TRANSITION ET ARCHE


 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 IMPLANTS MICROCHIP, MINDCONTROL ET CYBERNÉTIQUE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: IMPLANTS MICROCHIP, MINDCONTROL ET CYBERNÉTIQUE   Jeu 31 Mar 2011 - 9:31

IMPLANTS MICROPUCES, MINDCONTROL ET CYBERNÉTIQUE









Commentaires d'Eleanor White: Dr. Rauni Kilde, anciennement médecin hygiéniste en chef pour la Laponie (nord de la Finlande), est l'une des plus courageuses de nos supporters professionnels. Elle a reçu un prix du CAHRA pour son apparition sur une vidéo actuellement disponible aux Productions Transmedia à Londres, en Angleterre.
Voir le texte de la plaque d'attribution à: awardlst.htm

Elle nous a donné l'autorisation de publier cet article, un exemple de l'appui le plus vigoureux que nous ayons jamais reçu. Nous remercions très sincèrement le Dr Kilde.



L'article suivant a été publié dans la 36ème année d'édition du journal de langue finnoise, SPEKULA (3e trimestre, 1999). SPEKULA est une publication médicale, en Finlande du Nord, d'étudiants en médecine et de médecins de l'Oulu University OLK (OULUN LAAKETIETEELLINEN KILTA). Il est envoyé à tous les étudiants en médecine de la Finlande et à tous les docteurs en médecine du Nord de la Finlande.
Tirage 6500.




IMPLANTS MICROPUCES, MINDCONTROL ET CYBERNÉTIQUE
par Leena Luukanen Rauni-Kilde, MD
Ancien médecin-hygiéniste en chef de la Finlande




En 1948, Norbert Weiner a publié un livre, CYBERNETICS, défini comme une communication sur la neurologie et sur la théorie de contrôle mental déjà utilisé dans des petits groupes à cette époque. Yoneji Masuda, "Père de la société de l'information», a déclaré son inquiétude en 1980, que notre liberté soit menacée par la technologie cybernétique de style Orwellien totalement inconnue de la plupart des gens. Cette technologie relie le cerveau des personnes par l'intermédiaire de micropuces implantées à des satellites contrôlés par des ordinateurs géants basés au sol.

Les premiers implants cérébraux furent insérés chirurgicalement en 1974 dans l'état de l'Ohio, Etats-Unis, et aussi à Stockholm, en Suède. Des électrodes cérébrales ont été insérées dans les crânes de bébés en 1946 à l'insu de leurs parents. Dans les années 50 et 60, les implants électriques ont été insérés dans le cerveau d'animaux et d'humains, en particulier aux États-Unis, au cours de la recherche sur la modification du comportement, et sur le fonctionnement du cerveau et du corps.
Des méthodes de contrôle mental (MC) furent employées dans des tentatives de modifier le comportement et les attitudes d'êtres humains. Influencer les fonctions du cerveau est devenu un objectif majeur pour les services de l'armée et du renseignement.

Il y a trente ans, des implants cérébraux de la taille d'un centimètre furent découverts dans des radiographies. Les implants suivants furent réduits jusqu'à la taille d'un grain de riz. Ils ont été faits de silicium, et plus tard encore, d'arséniure de gallium. De nos jours, ils sont suffisamment petits pour être insérés dans le cou ou le dos, et aussi par voie intraveineuse dans différentes parties du corps lors d'opérations chirurgicales, avec ou sans le consentement de la personne. Il est maintenant presque impossible de les détecter ou de les enlever.

Il est techniquement possible d'injecter à chaque nouveau-né une micropuce qui pourrait alors fonctionner à identifier la personne pour le reste de sa vie. De tels projets sont discutés en secret aux États-Unis, sans aucune diffusion publique des problèmes que cela implique pour le respect de la vie privée. En Suède, le Premier ministre Olof Palme a donné l'autorisation en 1973 d'implanter les prisonniers, et l'inspection des données de l'ex-directeur général Jan Freese a révélé que des patients de la maison de retraite ont été implantés au milieu des années 1980. La technologie est révélée dans le rapport de l'État suédois 1972:47, STATENS OFFICIELLA UTRADNINGER (SOU).

Les êtres humains implantés peuvent être suivis n'importe où. Leurs fonctions cérébrales peuvent alors être contrôlés à distance par des superordinateurs et même modifiées au moyen la modification de fréquences. Les cobayes utilisés dans des expériences secrètes ont inclu des prisonniers, des soldats, des malades mentaux, des handicapés, des enfants et des personnes aveugles ou sourdes, des homosexuels, des femmes célibataires, des personnes âgées, des enfants en âge scolaire et de tout groupe de personnes considérées comme «marginal» par les expérimentateurs de l'élite. Les expériences publiées des prisonniers dans la prison de l'État de l'Utah, par exemple, sont choquantes pour la conscience.

Les micro-puces d'aujourd'hui fonctionnent au moyen d'ondes radio de basse fréquence qui les ciblent. À l'aide de satellites, la personne implantée peut être suivie partout sur ​​le globe. Une telle technique figurait, parmi un certain nombre de techniques testées pendant la guerre d'Irak, selon le Dr. Carl Sanders, qui a inventé l'interface biotique équipée d'intelligence(IMI), injectée dans des êtres humains. (Auparavant, au cours de la guerre du Vietnam, des soldats ont été injectés avec la puce Rambo, conçue pour augmenter le débit d'adrénaline dans la circulation sanguine.) Les super ordinateurs de la National Security Agency des Etats-Unis (NSA) capables de calculer 20 milliards de bits par seconde pourraient, à présent, "voir et entendre" ce que les soldats éprouvent sur le champ de bataille, avec un système de télésurveillance (remote monitoring system ou RMS).

Quand une puce de 5 micromillimètres (le diamètre d'un cheveu est de 50 micromillomètres) est placée dans le nerf optique de l'œil, elle capte les impulsions neurales du cerveau qui incarnent les expériences, les odeurs, la vue et la voix de la personne implantée. Une fois transférées et stockées dans un ordinateur, ces neuroimpulsions peuvent être reprojetées dans le cerveau de la personne via la puce, pour permettre le renouvellement de telles expériences. En utilisant un système de télésurveillance (RMS), un opérateur d'ordinateur basé au sol peut envoyer des messages électromagnétiques (encodés comme des signaux) au système nerveux, affectant la performance de la cible. Grâce au RMS, des personnes en bonne santé peuvent être amenées à voir des hallucinations et à entendre des voix dans leur tête.

Chaque pensée, réaction, audition et observation visuelle provoque un certain potentiel neurologique, des pics et des modèles dans le cerveau et ses champs électromagnétiques, qui peuvent à présent être décodés en pensées, images et voix. La stimulation électromagnétique peut donc modifier les ondes cérébrales d'une personne et affecter l'activité musculaire, provoquant des crampes musculaires douloureuses vécues comme une torture.

Le système électronique de surveillance de la NSA peut simultanément suivre et manipuler des millions de personnes. Chacun de nous possède une fréquence de résonance bioélectrique unique dans le cerveau, tout comme nous possédons des empreintes digitales uniques. La fréquence électromagnétique (EMF) du cerveau étant entièrement codée, des signaux électromagnétiques pulsants peuvent être envoyés au cerveau, provoquant la voix, les effets visuels que l'on désire que la cible éprouve. C'est une forme de guerre électronique. Des astronautes américains furent implantés, avant d'être envoyés dans l'espace, de façon à ce que leurs pensées puissent être suivies et que toutes leurs émotions puissent être enregistrées 24 heures sur 24.

Le Washington Post rapporta en mai 1995 que le prince William de Grande-Bretagne avait été implanté à l'âge de 12 ans. Ainsi, si jamais il était enlevé, une onde radio avec une fréquence spécifique pourrait être envoyée jusqu'à sa micro-puce. Le signal de la puce serait suivi via satellite sur l'écran d'ordinateur du quartier général de la police, où les mouvements du prince pourraient être suivis. Il pourrait en fait être situé n'importe où, dans le monde.

Les mass médias n'ont pas signalé que la vie privée d'une personne implantée disparaît pour le reste de son existence. Cette personne peut être manoeuvrée de plusieurs manières, toutes différentes les unes des autres. En utilisant différentes fréquences, le contrôleur secret de cet équipement peut même modifier la vie émotive d'une personne. Il est possible de la rendre agressive ou léthargique. Sa sexualité peut être artificiellement influencée. Des signaux de pensée et la pensée subconsciente peuvent être lus, des rêves peuvent être affectés et même induits, tout cela à l'insu et sans le consentement de la personne implantée.

Un cyber-soldat parfait peut donc être créé. Cette technologie secrète a été employée par les forces militaires dans certains pays de l'OTAN, depuis les années 80, sans que les populations civiles et académiques aient entendu quoi que ce soit à son sujet. Donc, peu d'informations sur de tels systèmes invasifs de contrôle mental sont disponibles dans les journaux professionnels et académiques.

Le signaux de l'intelligence de la NSA peuvent surveiller à distance l'information des cerveaux humains, en décodant les potentiels évoqués (3.50hz, 5 milliwatts) émis par le cerveau. Il s'avéra que des prisonniers faisant l'objet d'expérience à Gothenburg, en Suède et à Vienne, en Autriche, eurent des lésions cérébrales. Une circulation sanguine diminuée et un manque d'oxygène dans le lobe frontal et le lobe temporal droits sont les conséquences des endroits, où les implants cérébraux sont habituellement utilisés. Un sujet d'expérience finlandais a subi une atrophie cérébrale et des attaques intermittentes de perte de conscience, dues au manque d'oxygène.

Les techniques de contrôle mental peuvent être employées à des fins politiques. Le but des contrôleurs de l'esprit est aujourd'hui d'inciter les personnes ou les groupes de personnes visés à agir contre leurs propres convictions et contre leurs meilleurs intérêts. Des individus zombifiés peuvent même être programmés pour assassiner et n'avoir aucun souvenir de leur crime par la suite. Des exemples alarmants de ce phénomène peuvent être trouvés aux États-Unis.

Cette "guerre silencieuse" est conduite par l'armée et les agences de renseignement, contre des civils totalement ignorants des faits et contre des soldats. Depuis 1980, la stimulation électronique du cerveau (ESB) a été secrètement utilisée pour contrôler les personnes ciblées à leur insu et sans leur consentement. Tous les accords internationaux des droits de l'homme interdisent la manipulation non consentie des êtres humains -- même dans les prisons, et ce, sans même parler des populations civiles. Sur l'initiative du sénateur américain John Glenn, des discussions ont débuté en janvier 1997 concernant les risques d'irradiations des populations civiles. Viser les fonctions cérébrales des gens avec des champs et des faisceaux électromagnétiques (à partir d'hélicoptères et d'avions, de satellites, à partir de camionnettes blanches en stationnement, à partir de maisons voisines, de poteaux téléphoniques, d'appareils électriques, de GSM, de la TV, de la radio, etc.), fait partie du problème de rayonnement qui devrait être abordé dans les corps de gouvernements démocratiquement élus.

En plus du contrôle mental électronique, des méthodes chimiques ont été également développées. Des drogues altérant l'esprit et différents gaz odorants affectant négativement la fonction cérébrale peuvent être injectés dans des conduits d'air ou des conduites d'eau. En outre, des bactéries et des virus ont été testés de cette manière dans plusieurs pays.

La supertechnologie d'aujourd'hui, reliant nos fonctions cérébrales par l'intermédiaire de micro-puces (ou même sans elles, selon la dernière technologie) à des ordinateurs à travers des satellites aux Etats-Unis ou en Israël, pose la plus grave menace pour l'humanité. Les derniers super ordinateurs sont assez puissants pour surveiller la population du monde entier. Qu'adviendra-t-il lorsque les gens seront tentés par de fausses promesses, afin de permettre l'insertion de puces dans leurs corps? Un leurre, parmi d'autres, sera une "carte d'identité micro-puce". On est même allé jusqu'à proposer secrètement une législation obligatoire aux Etats-Unis, afin de criminaliser tout retrait d'un implant d'identification.

Sommes-nous prêts pour la robotisation de l'humanité et pour l'élimination totale de la vie privée, y compris la liberté de pensée? Combien d'entre nous voudraient céder leur vie entière, y compris leurs pensées les plus secrètes, à Big Brother? Pourtant, la technologie existe afin de créer un "nouvel ordre mondial" totalitaire. Les systèmes de communication neurologiques secrets sont en place pour contrecarrer la pensée indépendante et pour contrôler l'activité sociale et politique, au nom des intérêts privés et militaires égoïstes.

Quand nos fonctions cérébrales seront déjà reliées aux ordinateurs géants, au moyen d'implants radio et de micro-puces, il sera trop tard pour protester. Cette menace peut être vaincue, seulement en instruisant le public, en utilisant la littérature disponible sur la biotélémétrie, ainsi que l'information échangée, lors de congrès internationaux.

Une des raisons pour laquelle cette technologie est demeurée un secret d'état, est le prestige à grande échelle du MANUEL STATISTIQUE DE DIAGNOSTIC IV de psychiatrie produit et publié en 18 langues par l'Association Psychiatrique Américaine (APA) des Etats-Unis. Les psychiatres travaillant pour les agences de renseignement américaines ont sans aucun doute participé à la rédaction et à la mise à jour de ce manuel. Cette "bible" psychiatrique dissimule le développement secret des technologies de contrôle de l'esprit, en étiquetant certains de leurs effets comme étant des symptômes de la schizophrénie paranoïde.

Les victimes de l'expérimentation du contrôle mental sont donc diagnostiquées ainsi, systèmatiquement, de manière automatique, comme étant mentalement malades, par des médecins qui ont appris la liste de "symptômes" du manuel statistique de diagnostic à l'école de médecine. On n'a pas enseigné aux médecins que les patients peuvent dire la vérité, lorsqu'ils rapportent le fait d'être ciblés contre leur volonté ou le fait d'être utilisés comme cobayes pour des formes électroniques, chimiques et bactériologiques de guerre psychologique. Le temps est compté pour changer la direction de la médecine militaire, et pour assurer le futur de la liberté humaine.


Rauni Kilde, docteur en médecine.

6 décembre 2000




source:
robot http://www.raven1.net/kilde2.htm




Dernière édition par invitée le Mer 3 Aoû 2011 - 20:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: IMPLANTS MICROCHIP, MINDCONTROL ET CYBERNÉTIQUE   Ven 10 Juin 2011 - 12:45

COMMUNIQUÉ DE PRESSE EN FRANCAIS






ARMES GÉOPHYSIQUES SECRÈTES - TORTURES ET SÉVICES PAR DES ARMES À ÉNERGIE DIRIGÉE ET PSYCHONEUROLOGIQUES



Des milliers d'individus demandent que soit faite une investigation internationale d'énormes violations des droits de l'homme qui sévissent actuellement dans le monde entier, dans le plus grand silence.

Ces dernières années, le nombre de ces crimes contre l'humanité s'est accru à tel point que nous pouvons visiblement parler d'agression de la population civile.

Cette agression est commise avec une technologie qui agit, à distance, dans l'ombre,au-delà des limites des frontières, et qui est utilisée contre des civils sans défense et qui ne se doutent de rien.

Il y a une pression continuelle de la part des victimes pour dénoncer ces crimes auprès des hauts fonctionnaires de l'état, des organisations pour les droits de l'homme, des dirigeants internationaux et à la presse. La plupart du temps, elles n'obtiennent pas de réponse en raison d'une méconnaissance généralisée de cette technologie. D'après les diagnostics des établissements psychiatriques, les victimes ont des hallucinations. De plus, les plaintes déposées dans les commissariats de police locaux sont souvent considérées comme des problèmes psychologiques ou sont tout simplement passées sous silence.

Cela risque de prendre plusieurs années avant que "l'holocauste silencieux" ne soit connu du public. Pour les victimes, cette comparaison est tout à fait juste.

L'ampleur des crimes dénoncés et la gravité des accusations justifient une investigation internationale urgente.

Etant donné le nombre considérable de victimes à l'échelle planétaire, qui a engendré un mouvement mondial coordonné par le biais de l'internet, seuls les plus zélés et les plus consciencieux parmi les victimes dénoncent ce crime, le nombre réel de victimes étant, de loin, plus important que ce groupe d'activistes.

En janvier 2007, la journaliste Sharon Weinberger a publié dans le "Washington Post", l'article intitulé "Mind Games" sur les victimes américaines et l'organisation militante "Freedom From Covert Harassment and Surveillance" (Droit de vivre sans surveillance ni harcèlement occulte).

Entre-temps, de nouvelles victimes de plus en plus nombreuses se font connaître des quatre coins du monde. Elles demandent que ces crimes soient rendus publics, elles insistent pour qu'une investigation soit faite sur ce problème et entament une campagne contre le harcèlement par les Armes à Energie Dirigée (DEW: DIRECTED ENERGY WEAPONS ) et contre le harcèlement collectif -

MR RUDY ANDRIA -
http://www.lacoctelera.com/presentation-de-la-situation
http://informationdossier.wordpress.com/
EMAIL: rudyrud2004@gmail.com

THE FEDERATION AGAINST MIND CONTROL EUROPE
MS MONIKA STOCES, MR DANNY BONTE
WEB: http://www.mindcontrol-victims.eu/
EMAIL: MCmailteam@gmail.com,

THE ASSOCIATION AGAINST THE ABUSE OF PSYCHOPHYSICAL WEAPONS
PRESIDENT SWETLANA SCHUNIN
EMAIL: DimitriSchunin@gmx.de, ka4143-896@online.de,
WEB: http://psychophysischer-terror.de.tl/

ASSOCIAZIONE VITTIME ARMI ELETTRONICHE-MENTALI
MR PAOLO DORIGO
WEB: www.associazionevittimearmielettroniche-mentali.org
EMAIL: info@avae-m.org, info@associazionevittimearmielettroniche-mentali.org,




source:
robot http://presentation-de-la-situation.lacoctelera.net/


Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: IMPLANTS MICROCHIP, MINDCONTROL ET CYBERNÉTIQUE   Ven 10 Juin 2011 - 15:54

TÉMOIGNAGE DE DAVID JAMES FRATUS





Répression par le contrôle électronique du cerveau à distance ?


Victime de contrôle mental, David James Fratus décrit son cauchemar qui dure depuis plus de vingt ans: il est la cible d’une surveillance neuronale à distance.


Monsieur,

Je me trouve actuellement empêtré dans une crise d’aspect étrange qui, je l’espère, recevra la plus grande attention de votre part, si tant est que vous accordiez crédit à mon témoignage et que je ne sois pas repoussé sommairement comme un illuminé à l’imagination excentrique .

Je suis soumis à un certain type de répression par le biais du contrôle électronique du cerveau à distance. En terme de gravité, ce n’est ni plus ni moins que de la torture, et la technologie utilisée pour exécuter cette action innommable est non seulement hautement spécialisée et sophistiquée, mais elle incite aussi à se demander si les autorités compétentes elles-mêmes sont bien au courant de l’existence d’une telle technologie.

Les preuves que je peux présenter quant à la véracité de mes allégations sont peu abondantes voire presque inexistantes. Tout d’abord, par la force des choses, je ne suis pas toujours perçu sous un bon éclairage, puisque je suis un détenu de 38 ans qui purge une peine d’un an à quinze ans, à la prison d’état de l’Utah, pour vol avec effraction au deuxième degré. L’information présentée ici fait suite à de regrettables démêlés que j’ai eus avec quelques responsables pénitentiaires qui auraient bien voulu faire croire que mes déclarations ne méritent aucune crédibilité.

Et ils sont bel et bien allés jusqu’à affirmer que tel était le cas. Vous allez, à présent, comprendre pourquoi. Je n’ai jamais souffert d’aucun trouble psychologique, et je n’ai pas tendance à raconter des histoires qui importuneraient des responsables surchargés de travail ou qui dérangeraient inutilement. Je suis un prisonnier condamné pour vol, pas un menteur.

Il s’agit d’une histoire difficile à raconter et, malgré l’aspect prolixe de sa présentation, il me semble important d’expliquer les faits dans leur intégralité pour donner au lecteur une image correcte et précise. Je n’ai pas la chance de posséder une grande culture, mais je pense être suffisamment intelligent pour pouvoir dire les séquences et les détails des faits avec une grande précision, et je viens solennellement déclarer sur l’honneur que les faits relatés dans ces pages ne comportent aucune fioriture et que tout est entièrement authentique. Auriez-vous donc l’extrême amabilité de lire cette lettre et d’en évaluer l’importance? J’espère que vous jugerez opportun de m’envoyer toute information pertinente en votre possession. S’il s’avèrait que vous n’êtes pas en mesure de me fournir des explications sur les événements, dans ce cas-là, je pourrais bien craindre qu’il puisse y avoir encore des détails beaucoup plus inadéquats que je ne le pensais, et cela ne ferait qu’aggraver ma situation déjà précaire.

Il y a onze mois, j’eus le malheur d’entrer en conflit avec certains membres du personnel pénitentiaire à la suite d’une altercation mineure avec d’autres prisonniers, ce qui fut considéré comme un mauvais comportement de ma part. Depuis lors, tout cela se convertit en lutte d’influences, et ce qu’ils firent, après mon manque de soumission à leur égard, est tout simplement incompréhensible. Les hostilités commencèrent avec les ordres donnés aux surveillants de mettre en place une intense campagne de harcèlement contre moi. Jour après jour, ils manipulèrent ma nourriture, ils cassèrent ou enlevèrent des éléments de mon plateau, et menacèrent de m’empoisonner avec des agents cancérigènes ou de m’insuffler des maladies quelconques.

Mon courrier a subi un traitement similaire. J’étais quotidiennement harcelé et agressé à la fois verbalement et physiquement. Ils m’avaient déclaré que mes parents seraient assassinés, au cas où je ne gardais pas le silence. Ils avaient recours à ces méthodes, pour me déstabiliser et pour qu’ils puissent, par ricochet, m’imposer des mesures disciplinaires et m’ isoler dans l’unité de sécurité maximale, où ils pourraient me soumettre à leurs sévices, sans avoir à se préoccuper d’une éventuelle présence de témoins.

Je découvris, par la suite, que ce type de machinations était un mode opératoire normal dans cette prison et, croyez-moi, personne ne pourrait subir le harcèlement systématique et intense que j’ai subi, sans perdre son sang-froid.

Une fois isolé, je découvris que des faits très étranges commencèrent à se produire. J’étais totalement désorienté, ma cellule et les alentours avaient pris un aspect surréaliste, comme si j’étais sous l’influence d’une drogue hallucinogène. Je souffrais de graves maux de tête et d’insomnie durant des semaines et des semaines.

Je n’avais pas la moindre idée de ce qui se passait et au bout de quelques mois de jeux psychologiques extrêmement cruels (des jeux qui avaient fini par me faire sombrer dans un état d’anxiété), l’équipe psychiatrique fut appelée pour jouer son rôle dans cette “machination” colossale. Je fus déclaré malade mental, après une interview grotesque et superficielle qui n’avait duré que quinze minutes à peine. Délire de persécution et de paranoïa était, me semble-t-il, l’étiquette qu’ils m’avaient collée car cela les arrangeait.

Il s’agissait, bien évidemment, d’un coup monté, donc délibéré et préparé d’avance, un coup monté durant lequel le personnel ne cessait pas de faire des commentaires désobligeants, tels que : “Comment vont les maux de tête ?”, “Besoin d’aspirine ?” et “Vous dormez bien, monsieur Fratus ?”. L’usage de cette catégorisation psychiatrique frauduleuse était simplement un pas de plus vers ma ruine, conçue comme une méthode de jeter le discrédit sur ma crédibilité, et pour leur permettre de me maintenir en isolement. Et vu que les conditions préalables à la machination étaient bien remplies, ils pouvaient poursuivre leur campagne de terrorisme mental.

Je commençai à recevoir ou à entendre des bruits de haute fréquence dans mes oreilles, un peu comme ce qui se passe avec le téléviseur. Le volume ou l’intensité de ces fréquences était ajustable, certains étaient si élevés et stridents qu’ils me firent littéralement grimper aux murs. Quand je me bouchais les oreilles avec du coton ou avec le bout des doigts, les bruits persistaient à l’intérieur et s’intensifiaient. C’était comme s’ils s’étaient transformés en chambres d’écho électrifiées avec les sons qui partaient de l’intérieur vers l’extérieur.

Quand je me plaignais ou voulais agir, ils me battaient et me jetaient dans une cellule destinée aux fouilles corporelles, sans vêtement, sans matelas, sans papier hygiénique et sans eau potable. Rien ! Et l’intensité de ces transmissions de fréquence montait de plus en plus à un niveau à vous rendre fou. Une indicible angoisse mentale! Aujourd’hui encore, tout cela m’est infligé par trois équipes, 24 heures sur 24. Cette torture mentale et cette démoralisation, ajoutées à la privation de sommeil durant des semaines entières, m’ont totalement ébranlé physiquement et moralement.

Je me suis mis à écrire des lettres de plaintes et de demande d’informations à quelques associations médicales et juridiques, après les quatre premiers mois. Il s’avéra inutile de se plaindre auprès de l’administration pénitentiaire et auprès de l’état, car ils étaient bien au courant de ces mauvais traitements et les cautionnaient. Ils se contentèrent d’utiliser mes plaintes comme un moyen de me ridiculiser et de m’exaspérer davantage. Il avait fallu plus de 50 lettres avant que je n’obtinsse finalement les informations qui me donnèrent un indice quant au type d’impasse où je me trouvais.

À ce qu’il paraît, les gens, en général, sont peu enclins à offrir de l’ aide à une personne déclarée coupable de quelque chose, indépendamment de la gravité de la situation, et une grande partie de mes lettres était restée sans réponse. J’ignore si ces lettres furent effectivement envoyées, mais il est bien connu que les responsables pénitentiaires ont l’habitude d’égarer le courrier des détenus. Il est donc fort probable qu’ils aient tenté de faire obstacle à mes investigations et à mes demandes de soutien dans cette affaire. Je me suis abonné à US News and World Report qui a récemment publié un article sur le fonctionnement de l’esprit humain.

Je n’ai pas reçu ce numéro spécifique de US News and World Report et je tends maintenant à me méfier, depuis que j’ai entendu des surveillants faire des commentaires comme, “que le diable m’emporte si je lui remets ceci!”. C’est pourquoi j’ai demandé à mon père, qui réside dans le New Hampshire, de m’envoyer l’article contenant les noms de plusieurs scientifiques spécialistes du cerveau, ainsi que les noms de leurs universités respectives. L’administration pénitentiaire, de toute évidence, ne souhaite pas que je raconte ma situation carcérale aux chercheurs, mais c’est justement ce que j’ai l’intention de faire.

Pour en revenir aux lettres que j’avais écrites pour demander des renseignements, je fus plutôt chanceux, pour la bonne raison que les gens de la “Coalition pour le Bulletin des Droits des Prisonniers”, établis à Santa Fe dans le Nouveau-Mexique, ont été préoccupés en apprenant ma pénible situation et ont effectué quelques investigations. Ce qui eut pour résultat leur envoi de la réimpression de trois articles se rapportant aux armes à radiofréquence, aux radiations électromagnétiques et aux armes électromagnétiques non-ionisantes, qui ont été publiés par US News,The Nation et The Atlantic, en mars 1987. J’ai reçu ces renseignements le 22 septembre 1988 et, grâce à ces gens si aimables et généreux, j’ai maintenant une certaine idée de la façon dont je subis de telles attaques et, plus important encore, je sais à présent qu’une telle technologie existe réellement.

Ces articles couvrent la plupart des maladies mentales et physiques que j’ai connues durant les onze derniers mois, avec une exception majeure. Je serai, avec un peu de chance, en mesure d’utiliser ces renseignements pour avoir une connaissance plus approfondie des événements et pour atténuer les hostilités actuelles contre moi.

Vous ne pouvez pas imaginer à quoi ressemble être confiné dans une cellule 24 heures sur 24, depuis environ un an maintenant et ce que signifie vous faire rompre le cerveau par des impulsions à haute fréquence. Aucun répit, aucun endroit pour vous cacher et pas la moindre notion de ce qui se passe.

Tous ces trois articles, celui de US News en particulier, décrivent les conséquences désastreuses de la surexposition aux diverses radiations et fréquences, ainsi que les risques que cela implique. Je suis maintenant plus inquiet sur la façon dont les onze mois d’une application constante de l’un ou l’autre de ces dispositifs pourrait influer sur ma chimie cellulaire et sur mes organes vitaux.

J’ai trébuché tête baissée dans un guêpier, vous en conviendrez, mais ce que je vous ai dit jusqu’à présent n’est que le calme avant la tempête et est tout à fait banal, par rapport à ce qui va suivre.

Ce qu’ils me firent à partir du cinquième mois environ est l’exception dont j’ai parlé – et c’est tellement inimaginable et apparemment absurde que son ridicule même est, de toute évidence, une de leurs méthodes de défense majeure.

Même si j’ai vécu avec cet incroyable phénomène pendant des mois, et même si je me suis un peu habitué à ce qui est fait ainsi qu’au fait de m’être résigné à la fatalité que je n’ai pas d'échappatoir à ces supplices tant qu’ils persisteront à me les infliger, j’éprouve encore beaucoup de difficultés à croire que cela est bel et bien la réalité. Réussir à convaincre une personne en-dehors du système carcéral d’ accepter mes allégations va être tout autre chose, et c’est exactement sur cela que l’administration pénitentiaire veut s’appuyer.

Au point culminant de cette série d’étranges événements, j’ai commencé à entendre des voix dans mes oreilles. Des voix contrastées qui changent de diapason et de timbre, pouvant être celles hautes et grinçantes des dessins animés, descendant les octaves, incluant tout, de la voix sinistre de Dark Vador à des voix tout à fait normales. La réception de ces voix dans mon oreille interne est aussi vive que si je les écoutais à partir d’un casque d’écoute stéréo. Ils sont capables de les mélanger, les assortir et les fondre en liaison avec les tonalités de fréquence, créant ainsi une cacophonie audio bruyante et discordante, qui vous démoralise l’âme. Maintenant, le facteur décisif, LA conclusion.

Les différents effets de ce dispositif ont eu une croissance progressive, tout au long de cette attaque de onze mois, pour finalement atteindre le résultat final avec leur plein potentiel: à présent, mon cerveau est contrôlé par une machine toute-puissante informatisée lisant les pensées ou par une sorte de dispositif d’exploration.

Aucun canular, aucune illusion sur ce que je vis.

Ces gens ont mis au point ou ont acquis une unité spécialisée qui lit absolument tout, les fonctions aussi bien physiques que mentales. Ils sont capables de provoquer des dommages et des dysfonctionnements graves par l’intermédiare de ce dispositif d’exploration à distance .

Je n’ai aucun souvenir d’avoir subi quoi que ce soit de physique, mais tout a été conçu, d’une façon ou d’une autre, pour me “connecter”, jusqu’à ce qu’ils aient accès à la compréhension immédiate et infailliblement précise de mes pensées, même les plus fragmentées et éphémères. Ils appliquent la modification du comportement et le contrôle mental radical au moyen d’une surveillance sans répit, jour et nuit, de mon cerveau, m’imposant toutes les formes de châtiments existantes, dès que ma pensée ou mes actions physiques ne se conforment pas à ce qu’ils exigent de moi. Concept intéressant, n’est-ce pas? Le “Big Brother” et la “Police de la Pensée” sont assurément devenus une réalité.

Ce régime de privation de sommeil, de maux de tête et de supplices audio est implacable. Il est utilisé pour briser ma résistance et me conduire à la dépression, ce qui ne permet aucune intimité mentale. Ils me réprimandent et attaquent mon esprit avec une tirade d’insinuations insidieuses et de menaces écœurantes.

Ils pénètrent dans mon subconscient ou dans ma réserve de mémoires, en faisant émerger des souvenirs désagréables, déjà oubliés il y a bien longtemps. Je subis un châtiment, aussi bien pour mes indiscrétions passées que pour mes indiscrétions actuelles.

Dès lors que je me mets à penser à un élément du passé, une situation ou un ami d’il y a trente ans par exemple, immédiatement des voix viennent me fournir des noms et des détails spécifiques. J’ai testé ceci à plusieurs reprises et j’ai tenté de les tromper sur ce point. Peine perdue! Grâce à cette exécrable et néfaste invention, ils accèdent plus facilement que moi à tout ce qui se trouve dans ma propre tête. Je peux dialoguer avec mes adversaires simplement en pensant à ce que je veux dire et puis, c’est simplement ” bienvenue à la Twilight Zone, le Monde de l’Étrange Crépusculaire! ” Comment diable cela se passe-t-il? Ils se servent de ces impulsions de fréquence pour perpétrer leurs cruels sévices sur ma personne.

Avec l’aisance qu’ils ont à manipuler un clavier, ils peuvent, en un clic sur l’interrupteur, me dépouiller de toute mon énergie et de ma motivation, m’obligeant à m’allonger sur mon lit et fixer le mur comme un zombie.

Je me suis trouvé abandonné dans cet état pendant plusieurs semaines, littéralement enchaîné à mon lit, sans pouvoir utiliser mes moyens de contention physique, n’ayant pas l’énergie pour déambuler dans ma cellule, même pour une très courte durée. Pendant presque onze mois entiers, j'ai été amené à me se sentir très faible et chroniquement déprimé.

Les effets de ce dispositif ont été annulés à plusieurs reprises pour me renvoyer instantanément à mon état normal, subissant seulement les voix rieuses et railleuses, puis me réduire à l'état ​​antérieur de misère et de confusion désespérées après un trop bref sursis.…

La plus puissante de ces impulsions de fréquences est dénommée ironiquement “rayon de la mort” par les gardiens. Elle est si puissante qu’elle provoque l’intense sensation physique d’avoir un champ de force électrique ou magnétique associée à un diapason qui vibre dans ma tête. Différentes parties de mon cerveau sont ciblées par cet objet, ce qui provoque d’innombrables réactions mentales et physiques.

Parfois, je peux sentir cette impulsion à la base de mon cerveau, là où elle rejoint la moëlle épinière, parfois dans les lobes frontaux, et il est en effet comparable à une lobotomie, car on constate un enfermement et un dysfonctionnement du cerveau, lorsque je ne peux pas me concentrer ni épeler des mots simples. Elle brouille effectivement ma vue et pollue l’air que j’expulse de mes poumons, ce qui lui donne un goût métallique et une odeur sulfurique.

C'est une sensation absolument abominable, je peux vous l'assurer.

Ils m’ont, par moments, attaqué avec ces rafales de “rayons de la mort”, allant de quelques secondes à quelques minutes, m’obligeant à rebondir psychologiquement de haut en bas comme un yo-yo humain. Les lobotomies ont pu être interdites aux Etats-Unis, mais elles ont certainement trouvé le remplaçant idéal, et je ne vois pas comment ce cruel traitement pourrait être qualifié autrement que par le terme “torture”.

Il est inconcevable, à mes yeux, que ce dispositif impressionnant soit unique et que seul l’État de l’Utah en possède, mais je peux très bien me tromper. Quand je suis entré en prison en mai 1986, l’un des psychologues qui a assuré l’entretien initial de classement a demandé si j’ai jamais entendu des voix, car “voix”, en effet, semble être le mot clé ici…

Cette question m'a été posée près d'un an avant le "U.S. News" et les autres articles aient été publiés (...). Je n’ai, bien sûr, attaché aucune importance à la question des voix à l’époque, mais je m’en souviens très bien, et j’ai entendu depuis, à la fois par les détenus et le personnel, de nombreuses allusions faites au sujet de personnes qui entendent des voix, ce qui semble indiquer que ces gens étaient en possession de cette technologie et l’employaient, au moins aussi loin qu'à cette époque.

C’est ce qui m’incite à me demander comment ils étaient parvenus à mettre en service un équipement si innovateur et fonctionnant avec une perfection technique évidente, sans que la communauté scientifique et médicale en général n'en ai eu connaissance. Un vrai casse-tête !

Dans l’intérêt de ma santé mentale et pour étayer la véracité de mes accusations, je rapporte ici une partie d’une conversation que j’ai récemment eue avec un individu payé par l’administration pénitentiaire, mais qui est également conseiller parajurudique indépendant et neutre. Il avait, disait-il, reçu des plaintes semblables de la part d’autres détenus, mais rien ne pouvait se faire, faute de preuves.

Selon lui, un détenu bien précis avait été placé sous médication obligatoire (Prolixin) parce qu’il prétendait entendre des voix. Et, à moins de me tromper, je crois bien que ses paroles comportent un avertissement officieux à mon attention.

Au moins deux détenus que je connais ont été tellement harcelés, dans le cadre de ces tortures mentales, qu’ils en sont arrivés à la tentative de suicide; ça pue vraiment, ici !

Tout le personnel, ainsi qu’un certain nombre de détenus, sont au courant de ce qui se passe; aors, je ne parviens pas à comprendre comment cela peut perdurer et, à l’heure même où j’écris, comment cela peut encore être un secret bien gardé, la nature humaine étant ce qu’elle est ! Les autres détenus bien avertis, dans la majorité des cas, sont, je crois, à la fois intimidés et apeurés, par crainte de représailles sous forme de torture mentale identique à celle que j’ai subie, au cas où ils seraient tentés de porter plainte. Des menaces de prolongation de la peine par le Conseil de Liberté Conditionnelle sont également employées, pour contraindre un individu au silence.

Les responsables pénitentiaires nient toute participation dans des telles activités, quand il s’agit de répondre à une enquête officielle et formelle, mais ils vous feront un grand sourire et avoueront d’un air suffisant qu’ils en sont totalement au courant, dès lors qu’aucun témoin n’est présent. “Oui, nous vous faisons cela, mais personne ne le croit, et vous ne pouvez rien faire pour nous en dissuader”, disent-ils.

C’est l’attitude qu’ils montrent et ils sont entièrement impliqués dans une conspiration faite d’expérimentation et d’exploitation des détenus, qui défie toute description.

Aux autorités extérieures qui avaient trouvé un prétexte pour étudier mes allégations, ils sont allés jusqu’à déclarer que je suis un fauteur de troubles invétéré aux antécédents psychologiques. En fait, cela contrarie totalement mes projets de faire effectuer une étude approfondie de cette situation. Qui donc peut se permettre de contester la parole de mes honorables gardiens respectueux des lois ? Comment vérifier l’honnêteté de mes accusations et faire pression sur les responsables des investigations ? Quelle preuve concrète ai-je ?

Même un groupe de détenus alléguant des faits similaires n’échappera pas au scepticisme de l’administration, car les responsables pénitentiaires les accuseront purement et simplement de collusion. J’ai été délibérément isolé des détenus qui souhaitaient corroborer mon témoignage. En outre, les organismes tels que l’A.C.L.U., par manque de preuve solide et bien fondée, et en raison du caractère absurde de ce spectacle d’horreur, hésitent à investir le temps et l’effort nécessaires pour enquêter et savoir ce qui se passe réellement chez ces pieux inquisiteurs mormons.

Je les ai vus en action. Ils sont dotés d’une finesse exceptionnelle dans leur capacité à cacher la véritable nature des problèmes et d’induire en erreur les gens de l’extérieur, avec leur droiture et leur prétention de pharisien moralisateur.

Ce fut onze mois de tromperie par le personnel pénitentiaire, onze mois de harcèlement complexe et interminable et de jeux psychologiques vicieux. Je suis, certes, très désireux de savoir quelle provocation j’ai pu faire, pour justifier l’infliction de sévices aussi insensés. qui ne riment absolument à rien. Ni rime ni raison - ni justification - légale ou morale, à tout cela.

Ils sont tellement suffisants et sûrs d’eux-mêmes dans leur conviction qu’ils ne peuvent pas être contraints à rendre compte de leurs actes manifestement illégaux, en raison de leurs méthodes bien rôdées de démenti officiel, d’isolement, d’absence de témoins, de fausses évaluations psychiatriques, et bien sûr, parce que cette torture mentale est exécutée par une machine sans visage. Cette machine est entre les mains d’antagonistes anonymes, depuis un lieu inconnu et à distance. J’ai entendu par hasard un garde se vanter que les tactiques qu’ils utilisent sont si vastes que personne, de toute façon, ne pourrait me croire.

J’étais un gosse des Forces Aériennes, né à New Foundland et têtu comme une mule du Missouri. Je suppose que je pourrais capituler et faire en sorte que, tôt ou tard, ces individus renoncent et mettent fin à cette guerre mentale, mais je m’y refuse avec véhémence et m’oppose à cette invasion flagrante de l’inviolabilité de mon esprit. Que je sois damné si je me contentais de rester assis ici et les laisser partir sans s’inquiéter, dans cette tentative de programmation et de manipulation de mon cerveau et de ma personnalité, comme si j’étais un animal destiné à des expérimentations de laboratoire.

Le juge me condamna à un certain nombre d’années pour expier mon crime. Il n’a pas soufflé mot sur les châtiments corporels ou mentaux et les tortures et abus, quand il annonça le verdict. Il est maintenant assez clair pourquoi ils sont allés à de tels extrêmes pour décider de m’isoler et de me jeter le discrédit. Incrédule et consterné, je ne peux que hausser la tête quand je pense à la disproportion de la situation dans laquelle j’ai été manoeuvré.

J’ai récemment signé un formulaire de décharge et, par l’intermédiaire du parajuriste que j’ ai déjà mentionné, j’ai obtenu des copies partielles de mes deux dossiers de l’administration pénitentiaire et médicale. On me refusa l’accès à l’ensemble de ces documents et on me conseilla de solliciter un ordre du tribunal si je voulais voir ce qui ne m’avait pas été révélé. Ce que j’ai vu, cependant, a été suffisant pour me convaincre que j’avais affaire à des gens vraiment peu scrupuleux qui ne reculeront devant rien pour protéger leur conspiration. Dans les notes chronologiques contenues dans ces fichiers, figurait un amas de mensonges biscornus, éhontés et montés de toute pièce, relatifs à de prétendues conversations que j’aurais eues avec le personnel psychologique et correctionnel.

Cette supercherie a été délibérément tissée conjointement par les différents acteurs, pour porter atteinte à ma crédibilité et pour que je fasse figure de personne instable. Il y avait, en effet, la mention de l’obtention d’une ordonnance d’un tribunal pour me contraindre à un traitement médical (Prolixin?), et je trouve cela très triste, et difficile à croire, qu'une d'inhumanité atroce de cette sorte soit pratiquée dans ce pays à notre époque.


Tout aussi difficile à comprendre est le fait que les fonctionnaires de l’État que j’ai informés de la situation, entre autres le Gouverneur, le Procureur Général, le Sénat de l’État, le Procureur du comté, et le “Department of Corrections “, aient tous choisi d’ignorer la situation et de prendre mes allégations à la légère, malgré la forte présomption de jeu déloyal et les nombreuses plaintes individuelles présentées par les détenus de cette institution.

Je suis même allé jusqu’à défier le Directeur de la Prison, Gerald Cook, et Gary Deland, Directeur exécutif du Département des Services Correctionnels, dans un pari de 1500,00 $ entre l’administration pénitentiaire et moi, afin de déterminer, à l’issue d’un test polygraphique, qui a dit la vérité. Ils ont décliné mon invitation, bien sûr, et j’ai été menacé d’éventuelles mesures disciplinaires pour avoir proposé de faire un pari clandestin.

C’est un état Mormon, et il y a en cours une conspiration profondément enracinée qui englobe apparemment une grande partie, sinon tous les membres, de la structure gouvernementale. Ne peut-on rien faire?

Il peut très bien s’avérer impossible d’intenter une action en justice contre ces gens pour ce qu’ils m’ont fait, mais j’ai bien l’intention de poursuivre ma quête d’informations et je tâcherai d’exposer cette corruption démoniaque pour ce qu’elle est. Je crois fermement que la vérité finira par faire surface un jour.

Tout commentaire ou suggestion que vous souhaiteriez faire sur ce sujet - soit en m'aidant par des informations, ou en conseillant des autorités responsables auprès desquelles je pourrais obtenir de l’aide, ou peut-être e transmettant cette lettre à quelqu’un qui serait en mesure de déclencher une enquête ou agir pour éviter d’autres représailles de la part de ces individus - sera toujours hautement apprécié.

Cette lettre a été écrite en toute bonne foi et j’espère sincèrement que vous allez la traiter comme telle.

À défaut d'autre chose, je vous demande de m'accorder au moins la courtoisie de l'accusé de réception.


Cordialement



David James Fratus
17886 Box 250
Draper, Utah 84020




Version originale en anglais.

Traduit de l’anglais par Rudy Andria.




source:
momie http://rudy2.wordpress.com/temoignage-de-david-james-fratus


Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: IMPLANTS MICROCHIP, MINDCONTROL ET CYBERNÉTIQUE   Sam 31 Déc 2011 - 1:17



Le blog d'une victime française de harcèlement par ces armes à énergie dirigée:
frankenstein http://dbabou.blogspot.com


Voir également le topic LES ARMES PSYCHOTRONIQUES.
étoile 1 http://transition888.heavenforum.org/t624-implants-microchip-mindcontrol-et-cybernetique


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: IMPLANTS MICROCHIP, MINDCONTROL ET CYBERNÉTIQUE   Aujourd'hui à 3:50

Revenir en haut Aller en bas
 
IMPLANTS MICROCHIP, MINDCONTROL ET CYBERNÉTIQUE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TRANSITION ET ARCHE :: PLAN DE NOS PRÉDATEURS :: Contrôle mental :: Technologies et contrôle mental-
Sauter vers: