TRANSITION ET ARCHE


 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 ALERTE AUX CENTRALES DE FORT CALHOUN ET DE COOPER (USA)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: ALERTE AUX CENTRALES DE FORT CALHOUN ET DE COOPER (USA)   Ven 17 Juin 2011 - 8:40










Alerte USA : L’assise foncière de la centrale nucléaire de Fort Calhoun
dans le Nebraska est inondée par le Missouri en crue





La centrale nucléaire de Fort Calhoun dans le Nebraska (USA), qui vient d’avoir son combustible usé retiré et dont le réacteur (REP) était en cours de chargement a actuellement son assise foncière inondée par le Missouri en crue depuis le mardi 14 juin 2011.

Il est prévu par les autorités que les rejets de délestages du barrage de Gavins Point Dam situé en amont dans le Dakota du Sud soient au maximum de 5 555 m³/s (150 000 pieds³/s), ce qui devrait accroître le niveau du Missouri de 1,60 à 2,30 m (5-7 pieds) au-dessus niveau d’alerte d'inondation sur la zone de la centrale nucléaire.

Les informations sur les systèmes de refroidissement du réacteur, de la piscine de stockage et les aires de stockages extérieures inondées sont actuellement contradictoires, il y a beaucoup de "rumeurs".


Dans un communiqué l’OPPD (Omaha Public Power District), l’organisme officiel qui gère la sécurité déclare notamment :
« La notification d’événements inhabituels sont en cours ou ont eu lieu et indiquent des impacts potentiels à la centrale nucléaire de Fort Calhoun. Aucun rejet de matières radioactives ne s'est produit ou est ... prévu. Actuellement l'OPPD utilise des sacs de sable, des barrages temporaires et les pompes à eau pour maintenir la rivière Missouri dont le flot est en train de monter. »

Sur le site officiel de l'OPPD, il est possible de prendre connaissances de toute une série d’événements [UK], dont un incendie qui a entrainé la perte partielle du refroidissement et des explications sur les rumeurs par rapport au contrôle de la situation classée "niveau 1 après l'incendie du 7 juin, puis au niveau 2 par le NRC, niveau qui a ensuite disparu !" (Ndlr : Actuellement par manque de transparence nous ne pouvons en aucun cas garantir l’exactitude de ces informations pourtant dites ... officielles !)



Incidents Nucléaires USA Classifications :

Les quatre classifications d'urgences établies par la NRC (Nuclear Regulatory Commission) sont énumérées ci-dessous par ordre de gravité croissante, selon le site Web du NRC.

    - Classification niveau 1 : Notification d’événements inhabituels.
    Dans cette catégorie, les événements sont en cours ou ont eu lieu, ils indiquent une dégradation potentielle du niveau de sécurité de la centrale nucléaire. Pas de rejet de matière radioactive nécessitant une intervention hors site ou de surveillance prévue.

    - Classification niveau 2 : Alerte.
    Une alerte est déclarée, car des événements sont en cours ou se sont produits qui impliquent une dégradation réelle ou potentiellement importante dans le niveau de sécurité de la centrale nucléaire. Tous les rejets de matières radioactives provenant de l'usine devraient être limités à une petite fraction conformément aux normes du Protective Action Guides (PAG) de l'Environmental Protection Agency (EPA).

    - Classification niveau 3 : Site en zone d'urgence.
    L’état d’urgence de la zone du site implique des événements en cours ou qui ont eu lieu qui entraînent de réels ou probables défaillances majeures des fonctions de la centrale nucléaire et qui rendent nécessaires la protection du public. Tous les rejets de matières radioactives ne sont pas censés dépasser les normes du Protective Action Guides (PAG) de l'Environmental Protection Agency (EPA), sauf à proximité des limites du site nucléaire.

    - Classification niveau 4 : Urgence générale.
    Une urgence générale implique une notion effective ou imminente de dommages substantiels au cœur ou la fusion du combustible du réacteur avec le risque de perte de l'intégrité du confinement. Lors d'une urgence générale on peut raisonnablement s'attendre à des rejets radioactifs qui dépasseront les normes du Protective Action Guides (PAG) de l'Environmental Protection Agency (EPA), pour une superficie beaucoup plus conséquence que la zone du site nucléaire.


______________________________________________


La Federal Aviation Administration vient d'émettre une directive interdisant l'espace aérien de la centrale nucléaire de Fort Calhoun.



source:
gyro http://www.cartoradiations.fr









Certains parlent d'un niveau d'alerte 4. J'ignore si c'est une rumeur ou la vérité, je ne comprends pas grand chose à l'anglais. En tout cas, la centrale est en très mauvaise posture, indubitablement, comme on peut le voir sur la vidéo ci-dessous; on peut également y entendre une intervention d'Arnie Gundersen sur la situation à la centrale. Si cet hybride s'en mêle, ça ne présage rien de bon...



Ce que je constate, c'est qu'il y a eu le feu à la centrale le 8 Juin, et qu'on n'est mis au courant que maintenant !!!

Suivez le protocole de la prise d'iode dès maintenant; privilégiez la prise percutanée.
étoile 1 http://transition888.heavenforum.org/t14-protection-contre-la-radioactivite

C'est peut-être un peu tard, puisque ça fait maintenant 9 jours et que, si nuage radioactif il y a eu à ce moment là, il est déjà arrivé en France. Mais, s'il y a eu un dégagement radioactif plus tardif ou s'il s'en échappe prochainement, autant protéger votre thyroïde en prévision. Comme ils ne vont certainement pas nous prévenir (souvenez vous que pour Fukushima, ils ont indiqué une fausse date pour l'arrivée du nuage), vous ne saurez pas quand exactement vous devrez suivre le protocole d'urgence. C'est pour ça que je conseille la voie percutanée, parce que le corps ne prend que ce dont il a besoin, cela permet de complémenter votre thyroïde en douceur et ça évite un surdosage inutile.

Pour le reste, normalement, ça devrait faire déjà 3 mois que vous suivez les autres conseils. Si ce n'est pas le cas, je ne peux que vous conseillez de le faire. S'il n'est pas évident de trouver du miso maintenant (surtout du miso ait quitté le Japon AVANT la catastrophe deFukushima), vous pouvez toujours trouver de l'argile (type montmorillonite, la plus absorbante), de la pectine et de quoi faire de la kombucha (je peux donner des souches dans le Tarn; si ça vous intéresse, passer par le lien "contact", tout en bas de la page).

Ceci dit, je pense que c'est une solution palliative provisoire et que le plus sage est de quitter l'hémisphère nord. Je ne sais pas quand ça va se produire en France, mais je suis certaine que ça se produira.




Dernière édition par invitée le Mer 22 Juin 2011 - 23:05, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: ALERTE AUX CENTRALES DE FORT CALHOUN ET DE COOPER (USA)   Ven 17 Juin 2011 - 16:59

CENTRALE NUCLÉAIRE DE FORT CALHOUN : LE “DÉLIRE NUCLÉAIRE”






S’il n’y avait pas eu la crue du Missouri, les médias n’auraient pas eu connaissance de l’état de la situation à la centrale nucléaire de Fort Calhoun et, en toute discrétion, les autorités auraient pu continuer à traiter en interne les problèmes, et quels problèmes, puisqu’ils dépassent tout ce qu’il est possible d’imaginer pour la sécurité nucléaire !


FAA "no-fly zone" : Cela peut paraître paradoxal, mais pour les autorités, ce qu’il faut contrôler en urgence c’est d’abord l’information et surtout les images; en conséquence, elles ont décidé de mettre fin immédiatement aux survols de la zone de la centrale nucléaire par les avions de tourisme et les hélicoptères des grands médias américains en demandant à la FAA (Federal Aviation Administration) d’émettre immédiatement une directive interdisant l’espace aérien de Fort Calhoun. Il faut dire que, vu du ciel, les médias avaientune vue imprenable non seulement de toute la centrale nucléaire, mais aussi des aires de stockage extérieures qui sont submergées. Elizabeth Cory Ishan, la porte-parole de la FAA, a justifié cette interdiction de l’espace aérien en ces termes (sic) : « La restriction des vols sur la zone de Fort Calhoun est destinée à maintenir les curieux loin de la centrale. Les avions peuvent encore voler près de la centrale, mais avec un plan de vol, et ils sont tenus au contact permanent avec les contrôleurs aériens, sinon il y a un risque de collision en vol qui pourrait compromettre les opérations sur le terrain. Nous devons garantir la sécurité des personnes sur la zone de la centrale nucléaire ». Maintenant, la centrale nucléaire de Fort Calhoun étant devenue une île, elle-même presque semi-submergée et accessible que par bateau, il est donc difficile, voire impossible, pour les journalistes, de travailler, puisqu'en sus, il y a une interdiction de navigation sur le Missouri.


Sans faire un jeu de mots, "après quelques flottements", les lobbies ont compris que pour faire taire "les rumeurs", il était nécessaire de prendre en main la communication, et c’est Victor Drick, le porte parole de la NRC (Nuclear Regulatory Commission), le "clone" japonais de Hidehiko Nishiyama de la NISA (Nuclear and Industrial Safety Agency ), qui déclare ce jeudi (sic) : « Nous pensons qu’ils ont les mesures adéquates pour protéger la centrale nucléaire et assurer en permanence la sécurité ».
Quant à Tim Burke, vice-président de OPPD (Omaha Public Power District) qui est l’organisme gestionnaire, il a déclaré (sic) : « Les digues de la centrale sont en cours de construction pour un niveau qui permettra de protéger contre la pluie et la libération prévue de quantités record d’eau des barrages en amont sur le fleuve Missouri ». Et pour finir, le Maire d’Omaha a rajouté (sic) : « Nous ne voyons pas de préoccupation autour de la centrale nucléaire de Fort Calhoun ».


En conséquence, no problem, le monde peut dormir tranquille !


Pour David Lochbaum, le directeur de la sécurité nucléaire de l’organisation de premier plan de l’Union des Scientifiques, il y a plus que problèmes, en effet, ses analyses et conclusions sont diamétralement opposées. Pour lui, le temps joue contre la sécurité de la centrale nucléaire de Fort Calhoun. « À La centrale nucléaire de Fukushima Daiichi, l’opérateur avait moins d'une heure pour réagir à la catastrophe; à Fort Calhoun, nous avons eu plusieurs semaines pour nous préparer à l’inondation de la centrale. »
David Lochbaum fait partie de la poignée de spécialistes américains extérieurs au Congrès, qui ne cessent d’alerter les autorités sur les graves problèmes susceptibles d’impacter la sécurité nucléaire. Tous les clignotants étaient au rouge, tous les responsables savaient, et … rien n’a été fait.
En juin 2010, les inspecteurs de la NRC avaient écrit dans leur rapport sur la centrale qu’il n’y avait aucune préparation aux inondations; ils en avaient conclu qu’elles pouvaient engendrer des détériorations catastrophiques des conditions de la sécurité et que des protections d’urgence, notamment avec des sacs de sable, ne pourraient contenir une crue du Missouri.
L’OPPD, qui est aussi le régulateur, se défend: les travaux étaient programmés à la centrale nucléaire, « l’OPPD espérait ce mois-ci que l’Agence Fédérale signe l’autorisation de modernisation contre le risque d’inondation ». In situ, l’alerte avait été donnée en vain depuis mai 2011 par l'Army Corps of Engineers qui avait émis un avis de forte inondation imminente. Depuis, les gestionnaires sont entrés dans la bataille avec le fleuve pour sauver la centrale nucléaire.


États connus de la crise au 17 juin 2011.
Concrètement, l’inondation de l’assise foncière de la centrale nucléaire a commencé le 21 mai; seuls des sacs de sables avaient été utilisés en protection. Depuis plusieurs jours, la montée en charge de l’inondation qui s’est fortement accentuée, a été associée à une succession d’incidents, dont un incendie d’une installation électrique provoqué par l’eau, qui a temporairement perturbé le refroidissement des barres de combustible usé stockées dans la piscine; ces événements ont nécessité une classification de niveau 1 sur 4 par la NRC.


Le problème actuel fondamental :
Aujourd’hui, le problème essentiel est de maintenir les systèmes de refroidissement des combustibles nucléaires stockés en état de fonction. Pour cela, en urgence, des monticules de terre ont été édifiés aux interconnections des installations électriques afin d’assurer la continuité de l’alimentation.
D’après l’ODDP, la centrale nucléaire aurait six lignes vers l’extérieur, une seule serait suffisante pour assurer les besoins en énergie électrique pour les systèmes de refroidissement.
D’après Victor Drick, le porte parole de la NRC (Nuclear Regulatory Commission), ses calculs indiquent que la piscine de stockage du combustible nucléaire pourrait tenir 83 heures avant ébullition. Face à l’urgence de la situation, l’ODDP a commandé six bateaux supplémentaires afin d’assurer le ravitaillement des travailleurs, et surtout l’acheminement des fournitures, notamment du mazout nécessaire au fonctionnement des générateurs diesels de secours. L’ODDP déclare aussi qu’elle élabore actuellement en urgence des plans pour assurer les fournitures supplémentaires de carburant et que, dans la situation d’extrême urgence d’une interruption totale d’énergie, les batteries de secours permettent de fournir la puissance pendant huit heures. (Ndlr : il est difficile de bien comprendre comment ça fonctionne actuellement et quels sont les niveaux de l’alimentation en énergie électrique de la centrale nucléaire).


L’état de "Délire Nucléaire":
Les autorités n’ont plus conscience de ce qu’elles disent; elles semblent être dans ce que nous pourrions appeler le "délire nucléaire" qui sous-entend que tout est sous contrôle, puisqu’elles vont même jusqu'à prévoir avec précision la hauteur de la crue en cours, soit de 1,60 à 2,30 m au-dessus du niveau d’alerte d’inondation sur l’assise de la centrale nucléaire.
Pour être précis, John Remus, du corps des ingénieurs, vient de déclarer (sic) : « Actuellement, le niveau est de 1 005.6 pieds de hauteur; sauf pluies extraordinaires, le niveau crête devrait s’établir entre 1 006 et 1008 pieds. La digue de protection d’urgence est censée être efficace jusqu’à 1 010 à 1 012 pieds. Le réacteur est dans un confinement étanche et la piscine du combustible est à 1 038 pieds » (Ndlr : 1 pied ≈ 33 cm).


En conséquence, les protections en construction installées en hâte avec des sacs de sable et des digues tubulaires en caoutchouc remplies d’eau qui encerclent la centrale nucléaire seront-elles assez conséquentes en masse et en hauteur pour retenir la crue ?
Ces types de protections, hors fuites, seront en principe efficaces jusqu’à un rapport d’un maximum de hauteur d’eau de 2/3 de leur propre hauteur, ceci sans courant; ensuite, sous la poussée elles se disloquent.


Question : Et si la crue qui est en cours dépasse les prévisions, que se passera-t-il à la centrale nucléaire de For Calhoun, en sachant que beaucoup d’installations névralgiques se trouvent au niveau du sol, voire en sous-sol ?
Autre question : Qu’en est-il du stockage au sol des containers et assimilés qui sont actuellement submergés ?



Avec l’utilisation de la réaction nucléaire, l’humanité est entrée dans une spirale apocalyptique; n’en déplaise à tous les nucléocrates, la réalité est que la technologie nucléaire est trop complexe, hautement vulnérable et non maîtrisable. Démocratie oblige, il faut le plus tôt possible un référendum sur la sortie du nucléaire en France.



source:
gyro http://next-up.org/pdf/USA_Centrale_Nucleaire_de_Fort_Calhoun_Le_Delire_Nucleaire_17_06_2011.pdf


Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: ALERTE AUX CENTRALES DE FORT CALHOUN ET DE COOPER (USA)   Dim 19 Juin 2011 - 19:35

EXTRAITS DU BLOG DE KOKOPELLI






- 15 juin 2011: Ce n’est pas Fukushima, mais cela pourrait le devenir. La centrale nucléaire d’Omaha dans le Nebraska est assiégée par l’eau du Missouri qui monte, qui monte et qui va encore monter de quelques mètres d’ici l’été. Pas de soucis, l’ingénierie nucléaire a déployé tout son savoir faire pour endiguer les risques radioactifs: des murs de sacs de sable. Un mode de fonctionnement aléatoire, c’est ce qui caractérise le mieux la technologie des centrales nucléaires. Voir les photos.


- 18 juin 2011: Fort Calhoun: c’est une centrale nucléaire à risques! Une inspection conduite entre janvier et juin 2010 par le NRC (Nuclear Regulatory Commission) aux USA avait mis en exergue que les installations de la centrale nucléaire de Fort Calhun n’étaient pas conformes et qu’il y avait un risque de malfonctionnement de certains systèmes de refroidissement en cas d’inondations. Pas de panique: tout va mal et la situation est encore plus grave que ce qu’affirment les médias à la solde de la mafia globaliste. En effet, contrairement à ce qu’ils prétendent tous, il reste encore 2/3 de combustible actif au coeur du réacteur de Fort Calhoun (selon les informations transmises par le Bulletin of the Atomic Scientists by Dawn Stover, June 16, 2011). Pas de panique, ce n’est que le début de l’aventure: en effet, les deux centrales nucléaires du Nebraska sont encerclées par les eaux. Pas de panique: il n’y a qu’une quinzaine de centrales nucléaires qui sont en danger d’inondations de par les crues catastrophiques du Mississippi et du Missouri qui vont continuer à monter de niveau tout l’été. Rappelons que ce sont des millions d’hectares de terres agricoles qui sont présentement inondées dans les vallées de l’Ohio, du Mississippi et du Missouri et tout cela ne va faire qu’aggraver la crise alimentaire de 2011 et des années subséquentes.


- 19 juin 2011: La seconde centrale nucléaire du Nebraska se joint à la danse. La seconde centrale nucléaire du Nebraska, celle de Cooper, a déclaré aujourd’hui un « événement inhabituel », le premier niveau de l’alerte nucléaire. Cette centrale nucléaire est tout autant inondée que la première, celle de Fort Calhoun.


- 20 juin 2011: L’eau a monté d’1 mètre de plus à la centrale nucléaire de Cooper dans le Nebraska. Un mètre d’eau de plus durant le week-end, ce n’est que le début. Le Missouri est maintenant quasiment à 15 mètres de hauteur. Autour de Brownville, les digues sont sur le point de lâcher. Lesquelles, celles en aval ou en amont? L’industrie nucléaire devrait se diversifier dans la gestion de sacs de sable!


- 20 juin 2011: Alerte à la Tornade au-dessus de la centrale nucléaire inondée de Forth Calhoun dans le Nebraska. C’est une époque formidable: à se demander si certains psychopathes ne s’amusent pas à bricoler même le climat local.


- 21 juin 2011: Des nouvelles de la centrale nucléaire de Fort Calhoun au Nebraska. Un dossier magnifiquement élaboré chez Next-Up. Et pour des photos très évocatrices de l’inondation spectaculaire du Missouri, c’est ici.


- 22 juin 2011: Une devinette: Mais où est le combustible usagé à Fort Calhoun? En 2009, la piscine de stockage du combustible usagé était pleine. Donc, l’opérateur a fait transférer une partie de ce combustible ailleurs, afin de laisser de la place aux évacuations subséquentes d’uranium ayant rendu de fiers services à la Patrie. Dans les centrales nucléaires des USA, « ailleurs » n’est jamais franchement bien loin. Donc, le combustible usagé a été stocké sur le site, à sec, dans des containers nucléaires. Où sont-ils? Et bien, selon les informations non officielles, ils seraient dans le petit bâtiment à côté du réservoir blanc. Les pieds dans l’eau? Bien évidemment, mais peut-être même plus encore, mais, pas de soucis, tout va bien: dans le Nebraska, il s’agit d’une inondation catastrophique, il est vrai, mais pas encore d’un tsunami.

Et les containers, c’est du lourd et du costaud: chacun fait près de 150 tonnes une fois chargé d’uranium en déperdition. Quelle est la société responsable de ce type de manipulation: Transnuclear Inc, une division du très célèbre AREVA, l’empoisonneur public n°1 en France dont le capital est à plus de 90 % dans les mains très sales de l’État Français.

Pour les curieux, sur ce dossier image, de nombreuses illustrations de containers de stockage de déchets radioactifs en sus de l’histoire de la construction de Fukushima.


- 23 juin 2011: Obama et la Croix-Rouge déclarent l’état d’alerte pour les deux centrales nucléaires du Nebraska. Cette déclaration est toute fraîche: les USA ont été obligés de réagir car la presse internationale commençait à être un peu trop bavarde, surtout la presse alternative, d’ailleurs. La centrale nucléaire de Cooper est toujours opérationnelle et elle est à 10 cm (de crue) de stopper toute activité. Quant à celle de Fort Calhoun, l’eau monte inexorablement et va encore monter plus. La situation n’a pas été facilitée par le passage récent de tornades sur le Nebraska. La centrale de Fort Calhoun a vu passer des vents de 140 km/heure. Ces tornades avaient d’ailleurs été annoncées, deux jours avant, par le blogger Dutchinse, un expert à déceler les anneaux de HAARP! Il n’y a pas qu’à Fukushima que cela bricole ferme.


- 24 juin 2011: Une Édition spéciale chez Next-Up concernant la centrale nucléaire de Fort Calhoun. Elle est complètement inondée et l’eau va encore monter pendant deux mois ou plus... Il semblerait que cela soit une nouvelle stratégie de l’industrie nucléaire: promouvoir des inondations pour garantir que le combustible soit toujours maintenu au frais. Comme le dit Mme Lauvergeon, chez Fukushima, ils n’ont pas su doser la Vague. En bref, tout va bien.


- 26 juin 2011: Une digue vient de lâcher à Fort Calhoun à 13 h, dimanche. C’est une digue de 700 mètres de longueur qui vient de s’effondrer autour de la centrale nucléaire de Fort Calhoun, permettant à la rivière d’encercler deux bâtiments en plus. Mais pas de panique, tout va bien se passer, dixit le NRC aux USA.


- 26 juin 2011: La centrale nucléaire de Fort Calhoun fonctionne maintenant sur générateurs. L’effondrement de la digue a provoqué l’arrêt du circuit normal d’approvisionnement électrique. Si l’eau continue de monter, elle s’introduira dans le bâtiment auxiliaire, invalidant le fonctionnement des pompes. Selon le NRC, il pourrait s’ensuivre, sous 15/18 heures, une « lésion du corium ». Ce ne sont pas de bonnes nouvelles et précisons-le, une fois de plus, le pire de l’inondation reste à venir durant l’été. Ce qu’affirment haut et fort le Corps of Engineers de l’Armée US.


- 27 juin 2011: Fort Calhoun, le cirque à la mode nucléaire US! Une précision de dernière minute: cette digue en plastique remplie d’eau de près de 3 mètres de hauteur ne s’est pas effondrée: elle a été percutée par un « engin mécanisé », s’en est retrouvée percée et s’est donc dégonflée. La centrale nucléaire de Fort Calhoun est familière de tels épisodes délirants. Pour la récréation: en 2007, un transformateur valant 6 millions de dollar a été dépêché d’Autriche, a traversé l’océan, a traversé les USA, est arrivé par bateau sur le Missouri, et est arrivé à 30 mètres de la centrale nucléaire. Un petit maillon de 2 dollars a lâché et le transformateur de 400 tonnes, et de 6 millions de dollars, s’est effondré sur le bas côté de la route, bon pour la casse. L’industrie nucléaire, c’est tout un poème!!

Il est probable que certaines personnes s’étonnent du fait qu’un engin mécanisé lourd (non identifié) soit en activité en pleine nuit (vers 2 h du matin), alors que la centrale nucléaire est menacée par les eaux et que la pérennité de ce barrage est sûrement essentielle à la sécurité du site. Et sur ce coup-là, il va être difficile de s’en prendre à Ben Laden: il est déjà décédé dix fois.

Le concours de circonstances entourant la centrale nucléaire de Fort Calhoun n’est-il pas des plus étranges: une méga-inondation, des tornades à répétition, et hier une nouvelle alerte qui a déposé 10 cm d’eau en quelques heures dans une petite ville à proximité de Fort Calhoun. Et tout cela autour d’une centrale nucléaire qui avait été montrée du doigt l’an passé par le NRC pour cause de dangerosité en cas d’inondation forcenée. TROUBLANT. Et c’est exactement le 22 juin que le Président Obama et la Croix-Rouge Internationale ont déclaré l’état d’alerte officielle pour la centrale nucléaire de Fort Calhoun inondée depuis plusieurs semaines. Un 22/06 qui suit un 11/03 pour Fukushima: les globalistes adorent jouer avec les chiffres, les codes et les hiéroglyphes. TROUBLANT.


- 27 juin 2011: Fort Calhoun au Nebraska: encore 91 cm avant le risque de fusion du réacteur. En 2010, le NRC aux USA avait informé l’opérateur que la centrale nucléaire risquait une fusion du réacteur au cas où une inondation atteindrait 1010 pieds au-dessus de la mer (307,85 mètres). Le niveau de l’inondation du Missouri est aujourd’hui de 1007 pieds au dessus du niveau de la mer (306,94 mètres). C’est du moins ce niveau qui était annoncé pour le 23 juin. Il resterait donc 91 cm de latitude, si l’on en croit le NRC (Nuclear Regulation Commission), avant d’évacuer la région. Voici une vidéo toute fraîche.




- 27 juin 2011: Fort Calhoun: Le bâtiment des turbines est maintenant inondé. Après plusieurs semaines d’un SILENCE TOTAL, les medias globalistes aux USA ont tous commenté dimanche l’état d’alerte à la centrale nucléaire de Fort Calhoun (suite à la rupture du boudin de trois mètres de hauteur) en annonçant que le grand directeur de la NRC allait se précipiter à Fort Calhoun pour évaluer la situation. Un mensonge énorme, un de plus, car le directeur de la NRC était attendu sur le site dès dimanche matin: sa visite était programmée depuis plusieurs jours. Il est donc arrivé quelques heures après que le gros boudin qui protégeait la centrale nucléaire eût été percé en pleine nuit par un engin lourd non identifié. Quelle coïncidence.

Le mot d’ordre sur place est: pas de panique, tout va bien se passer. Ce que les ignobles menteurs ont prétendu pour Fukushima pendant 3 mois. Difficile de se sentir très rassurés lorsqu’il est clair, sur les photos du dossier spécial Fort Calhoun de Next-Up, que des sacs de sable sont empilés contre des ouvertures du bâtiment du réacteur. Et qu’il est clair que le boudin ayant lâché, ces sacs de sable sont maintenant sous l’eau. Et comme le dit Arnie Gundersen « Les sacs de sable ne font pas bon ménage avec un réacteur nucléaire ». Assurément. D’ailleurs, cela fait longremps que l’on n’a plus entendu Arnie Gundersen. Aurait-il reçu la visite d’hommes en noir?

Alors espérons vraiment que cela va bien se passer pour les centrales nucléaires de Cooper et de Fort Calhoun dans le Nebraska. Parce que si cela se passait mal, cela se passerait très mal, on peut s’imaginer les conséquences d’une catastrophe nucléaire disséminée par une méga-inondation sur des millions d’hectares. Aujourd’hui, personne ne sait combien de millions d’hectares de terres agricoles sont présentement inondées dans le Mid-West: 5, 6, 7 millions d’hectares? Pour comparaison, la surface agricole de la France est de 20 millions d’hectares.

Une catastrophe nucléaire dans le Nebraska = disparition de la Corn Belt. En première salve. En seconde salve: toute la partie est des USA est sous le Jet Stream soufflant de l’ouest vers l’est.


- 29 juin 2011: Fort Calhoun: L’eau infiltrée dans la centrale nucléaire est traitée comme des effluents radioactifs. Juste au cas où, bien évidemment: qui aurait l’idée saugrenue d’insinuer que des infiltrations dans une centrale nucléaire pourraient générer un risque radioactif? D’ailleurs, le Grand Nucléocrate du NRC (agence de sécurité nucléaire US) l’a dit, à la télévision locale (1mn30): « au fil des jours, les risques diminuent dramatiquement ». Plus c’est inondé, moins c’est risqué dramatiquement. Est-ce bien cela qu’il faille comprendre? Un discours à la mode Orwell ou à la mode Fukushima?


- 29 juin 2011: À Fort Calhoun: le Moyen-Age et le Nucléaire. Les employés de l’opérateur local sont maintenant obligés d’escalader les barrages de sacs de sable pour acheminer à la main des bidons de fuel pour faire fonctionner les générateurs au coeur de la centrale. N’est ce pas un humoriste national qui évoquait récemment la problématique du Moyen-Age en lien avec le nucléaire?

Au train où se précipitent les non-événements nucléaires, l’industrie nucléocrate pourrait peut-être proposer un manuel de gestion d’urgence des réacteurs nucléaires en perdition: sacs de sables, couteau-suisse, bouts de ficelle, zéolite, générateurs solaires, journaux et couches-culottes usagées (pour les fuites) … sans oublier un compteur Geiger (juste au cas où) et des bombes lacrymogènes pour écarter tout journaliste digne de ce nom.


- 29 juin 2011: Chez Next-up: des images de Fort Calhoun que vous ne verrez pas dans les media. Comme le dit Next-up, ces images de la centrale nucléaire ne nécessitent pas de commentaires.


- 29 juin 2011: Une nouvelle qui n’a pas fait la Une. Bien que les media US ne l’aient pas mentionné, sans doute par oubli, c’est une zone d’évacuation obligatoire de 16 km qui a été décrétée autour de la centrale nucléaire de Fort Calhoun. Juste au cas où, puisqu’il n’existe aucun danger pour la population. Dernière minute: c’est officiel, ABC en a parlé avec un prime un petit reportage.


- 30 juin 2011: Mise a jour chez Next-up du dossier Fort-Calhoun. Avec de saisissantes photographies, comme d’habitude.


- 30 juin 2011: L’inondation des centrales nucléaires du Nebraska est-elle délibérée? Le Sénateur du Nebraska, Ben Nelson, ne l’exprime pas ainsi mais il est aisé d’inférer, de ses propres interrogations, de tels doutes TROUBLANTS. En effet, il s’avère que, depuis le début des inondations catastrophiques qui ont submergé des millions d’hectares de terres agricoles, le U.S. Army Corps of Engineers (the Corps) n’a JAMAIS pris en considération la situation des centrales nucléaires du Nebraska dans ses décisions de faire sauter telle ou telle digue en amont. Dans son courrier du 29 juin adressé au Général McMahon, le Sénateur Ben Nelson s’étonne de ce que le porte-parole du Corps de Ingénieurs de l’Armée US ait déclaré: « Nebraska’s two nuclear plants aren’t being factored into the Army Corps of Engineers schedule of dam releases. » À savoir que « les deux centrales nucléaires du Nebraska n’entrent pas en ligne de compte, pour l’Armée US, quant à leur programme de lâcher de barrages ». N’est-ce pas fascinant?

N’est-il pas TROUBLANT que de plus en plus d’agriculteurs du Mid-West inondé fassent entendre leur colère et leur rage? Pourquoi? Le U.S. Army Corps of Engineers a envoyé une lettre aux agriculteurs inondés pour leur proposer de racheter toutes leurs terres. À bas prix, cela va sans dire. D’ailleurs, Soros, le milliardaire globaliste qui prétend faire la pluie et le beau temps dans la finance internationale, est dans le coup. Il est preneur-acheteur de terres agricoles, de beaucoup de terres agricoles. Le bonheur absolu pour les crapules mondialistes: de la terre agricole inondée à très bas prix.


- 30 juin 2011: Le NRC (Agence de Sécurité Nucléaire US) requiert des explications de la part de U.S. Army Corps of Engineers. Hier, le 29 juin, le NRC a requis d’obtenir de l’armée US les analyses effectuées en 2009 et 2010 concernant ce qui arriverait aux deux centrales du Nebraska (déjà inondées) si l’un des barrages en amont lâchait.


- 30 juin 2011: Une vidéo de la centrale nucléaire inondée à Fort Calhoun.



Dans cette vidéo prise d’un hélicopère transportant un officiel US (vraisemblablement le psychopathe en chef en charge du NRC), on entend distinctement la question qui fait tellement de bons sens: comment cela se fait-il qu’un boudin-barrage de 3 mètres de hauteur, 5 mètres à la base et 700 mètres de longueur, ne soit composé que d’un seul segment et non pas de plusieurs afin de limiter la fragilité d’un tel système de protection? Car il s’agit bien d’une centrale nucléaire en pleine activité, n’est-ce pas? Rappelons que ce boudin a été percuté en pleine nuit par un engin mécanisé et qu’il s’est effondré de suite. TROUBLANT.


- 1er juillet 2011: Selon le physicien Michio Kaku: Fort Calhoun = Fukushima en mouvement lent. Vidéo de l’interview avec Michio Kaku, en anglais. On se demande parfois quel jeu joue ce physicien qui est manifestement à la solde de la mafia globaliste. Il semble qu’il intervienne à chaque fois que les medias globalistes ne peuvent plus maintenir le silence sur les scandales nucléaires et que la presse alternative, sur le net, atteint un niveau d’audience qui fait péter le couvercle de la marmite de la dissimulation et des mensonges. Michio Kaku serait ainsi une sorte de soupape de sécurité des media globalistes US. [Bien vu ! Et Arnie Gundersen est à mettre dans le même sac. Il faut dire que ceux qui sont à l'origine de l'association Kokopelli sont loin d'être nés de la dernière pluie et qu'ils ne vont pas longtemps être dupes des cointrelpros qui font la pluie et le beau temps chez les moutons conspis. Ce qui risque de leur attirer des attaques psychiques soft, type intrusions télépathiques pendant leur sommeil; leurs propos récents au sujet de "Gaïa" en est un signe. La Terre-mère, oui, Gaïa, non; Gaïa est un démon majeur du bas-astral: « Gaia - vénération de la terre, paganisme, panthéisme » - Don Bradley. Il s'agit là d'une distortion introduite par les promoteurs du New-Age afin que l'amour que nous portons notre planète soit dévié au profit de cette entité vampirique que sont les démons.]


- 1er juillet 2011: Les mensonges de la direction de la centrale nucléaire de Fort Calhoun. Regardez ces images: elles valent tout le verbiage du monde.



Et à 1 minute 38 de cette vidéo, le directeur de cette centrale est pris en flagrant délit de mensonge éhonté: « This was a predicted event, to a degree, for the US Army Corps of Engineers ». Absolument pas, l’inondation des centrales nucléaires de Fort Calhoon et de Cooper ne sont pas des événements « programmés » par l’Armée US (en fait, précisons qu’ils le sont vraisemblablement, mais selon une autre perspective, celle du dépeuplement!!). Dans une brève du 30 juin, nous avons noté que :

En effet, il s’avère que, depuis le début des inondations catastrophiques, qui ont submergé des millions d’hectares de terres agricoles, le U.S. Army Corps of Engineers (the Corps) n’a JAMAIS pris en considération la situation des centrales nucléaires du Nebraska dans ses décisions de faire sauter telle ou telle digue en amont. Dans son courrier du 29 juin adressé au Général McMahon, le Sénateur Ben Nelson s’étonne de ce que le porte-parole du Corps de Ingénieurs de l’Armée US ait déclaré: « Nebraska’s two nuclear plants aren’t being factored into the Army Corps of Engineers schedule of dam releases. » À savoir que « les deux centrales nucléaires du Nebraska n’entrent pas en ligne de compte, pour l’Armée US, quant à leur programme de lâcher de barrages ». N’est-ce pas fascinant?

Il semblerait que le degré de panique dans le Nebraska monte aujourd’hui d’un cran de non-sûreté. En effet, la santé de certains barrages commence à faire souci, en particulier celui de Big Bend: les ingénieurs de l’Armée US vont suspendre les lâchers de ce barrage afin de vérifier quel est son niveau d’érosion.

Nous vous invitons à consulter cette vidéo afin de prendre conscience de la situation dans le Nebraska autour d’Omaha et des centrales nucléaires; ce n’est plus le Nebraska, c’est un océan.



- 4 juillet 2011: Nouvelles des centrales nucléaires sous l’eau dans le Nebraska. Arnie Gundersen a déclaré, dans un récent interview, que la centrale nucléaire de Cooper représentait encore plus de risques que celle de Fort Calhoun si l’eau du Missouri continue à monter.

Et elle va monter. Les chaleurs commencent à s’installer aux USA mais il a neigé 4 fois plus sur les Rocheuses qu’en temps normal. De nombreuses stations de ski sont ouvertes pour la fête nationale du 4 juillet. Au-dessus du Lac Tahoe, par exemple, plus 20 mètres de neige font le plaisir des skieurs, aujourd’hui-même. Mais attention, les orages diluviens qui sont en train de s’abattre sur le Midwest et, surtout, toute la neige qui commence à fondre dans la chaîne des Rocheuses, vont faire gonfler les eaux du Missouri inexorablement.

Et la situation est d’autant plus dramatique que le barrage de Gavin’s Point, en amont des centrales nucléaires, dans le Sud-Dakota, qui fait 2652 mètres de longueur, subit des pressions incroyables et son intégrité pose question. Des vidéos sur internet stipulent que le Corps des Ingénieurs de l’Armée US pourrait faire, subrepticement, exploser une partie du barrage pour lâcher de la pression (et tenter de sauver la finance: à savoir une grande partie du barrage et des installations électriques.). Cette explosion ne serait pas officielle et permettrait aux Autorités de jeter le blâme sur un accident terrifiant: la rupture spontanée du Barrage de Gavin Point. Affaire à suivre.


- 11 juillet 2011: Nouvelles des centrales nucléaires inondées dans le Nebraska. L’opérateur vient d’annoncer qu’ils vont tenter de remettre en place l’énorme boudin de 700 mètres de long et de trois mètres de hauteur à la centrale nucléaire de Fort Calhoun. Ils l’avaient déployé précédemment alors qu’ils n’en avaient pas besoin parce que l’inondation est programmée et bla bla bla. Et ensuite, ils l’ont percée par mégarde mais pas grave, pas de panique, ils n’en avaient pas besoin puisqu’il n’existe pas de risque de nature nucléaire dans cette centrale complètement inondée par les eaux du Missouri. Mais maintenant, les eaux continuent de monter et juste au cas où, ils vont tenter de remplir le boudin. Et les eaux continuent de monter aussi sur le site de la seconde centrale inondée du Nebraska, celle de Cooper. Et le danger y est grand car le US Army Corps of Engineers a informé les populations, hier, qu’un certain nombre de digues, jusqu’à 70, pourraient lâcher dans la grande région.

En amont, les lâcher d’eau sur les barrages de Gavin Point et de Fort Randall sont au maximum de leur capacité: à savoir respectivement 4530 mètres cubes par seconde et 4400 mètres cubes par seconde. Et le US Army Corps of Engineers vient d’informer les populations locales que le bassin du Missouri allait recevoir encore ces jours-ci 100 mm de pluie.



source:
gyro http://www.kokopelli-blog.org




Ces pages réservées aux infos transmises par Kokopelli sont éditées et complétées au fur à mesure des évènements, jusqu'à ce qu'une suivante soit ouverte.


Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: ALERTE AUX CENTRALES DE FORT CALHOUN ET DE COOPER (USA)   Sam 16 Juil 2011 - 14:09

PROBLÈMES DANS PLUSIEURS CENTRALES NUCLÉAIRES AUX USA







15 juillet 2011: Aux USA, les centrales nucléaires tombent comme des mouches. Le prophète Al Gore, qui sévit très fortement en ce moment, va sûrement en incriminer le Réchauffement Global Anthropique. Nous avons donc beaucoup d’alertes nucléaires en ce moment aux USA, la série fatale:

  • Dans le New-Jersey. Alerte nucléaire, défaillance du système de refroidissement de la centrale nucléaire de Salem.

  • Dans le Tennessee. La centrale nucléaire de Ferry Brown rencontre énormément de problèmes depuis les passages des tornades sur le sud-est des USA.

  • Dans le Nebraska. Centrales nucléaires de Cooper et de Fort Calhoun. L’eau qui monte, qui monte, qui monte encore.

  • En Caroline du sud. Fuite à la centrale nucléaire de V. C. Summer.

  • En Caroline du nord. Fuite radioactive au centre nucléaire de l’Université.

  • Dans la région de Los Alamos, au Nouveau-Mexique, la panique est totale. Certains incendies ont fait place à des inondations et les groupes locaux luttent pour établir des barrages de sacs de sable afin que les sols archi-contaminés par 60 années de plutonium et d’uranium (les déchets radioactifs étaient bennés dans le bon vieux temps) ne dévalent pas avec les eaux de ruissellement en contaminant toute la région.

  • Dans le Nevada. Incendie dans la zone 19 du centre nucléaire de Las Vegas.



source:
gyro http://www.kokopelli-blog.org


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ALERTE AUX CENTRALES DE FORT CALHOUN ET DE COOPER (USA)   Aujourd'hui à 0:09

Revenir en haut Aller en bas
 
ALERTE AUX CENTRALES DE FORT CALHOUN ET DE COOPER (USA)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TRANSITION ET ARCHE :: DIVERS :: Mises en garde-
Sauter vers: