TRANSITION ET ARCHE


 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 ACHAT D'ARMEMENT POUR PLUSIEURS MILLIARDS PAR LA GRÈCE ENDETTÉE ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: ACHAT D'ARMEMENT POUR PLUSIEURS MILLIARDS PAR LA GRÈCE ENDETTÉE ?   Dim 18 Déc 2011 - 17:55

SCANDALE : LA GRÈCE DÉPENSE PLUS D'UN MILLIARD
D'EUROS POUR ACHETER DES CHARS









11 octobre 2011

Alors que la Grèce, en faillite potentielle, bénéficie d'une manne d 'aides financières (UE, FMI...), elle s'apprête par ailleurs à acheter pour plus d'un milliard d'euros de chars aux États-Unis...


Depuis des mois, il ne se passe pas une journée sans que les médias nous abreuvent d’informations concernant la probable faillite de la Grèce avec son cortège de conséquences en série, des risques de faillite des banques au risque de faillite des États (dont la France). Depuis le début, les Grecs manifestent pour protester contre les plans d’austérité qui succèdent aux plans d’austérité dans un pays ruiné du fait de la lâcheté et de l’incompétence crasse de sa classe politique et d’une fraude fiscale massive contre laquelle les dirigeants du pays n’ont jamais rien fait. Le total des aides apportées à la Grèce par l’Europe et le FMI ont atteint la somme extravagante de 160 milliards d’euros pour un pays de 11 millions d’habitants.

On pouvait dès lors imaginer que la Grèce ferait les efforts nécessaires pour rétablir ses comptes publics alors qu’elle ne boucle ses fins de mois que grâce aux contribuables européens dont nous et que, en cas de besoins impératifs d’achats pour l’État grec, celui-ci se tournerait en priorité vers ses prêteurs, c'est-à-dire vers les pays de l’Union Européenne.

Patatras, l’information vient d’être divulguée par le quotidien espagnol La Razon, la Grèce va acheter 400 chars lourds M1 Abrams d’occasion ainsi que 20 véhicules amphibie AA7VA1 aux États-Unis pour un montant estimé à 1,28 milliards d’euros. Ainsi, les contribuables européens aident la Grèce pour que celle-ci fasse tourner l’industrie d’armement US. Les Polonais l’avaient inventé avec les avions de chasse en achetant en 2003 des F-16 avec les subventions européennes, les Grecs nous refont le coup en 2011 avec les chars d’assaut. Rappelons simplement que l’Armée française a en tout et pour tout 400 chars Leclerc pour 65 millions d’habitants, c’est dire si les grecs n’y vont pas avec le dos de la cuillère en terme de dépense pour leur budget militaire alors que, la même semaine, comme le dit La Razon, le gouvernement grec se réunissait pour trouver 7 milliards d’économies dans les dépenses publiques.

Dès lors une seule question se pose: « De qui les dirigeants grecs se moquent ils ? ».

Ils s’étaient engagés à privatiser leurs entreprises publiques et depuis, rien. Ils s’étaient engagés à lutter contre la fraude fiscale et depuis, rien, et, pour nous remercier de nous serrer la ceinture pour eux (et nous n’avons encore rien vu), ils achètent des armes en quantité astronomique aux USA. On comprend mieux en voyant ce scandale que le mot "proxénète" soit d’origine grecque.

On attend de la part de nos dirigeants le blocage de toute nouvelle aide et l’annulation pure et simple de ce contrat par l’État grec car ce n’est pas aux contribuables européens de payer les impôts que les Grecs refusent de payer pour aider l’industrie d’armement américaine. J’ai pourtant malheureusement peur qu’aucun d’entre eux n’ait le courage d’élever la voix.


NDLR du 6 novembre 2011: Suite à la publication dans la presse européenne de ces informations en octobre, le gouvernement grec a démenti l'achat en évoquant seulement un projet non suivi d'effets.



source:
http://www.atlantico.fr/decryptage/scandale-grece-plan-rigueur-mais-achat-chars-industrie-armement-americaine-199502.html












LA FRANCE ENTEND FOURNIR PLUSIEURS MILLIARDS
D'EUROS D'ARMEMENT À LA GRÈCE




7juin 2010

Alors que la situation économique en Grèce est catastrophique, la course aux armements avec la Turquie se poursuit. Les négociations entre Athènes et Paris continuent et concernent notamment l'achat de 6 frégates multimissions FREMM (2,5 milliards d'euros) produites par DCNS et de quinze hélicoptères EC725 d'Eurocopter. Le ministre de la Défense Hervé Morin a confirmé récemment au député François Cornut-Gentille que la diminution de 6,6 % du budget grec de la défense en 2010 ne devrait pas affecter les négociations: « Cette diminution porte essentiellement, selon les propos du ministre de la Défense grec, sur les dépenses de fonctionnement. Aucune des mesures de restriction budgétaire supplémentaires décidées au mois de mars 2010, à la suite des interventions de l'Union européenne, ne devrait affecter, cette année, le budget d'acquisition du ministère de la Défense grec."

Pour mieux saisir cette persistance de la Grèce à acquérir du matériel militaire à l'étranger, on lira avec intérêt dans le dernier numéro du Débat stratégique (qui n'est actuellement disponible que dans son édition papier) un article de l'économiste Jean-Paul Hébert. Sous le titre « le fardeau militaire de la Grèce et la course aux armements avec la Turquie", il revient sur le budget de la défense grec, le plus élevé en Europe puisqu'il atteint 2,8 % du produit intérieur brut. Sur les vingt années 1988-2008, la moyenne du PIB consacré par la Grèce à sa défense est de 4 % contre 3,4 % pour la Turquie et 2,9 % pour la France et le Royaume-Uni. Selon les chiffres publiés par l'ONU, la Grèce et la Turquie ont respectivement acquis 1.581 et 1.275 chars de combat entre 1992 à 2008, des véhicules blindés d'infanterie (1.455 et 783), des canons d'artillerie (593 et 300), des avions de combat (241 et 110), des hélicoptères d'attaque (20 et 39), des navires de guerre (41 et 30) ainsi que des missiles et lanceurs (226 et 827). Ces achats massifs ne s'expliquent que par la concurrence acharnée entre les deux pays, l'effort de la Grèce (11 millions d'habitants) étant comparativement plus important que celui de la Turquie (72 millions d'habitants).



Vers une réduction des dépenses militaires

Si les États-Unis et l'Allemagne demeurent, et de très loin, les premiers vendeurs d'armes aux deux pays (fournissant notamment 93 % de leurs chars et 72 % de leurs navires de guerre), la France n'est bien placée qu'auprès de la Grèce, où elle arrive en troisième position. De 1991 à 2008, elle a livré 3,9 milliards d'euros d'armements à la Grèce. La Turquie est un client plus distant: la France n'arrive qu'au quatorzième rang de ses fournisseurs, avec 1,3 milliard d'armements vendus sur la même période.

Lors d'une visite à Athènes le mois dernier, le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan et son homologue grec George Papandréou ont convenu de réduire les dépenses militaires de leurs deux pays.




source:
http://www.lepoint.fr/chroniqueurs-du-point/jean-guisnel/la-france-entend-fournir-plusieurs-milliards-d-euros-d-armement-a-la-grece-07-06-2010-463745_53.php












ILS VEULENT DU PAIN ? VENDONS–LEUR DES ARMES...






17 novembre 2011

Malgré la crise, la Grèce continue d’être l’un des plus gros acheteurs d’armes d’Europe. L’Allemagne et la France en sont les premiers bénéficiaires.


La Grèce se prépare à subir une nouvelle cure d’austérité. Les conditions du prochain plan de sauvetage seront très dures. Il existe pourtant un sujet tabou: la dépendance des industries militaires allemande et française à l’égard de la Grèce. Certains Grecs voudraient bien savoir pourquoi la France et l’Allemagne exigent de leur pays des coupes dans les retraites, les salaires et les services publics, tandis que les achats d’armes se poursuivent au même rythme.

« Alors que les hôpitaux grecs manquent de tout, le seul budget à n’être pas attaqué par l’UE et le FMI est celui des dépenses militaires », déclare Yanis Varoufakis, professeur d’économie à l’université d’Athènes. En pourcentage du PIB, la Grèce est le pays de l’UE qui dépense le plus en armement. Et le Pr Varoufakis d’ajouter: « La Grèce est un client disproportionné pour le secteur de l’armement. Comparé à la taille du pays, c’est tout bonnement ridicule. »

Malgré les difficultés financières de la Grèce, ses dépenses militaires n’ont pas cessé d’augmenter pendant la crise financière. Elles représentaient 7,1 milliards d’euros en 2010, contre 6,2 milliards en 2007. En 2010, 58 % de ces dépenses sont allées à l’Allemagne, selon l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (Spiri).

Le budget grec de la défense est historiquement élevé en raison de la menace supposée que représente le voisin turc. Les entreprises d’armement ont tiré profit de la situation en montant chacun des camps contre l’autre. « En général, il suffit qu’un des deux pays achète, par exemple, une frégate, pour qu’aussitôt l’autre achète la même frégate – simplement peinte dans une autre couleur », explique M. Varoufakis. Kostas Panagopoulos est codirecteur de l’institut de sondages grec Alcpo. « Depuis le départ des militaires, il y a quarante ans », rappelle-t-il, « nous avons eu d’énormes dépenses d’armement, à cause de nos différends avec la Turquie. Mais, aujourd’hui, beaucoup de gens disent qu’il faut changer nos priorités. Je pense que l’Allemagne et la France font pression sur la Grèce pour qu’elle continue à dépenser. »

De 2005 à fin 2010, la Grèce a acheté davantage d’armes à l’Allemagne que tout autre pays, en absorbant 15 % de sa production d’armes. Sur la même période, la Grèce était le troisième plus gros client de la France en armement. Alors que leur gouvernement entassait armes et munitions, les Grecs se serraient la ceinture.




source:
http://www.courrierinternational.com/article/2011/11/17/ils-veulent-du-pain-vendons-leur-des-armes


Revenir en haut Aller en bas
 
ACHAT D'ARMEMENT POUR PLUSIEURS MILLIARDS PAR LA GRÈCE ENDETTÉE ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TRANSITION ET ARCHE :: PLAN DE NOS PRÉDATEURS :: Dépopulation programmée :: Génocide par guerres-
Sauter vers: