéraire.



"Grand-Père" Matvei (108 ans) témoin de l'explosionde Tunkuska
photographié lors de la rencontre des clans Evenk à Sinldiukas en 1997

Une grande cérémonie fut organisée au cours de laquelle le «Grand Chaman» annonça la «fin du monde». Les ancêtres affirmèrent la nécessité de quitter les lieux traditionnels. Personne ne devait y demeurer après le mois de Teliat, au mois de Muchun (juin); ainsi dirent les ancêtres... Les gens d’en haut veulent visiter Dulia (la Terre)... Personne ne doit assister à cela.
Aussi les nomades déplacèrent à travers la taïga... Suivant leur instinct et corroborant les dires des chamans, les animaux sauvages s’enfuyaient. Les oiseaux abandonnaient leurs lieux de nidification, les cygnes décampaient des lacs et les poissons disparaissaient des rivières.
Une immense étendue de taïga, de plusieurs dizaines de milliers de kilomètres carrés, fut désertée par sa faune. Seuls ceux qui n’accordèrent pas crédit aux chamans demeurèrent dans la zone dangereuse. Tout cela semble clair. Manifestement, les chamans qui «parlaient avec l’esprit des ancêtres» avertirent de bonne heure des événements à venir. Les animaux, les oiseaux, les poissons réagirent instinctivement à l’approche du danger, percevant l’influence négative de l’augmentation du champ électromagnétique terrestre dans cette partie de la taïga.
Après avoir étudié les textes d’Olonkho, avoir parlé à des chasseurs et aux témoins encore en vie, nous avons acquis l’impression que le complexe en question est éparpillé dans différentes parties de la taïga et généralement situé sous terre.




L’Installation: centrale énergétique

La destruction ou la déviation de météorites et astéroïdes semblent être obtenue au moyen d’un champ de force véhiculé sous forme concentrée par des sortes des structures électromagnétiques semblables à des sphères lumineuses incandescentes. Cela s’apparente au phénomène de la foudre en boule, à ceci près que la taille de la plus grosse foudre en boule connue de la sciece mesurait environ deux mètres de diamètre, alors que les sphères qui seraient utilisées pour dévier ou détruire des
météorites auraient des dimensions gigantesques: quelques 60 mètres de diamètre !
Ce que des milliers de personnes ont vu en 1908, dans une large partie de la Sibérie, était le vol de ces sphères, que ces témoins ont identifiées à un essaim d’énormes foudres en boules.
Ces «sphères de plasma» sont apparemment produites par une centrale énergétique enfouie profondément sous terre en un lieu délibérément choisi, associé à une zone géophysique particulière de la planète: l’anomalie magnétique de l’est sibérien. La revue Teknika Molodiozhi (n°1, 1984) la désigne comme «une super-anomalie magnétique dont la source se situe à une profondeur égale à la moitié du rayon terrestre». En d’autres termes, cette centrale tirerait son énergie de la planète et serait, en somme, elle-même la cause de l’anomalie magnétique.
Deux mois avant l’explosion, des préparatifs s’engagèrent pour parer à l’approche de la météorite de Tunkuzka (Kulik avait donc raison sur le fond: il s’agissait bien d’une météorite), confirmés par la réaction des chamans et de la faune de la taïga. Environ dix jours avant l’explosion, l’Installation située dans la Vallée de la Mort entra en activité. Ce fut l’activation de la centrale et la montée en énergie en vue de la génération des sphères électromagnétiques qui affecta l’environnement et fut la cause de l’apparition d’anomalies atmosphériques importantes liées à une tension accrue du champ magnétique terrestre.
Les effets produits par l’Installation furent si puissants, qu’au cours des dix jours qui précédèrent l’explosion, dans de nombreux pays d’Europe autant qu’à l’ouest de la Sibérie, les nuits connurent une illumination inhabituelle, comme si ces pays étaient le théâtre du phénomène de «nuit blanche» familier des étés de hautes latitudes. Partout, dans les lueurs de l’aube et du crépuscule, apparurent des nuages argentés s’étendant d’est en ouest; formait le long des lignes de force comme ceux qui se produisent entre les pôles d’un aimant. L’impression régnait, comme le nota le chercheur E. Krinov, qu’un phénomène naturel inhabituel se préparait.



Léonid Kulik, premier chercheur
sur l'explosion du Tunguska (1930)

Plusieurs années plus tard, des chercheurs de Tomsk découvrirent une publication oubliée, d’un certain professeur Weber, faisant état d’une forte perturbation géomagnétique observée dans un laboratoire de l’université de Kiel, en Allemagne. Le phénomène dura pendant les trois jours qui précédèrent l’intrusion de la météorite du Tunguska et prit fin dans l’heure même où le bolide explosa au-dessus du plateau central sibérien.



La météorite de Tunguska et les «Terminateurs»


Les dix jours s’écoulèrent et, le matin du 30 juin 1908, un objet venant de l’espace pénétra l’atmosphère terrestre à une grande vitesse sur une trajectoire sud-est nord-ouest. La détermination de la trajectoire est un élément important dans l’enquête car, comme nous le verrons, plusieurs objets, provenant de directions différentes, convergeaient dans le ciel de la taïga vers le lieu de l’explosion. L’incohérence apparente des témoignages induisit la confusion chez les chercheurs, car des témoins situés très loin les uns des autres observèrent simultanément plusieurs objets sur des trajectoires différentes, bien que convergeant vers le même point. C’est ce qui suscita l’hypothèse qu’il s’agissait d’un vaisseau spatial effectuant des manoeuvres dans le ciel.
Trente-huit minutes avant la destruction de la météorite, le complexe de la Vallée de la Mort entra dans sa phase d’action la plus intense: la génération des sphères que, par commodité, nous appellerons les «terminateurs».
A la mine de Stepanovsky (non loin de la ville d’Yuzhno-Eniseisk), un séisme advint trente minutes avant la chute de la météorite.
Un témoin de l’événement, posté près d’un petit lac, sentit le sol trembler sous ses pieds. Il fut soudain envahi d’un sentiment profond, inhumain, inexplicable, de peur; comme si une force intérieure le poussait à s’éloigner du lac. À cet instant, l’eau du lac commença à baisser, s’écoulant par le fond, qui apparut aussitôt et s’ouvrit comme deux feuilles qui s’écartent. Des échancrures marquaient les rives des deux énormes lèvres de l’ouverture. Habité d’une terreur animale, le témoin prit ses jambes à son cou.
Après avoir couru une bonne distance, il trébucha sur une plante, tomba et, se relevant, regarda en arrière pour voir une colonne de lumière étincelante monter du lac. Au sommet de celle-ci se trouvait une boule. Tout cela s’accompagnait d’un terrible rugissement et bourdonnement. Ses vêtements commencèrent à roussir et il fut brûlé au visage et aux oreilles par les radiations...

Cette histoire s’accorde de manière étonnante avec l’épique Olonkho; tandis que les récits des anciens citent une région dénommée Tong Duurai... où coule la rivière Ottoamokh... («trous dans le sol») et recélant des puits de profondeur insondable connus sous le nom de «gouffres ricanants». Les légendes racontent que des tornades fl amboyantes s’en échappent. Après une longue période d’accalmie, environ un siècle avant chaque forte explosion ou série d’explosions, se produisait un événement moins important. Une fine colonne de feu jaillissait de «la bouche de fer». À son sommet apparaissait une très grosse boule. Elle était escortée en vol par une suite, «un essaim de tornades mortellement sanglantes» qui ravageaient toute la région. Accompagnée de quatre coups de tonnerre successifs, elle montait à grande hauteur et s’éloignait, laissant derrière elle une traînée de feu et de fumée». Ensuite une save d’explosions résonnait au loin...

Il est remarquable que les légendes Yakut contiennent autant de références à des explosions, des tourbillons de feu et le lancement de sphères incandescentes émises par des «orifices crachant la fumée et le feu» munies d’un «couvercle de fer», sous lequel se cache une contrée souterraine. Elle héberge un scélérat de feu «qui sème la contagion et lance des boules de feu»: le géant Uot Usumu Tong Duurai (qui signifie approximativement «l’étranger criminel qui a percé la Terre et se cache en profondeur, détruisant tout alentour avec une tornade de feu»).



Témoins oculaires


Ainsi parlent les légendes. Mais voici le récit de G.K. Kulesh, observateur dans une station météo de Kirensk, à environ 460 km du site de l’explosion de Tunguska:
« Le 30 juin, de 07h15 à 08h00 environ, un étrange phénomène fut observé dans le nord-ouest de Kirensk. Comme j’étais occupé à enregistrer les données des instruments météorologiques, je ne l’ai pas vu moi-même mais je livre l’essentiel de ce que relatent les témoins:
...vers 07h17, dans le nord-ouest, apparut un pilier... ...incandescent d’environ quatre sagens (plus de 8 m) de diamètre en forme de pointe de lance. Lorsqu’il... disparut, cinq puissantes détonations se firent entendre, comme des coups de canon se succédant rapidement. Un nuage épais apparut alors à cet endroit. Par deux fois, et à 15 minutes d'intervalle, de nouvelles déflagrations furent entendues. Le passeur, ancien soldat, homme intelligent et à l’esprit ouvert, compta 14 coups en trois séries. Etant en service au bord de la rivière il assista de bout en bout à l’événement.
Beaucoup de gens virent la colonne de feu, mais les détonations furent entendues par un bien plus grand nombre encore. Des paysans du village de Karelinaya, qui se trouve à 20 versts (21 km) de Kirensk dans le proche Tunguska, étaient en ville. Ils déclarèrent avoir perçu une puissante secousse tellurique, au point que des vitres furent brisées dans les maisons... le tracé du barographe corrobore cette information.
»

Dans les archives de l’ancien observatoire magnétique et météorologique de Irkutsk, des enquêteurs trouvèrent des notes de la main de A.K. Kokorine, observateur dans une station météo sur la rivière Kezhma, à environ 600 km de l’épicentre de l’explosion de Tunguska. Dans les pages de juin 1908 de son journal d’observations, la rubrique «notes» contient une mention particulièrement importante. Elle témoigne du fait qu’il y avait certainement plus d’un objet dans le ciel à ce moment:
« À 07h00, deux gigantesques sphères de feu apparurent au nord et disparurent quatre minutes plus tard. Peu de temps après, un grand bruit, analogue à celui du vent, se fi t entendre comme se déplaçant du nord au sud. Cela dura environ cinq minutes et fut suivi de bruits de tonnerre, comme de très puissants coups de canon qui firent trembler les fenêtres. Ces coups, suivis d’un claquement semblable à un coup de fusil, durèrent deux minutes. Cela se produisit en plein jour. »

À ce moment-là, T. Naumenko observait le vol d’une sphère depuis le village de Kezhma qui se trouve sur la rivière Angara. Il affirma que le diamètre apparent de l’objet était supérieur à celui de la Lune et qu’il traversa devant le Soleil qui, à ce moment, était à 27° au-dessus de l’horizon. Au même moment, la météorite de Tunguska passa au-dessus du village de Mironovo (58°14’ N, 109°29’ E).
Les premiers à voir le vol d’un des «terminateurs», porteur d’une puissante charge électromagnétique, furent les habitants du village de Alexandrovka (dans le sud de l’Altai), situé à près de 1.500 km du site de l’explosion.
Le récit de Nikanorovich Kudriavtsev, qui assista au passage de la sphère incandescente, comporte des détails indiquant la nature électromagnétique du «terminateur»:
« ...il faisait bien clair le 30 juin 1908 ... j’étais assis en face d’une fenêtre orientée vers le nord-ouest. Notre village, Alexandrovka, s’étire dans une gorge... De l’autre côté du village, sur la crête Semi, se dresse le pic du mont Gliaden. À sept heures du matin, le Soleil était levé mais n’émergeait pas encore de la montagne. Alors, soudain, une sphère brillante apparut dans le ciel et augmenta rapidement en taille et en luminosité. Elle se déplaçait vers le nord-ouest. Elle avait la dimension apparente de la Lune, mais était plus brillante, sans être aveuglante, car on pouvait suivre sa trajectoire sans la quitter des yeux. Elle se déplaçait très rapidement, émettant une traînée de fumée blanche plus large que la sphère elle-même. Dès l’apparition de la sphère, toutes les environs furent baignées d’une lumière étrange qui n’augmentait pas régulièrement mais de manière fluctuante, par éclats ondoyants. Il n’y eut pas de bruit, pas de vrombissement, mais la lumière fluctuante, non naturelle, engendrait une sorte de peur, d’angoisse... »

Questionné par le Dr. F. Landberg à Kansk le 11 octobre 1921, Ye. Sarychev indiqua:
« Au moment où le bruit commença, apparut dans le ciel une luminescence de forme ronde, d’à peu près la moitié de la taille de la Lune, assorti d’une teinte bleuâtre, volant rapidement selon une trajectoire qui allait de Filimonovo vers Irkutsk. Cette brillance laissait une traînée en forme de bande bleuâtre pâle qui s’étirait sur la quasi totalité de la trajectoire puis disparaissait à partir de son origine. La brillance disparut derrière la montagne sans s’éteindre. Je ne pus mesurer la durée du phénomène, mais ce fut très court. Le temps était tout à fait clair et calme. »

Simultanément, le vol d’un objet aérien fut observé au sud du territoire de Krasnoyarsk, à 60 km au nord de Minusinsk, soit 930 km de l’explosion, mais sur une trajectoire différente. À peu près au même moment, un objet fut aperçu dans la région de la communauté de Nizhneye-Ilimskoye, à 418 km du site de l’explosion. Enfin, on put confirmer qu’un objet aérien survola le village de Preobrazhenka qui se trouve sur la rivière Nizhniaya (basse) Tunguska. Tous ces objets évoluèrent dans la même direction, vers un même but: la zone d’explosion de Shishkov et Kulik et le cratère de Voronov !



Région du Tunguska et du lac Baïkal avec différentes trajectoires convergentes observées


Il ressort clairement des témoignages que les objets observés dans différentes parties de la taïga ne pouvaient être des météorites. Un certain nombre d’entre eux s’inscrirent sur des trajectoires différentes convergeant vers un même point. Très curieusement, bien qu’ayant longuement questionné les témoins, les scientifiques et les chercheurs ne prirent pas conscience de la différence qu’il y avait entre le comportement d’une météorite et celui des «terminateurs» se dirigeant vers elle pour la détruire.
La traversée de l’atmosphère par une météorite est un phénomène bien connu: cela ne dure que quelques secondes, la vitesse est très élevée, entre 6 et 22 km/s, la trajectoire est rectiligne et oblique par rapport à la surface terrestre et le... bolide laisse une traînée de feu et de fumée qui peut s’étendre sur 200 ou 300 km et ne se disperse qu’au bout de plusieurs dizaines de minutes.

Les rapports des chercheurs et scientifiques ne font état que d’un seul objet sur la Tunguska. Or, les témoignages et les indices récoltés par ces même chercheurs montrent sans doute possible qu’il y eut plusieurs objets, sur des trajectoires différentes, et surtout que certains se déplaçaient lentement, parallèlement à la surface terrestre, s’arrêtaient même, changeaient de cap et de vitesse, bref, qu’ils manoeuvraient.
Cela exclut totalement l’hypothèse de météorites ou de comètes, incapables de se comporter de cette façon. Il est impossible que des milliers d’observateurs se soient trompés sur ce qu’ils observèrent dans un ciel sans nuages. Des personnes situées dans un rayon de plus de 800 km autour du point de chute de l’intrus ont remarqué le vol inhabituel d’imposants objets incandescents suivis de traînées arc-en-ciel. L’élément déterminant réside dans les différences d’aspects et de comportements de ces «terminateurs».
Après que les «terminateurs» aient été engendrés par silos de l’Installation, ils rejoignirent un point de contrôle d’où leurs mouvements furent coordonnés pour converger vers la destruction de la météorite. À certaines cotes de leurs parcours, les sphères s’immobilisèrent pour ajuster leurs positions, puis repartirent à très grande vitesse, vrombissant vers leur objectif.
Voici un extrait du récit d’un témoin qui habitait le village de Moga, sur la Nizhniaya Tunguska, à 300 km à l’est du lieu de l’explosion. Ce texte explicite fut reproduit dans le livre de Yury Sbitnev Echo :
« ...j’avais onze ans et je me souviens bien. Je m’étais levé tôt... Il faisait clair, sans nuages... Notre maison était ici même, où elle est toujours, sur la colline. J’étais en train de battre la faux.
Je martelais, mais perçu un bruit semblait venir d’ailleurs. J’arrêtai mon geste et tendis l’oreille, un grand bruit se fi t entendre. Le ciel était parfaitement clair, sans un nuage. À l’époque il n’y avait là-bas aucun avion ni hélicoptère, évidemment; nous ne connûmes cela que beaucoup plus tard. Mais il y avait ce bruit; ce n’était pas comme de l’orage, cela augmentait, vrombissait de plus en plus fort... Soudain, un deuxième soleil glissa dans le ciel. Le nôtre, le vrai, me chauffait la nuque mais celui-ci me tapait dans l’oeil. Je ne pouvais regarder, tout devint noir. Je me précipitai dans la maison et ce nouveau soleil brillait à travers cette fenêtre et sa lumière se déplaçait sur le feu, comme ça... Comme la majorité des maisons russes au bord des rivières du nord, la maison avait ses fenêtres orientées au sud. Il y avait une petite fenêtre du côté nord-ouest et c’est par là que ce «soleil» dardait ses rayons, illuminant de rouge la face blanche du grand poêle russe. Cette lumière se déplaçait de gauche à droite, vers l’est, tandis que le Soleil éclairait l’autre face du poêle à travers les autres fenêtres. Je regardai ce «soleil» qui éclairait par la petite fenêtre et je restai bouche bée. Je n’avais jamais rien vu de semblable, et le bruit continuait. Cela ne s’arrêtait pas. Mon grand-père s’assit sur le poêle et commença à psalmodier une prière. Il chanta et me dit : «Stiopa, prions ! Vous tous, priez ! Voici que cela arrive... c’est venu...
[Les chamans avaient prédit la fin du monde].
Quelle prière? Je voulais me sauver et je ne savais où. Le bruit était partout. Et une boule enflammée venait vers nous. Elle se déplaçait sur le poêle et alors elle s’arrêta...
La sphère incandescente apparue dans un ciel sans nuages s’approchait du sol dans un grondement. Elle grandissait à vue d’oeil et devenait tellement brillante qu’on ne pouvait plus la regarder. À un moment donné, le grondement devint un mugissement et elle s’arrêta au dessus du sol, comme le Soleil au moment de se coucher. Il est difficile de dire combien de temps elle resta immobile, mais ce fut assez pour me laisser en mémoire une empreinte indélébile.
Je n’osai regarder dehors, mais c’est la lumière sur le poêle qui me permit de savoir qu’elle s’était arrêtée. Soudain, le rayon balaya un instant la surface du poêle, la sphère partit à très grande vitesse dans un épouvantable bruit de tonnerre et la terre trembla. Je fus jeté à terre et la vitre de la fenêtre implosa comme si quelqu’un l’avait poussée de l’extérieur... Je n’y restai pas longtemps, je bondis en pensant «où est grand-père, a-t-il été projeté ?» Il était couché sur le ventre, au bord du poêle, et il me demandait «Stiopa, qu’est-ce, Stiopa, qu’est-ce ?» Il était pâle et… tout mouillé… Je crois que le sol tremblait encore, le plancher bougeait sous mes pieds, ou était-ce mes jambes qui tremblaient ? C’était terrifiant.
Personne ne comprenait où était allé ce soleil. Il brillait l’instant d’avant, si fort que cela avait oblitéré toutes les ombres. La lumière éclatante avait supprimé toutes les formes agréables, familières. Du brin d’herbe au cèdre, tout avait soudain changé d’aspect. Les couleurs avaient disparu ainsi que le relief des choses, leur chaleur, leur tendresse; notre monde était modifié...
»

À en juger par les détails de cette narration, le témoin avait dû se trouver à proximité du lieu où une sphère «terminateur» avait été générée; en d’autres termes, tout près d’un de ces piliers d’énergie (tornades de feu) éjectant le «terminateur» vers la surface.
La description recueillie par Sbytnev comporte un élément important:
« Quelqu’un vit aussi un pilier de feu descendant de la boule incandescente, et, pendant un moment, apparut une sorte d’arbre gigantesque avec une couronne de feu. Quelqu’un remarqua que cette rugissante gerbe de lumière éjecta une autre boule qui fila vers l’est. D’autres cependant dirent qu’il n’y avait pas eu de deuxième sphère, mais que ce soleil lui-même s’était projeté en oblique.
Beaucoup le virent et il y eut de nombreuses versions différentes. Mais tout le monde était d’accord sur le fait que cet objet flamboyant s’était arrêté un moment au-dessus du sol, avec un intense vrombissement... Alors, il y eut une sorte d’explosion; le sol trembla, l’objet démarra rapidement et s’éleva dans un grand bruit. Puis cela diminua, l’éclat de lumière faiblit jusqu’à ne plus pouvoir être distingué dans le vaste espace du ciel. La chose avait été là; l’instant d’après elle était partie... »


Semant une tempête de cailloux, faisant jaillir l’éclair,
retentir le quadruple tonnerre derrière lui,
Niurgun Bootur vole sans dévier.

Un examen attentif d’Olonko mène à une conclusion importante. Certains éléments du poème correspondent exactement à des événements qui se produisent périodiquement sur la toundra sibérienne. Il est clair qu’Olonko fait écho aux récits des témoins. En voici encore quelques lignes :


À trois jours de marche, Vous verrez monter la fumée,
s’élargissant en haut comme un champignon.
La terre environnante se couvrit de poussières et de cendres.
La fumée tournoya epaisse et noire, montant au ciel en nuage noir, obscurcissant le Soleil.

À différentes époques, ce spectacle fut observé par des milliers de personnes. Parmi les récits de cette nature, un des plus intéressants est le rapport qu’I.V. Bogatyrev trouva dans les archives de la Marine d’Etat de l’URSS, il émane du Baron de Bij, Ambassadeur des Pays Bas :
« Le 2 (13) avril 1716, le deuxième jour après les fêtes de Pâques, vers neuf heures du soir, dans un ciel pur sans nuages, apparut un météore extrêmement brillant dont voici la description.
Dans le ciel vers le nord-est s’éleva de l’horizon un nuage très dense, pointu au sommet et large à la base. Il monta si vite, qu’en moins de trois minutes, il fut à mi-distance du zénith.
À l’instant où ce nuage sombre apparut, une énorme comète brillante approcha du nord-ouest à une hauteur d’environ 12° au-dessus de l’horizon. À cet instant, un autre nuage sombre s’éleva à l’ouest, montant un peu plus vite à la rencontre du précédent. Dans le nord-est, entre ces deux nuages, se forma une colonne de lumière brillante qui, pendant plusieurs minutes, demeura dans la même position, tandis que le nuage venu de l’ouest la rjoignit à une vitesse incroyable et entra en collision avec l’autre nuage. L’impact fut tel qu’il émit une large flamme dans le ciel, accompagnée de la fumée et d'une luminescence qui s’étendit dunord-est à l’ouest. La fumée monta jusqu’à 20° au-dessus de l’horizon, traversée constamment dans toutes les directions par des jets de flammes, comme s’il y avait un combat entre plusieurs armées ou marines.
Ce prodigieux spectacle dura un bon quart d’heure dans sa phase la plus brillante et commença ensuite à pâlir progressivement pour terminer sous la forme d’un essaim de flèches lumineuses qui montèrent jusqu’à 80° sur l’horizon. Le nuage qui était monté à l’est se dissipa, ce que fit l’autre un peu plus tard, si bien qu’à dix heures du soir le ciel fut à nouveau dégagé et plein d’étoiles. On a peine à imaginer la terreur qu’inspirait cette collision des deux nuages, leur pulvérisation, la gerbe de nuages plus petits qui jaillirent à vitesse énorme vers l’ouest, et la flamme qui jaillit de cela, aveuglante, dans un bruit de tonnerre.
»




L’Installation : prouesse de haute technologie


Lorsqu’on analyse les conséquences des explosions qui se sont produites dans la taïga sibérienne au cours des cents dernières années, on éprouve un pincement de coeur et un sentiment de gratitude et d’admiration à l’égard de la puissance créatrice de ceux qui, il y a des milliers d’années, ont conçu un dispositif destiné à protéger notre belle planète et ses habitants. Le premier choc infligé à la météorite, alors qu’elle se trouve encore loin de la Terre, la dévie suffisamment de sa trajectoire pour que les conséquences des explosions qui la détruisent, se produisent loin des régions peuplées !



Par Valery Uvarov © 2004.
Département N13 de l’Académie Nationale de
Sécurité, St. Petersbourg, Russie.
Tél. +7 (812) 237 1841. E-mail :
nsa@homeuser.ru et departement13@mail.ru.


Traduction : André Dufour





source: NEXUS n°37 (mars-avril 2005)





à suivre PAGE 3


Dernière édition par invitée le Mar 3 Mai 2011 - 13:17, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: EXPLOSION DU TUNGUSKA   Mar 15 Fév 2011 - 18:33

PAGE 3




III - LES MYSTÈRES DE LA « VALLÉE DE LA MORT » EN SIBÉRIE



Les preuves et témoignages s'accumulent pour indiquer qu'en 1908 au Tunguska,
une météorite fut détruite par des sphères de plasma dirigées, dites «exterminatrices»,
utilisant une technologie capable de compenser sa chute pour en tirer une force explosive,
alors que l'humanité ne disposait pas de ce savoir faire.


Revenons au 30 juin 1908 et aux événements rapportés par les témoins oculaires. L'ensemble du phénomène se déroula à peu près selon le scénario suivant. Vers 07h15 du matin, la météorite surgit sur une trajectoire sud-est à nord-ouest.
À Preobrazhenka, I.M.Volozhin vit «une bande de fumée d'où s'échappaient des langues de feu» se déplacer à travers le ciel. C'était la météorite se précipitant vers la Terre.
Les habitants de la région de Kirensk rapportèrent : ...une colonne incandescente d'environ 6 m de diamètre et en forme de lance apparut au nord-ouest. Lorsqu'elle disparut, on entendit cinq détonations brèves et puissantes, comme des coups de canon, se succédant rapidement...
Depuis le comptoir commercial de Teteria, dans la direction du nord et depuis d'autres localités (Kezhma, Nizhne-Ilimsk, Vitim) qui ne se trouvent pas sur une même ligne, on observa ces «piliers de feu»...




Une lueur rouge lors de l'apparition des sphères, avant l'explosion

L'émergence des «exterminatrices» à la surface de la croûte terrestre constitue la phase la plus énergétique de l'évènement, les «piliers d'énergie» et les «exterminatrices» émettant une lumière blanche intense, similaire à celle d'un arc de soudure. L'intensité lumineuse était telle que les témoins eurent l'impression que tout l'environnement avait disparu ou s'était obscurci. Après cette phase, le niveau d'énergie diminuant, les piliers et les «exterminatrices» virèrent au rouge, illuminant la région préalablement à l'explosion. Interviewé à Vanavara, Maxim Kainachenok, un Evenk (peuple de Sibérie) d'une cinquantaine d'années, raconta :
...Mes parents s'étaient arrêtés sur la Segochamba. La terre se mit à trembler et on entendit du tonnerre. Il y eut d'abord un rougeoiement, puis le tonnerre. La lueur rouge ne venait pas de Vanavara. Au moment de la chute de la météorite, mon oncle Axenov sortit pour s'occuper des rennes et raconta que, pour commencer, au dessus du lieu de l'explosion tout devint noir, puis rouge, et qu'ensuite il entendit le tonnerre...
Cela fut confirmé par Anna Yelkina, une Evenk de 75 ans qui habitait Vanavara :
Tôt le matin... un peu plus haut que le Soleil il y eut un coup de foudre. Très haut. Le ciel entier devint rouge, et pas seulement le ciel : tout devint rouge aux alentours, la terre et le ciel. Un grondement puissant se fit entendre. Un bruit de cloche, comme si des gens frappaient sur du fer. Le tonnerre dura environ une demi-heure...




Le vol des «exterminatrices»

Immédiatement après l'apparition des colonnes de lumière, les brillantes sphères «exterminatrices» entamèrent leur périple vers le lieu de l'explosion. N. Ponomarev, du village de Nizhne-Ilimsk, fit un témoignage similaire à ceux de milliers d'autres :
A 07h20, on entendit, près de Nizhne-Ilimsk, un grand bruit qui se mua en roulements de tonnerre... Certaines maisons en furent secouées. De nombreux habitants virent qu'avant ces sons «un corps incandescent de la forme d'une bûche» se déplaçait rapidement au-dessus du sol du sud vers le nord-ouest. Immédiatement après, un fracas retentit et, à l'endroit où l'objet incandescent avait disparu, on vit du feu, puis de la fumée...
K.A. Kokorin, un habitant de Kezhma, répondit, en 1930, aux questions de Ye.L. Krinov :
Trois ou quatre jours avant la fête de St. Pierre, vers huit heures du matin au plus tard, j'entendis ce qui ressemblait à une canonnade. Je me précipitai dans la cour qui est orientée à l'ouest et sud-ouest. Les bruits continuaient et je vis, au sud-ouest, environ à mi-hauteur entre l'horizon et le zénith, une boule rouge qui se déplaçait ; des raies multicolores apparaissaient à ses côtés et derrière.
Au même moment, à Kirensk, des témoins observaient, vers le nord-ouest, une boule incandescente rouge qui, selon certains se déplaçait horizontalement, selon d'autres plongeait vers le sol.
Non loin des chutes de la Mursky (près du village de Boguchany) jaillit un éclat de lumière bleuâtre et un objet incandescent, nettement plus gros que le Soleil, se précipita depuis le sud en laissant une large traînée lumineuse...




Interception de la météorite

La météorite fut interceptée par une «exterminatrice» qui la percuta par le haut, réduisant brutalement sa vitesse et libérant une telle quantité d'énergie, combinée avec celle de l'exterminatrice, que cela fit littéralement fondre la matière de la météorite.
Dans le numéro du 2 juillet [calendrier julien : soit 15 juillet grégorien] 1908 du journal d'Irkutsk, le Sibir, le correspondant S. Kulesh écrit :
[NDT : en 1908, la Russie utilisait encore le calendrier julien, le calendrier grégorien ne fut adopté qu'en 1917, après la révolution. Depuis 1582, le décalage avait atteint 13 jours]
Le matin du 17 juin [30 juin], dans le village de Nizhne-Kerelinskoye (à quelques 215 km au nord de Kirensk), les paysans observèrent, dans le nord-ouest, bien au-dessus de l'horizon, un objet dégageant une lumière bleue-blanche d'exceptionnelle intensité (impossible à regarder) se déplaçant vers le bas pendant dix minutes... En approchant du sol (forestier), l'objet incandescent sembla fondre. Un immense nuage de fumée noire apparut à sa place, accompagné d'un bruit énorme (qui n 'était pas la foudre), comme une chute de pierres ou une canonnade. Tous les bâtiments furent secoués. Au même instant, des flammes de toutes les formes commencèrent à jaillir du nuage...
Voici le récit de S.B. Semionov, qui se trouvait à Vanavara, à 100 km du lieu du désastre :
...Brusquement, loin au-dessus des arbres, une large langue de feu déchira le ciel vers le nord et l'embrasa. je ressentis une telle chaleur que j'eus l'impression que ma chemise avait pris feu. Je voulus crier, arracher le vêtement, mais à cet instant le ciel se referma brutalement dans un bruit énorme. Je fus projeté au sol à trois sagens (4,5 m). Au moment où le ciel s'était ouvert, un vent chaud était passé sur les maisons, comme un coup de canon, laissant au sol des traînées et abîmant les gros oignons. On découvrit alors que de nombreuses vitres avaient éclaté et que le moraillon en fer de la porte de la grange était brisé...
P.P. Kosolapov, qui s'était tenu près de Semionov, senti une brûlure aux oreilles mais ne remarqua aucun phénomène lumineux. A cinquante kilomètres de l'explosion, les vêtements des gens se mirent à roussir par la chaleur insupportable qui leur parvint du fond de la taïga. A soixante kilomètres, personne ne pouvait supporter le contact brûlant du sol. A six cents kilomètres, l'éclat obscurcit le Soleil.




Des forces explosives compensées

Questionnés par les scientifiques, les habitants racontèrent qu'en certains lieux, juste avant la terrible explosion, des arbres, des yourtes et des pans de collines furent aspirés vers le ciel, tandis que dans les rivières, des mascarets se propagèrent à contre-courant. Ces observations indiquent sans aucun doute qu'une implosion eut lieu, provoquant une aspiration centripète, tandis que simultanément une composante agissait dans le sens inverse, car les arbres autour de l'épicentre du souffle furent couchés radialement vers l'extérieur. Cette opposition des effets révèle une technologie compensatrice des forces explosives. Les rapports de nombreux témoins permettent d'élaborer le scénario d'une onde de choc dont les pressions furent distribuées de manière bien ordonnée.
Les rapports de recherches et les interviews comprennent un nombre important de données qui n'ont pas, à l'époque, retenu l'attention des spécialistes. Par exemple, des indications selon lesquelles les chocs, les bruits et les éclairs qui accompagnaient l'explosion ont été décrits différemment par des témoins qui se trouvaient à peu de distance les uns des autres, certains les ayants qualifiés de terrifiants et d'autres d'insignifiants, voire, imperceptibles.
Certains témoins qui furent assez près du lieu de l'explosion affirmèrent ne pas avoir perçu de souffle, ni de mouvements du sol, alors que dans d'autres communautés, situées à 600 km de l'épicentre, les maisons tremblèrent, les vitres volèrent en éclats et les parois des foyers fermés se fendirent.
Autrement dit, fonde de choc principale de l'explosion semble avoir été compensée de manière à ce que le moins de monde possible en souffrit, bien qu'il s'avéra impossible d'éviter des victimes surtout parmi les animaux (des milliers de rennes et quelques humains, qui n'avaient pas accordé crédit aux avertissements des chamans et étaient resté dans la zone dangereuse, périrent).
Ce n'est pas la première fois que les chercheurs rencontrent un cas de recours à une technologie de compensation de forces explosives. Le processus et les effets de l'explosion du Tunguska ressemblent à ceux de l'événement du 12 avril 1991 à Sasovo, à 500 km au sud de Moscou. Un examen détaillé indique que, dans les deux cas, la force principale de l'onde de choc et les effets d'explosions gigantesques furent, en quelque sorte, évacués vers un espace (une dimension) différent !
Un des signes spécifiques révélateur d'une technologie explosive compensatoire est le bruit caractéristique précédent et concluant le souffle principal. Tant à la Tunguska qu'à Sasovo, (où se forma un cratère de 28 m de diamètre sur 3,5 m de profondeur au plein milieu de la ville), le fracas de l'explosion proprement dite fut précédé et puis suivi d'un son que les témoins du Tunguska décrivirent comme «semblable à du vent qui soufflait du nord au sud». D'autres évoquèrent ce bruit comme celui du passage d'un obus de trois pouces. Remarquez que ce bruit précédait l'explosion et se fit aussi entendre après, comme si un objet s'éloignait du lieu du désastre. Dans le cas de Sasovo, les témoins comparèrent le bruit à celui d'un avion à réaction qui tombait ou qui s'éloignait.
Voici le témoignage de Nikitina, une femme qui travaillait à la gare de Sasovo :
Il y eut soudain un vrombissement croissant ; les murs de la tour de contrôle où je me trouvais se mirent à trembler. Vint alors une explosion monstrueuse. Les vitrages s'écrasèrent au sol...
Ensuite les témoins décrivent un bruit qui semblait s'éloigner.
Globalement, tout cela produit la séquence suivante :
  1. un vrombissement croissant ;
  2. une puissante explosion ;
  3. un «bang», type supersonique, et un vrombissement décroissant, (comme celui d'un jet qui s'éloigne de l'observateur).

Le recours à une technologie de compensation fait immanquablement penser que des forces intelligentes contrôlaient toute l'opération. Si ce n'avait pas été le cas, les effets des explosions auraient été infiniment plus dévastateurs, coûtant probablement la vie à des centaines de milliers de personnes.
Sur la météorite du Tunguska, le premier impact fut donné par une terminatrice qui frappa de haut en bas et était au rendez-vous à environ 10.000 m d'altitude. L'explosion fut accompagnée d'un éclair aveuglant dont les radiations calcinèrent la végétation et allumèrent des incendies dans un rayon de 25 km.



Diagramme de la revue périodique Tekhnika i Molodezh (n° 1, 1984), montrant la localisation des témoins
et les trajectoires des "sphères terminatrices" prises pour la météorite selon ce qui a été rapporté par les chercheurs:
(1) Suslov,
(2) Astapovich,
(3) Krinov,
(4) Konenkin
(6) Fast
La flèche 5 indique la trajectoire déterminée par les expéditions qui ont
visité le site de l'explosion en se basant sur la direction des arbres couchés.





Distorsion espace-temps

La prodigieuse décharge électromagnétique qui se produisit au moment de l'impact de la terminatrice généra une remagnétisation des sols et des effets extrêmement puissants sur l'environnement et sur la structure spatio-temporelle du site de l'explosion. Il en résulta un changement de l'écoulement du temps physique qui fut observé, des décennies plus tard, par des expéditions scientifiques. La distorsion de l'espace-temps suite à une puissante décharge électromagnétique est une composante de la technologie de compensation.
Si nous pensons que les OVNI utilisent ce même champ électromagnétique pour passer d'une dimension à l'autre, alors certains traits caractéristiques des récits donnés par les témoins du Tunguska nous permettent de considérer les événements sous un jour nouveau, et de mettre en lumière des détails remarquables qui ont, jusqu'ici, échappé à l'attention des chercheurs.
Voici le récit de Ivan Kurkagyr, le fils d'un témoin du Tunguska. Il contient la curieuse description de la manière dont, au moment de l'explosion - qui est une puissante décharge électromagnétique entraînant une distorsion des formes - des personnes et des animaux furent instantanément déplacés vers d'autres lieux. Autrement dit, ils subirent un transfert spatial.
...Il y avait un grand rassemblement de tentes. Le matin, on entendit du tonnerre. Un orage incroyablement bruyant éclata. Il démolit les tentes, transporta les gens dans l 'air. Des personnes se retrouvèrent loin dans les marécages. Ils ne comprenaient pas... comment ils avaient pu être transportés là-bas. L'orage qui mit le feu à la taïga brûla aussi les rennes. Le feu se propagea. Il y avait là la tente d'un homme. Ce gars voulait rentrer chez lui. Il avait de l'argent dans son tursuk [sac en feutre]. Voyant le feu, il se précipita pour prendre l'argent. Il courut vers la rivière et les tentes. Le feu était en train de consumer les tentes [de ses voisins]. Les gens se jetèrent dans la rivière. Le feu passa sur l'eau. Ceux qui étaient dedans s'enflammèrent. Ils plongèrent, mais le feu alluma ceux-là aussi, brûlant leurs 'têtes. Et ainsi ils périrent tous.
Un autre indice révèle l'effet puissant du souffle sur la structure de l'espace-temps. Au moment de l'explosion, le ciel s'ouvrit et les gens purent voir l'espace extérieur, le ciel étoilé, au-delà de l'atmosphère.
Questionnée en 1930 par Krinov, A.S. Kosolapova, fille de S.B. Semionov, déclara :
J'avais 19 ans et au moment de la chute de la météorite je me trouvais au comptoir commercial de Vanavara. Marfa Briukhanova et moi étions allées chercher de l'eau à la source. Pendant que Marfa puisait l'eau, j'étais debout près d'elle, face au nord. A cet instant, le ciel s'ouvrit devant moi, jusqu'au sol et je vis un jet de feu. Nous eûmes peur et je parvins à dire : «Pourquoi le ciel s'ouvre-t-il en plein jour ? Je sais que le ciel s'ouvre la nuit, mais jamais en plein jour». Juste après, lorsque le ciel se referma, nous entendîmes des coups, comme le canon...

Au moment du premier impact, plusieurs sphères «exterminatrices» étaient en attente stationnaire, et leur énergie à haute fréquence grillait les sommets des arbres. Durant les dernières minutes avant l'événement final, plusieurs autres «exterminatrices» se précipitèrent vers la zone (qui reçut plus tard le nom de Kulik).
Parmi ceux qui virent les sphères incandescentes traverser le ciel, de nombreux témoins déclarèrent que leurs mouvements s'accompagnaient d'une lumière éblouissante et d'une forte émission de chaleur. Voici comment cet événement apparut au chantre admiratif du poème Olonko :


Kiun Erbiie
Insaisissable en vol, sans ombre,
Le rapide héraut - messager du Dyesegei céleste,
A la cotte de maille étincelante,
Plus rapide que l'éclair, Kiun Erbiie, le champion.
Il vola, une étoile en chute, seul sifflait l'air derrière lui...
Il fila comme une flèche audelà des limites du ciel jaune de l'ouest,
Vers la pente abrupte inférieure du ciel au-dessus de l'abîme.
Il vola en hauteur - seul retentit le tonnerre...
Un feu bleu brûlait derrière lui, un feu blanc se déchaînait dans son sillage,
Des étincelles rouges dansaient en essaim,
Une lueur jaillit dans les nuages...

Ce qui est remarquable, c'est que «les limites du ciel jaune de l'ouest» signifie exactement la région du Tunguska Podkamennaya !




Fragments de météorites

Pour comprendre la suite des événements, il faut appréhender de façon précise le rapport entre l'altitude du premier impact (10.000 m), la surface de destruction des arbres (beaucoup plus large que cette hauteur), et la distance de dispersion des fragments de météorite (des centaines de km). L'intervalle entre les explosions correspond au temps de vol des fragments d'un impact à l'autre.
Au dessus de la zone d'impact de Shishkov la météorite avait été réduite en plusieurs fragments. Ceux-ci s'éparpillèrent, mais les sphères «exterminatrices» les interceptèrent de plusieurs directions et les détruisirent. C'est pour cela que, d'une part, dans la zone des arbres déracinés les chercheurs trouvèrent plusieurs épicentres marqués par des troncs couchés dans tous les sens, tandis que, d'autre part, les témoins déclarèrent tous avoir entendu d'abord une explosion formidable (la fragmentation) et ensuite, en l'espace de cinq ou six minutes, une série de détonations ressemblant à une canonnade (destruction des fragments).



Étapes finales de la destruction de la météorite.


Après la fragmentation au-dessus de Shishkov, de grands morceaux restants continuèrent sur leur lancée en direction de la zone de Kulik. Cependant, ayant perdu une grande partie de leur énergie et de leur vitesse, ces fragments mirent une quinzaine de minutes pour couvrir la distance de 120 à 150 km (la vitesse d'un avion à réaction), après quoi il y eut une autre très forte explosion lorsque les «exterminatrices» les interceptèrent.
Dans la région d'Irkutsk, district de Nizhne-Ilimsk, un habitant du village de Berezovo, Yegor Ankudinov était en compagnie de son père et de son oncle en train d'abattre des pins pour construire une maison. Il raconte :
C'était une belle journée. Nous venions de prendre le petit déjeuner et commencions à couper du bois. Soudain un coup se fit entendre à proximité. Le sol se mit à trembler et des branches mortes tombèrent des arbres. Ensuite un peu plus tard, il y eut un autre coup de tonnerre ; comme le précédent, mais très très loin dans la direction du nord...
Le quotidien Krasnoyarets du 13 juillet [26 juillet grégorien] 1908 publia : Village de Kezhemskoye. Le 17 juin [30 juin] à 07h00, un bruit de vent violent se fit entendre. Immédiatement après il y eut une terrible déflagration, accompagnée d'une vibration du sol qui fit trembler le bâtiment, comme si celui-ci avait été heurté par une énorme grume ou un rocher. La déflagration fut suivie d'une autre, tout aussi puissante, puis d'une troisième. Dans l'intervalle entre la première et la seconde un grondement souterrain se fit entendre, comme si une dizaine de trains passaient ensemble sur la même voie. Ensuite, quelque chose qui ressemblait à un tir d'artillerie résonna pendant 5 à 6 minutes ; 50 à 60 coups se succédant rapidement à cadence pratiquement régulière, les derniers coups faiblissant progressivement. Une minute et demi à deux minutes après la fin du «tir», on entendit six coups successifs, comme des coups de canon, lointains mais clairement audibles et accompagnés de vibrations du sol...
Les gigantesques sphères de plasma s'étaient abattues sur les fragments de météorite, libérant une quantité colossale d'énergie pour détruire toute la matière de l'envahisseur cosmique. Considérant la probabilité que la rupture de la météorite ait dû la fragmenter en de nombreux petits morceaux, nous fûmes amenés à conclure que la charge électromagnétique des «exterminatrices» possédait une propriété particulière. Le vecteur du champ magnétique d'une terminatrice aurait agglutinés par attraction tous les fragments et les aurait ensuite détruits dans l'explosion suivante.
Il est possible qu'à hauteur de la zone de Shishkov (1) ou de Kulik (2), deux gros fragments, détachés de la météorite par le premier impact, aient été projetés à 100 km à droite de la trajectoire (4 et 5) [voir graphiques en bas de page] où ils auraient été rattrapés par des «exterminatrices» et littéralement réduits en poussière. L'énergie des «exterminatrices» était telle que, outre les radiations électromagnétiques vers la terre elles émettaient aussi de puissantes décharges électriques (comme la foudre).



Directions des troncs d'arbres couchés à l'épicentre de l'explosion.


Voyons les témoignages. Le matin du 30 juin, les frères Chuchancha et Chekaren, du clan des Shaniagir, dormaient sous leur tente qui avait été plantée au bord de la rivière Avarkitty. Ils furent réveillés par de puissantes secousses et le bruyant sifflement du vent :
Chekaren et moi sortîmes de nos sacs de couchage et fûmes sur le point de ramper hors de la tente lorsqu'il y eut soudain un violent coup de tonnerre. Ce fut le premier. Le sol commença à sursauter et a trembler et une rafale de vent balaya notre tente... J'assistai alors à un spectacle terrible : les troncs d'arbres tombaient, les aiguilles de pins brûlaient, les broussailles flambaient ainsi que la mousse à renne. Il y avait de la fumée partout, nous avions mal aux yeux. Il faisait terriblement chaud, assez pour en mourir. Soudain, au-dessus de la colline où la forêt était déjà tombée, la lumière devint intense et... comme si un autre Soleil était apparu... cela faisait mal aux yeux, je les fermai. Un énorme coup de tonnerre suivit immédiatement. Ce fut le second. C'était une matinée ensoleillée, sans nuage. Notre Soleil brillait, comme d'habitude, et voici qu'il y en avait un deuxième ! Alors nous vîmes, apparemment en altitude et dans une direction différente, un autre éclair et une forte détonation. Le vent nous saisit, nous jeta au sol et secoua les troncs abattus.
Nous observâmes les arbres qui tombaient, vîmes leurs têtes se briser et prendre feu. Chekaren me cria: «regarde là-haut» et pointa du doigt. Je vis un éclair, il jaillit encore dans un grand coup de tonnerre. Mais ce coup fut un peu moins fort qu'avant. C'était le quatrième, cette fois comme un tonnerre normal...
Il me revient aujourd'hui qu'il y en eut un cinquième, beaucoup plus faible, amorti et lointain.
Plus tard, les chercheurs découvrirent un nombre croissant d'arbres foudroyés à mesure qu'ils approchaient de l'épicentre où c'était le cas pour 80% d'entre eux. Ceci se trouve confirmé par les scientifiques de Novosibirsk qui démontrèrent que les arbres avaient été déracinés par un souffle radial (en étoile). Ils conclurent que l'objet qui avait éclaté ne devait avoir que quelques dizaines de mètres de diamètre et que des explosions subséquentes avaient brouillé la trace du souffle radial initial.
Des spécialistes ont affirmé que les décharges électriques avaient déchiré l'air pendant 2 à 15 minutes, donnant l'impression auditive d'un tir d'artillerie, alors que pendant tout ce temps leur source demeurait au-dessus de l'épicentre et ne se déplaçait pas à grande vitesse. En d'autres termes, l'objet arriva, s'arrêta et marqua l'environnement sous-jacent de multiples façons : par des radiations, des distorsion temporelles, des mutations...
La plus grosse partie de la météorite du Tunguska fut détruite au-dessus du site de Kulik, mais un morceau échappa et franchit encore 120 km avant d'arriver au sol. La destruction méthodique de tout ce que contenait la météorite laisse à penser qu'elle charriait une sorte de bactérie ou de virus dangereux pour la vie sur Terre. C'est pourquoi une des «exterminatrices» plongea au sol et acheva les restes de la météorite, ce qui provoqua un important séisme. Le résultat fut un cratère de 200 m de diamètre par 20 m de profondeur, que l'on appela plus tard «le cratère de Voronov».
Dans une lettre du 28 juillet 1908, Vakulin, le chef du département postal de Nizhne-Ilimsk, rapporta :
Le mardi 17 juin [30 juin], vers 08h00 (horloges non vérifiées), un nombre important d'habitants locaux disent avoir remarqué, vers le nord-ouest, une boule incandescente descendant d'est en ouest vers l'horizon et qui, en s'approchant du sol, se transforma en une colonne de feu puis disparut. Peu après, un nuage de fumée apparut montant de l'endroit de la chute.
Après quelques minutes, ils entendirent un grand bruit et des échos lointains, comme le tonnerre. Ils furent suivis de huit fortes détonations, comme des coups de canon. Le dernier coup, particulièrement puissant, s'accompagna d'un sifflement et provoqua un tremblement du sol et des bâtiments..
Certains témoins affirment que le bruit fit tomber des gens et que plusieurs perdirent connaissance pour ne revenir à eux que plusieurs jours plus tard. Le choc fit tomber des chevaux à genoux, mais ils ne prirent pas la fuite, ce qui indique qu'ils étaient figés de terreur. A certains endroits, le sol se fissura.
L'hypothèse selon laquelle la météorite transportait des micro-organismes dangereux est renforcée par l'observation qu'après sa destruction, l'Installation parcourut la surface de la Terre à la recherche de restants de matière météoritique. Les témoins abasourdis rapportèrent avoir vu des «exterminatrices» survoler la région de l'événement jusqu'au soir du 30 juin ! Ces sphères «exterminatrices», ou «météorites secondaires» ainsi qu'elles furent interprétées par certains chercheurs, furent observées par environ la moitié des témoins.






Les microsphérules de l'explosion de Tunguska

La composition chimique des microsphérules trouvées dans la tourbe du site de l'explosion fournit des indications indirectes qui vont dans le même sens : particulièrement riche en éléments alcalins, elle est inhabituelle pour des météorites. En réfléchissant au mécanisme opératoire des "terminatrices", nous pouvons supposer qu'avec leurs puissantes charges électromagnétiques, ces dernières étaient conçues pour se fixer à la météorite en vol et dévier sa trajectoire, afin de l'extraire de l'atmosphère terrestre. Si la route de la météorite rendait cette déviation impossible, les "terminatrices" détruisaient simplement le fragment rocheux, le faisant littéralement fondre en minuscules sphérules.
De nombreux prélèvements d'échantillons de sol à des distances variables du site de destruction ont révélé des sphérules de magnétite contenant jusqu'à 10% de nickel, ce qui confirme l'idée qu'elles venaient de l'espace. Outre celles de magnétite, on a trouvé des sphères de silicate. Ces dernières varient en taille de 5 à 400 microns. Les particules de magnétite offrent une grande diversité de formes et de caractéristiques de surface. A part la configuration majoritairement sphérique, on découvre aussi des particules en forme de goutte, résultant probablement de l'éclaboussement de matière météoritique fondue par les formidables températures dégagées par l'action des "terminatrices". Certaines sphérules ont des surfaces brillantes ; d'autres sont mates, granuleuses et même légèrement poreuses en raison, entre autres, d'une évaporation de la matière météoritique alors que cette dernière était encore visqueuse. Les sphères sont souvent creuses avec, à l'intérieur, un aspect de scorie. On trouve parfois des conglomérats de sphères de magnétite et de silicate, ce qui montre qu'elles se sont formées simultanément et révèle la composition complexe de la météorite de la Tunguska liée à la genèse de ces sphérules.
Les travaux effectués en 1961-62 ont démontré que la répartition des sphérules à la surface du sol correspond à un certain schéma. La plus grande concentration se situe sur une bande de 50 à 60 km de large qui s'étend sur 250 km vers le nord-ouest à partir de l'épicentre de l'explosion.
Dans la région du désastre, qui couvre une surface d'environ 130 km de rayon autour du site de Kulik, on peut délimiter trois zones dont la tourbe est enrichie de microsphérules. La première, en forme d'étroit croissant, entoure l'épicentre. La seconde retrace le mouvement du bolide à l'est et au nord-est de Kulik [zone 4 et 5] sur le cours supérieur de la rivière Chunia Sud : elle coïncide donc avec le début de la désintégration de la météorite. La troisième zone, très étendue et informe, se trouve précisément aux alentours du cratère de Voronov. Les microsphérules de cette dernière zone possèdent des particularités de structure et de formation qui les distinguent des autres, et cela n'est pas un hasard, car ici la destruction finale de la météorite eut lieu directement au sol, si bien que les matériaux météoritiques en cours d'évaporation se mélangèrent avec ceux du sol.
L'explosion fit s'évaporer complètement la météorite et les produits de ce processus s'éparpillèrent sous forme de sphères minuscules sur 15 000 km². On estime leur masse totale à une dizaine de tonnes. C'est ainsi que toutes les expéditions envoyées sur la zone ne trouvèrent rien de la météorite proprement dite, sinon ce saupoudrage de sphérules de magnétite et de silicate répandues sur la région par l'onde de choc.
Le poème épique Olonkho et des légendes encore vivantes nous content que c'est plusieurs décennies après le vol de Niurgun Bootur que Kiun Erbiie ("l'étincelant messager du ciel") prit son envol, annonçant la venue de Uot Usumu Tong Duurai. Cela suggère que l'on identifie l'explosion de la Tunguska en 1908 au personnage épique Niurgun Bootur.




L'explosion de Chulym en 1984

Les décennies passèrent et le 26 février 1984, une météorite traversa le ciel de la Sibérie d'ouest en est à une altitude estimée à 100 km, selon une trajectoire identique à celle de l'objet de 1908 sur la région de Tunguska. A ce moment-là, les passagers d'un bus qui circulait sur une section élevée de l'autoroute de Mirny observèrent, loin vers le nord, un mince "pilier de feu" qui s'allongea du sol vers le ciel, puis commença à subir diverses métamorphoses géométriques. Le spectacle, de couleur rouge, dura plusieurs minutes.
Des pêcheurs sur la rivière Chona virent monter vers le ciel depuis les collines du nord (région de la "Vallée de la Mort") deux énormes sphères étincelantes qui, prenant progressivement de la vitesse, disparurent verticalement dans les nuages. L'événement dura quelques minutes, après quoi les nuages restèrent luminescents pendant un certain temps. Alors, la météorite explosa dans le ciel en une gerbe d'étincelles au-dessus de la région de la rivière Chulym.
Une expédition sur place ne découvrit, comme dans le cas de la Tunguska, aucune trace de la météorite autre que les sphérules de magnétite et de silicate. Ils ne trouvèrent pas d'arbres déracinés sur de grandes surfaces, l'explosion ayant eu lieu à haute altitude.
Il semblait clair qu'il s'agissait de Kiun Erbiie, l'annonciateur de Uot Usumu Tong Duurai ; si bien qu'à l'aube du millénaire, les chercheurs étaient habités d'une fervente expectative.


La météorite de Vitim, en 2002

Si l'on en croit les légendes anciennes, l'approche de Uot Usumu Tong Duurai s'accompagne toujours de terribles destructions. Les expéditions dans la Vallée de la Mort prévues pour la fin du XXème et le début du XXIème siècle ont été plusieurs fois ajournées à la suite de rapports selon lesquels les animaux de Sibérie fuyaient leurs habitats. Les chercheurs interprétaient l'exode de la faune comme une indication que les installations énergétiques du complexe étaient entrées dans une phase active.
Ce que les scientifiques attendaient et craignaient tout à la fois, en vertu des prédictions très inquiétantes du Olonkho, se produisit en septembre 2002. Le premier rapport concernant le vol d'un objet spatial provint de l'armée américaine. Se fondant sur les données recueillies par un satellite militaire, le ministère américain de la Défense des Etats-Unis émit l'information qu'une grosse météorite tombait vers la zone de Bodaibo dans la région d'Irkutsk, en Russie. Le satellite enregistra, à une altitude de 62 km, l'apparition d'un objet brillant se déplaçant sous un angle de 32° par rapport à l'horizon. Les observations se poursuivirent jusqu'au moment où une puissante explosion se produisit à 30 km d'altitude. Des calculs préliminaires établirent que sa puissance équivalait à celle de 200 tonnes de TNT
Les premières interviews de témoins suggéraient un parallèle entre l'événement de Vitim et celui de la Tunguska par la similitude des phases de leurs déroulements. Bien que dans la nuit du 24 au 25 septembre 2002, le temps fût maussade - une couverture nuageuse à 10 %, de la pluie, un plafond de 1100 à 1200 m - il ne fut pas difficile d'établir la séquence des événements et de relever les ressemblances évidentes avec ceux de la Tunguska en 1908.
En septembre 2002, tout se déroula selon un modèle désormais familier, commençant par la migration de la faune locale. Les chasseurs interrogés rapportèrent avoir vu les animaux quitter la zone de Vitim peu avant l'explosion.
Trente minutes auparavant, le complexe énergétique entra dans sa phase la plus active. Anecdote non dénuée d'intérêt : l'un des témoins avait remarqué que son chien était inquiet et s'était mis à gémir trente minutes avant l'explosion !


Un pilier rouge dans le ciel

Quelques minutes avant la première explosion, le complexe commençait à expulser les "terminatrices". Voici quelques témoignages oculaires.
Yevgeny Yarygin était de service à la centrale électrique de la communauté de Muskovit :
... J'étais de service dans la salle des commutateurs dont les fenêtres sont orientées au sud. Le temps était nuageux, il bruinait et nous étions assis à bavarder. Une lueur apparut à la fenêtre, puis des ombres. La lumière venait de la fenêtre. Par les fenêtres, nous pouvions voir une brillante lueur hémisphérique qui commençait à monter derrière les collines au sud-est (azimut 160 à 170 degrés). La lumière était blanche, comme celle de la soudure à l'arc. Cette lumière semblait monter et, à l'arrière, virait au rouge et au marron (un pilier rouge fut également aperçu par les passagers du bus avant l'explosion de Chulym, ainsi que par les témoins de la région de Tunguska). De petits "rayons" étaient visibles audessus de l'hémisphère ascendant. La lueur s'étendit dans le ciel entier. Elle était régulière, sans discontinuité; nous ne vîmes aucun objet volant. Le confluent du ruisseau Yermikhi, en amont de la cascade, était très fortement éclairé par cette lueur qui s'élevait au-dessus de lui. Ensuite tout commença à pâlir, puis s'éteignit. La lueur avait duré environ dix secondes.
Je sortis sur le perron, m'avançai jusqu'à la clôture et ouvris le portillon. Trente secondes environ s'étaient écoulées depuis la disparition de la lueur. Un bruit de déflagration percutante éclata, une explosion, un bang violent. Vous en aviez les oreilles qui bourdonnaient et même une faiblesse des genoux. Dans le bâtiment, du plâtre tomba. Tout fut secoué et bougeait. On n'entendit qu'une seule déflagration. II était deux heures moins sept minutes. Cependant, un bruit lointain s'était déjà fait entendre déjà avant le début de la lueur ; quelque chose comme le hurlement d'un jet (des témoins de l'explosion de Tunguska avaient comparé ce bruit à celui d'un obus de trois pouces en vol–V.U.). Ce premier bruit était venu de la même direction que la lueur, mais l'explosion provenait du côté opposé, celui vers lequel la lueur s'était dirigée. J'ai entendu dire que quelqu'un qui était assis chez lui avait senti son fauteuil se déplacer sous lui...

Questionné au téléphone le 22 octobre 2002, Victor Vedeshin déclara :
... Cette nuit-là, j'étais de service à l'embarcadère. Un vent violent se mit à souffler, tandis qu'une forte lueur apparaissait dans le ciel. Elle était blanche, légèrement teintée de vert, brillante comme un arc de soudure ou un éclair, et cela faisait mal aux yeux de la regarder. Tout de suite après, apparut une sphère brillante. Elle vola au-delà de l'horizon dans la direction de Maximikhi...

Vitaly Valiuk, qui travaillait à la mairie de Bodaibo, nota:
Deux heures moins huit minutes du matin. Dans le ciel : cumulus épais. Debout, je fumais. Soudain il y eut un éclair, je crus que c'était un orage. Mais la lueur augmentait comme si quelqu'un allumait des lampes les unes après les autres. Il fit clair comme en plein jour. Un objet vola du sud-ouest vers le nord-est... On ne pouvait dire si c'était ou non une sphère. Il était entouré d'un halo turquoise et avait environ le diamètre du disque lunaire. II était suivi d'une traînée rougeâtre, comme les étincelles d'un feu de jardin. L'angle de chute était d'environ 60°. Sa vitesse était très élevée. Pendant que tout cela volait, j'eus le temps de finir ma cigarette et, 30 secondes plus tard, il vint un grondement, comme celui d'une explosion lointaine...

Voici le rapport de Marina Kovaleva :
Il était deux heures moins cinq. La lumière était forte ; elle dura quelques secondes, puis tout devint rose, ensuite, il fit de plus en plus sombre, la lueur vira au rouge. Alors on entendit un grondement. On avait l'impression... je ne sais pas comment dire... comme quelque chose de souterrain, pas clair mais étouffé (un grondement souterrain du complexe en action avait aussi été remarqué par des témoins de l'explosion de Tunguska, qui l'avaient comparé à celui des roues d'un train–V.U.). Et après ce grondement, les vitres tremblèrent...

La lueur fut aperçue dans les communautés de Kropotkin et de Mama, situées à environ 140 km de part et d'autre du lieu présumé de la chute du bolide. L'un des témoins déclara:
Tout à fait à l'improviste, mon chien se mit à gémir sans raison apparente. Soudain nous entendîmes un bruit étrange, une sorte de bourdonnement. Deux ou trois secondes plus tard, il y eut un flash, blanc d'abord, puis bleu, puis rouge, puis à nouveau blanc. Ensuite, environ trois minutes plus tard un bang terrible retentit. Toute la vaisselle tomba de la table...

A peine trois minutes avant l'explosion, la première "terminatrice" avait été expédiée à une position d'attente pour une dernière reconnaissance avant la frappe. L'objet détecté par le satellite militaire américain n'était pas un bolide ou une météorite. Ses instruments avaient enregistré le vol de la première «terminatrice» tandis qu'elle plongeait pour intercepter la météorite de Vitim, ainsi nommée d'après le lieu au-dessus duquel elle explosa. Un éclair aveuglant illumina la taïga comme en plein jour pendant quelques instants. Se produisit alors une explosion d'une telle puissance que l'onde de choc, venant d'une altitude de 32 km, fit éclater toutes les vitres des maisons sur des dizaines de kilomètres à la ronde.
Les chercheurs qui se dirigeaient vers le lieu indiqué par le satellite américain virent des pins dont les cimes et les branches avaient été arrachées. Cependant, lorsque leurs instruments indiquèrent qu'ils avaient atteint leur destination, ils ne trouvèrent aucun cratère de météorite, ni quoi que ce fût qui y ressemblât. Le site ne présentait pas de déracinement massif des arbres parce que la première explosion s'était produite beaucoup plus haut que dans le cas de la Tunguska, ce qui avait également réussi à dévier la météorite loin des zones habitées. Cependant, les chasseurs Dmitry Sasun et Piotr Fiodorchuk trouvèrent des arbres déracinés de manière caractéristique au sud-est du lieu visité par les chercheurs, en particulier aux sommets des collines.




Les terminateurs en vol

Comme dans le cas de l'explosion de Tunguska, simultanément à la première explosion, d'autres sphères convergeaient de diverses directions vers le foyer de celle-ci. De nombreux témoins attestent le fait, ainsi Sergei Khamidulin :
La nuit du 24 septembre, j'étais à la pêche près des îles Kuduminskye (à 5 ou 6 km en aval de Mama sur la rivière Vitim). Le ciel était complètement couvert et il tombait quelques gouttes de pluie. Je pêchais en compagnie de ma femme. Soudain, il fit clair comme en plein jour. Un objet sortit des nuages. Il semblait déjà voler bas. Il produisait une lumière semblable à celle d'un arc de soudure électrique, mais on pouvait le regarder sans avoir mal aux yeux. La dimension du disque était inférieure à celle de la pleine lune. La sphère s'effritait (en semant des étincelles). Pendant le vol, nous entendions un bruit (une sorte de bruissement). L'objet ne venait pas vers moi, mais passait assez près (du côté sud). Il survola la Vitim et disparut derrière une montagne au nord-est (l'azimut du point de fuite était de 30 à 40 degrés). La lumière disparut après que l'objet fût passé derrière les montagnes. Une minute à une minute et demi plus tard, un grand fracas, comme le tonnerre, se fit entendre deux fois. Il n'y eut pas d'onde de choc ni de tremblement. Sur le croquis que le témoin fit de la sphère, il figura une queue.

Valentina Leontyeva, gardienne à la mine d'or de Lenzoloto, était de service cette nuit-là. Elle rapporta :
... A deux heures, quelque chose tomba. Un objet rond traversa vivement le ciel. Une queue s'étendait derrière lui. Je pensai : "Est-ce une étoile ?" mais c'était beaucoup trop grand. Dix secondes après, il y eut une explosion, puis une seconde. La porte de mon bureau s'ouvrit violemment..."

Le cas de Vitim fournit de nombreux indices de la nature électromagnétique des sphères "terminatrices" et de leurs puissants effets sur l'environnement.
Dans la ville de Mama, sur la zone de la trajectoire, il y avait une coupure de courant cette nuit-là. Au moment où les "terminatrices" firent leur apparition, les ampoules s'allumèrent tout à coup (faiblement, à mi-tension) ! L'explication fournie par les physiciens spécialistes était que "ce vol provoqua une forte perturbation du champ magnétique terrestre, et ce changement engendra un courant en circuit fermé". En outre, la décharge coronale connue sous le nom de "feu de Saint Elme" – de petites boules lumineuses – apparut sur des objets pointus. Ce phénomène est aussi associé aux changements de champ électrique, mais cette fois-ci dans l'atmosphère. Georgy Kaurtsev, membre du personnel de l'aéroport de Mama, rapporta:
... Cette nuit-là, nous n'avions pas de courant, la base était hors tension. Je m'éveillai et vis un éclair de lumière à l'extérieur. Le lustre, qui était éteint, se mit à luire à mi-tension. Au bout de 15 à 20 secondes, le sol commença à gronder...

Vera Semionova et Lidia Berezan, employées de sécurité à l'aéroport, sortirent sur la piste vers 01 h 50 du matin et virent des lumières briller aux extrémités des poteaux de clôture autour de la station météo. Cela dura d'une seconde à une seconde et demi. Pourtant, Mama était encore à des dizaines de kilomètres de la trajectoire de la "terminatrice".
Comme la sphère "terminatrice" était une puissante structure électromagnétique, elle émettait un bourdonnement semblable à celui des lignes à haute tension. De nombreux témoins se souviennent qu'au passage du bolide, ils entendirent un "bourdonnement" ou "bruissement" caractéristique. Le niveau d'énergie était si élevé qu'il créait un effet électrophonique (génération d'un bruit audible en vol) et laissait une traînée d'étincelles.




Destruction de la météorite

Après la première frappe, qui écarta la trajectoire de la météorite des zones habitées, les autres "sphères terminatrices" convergèrent et commencèrent à détruire méthodiquement les restes de l'intrus de l'espace. C'est pourquoi furent perçues les détonations de plusieurs chocs.
Opératrice de standard téléphonique, Olga Ponomareva raconte :
... J'étais de service, je venais de m'installer. Cela commença par un grondement, toutes les fenêtres vibrèrent. Je pensai que quelqu'un tentait de se connecter au standard. Je répondis "Oui ?". Pas de réponse. "Qui est-ce ?" demandai-je. Alors la lumière apparut, claire comme en plein soleil, et disparut aussitôt. Et les vitres tremblaient toujours. Je pensai que c'était un séisme, mais alors pourquoi la lumière ? Il était deux heures moins cinq lorsque les vibrations commencèrent. La lueur ne dura que quelques secondes, mais les vibrations me semblèrent continuer encore cinq minutes. Je sortis pour voir qui frappait, et tout vibrait toujours. Il y eut un grondement comme celui d'un jet en vol.
D'abord le grondement, ensuite le bang. Cela veut dire qu'il y eut un grondement, puis la lueur (tandis que ce dernier continuait) ; et ensuite la détonation (comme à Sasovo).

Rapport de Yevgeny Chechikov :
Nous passions la nuit au bord de la rivière... Lorsque la lueur apparut, c'était si effrayant que nous nous jetâmes au sol. Lorsque la lueur cessa, nous entendîmes une explosion, suivie de deux autres moins fortes, presque sans intervalle...

Sergei Chernyshev :
II était deux ou trois heures du matin. J'étais couché, mais ne dormais pas. L'éclair dura environ trois secondes, une lumière blanche si brillante qu'on ne pouvait regarder. Je courus à l'extérieur et il faisait noir. Il se passa environ une minute (II précisa plus tard que 8 à 10 secondes s'étaient écoulées entre l'éclair et la détonation). Un triple écho parvint de loin derrière les montagnes. Les murs de la maison craquèrent. Le bruit venait de la direction de Vitimsky. Je comptai trois explosions...

Questionné le 26 octobre 2002, Alexander Sergy, chef de l'administration de la communauté de Vitimsky, déclara :
Les gens ont vu une sphère avec une trainée. Le diamètre apparent de la sphère était inférieur à celui de la Lune. Un bruit croissant se fit entendre, d'abord léger puis de plus en plus fort, au point de devenir inquiétant. L'éclair fut suivi d'une déflagration, 15 à 20, peut-être 30 secondes plus tard. L'explosion fut très puissante. Bien qu'ils fussent habitués aux explosions, les gens pensèrent qu'un désastre était en train d'arriver. Si l'explosion se produisait à une altitude de 10 km, la puissance devait être de plusieurs tonnes (quatre ou cinq) au minimum, peut-être beaucoup plus. II est difficile de juger l'équivalent en TNT d'une explosion aérienne. Il n'y en eut pas qu'une seule, mais entre une et six (comme si on frappait sur des radiateurs) dans l'air et dans le sol... Le sol tremblait avec un mouvement de staccato, entre une et six saccades, qui allaient en diminuant...

Les premières estimations situent la puissance de l'explosion entre trois et quatre kilotonnes. Les mineurs de la région, qui ont l'habitude d'utiliser des explosifs, déclarèrent que celle-ci était d'une puissance sans précédent. Le souffle a été ressenti dans un rayon de 30 à 50 km de l'épicentre. II étêta des arbres. Sur des dizaines de kilomètres à la ronde, toutes les vitres des bâtiments furent brisées.
Comme dans les cas de la Tunguska et de Chulym, toutes les expéditions qui visitèrent le site de Vitim ne trouvèrent rien d'autre que des sphérules de magnétite et de silicate résultant de la destruction d'une météorite, susceptible d'avoir été porteuse de micro-organismes pathogènes.
De nombreux témoins remarquèrent qu'après le vol du bolide de Vitim, deux noyaux rayonnants brillants se déplacèrent sur la même trajectoire que la météorite. Pendant deux jours, ces "petites étoiles" illuminèrent de nuit la taïga, comme si elles étaient à la recherche de quelque chose. Les témoins de la Tunguska avaient relaté la même chose.
Beaucoup de gens dirent qu'après le vol du bolide, une lueur persista plusieurs jours dans le ciel et que c'était le résultat de la puissante influence de la sphère "terminatrice".




Perturbations du champ géomagnétique

II convient de se rappeler que les explosions atomiques en altitude modifient la conductivité de l'ionosphère. Cela provoque inévitablement une perturbation du champ magnétique terrestre : on parle d'un effet géomagnétique. L'effet géomagnétique de l'événement de Tunguska fut décelé en 1959 par quatre chercheurs de Tomsk : G.F. Plekhanov, A.F. Kovalevsky, V.K. Zhuravlev et N.V. Vasilyev. Sur de vieux magnétogrammes datés du 30 juin 1908, ils trouvèrent des traces d'une perturbation inhabituelle du champ géomagnétique. Cela permet de penser que la destruction de la météorite a causé cette perturbation inhabituelle, assimilable à une tempête magnétique brutale mais d'une brièveté insolite. Un scientifique très âgé de la région autonome de l'Evenk, le Dr A.N. Deskov, se souvient de rumeurs selon lesquelles certaines affections s'étaient répandues parmi les Evenk après l'événement de la Tunguska. En dépit de l'incertitude de la situation à cette époque, N.V. Vasilyev fait néanmoins observer : "Etant donné l'absence totale de médecins, voire de soins médicaux, des cas isolés de maladies par radiations peuvent être passés complètement inaperçus".
C'est précisément pour cette raison que ceux qui, il y a des milliers d'années, ont conçu et construit l'Installation dans la Vallée de la Mort ont recours à des interceptions en haute altitude : afin d'écarter les effets des explosions des régions habitées, pour que les gens n'en souffrent pas.
Qui a construit l'installation de la Vallée de la Mort au Yakutia, et pourquoi ?






Par Valery Uvarov © 2004.
Département N13 de l’Académie Nationale de
Sécurité, St. Petersbourg, Russie.
Tél. +7 (812) 237 1841. E-mail :
nsa@homeuser.ru et departement13@mail.ru.


Traduction : André Dufour





source: NEXUS n°38 (mai-juin 2005) et n°39 (juillet août 2005)



Vues satellites actuelles de ces trois zones :
  1. site d'explosion dit de Shishkov http://maps.google.com/maps?ll=60.545126,103.696518&spn=0.168403,0.424004&t=k&hl=fr
  2. site d'explosion dit de Kulik http://maps.google.com/maps?ll=60.959717,102.323890&spn=0.339440,0.824524&t=k&hl=fr
  3. cratère Voronov http://maps.google.com/maps?ll=61.293328,100.728149&spn=0.336510,0.824524&t=k&hl=fr






FIN




Dernière édition par invitée le Mar 3 Mai 2011 - 13:23, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: EXPLOSION DU TUNGUSKA   Mar 3 Mai 2011 - 13:04

COLOSSALES EXPLOSIONS AU TUNGUSKA EN 1908 ET 2002
L'AGENCE DE SÉCURITÉ NATIONALE DE RUSSIE PARLE






Les passages suivants sont une transcription d'une interview filmée de Valery Uvarov, de la National Security Academy de Russie, réalisée par Graham W. Birdsall, éditeur de la revue britannique UFO Magazine. L'interview a eu lieu à l'occasion du 12e Festival du Film/Congrès International sur les OVNI qui s'est tenu du 2 au 8 février 2003 à Laughlin, dans le Nevada, aux États-Unis. Cette interview est parue en premier lieu, dans sa version anglophone originale, dans le numéro d'avril 2003 d'UFO Magazine, en Angleterre puis dans le magazine Nexus Australie en été 2003 et finalement, cette version francophone, dans Nexus édition française à l'automne 2003.



Graham Birdsall (GB) : Quel est votre titre officiel ?

Valery Uvarov (VU) : Je suis chef du service de recherches et d'informations scientifiques et techniques sur les OVNIS de la National Security Academy, basée à St. Petersbourg, en Russie.

GB : Il s'agit d'une agence gouvernementale russe officielle ?

VU: Absolument. Je suis sous les ordres de deux personnes, lesquelles doivent rendre des comptes à leur supérieur direct qui n'est autre que notre Président (Poutine).

GB : En quoi consiste exactement votre travail ?

VU: Nos activités de recherche se divisent en deux parties. Tout d'abord, nous analysons constamment des données nous parvenant du monde entier. Nous extrayons alors de notre base de données les informations que nous jugeons les plus intéressantes, après leur avoir attribué un code de couleur (rouge ou jaune). Ces informations sont ensuite diffusées dans divers services à travers la Russie.
L'autre aspect de nos recherches découle de la question suivante: les OVNIS existent-ils ou pas ? Nous sommes sûrs qu'ils existent mais qu'est-ce qui se cache derrière leur activité, quel est leur intérêt ?
C'est pour nous le point le plus important et celui sur lequel nous concentrons principalement nos investigations.


GB : Il y a une coopération active entre la NASA et les responsables du domaine aérospatial russe, d'un point de vue technique, scientifique et peut-être même militaire. Êtes-vous en contact ou avez-vous des liens avec des organisations étrangères similaires à la vôtre ?

VU: Je peux vous dire, en toute honnêteté, que deux jours avant de m'envoler pour les États-Unis, j'ai eu une entrevue avec mes... disons, mes patrons. Et ils se sont dits très intéressés par une coopération avec d'autres organisations... disons, nos amis occidentaux. Je peux donc vous dire que cette mission particulière n'en est qu'à ses débuts. Je suis chargé de trouver les bonnes personnes. Une fois que ce sera fait, et que l'étape suivante sera activée, nous pourrons faire quelques avancées concrètes.

GB : Un peu plus tôt, hors caméra, vous avez fait allusion à certains développements importants concernant l'explosion de Tunguska de 1908. Pouvez-vous officiellement nous dire pourquoi vous pensez désormais en connaître la cause ?

VU: Ce n'est pas simplement une supposition; nous en connaissons la cause. C'était un météore, mais un météore qui a été détruit par... disons, un missile. Ce missile avait été généré par une installation matérielle. Nous ne savons pas qui l'a construite mais elle a été construite il y a très longtemps et se situe en Sibérie, à plusieurs centaines de kilomètres au nord de Tunguska. Je peux vous dire que notre enquête a révélé qu'il y avait eu plus d'une explosion à Tunguska. Permettez-moi de vous faire partager l'une de nos informations. La dernière fois que cette installation a tiré un missile c'était les 24 et 25 septembre de l'an dernier. Les Américains... ils possèdent trois bases... ont, eux aussi, remarqué cette explosion.

GB : Pardonnez-moi mais certains diront que cela a des airs de science-fiction.

VU: Graham, vous savez que lorsque nous parlons des vérités qui se cachent sous ce sujet, nous ne le faisons qu'avec ceux qui comprennent la responsabilité inhérente au sujet. Et vous savez que nous avons affaire à une technologie bien plus avancée que la nôtre, à une technologie capable de faire des choses qui nous sont impossibles.

GB : Pouvez-vous nous donner plus de précisions sur l'emplacement de cette installation ?

VU: Recherchez le site de l'explosion de Tunguska. Au sud-est se trouve le célèbre grand Lac Bâikal. Au-delà, vers le nord, un immense territoire stérile pratiquement inhabité s'étend sur 100 000 km². On n'y trouve ni ville ni village. C'est là que nous avons localisé l'installation...

GB : Êtes-vous au courant d'histoires étranges ou de rumeurs concernant ce que l'on appelle la «Planète X» ? Si un nouveau corps céleste était entré dans notre système solaire, les astronomes l'auraient sûrement détecté et auraient signalé sa présence.

VU: Je ne sais pas ce qu'il en est pour les astronomes occidentaux-mais les nôtres affirment que nous n'avons rien à craindre. J'ai entendu des gens parler d'une rotation de 3 600 années pour cette planète, qui se trouve sur une orbite similaire à celle de la Terre mais derrière le Soleil. Nous savons que cette planète et l'installation de Sibérie ont un lien étroit. Permettez-moi de dire que je crois que l'installation maintient cette planète sur une orbite stable. Si cette planète venait à bouger, à changer d'orbite, tout le système solaire deviendrait instable. Au sein de l'association, nous sommés sûrs que cette planète est habitée et que l'installation est conçue pour protéger à la fois ses habitants et nous-mêmes. Nous sommes persuadés que rien de dangereux ne surviendra. Tout est sous contrôle. Nos investigations ont montré que la Terre avait une impulsion - une fréquence parfaitement réglée qui affecte absolument tout, toute chose vivante. Il y a quelque 12 500 ans, cette impulsion correspondait aux 360 jours de l'année - étudiez l'ancien calendrier égyptien - mais c'est alors qu'un astéroïde a frappé la Terre. Nous pensons que l'orbite de la Terre a été modifiée, artificiellement, pour contrebalancer cela. Notre planète s'est éloignée du Soleil, jusqu'à atteindre une impulsion de fréquence de 365.
Cela nous a amenés à penser que nous avons des amis - des amis qui veillent sur nous, en silence. Ils n'ont pas laissé, et ne laisseront pas non plus à l'avenir, une planète, une comète ou un astéroïde frapper et détruire la Terre. C'est, pour nous, un point parfaitement clair aujourd'hui.
Et dire qu'il y en a qui souhaitent doter l'espace d'armes... pour vous dire la vérité, cela fait mal au coeur de tous ceux d'entre nous qui sont impliqués dans ce projet: Nous sommes là, en train d'enquêter sur cette installation, et sur d'autres choses, des choses matérielles, construites ni par les Russes ni par les Américains mais par quelqu'un d'autre, quelqu'un originaire de l'espace extra-atmosphérique. Quelle tristesse d'imaginer ce qui pourrait arriver si l'espace était doté d'armes.
Je vais vous parler franchement. Cette installation possède un système électrique, une source d'énergie. Nous l'avons localisé. C'est pendant le conflit en ex-Yougoslavie que nous avons pour la première fois remarqué une augmentation de cette énergie. Cela nous paraissait incroyable mais nous savons maintenant que cette installation réagit aux conflits et bouleversements sociaux.
Une partie de nos recherches impliquant de fouiller d'anciens registres et documents d'archives, nous sommes tombés sur les textes de l'Echutin Apposs Alanhor [sic]. Nous les appelons l'Alanhor et ils remontent au moins à 4 000 ans. Ils décrivent l'installation, en termes scientifiques, relativement à ce qu'il s'y passait. C'est stupéfiant.
Je me suis rendu là-bas deux fois. La première fois, notre équipe a détecté des niveaux élevés de rayonnement. Je dois avouer que c'était très dangereux, nous ne pouvions pas nous protéger. Les rares habitants de la région avaient bien sûr entendu parler de l'installation et nous l'ont décrite. Ils ont parlé de structures semblables à du métal et nous les ont dessinées. Nous avons tout relevé sur une carte. Mais ces gens, leurs familles et les animaux souffraient de maladies dues à l'irradiation.
Les niveaux de rayonnement sont continuellement contrôlés depuis six ans et aujourd'hui tout le monde - y compris les animaux - a déserté la forêt. Laissez-moi vous confier quelque chose à propos de l'explosion de Tunguska - quelque chose dont on n'a jamais parlé auparavant. Deux mois avant l'explosion, tous les animaux ont fui la région. On aurait dit que l'installation s'était mise sous tension pour s'occuper de l'astéroïde. Cela s'est accompagné d'une augmentation du rayonnement. La même chose se produit actuellement, aujourd'hui même.


GB : A-t-on prévu de monter une autre expédition dans la région et de visiter l'installation ?

VU: Le rayonnement est un facteur à prendre en compte mais, oui, une autre expédition est prévue pour un peu plus tard dans l'année. Ecoutez, nous ne voulons rien cacher. Nous serons heureux d'accueillir des participants du monde entier mais les personnes que nous invitons doivent être responsables aux yeux du monde. Nous voulons des gens honnêtes, ouverts et transparents, désireux de coopérer et d'échanger puis de diffuser les informations scientifiques. Je vous invite, Graham, à venir en Russie et à visiter l'installation au titre d'observateur.

GB : Ce serait un grand honneur. Merci.

VU: Vous pouvez dire à tout le monde que nous, les Russes, avons décidé qu'il était temps que d'autres personnes soient au courant, et pas juste un petit nombre.




source:
cligno étoile http://voltair.free.fr/tunguska/uvarov.htm





À propos de l'auteur de ces articles:
Le Dr Valery Mikhailovich Uvarov a consacré plus de quatorze années à l'ufologie ainsi qu'à l'étude des legs des civilisations anciennes. Il est l'auteur de nombreux articles sur la paléotechnologie et les paléosciences ainsi que sur l'ufologie et l'ésotérisme, publiés dans la presse russe et étrangère. Il est l'initiateur de plusieurs expéditions en Inde et en Egypte, aux quelles il a participé, à la recherche de preuves matérielles de connaissances antiques. Il participe régulièrement à des rencontres internationales d'ufologie et donne des conférences et des séminaires en Russie, au Royaume-Uni, en Allemagne et en Scandinavie. Il a pris la parole aux congrès Nexus d'Amsterdam et de Brisbane en 2004 et en 2005.
Département N13 de l'Académie nationale de sécurité, Saint Pétersbourg, Russie.
E-mail : nsa@homeuser.ru


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: EXPLOSION DU TUNGUSKA   Aujourd'hui à 16:48

Revenir en haut Aller en bas
 
EXPLOSION DU TUNGUSKA
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TRANSITION ET ARCHE :: ÉTRANGETÉS :: Autres-
Sauter vers: