TRANSITION ET ARCHE


 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 GRIPPE AVIAIRE, UNE PANDÉMIE PROGRAMMÉE ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: GRIPPE AVIAIRE, UNE PANDÉMIE PROGRAMMÉE ?   Lun 16 Fév 2009 - 23:14

GRIPPE AVIAIRE, UNE PANDÉMIE PROGRAMMÉE ?
ARTICLE DU DR LEONARD G. HOROWITZ.







Un spécialiste de renommée mondiale dévoile les dessous de l'épidémie actuelle

Article diffusé en Octobre 2005
Source: cligno multicolore http://educate-yourself.org/cn/lenhorowitzdebunksavianfluhysteria11oct05.shtml




En avril 2003, nous avons déjà connu le SARS (Severe Acute Respiratory Disease, SRAS en Français), ou pneumonie atypique. Cette maladie nous venait également d'Asie, et frappa lourdement la région de Toronto au Canada. J'étais sur place pendant presque toute la durée de cette épidémie, qui annonçait la grippe aviaire actuelle. On a dit à l'époque que le SRAS était la dernière venue de toute une série de maladies nouvelles, provoquées par une série de mystérieux "super germes" mutants qui devaient frapper l'humanité.

Une étude scientifique attentive des caractéristiques médico-sociologiques et des antécédents de cette épidémie a révélé quelque chose de bien plus insidieux que le SRAS proprement dit.

J'ai considéré la réaction des médias comme doit la considérer tout diplômé de Harvard, expert en problèmes de santé publique et en techniques psychologiques de persuasion mentale. Car cette épidémie possédait toutes les caractéristiques d'une nouvelle expérimentation sociale conduite par des "bioterroristes" en blouse blanche.

Il me parut clair que cette manipulation humaine sans précédent était destinée à endoctriner les masses populaires et à les manipuler subtilement, pour qu'elles soutiennent une politique de santé publique parfaitement inadaptée à la venue d'une pandémie massive, malgré toute la législation existante(1). Tout au long de l'épidémie de "pneumonie atypique," les médias n'ont cessé de faire référence à des "agents bactériologiques" nouveaux, qui pouvaient provoquer la disparition du tiers à la moitié de la population mondiale. Ayant étudié à fond tout ce qui a été publié récemment en matière de contrôle de la population, ainsi que les objectifs actuels des principales sociétés industrielles multinationales, j'ai remarqué que ces "prédictions" correspondaient étroitement à certains objectifs officiels en matière de réduction de la population mondiale(2).

En 2003, la lutte menée au Canada contre le SRAS, pour la première fois de l'histoire de ce pays, fut dirigée directement par les Nations Unies et par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Pour avoir découvert les liens étroits qui existaient, sur les plans financier et administratif, entre les organisations suivantes, j'ai constaté que la famille Rockefeller, la Fondation Carnegie, et les principaux dirigeants de l'industrie pharmaceutique mondiale, ont contrôlé la recherche canadienne et la lutte menée au Canada contre cette épidémie.

Aucune grande pandémie, ou épidémie à l'échelle mondiale, n'a jamais pu être séparée de son contexte économique et politique. L'épidémie de pneumonie atypique a fait avancer le programme politique du Nouvel Ordre Mondial beaucoup plus vite que tout autre problème de santé publique. Si les responsables politiques de la santé publique voulaient réellement prévenir ces épidémies nouvelles qui se produisent régulièrement, ou s'ils voulaient vraiment les traiter à la source, ils ne pourraient manquer de remarquer que ces agents bactériologiques dévastateurs sont toujours mystérieusement apparus au sein de structures secrètes associant certains milieux militaires, médicaux et de la biotechnologie. Il suffit simplement d'étudier la sociologie médicale pour s'en rendre compte.

Cela fait des décennies que certains "experts" nous prédisent l'arrivée prochaine d'une super épidémie dévastatrice. Ce qui a aussitôt éveillé mes soupçons, en ce qui concerne la pneumonie atypique, fut le moment où elle est survenue. Elle survint au moment même où était lancée la guerre totale contre le terrorisme, et la guerre Anglo-Américaine contre l'Irak. Il m'a semblé qu'il s'agissait là d'une occasion rêvée de "distraire" l'opinion publique du fait que l'administration Bush avait accusé Saddam Hussein d'accumuler un arsenal impressionnant d'armes bactériologiques, dont l'anthrax et le virus du Nil. L'épidémie de pneumonie atypique était donc caractéristique de ce que j'avais déjà annoncé dans l'un de mes livres au titre prophétique, publié avant les attaques du 11 septembre. Plusieurs mois avant ces attaques, je les avais annoncées dans ce livre, en présentant l'analyse conceptuelle qui nous permet de comprendre les liens qui existent entre ces épidémies et le Nouvel Ordre Mondial (Death in the Air : Globalism, Terrorism and Toxic Warfare, Tetrahedron Publishing Group, 2001 - "Mort dans l'air : Globalisme, Terrorisme et Guerre chimique").

Pour résumer l'essentiel de ce livre, j'y expliquais comment une certaine forme de "bioterrorisme" d'Etat était parfaitement compatible avec une guerre bactériologique officiellement menée par un Etat. Saddam Hussein avait lui-même fait subir à certaines des populations de l'Irak et des Etats voisins les effets destructeurs des armes chimiques et bactériologiques. Pour moi, il est clair que la pneumonie atypique, tout comme la grippe aviaire actuelle, se sont produites avec le consentement et l'appui de certains milieux des industries médicale, pharmaceutique, pétrochimique et militaire, opérant de manière illégale. C'est ce que j'ai pu prouver maintes fois.

Ayant eu l'occasion de témoigner devant le Congrès Américain, j'ai pu me rendre compte directement de quelle manière l'industrie pharmaceutique influence et contrôle nos représentants économiques et politiques au niveau du gouvernement. Les épidémies émergentes complètent les effets de la guerre politique contre le terrorisme, et correspondent à notre culture actuelle influencée par le bioterrorisme. Un tel programme secret répond à deux objectifs essentiels : la recherche du profit, et la réduction de la population mondiale.





Réalité politique, contre mythes véhiculés par les médias


La folie croissante du monde qui nous entoure correspond étrangement aux recommandations des penseurs du Nouvel Ordre Mondial, qui favorisent les "désastres sans guerre." De quoi s'agit-il exactement ?

Dès la fin des années 60, dans les principaux milieux industriels, on a commencé à réfléchir à des "substituts économiques à la guerre classique." Comparés aux effets des première et seconde guerres mondiales, les dégâts qui pouvaient être provoqués par les désastres naturels, les super ouragans, les épidémies, ou la guerre bactériologique et génétique, ont commencé à apparaître comme politiquement et économiquement "rentables." Ces "désastres sans guerre" étaient manifestement beaucoup plus "gérables" politiquement, et plus "rentables" économiquement. Pour ces raisons, et tout particulièrement pour leur rentabilité économique, les dirigeants politiques Anglo-Américains du Nouvel Ordre Mondial ont considéré ces "désastres sans guerre" comme des options de tout premier choix.

Par exemple, le protégé de Nelson Rockefeller, Henry Kissinger, en tant que Conseiller pour la Sécurité Nationale sous Richard Nixon, a dirigé en fait la politique extérieure des Etats-Unis, tout en considérant la réduction de la population mondiale comme une "nécessité" pour les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et leurs alliés. C'est ce même Kissinger qui a été nommé par George W. Bush pour présider le comité d'enquête sur les événements du 11 septembre. Kissinger est pourtant un criminel de guerre avéré, qui avait ordonné au CIA de développer des armes bactériologiques, selon les archives du Congrès Américain de 1975. Parmi ces armes bactériologiques fabriquées par l'homme, il existe des germes bien plus mortels que celui de la grippe aviaire !

Par exemple, avant 1968, Kissinger ordonna une enquête concernant les agents bactériologiques synthétiques existants, qui pourraient être utilisés en matière de guerre bactériologique et de contrôle de la population mondiale. Or une équipe de chercheurs (O'Conner, Stewart, Kinard, Rauscher et d'autres), venait juste de fabriquer en laboratoire de nouveaux virus mutants de la grippe, capables de propager certains cancers(3). A l'occasion de ce programme, certains virus grippaux furent combinés artificiellement avec d'autres virus de la leucémie aiguë, pour fabriquer littéralement de nouveaux germes capables de répandre ce cancer à la vitesse d'une épidémie de grippe, par simple contact direct avec des personnes infectées. Ces mêmes chercheurs ont aussi manipulé des virus du cancer du poulet, un sarcome, pour les inoculer à des hommes et à des singes, afin de tester leur capacité à produire un cancer chez ces derniers. Raucher, et d'autres, ont aussi employé les radiations pour augmenter la puissance du virus du cancer du poulet. Ces faits scientifiques incroyables ont été officiellement reconnus, mais largement négligés par les principaux médias.

De même, l'Institut Londonien IOSS (Institute of Science in Society), a officiellement évoqué la possibilité que le virus de la pneumonie atypique ait été fabriqué en laboratoire. Il a posé la question suivante : "Est-il possible que des expériences de génie génétique aient pu créer le virus de la pneumonie atypique, même par inadvertance ?" Cette hypothèse n'a même pas été examinée par les experts virologues appelés pour aider à résoudre la crise, experts qui furent par la suite encensés par les sociétés pharmaceutiques soucieuses de produire les vaccins. Ceux qui habitent des maisons de verre n'ont pas l'habitude de jeter des pierres ! J'ajoute que l'IOSS aurait pu aussi examiner l'hypothèse d'une création intentionnelle du virus de la pneumonie atypique, dans leur étude censée être scientifique et objective(4).

Les "conflits sans guerre," tels que la "guerre contre le SIDA," la guerre contre la drogue," la guerre contre le terrorisme," la guerre contre le cancer," et, à présent, la "guerre contre la grippe aviaire," exigent des programmes très sophistiqués de propagande, ayant recours à des campagnes visant à stimuler la crainte au sein de l'opinion publique, afin qu'elle accepte et soutienne les lois supprimant les libertés publiques. Ces opérations psychologiques sont nécessaires pour contrôler ces conflits sans guerre, et constituent la caractéristique essentielle de la nouvelle "révolution militaire" en cours. Cette "révolution militaire" cherche à instaurer une nouvelle forme d'esclavage humain, par lequel les populations humaines ne se rendent même plus compte qu'elles sont soumises à un esclavage(2) !

Cette nouvelle "révolution militaire" fait appel, sans aucun doute, à des armes bactériologiques et chimiques très puissantes. Ces armes sont mises en œuvre par les fabricants de vaccins et de médicaments, pour leur plus grand profit. Il existe un exemple classique, celui des pesticides très toxiques et cancérigènes largement utilisés dans des zones habitées, sous prétexte d'éradiquer les moustiques responsables de la "fièvre du Nil." Ces produits, selon les termes militaires, ne sont pas directement mortels. Mais ils agissent à long terme, en provoquant une mort lente par empoisonnement chronique, ce qui génère encore plus de profits pour les sociétés pharmaceutiques chargées d'inventer de nouveaux médicaments pour lutter contre ces maladies. Les victimes de ces campagnes d'éradication des moustiques meurent lentement de maladies chroniques débilitantes. Les centres de soins et les hôpitaux construits pour traiter ces malades ne sont que des camps de concentration virtuels.

Parmi toutes ces maladies nouvelles provoquées artificiellement figurent un grand nombre de maladies touchant le système immunitaire, ainsi que de nombreux cancers pratiquement inconnus il y a cinquante ans. Ce simple fait, à lui seul, suffit à suggérer l'existence d'un véritable génocide socio-économique programmé par certaines autorités politiques.





Une grippe aviaire qui rapporte !


Face à l'épidémie de pneumonie atypique, Michael Fumento, chercheur à l'Institut Hudson de Washington, a publié à Toronto (Canada) une thèse économique, qui ressemble à celle que je développe dans cet article. Cette thèse a été publiée dans le Canadian National Post. On a demandé aux Canadiens de se mettre eux-mêmes en quarantaine, de porter des masques et, dans certains cas, de rester chez eux. Le Ministre de la santé de l'Ontario a décrété un "état d'urgence sanitaire," alors que les médias parlaient de la "super pneumonie, cette tueuse mystérieuse."

Refusant de se laisser gagner par cette hystérie, Fumento posait un certain nombre de vraies questions. Cette épidémie était-elle réellement aussi mortelle et aussi contagieuse qu'on le disait ? Il concluait en ces termes : "Les réponses à ces questions ne laissent aucune place à l'excitation, encore moins à la panique." On pourrait en dire tout autant pour cette nouvelle épidémie de grippe aviaire(1).




Mortelle ?


A l'heure actuelle, le grippe aviaire serait responsable d'environ 65 décès dans toute l'Asie du Sud-Est, au cours des deux dernières années ! Encore connaît-on peu de faits précis sur les victimes, qui présentaient en général des troubles de leur système immunitaire. En outre, tous ces décès se sont produits dans des pays de l'Asie du Sud-Est dont les services sanitaires laissent beaucoup à désirer.

A titre de comparaison, les formes ordinaires de grippe tuent plus de 40.000 Américains chaque année, en général des personnes âgées au système immunitaire affaibli.




Contagieuse ?


Selon le magazine "USA Today" du 9 octobre 2005, "les services de santé européens travaillent à contenir le virus de la grippe aviaire qui, jusqu'à présent, n'a touché personne dans cette région du monde." Cependant, plus de 140 millions de volatiles seraient déjà décédés ou auraient été supprimés. Les pertes financières, pour le secteur de la volaille, représentent déjà plus de dix milliards de dollars. Selon les termes de cette propagande, "le virus actuel, baptisé H5N1, n'a pas encore muté au point de pouvoir se transmettre facilement d'homme à homme." En fait, il est probable que ce virus ne s'est jamais transmis d'homme à homme, si ce n'est au cours de manipulations de laboratoire(5) !




Difficile à soigner ?


Selon un rapport du "Business Week", "Le Sénat Américain a déjà voté un budget de 3,9 milliards de dollars pour acheter des vaccins et des médicaments antiviraux. Le gouvernement prépare aussi une nouvelle demande de crédits de 6 à 10 milliards de dollars."

Y a-t-il réellement une vie intelligente sur notre planète ? La réponse à cette question permettrait d'expliquer pourquoi le public accepte aussi facilement de tels mensonges ! Même "USA Today" affirme "qu'il n'existe pas actuellement de vaccin pour l'homme." Comment se fait-il donc que le Sénat Américain puisse voter dans la précipitation la dépense d'autant de milliards pour acheter un vaccin contre la grippe aviaire ?

Je suppose que nous devons négliger le fait que le virus H5N1 actuel ne s'est jamais transmis d'homme à homme, et qu'il ne s'est même pas non plus transmis très fréquemment des oiseaux aux hommes. Ainsi, un vaccin vraiment efficace ne pourrait être préparé qu'en faisant muter ce virus, et en provoquant justement ce que le monde craint le plus. Permettez-moi de m'expliquer.

Afin de fabriquer un vaccin spécifique contre un virus mutant H5N1 transmissible à l'homme, il faudrait tout d'abord que ce virus de la grippe aviaire transmissible à l'homme existe. Or, actuellement, ce virus n'existe pas, excepté peut-être dans quelques laboratoires du complexe militaro-médico-pharmaceutique. En fait, d'après les informations dont je dispose, c'est exactement ce qui est en train d'être préparé en secret. Afin de produire un virus transmissible à l'homme, il faut cultiver le virus de la grippe aviaire pendant assez longtemps, en le mélangeant à des cultures de cellules humaines. Il faut ensuite l'injecter à des singes, puis à des êtres humains, pour vérifier si ces sujets attrapent ce nouveau virus fabriqué en laboratoire.

Ainsi, ce nouveau virus que le monde craint tant est
1) soit en train d'être fabriqué dans des laboratoires financés par des industriels puissamment motivés à laisser "accidentellement" se répandre ce virus,
2) soit a déjà été fabriqué dans ces laboratoires, pour profiter de la panique mondiale actuelle, en prévision des énormes profits qui seront dégagés par la lutte contre ce virus.

Il faut savoir qu'un vaccin, pour être réellement efficace contre un virus, a besoin d'être spécifique. Si les autorités voulaient réellement répandre le virus humain de la grippe aviaire H5N1 à une certaine échéance future précise, elles n'auraient aucune garantie sérieuse que le vaccin produit en parallèle soit efficace à cette même échéance, compte tenu des mutations virales possibles. En effet, la rapidité des mutations virales dépend de la nouveauté du virus. Les nouveaux virus fabriqués par l'homme et créés en laboratoire, comme ceux qui sont actuellement fabriqués pour préparer un vaccin, sont beaucoup moins stables que ceux qui ont naturellement évolué au cours des millénaires.

C'est pour cette raison que tous les efforts actuels pour préparer un vaccin ne sont que de la poudre jetée aux yeux, et que les véritables motivations restent cachées.

Il faut aussi savoir que l'efficacité d'un vaccin exige des années, ou du moins des mois de contrôles et de vérifications au sein de la population visée. Pendant cette période, on doit soigneusement réunir toutes les informations sur les effets secondaires ou les accidents thérapeutiques provoqués par ce vaccin, afin de s'assurer qu'il ne tue pas, ou ne rende pas malades, plus de personnes que celles qu'il prétend sauver ! Pouvez-vous sérieusement croire que le gouvernement, ou l'industrie pharmaceutique, pourront réunir toutes ces garanties, au milieu de l'hystérie provoquée par cette "pandémie" ? La réaction désastreuse des autorités face à l'ouragan Katrina sera avantageusement comparée au désastre sanitaire et humanitaire certain provoqué par un vaccin mal testé et des mesures de santé publique inadaptées !

Je parle de désastre certain, parce que nous disposons de précédents. La liste est longue de vaccins préparés à la hâte, qui ont entraîné, une fois mis sur le marché, des conséquences humaines horribles. On peut citer le premier vaccin contre la peste porcine, les vaccins contre la polio, le vaccin contre la variole, le vaccin contre l'anthrax, le vaccin contre l'hépatite B et, plus récemment, le vaccin contre la maladie de Lyme, qui a handicapé près de 750.000 personnes en quelques mois, avant d'être retiré du marché par les autorités !

La plupart des gens ignorent que tous les vaccins comportent toute une série d'ingrédients qui sont potentiellement nuisibles pour la santé, et même mortels. On peut citer, parmi ces ingrédients, des produits chimiques toxiques comme le mercure, l'aluminium, le formaldéhyde et le formol (employés pour conserver les cadavres), des produits génétiques étrangers à l'homme, des protéines à haut risque issues de certaines espèces de bactéries, de virus ou d'animaux, et qui ont été scientifiquement associés au déclenchement de certaines maladies du système immunitaire ou de certains cancers. Nous disposons de plus en plus de faits scientifiques qui tendent à démontrer que les vaccins sont en grande partie responsables de nombreuses maladies, comme l'autisme, la fatigue chronique, la fibromyalgie, le lupus, la sclérose en plaques, l'arthrite rhumatoïde, l'asthme, le rhume des foins, les infections chroniques de l'oreille, le diabète de type 1, et bien d'autres maladies encore. Ces maladies chroniques et débilitantes nécessitent des traitements à long terme, qui eux-mêmes entraînent de nombreux effets secondaires. En réalité, la principale cause de mortalité en Amérique est représentée par les maladies iatrogéniques, c'est-à-dire les maladies produites par le système médical, ou contractées en son sein. Cela signifie que les vaccins, comme bien d'autres inventions de l'industrie pharmaceutique, handicapent et tuent littéralement des millions de personnes, sans que ni le gouvernement ni l'industrie n'interviennent pour arrêter ce fléau.

D'après tout ce que nous savons, ce sont les gouvernements qui sont en train de fabriquer un vaccin contre la grippe aviaire, dont l'effet sera précisément de répandre cette pandémie dans le monde entier, afin de réduire la population mondiale. Cette hypothèse vous semble-t-elle absurde ? Lisez donc la suite.

Business Week pense que l'accumulation de vaccins par les gouvernements ne peut que profiter aux sociétés pharmaceutiques, comme Sanofi-Pasteur, Sanofi-Aventis ou Chiron. On considère que le Tamiflu, un antivirus fabriqué par Roche, serait efficace contre la grippe aviaire. Les Etats-Unis possèdent déjà 4,3 millions de doses de Tamiflu, et d'autres commandes dont en cours. Voici toutefois ce que Business Week n'a pas révélé :

L'efficacité et l'innocuité du Tamiflu n'ont pas été prouvées pour ce qui concerne les populations souffrant de maladies chroniques, ce qui est le cas d'une bonne partie de la population américaine. Il faut aussi noter que ce médicament provoque de nombreux effets secondaires : nausées, vomissements, diarrhées, bronchite, douleurs gastriques, étourdissements, mots de tête, etc, etc…

En 1999, les Laboratoires Roche (Hoffman-LaRoche) ont été reconnus coupables de malversations en ce qui concerne la fourniture de vitamines sur le marché mondial. Roche appartient à un cartel pétrochimique et pharmaceutique issu de l'I.G. Farben, l'un des piliers industriels de l'Allemagne nazie(2)(6).

L'un des partenaires industriels de Sanofi-Aventis est la Société Merck. Cette entreprise avait reçu la part du lion, lors de la distribution des dépouilles de l'économie nazie, à la fin de la deuxième guerre mondiale. Le chiffre d'affaires de la Société Merck a fortement chuté l'an dernier, quand elle a dû retirer du marché l'un de ses médicaments de lutte contre l'arthrite, le Vioxx, aux effets dévastateurs. Selon des rapports récents, Merck et Sanofi-Aventis travaillent actuellement à produire le premier vaccin contre un cancer sexuellement transmissible, vaccin destiné aux adolescents(7). Merck est aussi tristement célèbre pour avoir produit le premier vaccin contre l'hépatite B, responsable du déclenchement l'épidémie de SIDA, selon des rapports scientifiques que j'ai publiés dans l'un de mes livres, qui est actuellement un best-seller (3)(8).

Au cours des semaines et des mois qui ont suivi les attaques du 11 septembre aux Etats-Unis, j'ai réussi à démontrer que les courriers contenant de l'anthrax provenaient d'entreprises qui produisent des armes bactériologiques, qui avaient conclu des contrats avec la CIA, et qui avaient aussi des liens avec les services secrets anglais, ainsi qu'avec ce même cartel pharmaceutique Anglo-Américain déjà cité(9).

Ces courriers chargés d'anthrax avaient provoqué dans toute l'Amérique une vive crainte du terrorisme bactériologique, qui a profité largement aux fabricants de vaccins et de produits pharmaceutiques, les mêmes qui sont aujourd'hui associés à tous ceux qui profitent de la grippe aviaire(10).

Confrontés à de telles craintes, la plupart des gens n'hésitent pas à renoncer à leurs droits civiques et à leurs libertés individuelles. En Amérique, le vote de la loi scandaleuse sur la Sécurité Nationale (Home Security Act), ainsi que d'une loi similaire au Canada, sont des exemples classiques de cette dérive sociale, et de cette manipulation à grande échelle aboutissant à une législation forcée.




Pourquoi l'Asie ?


Au moment où les relations entre la Chine, d'une part, et la Grande-Bretagne et les Etats-Unis, d'autre part, sont assez tendues, pour ne pas dire plus, il est assez opportun que cette grippe aviaire provienne d'Asie, tout comme la récente pneumonie atypique.

Juste avant les premiers cas de pneumonie atypique, les Américains ont dû faire face à une escalade d'agressions dans la péninsule de Corée. La Chine communiste, pourtant déclarée "partenaire commercial privilégié" de l'Amérique, est politiquement alliée avec plusieurs ennemis de l'Amérique, y compris ceux qui, à l'époque, étaient censés posséder des armes de destruction massive, comme l'Irak.

Etait-ce une coïncidence ? Vraisemblablement pas, quand on considère l'oligarchie Anglo-Américaine, ses entreprises multinationales, et ses "conflits sans guerre" artificiellement provoqués.

Considérez aussi le fait que les principaux médias étaient fortement influencés, si ce n'est complètement contrôlés, par leurs commanditaires multinationaux, qui défendaient les intérêts d'un nombre relativement restreint d'entreprises et d'organismes multinationaux.

N'oubliez pas non plus que les fournisseurs d'informations suivent les directives des services de renseignements, si l'on en croit le témoignage respectable de très nombreux fonctionnaires et agents de renseignements à la retraite. Il serait donc bon que vous vous posiez les questions intelligentes suivantes, et que vous y apportiez une réponse :


Pourquoi les hauts responsables de la Défense Américaine, à commencer par William Cohen, Secrétaire à la Défense sous Bill Clinton, ont-ils fait autant de publicité à la prétendue vulnérabilité des Etats-Unis en matière de terrorisme bactériologique ? N'est-ce pas une forme de haute trahison à l'égard des Etats-Unis, que de dévoiler dans la presse des "secrets défense" aussi importants, qui pouvaient être exploités par les ennemis potentiels de notre pays ?

Pourquoi les principaux médias continuent-ils à prédire l'arrivée d'une pandémie mondiale causée par un virus grippal humain, qui provoquera des millions de morts, comme la "grippe espagnole" en 1918-1919 ? Pourquoi ces mêmes médias ne parlent-ils pas des faits indubitables concernant les individus, les organisations ou les laboratoires qui travaillent à produire ces agents de destruction massive ? On a même tout fait pour "déterrer" le virus de la grippe espagnole, soi-disant pour l'étudier et, éventuellement, le répandre à nouveau !

Pourquoi dit-on que le virus de la grippe espagnole est-il apparu au Tibet en 1917, d'après les données historiques officielles ? On a raconté que les journaux espagnols avaient été les seuls à publier des articles concernant cette grande épidémie, en raison de leur neutralité au cours de la première guerre mondiale. Toutefois, les relations entre l'Espagne et les Etats-Unis, à l'époque, n'étaient pas meilleures que les relations entre la Chine communiste et les Etats-Unis aujourd'hui. On avait décidé de baptiser cette épidémie "grippe espagnole", suite à deux décennies de disputes entre l'Amérique et l'Espagne, à propos de la colonisation des Caraïbes, de Hawaii et des Philippines, après la guerre hispano-américaine, qui s'était terminée en 1902 aux Philippines. En fait, la grippe espagnole avait commencé dans des camps militaires. L'Histoire n'est-elle pas en train de se répéter ?

N'est-il pas clair que l'Amérique est en train d'être manipulée, et qu'elle est sans doute la victime des planificateurs du Nouvel Ordre Mondial ? N'oubliez pas que l'une des priorités de ces planificateurs est la réduction de la population mondiale !




La grande pandémie annoncée


J'affirme à nouveau qu'au cours des années 60 et 70, des laboratoires militaires étroitement associés à l'industrie pharmaceutique ont fabriqué des virus mutants de la grippe, et les ont combinés avec des virus de la leucémie aiguë. En d'autres termes, ils ont amassé des quantités considérables de virus de la leucémie, aussi contagieux que celui de la grippe(3).

Par ailleurs, de nombreux experts des maladies infectieuses ou hauts responsables de la santé publique, apparemment oublieux de cette réalité scientifique, affirment que la grippe aviaire actuelle pourrait être la "grande pandémie" prédite. Il y a quelques jours, les Nations Unies ont publié un rapport déclarant que 150 millions de personnes dans le monde pourraient mourir de cette grippe aviaire.

Emma Ross, journaliste à l'Associated Press, avait publié des articles sur la manière dont l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé) avait lancé son "plan de crise pour éradiquer l'épidémie de pneumonie atypique". Vous savez sans doute que l'OMS est l'une des organisations qui dépendent de l'ONU, et qu'elle a été accusée de répandre le SIDA en Afrique, sous couvert de campagnes de vaccination contre l'hépatite B et la poliomyélite. Il existe un certain nombre de faits précis qui étayent cette accusation (1).Il est troublant de savoir que les Nations Unies sont très fortement influencées par certains membres de la famille Rockefeller, qui possèdent des intérêts dans les industries pétrochimique et pharmaceutique. On sait que le siège des Nations Unies à New York a été construit grâce à la fortune des Rockefeller. Au cours de la seconde guerre mondiale, ce sont encore les Rockefeller, ainsi que leur "Standard Oil Company", qui ont soutenu Hitler, bien plus que les Alliés. Cela a été reconnu devant les tribunaux. Un juge fédéral a décidé que Rockefeller avait commis une "trahison" envers les Etats-Unis.

Après la seconde guerre mondiale, selon l'avocat John Loftus, enquêteur officiel sur les crimes nazis, Nelson Rockefeller a persuadé les nations Sud-Américaines de voter en faveur de la création de l'Etat d'Israël, dans le seul but de détourner l'attention du fait qu'il avait soutenu les Nazis.

John D. Rockefeller s'est joint à Prescott Bush (le grand-père de George W. Bush), ainsi qu'à la famille royale anglaise, pour financer les initiatives "d'amélioration de la race" qui ont donné naissance aux programmes "eugéniques" d'Adolf Hitler. Au cours de cette même période, la famille Rockefeller a pratiquement monopolisé l'industrie pharmaceutique américaine, ainsi que les laboratoires de lutte contre le cancer et de recherche génétique(2)(3).

Aujourd'hui, la famille Rockefeller, la Fondation Rockefeller, les Nations Unies et l'OMS sont responsables de "programmes démographiques" visant à réduire la population mondiale à un niveau jugé plus "acceptable". Comme l'a écrit "Foreign Affairs", un périodique politique prestigieux publié par le CFR (Council on Foreign Relations), dirigé par David Rockefeller, l'objectif serait de réduire la population des Etats-Unis de 50 %(2).

Davis Heymann, de l'OMS, avait déclaré, à propos de la pneumonie atypique : "Nous n'avons jamais rencontré une épidémie aussi généralisée, à une aussi grande échelle."

Le Docteur Klaus Stohr, virologue de l'OMS en charge de la coordination internationale des laboratoires, avait ajouté : "C'est la première fois qu'un réseau mondial de laboratoires échange ainsi des informations, des échantillons, des prélèvements sanguins et des images. Il n'y a plus de secrets, plus de jalousie, ni de compétition, face à une telle urgence sanitaire mondiale. C'est un réseau phénoménal !"(1).

Ces réseaux de surveillance des maladies infectieuses sont encore contrôlés par les Rockefeller !





À propos de l'auteur

Le Docteur Leonard Horowitz est un expert international en matière de santé publique, de sciences du comportement, de maladies nouvelles et de terrorisme bactériologique. Diplômé de Harvard, il est membre de l'équipe de chercheurs de cette université. Il est connu pour plusieurs livres à succès, dont un best-seller : "Emerging Viruses : AIDS & Ebola - Nature, Accident or Intentional ?" (Les virus émergents, SIDA et Ebola - Naturels, accidentels ou intentionnels ?) Ce livre a permis l'ouverture d'une enquête officielle aux Etats-Unis pour vérifier les hypothèses avancées par le Dr Horowitz.

Les travaux du Dr Horowitz concernant les risques associés aux vaccinations ont poussé au moins trois pays du Tiers-Monde de modifier leurs politiques en matière de vaccination. Le Dr Horowitz a eu l'occasion de donner un témoignage retentissant devant le Sénat des Etats-Unis.

Une semaine avant les attentats à l'anthrax, le Dr Horowitz avait officiellement averti le FBI de cette menace précise, mais il n'avait pas été écouté.

Trois mois avant les attaques du 11 septembre 2001, le Dr Horowitz avait publié son treizième livre, intitulé, d'une manière plutôt prophétique : "Death in the Air : Globalism, Terrorism and Toxic Warfare" (Mort dans l'air : Mondialisation, Terrorisme et Guerre bactériologique). Dans ce livre, le Dr Horowitz s'en prend au "cartel pétrolier et pharmaceutique," qu'il accuse de préparer un nouveau génocide programmé.



Notes :

1) Horowitz LG. SARS (Severe Acute Respiratory Syndrome) : A Great Global Scam. Available at :
cligno multicolore http://www.healingcelebrations.com/SARS.htm

2) Horowitz LG. Death in the Air : Globalism, Terrorism and Toxic Warfare.
Sandpoint, ID : Tetrahedron Publishing Group, (Spring) 2001.

3) Horowitz LG. Emerging Viruses: AIDS & Ebola, Nature, Accident or Intentional ? Sandpoint, ID : Tetrahedron Publishing Group, (Spring) 2001.

4) The Institute of Science in Society. SARS and Genetic Engineering London, England. Article available at :
cligno multicolore http://www.tetrahedron.org/articles/health_risks/sars_engineering.html

5) Knox N. Europe braces for avian flu. USA TODAY, October 9, 2005 ; Manning A Government to stock up on avian flu shots. USA Today, Oct 8, 2005.

6) Wang P. Avian Flu: Inoculate Your Portfolio. BusinessWeek. Online edition. Available at :
cligno multicolore http://www.businessweek.com/investor/content/oct2005/pi2005110_4988_pi015.htm

7) CNNMoney. Merck shares jump on cancer drug vaccine. October 6, 2005.Available at :
cligno multicolore http://money.cnn.com/2005/10/06/news/fortune500/merck.reut/

8) For more scientific background on the link between the hepatitis B vaccine and the AIDS pandemic link to
cligno multicolore http://www.originofAIDS.com.

9) Horowitz LG. The CIA's Role in the Anthrax Mailings : Could Our Spies be Agents for Military-Industrial Sabotage, Terrorism, and Even Population Control ? A Special Report. Article available at :
cligno multicolore http://www.tetrahedron.org/articles/anthrax/anthrax_espionage.html

10) Horowitz LG. DNA : Pirates of the Sacred Spiral. Sandpoint, ID : Tetrahedron Publishing Group, 2004.






source :
cligno étoile http://www.praxion.org/spip.php?article59


Dernière édition par invitée le Jeu 10 Mar 2011 - 13:21, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: UN EXERCICE GRANDEUR NATURE A GRIGNY   Lun 30 Mar 2009 - 7:22

EXERCICE DE SIMULATION À L'INTERMARCHÉ DE GRIGNY




Vent de panique dans un supermarché de Grigny, dans la banlieue Lyonnaise. Un exercice grandeur nature a été organisé ce lundi, par l’Agence Nationale pour l’Amélioration des Conditions de Travail. Objectif : cerner le comportement de la population en cas de pandémie de grippe aviaire. Le scénario est simple : 8h30, le magasin n’est pas encore ouvert, que déjà, dehors, près 200 personnes attendent. Les portes coulissent et immédiatement, c’est la ruée. Remplir son chariot devient alors un exercice de haute voltige. Eau, pâtes, riz, farine, huile... les produits de première nécessité sont les plus recherchés. Au bout de quelques minutes à peine certaines denrées sont déjà en rupture de stock. Très vite, l’exercice montre que, dans un tel contexte, les comportements individualistes prennent le dessus. Les réactions du personnel sont alors fondamentales, d’autant, qu’en raison de la pandémie, l’équipe est sensiblement réduite. "Imaginez pour ces personnes l’angoisse d’être dans une situation de crise, d’être à motié d’effectifs et de devoir gérer des clients qui vont être irascibles, qui vont être inquiets, qui vont avoir des angoisses. Notre objectif c’est de préparer tout le monde de manière à ce qu’on puisse tenir ces situations" explique Jack Bernon de l’Agence Nationale pour l’Amélioration des Conditions de Travail. L’expérience, qui a duré deux heures, a été entièrement filmée. Une vidéo sera diffusée dans le circuit de la grande distribution

La grippe aviaire, qu’est ce que c’est ?

La grippe aviaire, également appelée grippe du poulet, est une infection due à un virus de la famille des Orthomyxoviridae qui comprend plusieurs types dont Influenzavirus A. La grippe aviaire peut toucher quasiment toutes les espèces d’oiseaux, sauvages ou domestiques, mais elle peut également infecter d’autres espèces animales. Il peut arriver que le virus se transmette à l’homme, lors de contacts réguliers et intensifs avec des animaux infectés

Mutation du virus

La transmission de L’Influenzavirus A à une personne déjà contaminée par la grippe humaine pourrait entraîner une mutation du virus. Le nouveau virus, ainsi engendré, pourrait se transmettre plus facilement à l’homme. Trois cas de transmission d’homme à homme ont été relevés aux Pays-Bas au printemps 2003 et selon l’OMS, il n’existe pas de preuve d’une transmission inter humaine significative en Asie. La transmission du virus de la grippe aviaire s’effectue par voie aérienne

Existe-t-il un vaccin ?

Il existe aujourd’hui un vaccin contre le virus H5N1, qui sévit actuellement en Asie. En cas de pandémie, ce vaccin ne serait efficace que si la souche du virus est proche du virus pré-pandémique actuellement connu. Si ce n’est pas le cas, il faudrait plusieurs mois pour élaborer un vaccin à partir d’un nouveau virus. Le vaccin contre la grippe ne protège pas contre le virus de la grippe aviaire

Quels sont les symptômes ?

La période d’incubation de la grippe aviaire peut aller jusqu’à sept jours. Elle se présente comme une grippe classique (température supérieure à 38°C, douleurs musculaires, toux, difficultés respiratoires, fatigue...) mais s’aggrave rapidement. Un traitement anti-viral ne sera efficace que s’il est administré dans les 48 heures qui suivent l’apparition des symptômes


Zef : M6 vient de découvrir la grippe aviaire et en toute honneteté : cette pandémie est faxé.



source:
gyro http://www.newsoftomorrow.org/spip.php?article5297

Réunions d'état-majors, publications... se multiplient, comme ce document officiel :
"Que faire en cas de pandémie grippale : un guide pratique a été publié par le Service d'information du gouvernement et le ministère de la Santé, pour savoir comment réagir si le virus H5N1 se propage à l'ensemble de l'humanité."
Que signifie cette agitation, en pleine crise économique ? Ceci, compte tenu des fortes présomptions qu'il y a sur la grippe dite "espagnole" (1918-1919), qui n’a d’espagnole que le nom, et qui a fait 20 à 50 millions de morts (mortelle en 3 jours). En effet, les premiers cas de l'épidémie ont été détectés en Caroline du Sud, et non pas en Chine (et encore moins en Espagne).
Cette grippe était donc d'origine états-unienne. Elle est apparue en février 1918 dans des camps militaires aux U.S.A. (campagne de vaccinations devenue incontrôlable, contamination délibérée... ?).
Alors, à présent, au 21e siècle, on peut faire pas mal de choses avec une campagne de vaccination mondiale
Le Comité d'éthique envisage une pandémie de H5N1", avertissant que : "L'état d'urgence créé par une telle menace risque en effet de faire passer au second plan, voire d'abolir certaines libertés publiques, ou les principes d'égalité entre les citoyens."

NB : Le groupe pharmaceutique GlaxoSmithKline a mis au point un adjuvant révolutionnaire, qui entre dans la composition de son prototype de vaccin humain contre le virus H5N1 de la grippe aviaire, et permet d'obtenir une efficacité avec une très faible dose d'antigène (ce qui est une condition pour une production de masse). GSK a signé un accord exclusif avec le chinois Neptunus, pour le développement de vaccins pré-pandémiques, ou destinés à lutter contre une pandémie.


Dernière édition par invitée le Mer 26 Mai 2010 - 10:15, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: GRIPPE AVIAIRE, UNE PANDÉMIE PROGRAMMÉE ?   Lun 30 Mar 2009 - 7:52

LE COMITÉ D'ÉTHIQUE ENVISAGE UNE PANDÉMIE DE H5N1
J.-M. B. 06/03/2009




Une situation d'urgence pourrait obliger les autorités à définir des priorités pour la distribution de vaccins et de médicaments, malgré le principe d'égalité entre les citoyens.

Le comité consultatif national d'éthique (CCNE), saisi le 17 juillet 2007 par l'Espace éthique de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris, des questions relatives à une possible pandémie humaine de grippe aviaire, a rendu son avis vendredi dernier. L'état d'urgence créé par une telle menace risque en effet de faire passer au second plan, voire d'abolir certaines libertés publiques, ou les principes d'égalité entre les citoyens.

Pour Alain Grimfeld, président du CCNE, «la mise en place d'un plan de lutte contre une pandémie ne doit pas aggraver les situations d'injustice existantes». Il n'était donc pas question pour le CCNE de proposer un «habillage éthique» aux décisions des pouvoirs publics, mais au contraire de rappeler qu'au nom de l'égalité, chaque personne doit être reconnue dans sa dignité, dans sa valeur absolue unique, y compris pendant la pandémie. Or si celle-ci surgit, l'État sera tiraillé entre l'égalité absolue de tous les citoyens (qu'il doit garantir) et la nécessité provisoire d'une «priorisation» des ressources limitées.


Définir des critères à l'avance

Pour le rapporteur du groupe de travail, Pierre Le Coz, ce sera à la puissance publique d'assurer la totale transparence : «Prouvez, pour mettre en confiance les Français, que ni le favoritisme, ni l'argent, ni une position donnée dans l'organigramme social ne déterminera la priorité de mise à disposition de doses de vaccins.» Qui doit bénéficier prioritairement des ressources de médicaments ou de vaccins ? Si l'on se base sur l'exemple du don d'organes, le tirage au sort serait à la fois insatisfaisant, injuste, et inacceptable pour la majorité de la population.

Vacciner en priorité le personnel soignant, au contact des malades ayant contracté le H5N1, les militaires, les chauffeurs et conducteurs de train, les ouvriers des usines nucléaires, oui. Mais à condition d'avoir rendu publiques à l'avance, les listes de priorité. Et si des citoyens refusent d'être vaccinés, au nom de la liberté (même si l'état d'urgence est décrété), faudra-t-il les vacciner par la contrainte pour éviter qu'ils ne propagent l'agent viral de la grippe aviaire ?

La limitation des déplacements, les fermetures des écoles ou des entreprises, la mise en quarantaine à domicile, et le danger de stigmatisation de certains groupes doivent faire (entre autres) l'objet de recherches et d'affichage par les autorités. Le Comité d'éthique réclame à l'État français qu'il définisse à l'avance des critères éthiques, et qu'il les explique aux citoyens pour qu'ils les acceptent. Car le jour de la pandémie, ce sera trop tard !




source:
gyro http://www.lefigaro.fr/sante/2009/03/06/01004-20090306ARTFIG00272-le-comite-d-ethique-envisage-une-pandemie-de-h5n1-.php




Dernière édition par invitée le Mer 26 Mai 2010 - 10:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: GRIPPE AVIAIRE, UNE PANDÉMIE PROGRAMMÉE ?   Mar 2 Juin 2009 - 13:09

ENQUÊTE SUR UNE CONTAMINATION DE VACCINS PAR LE VIRUS DE
LA GRIPPE AVIAIRE CHEZ BAXTER INTERNATIONAL

AUTEUR: Helen BRANSWELL
Traduit par Isabelle Rousselot, révisé par Fausto Giudice
















Des autorités (US) tentent de découvrir comment la compagnie Baxter International Inc., qui fabrique des vaccins, a pu produire du « matériel viral expérimental » basé sur une souche de la grippe humaine mais contaminé par le virus H5N1 de la grippe aviaire, qui a ensuite été envoyé à une entreprise autrichienne.

Cette dernière, Avir Green Hills Biotechnology, a ensuite transmis le produit viral qui aurait été exposé au H3N2 à des sous-traitants en République Tchèque, en Slovénie et en Allemagne. Les autorités dans les quatre pays européens examinent l'incident et leurs efforts sont suivis de près par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et le Centre Européen de Prévention et de Contrôle des Maladies (ECDC).

Même s'il semble qu'aucune des 36 ou 37 personnes qui ont été exposées au produit contaminé n'ait été infectée, l'incident est considéré comme une « erreur grave » de la part de Baxter, qui est sur le point d'obtenir une licence européenne pour un vaccin contre le H5N1. Ce vaccin est fabriqué dans un autre laboratoire en République Tchèque.

« Pour cette fois... Le cheval n'est pas sorti (de l'étable) » a indiqué Dr. Angus Nicoll de l'ECDC depuis Stockholm.

« Mais cela ne signifie pas que l'OMS, la Commission Européenne et d'autres ne prennent pas cet incident au sérieux comme cela se passe pour chaque accident de laboratoire avec des pathogènes dangereux, ce qui est le cas ici. »

Une propagation accidentelle du mélange des virus actifs du H5N1 et du H3N2 – comme cela semble s'être produit – aurait pu avoir des conséquences désastreuses. Nicoll a indiqué que les experts n'étaient pas à 100 % sûrs que le mélange contienne des virus actifs du H5N1. Mais étant donné que des furets exposés au mélange sont morts, il semblerait que ce soit bien le cas.

Le H5N1 ne contamine pas facilement les humains mais le H3N2, oui. Il fait partie d'un des deux types de virus de grippe A qui affecte les gens, chaque saison.



Si une personne exposée au mélange avait été infectée simultanément par le H5N1 et le H3N2, elle aurait pu servir d'incubateur à un virus hybride capable de se propager facilement d'un humain à un autre. Ce mélange de souches, appelé réassortiment, est l'une des deux manières de créer un virus pandémique.

Une recherche publiée l'été dernier par des scientifiques des Centres de Contrôle et de prévention des maladies des USA (CDC), indiquait que dans le laboratoire, les virus du H5N1 et du H3N2 s'accouplaient facilement. Même s'il est moins virulent que le H5N1, un certain nombre de rejetons de ces deux virus semblait conserver, du moins une partie, du pouvoir mortel de leur dangereux parents.

Baxter International qui est basé à Deerfield, IIIinois, a indiqué que la contamination était le résultat d'une erreur de son laboratoire de recherche à Orth-Donau en Autriche.

Ce dernier a passé un contrat de sous-traitance avec Avir Green Hills pour fabriquer ce que Baxter appelle du « matériel viral expérimental » basé sur des virus humains H3N2.

Christopher Bona, directeur de la communication mondiale en biosciences de Baxter, a déclaré que la substance liquide du virus n'était pas un vaccin et qu'elle avait été élaborée à des seules fins expérimentales. Il a évité les questions sur l'objectif de ces expérimentations pour Avir Green Hills, mais il a indiqué que le lot devait être utilisé sur des animaux et n'avait jamais été destiné à être utilisé sur des hommes.

Avir Green Hills a indiqué dans un courriel qu'il avait reçu le produit fin décembre. Il l'avait ensuite envoyé aux sous-traitants. Le courriel mentionnait que le produit avait été stocké et manipulé en respectant, à chaque étape, les conditions de haute sécurité biologique.

L'alarme a été donnée au début février quand des chercheurs du sous-traitant tchèque ont injecté le produit à des furets qui sont morts immédiatement. Baxter a eu connaissance du problème le 6 février, a déclaré Bona depuis Deerfield.

Les furets sont sensibles aux souches de grippe humaine mais n'en meurent pas. Une enquête préliminaire a déterminé que le produit était contaminé par le virus de la grippe H5N1 qui est mortel pour les furets.

Nicoll a indiqué que le fait que les furets meurent signifiait qu'il y avait des virus actifs du H5N1 dans le mélange produit par Baxter.

Bona a déclaré que Baxter avait identifié la façon dont la contamination s'était produite et avait pris des mesures pour que ça ne se reproduise plus. Il a indiqué que les autorités autrichiennes avaient fait un audit des opérations de recherche à Orth-Donau de Baxter après que le problème fut apparu et étaient satisfaites par les mesures prises.

Baxter est le seul fabricant de vaccins qui travaille avec des virus de la grippe de type dit « sauvage », c’est-à-dire naturels, qui sont plus dangereux que les virus modifiés et atténués (affaiblis) qui sont utilisés par les autres fabricants.

La société utilise ce qu'on appelle le niveau de précaution BSL3 dans tous ses laboratoires de recherche pour les vaccins, a indiqué Bona (les chercheurs des CDC aux USA utilisent un confinement biologique BSL3-plus quand ils travaillent avec les virus du H5N1, a déclaré un porte-parole de l'agence).

Des spécialistes en biosécurité se sont montrés préoccupés par le fait que le virus de grippe humaine H3N2 avait été mélangé avec le virus de la grippe aviaire H5N1 au laboratoire de recherche de Baxter. Il s'agit d'une pratique dangereuse qui devrait être interdite, ont signifié plusieurs experts.

La société n'a livré que peu de détails sur la façon dont s'est produit l'incident.

« Il y a eu une combinaison du procédé lui-même avec une erreur technique et humaine dans la procédure », a indiqué Bona. Quand nous lui avons demandé des précisions, il a déclaré qu'il ne pouvait pas donner plus d'information car ceci porterait atteinte à la propriété du processus de production de Baxter.

Bona a déclaré que quand Baxter s'est rendu compte de l'erreur, la société a aidé les différentes entreprises à détruire le produit contaminé et à tout nettoyer dans leurs laboratoires. Et les employés qui ont été exposés au produit contaminé ont été soumis à des analyses et surveillés par des docteurs spécialistes en maladies infectieuses. Ils ont également reçu un médicament antiviral, l’oseltamivir (Tamiflu).

L'erreur de Baxter fait penser à l'incident qui s'est produit en 2005 quand un fabricant usaméricain de kits utilisés dans les laboratoires pour tester leurs capacités de détection, avait associé des ampoules du virus H2N2 à des milliers de kits de test. H2N2, le virus à l'origine de la pandémie de 1957, n'était plus en circulation depuis 1968 et est considéré comme le principal candidat à l'origine de la prochaine pandémie.

Cette erreur, qui avait été découverte par le Laboratoire National de Microbiologie du Canada, avait amené les autorités du monde entier à un branle-bas de combat pour récupérer et détruire les ampoules contenant le virus, qui avaient été envoyées dans les laboratoires de 18 pays.












Source : Officials investigate how bird flu contaminated vaccines in Europe

Article original publié le 26/2/2009

Sur l’auteure

Isabelle Rousselot et Fausto Giudice sont membres de Tlaxcala, le réseau de traducteurs pour la diversité linguistique. Cette traduction est libre de reproduction, à condition d'en respecter l’intégrité et d’en mentionner l’auteure, la traductrice, le réviseur et la source.

URL de cet article sur Tlaxcala :
gyro http://www.tlaxcala.es/pp.asp?reference=7250&lg=fr













Documentation: extrait de la plainte




72 kg de vaccin contaminé par des virus de la grippe aviaire vivants ont été fabriqués en décembre 2008 dans le laboratoire de recherches en biomédecine Baxter International basé à Orth-Donau (Autriche). Il contenait un mélange de virus de la grippe ordinaire H3N2 et de virus mortels H5N1. En mélangeant ces deux agents Baxter a créé une arme biologique très puissante dont le taux de mortalité est de 63%.
«Le virus H5N1 présente une transmissibilité d’individu à individu limitée, particulièrement par voie aérienne. Mais lorsqu’il est mélangé à des virus grippaux ordinaires, dont on sait qu’ils se transmettent extrêmement bien par voie aérienne, un nouveau virus grippal apparaît que le système immunitaire humain ne connaît pas et qui frappera une population non protégée.» Un tel virus pourrait se propager rapidement dans le monde entier et provoquer la mort de millions voire de milliards de personnes.
Le virus de la grippe aviaire est un «agent biologique au travail» qui doit être manipulé uniquement au niveau de biosécurité 3 aux termes de la Directive européenne 90/679/EWG relative à la protection des travailleurs « contre les risques pour leur sécurité et leur santé résultant ou susceptibles de résulter d’une exposition à des agents biologiques au travail, y compris par la prévention de ces risques».

L’article 2 de cette directive donne les définitions suivantes:
«Aux fins de la présente directive, on entend par:
a) ‹agents biologiques› les micro-organismes, y compris les micro-organismes génétiquement modifiés, les cultures cellulaires et les endoparasites humains qui sont susceptibles de provoquer une infection, une allergie ou une intoxication;
b) ‹micro-organisme› une entité microbiologique, cellulaire ou non, capable de se reproduire ou de transférer du matériel génétique;
c) ‹culture cellulaire› le résultat de la croissance in vitro de cellules isolées d’orga­nismes multicellulaires.
d) Les agents biologiques sont classés en quatre groupes de risque en fonction de l’importance du risque d’infection qu’ils présentent:
1) un agent biologique du groupe 1 n’est pas susceptible de provoquer une maladie chez l’homme;
2) un agent biologique du groupe 2 peut provoquer une maladie chez l’homme et constituer un danger pour les travailleurs; sa propagation dans la collectivité est improbable; il existe généralement une prophylaxie ou un traitement efficace;
3) un agent biologique du groupe 3 peut provoquer une maladie grave chez l’homme et constituer un danger sérieux pour les travailleurs; il peut présenter un risque de propagation dans la collectivité, mais il existe généralement une prophylaxie ou un traitement efficace;
4) un agent biologique du groupe 4 pro­voque des maladies graves chez l’homme et constitue un danger sérieux pour les travailleurs; il peut présenter un risque élevé de propagation dans la collectivité; il n’existe généralement pas de prophylaxie.»

Les agents biologiques du groupe 3 sont donc des «agents pouvant provoquer de graves maladies humaines et représenter un danger sérieux pour les travailleurs», définition qui s’applique au virus de la grippe aviaire H5N1.
Baxter est donc tenu de prendre des mesures de biosécurité de niveau 3 (Biosafety Level 3), voire 4, lorsque le personnel du laboratoire travaille sur les virus H5N1. Il a confirmé avoir respecté les mesures de niveau 3, lesquelles visent à empêcher la contamination dans les laboratoires. «Le personnel possède une formation spécialisée et il est supervisé par des scientifiques compétents ayant de l’expérience dans le domaine de la manutention de ces agents dangereux. Toutes les manipulations sont effectuées sous confinement exigeant des moyens spéciaux de prévention technique et le port d’équipements de protection individuelle. Le laboratoire doit avoir été conçu et équipé de manière spécifique
Selon un porte-parole du laboratoire, Baxter a utilisé les virus de l’influenza A du sous-type H5N1 asiatique (A/Vietnam/1203/2004).
Il avait obtenu ce virus sauvage du Centre de référence de l’OMS.
Baxter est le seul fabricant qui utilise des vaccins antigrippaux «sauvages», c’est-à-dire naturels, des souches de virus de l’influenza qui sont considérées comme plus dangereuses que les virus modifiés et atténués utilisés par les autres fabricants.

Fin décembre 2008, Baxter a envoyé 72 kg de vaccin contaminé à Avir Green Hills Biotechnology à Vienne sans indication suffisante. Selon un communiqué de Canadian Press, les vaccins contaminés par un virus pandémique n’étaient pas étiquetés (unlabelled). On ne sait pas comment cette erreur a pu être commise.
On ne sait pas comment un vaccin contaminé a pu quitter le laboratoire de haute sécurité Baxter sans passer aux rayons-X et avec un mauvais étiquetage ni comment il a été expédié chez Avir: par la poste ou par une autre entreprise de livraison.
Avir a déclaré dans un courriel être entré en possession du matériel fin décembre: «Nos laboratoires et ceux de notre partenaire Bioteston ont manipulé le matériel en respectant strictement les normes de sécurité

On ne sait pas comment ce vaccin a été contaminé par des virus H5N1 vivants ni pourquoi cette erreur n’a pas été découverte malgré le respect des mesures de sécurité.
«Avir Green Hills Biotechnology AG est une société basée à Vienne qui a été fondée en 2002 et emploie 53 salariés. Sa compétence de base comprend le développement de produits thérapeutiques et prophylactiques contre des maladies infectieuses virales et le cancer
Elle travaille également pour l’Union européenne. L’endiguement des épidémies et avant tout celle de grippe aviaire est une priorité de santé publique pour de nombreux pays. Aussi bien les Etats-Unis que l’Union européenne comptent sur le développement rapide d’un vaccin humain efficace.

Le 30 janvier 2009 Avir a envoyé les 72 kg de vaccin à 16 autres laboratoires dont certains en Allemagne, en Slovénie et en République tchèque.
On ne sait pas comment il a été transporté ni sous quelle étiquette. Si l’on divise 72 kg par 16 laboratoires on obtient quelque 5 kg par laboratoire.
Le vendredi 30 janvier 2009, le matériel contaminé est arrivé chez BioTest Ltd, laboratoire situé à 70 km à l’ouest de Prague, qui s’attendait à recevoir un vaccin contre la grippe humaine. Dans un communiqué aux médias, un porte-parole de BioTest Ltd a déclaré: «The company was supposed to get non-infected testing vaccine, which was by mistake of the supplier contaminated with the H5N1 virus. If there had not been a mistake on the part of the supplier, the bird flu virus would not get into the Czech Republic in this way.» Il a laissé entendre que Baxter et Avir étaient à l’origine de ce vaccin susceptible de provoquer une pandémie.

On a appris la contamination lorsque, dans la première semaine de février 2009, des employés du laboratoire appliquèrent, lors d’un essai, ce vaccin à des furets qui, normalement, ne contractent pas l’influenza H3N2 (c’est-à-dire la forme humaine). Ces animaux sont tous morts.
Le matériel livré par l’Autriche a été examiné et la contamination par le virus H5N1, agent de la grippe aviaire dangereuse pour l’homme a été constatée. On a administré à titre prophylactique aux 13 employés de Biotest Ltd qui avaient été en contact avec l’agent hautement pathogène pendant une semaine environ, un médicament contre la grippe aviaire et on les a mis en quarantaine.
On ne sait pas où ils ont été soignés. Selon les médias, c’était à Vienne, à 400 km de là.

Selon un communiqué, Baxter a appris l’incident le vendredi 6 février 2009.
Dans un communiqué du 11 février du Service de presse et d’information de la Ville de Vienne, le lundi 9, 18 employés d’Avir ont été traités à l’Otto-Wagner-Spital de Vienne contre la grippe aviaire et la grippe ordinaire «car on ne pouvait pas exclure au départ qu’ils aient été en contact, dans le cadre de leur travail, avec un agent de la grippe aviaire, mais aucun des tests effectués n’a révélé d’infection.» Les patients ont reçu immédiatement un traitement prophylactique contre la grippe aviaire. «Ni les patientes et patients ni les personnes qui ont été en contact avec eux ont été en danger. Naturellement, nous avons informé toutes les autorités compétentes», a déclaré le Dr Susanne Drapalik, de la Direction des hôpitaux viennois.
Après la découverte de cette contamination potentielle, tous les travaux ont été immédiatement stoppés et le matériel éliminé selon les règles de l’art, a déclaré Birgit Kofler-Bettschart d’Avir.

Les 15 laboratoires d’Allemagne, d’Autriche et de Slovénie qui avaient reçu d’Avir du vaccin contaminé ont constaté la présence de virus H5N1 vivants lors de leurs analyses.
Le Ministère autrichien de la Santé (MS) été informé de l’incident le 9 février.
– 9 février: Information du MS et du LSD/MA15 [Landessanitätsdirektion/Magistratsabteilung 15 de la Ville de Vienne]: Examen médical et observation dans un hôpital d’employés d’un laboratoire potentiellement contaminés par un produit faisant l’objet de recherches.
– 13 février: Information du MS par le LSD/MA15 concernant le résultat d’un audit effectué dans la société impliquée.
– 16 février: Inspection de la société basée en Basse-Autriche à la demande du MS.
– 23 février: Inspection de la société viennoise à la demande du MS. Les laboratoires de la société ont été visités par les autorités vétérinaires. Un représentant du secteur de la médecine humaine était présent.
– 24 mars: L’affaire a été abordée à la Commission fédérale des zoonoses.

Christopher Bona, porte-parole de Baxter, a assuré que le laboratoire avait découvert comment la contamination s’était produite et avait pris les mesures garantissant qu’un tel incident ne se reproduirait pas. Selon lui, les autorités autrichiennes ont inspecté le laboratoire de recherches d’Orth-Donau et se sont déclarées satisfaites des mesures prises. «L’incident est dû à la fois à la procédure en soi et à des erreurs techniques et humaines». Lorsqu’on lui a demandé d’être plus précis, il a refusé, affirmant que ce serait révéler des informations protégées par le droit des brevets. Il a ajouté que dès que le laboratoire Baxter avait constaté son erreur, le laboratoire a aidé les différentes sociétés à éliminer le matériel contaminé et à décontaminer leurs laboratoires; qu’en outre les employés qui avaient été exposés au produit contaminé ont été examinés et mis en observation par des spécialistes des maladies infectieuses; qu’on leur a proposé le médicament antiviral oseltamivir (Tamiflu).
Le laboratoire Baxter s’est dénoncé lui-même.
Son porte-parole Richard Tischler a déclaré: «We intended to send a pure virus of common flu for testing to the Czech Biotest; by accident, we sent the bird flue virus. The experimental material got mixed up. […] The specific process that was used during the production of this testing material will be never used again», mais il n’a pas précisé en quoi consistaient ces procédures ni comment elles allaient être abandonnées. flèche http://zpravy.idnes.cz/rakouska-ptaci-chripka-sla-do-ceska-inemeckafmn-/domaci.asp?c=A090303_214331_domaci_abr
Le 16 février les autorités ont inspecté les installations de Baxter à Orth mais, selon Jutta Brenn-Vogt, la directrice de la communication de Baxter, elles n’ont constaté aucun problème.
Dans une interview accordée à Lifegen.de en mars, Jutta Brenn-Vogt a attribué l’incident à «une combinaison unique de procédés et d’erreurs techniques et humaines dans ce projet de recherche spécifique de notre laboratoire autrichien d’Orth». «Cross-contamination of commercial product, clinical material or other experimental material has been absolutely excluded. The public health authorities in Austria performed an audit at Baxter‘s research facility in Austria (Feb. 16) and Baxter‘s corrective and preventative actions were found appropriate by the auditors. The contamination occurred only during the process for this specific research project for AVIR Greenhills in Baxter‘s facility. Further details about the process will not be discussed as it is proprietary information.
The company has cited proprietary information as the reason why it refuses to divulge details of the way that the contaminated material could have been produced in its bio safety level 3 laboratories where commercial vaccine production and clinical and experimental trials presumably take place under high bio security conditions to prevent just such a cross contamination. Can we accept this level of secrecy and this superficial investigation which seemed to just rubber stamp what Baxter had done when the contaminated virus posed a real threat to the health of the general public ?
LifeGen.de: Will the contamination in Europe lead to management changes in your company? Brenn-Vogt: No


Le virus de la grippe aviaire est un virus artificiel, produit par génie génétique. Depuis 1995, des scientifiques de l’équipe de Jeffrey Taubenberger de l’Institute of Pathology de l’Armée américaine et une équipe de chercheurs américains ont reconstitué le virus de la grippe espagnole au cours de plusieurs années de travail. Les résultats de l’expérience, rendue publique dès 2003, ont paru en détail dans les revues Nature et Science. Selon spiegel.de, «des chercheurs américains ont reconstitué dans un laboratoire militaire l’agent pathogène extrêmement dangereux de la grippe espagnole. Les résultats de ce travail, qui viennent d’être rendus publics pour la première fois en détail, doivent contribuer à éviter une pandémie de grippe aviaire imminente. Toutefois des opposants à cette procédure mettent en garde contre le risque d’épidémie
flèche http://www.spiegel.de/wissenschaft/mensch/0,1518,378217,00.html
Le 20 mars, la députée Dagmar Belakowitsch-Jenewein a adressé une question parlementaire au ministre de la Santé Alois Stöger que l’on trouve sur le site
flèche www.parlament.gv.at/PG/DE/ XXIV/J/J_01437/fname_153739.pdf.

A la mi-avril, la «grippe porcine» a fait son apparition au Mexique.
Il s’agit également d’un virus artificiel.
Le vaccin pour l’Autriche a été commandé au laboratoire Baxter qui, selon les médias, doit le livrer en juillet déjà.
Le 20 mai, jour-limite légal, 8 semaines après que la question lui avait été posée, le ministre de la santé Stöger a donné sa réponse parlementaire:
( flèche www.parlament.gv.at/PG/DE/XXIV/AB/AB_01457/fnameorig_158854.html)
Il a révélé que 72 kg de vaccin contre la pandémie avaient été fabriqués et distribués. Ces 72 kg de vaccin ont donc été contaminés «par erreur» dans un laboratoire de biosécurité.
Selon l’OMS, la «grippe porcine» est «incontrôlable». Jusqu’ici, elle a fait 429 morts parmi les 6,75 milliards d’habitants de la Terre. L’OMS a modifié le niveau d’alerte 6 pandémique en remplaçant «mortalité» par «propagation».
Le 7 juillet, le Groupe stratégique consultatif d’experts (SAGE) pour les problèmes de vaccination et d’immunité vaccinale de l’OMS a publié des «recommandations quant à la vaccination ciblée». Ce groupe est composé d’experts en vaccination du monde entier et de représentants des laboratoires pharmaceutiques comme Baxter qui délibèrent en parfaite harmonie sur les campagnes mondiales de vaccination.
Le 13 juillet, l’OMS a autorisé le recours à des vaccins non encore suffisamment testés et l’évaluation des résultats. Les personnels de santé, les médecins et les malades chroniques doivent être vaccinés en priorité, et cela dès l’automne 2009.

On trouvera dans l’annexe des informations supplémentaires sur l’OMS, Baxter et l’apparition de la grippe aviaire au Mexique à quelque 50 kilomètres d’une installation de Baxter.
Plainte déposée le 23 juillet 2009 auprès
du Parquet de Vienne par Jane Burgermeister (pages 30–38).
flèche www.wakenews/net/html/jane_burgermeister.html
(Traduction Horizons et débats)


* Extrait de la plainte contre «Alois Stöger, Gesundheitsminister, Hubert Hrabcik, Sektionschefs Generaldirektion für öffentliche Gesundheit Sektionsleitung III Gesundheitswesen Bundesministerium für Gesundheit, Familie und Jugend (BMGFJ); Ulrich Herzog, Oberster Veterinär und Leiter des Fachbereich IV/B Verbraucher-Gesundheit des Bundesministeriums für Gesundheit; Maria Rauch-Kallat, Ex-Gesundheitsministerin; Otfried Kistner, Direktor für Virologie der Firma Baxter; Hartmut Ehrlich, Vorstand der Baxter AG; Noel Barret, Vorstand der Baxter AG; Harald Eisenmenger, Oberstaatsanwaltschaft Wien; Oscar Bronner, Gründer des Nachrichtenmagazins profil; Christian Rainer, Herausgeber und Chefredakteur des Nachrichtenmagazins profil; Emil Bobi, Journalist des Nachrichtenmagazins profil; Heinz-Christian Strache, FPÖ Bundesparteiobmann und Klubobmann; Dagmar Belakowitsch-Jenewein, FPÖ Gesundheitssprecherin; Karl Korinek, Ex-Präsident des VfGH; Gerhart Holzinger, Präsident des VfGH; Werner Faymann, Kanzler»




source:
gyro http://www.horizons-et-debats.ch/index.php?id=1734




Dernière édition par invitée le Mer 26 Mai 2010 - 10:21, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: GRIPPE AVIAIRE, UNE PANDÉMIE PROGRAMMÉE ?   Mar 4 Aoû 2009 - 15:29

à propos de cette "erreur", lire l'explication de texte de "Zone7" ICI.
je partage tout à fait son point de vue .

le "doigt de Dieu" aurait-il, une fois de plus, retardé les plans Illuminati ?

en tout cas, celui qui a eu l'intuition de tester le produit sur des furets a été bien inspiré; sans celà, ces vaccins auraient été administrés et auraient été à l' origine de cette fameuse "pandémie de grippe aviaire"...

......... caramba ! encore raté !


Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: GRIPPE AVIAIRE, UNE PANDÉMIE PROGRAMMÉE ?   Ven 14 Aoû 2009 - 15:31

LA GRIPPE PORCINE DE 2009 EST LA GRIPPE ESPAGNOLE DE 1918 !
UNE ARME BACTÉRIOLOGIQUE ?

Par le Dr. Alma. True OTT (1), PhD, ND





La pandémie de grippe « espagnole » de 1918-1919 qui a tué entre 20 et 50 millions de personnes a été la pandémie infectieuse la plus terrible de l’histoire humaine.
Comprendre les origines du virus de 1918, ainsi que les raisons de son exceptionnelle virulence peut nous aider à prédire ce que pourront être les futures pandémies.
Le rapport initial de Taubenberger (2) a pu déterminer que le virus mortel de 1918 était un nouveau virus porcin qui s’était « recombiné » avec des fragments de virus aviaire (H5N1) et humains (H3N2) dans la structure même de leurs ARN.
Taubenberger a utilisé un programme d’ordinateur très complexe pour pouvoir permettre la combinaison des structures ADN et ARN. C’est ainsi qu’il est parvenu à reproduire, à « ressusciter » et à faire du « tueur » de 1918 une puissante arme biologique six années plus tard, en 2003. Et comme l’avait effectivement prévu Taubenberger en 1997, des conspirationistes scélérats haut placés pourraient non seulement prédire de futures pandémies de grippe, mais aussi les déclencher a volonté à partir de fioles de laboratoires, aux fins de pouvoir réaliser leurs programmes socio-économiques.
Tout homme, femme ou enfant aux Etats-Unis et dans le monde entier devrait se sentir hautement concerné par le fait que la soit disant « grippe porcine » ayant infecté et tué des êtres humains à Mexico, ainsi qu’en Amérique du Nord au cours de ce printemps et de l’été est un nouveau sous-type du virus A/H1N1 qui n’avait jamais été détecté chez les porcs, ni chez les humains, comme l’ont d’ailleurs confirmé l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et les Centres de contrôle des Maladies (CDC) à Atlanta, Géorgie. Ce nouveau virus de la grippe H1N1 est un triple recombinant qui comprend des segments de gènes d’origine humaine, porcine et aviaire
(Source : cligno étoile http://www.ncsl.org/?tabid=17089).
La pandémie virale de 1918 a été la résultante directe de la vaccination contre la typhoïde injectée à des millions de soldats au cours de la 1ère guerre mondiale.
Ce sont les laboratoires Rockfeller et des usines de Chine qui ont produit ces vaccins contre la typhoïde (= typhus abdominal) en 1916 après avoir récolté le pus de personnes infectées. Ces éléments infectieux ont été injectés à des porcs puis ont été mélangés à de l’albumine d’oeufs de poule en vue d’être finalement injectés sous forme de vaccins à des êtres humains.
Rockfeller qui a toujours été un homme d’affaires astucieux a fourni aux deux camps (les allemands et les armées alliées) son cocktail vaccinal toxique et mortel.
Immédiatement après les vaccinations, de très nombreux soldats tombèrent malades. Ils souffraient d’une maladie baptisée à l’époque : infection para-typhoïdique. Ils souffraient de nausées, de vomissements, de diarrhée et de pneumonies mortelles. La maladie s’est ensuite répandue dans le monde entier tuant pratiquement 50 millions d’innocents. (Source : The horrors of vaccinations - Higgins, 1921.)
Ce n’est que plus tard que l’establishment médical a faussement baptisé « grippe espagnole » le virus recombinant mortel répandu par accident par le vaccin de Rockfeller de la grippe aviaire de 1918. Il est évident que l’empire pharmaceutique multimilliardaire de Rockfeller ne pouvait se permettre d’étiqueter cette pandémie pour ce qu’elle était en réalité : « la maladie des vaccins de 1918. »
Aujourd’hui, tout est en place pour des mesures eugéniques génocidaires à grande échelle. Le monstre Frankenstein Taubenberger a été lâché. On a, en fait produit des centaines de millions de sérums de la grippe de 1918. Pour 1918 on peut parler d’accident. Cependant, les camouflages qui ont suivi ont été et sont impardonnables. Ce qui se passe aujourd’hui est totalement inexcusable et criminel.
Notre Mère Nature ne recombine jamais « naturellement » des virus de grippe aviaire et porcine avec 3 virus de la grippe humaine. ( Il n’existe pas d’échanges de fluides corporels entre les humains, les porcs et les oiseaux au cours de relations sexuelles…Seuls des scientifiques malades, corrompus et pervers peuvent créer pareilles monstruosités (Source : Science Magazine Report, 21 mars 1997. Dr Jeffrey Taubenberger et al.)


A. True OTT (3), PhD, ND
cligno étoile http://educate-yourself.org/cn/ottswinefluweapoized1918spanishflu02jun09.shtml




(1) Dr. Alma True Ott : médecin naturopathe (Ph.D, ND), il est aussi Docteur en philosophie spécialisé dans le domaine de la nutrition (diplomé de l’American College, à Washington DC), réalisateur de la vidéo the « Bird Flu Hoax » (Le canular de la grippe), Directeur de publication de la lettre d’information "Health is your Wealth" (La santé est votre richesse), créateur du site internet « Mother Earth Minerals », auteur de “Wellness Secrets for Life » (Les secret du bien-être de la vie), ainsi que de deux autres ouvrages et d’une dizaine d’articles sur la nutrition.
Le Dr. True Ott peut être contacté par courrier à : Mother Earth Minerals, 1260 S. 1200 W. #3, Ogden, UT 84404 USA, ou par téléphone : (801) 392-1635 ou (866) 989-9876.
Site internet : cligno étoile http://www.meminerals.com/
(2) Dr Jeffery Taubenberger : ce médecin américain qui dirige l’Institut de pathologie des forces armées, à Washington, décrit dans deux articles publiés l'un par Science (daté du 7 octobre 2003), l'autre par Nature (daté du 6 octobre 2003), de quelle manière lui et ses deux équipes de biologistes moléculaires et de virologistes, sont
parvenus à recréer en laboratoire le virus responsable de la pandémie de grippe dite "espagnole" et pourquoi ce virus hautement pathogène pour l'homme était vraisemblablement d'origine aviaire.
Le Pentagone ressuscite le virus de la grippe espagnole : « Une équipe de l’Institut de pathologie de l’armée américaine, dirigée par Jeffrey Taubenberger, est parvenue à recréer le virus de la grippe espagnole. L’équipe de Taubenberger cherchait depuis plus de 12 ans à reproduire ce virus, à partir de fragments d’ARN. Très virulent, il est responsable d’au moins 20 millions de morts en Europe entre 1918 et 1919. La publication de la recette permettant de ramener à la vie le virus de la grippe espagnole dans les fameux Proceedings of the National Academy of Science (PNAS) a fait réagir de nombreux virologues. L’utilité de cette recherche et les dangers qu’elle représente sont durement critiqués. » cligno étoile http://www.transfert.net/Le-Pentagone-ressuscite-le-virus
(3) L’article original en anglais (du 2 juin 2009) : « Swine Flu 2009 Is Weaponized 1918 'Spanish Flu » est disponible en anglais. L’auteur est joignable par mail à :




Dernière édition par invitée le Mer 26 Mai 2010 - 10:21, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: GRIPPE AVIAIRE, UNE PANDÉMIE PROGRAMMÉE ?   Ven 14 Aoû 2009 - 17:07

QUI VEUT RÉDUIRE LA POPULATION MONDIALE ?






Sous le titre « Le Club des milliardaires tente de juguler la croissance démographique », le Sunday Times du 24 mai (2009) a révélé la tenue d’une réunion secrète qui en dit long sur la volonté politique de l’oligarchie financière.
La rencontre, qui s’est tenue à New York le 5 mai dernier, a été organisée à l’initiative de Bill Gates, fondateur du monopole Microsoft, grand promoteur des simulateurs de meurtres sur ordinateur et parrain de Facebook, de Warren Buffet, spéculateur milliardaire et financier de la Fondation Gates, et de David Rockefeller.
Au-delà de ces trois là, la petite sauterie a réuni Michael Bloomberg, maire de New York et fondateur de l’agence d’information financière du même nom ; George Soros, spéculateur et parrain du lobby de la drogue ; Peter Peterson, fondateur du groupe financier Blackstone et grand avocat de l’austérité budgétaire ; Julian Robertson, patron du fond Tiger Management ;John Morgridge, ancien PDG de Cisco Systems ; Eli Broad, spéculateur immobilier ; David Rockefeller Jr, fils du premier ; Ted Turner, fondateur de CNN ; et Oprah Winfre y, animatrice phare de la télé américaine.
La réunion a débuté par une présentation de chacun des participants sur la cause qu’il défend, mais très vite, nous apprend le Sunday Times, la discussion s’est ransformée, sous l’impulsion de Bill Gates, en un consensus sur la « surpopulation », comme la cause supérieure qui englobe les autres. Un autre participant a confié qu’ils étaient aussi parvenus à un consensus pour mettre en place une stratégie « dans laquelle la croissance démographique serait attaquée comme menace écologique, sociale et industrielle ».
Les participants ont souligné leur « besoin d’être indépendant des agences gouvernementales qui se révèlent incapables d’affronter le désastre que tous nous voyons venir ». De prochaines réunions sont d’ores et déjà prévues pour organiser la mise en oeuvre de cette stratégie.
L’existence de cette réunion a d’abord été révélée le 20 mai (2009) par irishcentral.com puis par ABC News, le New York Times et le New York Post, mais aucun des ces médias n’avait rapporté cette volonté de soumettre la population humaine dans un plan d’action aux conséquences meurtrières.
Il est notable que toutes ces personnes soient de grands philanthropes, en particulier dans le domaine de la conservation de la nature, mais aussi pour les programmes humanitaires, où la charité privée et l’aide au développement a supplanté les grands projets d’infrastructures et les transferts technologiques, qui sont le seul chemin des peuples et des nations vers l’indépendance économique et la souveraineté politique.




26 mai 2009 – Source : cligno étoile http://www.solidariteetprogres.org/article5470.html




Dernière édition par karine le Ven 2 Oct 2009 - 15:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: GRIPPE AVIAIRE, UNE PANDÉMIE PROGRAMMÉE ?   Jeu 3 Sep 2009 - 21:06

L'INQUIÈTANT PROJET DU PENTAGONE : UN VACCIN CONTRE LA GRIPPE AVIAIRE
DANS UN CONTEXTE DE GUERRE BIOLOGIQUE

par F. William Engdahl






Il existe des preuves alarmantes qui ont été cumulées par des sources scientifiques sérieuses à l'effet que le gouvernement des États-Unis soit sur le point d'avoir ou aurait déjà une « arme » qui porte le nom de grippe aviaire. Si les reportages sont exacts, cela pourrait déclencher une nouvelle pandémie sur la planète. Une pandémie qui pourrait être plus dévastatrice que l'épidémie de grippe espagnole de 1918 et qui a tué environ 30 millions de personnes dans le monde avant de se résorber. Les expériences du Pentagone et de l'Institut national de la santé des États-Unis réalisées avec les restes congelés du virus de 1918 sont de la pure folie scientifique. Est-ce que les États-Unis sont sur le point de déclencher une nouvelle pandémie sélective raciale dans le cadre d'un processus obligatoire de vaccination avec un vaccin prétendument fabriqué « contre » la grippe aviaire?

Il y a des raisons de croire que ces divisions de l'industrie pharmaceutique internationale agissent de concert avec le gouvernement des États-Unis pour développer une substance du virus H5N1 génétiquement modifiés susceptible d'engendrer une pandémie créée par l'homme, et qui pourrait être plus mortelle que la pandémie de la « grippe espagnole » de 1918 à laquelle on attribue la perte de 30 millions de vies humaines. (1)

Rima E. Laibow, MD, chef de la Fondation des Solutions Naturelles, un groupe de surveillance citoyenne qui surveille l'industrie pharmaceutique [déclare que] : « Notre meilleure estimation réalisée par nos renseignements est que la pandémie de grippe aviaire a déjà été créée par le génie génétique aux États-Unis, en fusionnant le mortelle génome de la pandémie de 1918, la mal nommée « grippe espagnole, » avec l'ADN du virus inoffensif H5N1 dans une culture de croissance à base de cellules du rein de l'homme et ce, selon l'Institut Nationale de la Santé et le fabricant du vaccin. Certains virologues croient que cela permettra au virus mutant créé par l'homme de reconnaître les cellules humaines lui permettant ainsi de les envahir. » (2)

Si cela est vrai, tel que le souligne Laibow, « Un fait à la base de la virologie est que le public n'a pas été informé qu'il est impossible de créer un vaccin contre un virus qui n'existe pas encore. Les efforts de relations publiques [vont dans le sens] contraire, SI un vaccin contre la grippe aviaire est développé dans sa forme pandémique, cela signifie que le virus pandémique devait déjà exister, [avant cette] période, fin de la discussion. » (3)

Le génome [du virus] de la pandémie de 1918, dite « grippe espagnole, » a récemment été intentionnellement ressuscité par le gouvernement des États-Unis à partir d'un cadavre congelé d'une personne morte de la grippe en 1918 en Alaska. En raison de cette résurrection, la grippe aviaire et son « vaccin » représentent maintenant une menace importante à la santé publique.

La grippe espagnole, qui n'avait rien d'espagnol, a été créée aux États-Unis dans l'un des premiers programmes d'armes biologiques et elle fut injectée à des jeunes hommes en bonne santé (c'est-à-dire, des « soldats ») au cours de la première vaccination obligatoire dans l'armée pendant la Première Guerre mondiale. La « grippe espagnole, » née dans des bases militaires américaines du Kansas, est l'une des pandémies les plus mortelles de l'histoire moderne. Elle a également été l'une des armes biologiques les plus réussies et à n'avoir jamais été créées jusqu'à ce jour. L'Aspartame et la compagnie Tyson Foods Inc en doutent.

À ce jour, il y a seulement eu qu'environ 385 cas humains de grippe aviaire repérés dans le monde entier (en supposant que ces indications sont fiables, bien sûr), causant 243 décès. Afin de mettre en perspective l'absurdité de tout ces efforts, Laibow souligne que la mort subite découlant de problèmes cardiaques, que les chercheurs croient fortement associée à la consommation d'aspartame, est l'une des principales causes de mort qui par exemple, selon le Centre de contrôle des maladies, aurait tué 460,000 Américains en 1999 et les chiffres continuent d'augmenter (CDC).

Mais, l'aspartame ne fait pas l'objet de critiques. Il est intéressant de voir une note de bas de page au sujet de l'Aspartame que la compagnie pharmaceutique de Chicago qui détient le brevet de l'aspartame, GD Searle & Co., était en danger de perdre sa licence de la Food and Drug Administration du gouvernement des États-Unis dans les années 1980 jusqu'à ce que Donald Rumsfeld, qui n'était alors pas membre du gouvernement, soit nommé Président de la Searle. Rumsfeld a utilisé ses contacts à Washington pour obtenir de la Food and Drug Administration l'approbation [nécessaire pour la mise en marché de] l'aspartame et ce, malgré des tests connus démontrant de graves effets sur la santé des rats.

Tel que je l'ai grandement documenté dans mon livre, « Les semences de la destruction: L'ordre du jour cachée de la manipulation génétique, » le même Don Rumsfeld est devenu président et principal actionnaire d'une compagnie pharmaceutique californienne, Gilead Sciences Inc, qui a développé et breveté le Tamiflu en 1996, d'abord pour servir de médicament contre le SIDA et plus tard, comme vaccin contre la grippe aviaire H5N1. En 1997 Donald H. Rumsfeld a été nommé président du conseil d'administration de la Gilead Sciences, où il est demeuré jusqu'au début de 2001, date à laquelle il est devenu Secrétaire à la défense. Occupant alors les fonctions de Secrétaire à la défense, il a refusé de vendre ses actions lorsque sont survenues des allégations de conflit d'intérêt parce qu'il avait ordonné l'achat d'une valeur de 1 milliard de dollars de Tamiflu destiné à être injecté au personnel militaire américain en guise de « précaution.» Par la suite, il a été prouvé que le Tamiflu ne pouvait en aucun cas servir d'antidote contre le virus H5N1 et que ses effets secondaires sont parfois très graves.

Laibow ajoute: « Compte tenu de la scandaleuse absence de preuve d'une quelconque menace d'un virus H5N1 qui ne soit pas de fabrication humaine, comment pouvons-nous expliquer que l'administration Bush dépense des milliards de dollars pour préparer chacun des 50 États à ce qu'ils appellent « l'inévitable pandémie de grippe aviaire, » que l'on prétend qu'elle pourrait tuer la moitié ou plus de tous les Américains et une proportion équivalente de personnes à travers le monde? » (4)

Encore plus inquiétant, le 3 juin, Associated Press a rapporté que « Tyson Foods Inc a commencé à tuer et à enterrer les carcasses de 15,000 poules d'un troupeau qui ont été testés positifs à l'exposition d'une souche de la grippe aviaire dans le nord-ouest de l'Arkansas, selon ce qu'à déclaré mardi un responsable de l'État. »

Tyson Foods est le plus grand producteur industriel de poulets dans le monde et ils ont maintes fois été critiqués pour les mauvaises conditions d'élevage et d'abattage. En janvier 2005, le Vérificateur général des États-Unis (appelé en France la Cour des comptes) a présenté un rapport au Sénat des États-Unis intitulé « La sécurité dans le secteur de la viande et de l'industrie de la volaille, » dans lequel il conclut que la viande et les usines de transformation de produits de la volaille ont « l'un des taux les plus élevés de blessures et de maladies de toute l'industrie. » Il a cité l'exposition à des « produits chimiques dangereux, au sang, aux matières fécales, des problèmes qui sont aggravés par une mauvaise ventilation et souvent par des températures extrêmes. Les travailleurs sont généralement confrontés à des conditions dangereuses, à un environnement très bruyant et ils doivent travailler dans des espaces restreints avec de la machinerie et des outils dangereux. »

L'industrialisation de l'élevage du poulet et de l'abattage aux États-Unis a progressé au point qu'en 2003, date où les premiers cas du virus de grippe aviaire H5N1 ont été signalés en Asie, cinq compagnies multinationales géantes de l'agro-industrie dominaient les secteurs de la production et de la transformation de viande de poulet aux États-Unis. Les cinq entreprises étaient Tyson Foods, la plus imposante au monde; Gold Kist Inc; Pilgrim's Pride; ConAgra Poultry; et Perdue Farms. (5) La plupart des cas où est apparue la grippe aviaire en Asie ont été attribués à de telles usines de poulets de grande envergure. (6)

En mai de cette année, Canadian Press de Toronto a rapporté que : « Une expérience visant à combiner le virus de la grippe aviaire H5N1 à une souche de grippe humaine dans un laboratoire a produit un nombre étonnant de virus hybrides qui sont biologiquement en bonne santé, selon ce que révèle une nouvelle étude. Et même si aucun des virus sortis de cette progéniture n'était aussi virulent que le virus H5N1, environ un sur cinq étaient mortels à faible dose pour les souris, démontrant ainsi qu'ils ont conservé au moins une partie de la puissance de leurs dangereux parents. » (7)

L'article de Toronto se poursuit comme suit. « Ce travail permet de croire que dans des conditions parfaites - et personne n'est clair quant à savoir qu'elles sont toutes ces conditions - les deux types de virus de la grippe pourraient s'échanger des gènes de manière à pourmettre au virus H5N1 d'acquérir la capacité de déclencher une pandémie. Ce processus est appelé réassortiment. Cette étude permet simplement de démontrer exactement ceci: Il y a un risque que ce virus puisse se réassortir avec succès avec un virus humain, » a déclaré Richard Webby, directeur du Centre de recherche sur la grippe à l'hôpital St-Jude de Memphis au Tennessee qui collabore avec l'Organisation mondiale de la santé. » (8)




La recherche sur les armes biologiques du Pentagone


Le professeur de biologie moléculaire de Harvard, Mathew Meselson, un scientifique très respecté dans le domaine de la guerre chimique et biologique, confirme que le gouvernement des États-Unis a longuement étudié et mis au point par le passé des armes biologiques. Meselson décrit une installation étasunienne au nord de la ville de Terre Haute en Indiana, construit en 1944 et qui produisait 4 bombes à l'anthrax de 500,000 livres par mois lorsqu'elle fut au plus grand de ses activités.

Meselson faisait parti d'une équipe qui a prouvé la fuite accidentelle d'anthrax dans une installation soviétique en 1979, réfutant ainsi les accusations de guerre biologique au Laos et au Cambodge à la fin des années 1970, et il a été une force motrice derrière la vulgarisation de la Convention sur les armes chimiques de 1994.

Depuis son arrivée au pouvoir, l'administration Bush-Cheney a beaucoup fait pour affaiblir cette Convention sur les armes chimiques ainsi que celles sur les armes biologiques. L'une des premières lois de George W. Bush à titre de président en début d'année 2001 consistait à s'opposer à un projet de Protocole international sur les armes biologiques et toxiques, sans explication, ce qui a entraîné la fin des pourparlers.

Dans une étude réalisée en 2004, l'Association médicale britannique a lancé un avertissement à l'effet que le monde n'est peut-être qu'à seulement quelques années d' « armes biologiques terrifiantes capables de tuer seulement les personnes de certains groupes ethniques, » en citant les progrès réalisés dans la technologie des armes génétiques. (9)

Le Département de la sécurité intérieur des États-Unis (le Homeland Security) a fait une annonce des plus inquiétante en plaçant une commande de production et de stockage d'un vaccin contre une grippe pandémique: « Le gouvernement américain prend des mesures pour réduire la nécessité de prendre des décisions dans la distribution des vaccins en soutenant les efforts visant à accroître les capacité de production de vaccins contre la grippe. D'importants fonds de financement sont octroyés pour développer de nouvelles technologies de vaccin qui puissent permettre la production d'un nombre suffisant de vaccins contre une grippe pandémique pour toute personne des États-Unis qui souhaite se faire vacciner dans les six premiers mois suivants la déclaration d'une pandémie. » (10) Un rôle curieux [conféré à] l'entreprise Sanofi Pasteur.

Depuis 2004, le gouvernement des États-Unis finance le développement d'un vaccin contre le virus H5N1 de la manière la plus rapide qui soit. L'entreprise Sanofi Pasteur située dans la ville de Swiftwater en Pennsylvanie, une filiale de la géante firme pharmaceutique française, la troisième plus grande au monde, a fabriqué un vaccin inactif provenant d'un virus H5N1 isolé en 2004 en Asie du Sud-est. Sanofi Pasteur, une division de l'entreprise française Sanofi-Aventis, a obtenu le 11 mai 2004 un contrat de l'Institut national des maladies allergiques et infectieuses du gouvernement des États-Unis, qui fait partie de l'Institut nationale de la santé, pour fabriquer le vaccin anti-H5N1. (11)

En avril 2007, la Food and Drug Administration (FDA) a approuvé le vaccin développé par Sanofi Pasteur pour le virus H5N1 même si un an auparavant, la FDA avait déclaré que Sanofi Pasteur produisait des vaccins Fluzone contaminés. (12) Le vaccin anti-H5N1 approuvé par la FDA n'est apparemment pas vraiment efficace dans le cas de l'éclosion d'une grippe aviaire transmissible d'homme à homme. Lorsqu'elle fit l'annonce de son approbation, la FDA a déclaré, « deux injections faites en 28 jours peut fournir une protection « limitée » si une pandémie se produit. Environ 45% des personnes qui ont reçu le vaccin lors d'une étude ont développé une réponse immunitaire au virus. » (13)

Jusqu'à présent, le virus H5N1 n'a pas muté en une forme qui puisse facilement se transmettre d'une personne à l'autre. Ne serait-ce pas plutôt dans cette voie que les chercheurs de Sanofi Pasteur et différents autres laboratoires sous contrat avec le gouvernement des États-Unis se sont engagés? Si tel était le cas, ce serait classé formellement TOP SECRET. Le respecté magazine britannique, New Scientist, a commenté: « Si le virus H5N1 devait muter, il est difficile de savoir si les vaccins développés aujourd'hui seront efficaces contre une souche pandémique. Les fabricants pourraient adapter un nouveau vaccin à cette souche, mais les méthodes de production actuelles nécessiteraient des mois. » (14)

Le magazine a signalé que la recherche sur le vaccin de l'entreprise Sanofi a été réalisée par l'Institut nationale de la santé dans le cadre des efforts du gouvernement des États-Unis visant à se préparer à une pandémie de grippe. Les principales questions consistent à savoir s'ils se préparent à « une pandémie de grippe »ou s'ils préparent une pandémie de grippe. Pourquoi le gouvernement des États-Unis dépense-t-il des centaines de millions de dollars des contribuables pour stocker ce vaccin anti-H5N1 qui probablement ne fonctionnera pas lors d'une telle pandémie?

Le 2 juillet 2008, le quotidien London Daily Telegraph a rapporté que « Trois médecins polonais et six infirmières font face à des poursuites criminelles parce qu'un certain nombre de sans-abri sont décédés à la suite d'essais d'un vaccin contre le virus H5N1 de la grippe aviaire. » (15)

Le reportage ajoute que le personnel médical de la ville septentrionale de Grudziadz, ont fait l'objet d'une enquête sur les essais réalisés l'an dernier sur 350 personnes sans-abri ou sur personnes pauvres qui a fait dire aux procureurs qui participent à l'enquête que les essais ont été réalisés avec un vaccin de ce virus hautement contagieux qui n'avait [auparavant] jamais été testé. Les autorités affirment que les prétendues victimes ont reçu 3 euros pour tester ce qu'ils croyaient être un vaccin contre la grippe classique, mais selon les enquêteurs, il s'agissait en fait d'un médicament contre la grippe aviaire. Le directeur d'un centre de sans-abri de Grudziadz, Mieczyslaw Waclawski, a déclaré à un journal polonais que l'an dernier, 21 personnes de son centre sont mortes, un chiffre bien au-dessus de la moyenne d'environ huit personnes.

Le rapport polonais ne précise pas s'il s'agissait du vaccin en cours de développement dans le cadre du contrat donné à l'entreprise Sanofi-Pasteur par le Homeland Security du gouvernement des États-Unis. Toutefois, il est connu que Sanofi-Pasteur produit de grandes quantités d'un tel vaccin dans une usine qu'ils possèdent en Chine.

Le Docteur Laibow déclare que le « vaccin contre une pandémie de grippe aviaire » devait être livré aux États-Unis ce mois-ci par le fabricant français de vaccins, Sanofi Pasteur, à partir d'une installation qu'ils possèdent en Chine là où le vaccin est produit. Le gouvernement des États-Unis a publié en juillet son plan de distribution du « vaccin. » Laibow craint un scénario plus sinistre de propagation volontaire d'agents pathogènes de grippe aviaire parmi la population qui pourraient obliger le déploiement de mesures telles que la loi martiale et la vaccination forcée ayant pour résultat des morts par millions et qui pourraient être imminentes. Le virus de la grippe espagnole réactivée par le Pentagone.

En 2003, des scientifiques de l'armée des États-Unis ont créé le virus de la « grippe espagnole » en laboratoire. Selon une déclaration publiée à l'époque par un organisme de surveillance, qui porte le nom de Projet Sunshine, et qui surveille les recherches réalisées sur les armes biologiques et chimiques au sein du gouvernement des États-Unis a publié une déclaration à l'effet que « Le virus de la grippe espagnole qui a tué entre 20 à 40 millions de personnes en 1918 est actuellement en reconstruction. Plusieurs gènes du virus extrêmement meurtrier de la grippe de 1918 ont été isolés et introduits dans des souches de grippes contemporaines. Ils se sont avérés mortels pour les souris, alors que le virus développé à partir de gènes d'un type de virus de la grippe actuelle n'avait aucun effet. Ces expériences peuvent facilement être détournées à des fins militaires, alors qu'elles fournissent peu d'avantages d'un point de vue médical ou de santé publique. »

Ils poursuivent en disant que « La grippe espagnole de 1918 était hautement infectieuse et – en comparaison aux virus de la grippe contemporains – elle a tué un pourcentage très élevé des personnes infectées, dont de nombreux jeunes. La grippe espagnole à elle seule a réduit de 10 ans l'espérance de vie aux États-Unis en 1918. Par conséquent, les virus grippaux sont perçus aujourd'hui comme une grave menace de guerre biologique. Il y a seulement deux semaines, 15 millions de dollars en subventions de recherche ont été octroyés aux États-Unis afin de développer des mesures de protection principalement contre une attaque bioterroriste avec des virus de la grippe. »

La déclaration ajoutait que: « Malgré la nature dangereuse du virus de 1918, les efforts visant à le reconstruire ont commencé au milieu des années 1990, lorsque le Dr Jeffrey Taubenberger de l'Institut de pathologie de l'armée des États-Unis à Washington a réussi à récupérer et à séquencer les fragments d'ARN viral à partir de tissus préservés de victimes de 1918. Dans le prochain numéro de la revue scientifique Emerging Infectious Diseases de nouvelles informations génétiques à l'égard du virus de la grippe de 1918 seront publiées. »

Plus inquiétant encore, ils rapportent que : « Après avoir (partiellement) déchiffré la séquence génétique du virus, les scientifiques sont allés plus loin et ils ont commencé à ramener la grippe espagnole en vie. Sans que le public n'en soit informé, ils ont réussi à créer un virus vivant contenant deux gènes [du virus] de 1918 et qui se sont avérés être très meurtriers lors d'expérimentations animales. Ces expériences sont seulement une étape génétique visant à sortir entièrement de sa bouteille le démon de 1918. » (16)

Ils concluent: « La résurrection de la grippe espagnole n'est ni nécessaire ni justifié au point de vue de la santé publique. Il semblerait que les récentes expériences ont permis d'évaluer l'efficacité des antiviraux actuels sur le virus reconstitué de 1918. Mais il n'aurait guère été nécessaire d'avoir des antiviraux contre la souche de 1918 si en premier lieu, la souche [de la grippe] de 1918 n'avait pas été recréée. « Ça n'a tout simplement pas de sens scientifique de créer une nouvelle menace uniquement dans le but de développer des antidotes contre cette menace. » Tel que l'explique Jan van Aken, biologiste au Sunshine Project : « La caractérisation génétique des souches de la grippe a d'importantes applications biomédicales. Mais il n'est pas justifié de recréer cette souche éradiquée particulièrement dangereuse qui pourrait causer des ravages si elle était relâchée [dans l'environnement], délibérément ou accidentellement. » (17)

Permettez-nous d'espérer sincèrement que rien de tel ne se produira, mais comme le fait remarquer dans un autre contexte le professeur Stephen Block, biophysicien à l'Université Stanford possédant plusieurs années d'expérience dans des recherches biologiques confidentielles réalisées pour le Pentagone et le gouvernement des États-Unis : « Nous sommes tentés de dire que toute personne saine d'esprit n'utiliserait jamais ces choses. » Et le professeur Block ajoute: « Mais ce n'est pas tout le monde qui est sain d'esprit… » (18) Sanofi Pasteur produit le vaccin anti-H5N1.

Le 28 avril de cette année, dans un communiqué de presse officiel publié par les sièges sociaux de Sanofi Pasteur à Swiftwater en Pennsylvanie et à Lyon en France, la société a déclaré: «Sanofi Pasteur, la division vaccins du Groupe Sanofi-Aventis, annonce aujourd'hui que le Département américain de la Santé (U.S. Department of Health and Human Services) a réceptionné un nouveau lot de vaccin H5N1 sous forme de concentré en vrac, correspondant à une quantité équivalente à 38,5 millions de doses de vaccin élaborées à partir d'une nouvelle souche de grippe aviaire. Cette livraison, qui s'inscrit dans le cadre d'un contrat pluriannuel signé avec le Département américain de la Santé au titre de son programme de préparation à la pandémie, s'élève à 192,5 millions de dollars et sera comptabilisée au deuxième trimestre 2008. » (19)

Puis, le 16 juin de cette année, Sanofi Pasteur a publié un communiqué annonçant qu'elle va « donner 60 millions de doses de vaccin H5N1 à l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) sur trois ans pour la constitution d'un stock de réserve international. »

Le président directeur général de Sanofi Pasteur, Wayne Pisano, a déclaré dans le communiqué que « le virus H5N1 circule actuellement dans certaines régions parmi les plus pauvres du monde et l'irruption d'une grippe pandémique pourrait frapper des populations ayant un accès limité aux vaccins. Cette donation de vaccin H5N1 a pour but de répondre aux besoins des populations les plus vulnérables. En plus de soutenir les efforts des gouvernements, il est essentiel que l'industrie collabore avec les organisations internationales telles que l'OMS, la Fondation Bill et Melinda Gates et d'autres organismes de santé mondiale. Ainsi, il sera possible de constituer un stock de réserve de vaccins pour les pays en voie de développement, prêt à être déployé sur le terrain dans le cas où une pandémie de grippe viendrait à être déclarée. » (20)

La Fondation Bill et Melinda Gates, en plus d'être un soutien financier pour la soi-disant Arche de Noé végétale en Arctique, a consacré des milliards de sa Fondation pour soutenir le contrôle de la croissance démographique principalement en Afrique. Parmi les autres projets - et pareillement à la Fondation Rockefeller - ils sont en train de financer l'Alliance pour une Révolution Verte en Afrique, avec pour responsable l'ancien secrétaire général de l'ONU, M. Kofi Annan. (21)

Le principal fabricant mondial du vaccin contre la grippe, Sanofi Pasteur, produit environ la moitié des vaccins contre la grippe distribués dans le monde. Aux États-Unis, ils ont produit plus de 40 % des vaccins contre la grippe distribués pour la saison grippale de 2007-2008. Le fait que le gouvernement des États-Unis ait fait revivre le virus de la grippe espagnole de 1918 afin de réaliser des « tests » indique que tout est possible. Il y a dans ce monde certaines personnes qui ne sont pas « saines d'esprit. » Que Dieu nous garde qu'il n'en soit pas ainsi dans ce cas.



Lire l'article original en anglais : The Pentagon’s alarming project: Avian Flu Biowar Vaccine , publié le 14 août 2008.

Traduction de Dany Quirion pour Alter Info.






Notes

(1) Alfred W. Crosby, America's Forgotten Pandemic: La grippe de 1918, Cambridge, Cambridge University Press, 1989, pp.207-8. La grippe espagnole était inhabituelle dans la mesure où elle s'est attaquée aux nouveaux-nés ainsi qu'aux personnes âgées. Crosby a décrit ses effets: « une maladie qui a transformé les personnes en couleurs de cendres humides et qui s'est logé dans les fluides de leur corps et qui a inspiré des noms tels que « violet de la mort. »

(2) Rima E. Laibow, M.D., Weaponized Avian Flu Intelligence Report, in http://www.healthfreedomusa.org/?p=742

(3) Ibid.

(4) Ibid.

(5) F. William Engdahl, Saat der Zerstörung: Die dunkle Seite der Gen-Manipulation, Kopp Verlag, Rottenburg am Neckar, 2007, pp. 269-271.

(6) GRAIN, Fowl Play: L'industrie de la volaille joue un rôle central dans la crise de la grippe aviaire, http://www.grain.org/go/birdflu, Février 2006. Dans leur rapport, ils notent: « La transformation de la production de volaille en Asie au cours des dernières décennies est stupéfiante. Dans les pays d'Asie du Sud, là où l'on retrouve la plupart des cas d'éclosion de grippe aviaire, ont y retrouve de façon concentré - en Thaïlande, en Indonésie et au Vietnam – une croissance de la production qui s'est multipliée par huit depuis 30 ans, passant d'environ 300,000 tonnes métriques (tm) de viande de poulet en 1971 à 2,440,000 tm en 2001. La production de poulet de la Chine a triplé au cours des années 1990 à plus de 9 millions de tonnes par an. » (Cité dans Engdahl, op. Cit., P. 288.).

(7) En outre, un rapport d'un organisme canadien, Beyond Factory Farming, a décrit les mécanismes de transmission probable par les géants centres industrialisés de production de poulet : « En Thaïlande, en Chine et au Vietnam, il s'est développé de très grands secteurs industriels de la volaille qui a augmenté de façon spectaculaire au cours des dix dernières années. Les grandes compagnies de volaille possèdent des millions d'oiseaux, des poussins éclosent afin de pourvoir à d'autres opérations intensives de volailles, l'exportation d'oiseaux vivants et d'œufs à des pays comme le Nigeria (là où la première éclosion hautement pathogène de grippe aviaire en Afrique a récemment été signalée) et elles produisent des aliments et elles exportent de la nourriture qui, souvent, comprend des « déchets » (c'est-à-dire, du fumier) dans les ingrédients.
[…]
« Le fumier qui peut contenir le virus vivant se répand sur les terres agricoles avoisinantes, ou il est exporté comme engrais, et par ruissellement il est susceptible de s'introduire dans les eaux de surface là où les oiseaux sauvages s'alimentent et se reposent. Le fumier de poulet se retrouve même dans les combinaisons alimentaires (la moulée) destinées à alimenter les poissons et dont on fait usage dans l'industrie de l'aquaculture, là où ils sont introduits directement dans l'environnement aquatique. Les oiseaux sauvages et la volaille ayant été victimes de la grippe aviaire hautement pathogène en Asie, en Turquie et au Nigeria semblent avoir été directement exposés à la grippe aviaire hautement pathogène par un virus originaire des fermes industrielles. En Asie, tout un troupeau de canards sauvages sont morts de la grippe aviaire après qu'ils soient entrés en contact avec la maladie sur un lac près d'une ferme d'élevage de poissons qui utilise, pour alimenter les poissons d'élevage, une moulée faite de déchets [NDT : autrement dit de fumier] de volaille provenant d'une ferme industrielle. En Turquie, un abattage massif de troupeaux de basse-cour et la mort de trois enfants – sont survenus après qu'une ferme à proximité ait vendu à prix réduits des oiseaux malades ou mourants. Le Nigeria possède un important secteur de production de volaille insuffisamment réglementé qui s'approvisionne de poussins d'élevage en Chine. » (Engdahl, op. Cit., P. 289)

(8) Une étude démontre que la mutation de la grippe aviaire en un virus de grippe humaine pourrait se produire, La Presse Canadienne, Toronto, non daté. Mai 2008.
Ibid.

(9) F. William Engdahl, op. Cit., Pp. 262-263.

(10) United States Department of Homeland Security, Health & Human Services Department, Guidance on Allocating and Targeting Pandemic Influenza Vaccine, p. 2, accessed in
http://www.pandemicflu.gov/vaccine/allocationguidance.pdf .

(11) NIH News, NIAID Initiates Trial of Experimental Avian Flu Vaccine, Washington, D.C., March 23, 2005, accessed in http://www3.niaid.nih.gov/news/newsreleases/2005/avianfluvax.htm .

(12) Quoted in, sanofi pasteur, The Largest Company In The World Devoted To Human Vaccines, April 18, 2007, accessed at http://noonehastodie.blogspot.com/2007/04/sanofi-pasteur-largest-company-in-world.html

(13) The New Scientist, US Approves First Bird Flu Vaccine for People, 17 April, 2007, accessed at http://www.newscientist.com/channel/health/bird-flu/dn11626-us-approves-first-bird-flu-vaccine-for-people.html

(14) Ibid.

(15) Matthew Day, Homeless people die after bird flu vaccine trial in Poland, Daily Telegraph, July 2, 2008, accessed in http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/europe/poland/2235676/Homeless-people-die-after-bird-flu-vaccine-trial-in-Poland.html .

(16) The Sunshine Project, Lethal Virus from 1918 Genetically Reconstructed: US Army scientists create ‘Spanish Flu' virus in laboratory - medical benefit questionable, 9 October 2003, accessed at http://www.sunshine-project.org/publications/pr/pr091003.html .

(17) Ibid.

(18) Cité dans F. William Engdahl, op. Cit., P. 277.

(19) Press Release of Sanofi Pasteur, U.S. Government accepts $192 million of sanofi pasteur H5N1 bulk vaccine antigen for pandemic stockpile: Vaccine for new strain of virus broadens government readiness program, April 28, 2008, accessed at
http://198.73.159.214/sanofi-pasteur2/ImageServlet?imageCode=22971&siteCode=SP_CORP

(20) Press Release of Sanofi Pasteur, Sanofi Pasteur to donate 60 million doses of H5N1 vaccine to WHO over 3 years for its influenza vaccine global stockpile, June 16, 2008, accessed at
http://198.73.159.214/sanofi-pasteur2/ImageServlet?imageCode=22987&siteCode=SP_CORP .

(21) William Engdahl, ‘Doomsday Seed Vault' in the Arctic: Bill Gates, Rockefeller and the GMO giants know something we don't, in Global Research, December 4, 2007, accessed in http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=7529








source
cligno étoile http://mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=9873




Dernière édition par karine le Ven 2 Oct 2009 - 15:26, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: GRIPPE AVIAIRE, UNE PANDÉMIE PROGRAMMÉE ?   Aujourd'hui à 3:55

Revenir en haut Aller en bas
 
GRIPPE AVIAIRE, UNE PANDÉMIE PROGRAMMÉE ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TRANSITION ET ARCHE :: PLAN DE NOS PRÉDATEURS :: Dépopulation programmée :: Génocide par micro-organismes pathogènes-
Sauter vers: