TRANSITION ET ARCHE


 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 D'ÉTRANGES ÉMISSIONS SOLAIRES FONT SOUDAIN MUTER LA MATIÈRE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: D'ÉTRANGES ÉMISSIONS SOLAIRES FONT SOUDAIN MUTER LA MATIÈRE   Ven 6 Mai 2011 - 12:08

D'ÉTRANGES ÉMISSIONS SOLAIRES FONT SOUDAIN MUTER LA MATIÈRE







LE SOLEIL EN COLÈRE

Depuis des mois, la crainte a conduit les chercheurs à se lamenter au sujet des tempêtes solaires à venir. Certains ont prédit des tsunamis solaires dévastateurs, capables de détruire notre technologie, tandis que d'autres ont averti que les violentes éruptions à la surface du soleil pourraient atteindre la TERRE, percer son champ magnétique et exposer des millards de personnes l'humanité à des rayons X haute intensité et autres radiations provoquant des formes mortelles de cancer.

À présent, la preuve est apparue que quelque chose de potentiellement plus dangereux est en train de se produire du plus profond de notre étoile dispensatrice de vie: des particules inconnues jusqu'alors - ou une force mystérieuse - jaillissent du soleil et atteignent la Terre.

Quoi que ce soit, les résultats suggèrent que cela touche toute la matière.



ÉTRANGE ET INCONNU


Les physiciens inquiets ont commencé à prendre conscience de cette menace il y a plusieurs années. Tout d'abord rejeté comme étant une anomalie, à présent, les scientifiques, surexcités, bombardent des va-et-vient de mails à des collègues à travers le monde, tentant de comprendre exactement ce qui arrive au soleil.

Quelque chose d'impossible s'est produit; pourtant l'"impossible" a été prouvé comme étant vrai ! Des laboratoires à travers le monde ont confirmé que le taux de désintégration radioactive – que l'on croyait constant et un fondement de la science – ne l'est plus. Quelque chose émanant du Soleil entre en interaction avec la matière de façon étrange et inconnue avec le potentiel étonnant de changer radicalement la nature de la Terre elle-même.

La cause exacte d'une telle agitation des scientifiques est le fait que le taux naturel de décomposition des particules atomiques a toujours été prévisible. En effet, l'utilisation du taux de décroissance du carbone-14 a été, jusqu'à ce jour, une méthode de datation des artefacts archéologiques. Ce procédé, connu sous le nom de datation au carbone, mesure la quantité de carbonne 14 dans les objets organiques. Selon les chiffres, le carbone-14 a une demi vie spécifique de 5730 ans. Les physiciens ont prouvé par l'observation et l'expérimentation exhaustives au cours d'un siècle, qu'il faut bien 5730 années pour que les atomes de carbone 14 se désintègrent en azote 14.

Ces valeurs sont stables et ne varient pas – ou du moins ils ne l'ont jamais fait dans le passé. Avec la preuve avérée que la désintégration radioactive peut être affectée significativement par un effet inconnu provenant du soleil, une bonne partie de la science est mise sens dessus dessous.



TAUX DE DÉCROISSANCE ACCÉLÉRÉ


Le pire, si les taux de désintégration de la matière est en train de muter, est qu'alors toute la matière sur Terre en est affectée, y compris la matière à l'origine de la vie.

La mutation peut aller aussi loin que changer la réalité sous-jacente de l'univers quantique et, par extrapolation, la nature de la vie, les principes de la physique, peut-être même l'écoulement uniforme du temps.

En fait, quelques preuves de la dilatation du temps ont été recuillies à partir de l'observation attentive du taux de décroissance. Si des particules en interaction avec la matière ne sont pas en cause – et la matière est affectée par une nouvelle force de la nature – alors le temps lui-même peut s'en trouver accéléré et il n'existe aucun moyen de le stopper.



LES NEUTRINOS EN CAUSE ?


Les chercheurs ont corrélé les anomalies dans les taux de décroissance à une période de 33 jours. Ce délai correspond à la durée de 33 jours de la rotation du noyau solaire . Une telle correspondance va trop loin pour être une simple coïncidence.

Depuis que l'on sait que le noyau solaire éjecte des flux continus de particules appelées neutrinos, certains scientifiques tentent de trouver des éléments de preuve que les neutrinos sont les responsables derrière la mutation de la matière.

Il ya un problème avec cette hypothèse, cependant, puisque les neutrinos sont comme des particules fantômes. Ils sont extrêmement difficiles à détecter. Normalement, les neutrinos traversent la Terre sans la moindre interaction. Pour un neutrino, c'est comme si la Terre n'existait pas.

À part découvrir une propriété jusque-là inconnue des neutrinos, ou trouver une particule totalement inconnue, il est possible qu'aucune particule ne soit derrière les modifications enregistrées dans les taux de désintégration radioactive. Ce qui pourrait être la cause de ce phénomène est jusqu'à présent une inconnue.



DANGERS INCONNUS


Alors que le soleil s'achemine vers un pic solaire, et qu'approche inexorablement une période de dangereuse intensité jamais connue par quiconque vivant aujourd'hui, des forces incontrôlables pourraient être en formation au plus profond de ce véritable four nucléaire .

Il a déjà été prouvé que la masse du soleil déforme le temps, plie les ondes lumineuses et participe à la mutation des espèces sur Terre.

À présent, cette nouvelle force pourrait être en interaction directe avec la matière d'une façon qui pourrait modifier non seulement la compréhension humaine de la physique, mais aussi changer l'humanité elle-même ... et pas nécessairement dans un sens bénéfique.

Oui, les e-mails continueront à voyager et les chercheurs à se lamenter.. Mais en fin de compte, nous ne serons tout simplement que des observateurs.

Que le phénomène n'ai pas d'impact réel sur l'humanité, ou le pire impact imaginable, rien ne peut être fait pour l'arrêter.

Encore une fois, les forces titanesques de la nature se cabreront jusqu'à submerger notre technologie et nous nous retrouvons comme les joujoux des dieux.

Totalement impuissants.


Is the Sun Emitting a Mystery Particle, Ian O’Neill, Discovery News
The Sun Influences the Decay of Radioactive Elements, Tudor Vieru, Softpedia
Mysteriously, Solar Activity Found to Influence Behavior of Radioactive Materials On Earth, Rebecca Boyle, POSCI





source:
soleil http://www.projectworldawareness.com/2010/10/terrifying-scientific-discovery-strange-emissions-by-sun-are-suddenly-mutating-matter/


Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: LA VITESSE DE LA LUMIÈRE ET EINSTEIN DÉPASSÉS PAR UNE PARTICULE ?   Mer 5 Oct 2011 - 13:57

LA VITESSE DE LA LUMIÈRE ET EINSTEIN
DÉPASSÉS PAR UNE PARTICULE ?






Totalement inattendu, étonnant!!! Les physiciens n'en croyaient pas leurs instruments mais ils pensent bien avoir mesuré une particule dépassant la vitesse de la lumière, pourtant considérée comme une "limite infranchissable" dans la théorie d'Einstein.



Selon les mesures effectuées par les spécialistes de l'expérience internationale Opera, des neutrinos - particules élémentaires de la matière - ont parcouru les 730 km séparant les installations du CERN à Genève du laboratoire souterrain de Gran Sasso (Italie) à une vitesse de 300.006 kilomètres par seconde, soit 6 km/s de plus que la vitesse de la lumière.

« Autrement dit, sur une "course de fond" de 730km, les neutrinos franchissent la ligne d'arrivée avec 20 mètres d'avance » sur la lumière si elle avait parcouru la même distance à travers l'écorce terrestre, précise le CNRS.

Et il ne s'agit pas d'un exploit unique: les résultats publiés par le CERN et le CNRS sont le fruit de trois ans de données et de l'observation de plus de 15.000 neutrinos, avec une marge d'erreur record de seulement 10 milliardièmes de seconde.

« Je ne m'attendais pas du tout à ça, on a passé six mois à refaire tout de zéro », a expliqué jeudi à des journalistes Dario Autiero, chercheur à l'Institut de physique nucléaire de Lyon et responsable de l'analyse des mesures d'Opera.

Recalibrage des instruments de mesures par les plus grands experts indépendants, vérification des relevés topographiques, du tunnel à particules... même la dérive des continents et le séisme dévastateur de L'Aquila ont été pris en compte.

Les scientifiques internationaux ont traqué la moindre faille dans leur expérience sans parvenir à un résultat différent: les neutrinos semblent bel et bien avoir voyagé plus vite que la lumière, défiant du même coup la théorie de la relativité d'Einstein!

« Compte tenu de l'énorme impact qu'un tel résultat pourrait avoir pour la physique, des mesures indépendantes s'avèrent nécessaires afin que l'effet observé puisse être réfuté ou bien formellement établi », souligne le CNRS.

« C'est pourquoi les chercheurs de la collaboration Opera ont souhaité ouvrir ce résultat à un examen plus large de la part de la communauté des physiciens » et l'ont publié, ajoute l'organisme de recherches français.



Appels à la prudence...

Si la mesure est confirmée, ses implications défient encore la compréhension.

Pour Pierre Binetruy, directeur du Laboratoire Astroparticules et cosmologie à Paris, cela peut vouloir dire que « des particules ont trouvé un raccourci dans une autre dimension », et donc qu'il existerait dans l'univers davantage que les quatre dimensions (les trois dimensions dans l'espace auxquelles s'ajoute celle du temps).

« Il se peut aussi que la vitesse de la lumière ne soit pas la vitesse limite », estime-t-il, tout en soulignant que le record battu par le neutrino ne signifierait pas forcément « qu'Einstein se soit trompé ».

« Einstein n'a pas prouvé que Newton avait tort, il a trouvé une théorie plus générale » qui s'est superposée à celle de Newton. « Newton est correct quand la vitesse est petite par rapport à celle de la lumière », a renchéri Stavros Katsanevas, directeur adjoint de l'Institut de physique nucléaire.

De la même manière, la trouvaille d'Opera pourrait signifier que la théorie d'Einstein « est valable dans certains domaines mais qu'il existe une théorie encore plus globale, comme des poupées russes (...) ça ouvre de nouveaux champs », ajoute M. Binetruy.

Tout en se réjouissant des nouvelles perspectives qui s'offent à eux, les physiciens appellent à la plus grande "prudence" tant que les mesures n'auront pas été « vérifiées avec un système complètement différent », insiste Dario Autiero.

C'est le but visé par le projet Minos aux États-Unis, qui était déjà parvenu voici quelques années, entre le Fermilab de Chicago et une mine proche de la frontière canadienne, à un résultat similaire à celui d'Opera.

À l'époque, la marge d'erreur était jugée trop importante pour que la mesure soit recevable, mais les chercheurs américains planchent désormais sur une nouvelle expérience d'une précision sans précédent. Elle devrait aboutir d'ici environ trois ans, selon Stavros Katsanevas.




source:
à la loupe http://www.sciencesetavenir.fr/depeche/sciences/20110922.AFP0804/la-vitesse-de-la-lumiere-et-einstein-depasses-par-une-particule.html


Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: D'ÉTRANGES ÉMISSIONS SOLAIRES FONT SOUDAIN MUTER LA MATIÈRE   Mer 5 Oct 2011 - 16:19

NEUTRINOS, SOLEIL ET ASCENSION VIBRATOIRE








Les neutrinos et antineutrinos sont des particules élémentaires de masse très faible (elle était souvent supposée nulle au début des recherches), nécessaires dans la théorie de la physique quantique pour assurer la conservation de l'énergie dans les processus de réaction nucléaire. L'énergie des étoiles étant issue en majeure partie des réactions de fusion nucléaire, la quantité de neutrinos créés dans le cœur des étoiles est énorme. Ainsi, à chaque réaction de fusion entre 2 protons au centre d'une étoile, un positron (ou anti-électron) et un neutrino sont produits (par conservation du nombre leptonique).

Insensibles à l'interaction forte et à l'interaction électromagnétique, ils traversent la matière avec laquelle ils n'interagissent que par l'interaction faible. Ainsi, à chaque seconde, plusieurs millions de neutrinos nous traversent sans interagir, la majorité d'entre eux étant issus du Soleil (étoile la plus proche) et de la Terre (radioactivité bêta). Au cœur du Soleil, les réactions de fusion entre 2 protons produisent des νe de basse énergie (0 à 420 keV). Il s'ensuit un cycle compliqué de réactions nucléaires produisant des νe de plus hautes énergies mais en moins grand nombre.

Les détecteurs de neutrinos, jusqu'à une période récente, ne permettaient de détecter que les neutrinos électroniques en interaction avec la matière (ce qui est rare). Or, la théorie prédit que les neutrinos produits dans les réactions thermonucléaires au cœur du Soleil sont des neutrinos électroniques.

Connaissant l'énergie rayonnée par le Soleil, et la partie de l'énergie de fusion emportée par un neutrino, on en déduit facilement la quantité de neutrinos s'échappant du soleil par unité de temps. On en déduit donc, connaissant la distance Terre-Soleil, le flux théorique de neutrinos par unité de surface et par unité de temps au niveau de la Terre. Enfin, à partir des caractéristiques du détecteur, on trouve la quantité de neutrinos que l'on doit détecter par jour dans ce flux. Or, toutes les expériences (sur différentes échelles de temps, avec plusieurs détecteurs reposant sur des principes différents) ont montré que l'on ne détecte en fait qu'entre la moitié et les deux tiers des neutrinos attendus, ce qui sort de toutes les incertitudes acceptables.

Le problème du manque de neutrinos solaires détectés est à présent attribué à des oscillations des neutrinos. La physique quantique prévoit la possibilité que les neutrinos puissent osciller, si leur masse n’est pas rigoureusement nulle, c’est-à-dire qu’un neutrino électronique puisse spontanément au bout d’un certain temps se transformer en neutrino muonique ou tauique, et vice-versa, ceci même dans le vide. Le déficit en neutrinos électroniques détectés serait donc dû selon cette hypothèse au fait que parmi les neutrinos émis par le soleil, tous de type électronique, un certain nombre se transformerait pendant le trajet Soleil-Terre en neutrinos muoniques ou tauiques, que les détecteurs ne voient pas.

Une piste envisagée pour vérifier cette hypothèse est de comparer entre le jour et la nuit le flux de neutrinos détecté. En effet, la nuit, les neutrinos solaires, pour être détectés, doivent traverser toute la Terre, et devraient donc pouvoir osciller par interaction avec la matière, donc à un taux différent de l'oscillation dans le vide, ce qui devrait causer un flux détecté différent par rapport à celui détecté dans la journée. En outre, une telle expérience permettrait de mieux connaître les périodes de ces oscillations, ce qui améliorerait notre compréhension du phénomène. Mais actuellement, les détecteurs ne sont pas assez sensibles pour permettre cette mesure.

Une autre piste explorée est celle de l'étude des oscillations possibles de neutrinos engendrés par des réacteurs nucléaires ou des accélérateurs de particules, comme par exemple les expériences CNGS(1) ou K2K(2).



source:
à la loupe http://fr.wikipedia.org/wiki/Probl%C3%A8me_des_neutrinos_solaires


    (1) Cern Neutrinos to Gran Sasso (Neutrinos du CERN vers le Gran Sasso).

    Cette installation consiste à produire un faisceau de neutrinos qui est dirigé vers un laboratoire situé en Italie et distant de 732 kilomètres. Pour cela, des protons accélérés par le SPS sont envoyés sur une cible en graphite. Les collisions résultantes produisent des particules instables appelées pions et kaons, qui sont focalisées, par un dispositif magnétique, dans un tunnel sous vide long d’un kilomètre où elles vont se désintégrer. Ces désintégrations générèrent à leur tour des muons et, surtout, des neutrinos. Un blindage puis la roche au-delà de l’extrémité du tunnel absorbent toutes les particules (les muons, les pions et kaons non désintégrés, ou les protons qui ont traversé la cible) autres que les neutrinos, lesquels sont ainsi les seuls à continuer leur route. L’ensemble est orienté de telle manière que le faisceau de neutrinos résultant soit dirigé vers un laboratoire italien installé dans le Gran Sasso, où il sera analysé par des instruments construits à cet effet.

    Le but de tout ceci est d’étudier le phénomène d’oscillation de neutrinos : En effet, il existe trois types (appelés saveurs) de neutrinos, et il est aujourd’hui acquis que ces particules « oscillent » entre ces trois saveurs, se transformant de l’une en l’autre. CNGS permet l’étude de ces oscillations car les neutrinos produits sont exclusivement de saveur muonique, alors qu’au niveau du Gran Sasso, et après un parcours de 732 km à l’intérieur de la Terre, certains se seront transformés en d’autres saveurs, ce qui pourra être enregistré. Les premiers faisceaux de neutrinos furent émis durant l’été 2006. Étant donné la faible interactivité des neutrinos et la rareté de leurs oscillations, des années d’expérimentation et de collecte de données seront nécessaires. En mai 2010 fut observé le premier événement correspondant à l’oscillation d’un des neutrinos produits par CNGS.


    cligno multicolore http://fr.wikipedia.org/wiki/Organisation_europ%C3%A9enne_pour_la_recherche_nucl%C3%A9aire#CNGS


    (2) K2K (pour KEK to Kamioka) est une expérience japonaise de physique des particules, qui concerne les neutrinos. KEK étant le centre de recherche de Tsukuba (nord-est de Tokyo) où les neutrinos muoniques sont créés et Kamioka est le nom de l'emplacement du détecteur Super-Kamiokande (SK).

    Le flux de neutrinos muoniques à KEK va être mesuré par un détecteur proche. On pourra ainsi prédire le nombre de neutrinos que SK devrait mesurer si les neutrinos n'oscillaient pas, ainsi que leur spectre en énergie. Or, on observe un nombre et un spectre de neutrinos muoniques incompatibles avec cette théorie. Cela signifie que les neutrinos muoniques ont oscillé en un autre type de neutrinos, électroniques, tauniques ou un type jusqu'ici inconnu. On a ainsi observé leur disparition, ce qui contraint les paramètres d'oscillation vers d'autres types de neutrinos, but de l'expérience.

    C'est en 1998 que Super-Kamiokande acquit sa renommée internationale en prouvant le phénomène d'oscillation du neutrino, et donc que ces particules possèdent une masse non nulle. Les neutrinos créés dans le Soleil changent de nature en se propageant jusqu'à la Terre. C'est d'ailleurs pour cette découverte que Masatoshi Koshiba reçut le prix Nobel de physique 2002. Jusqu'en 2005, ce détecteur constituait un élément de l'expérience K2K qui mesura plus précisément les paramètres d'oscillation de ces particules. Mais ce sont cette fois des neutrinos créés et donc contrôlés par l'homme grâce à un accélérateur de particules qui furent étudiés.


    cligno multicolore http://fr.wikipedia.org/wiki/Super-Kamiokande




Alors, pour être honnête, je ne comprends pas grand chose à tout ça, du point de vue scientifique, mais il y plusieurs choses qui m'interpellent.

  • nos prédateurs ne font rien gratuitement. Je veux dire que la recherche pour la recherche, ça ne les intéresse pas en soi, mais que la seule chose qui les motive c'est leur survie, et par conséquent, garder leur contrôle sur l'humanité qui est leur source d'énergie leur permettant l'immortalité; ce sont avant tout des vampires.

  • ils ont créé le CERN pour faire leurs recherches sur les neutrinos (et peut-être pour d'autres objectifs). Quand on voit le le logo du CERN et la statue de Kali qui en orne l'entrée, il n'est pas difficile de deviner que ces recherches sont reliées aux entités déchues anti-christiques et n'ont donc pour seul but leur survie.

  • les scientifiques disent que l'interaction des neutrinos avec la matière est très faible et qu'à chaque seconde, plusieurs millions de neutrinos nous traversent sans interagir. peut-être que c'est vrai, d'un point vue "grossier", purement matériel, mais rien ne dit qu'ils n'interagissent pas avec nos corps plus "subtils", dont l'éthérique; ce serait même le contraire qui serait étonnant.

  • ils disent aussi que la majorité d'entre eux sont issus du Soleil; et c'est là que ça devient très intéressant. Depuis quelques années, des physiciens s'inquiètent du fait que " quelque chose émanant du Soleil entre en interaction avec la matière de façon étrange et inconnue avec le potentiel étonnant de changer radicalement la nature de la Terre elle-même", et ils se demandent même si les neutrinos ne seraient pas en cause. (post du Ven 6 Mai 2011 ci-dessus)


S'il y a bien des scientifiques qui se posent la question, je crois bien qu'il y en a d'autres qui ont déjà la réponse depuis longtemps.

En effet, que nous dit Don Bradley à ce sujet ?

« Et voici quelque chose qui n'a même pas été inclus dans the "CLOUDS OF DEATH" - une partie de la raison des chemtrails est de COUPER la Terre des fréquences supérieures éthériques de la planète, à savoir le Royaume Angélique. Du point de vue occulte, ils savaient tout comme moi, que l'Esprit du Christ émergent - son soi-disant "retour" - serait que le Centre du Cœur du Soleil, prenne le contrôle du corps éthérique de la Terre et l'anime, via l'Esprit du Christ. Pour éviter cette étape évolutive, et pour s'assurer que la planète deviendrait alors une planète séparée de riches sacs à viande sataniques, le tout devenant le repas de demain pour les Annunaki. Pour stopper cela, ils doivent couper le sang vital de la planète de la source. Essentiellement, ils ont compté sur une méthode d'ingénierie inversée pour empêcher la croissance éthérique de la planète. Les chemtrails ont été la solution. »

« Et la fréquence terrestre augmente, et augmente rapidement. De nombreux vortex ou chakras de cette planète autrefois détournés sont en train non seulement de se libérer, mais tournoient maintenant dans leurs sens respectifs. Et il y a un moyen de vous le prouver, si quelqu'un ici peut trouver quelque part sur le web, un fournisseur d'images satellites non retouchées. Vous verrez que les pointes et tourbillons des chakras majeurs et mineurs tournoient tous. La plupart, dans la mauvaise direction, surtout dans l'hémisphère Nord. Regardez les liens continus des satellites et les images des ouragans. Utilisez ces dernières comme image de référence jusqu'à ce que vous puissiez les voir dans les systèmes météorologique. Ils sont là. »

« Plusieurs d'entre nous ressentent les changements quotidiens à mesure que la fréquence éthérique augmente et que le champ magnétique oscille hors de phase, avant de disparaître. Des choses apparaissent, et disparaissent ensuite. J'ai remarqué cela il y a deux ans, et l'ai indiqué sur le forum de Stuart.

Maintenant, la plupart d'entre nous le sentent, le ressentent.

À présent, ces énergies de plus hautes fréquences affectent les autres systèmes énergétiques : argent, eau, électricité - peu importe comment l'énergie est transmise dans le monde réel, elle est affectée.
»

« Une fois que vous vous habituez à l'éthérique, toute la réalité est affectée. Les murs bougent, en changeant d'états - et vous pouvez le voir - voir l'énergie se déplacer comme des jets d'eau coulant des prises électriques dans le mur. Oh oui. Vous êtes tous dans ce bateau. La moitié du temps, vous ne pouvez différencier le réel du surréel, ou l'énergie plus dense que tous peuvent percevoir, et l'aspect d'énergie subtile du MÊME OBJET, QU'ILS NE PEUVENT PAS VOIR. Vous allez pouvoir. Vos yeux à tous sont en train de changer. Bien.

Débarrassez-vous des implants. Cela freine votre croissance en tant que souverain, à cet égard.
»

étoile 1 http://transition888.heavenforum.org/t300-textes-extraits-du-blog-de-cbswork-don-bradley
star: http://transition888.heavenforum.org/t350-textes-extraits-du-blog-de-cbswork-suite-don-bradley



Toujours selon DB, cette période de transition devrait durer environ un millier d'années:

« Ah oui… cette bataille actuelle est en deux étapes. Actuellement, dans l'éthérique. Et, dans environ mille ans d'ici, dans l'astral, une fois que tous les humains terrestres auront abandonné leurs corps physiques et AURONT GRADUÉ EN FORMES DE VIE PLUS ÉVOLUÉES, LA PROCHAINE ÉTANT ASTRALE. »

Chiffre qu'on retrouve assez souvent pour que ce soit plausible.
étoile 1 http://transition888.heavenforum.org/t489-islam-fondamentaliste-religion-mondiale-unique-du-nwo - post du Lun 22 Aoû 2011


Je pense donc que toutes ces recherches sur les neutrinos (ou autres particules inconnues de nous) ont pour objectif de trouver un moyen efficace de contrecarrer leur action d'ascension vibratoire de la planète et de tout ce qui y vit. À la fois pour ne par perdre la source de nourriture que nous sommes pour eux, et pour trouver un moyen de s'en protéger, s'ils ne supportent pas cette vibration trop élevée.

Richard Shaver, qui voulait alerter l'humanité au sujet de nos prédateurs "Atlans" et "Deros", disait que « Lorsque notre soleil se mit à grossir, de dangereuses radiations cosmiques irradièrent notre sol et les obligèrent à émigrer dans une autre galaxie. ».

C'est-il produit le même phénomène ? Est-ce pour cette raison que la créature en stase dans la nef enfouie sous le Pech du Bugarach va bientôt prendre son envol, emmenant avec elle un maximum de proies ?
Plusieurs textes parlent d'un "grand nettoyage", de Satan "lié pour 1000 ans"... Est-ce de cette façon que Tout Ce Qui Est va débarrasser la planète de la "fosse à purin du bas-astral", comme les appelle David Icke ?


Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: D'ÉTRANGES ÉMISSIONS SOLAIRES FONT SOUDAIN MUTER LA MATIÈRE   Jeu 23 Fév 2012 - 16:48

TORNADES DE PLASMA SOLAIRES








Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: D'ÉTRANGES ÉMISSIONS SOLAIRES FONT SOUDAIN MUTER LA MATIÈRE   Aujourd'hui à 9:42

Revenir en haut Aller en bas
 
D'ÉTRANGES ÉMISSIONS SOLAIRES FONT SOUDAIN MUTER LA MATIÈRE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TRANSITION ET ARCHE :: TRANSITION ET SPIRITUALITÉ :: Ascension vibratoire de la Terre-
Sauter vers: