TRANSITION ET ARCHE


 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 ISLAM FONDAMENTALISTE, RELIGION MONDIALE UNIQUE DU NWO ? (suite)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: ISLAM FONDAMENTALISTE, RELIGION MONDIALE UNIQUE DU NWO ? (suite)   Mar 6 Mar 2012 - 2:05

LE RÔLE DE GUÉNON






M'étant rendue compte que la mouvance conspirationniste et ses divers courants (anti-sionisme, New-Age,...) étaient une création des Illuminati, il devenait évident que la propagande qui y était diffusée ne pouvait que servir l'agenda de la Bête.

Et l'oeuvre de René Guénon étant considérée comme étant une référence pour de nombreux "anti-sionistes", notamment les fans de Soral et LLP, j'ai cherché à en savoir davantage sur cet individu dont les écrits me semblaient jouer un rôle important dans le conditionnement des croyants à avaler les couloeuvres de la future religion mondiale. Et bien, pour moi, sans l'ombre d'un doute, l'enseignement de cet individu fait partie de l'arsenal destiné à préparer la troisième guerre mondiale et la religion mondiale unique à venir. On y retrouve de nombreux concepts théosophes - donc antichristiques - (Tradition Primordiale - référence aux doctrines hindoues, égyptiennes,... - peuple de l'Agharta - symboles liés aux entités déchues,...), mais adaptés aux "religions du Livre", principalement à l'Islam; il oppose l'Orient (qui serait resté fidèle à une prétendue Tradition Primordiale à valeur universelle) à l'Occident (moderne, dégénéré, matérialiste,... qui aurait dévié de cette prétendue Tradition Primordiale), alimentant ainsi le "choc des civilisations" programmé par nos élites sataniques, et justifiant moralement une éventuelle victoire des "Orientaux" - c'est à dire des Musulmans - et le Califat Mondial.
Ses affirmations sur l'existence d'une "Tradition Primordiale" à valeur universelle dont on retrouve des concepts, symboles,... dans toutes les cultures et grandes civilisations passées, préparent les croyants à accepter l'introduction future de ces concepts, symboles,... dans leurs propres religions qui seront réunies en une seule.
Or cette "Tradition Primordiale" n'est ni plus ni moins que de la magie noire Nephilim, qu'on retrouve en effet partout, et pour cause: ils sont en effet à l'origine des ces "grandes civilisations" que Guénon et ses fans tiennent en si haute estime.
Une question me vient souvent, devant cet engouement pour Guénon de la part de "croyants du Livre": comment se fait-il que des gens censés suivre des enseignements qui les mettent en garde contre le polythéisme païen, donc l'adoration des faux dieux égyptiens, hindhous, etc, puissent croire que ces civilisations fondées sur l'idolâtrerie de démons aient pu être imprégnées par une "Tradition Primordiale" a valeur spirituelle universelle liée à Dieu ?



Mais, avant de donner des exemples précis dévoilant cette imposture, voici ce texte trouvé en octobre 2011 sur le blog du Savoisien, pourtant anti-NWO et anti-sioniste convaincu [tellement convaincu, qu'il a plongé les deux pieds dans l'antisémitisme haineux décomplexé, comme beaucoup d'autres anti-sionistes, hélas, sans se rendre compte que ça fait partie du plan]:





La suite du grand philosophe de la Franc-ma connerie,
mâtinée de martinisme et sublimée par l'Islam.



GUÉNON René (Blois, 1886-Le Caire, 1959) Le projet de restauration de « la Tradition », né avec le siècle chez René Guénon, jeune Blésois d'éducation et de formation catholiques, passe par la maçonnerie sans toutefois s'identifier ou se limiter à elle.

Il prend un premier contact en 1906 avec les maçonneries occultisantes et l'Ordre martiniste de Papus après avoir abandonné les classes préparatoires aux grandes Écoles scientifiques reçu "Supérieur Inconnu" par Phaneg (Georges Descormiers 1867-1945, loge Hermanubis).

Il fréquente ensuite la loge Humanidad du Rite National Espagnol dont le vénérable était Teder (Charles Détré 1855-1919), ainsi que le chapitre et temple E.N.R.I. du Rite Swedenborgien. Il assiste au Congrès spiritualiste et maçonnique de 1908 revêtu du cordon de Kadosh et devient 30-90° dans le Rite de Memphis Misraïm dont un souverain Grand Conseil a été créé en France par une patente signée de Theodor Reuss (1855-1923), Humanidad servant de loge mère.

Guénon se fâche très vite avec Papus et ses amis pour avoir tenté de recruter dans une autre loge martiniste les membres d'un Ordre du Temple Rénové créé par ses soins. Une polémique s'ensuit à laquelle participent les revues Hiram et L'Acacia: elle attire l'attention d'Oswald Wirth, le rénovateur du symbolisme maçonnique. Déjà intéressé par les articles de ce débutant dans La Gnose sur « Les hauts grades maçonniques », Wirth tente sans succès de "récupérer" les transfuges papusiens dans sa loge en 1911. Finalement, seul Guénon intègre Thébah 347, un atelier de la Grande Loge de France, au début de 1912, puis il donne l'année suivante un article dans Le Symbolisme. Il semble, néanmoins, avoir déserté assez vite, même s'il accorde une place très importante à la maçonnerie dans son ouvre écrite. Ses premiers livres sont publiés en 1921.

La crise du monde moderne (1927) dresse un bilan catastrophique pour l'Occident par l'affirmation que seules l'Église catholique dans le domaine exotérique religieux et la franc-maçonnerie dans celui de l'ésotérisme demeurent "traditionnelles". La continuité de la transmission initiatique garantit à celle-ci sa "régularité", laquelle va de pair avec une "orthodoxie" de son enseignement fondé sur les symboles de la construction, un des aspects fondamentaux de la "science sacrée". Il publie ainsi une série d'articles dans Le Voile d'lsis, une revue occultisante connue sous le nom d'Études traditionnelles à partir de 1936, et dans la revue catholique Regnabit sur ce symbolisme et l'usage qu'en avaient fait les corporations médiévales. L'Ésotérisme de Dante (1925) lui accorde une place particulièrement importante dans son argumentation ainsi qu'aux thèmes chevaleresques. L'ensemble des article de Guénon a été réuni dans une publication posthume intitulée Études sur la franc-maçonnerie et le compagnonnage (1964, 2 t.) qui est augmentée des comptes rendus d'ouvrages et de revues maçonniques tant français qu'anglais ou américains. Il s'est intéressé tout particulièrement à la question des Anciens.

Les lecteurs de Guénon qui le considèrent comme un guide spirituel ont éprouvé le souci de donner à son oeuvre un aboutissement dans leur vie en se tournant soit vers l'ésotérisme islamique, soit vers la maçonnerie comme prolongement d'une pratique religieuse juive ou chrétienne, encouragés par le maître qui entretenait depuis Le Caire (de 1930 à 1951) une abondante correspondance avec des maçons français et anglais (utilisant les formules conventionnelles entre "frères") portant sur des sujets parfois très techniques tels que les mots sacrés ou l'usage des invocations. La convergence de ces liens aboutit à la création, en 1946, de la loge "guénonienne" La Grande Triade, dépendant de la Grande Loge de France.

Cet atelier est suivi, après que des dissensions eurent gêné son développement, par d'autres tentatives comme Les Trois Anneaux (qui réunissent les religions du livre), au sein d'obédiences reconnues ou "sauvages" qui n'ont pas cessé depuis sa mort, y compris dans la maçonnerie féminine. Une influence diffuse s'est également répandue dans un grand nombre d'ateliers où l'on fait référence à ce maître de la "Tradition", même si l'interprétation en est aléatoire.

Le successeur de Wirth (membre de la Franc-maçonnerie) à la tête de la revue Le Symbolisme, Marius Lepage (Grand Orient de France, puis Loge Ambroise Paré au sein de la Grande Loge Nationale Française) est l'un des correspondants les plus importants de Guénon et il contribue largement à la diffusion des idées de ce dernier en raison du crédit dont jouit la revue, des orientations de celle-ci et de son rôle dans les tentatives de rapprochement entre l'église catholique et la maçonnerie.


J.-P. L.
http://www.fideliteprudence.ch/fm_celebre_g.htm


Par Savoisien le jeudi, octobre 20 2011



Je ne peux malheureusement pas mettre le lien vers cet article, celui-ci ayant disparu du blog début novembre 2011.
En effet, très peu de temps après la publication de ce texte, le blog du Savoisien est devenu inaccessible pendant un certain temps, à tel point que j'ai pensé qu'il avait été soit supprimé par son auteur, soit censuré.
Quand il a été à nouveau disponible, cet article, que j'avais heureusement sauvegardé avant, avait complètement disparu, même en cache !
De là à affirmer que son blog a été censuré à cause de cet article, ce serait un peu hâtif, mais cette hypothèse n'est pas à écarter, tant le rôle de Guénon pour introduire des innovations sataniques dans l'Islam et en faire la base de la religion mondiale du NWO, est important.
Par contre, l'article auquel il faisait suite - voir le titre -, je n'ai pas pu le retrouver.









Dernière édition par invitée le Dim 8 Juil 2012 - 10:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: ISLAM FONDAMENTALISTE, RELIGION MONDIALE UNIQUE DU NWO ? (suite)   Dim 1 Juil 2012 - 17:06

CHRISLAM






Les églises américaines devraient adopter le Chrislam





NTEB a beaucoup parlé de ce mouvement en pleine expansion: le Chrislam. Lancé par Rick Warren, de l'église de Saddleback, le mouvement s'est étendu de manière radicale et a contaminé aujourd'hui plusieurs centaines d'églises et de dénominations à travers les États-Unis. Un groupe appelé "Foi Partagée" est actuellement à la tête du mouvement visant à fusionner le Christianisme avec l'Islam, et attire au passage le jugement de Dieu sur nous en tant que nation. Ce qui suit vient directement de leur site:

    "Foi Partagée" demande aux maisons de culte à travers le pays d'organiser des événements où participeront des membres du clergé qui liront des passages dans les textes sacrés des religions des uns et des autres. Par exemple, un Pasteur Chrétien, un Rabbi Juif et un Imam Musulman participeraient à un culte d'adoration ou un autre événement. Les lectures proposées seront tirées de la Torah, des Évangiles et du Coran, mais les communautés sont encouragées à choisir des textes qui trouveront un écho dans leur congrégation. La participation des membres de la communauté Musulmane est la clef du projet. Nous fournirons également des suggestions sur la façon d'intégrer ce programme dans vos services réguliers. Et nous assisterons les assemblées locales dans leurs moyens et leurs efforts de communication.

    Bien qu'il soit fortement préférable que tous les événements aient lieu le même jour, un certain nombre d'assemblées ont tenu des cultes interconfessionnels en janvier et février, nous offrant de merveilleux exemples sur la manière dont des communautés peuvent se réunir pour s'encourager et partager un temps de fraternité. Nous publierons des photos, des extraits des programmes et des fichiers audios tirés de ces services.

    "Foi Partagée" recueillera des images et des vidéos de ces événements afin de les utiliser dans nos efforts pour diffuser ce message de respect et de compréhension venant de l'Amérique.

    Les tensions autour de l'Islam en Amérique ont éclaté à travers le pays au cours de l'année passée, aboutissant à des idées fausses, à de la méfiance et dans certains cas, à la violence. De nouvelles histoires abondent à propos de la vague de violence et de fanatisme anti-Musulman qui est en train de monter, histoires accompagnées de statistiques et d'images souvent brûlantes des adversaires, des protagonistes et des lieux où ils s'affrontent. Bien trop souvent, les médias présentent les choses de manière simpliste en mettant en opposition les Musulmans et les personnes qui aimeraient bien brûler le Coran. Ils ne montrent pas assez ce qui est en fait la position de la majorité des Américains: un engagement partagé en faveur de la tolérance et la liberté. Nous nous engageons pour que le scénario change de manière radicale en 2011 en aidant à créer un environnement de compréhension mutuelle et de respect des traditions de foi des uns et des autres.


Très astucieux ! Mélanger l'islam et le christianisme pour ne former qu'une seule religion ! Veillons pour voir si ce sujet prendra de l'ampleur ou si ce n'est que de la poudre aux yeux, car c'est encore assez discret comme information! En tout cas, prenons garde de point tomber !

Apres les puces implantables, voici la fusion des religions !





source:
cligno doré http://prophetie-biblique.com/forum-religion/propheties-fin-des-temps/chrislam-une-religion-pour-tous-t1848.html




À noter que le pasteur Rick Warren a été choisi par Obama pour dire la prière d'investiture lors de la cérémonie d'investiture présidentielle.
Obama qui, rappelons-le, ne sait même plus s'il est musulman ou chrétien.

étoile 1 http://transition888.heavenforum.org/t489-islam-fondamentaliste-religion-mondiale-unique-du-nwo - post du Mer 7 Juil 2010

Bon, il est évident qu'il n'est ni l'un ni l'autre, mais un suppot de Satan; il n'en reste pas moins qu'il est significatif que ce sataniste ait choisi le promoteur du "Chrislam" pour prononcer la prière lors de son investiture.











L’Église du Seigneur mondanisée de l’intérieur,
analyse des objectifs planétaires de Rick Warren





Vue l’influence qu’a Warren déjà présentement, et plus encore celle qu’il est appelé à avoir dans le futur sur le mouvement évangélique, également en France, il nous paraît important de faire meilleure connaissance avec l’homme, autant à propos des concepts qui guident son action que de ses méthodes de travail et des objectifs qu’il vise pour le futur. Son rôle dans l’égarement des Églises est, et va être, un des plus importants. Le présent article est essentiellement tiré du livre de Rudolf Ebertshaüser, Croissance des églises ou séduction des églises (1).



1. Concepts qui guident son action

Le plan de “campagne” de Rick Warren est déployé selon une nouvelle stratégie qui consiste à faire croître les églises en nombre et en taille en les adaptant à l’esprit du monde. Ebertshäuser observe que: « Le résultat final n’est pas un monde qui conduit à Christ pour le salut des perdus (bien que, exceptionnellement, cela puisse se produire), mais l’Église du Seigneur est mondanisée, corrompue et détruite de l’intérieur. (2)Le saint temple de Dieu est profané par des accommodations ciblées: musiques pop et rock, théâtre mondain et autre style de vie du monde. (3) » (pp.31s) (4)

Les livres de Warren ne contiennent pas ouvertement et massivement de fausses doctrines. En “évangélique” averti, il sait comment il faut dire les choses pour ne pas susciter la méfiance auprès de ses lecteurs croyants. Cependant, en de nombreux points, il avance des idées portant la marque de faux enseignements. Par exemple, d’anciens adeptes du Nouvel-Âge devenus chrétiens nous ont rendus attentifs au fait que Warren adopte des concepts de ce mouvement et cite des personnes qui en font partie (p71s).

Cet esprit du Nouvel-Âge transparaît dans sa campagne "40 jours pour découvrir l’essentiel": le concept-clé de “voyage spirituel” qui la sous-tend est très utilisé dans le langage du Nouvel-Âge. Il traduit le processus de changement qui conduit à un nouvel état de conscience. Sans le faire ouvertement, Warren invite ses lecteurs à le prendre, lui, comme guide spirituel dans ce “voyage” qu’il a préparé avec soin, pour que, tout au long de ces 40 jours, le lecteur reçoive une “nouvelle perspective” pour sa vie. Cela apparaît plus clairement lorsqu’on lit, à la fin de l’introduction du livre, que le lecteur signe son engagement avec Warren à passer les 40 jours en sa compagnie. Ce faisant, le lecteur se place, en quelque sorte, sous le contrôle de son “mentor” (5) (p.39).

Formé à l’école de Robert Schuller, un charismatique extrême, Warren a lui-même enseigné à l’école de ce dernier. Dès 1974, il a été marqué par le livre de Schuller Votre église a un avenir fantastique (6). Selon le témoignage de sa propre épouse, il a été profondément influencé par Schuller, et ce malgré ses prises de distance à partir de 1998. Cette attitude s’explique par le fait que la proximité avec ce charismatique lui portait préjudice auprès des évangéliques conservateurs. Cependant, il maintient les principes d’action de son mentor, l’un des plus fondamentaux étant: « Une église devrait veiller à pourvoir aux besoins de la population environnante. » Et, dans son livre Une vie, une passion, une destinée, Warren a repris la “pensée positive” de Schuller sur l’importance qu’il y a à cultiver l’estime de soi. Cela apparaît encore plus nettement dans un article qu’il a écrit pour un journal féminin profane [Ladies Home Journal, mars 2005], dans lequel on lit, entre autres: « Apprenez à vous aimer vous-mêmes ! Votre estime de vous-mêmes [self-esteem] est-elle toujours encore aussi peu solide après tant d’années ?… Occupez-vous de vous-mêmes… Dieu nous accepte sans conditions, et, à ses yeux, nous sommes précieux et d’un prix inestimable …. Croyez en vous-mêmes… » (pp.77ss).

Son plan de travail consiste aussi à établir une passerelle remarquablement dangereuse vers l’unité mondiale des religions en faisant appel à la mystique (7) “chrétienne”. C’est ainsi qu’il recommande les enseignements de frère Laurence, un moine catholique, auteur du livre La présence de Dieu [livre également recommandé par Bill Hybels]. De plus, il encourage à entretenir [et à ressentir] la présence de Dieu par des prières “au rythme de la respiration” (8). De fait, il s’agit de techniques de méditation païennes dans lesquelles des phrases sont reprises à la manière de mantras. Bien d’autres mystiques sont également citées (9) (pp.73s).



2. Méthodes de travail

Une évaluation de son livre Une vie, une passion, une destinée, nous fait dire qu’il ne transmet pas un enseignement biblique sur l’Évangile ni sur la vie chrétienne; il s’agit plutôt d’une manipulation difficile à déceler qui induit en erreur. Ses cinq principes (10) sont un raccourci et une falsification de la vérité biblique qui détourne le croyant de la véritable nature de la vie de disciple. La simple obéissance à la Parole de Dieu, et la constante dépendance de Dieu sous la conduite du Saint-Esprit, sont détournées au profit d’une indépendance par rapport à Christ, et au profit d’une manipulation de la part du chargé d’âmes. Rappelons que, le plus souvent, les nombreuses citations bibliques ne sont pas clairement en rapport avec les assertions de Warren, surtout lorsqu’on les compare à des traductions bibliques fiables (11) (pp.67s).

L’étude des deux livres de Rick Warren (le 2e étant L’Église : une passion, une vision) amène Ebertshaüser à ce constat: « L’enseignement de ces livres n’est pas celui, sain et pur, des Ecritures, mais un mélange séducteur de vérités, demi-vérités et fausses doctrines. Il ne s’agit pas de juger les motifs qui animent Warren. On peut subjectivement croire servir Dieu, tout en étant dans l’erreur et en induisant d’autres en erreur. Ici, certains faits doivent être placés côte à côte pour montrer que Rick Warren n’est pas un serviteur de Dieu fidèle selon les critères bibliques. » (p.77)
Rappelons l’avertissement de S.Hatzakortzian: « Il y a là un nouveau phénomène spirituel qui peut, dans quelques années, changer radicalement le sens biblique de la prédication de la croix si rien n’est fait pour contrecarrer cette déviation doctrinale. » [ DÉFENDRE LA FOI, la vocation de tout disciple de Jésus-Christ (12) ]

Warren reconnaît avoir été conseillé durant une vingtaine d’années par un autre mentor, Peter Drucker. Tout en se disant chrétien, celui-ci ne représentait pas un christianisme biblique. Son travail consistait à mettre en œuvre des concepts permettant de développer des organisations séculières. Pour ce faire, il s’appuyait essentiellement sur des concepts purement humains, ainsi que sur des notions bouddhistes-zen et confucianistes, espérant l’avènement d’un “nouvel âge” pour le monde. Pour ce faire, il voulait améliorer le système non seulement économique, mais également les secteurs politiques et sociaux en attribuant un rôle particulier aux églises. (p.81)

Depuis quelques années, Ken Blanchard est un troisième guide pour Warren. Expert en gestion, il se déclare chrétien “né de nouveau”, mais cela ne l’empêche pas de recommander des livres à contenu occulte et ésotérique. Il cherche son inspiration auprès des grands prophètes tels que: Bouddha, Mahomet… Yogananda et le Dalaï-Lama. En 2005, Warren demanda à Blanchard de l’assister dans la mise en place de son plan “PEACE” (13).

Les méthodes de travail de Warren sont caractérisées par son ouverture à l’œcuménisme et ses dispositions à travailler avec toutes sortes de mouvements qui portent la marque de la séduction annoncée pour les temps de la fin. Ce qui reste discret dans ses livres apparaît ouvertement dans ses interviews. Il a été orateur à la journée de prière universelle organisée par des charismatiques extrêmes, à Dallas en 2005, comme également lors des festivités à l’occasion du 100ème anniversaire du mouvement de la Pentecôte, à Los Angeles, en avril 2006, aux côtés de Benny Hinn, D. Yonggi Cho, K. Copeland. John Wimber et Peter Wagner (14). Ces personnalités font aussi partie du nombre de ses collaborateurs.

Est particulièrement significatif, le rejet de Warren des chrétiens attachés aux Écritures (les fondamentalistes (15) ). Tout en se comptant parmi les “évangéliques”, il trouve ces derniers très légalistes et étroits, et il n’hésite pas à les comparer aux fondamentalistes musulmans. Dans une interview au Philadelphia Inquirer, le 8 janvier 2006, il prédit: « Le fondamentalisme, sous toutes ses formes, sera l’un des grands ennemis du 21e siècle, qu’il s’agisse du fondamentalisme musulman, du fondamentalisme chrétien, du fondamentalisme juif ou du fondamentalisme séculier; ils sont tous animés par la peur de l’autre. » Par une telle déclaration, Warren se place sur le front de ceux qui, dans le monde, combattent le christianisme authentique ! (p.84)

Bien entendu, il prône la collaboration avec l’Église Catholique. Lors de la Hope and Future Conference (Conférence Espoir et Avenir), le 25 novembre 2005, il déclare dans une interview: « Je ne partage pas tout ce que font les catholiques et les pentecôtistes, mais ce qui nous unit est tellement plus fort que ce qui nous sépare …. Je m’applique à établir des ponts avec l’Église Orthodoxe, avec l’Église Catholique, avec l’Église Anglicane, et je dis : “Que pouvons-nous faire ensemble que nous ne pourrions pas faire tout seuls ?” » (p.85)

Warren est aussi prêt à se mélanger avec d’autres religions: « Il y a de la vérité dans toute religion… Mais je crois simplement qu’il n’y a qu’un seul sauveur. Nous pouvons aussi apprendre des vérités d’autres religions… J’ai appris beaucoup de vérités de diverses religions; car elles ont toutes une part de vérité. » Et, lors d’une fête des idées, le 06 juillet 2005, il déclare: « Je connais des gens qui sont disciples de Christ dans d’autres religions. » Il n’est pas surprenant qu’il reçoive des échos favorables d’adeptes d’autres religions (musulmans, bouddhistes…) sur son livre Une vie, une passion, une destinée.(p.86)

Ici encore, rappelons que la théologie de cet homme et de ses livres s’est infiltrée dans presque toutes les dénominations chrétiennes. Ses ouvrages se trouvent dans des hôpitaux, des centres commerciaux, et même dans l’armée. Il a été nommé en 2002 “le pasteur le plus influent des USA” par le magazine chrétien Christianity Today. (cf. LBN 3/2007). Selon le Time, il a été l’un des 15 leaders mondiaux les plus significatifs en 2004, et l’un des 25 meilleurs leaders américains (p.87)



3. Objectifs visés

Déjà dans son livre Une vie, une passion, une destinée (16), l’objectif de Warren était: « Un projet pour la vie chrétienne du 21e siècle – un style de vie basé, non sur des valeurs culturelles, mais sur les dispositions divines éternelles » (p.37). Cependant, ses ambitions vont bien au-delà, elles sont planétaires. Il emploie toute son énergie pour viser une “Nouvelle Réformation” dans le christianisme, qui doit être globale. Son influence s’étend sur des centaines de milliers de conducteurs spirituels dans le monde entier. Il compte mobiliser, pour le royaume de Dieu, une armée d’un milliard de “fantassins” (17), en vue de réaliser son PEACE-plan (18) (plan de Paix), d’ici 2020, l’objectif étant de vaincre les cinq géants que sont les “plaies planétaires”: le vide spirituel, l’égoïsme, la pauvreté, les maladies (en particulier le sida) et l’analphabétisme (pp.87s). Mais quel “vide spirituel” (un euphémisme pour une notion totalement inconnue dans la Bible) pourrait être comblé par cette masse de “fantassins” qui va jusqu’à inclure des musulmans dans son projet ?

Annonçant son plan, le 17 avril 2005, il déclare, devant la foule rassemblée: « Dieu va vous employer pour transformer le monde ! » Hélas, ses méthodes sont anti-bibliques. Déformant l’esprit de la parole de Jésus dans Luc 10.5-6, il recommande de faire appel à toute bonne volonté influente, d’un lieu donné, chrétienne ou non, pour atteindre ce but. (19)
Déjà dans L’Église : une passion, une vision, Warren désigne des pasteurs (reconnus par les autorités locales) « stratégiquement les plus capables d’apporter des changements [“change agent”] dans les problèmes de société. » Dans une lettre accompagnant son PEACE-plan, il écrit: « Nous projetons d’exploiter l’attention suscitée par "Une vie, une passion, une destinée", pour mettre en œuvre, dans l’Église, une toute nouvelle manière de penser et d’agir par rapport à notre responsabilité dans le monde. » (20) (p.90, note 33)

Sa stratégie est déjà bien en place. Selon ses propres sources (21), il a enseigné plus de 400 000 pasteurs, responsables d’églises et collaborateurs, de plus de 125 pays, par le moyen de séminaires pour la croissance de l’Église, et un bien plus grand nombre encore par ses livres et vidéos. Son influence s’étend sur de nombreuses dénominations. Plus de 157 000 pasteurs reçoivent sa lettre hebdomadaire de nouvelles par Internet.
En fait, sa méga mobilisation sera l’un des pas déterminants dans l’établissement de la grande union antichrétienne mondiale des Églises. (p.89). C’est là que l’on se pose des questions sur l’objectif final du plan de Rick Warren.



4. Au-delà de l’immédiatement perceptible…

Le PEACE-plan n’induit pas seulement les chrétiens en erreur: il les entraîne aussi dans une collaboration totalement anti-biblique – avec des entreprises séculières et gouvernementales –, au sein de laquelle la vraie évangélisation sera obligatoirement laissée de côté. Bien plus, les chrétiens seront, à leur insu, rattachés aux projets de changements dans le monde établis par les Nations Unies en vue d’instaurer le “Nouvel ordre mondial”, sous l’égide d’un gouvernement mondial. Et là il s’agit très clairement de pas conduisant au règne de l’Antéchrist ! (p.90)
Son initiative est presque couverte par les objectifs de l’ONU pour le nouveau millénaire (22). Elle s’oriente comme le “Défi Michée” (23), lancé par ses collègues néo-évangéliques de l’Alliance Evangélique Mondiale. Plus préoccupantes encore apparaissent les ambitions de Warren, qui a lui-même reconnu récemment qu’il est membre du Conseil des Relations Étrangères (24), qui travaille, lui aussi, à l’établissement du “Nouvel-ordre mondial” et d’un gouvernement mondial. Il est impensable qu’un chrétien soit appelé à faire partie de ce conseil des ténèbres (cf. Ps 1.1 et 2.1-3) !

Le concept de “Nouvelle Réformation”, annoncée en grande pompe par Rick Warren, n’est pas nouveau. Déjà R. Schuller avait parlé d’une telle “Réformation” qui, en fait, n’était qu’une apostasie par rapport au christianisme biblique. Celle annoncée par P. Wagner, et qu’il qualifiait d’apostolique, devait attirer les chrétiens dans les eaux troubles des fausses doctrines d’un charismatisme radical. Toutes ces réformes ne conduisent pas à un rétablissement du christianisme biblique, mais plutôt à sa dégénérescence vers une foi mondaine, antichrétienne, une “transformation” (25) de l’église dans la direction de l’esprit du Nouvel-Age. La voie s’ouvre toujours plus clairement vers la fausse Église mondiale qu’est Babylone, la prostituée de l’Apocalypse (cf. Ap 17.3-5). (p.91)

Il est significatif que dans son livre L’Église : une passion, une vision, Warren donne des indications aux pasteurs en vue de “transformer” leurs églises pour qu’elles adoptent des principes de croissance du monde dont l’efficacité doit être contrôlée et sans cesse optimisée. Il préconise la mise en place d’un système permettant le suivi de chaque membre. Celui-ci s’engage à respecter le “règlement” de son église, à défaut de quoi il est exclu de son sein. L’exercice d’une telle pression par l’église n’est pas biblique. Le pasteur occupe la position du “patron” dont tout dépend ! (pp.96s)



5. Une autre voie

Des foules de chrétiens, bibliquement bien fondés, sont concernées par les progrès du mouvement de Rick Warren. Ils ne sont plus encouragés à porter l’opprobre de Christ, mais à plaire au monde. Pourtant, seule une marche fidèle sur les traces du Maître aura Son approbation au Jour où ils devront Lui rendre des comptes.

Puissions-nous ne jamais oublier la parole que Jésus a adressée à ses disciples: « Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il se charge de sa croix, et qu’il me suive. Car celui qui voudra sauver sa vie la perdra, mais celui qui la perdra à cause de moi la trouvera. Et que servirait-il à un homme de gagner tout le monde, s’il perdait son âme ? » (Mt 16.24-26a). « Marcher en nouveauté de vie », selon Romains 6.4, nous conduit à ne pas nous laisser entraîner par les sirènes du monde, fût-il religieux. Aujourd’hui, il nous faut être d’autant plus vigilants que les plus grandes tentations auxquelles nous sommes soumis, en tant qu’enfants de Dieu, viennent du monde qui a « les apparences de la foi chrétienne », mais ce ne sont que des apparences ! À nous d’exercer notre discernement avec les yeux de la seule foi qui ait été transmise aux saints une fois pour toutes !

La victoire est possible. Avec les armes spirituelles, Dieu nous garantit d’être en mesure d’éteindre tous les traits enflammés du Malin (cf. Ep 6.6-17).
Quant à ce que doit être notre attitude face aux infidèles, ne nous associons pas avec eux (cf. 2Co 6.14ss). Et si nous étions encore associés avec eux, Dieu nous dit: “Sortez du milieu d’elle, mon peuple, afin que vous ne participiez point à ses péchés, et que vous n’ayez point de part à ses fléaux.” (cf. Ap 18.1 à 4)
N’est-ce pas à ceux qui se sanctifient, et qui se laissent sanctifier par la Parole de Dieu, que les plus précieuses promesses sont faites ? !


Eric Ropp




Notes

(1) Titre et références en allemand: Gemeindewachstum oder Gemeindeverführung ? ‘Leben mit Vision’, ‘Willow Creek’ und was dahinter steckt, Rudolf Ebertshäuser, CLKV 2007 ; diffusé par CLKV, Sanddornweg 1, CH-3613 Steffisburg kontakt@clkv.ch.

(2) Rappelons l’objectif du Seigneur pour Son Église: Ja 1.27; Ep 5.25-27; 1Pi 2.4-5.

(3) Là encore, Jacques est très clair: « Adultères que vous êtes ! Ne savez-vous pas que l’amour du monde est inimitié contre Dieu ? Celui donc qui veut être ami du monde se rend ennemi de Dieu.” (4, v.4)

(4) Les références de pages correspondent au livre de Rudolf Ebertshaüser.

(5) Le terme anglais utilisé est “covenant” = “contrat”, ce qui fait ressortir encore plus le caractère fort de l’engagement. Warren relève que la vie des grands hommes de la Bible a été marquée par des périodes de 40 jours…

(6) Your Church Has Real Possibilities, dont le titre, dans une nouvelle édition, est devenu Your Church Has a Fantastic Future.

(7) Forme de religiosité particulière qui conduit l’homme à atteindre une union personnelle avec Dieu en s’offrant à Lui et en se “fondant” en Lui (définition d’Ebertshaüser).

(8) Atemgebete. Courtes formules de prières inaudibles au rythme de la respiration. Par exemple : « Tu es avec moi ! », ou « J’accueille ta grâce ! »

(9) Entre autres: Henri Nouwen (qui croyait à l’existence de différents chemins vers Dieu, y compris des mystiques païennes), St Jean de la Croix, Madame Guyon, Mère Teresa…

(10) Rappelons-les ici. Vous avez été créés: 1. pour le plaisir de Dieu; 2. pour faire partie de la famille de Dieu; 3. pour devenir comme Christ; 4. pour servir Dieu ; 5. pour accomplir une mission.

(11) Sa traduction préférée, The Message, de E.H.Peterson, n’est pas vraiment une traduction. Exemple, sa citation de Romains 12.3: « La seule manière fiable de nous comprendre nous-mêmes, c’est au travers de ce que Dieu est, et au travers de ce qu’il fait pour nous. » Tandis que la “Segond” traduit: « Par la grâce qui m’a été donnée, je dis à chacun de vous de n’avoir pas de lui-même une trop haute opinion, mais de revêtir des sentiments modestes, selon la mesure de foi que Dieu a départie à chacun. »

(12)- Éditions Compassion, 65 Chemin des Acacias, F-73190 Saint-Baldoph; site Internet: www.compassion-France.com ; e-mail: info@compassion-France.com

(13) Voir au chapitre suivant.

(14) Cf. le livre La Troisième Vague, de W. Bühne, (CLV, Maison de la Bible). Warren a obtenu son doctorat au séminaire Fuller, sous la direction de P. Wagner.

(15) C’est-à-dire ceux qui sont fermement attachés aux vérités de la foi chrétienne et la défense des Écritures.

(16) The Purpose-Driven life, qui peut aussi être traduit: Une vie motivée (ou orientée) par un objectif.

(17) Ce qui implique la participation de chrétiens de nom, pour la plupart: catholiques romains et orthodoxes, protestants…

(18) P = Plant new churches (implanter de nouvelles églises); E = Equip leaders (former des leaders); A = Assit the poor (aider les pauvres); C = Care for the sick (soigner les malades); E = Educate the next generation (former la nouvelle génération).

(19- Il s’agit là d’un détournement (falsification) du rôle du chrétien “sel de la terre”, qui devient une force qui transforme le monde. C’est la fausse doctrine du “dominium” qui enseigne que l’Église est appelée à préparer un monde christianisé (avec le pouvoir de dominer sur lui) pour le retour de Christ. (p.34)

(20) Cité de ‘A global Peace Plan’, sur : letusreason.org.

(21) Les chiffres indiqués ici sont plus élevés que ceux publiés dans La Bonne Nouvelle, 3/2007, dans l’article de S. Hatzakortzian, p.861.

(22) Lors d’un congrès pour la paix dans le monde (World Peace Summit) à New-York, le 28/08/2000 – avec la participation de divers leaders de religions mondiales apportant leur soutien aux projets de l’ONU pour le 3e millénaire –, a été signé un engagement à se respecter mutuellement dans les différences culturelles et religieuses de la grande famille humaine de la terre. L’élimination de la faim et de la pauvreté dans le monde doit aussi être recherchée …. Ainsi, le PEACE-plan de Rick Warren cadre tout à fait avec ce projet…

(23) Christianisme Aujourd’hui (sept. 2007) nous apprend que: « Le Secrétaire Général de l’ONU, Ban Ki Moon, a annoncé sa participation au repas du “Global Leaders Forum” du 11octobre 2007 à Washington, organisé par le Défi Michée et la National Association of Evangelicals (NAE). »
Le Défi Michée est une initiative de l’Alliance Evangélique Mondiale et d’un Réseau d’œuvres chrétiennes impliquées dans des actions de secours d’urgence, de développement et de plaidoyer. Il a été lancé en France par le S.E.L. et l’Alliance Evangélique Française (cf. : www.defimichee.fr/spip.php?article11 et reseaumichee.org).





source:
cligno doré http://www.blogdei.com/3146/l-eglise-du-seigneur-mondanisee-de-l-interieur-analyse-des-objectifs-planetaires-de-rick-warren




















Chrislam - "Abomination et Désolation"




Introduction: Je ne suis pas du tout d'accord avec certaines positions théologiques exposées par Maria Leroux (retour de Jésus en chair et en os, notion de "Dieu d'Israël", références au "dieu" de l'Ancien Testament et à Abraham, dénigrement de l'Islam, citations de "saint" Paul,...). Manifestement, elle n'a pas compris que tous les courants religieux ont été corrompus et qu'elle aussi est victime de la tromperie généralisée. Toutefois, elle y dit tellement de choses justes et d'infos passionnantes - dont plusieurs que j'ignorais totalement - comme ce qui concerne le World Council of Churches, ou WCC, [Conseil Oecuménique des Églises, ou COE, en français], le rôle des Néphilim,... que ces vidéos sont incontournables.

Je n'ai pas posté la première vidéo de la série car elle y tient des propos que je ne peux cautionner. En effet, bien que le catholicisme et l'islam aient subi des distorsions afin de préparer l'avènement de l'antichrist, on ne peut les résumer au culte de Lucifer pour l'un et au culte de la lune pour l'autre, en leur opposant le "véritable christianisme" que serait le protestantisme, selon elle. Car le protestantisme a lui aussi subi des distortions dans le but de préparer l'avènement de l'antichrist, et elle-même, en parlant du retour de Jésus et du "messie d'Israël" - qui n'a rien de divin: ISis-/Marduk-EL/Enlil - est victime de la propagande satanique.
Je ne remets pas en doute la sincérité et l'engagement de cette femme, mais il est plus facile de remettre en cause les autres croyances que les siennes, et elle aussi tombe dans ce travers trop répandu.

Pour conclure cette introduction, voici ces paroles de Don Bradley:

Et pour le Plus Grand

Est-ce que l'étiquette est importante ?

Allah ?
Yahweh ?
Christ ?
Saint Esprit ?
Jehovah ?

D I E U ?

Pas le moins du monde. La mesure, la pureté, et l'inclusivité du cœur est tout ce qui importe au Plus Grand, et…

… au royaume angélique.

Les étiquettes sont des pièges. Sont des illusions et des trappes sur le chemin de la sagesse et de l'amour.



Enseignements du Monde

La belle chose est que, vous pouvez trouver plein de bons conseils, de sagesse solide, et d'enseignements profonds dans la plupart des diverses religions de la terre.

La Bible - Le sermon sur la montagne.
Le Bhagavad Gita - conversation entre Arjuna et Krishna, compréhension de haut niveau du non-être.
Livre Égyptien des Morts - compréhension du mal sur le plan astral.
La Torah - la relation interne entre l'homme et Dieu.
Le Koran - même chose que le dernier, et la droiture des relations.
Le Tao - la compréhension des saisons, des temps, et du destin.
Etc.

Elles ont toutes quelque chose. Vous devez simplement voir à travers la manipulation et les distorsions mises en place par les forces de l'ombre. Pensiez-vous qu'ils n'avaient bidouillé que dans la Bible? Sûrement pas.

C'est comme la politique l'ami. Ils contrôlent les DEUX candidats, pour que peu importe qui gagne, EUX AUSSI.

Eh bien, c'est la même chose dans les religions du monde. Ils ont mis le doigt dans toutes les tartes qu'ils ont pu trouver, afin de pouvoir contrôler qui que ce soit qui répondrait à leurs cultures par l'Esprit de l'Amour. Que vous soyez au Bangladesh, ou en Inde, ou en Chine, ou en Palestine, ou en amérique, "ils" sont là, pour piéger les bonnes âmes avec leurs déformations.

En résumé, trouvez l'Esprit de l'Amour dans n'importe laquelle de ces idéologies culturelles et réagissez-y et laissez tomber le reste. Vous pouvez trouver Dieu dans tous ces livres, si vous les lisez avec les yeux du cœur.

« Coupez en deux une pièce de bois et vous me trouverez. Cassez une pierre en deux, et JE SUIS LÀ. »

Pigé?



Don Bradley

étoile 1 http://transition888.heavenforum.org/t300-textes-extraits-du-blog-de-cbswork-don-bradley
étoile 1 http://transition888.heavenforum.org/t350-textes-extraits-du-blog-de-cbswork-suite-don-bradley






PARTIE 2/5


PARTIE 3/5


PARTIE 4/5


PARTIE 5/5





Vidéo 2/5:

01:42 : l'auteure nous parle d'une réunion à Londres - yucca khilafah conference - sous l'égide du parti islamiste Hizb ut-Tahrir. Quand on cherche des infos sur ce groupe, on apprend que c'est un groupe islamiste, issu des Frères Musulmans, dont le programme est la création d'un califat islamique mondial.
flèche http://fr.wikipedia.org/wiki/Hizb_ut-Tahrir

Mais on apprend aussi que la CIA et le M16 sont derrière - comme pour les Frères Musulmans.
flèche http://pakobserver.net/detailnews.asp?id=99239
flèche http://pakconnects.blogspot.fr/2011/08/cia-mi6-backed-hizbul-tahrir-under.html

Ce groupe est à l'origine des manifestations contre les caricatures de Mohamed et soutient l'"insurrection contre le régime de Bassad" en Syrie ("insurrection" soutenue par des gouvernements occidentaux):
flèche http://www.hizb-ut-tahrir.info/info/english.php/contents_en/entry_17174

Rien de surprenant, quand on observe ce qui se passe en ce moment en Afrique et au Moyen-Orient, où des "islamistes" prennent petit à petit le pouvoir, soutenus par des gouvernements occidentaux.
étoile 1 http://transition888.heavenforum.org/t590-revolutions-colorees-au-maghreb-en-vue-d-un-califat-illuminati

02:26 : L'invasion de l'Occident prédite par Maria est bien au programme et est symbolisée sur les fresques de Denver et la publicité chinoise pour l'Euro 2012.
étoile 1 http://transition888.heavenforum.org/t655-laeroport-international-de-denver-et-ses-fresques
étoile 1 http://transition888.heavenforum.org/t774-etrange-publicite-chinoise-pour-l-euro-2012



Tortures, viols, etc seront en effet massivement pratiqués, comme au Rwanda.
À mon avis, ils auront la consigne de tuer tous les "mâles" et les femmes non vierges et de ne garder en vie que des fillettes, comme décrit dans l'Ancien-Testament (écrits sumériens dont le "dieu" n'est pas celui qui a envoyé Jeshua):
Nb 31:17- Tuez donc tous les enfants mâles. Tuez aussi toutes les femmes qui ont connu un homme en partageant sa couche.
Nb 31:18- Ne laissez la vie qu'aux petites filles qui n'ont pas partagé la couche d'un homme, et qu'elles soient à vous.


...vous voyez, mes amis, les plans des Illuminati sont de prendre ce pays et de le changer en une terre de désolation fumante. En premier, avec une loi martiale toute locale, ensuite avec une invasion étrangère, transformant nos zones urbaines en un vaste champ de bataille jonché de corps. - Don Bradley

11:25 : Il est exact que tout ce discours sur le dialogue inter-religieux pour préserver la paix mondiale - bien qu'il ait une apparence tout à fait louable - n'est qu'un pas vers la religion mondiale unique obligatoire qui mènera à la persécution de ceux qui la refuseront.

12:50 : La notion d'islamophobie a bien l'objectif de faire taire toute critique contre l'Islam, et, par extention, contre l'islamisme soutenu par les satanistes - et d'introduire la notion de blasphème qui sera considéré comme un crime. La comparaison avec l'Inquisition est tout à fait pertinente, et la Charia prônée par les islamistes est bien l'équivalent de l'Inquisition.


Vidéo 3/5:

Elle reproche à juste titre le silence général des responsables religieux sur cette histoire de Chrislam; ils sont manifestement tous complices.
On peut y ajouter les leader du conspirationnisme. Comment se fait-il que non seulement ils n'aient pas soulevé ce lièvre, mais que leurs discours prônent l'union des catholiques avec les musulmans pour soi-disant lutter contre le NWO (Soral, LLP, les responsables de LIESI,...), tout en soutenant Ahmadinejad, franc-maçon, qui promeut le califat mondial ?


Vidéo 4/5:

01:48 : Je ne connais pas ces maximes des Jésuites dont elle parle - j'essaierai de les trouver - mais il y a ici plusieurs artiles sur cette confrérie satanique et le véritable visage du Vatican.
étoile 1 http://transition888.heavenforum.org/t417-les-jesuites-joel-labruyere
étoile 1 http://transition888.heavenforum.org/t457-vatican-illuminati-reptiliens-jordan-maxwell
étoile 1 http://transition888.heavenforum.org/t471-les-illuminati-et-le-vatican


03:35 : "Tous les protestants sont des hérétiques". C'est exactement ce que clame LLP ( "le libre penseur", un des leader de la mouvance conspirationniste) dans une de ses dernières vidéos ! Je n'arrive pas à remettre la main dessus, mais force est de constater qu'une fois de plus, un leader de la mouvance conspirationniste diffuse des idées qui suivent exactement le discours des satanistes.




Dernière édition par invitée le Ven 5 Oct 2012 - 15:04, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: ISLAM FONDAMENTALISTE, RELIGION MONDIALE UNIQUE DU NWO ? (suite)   Dim 8 Juil 2012 - 9:55

Chrislam (suite)





Je placerai ces éléments dans le post précédent, à la suite des autres, s'il reste de la place; mais je préfère les mettre provisoirement dans un nouveau message parce que d'une part, je n'ai pas terminé le post précédent et d'autre part pour qu'ils soient signalés pour ceux qui suivent régulièrement ce forum.




Vidéo de promotion du Chrislam



Donc, parmi les promoteurs du Chrislam, on peut trouver:
Bref, rien que du beau monde pour promouvoir le Chrislam !

À noter que cette vidéo parle également du retour du Christ et de l'enlèvement des chrétiens.
étoile 1 http://transition888.heavenforum.org/t433-les-propheties-ecrites-pour-l-avenement-de-la-bete










Chrislam: Comment les missionnaires font la promotion d'un Évangile islamisé




Are there missionaries who promote converts from Islam remaining in Islam? Is Islam the primary identity for a new believer and how does this identity interface with one's deliverance from a false religion? Which rituals and phenomena of Islam may be given new meaning by converts? Is the Gospel of Jesus being Islamized by Western missionaries? This anthology of twenty-five essays approaches the various questions of the "insider movements" that are being raised within the mission community. Offering not only a critique of the problematic issues of IM and it's proponents, Chrislam also provides a necessary corrective in the areas of theology, exegesis, translation, missiology and a theology of religions. The authors include converts from Islam, practicing missionaries, pastors, missiologists, Bible translators, professors of Islamic studies, biblical studies, and systematic theology. This multi-faceted approach to a serious problem in missions is a much needed manual for the church as she thinks through the ramifications of supporting "insiders" and the proponents of IM.


« The emotional line between cultural sensitivity and syncretism is thin, but the theological line between them is great. One (cultural sensitivity) is important to maintain, the other (syncretism) is crucial to avoid. This study of insider movements will help you assess what is going on, and help you begin to see the crucial difference. It is well worth the time because it is a timely, insightful book on a important topic. » – Darrell L. Bock, Research Professor of New Testament Studies, Dallas Theological Seminary.

« The critical question concerning the so-called insider approach to missions is not the pragmatic question of what works but the theological question of what is essential to the New Testament Gospel. » – William Lane Craig, Research Professor of Philosophy, Talbot School of Theology.

« The insider movement does not produce disciples of Jesus Christ but spiritual schizophrenics. The Insider Movement is not inside Islam and is not inside the Gospel. It is, in fact, more an Islamic movement than Christian. It is another form of Islam. It is a perversion and disservice to Christ. Those who have the interest of Muslims at heart should read this book again and again. » – Moses Gbenu, President, Ministry of Eternal Affairs, Nigeria




source:
cligno doré http://www.i2ministries.org/index.php?option=com_content&view=article&id=113:book-chrislam&catid=26:books-category








Dernière édition par invitée le Ven 5 Oct 2012 - 15:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: ISLAM FONDAMENTALISTE, RELIGION MONDIALE UNIQUE DU NWO ? (suite)   Sam 21 Juil 2012 - 18:45

Sur le XI° de l'OTO






Notes du traducteur/Lexique: À l’origine est le mot arabe Khalifa (ou Khalipha), désignant le successeur du prophète Mahomet. Sa romanisation est le terme ″Calife″. En anglais, cela nous donne ″Caliph″. Dans son exposé, Graeb a choisi l’utilisation du terme arabe ″Khalifa″ et du terme roman ″Calife″, afin de désigner les successeurs de Mahomet selon les deux traditions qui s’opposent quant à l’héritage du prophète: la tradition sunnite et la tradition chiite. Les Sunnites affirment qu’avec la mort de Mahomet, il ne peut y avoir de successeur spirituel, et donc, par conséquent, il ne peut y avoir que le successeur temporel de ce dernier. Celui-ci est désigné dans l’exposé sous le terme de ″Calife″. Les Chiites, eux, affirment qu’existe bel et bien un successeur spirituel de Mahomet, lequel ne peut, contrairement à la tradition sunnite, être élu démocratiquement, vu qu’il représente le pouvoir spirituel. Celui-ci est désigné dans l’exposé sous le terme de ″Khalifa″. Il est aussi connu sous le nom d’ ″Imam″ au sein de la communauté chiite. Graeb, évoquant les relations terminologiques de l’OTO avec l’islam, suggère que le doyen du IX° degré remplit en fait les fonctions de Calife, c'est-à-dire un rôle temporel d’organisation exotérique, tandis que le doyen du XI° degré, quant à lui, répondrait au besoin ésotérique en remplissant le rôle de guide spirituel, et donc de Khalifa.



CALIFE OU KHALIFA ?

Fais ce que tu veux sera le tout de la Loi.


Lors d’emails antérieurs, nous avons débattu de la notion de "Calife" ou "Khalifa". L’importance des points soulevés fait qu’ils ont besoin d’être présentés à nouveau, cette fois-ci avec une attention particulière portée sur les annotations "érudites", pour ceux qui ne seraient pas familiers avec certains des termes employés dans le texte.

Le terme "Calife" est la traduction latine du terme, tandis que "Khalifa" ou "Khalipha" est une translittération de l’arabe lui-même. En général, le terme signifie "successeur" et peut se référer soit à un successeur temporel, soit à un successeur spirituel. Il fait la plupart du temps référence à un successeur temporel (i. e. pouvoir temporel) dans la tradition Sunnite de l’Islam, alors qu’il représente de préférence le successeur spirituel dans la tradition chiite de l’Islam.

L’email précédant suggérait que la dichotomie entre le point de vue Sunnite de la fonction de Calife et le point de vue chiite de la fonction de Khalifa pouvait fournir un contexte historique permettant de cerner les évènements actuels au sein de l’OTO et de la Communauté Thélémite. J’utilise différentes orthographes afin de mettre en lumière les différents aspects donnés à la même fonction à l’intérieur des deux lignages de l’Islam.

L’analogie avec l’Islam est quelque chose que Crowley en personne a repris et incorporé dans beaucoup de choses au sein de l’OTO. Quelques-uns des degrés d’initiation possèdent une consonance arabe; les titres et le parcours initiatique des adeptes sont souvent exprimés en des termes rappelant la religion islamique, comme base de l’analogie. De surcroît, nombre d’éléments dans le propre parcours initiatique de Crowley, surtout en Afrique du Nord, en Tunisie, en Égypte, etc., impliquent des consonances arabes et islamiques. Crowley lui-même adorait lire “Les Mille et Une Nuits” et je suggère à quiconque n’étant pas familier avec les diverses analogies exposées ici de se référer aux propres écrits de Crowley, lesquels vous fourniront une base de compréhension. Il est évident que l’importance des traditions arabes et de l’Islam fut transmise oralement au sein de l’OTO et relayée dans les cercles thélémites, et je profiterai de cette occasion pour vous recommander une étude détaillée de ces dernières, notamment les études effectuées par Corbin, Cittwick, Schimmel.

Dans l’Islam, la différence entre les Sunnites et les Chiites réside dans la question du décès de Mahomet (puisse-t-il reposer en paix) et de sa succession, époque à partir de laquelle les deux écoles de pensée sont apparues. Les premiers déclarèrent (a) qu’avec le décès de Mahomet, il n’y a plus d’autorité spirituelle pour déterminer les questions d’ordre spirituel, ainsi la question de la succession du Prophète ne traite plus que de l’autorité temporelle. D’autres réfutent ce point de vue. Ce sont les Chiites, et pas mal de traditions au sein de l’OTO descendent de cette tradition. Les Chiites soutiennent le fait (b) qu’il existe un successeur spirituel au Prophète et qu’une telle charge ne peut se voir confiée par la voie démocratique, etc. Par conséquent, selon les Chiites, la question du successeur traite de l’autorité spirituelle (et aussi de l’autorité temporelle). Dans l’Islam chiite, on accorde beaucoup d’importance à l’image du successeur spirituel, surtout lorsqu’on sait que les Chiites n’arrivent pas à la cheville des Sunnites en ce qui concerne l’autorité temporelle.

Comme souligné plus haut, le point de vue (a) est le point de vue sunnite tandis que le point de vue (b) ci-dessus correspond au point de vue chiite. Il s’agit d’une généralisation plutôt que d’une liste exhaustive de détails; néanmoins cette discussion est déjà assez détaillée.

Ainsi, à la mort du Prophète, les Musulmans Sunnites élirent un Calife. De manière similaire, au sein de l’histoire de l’OTO, certains dirigeants de l’OTO ont été élus.

Un fait intéressant à noter, Crowley semble avoir repris le meilleur du côté Sunnite de ce schisme, c’est à dire la possibilité pour chacun de décider de sa réponse spirituelle appropriée, sans dépendre de l’avis d’autrui. Ceci est d’ailleurs exposé dans le Commentaire du Livre de la Loi qui affirme en partie ceci :

« Toutes les questions relatives à la Loi ne doivent être tranchées qu’en se référant à mes écrits, chacun pour soi. » (Liber AL vel Legis, traduction Philippe Pissier, 97)

Quiconque n’honore pas ce Commentaire, déshonore notre Prophète. Par chance, les châtiments thélémites ne ressemblent pas aux châtiments islamiques (ah bon ?).

Malheureusement, tout comme dans l’Islam sunnite, “l’organisation” a pris un trait légaliste, et des points de vue “orthodoxes” furent choisis, donnant naissance à la notion “d’hérésie” et à tout le fun qui accompagne ce genre de notion. Je parie que quelques-uns d’entre vous commencent à voir là où je veux en venir avec mon analogie.

Les Chiites déclarent qu’un jour, Mahomet (puisse-t-il reposer en paix) voyageait avec son gendre Ali (Ali est marié à Fatima la fille du Prophète – il existe une part matrilinéaire dans l’Islam version chiite). Le Prophète s’arrêta, se leva, prit la main d’Ali et dit:

« Ô Messager ! Fais connaître ce qui t’a été révélé par Ton Seigneur, ou, si tu ne le fais pas, tu n’auras pas délivré Son message. »

Les Chiites considèrent ce "hadith", ou histoire, comme la base de la notion d’Imam, ou de successeur spirituel au sens strict du terme. C'est-à-dire que, pour l’Islam version chiite, l’Imam est le représentant spirituel sur terre, l’incarnation du courant spirituel, et il se voit ainsi responsable de la continuité de l’Islam.

Cette fonction a son lot de problèmes; cependant, nous observons la même chose dans le Bouddhisme tibétain avec le Dalaï-Lama, dans le Christianisme avec son pape (plutôt un mauvais exemple) et dans bien d’autres voies. En général, les Chiites se tournent vers le soufisme et le mysticisme, et cette doctrine fait partie de cette source. La définition de l’Imam se résume à la fonction de successeur spirituel (le seul et l’unique, bien entendu…); néanmoins, nous ne sommes pas vraiment friands de ce genre de monothéisme. Le terme de "Khalifa", se référant aux successeurs spirituels, chargé d’un devoir, est généralement acceptable, à condition que la personne ne se laisse pas emporter par son rôle et pense qu’il ou elle est la tête de file du pouvoir initiatique.

Bien entendu, les Sunnites démentent formellement que cet évènement ait pu avoir lieu ! Ainsi, si vous pensiez que l’idée de nier que votre opposant possède une tradition orale ou que les remarques qu’il soulève n’existent dans aucun livre nulle part, sachez que ce n’est pas nouveau ! La confiance des Sunnites dans le Coran – comme tout le monde s’en doute, ils ont, bien entendu, trouvé LA bonne interprétation du Coran – n’était pas très malin de leur part. Ainsi, le mot d’ordre est: « Ne contredisez pas et ne changez rien ! » Ne secouez pas la barque ! Il s’agit là d’une méthode classique pour nier toute base ou toute validité au point de vue de vos opposants.

Pour une discussion plus en détails mais moins ésotérique sur l’Islam et les Chiites, visitez ce lien: http://globale.net/~heritage/Source/0583.html#37

Il y a également un bon site: http://www.kheper.auz (J’ai besoin de vérifier à nouveau ce lien; néanmoins, tapez « Ismaili Mysticism » dans un moteur de recherche et vous le trouverez)

Ainsi, les Chiites voient en Ali le premier chef ésotérique de l’Islam après le Prophète. Ali est le premier "Imam" en termes chiites. Il est également un "Khalifa", mais attendons un peu de voir avant de nous précipiter. Ali est un "Khalifa", dans la mesure où il essaye de joindre les deux lignages (le temporel et le spirituel ensemble). L’accent est bien entendu mis sur les aspects du successeur spirituel, vu que ces derniers sont chiites (ils sont effectivement de la famille d’Ali et ils croient dans les lignages, dans la transmission personnelle de la "Baraka", ou la force spirituelle initiatique, la transmission de pouvoirs de maître à élève, etc.).

Ainsi, si Ali est le chef "ésotérique", qui est le Prophète pendant ce temps-là ? Ce dernier doit être à la fois un chef temporel ou exotérique ET le chef spirituel ou ésotérique. Ce qui revient à dire qu’il comporte deux aspects, ou deux piliers (clin d’œil aux les fans de l’Arbre de vie). Il détermine une nouvelle "Loi" au niveau exotérique, et pose ainsi par la même occasion les bases d’une nouvelle interprétation ésotérique.

C’est ici que je fais mon analogie avec Crowley. En tant que Magus 9=2, Crowley opéra comme un Prophète pour le Nouvel Eon. Il apporta le mot "Thelema" ainsi qu’un nouveau livre sacré, le LIBER AL VEL LEGIS. Il délivra une loi et tout ce dont on a besoin pour construire une religion exotérique. Je suggère ici que la tâche d’un 9=2 Magus est en partie d’établir (ou de modifier) une religion à son niveau exotérique. Cela signifie rendre la connexion spirituelle assez "simple" à comprendre et à accepter pour les gens, sans le lot d’études ésotériques qui l’accompagnent habituellement et les complications que les ésotéristes ont tendance à aimer. Crowley a accompli cette tâche avec succès et incarne le Prophète d’un Eon, un Magus 9=2, pour utiliser la terminologie de l’Astre d’Argent.

Il y a également l’autre côté, ésotérique, et je suggère que Crowley a assumé de jouer ce rôle également. C'est-à-dire que dans son rôle de 8=3, il entretenait son "jardin d’initiés" au sein de l’Astre d’Argent, étudiait des documents rares, se versait dans la Kabbale ésotérique, le Tarot, l’Enochien, etc. Crowley synthétisa des documents provenant de toutes parts et créa, ou plutôt contribua à la création d’une Renaissance ésotérique que nous pouvons apprécier aujourd’hui. J’irais plus loin en émettant l’idée que c’est de cette manière que l’Islam perçoit son Prophète et son Imam, c'est-à-dire qu’après le décès du Prophète, non seulement l’aspect temporel exotérique nécessitait d’être transmis, mais l’aspect ésotérique fut transmis lui aussi à un Imam ou successeur.

Aussi, je prétends que la plupart des "simples" Maîtres du Temple ne s’y prend pas vraiment bien avec les deux aspects. Je prétends que le grade 8=3 de l’Astre d’Argent a tendance à rassembler des initiés qui inclinent à pencher soit d’un côté ou de l’autre (ne vous en faites pas à propos du pilier du milieu, le problème est vite réglé). Historiquement, les gens, et cela inclut les Maîtres du Temple, font les choses mieux que d’autres. Certains sont de remarquables "dirigeants gestionnaires", avec de grandes aptitudes à l’organisation exotérique. D’autres se tournent vers l’ésotérisme, vers le travail mystique personnel, l’hermétisme, etc. Mon analogie est probablement juste; néanmoins je réaffirme sincèrement que posséder l’un des aspects n’exclue pas le fait de pouvoir développer l’autre, c’est juste que ce n’est pas là où cette personne fait de son mieux, initiatiquement parlant.

Ce qui revient à dire que si le leader d’un courant magicke assume son rôle en tant que leader de l’organisation, un OHO si vous préférez, en tant que fonction exotérique, cela mènera à une situation qui prévoit que l’on désigne quelqu’un afin de répondre au besoin ésotérique. Cette "vérité magicke" me semble être à la base de la controverse à propos de l’A∴A∴.

Bref, revenons à l’Islam. La croyance chiite veut qu’avec le décès du Prophète, Ali devienne le successeur immédiat, identifié comme tel par le Prophète. Tout comme Grady L. Mc Murtry en vint à devenir un "Calife", suite à une "sélection" opérée par Crowley; il prit ainsi le rôle d’un Khalifa et donc d’héritier spirituel (un Imam, en termes techniques – néanmoins Grady avait ce bon sens socratique qui faisait qu’il évitait les titres pompeux, car la fonction de ce rôle est très prenante – comme on le verra plus tard). Cependant, dans l’histoire de l’Islam, les Sunnites déclarent qu’Ali est le 4ième Calife et non le premier, et, bien entendu, Ali est le 4ième chef temporel ou exotérique de l’Islam.

Qu’en est-il donc de la version chiite ? Qu’en est-il des 3 hommes qui ont eu le pouvoir sur le monde islamique antérieurement à Ali ? Etaient-ils des Califes ? Et bien, dans les cercles sunnites, oui, mais dans les cercles chiites, ils n’étaient que des Califes temporels. Ils n’ont pas repris le rôle d’Imam, ou de Khalifa, en tant que successeur spirituel. Que Ali fut l’Imam et le Khalifa (en tant que successeur spirituel) renvoie tout le temps à la version chiite (vous devinez certainement maintenant que les Sunnites et les Chiites ne s’entendent pas bien – ce qui ne fait que soutenir mon analogie). Les Chiites affirment qu’Ali n’obtint l’autorité temporelle que lorsqu’il fut Calife, cas dans lequel il fut capable d’unifier les deux aspects.

Nous sommes donc par conséquent en face de deux types de systèmes. Ceux qui déclarent que le premier rôle revient au chef spirituel, lequel peut être ou ne pas être aussi le chef temporel, et ceux, en l’occurrence les Sunnites, porteurs de la tradition dite légaliste, qui affirment qu’il n’existe que des chefs temporels, un point c’est tout ! Nous observons cela dans l’Islam moderne. Les dangereux fondamentalistes contre qui les médias américains nous mettent en garde apparaissent être des fondamentalistes chiites, et ils sont sous le commandement d’un Imam. Ainsi, le côté chiite n’a pas que des bons côtés et peut adopter des tons moins plaisants si on le projette dans le temporel.

Bien entendu, cette séparation est essentielle afin de comprendre l’analogie et l’histoire. Dans des temps préislamiques, la religion de Zoroastre soutenait qu’existaient deux extrêmes: un Dieu bon et un Dieu mauvais, la Lumière et les Ténèbres. Le monde entier requiert l’existence d’une dualité pour exister (0=2). Ce dualisme se voit repris par la suite par les Manichéens et transmis aux Gnostiques ismaéliens ainsi qu’aux Chiites ismaéliens (ce ne sont pas les mêmes personnes !). Ainsi, cette notion des deux piliers, des deux aspects, est fondamentale pour avoir une compréhension magicke de l’Univers ou du Cosmos. Lorsqu’on penche trop d’un côté de la balance, l’autre vient le recompenser. Il s’agit d’une Loi universelle, et elle s’avère fondamentale par rapport à la séparation Sunnites/Chiites ainsi qu’en relation à la récente polarisation ayant lieu au sein de l’OTO.

Retournons à la Magick. Le schisme dans l’Islam se produit et la plupart des courants ésotériques se tournent vers les traditions chiites, et plus particulièrement vers les gnostiques ismaéliens. Ils reprirent bon nombre de textes hermétiques et gnostiques préislamiques et trouvèrent ainsi quelques merveilleux systèmes de pensée. Pour en avoir un exemple, référez-vous aux livres de Henry Corbin en général, et plus particulièrement à Temps cyclique et gnose ismaélienne (en ce moment, j’affectionne plutôt Avicenne ou Ibn Sina, bien que Ibn Faribi soit également l’un de mes préférés).

Tout ceci vous concerne, si vous faites partie de l’OTO. Si on vous a délivré votre III° Grade de l’OTO, alors vous avez déjà croisé pas mal de choses dont je parle, à moins que l’on ne vous les ait cachées. Si vous ne faites pas partie de l’OTO ou n’avez pas atteint le III° Grade, lisez Henri Corbin, vous serez mis en bonne condition de toute façon. La légende raconte que les Templiers retrouvèrent une secte chiite particulière appelée "les Assassins", ou, comme nous aimions le dire à l’époque où Mc Murtry était Calife, les "hash hasheens" (voir le texte de Crowley intitulé The Hashish Eater). Il y eut une connexion entre les Gnostiques Ismaéliens et les Assassins sous le commandement de Sal El Din (Saladin), mais développer cette question nous amènerait trop loin du sujet initial.

Ali fut donc le premier Imam. Il y eut une succession d’Imams au sein de la tradition chiite de l’Islam. De façon similaire, je suggère que nous avons une série de Khalifa, ou successeurs, à notre prophète thélémite – Aleister Crowley. Cette lignée de successeurs passe par Grady L. Mc Murtry et ceux qui ont été désignés par lui (cela va sûrement en faire sourciller quelques-uns, voire plus, avec ce qui suit). Car, en revanche, la lignée successorale, en tant que succession spirituelle, peut être ou ne pas être la même que la lignée de successeurs du OHO, ou Frère Supérieur, ou peu importe le nom que vous donnez à l’autorité temporelle en charge de l’OTO.

Ce que je suis en train de suggérer, c’est que la direction actuelle de l’OTO a délibérément, ou alors accidentellement, choisi l’analogie avec le sentier sunnite et a ainsi rejeté les traditions spirituelles intérieures du Courant 93 en procédant de la sorte. Par exemple, il est inscrit dans notre texte sacré (cf.: Liber AL): « Le mot du Péché est restriction » (I : 41), alors que de nos jours, nous observons la liberté d’expression menacée de partout et que les mailing-list se voient fermées les unes après les autres et que l’on sanctionne, s’opposant au principe de Thelema, toute la notion de Liberté qu’elle représente.

La décision de changer l’OTO en une machine à copyrights légaliste, analogue aux doctrines légalistes sunnites, avec l’accent mis sur le pouvoir temporel des copyrights, marques déposées et autres choses similaires, est bien navrante à voir, pour tout adepte sincère des traditions spirituelles d’Aleister Crowley, ainsi qu’à mes propres yeux, en tant qu’étudiant de Grady et de la tradition qui lui fut transmise depuis Crowley. La dureté des mots exprimant ma colère ne fait simplement que cacher mon sentiment de perte. Un tel mépris flagrant envers les traditions magickes et ésotériques d’Aleister Crowley, en faveur d’une mythique interprétation de la Constitution faite par Reuss en 1917, dépasse mon entendement.

De nouveau par le biais de l’analogie, l’actuel OHO paraît s’être installé comme une sorte de Calife sunnite, en tant que leader temporel de la société OTO, dûment élu (j’espère me tromper). Il me semble que HB (Hymenaeus Beta) regarde sa connexion magicke comme provenant d’une lignée en tout point différente de l’OTO de Crowley ou de celle de Grady L. Mc Murtry, le Khalifa reconnu du prophète ANKH-F-N-KHONSU. Il la perçoit comme provenant de la lignée de l’A∴A∴ – j’espère seulement, et je le dis sincèrement, j’espère seulement que vous êtes entrés dans l’A∴A∴ Et que vous ne vous êtes pas fait tromper.

Pour revenir à l’analogie avec les Sunnites, il appert que notre tradition en est venue à conclure qu’il y a une seule et unique manière de faire les choses, les autres manières relevant automatiquement de l’hérésie. Les expulsions semblent tomber sur les hérétiques et l’OTO est considéré comme étant sur le pied de guerre (ou Jihad) avec ses ennemis. Quelle vision effroyable de l’univers, quelle terrifiante image cela projette en ceux dont l’opinion diffère radicalement, particulièrement en ce qui concerne Thelema, le mot le l’Eon.

L’analogie avec le schisme entre Chiites et Sunnites est tellement évidente qu’il est vraiment difficile de se dire que ce n’est seulement qu’une analogie. Par exemple, Cornélius prétend qu’il se sent martyrisé tout comme le fut Mansur al-Hallaj et que les orthodoxes ont fait de lui un hérétique. Ce cas particulier, et bien d’autres cas, démontre l’utilité de ces analogies. Tout comme les mystiques indépendants furent exécutés par les orthodoxes sunnites, les dissidents de l’OTO se voient expulsés. Néanmoins, et de nouveau, je nous vois, moi et mes collègues, comme les équivalents thélémites de l’Islam version chiite.

Le sujet fut soulevé pour la première fois il y a plusieurs années en arrière, lorsque Patrick King XI Meithras établit le Rite de Chiraz pour le XI° Degré. Par la suite, le Khalifa Grady L. Mc Murtry, qui n’avait jamais souhaité ou affirmé être initié au XI° Degré, reconnut Patrick King à ce degré. On en vient à se poser la question: comment une telle chose a-t-elle pu arriver si Grady lui-même ne détenait pas un tel degré ? C’est simple: en tant que Khalifa, c'est-à-dire le successeur spirituel du Prophète, il pouvait accorder ou "reconnaître" ledit grade et réformer le XI° comme bon lui semblait.

En effet, une des raisons principales de mon analogie concernant les Sunnites versus les Chiites concerne la question à propos de ce qui s’est passé pour le XI° degré dans l’OTO. Le XI° degré, reconstitué par Meithras comme tel, présente des problèmes, mais pas autant que ceux posés par le nouveau Calife, Hymenaeus Beta. HB voulait le XI° degré comme une sorte de degré auquel correspondrait le "Chef Invisible de l’Ordre" – qui n’en est pas exactement un. Effectivement, pas mal de choses doivent être expliquées sur ce sujet; posons-nous donc un moment et resituons le contexte.

Au temps de Crowley, le IX° degré était "synthétique" comme écrit dans le Blue Equinox. Ce que cela signifie, c’est que tout initié complet au IX° degré peut fonder une nouvelle loge, étant donné que les pleins pouvoirs du IX° degré incluent la possibilité d’initier des personnes à tout grade ou tout degré de l’OTO, sans nécessité d’une chartre extérieure. Le Khalifa Grady L. Mc Murtry le savait (c’était son pouvoir, ça et ses papiers de Khalifa) et par conséquent, il prit la précaution d’appeler tous ses initiés du IX° degré des "initiés provisoires", plutôt que de véritables initiés du IX° degré, avec l’assurance qu’ils deviendraient de "véritables" initiés à sa mort (d’où la possibilité de choisir un nouveau Calife – après le décès de Grady, puisqu’ils devinrent tous de véritables initiés du degré IX à ce moment-là, c'est-à-dire de vrais successeurs, vous comprenez ?).

Eh bien, le nouveau Calife a dû traiter ce problème et ainsi, il lui a fallu éliminer la plupart des "véritables" initiés au IX° degré du temps de Crowley ou de Grady en leur ayant fait jurer loyauté, sous prétexte d’un rituel. Seule une poignée ne jurèrent pas, et ces derniers sont toujours en mauvais termes avec HB de nos jours. Tous les initiés du degré IX "formés" par HB ne sont pas "véritables" dans le vieux sens du terme, et leur distinction n’est donc pas reconnue comme valide; en fait, il n’existe rien de rédigé par Crowley qui indiquerait qu’existe une distinction entre un IX° degré véritable et un provisoire. Ainsi, pourquoi l’école sunnite orthodoxe devrait-elle suivre un enseignement oral aussi vague ? Jetez juste un œil au traitement sunnite de la question de l’interaction entre le Prophète Mahomet et Ali discutée plus haut, les Sunnites répondent simplement: « Cela ne s’est jamais déroulé ! ».

De même, un problème identique arriva avec Patrick King, Meithras XI. Ce foutu Grady, alors Khalifa, créa quoi, à votre avis ? Un autre degré initiatique de sex-magick dit "véritable" ! Avec l’expulsion de Meithras (qui possédait, il faut dire, quelques penchants pas très catholiques... LOL !), la place fut libre pour Graeb en tant que doyen du XI° degré. Graeb fut à son tour suspendu et affirma qu’il serait sûrement exclu. Il trouva qu’au final, malgré une expulsion fort probable, il était temps de dévoiler quelques histoires. Graeb est également un cas intéressant car il est à la fois un initié du IX° degré à la Grady L. Mc Murtry (De Crowley à Grady, puis à Graeb) et un initié du XI°degré façon Meithras (de Crowley à Grady à Meithras et enfin à Graeb); ainsi, ses réclamations quant à la succession chiite ne sont pas si infondées que l’on se plait à le dire. Bien entendu, il y a El Rizuli, Pasq, Deerfield et d’autres qui y sont prétendants.

En fait, cette histoire de Khalifa a surgi en premier lieu au cours d’une discussion sur le XI° degré de l’OTO. Néanmoins, revenons à nos moutons; avec la théorie par analogie avec le Prophète de l’Islam et les traditions sunnites et chiites, nous observons que:
  1. Thelema a son Prophète, Aleister Crowley 9=2 Magus de l’Eon.

  2. Crowley a également joué le rôle d’un Imam ésotérique ou Khalifa (8=3) et celui d’un enseignant ésotérique, en plus de la fondation d’une religion exotérique.

  3. Crowley transmit la lignée ésotérique à son successeur spirituel (Khalifa) qui possédait également le pouvoir temporel en tant que Calife (tout comme Ali en son temps), c'est-à-dire Grady L. Mc Murtry.

  4. Mc Murtry eut la sagesse de désigner un Khalifa de secours, et s’arrangea pour l’élection d’un Calife temporel. Un nouveau Calife fut élu. Qu’il fusse ou non, par la même occasion, un Khalifa dans le sens spirituel du terme, est actuellement le cœur du problème.

  5. Si le OHO n’est pas le Khalifa dans le sens analogique du terme utilisé précédemment, ou s’il a fortifié cette position en penchant trop du côté exotérique des choses, alors la correction naturelle que l’univers lui-même apportera sera de trouver un autre Khalifa (ou de réformer l’organisation actuelle, au choix).

Ce "Khalifa" peut ou non être une personne. Cela peut être aussi un groupe de gens. Les énergies trouvent leurs instruments, les instruments ne choisissent ni ceci ni cela.

Quoiqu’il en soit, tout cela se relie au IX° degré et au XI° degré comme suit:
  1. Le IX° degré est le plus haut degré de sex-magick au sein de l’OTO.

  2. Le X° degré est généralement admis comme étant une position administrative et honoraire (je suis ouvert à toute correction à ce propos)

  3. Le XI° degré est l’inverse de la formule du IX° degré.

De nos jours, tout le monde déclare que le XI° degré est ceci, cela et son contraire. Je donne ici ma compréhension de la chose, de Grady et de Meithras: à la base, vous avez les aspects hétérosexuels versus les aspects homosexuels, vous avez l’aspect oral versus l’aspect anal, néanmoins le principal résultat est que le IX° degré est un degré en relation avec la manifestation de la volonté ou de l’univers subjectif dans le monde objectif – on m’a un jour parlé de cela comme étant une magicke "démiurgique". Ce qui veut dire que le "secret" du IX° degré est tellement puissant qu’il permet de changer réellement le monde objectif.

De l’autre côté, le XI° degré est focalisé sur l’état subjectif du ou des magiciens afin de modifier ou d’altérer un état subjectif. Cela revient à dire que dans ce degré, le ou les magiciens travaillent sur eux-mêmes, en vue d’une transformation initiatique. Le IX°degré se focalise sur l’extérieur, le XI° degré sur l’intérieur, voilà le grand secret. Ainsi, quand Crowley prit la direction de l’OTO en 1922, ses travaux en matière de sex-magick l’auraient amené à élaborer un XI° degré, lequel représente l’opération initiatique ou l’auto-transformation par excellence. Le XI° degré n’avait pas vocation à devenir un degré "rare", néanmoins les personnes détenant le IX° degré sont peut-être parvenues à comprendre le XI° (et cela ne requiert pas d’être obligatoirement homosexuel, etc.). Et, comme Crowley l’a indiqué, les degrés supérieurs de sex-magick sont quelque chose que la personne doit déjà connaître pour être reconnue comme le détenant; ces degrés ne sont pas conférés à quelqu’un qui ne les aurait pas encore compris. Ils sont donc simplement entérinés.

Revenons aux Sunnites et aux Chiites. L’aspect sunnite correspond à l’aspect exotérique (celui du IX° degré) de la sex-magick, et l’aspect chiite en est l’aspect ésotérique (ou XI° degré). Il s’agit là d’une déclaration plutôt abrupte et qui devrait être peaufinée, mais à la fin de ce long traité composé on-line, je me vois le faire plus tard. Cela revient à dire que le Calife "extérieur" est une métaphore pour l’opérateur du IX° degré, et le Khalifa est une métaphore pour l’opérateur du XI° degré, dans beaucoup d’aspects.

Cela commence à concorder avec l’idée que le XI° degré représente le "directoire invisible de l’Ordre". Le XI° degré est très certainement orienté "intériorité", et une bonne désignation pour le doyen de ce degré serait "Chef Invisible de l’Ordre", bien que d’autres connotations significatives existent également. Le Chef Visible de l’Ordre serait en charge de tout ce qui touche de près au IX° degré. Ainsi, les degrés supérieurs de sex-magick posséderaient deux aspects: intérieur et extérieur, tout comme il existe deux piliers dans le gnosticisme préislamique.

Bien, cet exposé était nécessaire pour m’expliquer. Je l’ai composé on-line et j’espère que mon public me pardonnera les quelques erreurs dues à la vitesse de composition et au timing. Je pense sincèrement que ces questions et ces idées ont besoin d’être entendues par plus de gens, afin que nous, vieux dinosaures, transmettions un peu de notre savoir. J’espère que certaines de mes remarques les plus agressives seront prises avec modération. En effet, je continue à m’accrocher au maigre espoir que, d’une manière ou d’une autre, la plupart des problèmes des Sunnites versus Chiites trouveront leur solution à travers la compréhension mutuelle et l’amitié.

La notion de "Jihad" correspond à une lettre personnelle, avec ses propres démons intérieurs ou de nature inférieure. Comme toute chose de nos jours, cela semble s’étendre à une manifestation exotérique dont on se passerait bien. J’espère que quelques-unes de mes idées ont réveillé quelques-uns d’entre vous, je suis presque certain qu’elles en ont choqué plus d’un. N’hésitez pas à m’écrire si des questions vous viennent à l’esprit.

L’Amour est la Loi, l’Amour sous la Volonté.


James T. Graeb

Traduction réalisée par frater Ga’h Lilith pour Magick-Instinct et son bienheureux concepteur Jean-Luc Colnot. (c) copyright 2007




source:
http://magick-instinct.blogspot.fr/2007/12/documents-sur-le-xi.html




Plusieurs remarques à faire sur ce texte et à en tirer:
D'abord, il a manifestement été écrit par un individu faisant partie de l'OTO.
En cherchant à en savoir plus sur cet auteur à partir de son nom, il s'avère que ce type est non seulement membre de cet ordre satanique qui fait partie des ordres noirs à la tête des Illuminati - disons que c'est une de leurs branches "spirituelles", composée de "magiciens noirs" qui pratiquent un certains nombre de rituels abominables pour servir les entités déchues - mais il a été président de l'Ordo Templi Orientis (OTO), de l'Argentum Astrum (A∴A∴), de l'Ecclesia Gnostica Catholica (EGC) et du Hermetic Science College, une autre émanation de l'OTO.
On a donc affaire là à une grosse pointure du réseau satanique qui dirige le monde.

On apprend que Crowley a été très influencé par l'Islam et que l'on rencontre au sein de l'OTO de nombreuses facettes analogues à cette religion. d'ailleurs, la branche principale de l'OTO se nomme "Caliphate" - ou Caliphate OTO -, et on trouve à sa tête un "calife". Ce n'est pas rien, quand on sait que cet ordre fait partie de ceux qui dirigent le monde en coulisses. Ce n'est pas sans rappeler cet éloge du califat de Cordoue trouvé sur le site d'OPTIMISTAN, officine au sein de laquelle on trouve des individus comme de Mérode, Janssen et Nyssen, tous mis en cause par les témoins X dans l'affaire Dutroux, donc faisant eux aussi partie du réseau satanique.









Dernière édition par invitée le Ven 18 Oct 2013 - 21:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: ISLAM FONDAMENTALISTE, RELIGION MONDIALE UNIQUE DU NWO ? (suite)   Lun 13 Aoû 2012 - 16:34

LE DOYEN DE L'UNIVERSITÉ ISLAMIQUE DE GAZA RAPPELLE
LE DEVOIR DE CONQUÉRIR ROME ET L'ESPAGNE







Le Dr Subhi Al-Yaziji, doyen des études coraniques à l'université islamique de Gaza, a affirmé sur Al-Aqsa TV, le 25 mai 2012:

« La conquête d'Al-Andalou [Al-Andalou ne se limite pas à l'Andalousie, contrairement à ce qu'on pourrait croire, mais désigne les terres de la péninsule ibérique colonisées par les Musulmans au VIIIème siècle, soit la quasi-totalité de l'Espagne et le Portugal] est un vieux rêve, quelque chose que les musulmans doivent espérer et rn laquelle ils continueront à espérer pour le futur. (...) Nous plaçons nos espoirs en Allah et dans la confiance que le jour viendra où notre triomphe ne sera pas limité à la Palestine. Nos espoirs vont au-delà: ils visent à hisser la bannière du califat au dessus du Vatican, la Rome d’aujourd’hui, en conformité avec le hadith du prophète Muhammad: " Constantinople sera conquise puis ce sera le tour de Rome. " »






Selon le Boston Globe: « L’Université islamique n’est pas une institution marginale. C’est la meilleure université à Gaza. La majorité des étudiants sont inscrits dans des domaines techniques. Tous ne sont pas nécessairement religieux. Si vous désirez obtenir un diplôme à Gaza, là où résident plus d’un million de personnes, c’est le meilleur endroit où aller.

Le rôle de l’Université ne s’arrête pas là: c’est une source d’expertise (brain trust) et un centre de décision (engine room) pour le Hamas, l’organisation islamiste qui contrôle Gaza et qui sert de modèle à la politique islamiste renaissante au Moyen-Orient. Les penseurs qui travaillent à l’Université ont développé les idées qui ont amené le Hamas au pouvoir. Ils ont écrit des traités sur la gouvernance islamique, l’art de faire la guerre et la justice dont les grandes lignes se sont retrouvées dans les programmes du mouvement. Le but de l’Université est encore plus radical et ambitieux que celui du Hamas lui-même. Le Hamas est voué principalement à combattre Israël et à maintenir son pouvoir politique alors que la mission de l’Université consiste à islamiser la société à tous les niveaux, avec un accent sur Gaza mais des aspirations qui englobent tout le monde musulman.

(...)

Quand l’Université islamique a été fondée en 1978, il n’y avait aucune institution de haut savoir dans la bande de Gaza. Ses fondateurs appartenaient aux Frères Musulmans. Ils croyaient que la société devait être organisée en conformité avec les principes islamiques et ils concevaient l’Université comme un endroit où pourrait prospérer leur variété d’islamisme pur et sans compromis. À l’époque, Gaza était un site de villégiature sans règles strictes dont les restaurants sur le bord de la mer étaient bondés de touristes israéliens et égyptiens attirés par le fameux poisson grillé de la région.

Les Palestiniens laïcs dominaient la société et les instances du pouvoir dans les années 70 et ils méprisaient ceux qui évoquaient les ambitions de contrôle des islamistes. Sans compétition locale, l’Université islamique avait le monopole du haut savoir, une situation qui devint de plus en plus importante au fur et à mesure qu’Israël restreignit la possibilité pour les résidents de Gaza d’aller étudier en Cisjordanie.

Pendant ce temps, les Frères Musulmans qui dirigeaient l’Université se consacrèrent à l’organisation politique de leur milieu, ce qui mena en moins de dix ans à la mise sur pied du Hamas, un acronyme qui signifie "Mouvement de résistance islamique". À l’aube du nouveau millénaire, les accords d’Oslo dépérissaient, l’Autorité palestinienne s’avérait un gouvernement inefficace et les Israéliens devenaient désabusés par le processus de paix. La culture de Gaza se transforma en un très court laps de temps: le Hamas passa en une vingtaine d’années d’un réseau clandestin d’imams, de professeurs et de militants au rouleau compresseur qui domine la population de Gaza de plus en plus pieuse et conservatrice.
»


En 2008, le Chicago Tribune a révélé que le gouvernement américain avait accordé une subvention de 1 million $ à l’UIG et à 1000 de ses étudiants...




Le califat évoqué par al-Yaziji réfère à un gouvernement "islamique" mondial. Depuis leurs débuts en 1928, les Frères Musulmans mentionnent constamment ce projet de domination planétaire dans leur programme. Récemment, Hammadi Jebali, leader du Ennahda tunisien, et Mohamed Badie, guide suprême de l’organisation en Égypte, y ont fait allusion.

Le 1er mai 2012, lors du lancement de la campagne de Muhammad Mursi, le candidat des Frères Musulmans à la présidence égyptienne, un des présentateurs de l’événement a annoncé que Mursi allait œuvrer au rétablissement du califat islamique et qu’il ferait de Jérusalem la capitale des États-Unis arabes.

Le 28 octobre 2011, Mahmoud al-Zahhar, le leader du Hamas, est allé dans le même sens en déclarant: « Aujourd’hui, nous tenons à souligner que notre plan ne se limite pas à la libération de la Palestine. (...) Notre plan vise à guérir tous les maux de la civilisation occidentale qui ne sait que repousser ou tuer, contrôler ou détruire, entrer en conflit avec le peuple ou le restreindre. »

« Cette civilisation sera incapable de résister au grand et glorieux islam et à son programme humanitaire. »

« La nation arabe a commencé à récolter les fruits d’un chaud printemps arabe. Hier, les islamistes l’ont emporté en Tunisie. Demain, ils triompheront en Égypte, puis en Libye et ce, jusqu’à ce que l’islam, qui règne en conformité avec les règles du Coran, prévale sur la planète entière. »

Lors du 26ème congrès de l'UOIF en avril 2009, le célèbre Frère Musulman koweitien, le "docteur" Tareq Al-Suwaidan, a reçu des applaudissements nourris quand il a appelé les dizaines de milliers de musulmans présents à ne pas cacher cette prophétie, et donc à la faire vivre.



Il faut rappeler que les Frères Musulmans sont une création des Illuminati, de même que leurs ramifications, dont le Hamas fait partie.
étoile 1 http://transition888.heavenforum.org/t780-infiltration-et-instrumentalisation-de-l-islam-par-les-satanistes

Donc, les Illuminati, dont le projet est l'instauration d'un Nouvel Ordre Mondial, soutiennent un vaste mouvement islamiste aux multiples ramifications, qui appelle les Musulmans au Califat Mondial, un gouvernement "islamique" mondial...


Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: ISLAM FONDAMENTALISTE, RELIGION MONDIALE UNIQUE DU NWO ? (suite)   Ven 24 Aoû 2012 - 23:50

L’AFFAIRE HUMA ABEDIN ET LE SPECTRE DU COMPLOT ISLAMIQUE







Huma Abedin et Hillary Clinton en juin 2011




Une partie de la droite américaine en est convaincue: un complot islamique est actuellement à l’œuvre pour remplacer la Constitution américaine par la charia. La plupart des citoyens américains de confession musulmane formeraient quant à eux une "cinquième colonne" disciplinée prête à passer à l’attaque. Parmi eux, une proche collaboratrice d’Hillary Clinton...

Outre-Atlantique, la polémique fait rage depuis deux mois sur fond de campagne présidentielle. Le 13 juin dernier, Michele Bachmann et quatre autres congressistes du Parti républicain (Trent Franks, Louie Gohmert, Thomas Rooney et Lynn Westmoreland) ont envoyé une lettre à cinq organismes fédéraux exigeant que des enquêtes soient diligentées sur l’infiltration du gouvernement américain par les Frères musulmans.

Selon eux, le mouvement islamiste, qui est aujourd’hui la première force politique en Égypte, aurait « pénétré profondément » l’appareil d’État américain.

Ancienne prétendante à l’investiture républicaine et égérie du mouvement du Tea Party, Michele Bachmann accuse en particulier Huma Abedin, la principale collaboratrice de la secrétaire d’État américaine Hillary Clinton, de travailler secrètement pour la Confrérie islamiste. Plusieurs conseillers du département de la Sécurité intérieure sont également visés par ces accusations, qualifiées de « grotesques » par le porte-parole du Département d’État.




Accusations « injustes et malavisées »

De père indien et de mère pakistanaise, Huma Abedin a été élevée en Arabie saoudite. Directrice de cabinet d’Hillary Clinton lors de la campagne présidentielle de l’ancienne Première dame des États-Unis en 2008, il est aujourd’hui reproché à la jeune femme d’avoir « trois membres de sa famille – son père défunt, sa mère et son frère – liés à des agents et/ou à des organisations des Frères musulmans ».

Dans un communiqué daté du 20 juillet, l’Anti-Defamation League, l’une des principales organisations juives américaines de lutte contre l’antisémitisme, a fermement condamné l’offensive conspirationniste des cinq congressistes républicains:

« Vos accusations portées contre des citoyens américains d’origine musulmane sont injustes et malavisées. En l’absence de preuve de liens directs entre ces individus et les Frères musulmans, de telles accusations suscitent la peur et jettent le genre de suspicions qui sapent plutôt qu’elles ne font avancer les efforts de l’Amérique en matière de contre-terrorisme. [...]

Tout ce qui suggère que l’importante politique mise en œuvre par le Département de la Justice pour combattre les crimes racistes a été influencée ou inspirée par les Frères musulmans est infondé, et trahit une forme dangereuse de pensée conspirationniste. [...]

Nous vous incitons vigoureusement à revenir sur vos allégations et à vous abstenir de faire la promotion ou de diffuser à l’avenir ce genre de théories du complot anti-musulmanes.
»




« L’ennemi de l’intérieur »

L’ancien candidat républicain à la présidentielle, John McCain, a également pris la défense d’Huma Abedin contre les attaques venues de l’aile dure de son propre parti :

« Certains ont récemment déclaré qu’Huma, une Américaine de confession musulmane, ferait partie d’une conspiration malfaisante visant à influencer indûment la politique étrangère des États-Unis en faveur des Frères musulmans et de l’islamisme en général.

[Il ne s’agit de rien d’autre que d’] une attaque gratuite et sans fondement contre une femme d’honneur, une Américaine dévouée à son pays et une fonctionnaire loyale.
»

Ex-candidat aux primaires républicaines, le républicain Newt Gingrich a en revanche apporté son soutien à Michele Bachmann:

« Derrière le maccarthysme, il y avait de vrais espions. Les gens ont tendance à l’oublier… Il y avait beaucoup de gens coupables qui n’auraient jamais été confondus si personne n’avait eu le courage de les dénoncer. […]

[Abedin] est à un poste très élevé au Département d’État, et elle a sans doute une certaine influence. Je n’accuse personne de rien. Je dis juste que les citoyens américains ont droit à ce que leurs représentants au Congrès posent la question.
»

Les accusations de Bachmann se fondent explicitement sur une vidéo intitulée « The Muslim Brotherhood in America : The Enemy Within » (Les Frères musulmans en Amérique : l’ennemi de l’intérieur). Ce film en dix parties a été réalisé par le think tank néoconservateur fondé et dirigé par Frank Gaffney, le Center for Security Policy (CSP pour Centre pour la politique de sécurité).

Chroniqueur au Washington Times, Gaffney s’est déjà illustré par le passé pour avoir mis en doute la nationalité ainsi que la religion de Barack Obama, « le premier président musulman d’Amérique » selon ses propres termes (sur ce sujet, lire « Obama musulman » : pour en finir avec la rumeur), alors même qu’un sondage du Pew Research Center rendu public le 26 juillet dernier montre qu’une proportion toujours plus grande d’Américains (17% contre 12% en 2008) pense que leur Président est musulman.




Il soutient qu’Obama suit un agenda caché

Pour lutter contre les actions subversives des Frères musulmans aux États-Unis, Frank Gaffney prône la réactivation de la Commission des activités anti-américaines, une institution emblématique de la parenthèse maccarthyste. Il va jusqu’à soutenir qu’Obama suit un agenda caché visant à affaiblir les États-Unis pour transformer à terme le pays en califat islamique.

Pour illustrer sa thèse, il a par exemple déclaré sur MSNBC en 2009 que Barack Obama a utilisé, lors d’une entrevue avec le roi d’Arabie Saoudite, un langage codé, compris uniquement « dans les quartiers généraux des Talibans, d’Al Qaeda et dans le royaume saoudien ». Un langage codé par lequel le président américain aurait signifié à son hôte qu’il adhérait à la charia et qu’il comptait soumettre les États-Unis à la loi islamique.

Autre fantasme complotiste défendu par Gaffney: le nouveau logo de la Missile Defense Agency a, selon lui, été redessiné de manière à lui faire incorporer un croissant islamique, preuve manifeste de la soumission de Washington à la charia...




source:
cligno doré  http://www.rue89.com/2012/08/15/etats-unis-laffaire-huma-abedin-et-le-spectre-du-complot-islamique-234631#comments-start




Il y a plusieurs choses à commenter sur cet article:

Les Frères Musulmans n'ont pas infiltré le gouvernement et il n'y a pas plus de complot islamique que de complot juif, mais les USA - et toutes  les autres nations du monde - sont dirigés par les Illuminati, et les leader des Frères Musulmans sont des Illuminati. Ils ne sont pas plus musulmans que Bush ou Obama sont chrétiens, ils sont satanistes. Le problème est qu'un nombre important de Musulmans leur font confiance et sont manipulés par eux. Ils forment donc bien une "cinquième colonne" volontairement créée par les politiques d'immigration menées par les Illuminati, comme Serge Monast l'a révélé.

étoile 1 http://transition888.heavenforum.org/t762-guerres-civiles-programees-en-europe - post du Lun 26 Juil 2010

Si, comme je le pense, le NWO et le Califat Mondial des "prophéties" de l'Islam sont une seule et même chose, il est logique qu'on trouve de plus en plus de ces faux musulmans illuminati dans les gouvernements du monde entier - notamment via les "révolutions" dans le monde arabe et en Afrique - pour en effet remplacer les diverses constitutions ou autres législations par des lois de type charia islamique et mettre ainsi en place une théocratie totalitaire qui n'aura de musulman que l'apparence.

Retrouver ces faux musulmans dans l'entourage d’Hillary Clinton n'est pas surprenant: c'est une hybride Nephilim et elle a soutenu Ahmadinejad en prétendant que les USA étaient bien derrière les soulèvements populaires qui ont suivi l'élection truquée de ce dernier.

Ce qui peut paraître surprenant, c'est que l’Anti-Defamation League, qui est censée être « l’une des principales organisations juives américaines de lutte contre l’antisémitisme » se soit exprimée pour discréditer ces révélations. Les Frères Musulmans sont ouvertement anti-sionistes et le Hamas est l'une de leurs ramifications. Ce qui prouve, s'il en était besoin, que cette association n'a rien de juif, et que son objectif est machiavélique: prétendre défendre les Juifs pour faire taire les opposants au sionisme - qui est un projet satanique et non juif - le temps que le temple de Salomon soit reconstruit, mais aussi préparer le califat mondial qui suivra; ce qui signifie que cette organisation prépare le massacre des Juifs vivant en Israël par les Musulmans.
étoile 1 http://transition888.heavenforum.org/t265-creation-de-l-etat-d-israel-comment-pourquoi - posts du Mar 27 Juil 2010, du Jeu 24 Fév 2011 et du Ven 22 Avr 2011

Qu'Obama soit pleinement impliqué dans ce projet satanique de califat mondial est évident: se souvenir de son lapsus quand il parle de sa "foi musulmane" lors d'un interview, avant de se reprendre.
étoile 1 http://transition888.heavenforum.org/t489-islam-fondamentaliste-religion-mondiale-unique-du-nwo - post du Mer 7 Juil 2010
Mais il n'est pas musulman, il est Illuminati, hybride nephilim, suppot de Satan. Il avait juste oublié qu'on n'était pas encore arrivé à ce califat sous lequel il devra professer ce mensonge; il avait juste de l'avance sur le scénario.

Quant au nouveau logo de la Missile Defense Agency, j'ai été voir; pas de doute là-dessus, il s'agit bien de symboles qui sont censés, à tort, être islamiques: non seulement il y a le croissant, mais aussi l'étoile:




En réalité, ces signes n'ont rien de musulmans; ils représentent d'anciens dieux sémitiques, démons incarnés, et ont été introduits dans l'Islam par les satanistes.
étoile 1 http://transition888.heavenforum.org/t489-islam-fondamentaliste-religion-mondiale-unique-du-nwo - post du Ven 12 Aoû 2011




Dernière édition par invitée le Jeu 31 Oct 2013 - 13:16, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: ISLAM FONDAMENTALISTE, RELIGION MONDIALE UNIQUE DU NWO ? (suite)   Jeu 15 Nov 2012 - 16:39



« Il y avait un attaché militaire français, un colonel, autant dire un agent français, qui disait l’autre jour sur Radio Courtoisie qu’il avait entendu parler d’une carte de prospective de géo-politique iranienne, il affirmait que sa source était sûre, une carte qui montrait la France partagée entre un émirat islamique au sud de la France, sauf la petite république basque, et le nord-est de la France appartenant à l’Allemagne.

Les iraniens ne doivent pas être les seuls à penser cela, ça tombe sous le sens. Mes amis Algériens ne parlent que de cet union des émirats islamiques européens. Les Américains qui dépensent leurs subsides dans la "formation" d’élites soi-disant françaises soi-disant "issues de l’immigration" doivent penser dans la même direction aussi...
»


jl - Le 11 novembre à 16:46




source:
menteur ! http://www.egaliteetreconciliation.fr/L-Allemagne-demande-a-ses-banques-de-preparer-leurs-testaments-14815.html


Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: ISLAM FONDAMENTALISTE, RELIGION MONDIALE UNIQUE DU NWO ? (suite)   Ven 18 Oct 2013 - 22:38

PROPAGATION DU "CHRISLAM" AU NIGERIA






« La pluralisation religieuse semble ainsi venir brouiller les frontières et catégorisations analytiques. Le contact favorise la porosité et la perméabilité religieuses, entraîne des emprunts et des mimétismes, bref, remet en cause des catégories admises, invitant à une observation plus attentive de ce qui se joue à l’intersection des religions, dans les lieux de contact. Le développement de mouvements "chrislam" à Lagos, au Nigeria, construits à partir d’emprunts de croyances et de pratiques au christianisme et à l’islam constitue un exemple emblématique de ce brouillage des frontières. »

Voir M. Janson, « Learning to be Redeemed : Chrislam’s Healing School in Lagos », communication présentée à la 4éme conférence ECAS, Uppsala, 15-18 juin 2011.

flèche http://www.politique-africaine.com/numeros/pdf/intro/123005.pdf





« Learning to be Redeemed : Chrislam’s Healing School in Lagos »




Abstract

This paper uses a case study of Chrislam (Oke Tude) – a religious movement mixing Christian and Islamic beliefs and practices that emerged in Lagos (Nigeria) about two decades ago – to explore the religious education provided by the movement‟s leader, Prophet Dr. Samsindeen Saka, with the aim of bringing about not only mutual understanding, but also a synthesis between the two world religions. Chrislam's educational role is studied against the background of the current crisis of the Nigerian post-colonial state. Since the state has cut back on or even stopped providing certain services, religious organizations like Chrislam have stepped in to offer services in the areas of education, social welfare, health and security.

Nigeria's former capital Lagos, a megacity characterized by eroding socio-economic structures and increasing violence between Christians and Muslims, provides a challenging avenue to investigate this development. In addition to socio-economic and political factors, this paper argues that the rapid rise and spread of Pentecostalism in Nigeria and its increased presence in the public sphere contributed to Samsindeen Saka's engagement with religious schooling. Parallel to the new trend in Pentecostalism toward a higher level of intellectualization, Saka opened a Healing School, published religious books and pamphlets and converted his weekly sermons into “lectures”. At a time when Pentecostal Christianity and reformist Islam are among the world's fastest growing religious traditions, this paper assumes that the expansion of Chrislam is part of a wider move toward what has been designated “Islamic Pentecostalism” in some of the recent social-science literature on religion.(1)



Introduction

Over the past two decades, a wave of Christian and Muslim revivalism has swept through West Africa against the backdrop of intensified global flows, deepening socio-economic crisis, neo-liberal reforms and political liberalization. As Otayek and Soares (2007: 11-16) point out, with the political reforms and greater freedom of expression and association that followed the end of one-party rule in many West African countries in the 1990s, religion came to play a more prominent role in public life. Islam, Christianity and, to a lesser extent, African “traditional” religions have all “gone public”. This religious revival resulted in the mushrooming of new religious organizations, often with transnational links. Rooted in primarily urban areas, these novel religious organizations rely on the rapidly expanding sector of mass media, which helps them to connect with a wider world and to participate in a public debate about what it means to be religious.

Nigeria, known as the “giant of Africa” since it is Africa's most populous country, forms an interesting setting to study Christian and Muslim revivalism because its more than 150 million inhabitants are almost evenly divided between Christians and Muslims.(2) Marshall (2009: 215, 219) notes that the simultaneous rise of the Christian and Muslim revivals in the country should not be seen as coincidental. While initially concerned with the revitalization or restoration of their respective religious traditions, both arose from within similar social classes, were products of post-colonial educational institutions and sought to create moral and political order from the chaos of the oil-boom years by emphasizing religious observance, to the extent that Larkin and Meyer (2006: 287) call them doppelgängers: enemies whose actions mirror each other and whose fates are largely intertwined. Despite Marshall's attempt to point out a common origin of the Christian and Muslim revivals in Nigeria, Christianity and Islam have long been described as discrete and bounded traditions.

Ever since first Lewis (1990) and then Huntington (1996) used the phrase “clash of civilizations” to theorize the various conflicts between Christians and Muslims in different parts of the world, there has been a tendency to study Christians and Muslims as identifiable and distinct groups. As Soares (2006: 2-3) elucidates, this tendency has important analytical limitations since Christians and Muslims have often lived side by side in Africa (one can sometimes find Christians and Muslims within the same family), have shared much in the way of culture, have sometimes converted to each others' religions and have appropriated religious elements from each other. Instead of studying Christianity and Islam as conflicting, this paper focuses on their convergence, thereby crossing boundaries and blurring sharp distinctions. I will do so by means of a case study of Chrislam, a religious movement fusing Christian and Muslim beliefs and practices, in Nigeria's former capital Lagos.(3) Exploring Chrislam will reveal that « exaggerated expectations regarding the logical consistency and coherence of belief systems often lead to elegant but potentially misleading descriptions » (Fabian's 1985: 139).

Although the movement is officially known as Oke Tude (Yoruba for “Mountain of Losing Bondage”), it is commonly known in Lagos as “Chrislam”.(4) Samsindeen Saka, the movement's fifty-year-old Yoruba founder who was born Muslim, preaches, “ We're all children of Abraham ”. According to his approximately one thousand followers, it is “natural” for Christianity and Islam to overlap. Oke Tude/Chrislam is an intriguing case for exploring Christian-Muslim multifarious encounters in that its worshippers recognize both the Bible and Qur'an as holy texts, pray to Jesus Christ and the Prophet Muhammad for forgiveness and support, sing Christians hymns about Jesus and Islamic songs eulogizing the Prophet and practise as their main ritual Tude or “running deliverance” – spiritual running which Chrislam likens to the Muslim practice of circumambulating the Ka„aba (the cubic building in Mecca) and Joshua's army that took Jericho (known in the Judeo-Christian tradition as the place of the Israelites' return from captivity in Egypt).

Since the Nigerian post-colonial state has cut back and even stopped providing certain services, religious organizations have stepped in to offer services in the areas of education, social welfare, health and security. In Chrislam, these various services are amalgamated in the institution of the “Healing School”. Remarkably, although the Healing School does not provide formal education, it is presented in the form of a school. It will emerge that the training provided by the Healing School is not meant just to enlarge the participants' religious knowledge, but rather to teach them to cope with the ordeal of everyday living. Before going more deeply into the training provided by the Healing School, I will pay attention to the socio-cultural and historical context in which Chrislam could emerge. The ethnography of the Healing School is followed by an analysis of changing attitudes towards knowledge. Saka‟s establishment of the Healing School runs parallel to a new trend in Pentecostalism toward a higher level of intellectualisation. But whereas Pentecostal churches pay focus on Bible studies and intellectual reflection on the basis of the scriptures, Chrislam's conception of knowledge privileges pragmatics and embodied experience. By participating in the Healing School, Chrislam worshippers hope to acquire the know-how to improve their lifeworlds so that they may eventually reach a state of worldly and spiritual well-being (alafia).



Nigeria’s Pluralistic Religious Landscape

On Sundays the three churches in the lower-middle-class neighbourhood where I was living in Lagos resounded with Christian hymns accompanied by drums, bells, tambourines and the tumult of the congregation speaking in tongues (glossolalia). This religious “soundscape” (Hirschkind 2006) was amplified by the voice of the muezzin, calling Muslims to prayer from a mosque loudspeaker. The presence of the “traditional” Yoruba religion was more mute and invisible, for shrines remained hidden. Since many believers consider “traditionalism” a “backward” form of religious practice, the traditional babalawo (diviners) often keep a low profile, making use of signboards instead of modern communication technologies to advertise their services (see also McIntosh 2009: 36). Lagos' pluralistic religious landscape reinforces the competition among Christianity, Islam and to a lesser degree traditional Yoruba religion.(5) This section gives a brief historical account of the relations between the three religious traditions in Nigeria, with a special focus on Yorubaland and Lagos as its geographical centre.

Christians and Muslims have long lived side by side in Nigeria, often in harmony with the traditional practitioners – the boundaries between the three not always sharply demarcated. There were high levels of social interaction between Christians, Muslims and traditionalists and interfaith marriages were common. However, starting in the late 1970s there have been higher levels of contestation and radicalization between, and also within, the different religious traditions, culminating in violent Christian-Muslim clashes in different parts of Nigeria, notably in Kaduna, Jos and Kano.(6) During the past three decades, religious violence and conflict have become so closely associated with the image that people (not only outsiders, but also Nigerians themselves) have of Nigeria that the pidgin English phrase describing the country is Nigeria na war-o, which translates as “Nigeria is a war” (Smith 2007: xii).

As Falola (1998) has pointed out, several factors have been responsible for transforming
Nigeria's religious landscape into a sharp division between Muslims and Christians, along a
predominantly north-south axis. The basically Muslim Hausa-Fulani in the north have long had a dominant political and military role. Conversely, the mainly Christian Igbo in the south-east have been economically stronger, largely due to a higher educational standard and oil deposits. In addition to an uneven access to facilities and distribution of resources, other factors contributing to interreligious conflict were the effects of the Biafra War, the 1970s oil boom, the foreclosure of all democratic debate by the military regimes, the manipulation of religion to highlight ethnic differences, the difficulties of managing plural identities in a federal state system and the implementation of the shari‘a law in twelve northern states in 2000 (see also Westerlund 2004; Danfulani 2005; Sanusi 2006; Loimeier 2007).

In addition, the rapid rise and spread of Pentecostalism, or born-again Christianity, and its increased presence in the public sphere have fundamentally altered Nigeria's religious
landscape. Pentecostalism first made its appearance in Nigeria in the 1930s, when the leaders of the Aladura (“praying”) churches made contact with the Apostolic Church(7), a British Pentecostal body. Thus emerged a grouping of churches distinguished by the practices of drawing in the Holy Spirit and speaking in tongues, as well as by a concern for effective prayer and visionary guidance and for an “African” style of worship. Over the 1950s and 1960s, the influence of American Pentecostalism grew, with leading evangelists conducting revivals in Nigeria and Nigerians visiting their various headquarters in the United States. But the movement did not take off until the 1970s, when vastly increased public revenues from oil permitted a great expansion of higher education and fuelled urban growth. According to Ojo (1988), the charismatic movement had its deepest roots, and found most of its effective leaders, among university staff and students. It later moved with them off campus and continued to grow in the urban centres, still strongest among the educated young but with a broadening social base; and it expanded even faster as economic and political conditions worsened in the 1980s. By the mid-1990s, the Redeemed Christian Church of God's monthly “Holy Ghost Nights” had become perhaps the largest regular gathering of any kind – attracting between 30,000 and 40,000 people – ever held in Nigeria (Peel 2000: 314; Ukah 2009).

Over the past decades, Pentecostalism has drawn many Nigerian Christians from the mainline Protestant churches, the Roman Catholic Church and the African Independent or Aladura churches, promising them spiritual rebirth. As Marshall (1998, 2009) argues, the growing “Pentecostalisation” of Nigerian society has played a central role in the increasing political cleavage and violence along religious lines. Pentecostals are fighting what they see as « a life and death battle with the enemy », that is, with Muslims (Marshall 1998: 308). Their aggressive proselytising matches that of equally intolerant Muslim groups (Hackett 2003a: 58), leading into what Last (2007) has called an “economy of political panic” between Christians and Muslims.

In the current of religious conflict, religiously plural south-western Nigeria – a region that today is called Yorubaland – is somewhat of an exception. As illustrated by Peel (2000), Christians, Muslims and practitioners of African traditional religion (so-called “Yoruba religion” that is premised on the belief in orisa or deities who can be communicated with through oracles operated by the babalawo or diviners) have lived together relatively harmoniously in Yorubaland since the nineteenth century, making the region into an icon of ecumenism in Africa. Many extended families in Yorubaland are composed of Christians, Muslims and to a lesser extent traditionalists; and mutual participation in each other's ritual festivities is a standard feature of Yoruba social life. Given its religiously plural landscape, several of my interlocutors compared the religious situation in Yorubaland to a “shopping mall”. A Christian reverend explained, « If a Yoruba has a problem, his father will go to the mosque to pray for him, his mother will seek support in the church, and his aunty might visit a shrine to request the orisa to help. » The metaphor of the religious market confirms Peel's (2009a: 8) argument that since the remarkable coexistence between different religious traditions in Yorubaland has come about over the past 150 years, the comparison of Christianity, Islam and Yoruba religion cannot be a static exercise: « … they are less to be seen as systems or structures than as dynamic entities. »

Given Yorubaland's particular religious constellation, it is not surprising that a movement like Chrislam could prosper in its heartland, Lagos. In a series of city portraits organized by the Heinrich Böll Foundation (a think tank that is part of the German Green political movement) in Berlin in 2009, the portrait of Lagos was entitled Lagos geht unter (“Lagos is going down”). This title was well chosen, not only because it reflects the disastrous consequences of climatic change for this metropolis that originated on islands, but also because it underlines the awkward socio-economic situation confronting the estimated 12   million inhabitants. In a setting characterized by chaos, institutional collapse, poverty, high rates of unemployment, unprecedented levels of inequality, corruption and staggering levels of crime, religious organizations seem to provide their followers with the spiritual means to overcome the socio-political anxiety and economic hardship of daily life.

In a country torn apart by religious violence, Chrislam may be seen as an alternative model for Christian-Muslim unity. In an interview discussing the historical origins of the movement, Saka told me that during his second pilgrimage to Mecca he received a “divine call” from God that inspired him to bring about peace between Christians and Muslims: « The vision to bring mutual understanding between Muslims and Christians was revealed to me by Almighty God, when I rested near the Ka‘aba. In a dream, God showed me photographs of religious intolerance in Nigeria, and He assigned me to bridge the misunderstanding between the two religions. »

But although Saka frames Chrislam as an interfaith movement(8), I argue in this paper that the movement is not so much a direct response to the religious violence plaguing Nigeria, but rather that it has to be seen within a broader context of what Gore and Pratten (2003: 237) call a “culture of violence”. NIREC, the Nigeria Inter-Religious Council, founded in 1999 with the aim of promoting greater understanding among Christians and Muslims, does not recognize Chrislam as a movement propagating interfaith dialogue but rather sees it as “cult” or “sect”. The opinion of the NIREC representatives that Chrislam is “unidentifiable” and therefore “heretic”(9), was shared by many of my “mainstream” Christian and Muslim interlocutors.(10)  The “culture of violence” shaping everyday living in Lagos may explain why an increasing number of Lagosians have turned to Chrislam. It seems that this movement provides its followers with a faith-based community offering support and a road to advancement. This function becomes clear particularly in the Healing School that is organized every Tuesday morning in Chrislam‟s headquarters to instruct the participants on how they can deliver themselves from both physical and spiritual afflictions.



Chrislam’s Healing School

A recurring event in Chrislam's calendar is the Healing School.(11) The following case study gives an account of a Healing School that I attended in Chrislam‟s worship centre in Ojota, a crowded and lower-middle-class neighbourhood in the north-east of Lagos.(12) The worship centre has features of both a church and a mosque and is referred to as the “Mission” by the worshippers. Whereas most Chrislam services are led by Samsindeen Saka, this Healing School was led by two middle-aged female ministers(13), who were trained by the “general overseer” Saka. Since several participants came to the Healing School with pen and paper ready to “learn”, nobody objected to me taking notes. I was even invited to take photographs,
because this was seen as publicity for Chrislam's “global significance”.

When, after being held up for hours in a “go slow” (pidgin for traffic jam), my colleague
Mustapha and I finally arrived at Chrislam‟s worship centre at around 9 a.m., we were invited to shelter from the rain in the bookstore, where, in addition to the Bible and Qur'an, religious books written by Saka with revealing titles such as Today’s Success is Mine and Key to Happiness were sold. Because it was raining, the woman heading the bookstore was not expecting many worshippers to participate in the Healing School. Moreover, it was Ramadan, a busy time for the largely Muslim congregation.(14) I was told that although Chrislam worshippers engage in rituals fusing Christian and Muslim elements, to a certain extent they remain loyal to the religious tradition in which they were born. The bookseller explained that because many Chrislam worshippers were fasting, they were “too tired” to attend the Healing School. While we were chatting in the bookstore, Saka's black Hummer passed by.(15) He got out, waved at us and, accompanied by his driver holding an umbrella and his wife, entered his
office.

When we entered Chrislam's auditorium – a large room with mirror glass windows and
a tiled stage in the middle embellished with plastic flowers – a small group of women and
men had assembled around a fenced praying ground that, as we were told, resembled the
Ka„aba in Mecca. While the worshippers ran barefoot around the praying ground containing a well with “holy” water (Tude water), they shouted “Amen”, “God bless” and “Allah Akbar” (God is Great). After having run seven rounds(16) they stopped in front of the praying ground to sing:
    Oke Tude (Mountain of Losing Bondage), deliver us
    Deliver us from the illness in our bodies
    Oke Tude, deliver us
This hymn was followed by a prayer for health and wealth for the worshippers, their partners and children and the entire congregation. Showing their humility before God, some worshippers lay down on the floor, while others gesticulated wildly with their hands in what seemed like an attempt to persuade God to shower them with blessings.

Around 10 a.m. a middle-aged woman rang a bell to announce that the Healing School
was starting. The worshippers stopped running and sat down on the plastic chairs on the stage (women and men sat separately). Most of the women were dressed African-style, while the men wore trousers and T-shirt. Most women wore a headscarf and some also wore a hijab (veil) on top of it. Noticing these veiled women, Mustapha, who is a pious Muslim, shook his head in disbelief: « What are these women doing here? Let them go to the mosque. »

The female minister leading the Healing School, dressed in a colourful African gown and wearing an embroidered shawl around her head, entered the stage, welcomed the participants and the guests (Mustapha and me) and started singing Christian hymns in Yoruba and English(17) accompanying herself on a bell. The participants sang after her:
    Who owns the power?
    Jesus owns the power
    Jesus owns the power
    The everlasting God

    The power that never fails
    The power of God
    The power that never fails
    Come down and side with me
While most of the hymns sung by the minister invoked God and Jesus, a few praised the Prophet Muhammad. The hymns were followed by songs of thanksgiving:
    Thank you God
    For not allowing the world to take away your praises from my mouth
    Thank you God
    For not allowing the world to turn me into a miserable creature
    Thank you God
    For not allowing the world to take away my good health
While the minister increased the pace, an elderly woman dressed in white, with a headscarf on her head and holding Muslim prayer beads in her hand, started dancing, followed by the other participants.

With her eyes closed and her hands folded before her chest, the minister then struck up
Chrislam's anthem in Yoruba:
    Our God, the Creator, listen to us
    Oh God, bless Prophet Isa
    [Jesus Christ]
    And the Noble Prophet [Muhammad]
    Oh God bless Samsindeen [Saka]
    And the Noble Prophet
In the meantime, more people, delayed by the rain and “go slows”, had assembled in the worship centre. Altogether around fifty worshippers, the majority of them women, participated in the Healing School.(18)

After having sung for about thirty minutes, the minister addressed the participants: “ Praise the Lord. Hallelujah. Praise Jesus. Allah Akbar. Amin. ” She told them that after
attending today's “lesson”, the participants would witness “miracles” in their lives. This
prospect was answered by the participants' enthusiastic shouts of both the Christian “Amen” and the Muslim Amin. Then it was time for the main part of the Healing School: the “prayer points”. Prayer points refer to the issues, largely related to health, wealth and success, that Chrislam worshippers pay attention to in their prayers. The worshippers first prayed collectively, led by the minister, and then individually. The minister encouraged them to mention the specific reasons for attending the Healing School, so that they could “ open the way for the Lord to enter into their lives ”. Because the worshippers were encouraged to pray aloud, I could hear them praying for the success of their businesses, exams or visa applications, and the success in finding a possible partner, getting pregnant or gaining sexual potency. While praying, the worshippers waved and gesticulated with their arms. Some had their eyes wide open, others closed. Some hit their body or head with their fists in an attempt to empower their prayers, while others swivelled around. A few participants prayed as if they were singing a rap song, accompanying themselves by rhythmically snapping their fingers. Each prayer point was followed by singing, clapping and dancing. By ringing the bell, the minister indicated that it was time for the next prayer point.

The prayer session started with a prayer to thank God for providing for the participants'
health, prosperity and protection against “evil powers”. The minister shouted through her
microphone: “ Thank you God that I‟m not in the hospital or mortuary, but that I'm here today. ” After having thanked God exuberantly for His generosity, the session proceeded with a prayer for the forgiveness of sins. The minister told the worshippers that some of their problems were not caused by “witches and wizards” but because of their sins and so they had to pray for forgiveness: “ Open your mouth and confess your sins to God. Say „I'm a sinner‟ . All sins will be put in the dustbin today.” While they were praying for forgiveness of their sins, the worshippers kneeled down and some lay prostrate on the stage.

When everybody stood again, the minister announced the third prayer point, a prayer for
purification from “evil powers”:
    We are here for spiritual sanctification, for cleansing ourselves spiritually. Therefore we should pray vehemently. Angel Uriel, Gabriel, Michael: come down and sanctify us! Whatever you [the worshippers] have swallowed through your mouth, be it a fetish or something else, will come out today. We are here to neutralize all evil powers.
The participants shouted unanimously “ Oh yes ”. When a newcomer, a young woman, did not pray loud enough in the minister's opinion, she was incited to pray more vehemently: “ You should shout for Jesus. I want to hear your voice. Because prayers are vitamins for your soul and the key to your success, you must pray loudly. Are you hearing me? ” To give this woman the right example, the worshippers roared.

The atmosphere became more delirious and during the next prayer point – a prayer for
“spiritual power” – the participants jumped wildly on the stage, shouting, “ Oh Lord, give us the power to conquer our enemies. ” The minister incited the worshippers: “ Hold your neighbour's hands and tell her or him that all evil powers shall be destroyed today. ” The bell rang as a sign that the worshippers should calm down again, and during the fifth prayer point, seeking for the acceptance of their prayers, they prayed in a more subdued manner. The minister explained that since it was Ramadan, it was even more important to ask God for the acceptance of one's prayers.

During the next prayer point, a prayer for the protection against “spiritual attacks by
witches and wizards”, the mood became more elated again, with the participants shouting after the minister: “ Today we will set all demonic forces on fire. Today the Holy Ghost Fire will burn down all evil in our lives. Oh yes! We pray to God, Moses and Muhammad. We pray to Oke Tude, so that our bodies will be uplifted today and all our problems will be solved. ” The seventh prayer point was related to the preceding one: a prayer to destroy the “ancestral curses” that are believed to prevent one from prospering: “ The curses of our ancestors, both on the paternal and maternal side, will come to an end today. ” The minister explained this prayer point as follows: “ Don‟t depend on your relatives too much, because they maintain links with the ancestors. Be on your own!(19) The prospect that one has the possibility of redeeming the past (both the immediate past and the ancestral past) and beginning anew was embraced wholeheartedly by the worshippers, who shouted enthusiastically, “ It's true ”. Although this prayer point incited the worshippers to turn away
from their extended families, Chrislam highly values the nuclear family. The last prayer point was therefore a prayer for the worshippers' partners and children. The many childless women in the congregation prayed to God to bless them with the “fruit of the womb”.

After the prayer sessions, the minister summoned the participants to give “offerings of
thanksgiving”: “ It's better to give money than to receive it. God will replenish the money you donate today. By donating you make sure that your success will never dry up. God will bring us wealth today. Amen. ” Before putting the money in a plastic wastebasket that was standing on the stage, the worshippers prayed over the money.

Then it was time for the second part of the Healing School service: religious study. This
part was much shorter than the praying sessions. A younger female minister, dressed in a grey woman's suit with a woolly hat, read aloud from the Yoruba version of the Bible. The first minister translated the passages into broken English. They narrated the Bible story about a woman who was possessed by an evil spirit:
    " Praise the Lord. A woman had been ill for eighteen years before she was healed by Jesus. Let us stand up to pray together so that we will be healed in the same way as the woman was. Hold your neighbour's hands and pray so that you will be delivered today. Ask the Holy Spirit to release you from bondage(20) just like Jesus redeemed the possessed woman. The bondage of illness, bareness, deprivation, sorrow and frustration shall be broken today. Amen. In Jesus‟ mighty name we pray.(21) Like the people of Israel caused the fall of Jericho, today you will uproot everything that is blocking your way. From today onwards, the devil will not have power over you anymore. One, two, three, let's pray!
While the participants marched on the stage, in an attempt to trample all evil in their lives underfoot, they sang: “ Jericho fall down, fall down today ”, while making a kind of stroke symbolizing a “breakthrough” in their life. One elderly woman seemed to fall into a trancelike possession. She swivelled around, waving her arms in the air while shouting “Jesus”, but suddenly resumed herself and continued praying with the other worshippers.

When the religious study part had come to an end after about fifteen minutes, it was
time for the most crucial part of the Healing School: the distribution of Tude water. The
minister who had earlier led the prayer sessions warned the worshippers that instead of crying over their problems, they should empower themselves by drinking and washing with Tude water:
    There's power in the water [Tude water]. By drinking the water and washing with it, your business will flourish again. You are not supposed to be poor. You should move forward, but the witches and wizards tie you down so that you encounter misfortune. You are working so hard and earning so little, because of the wicked people. Today the bondage will be broken. You will be free from today onwards!
    You are not justified to be stagnant; in the name of Jesus, you are justified to command progress! In the name of Oke Tude, from today onwards stagnation is cursed in your life!
Underlining the importance of thinking positively about themselves, the minister incited the worshippers to laugh and so they alternated their prayers with bursts of laughter. She also ordered them to tell the person sitting next to them that “ Today is my day; I will receive my blessing before you. Today is my success. ”.

After having listened to the minister's religious “pep talk” for about twenty minutes(22), the participants were asked: “ Put your hands in your pockets in order to donate something [i.e. money]. ” First those who would donate 200 Naira were summoned to walk in the direction of the plastic wastebasket serving as a donation box, followed by those donating 100 Naira.(23) Those donating 50 Naira or less, i.e. the majority of the worshippers, closed ranks.(24)
During the donation of the money, the worshippers sang:
    We will harvest it, if we wait(25)
    We will harvest it, if we don‟t backslide
    Whatever we give, we will harvest it
After a last prayer for “the Mission” (that is, Chrislam), the minister requested some worshippers to tell what their problem was. Remarkably, they all complained about “itching hands”, a condition that the minister explained as metaphoric for the situation they found themselves in: being poor, unemployed and without perspectives. She guaranteed that as soon as they gave their tithes to Chrislam on a monthly basis, their hands would stop itching; a prediction that the worshippers responded to with eager shouts of “Hallelujah” and “Allah Akbar”. Then an elderly woman came forward to give testimony to the power of prayer. She told the congregation that although she was old, she had the energy to fast during Ramadan
because she broke her fast every night by drinking Tude water. Upon hearing this testimony, the minister clapped and told the congregation: “ Shout Hallelujah. Tell your neighbour: "My testimony shall be bigger than yours." ”.

Around 12 a.m. the two ministers withdrew to the fenced praying ground to bless the
Tude water, while the participants waited impatiently on the plastic chairs on the stage, eager to being “delivered”. After about ten minutes, the worshippers who had earlier donated 200 Naira were summoned to come to the well to be purified. Their heads and faces were washed with Tude water and afterwards they drank a cup of the water.(26) The same procedure was followed with those who had donated notes of 100 or 50 Naira or less, but less water was used. Since it was Ramadan, those Muslims who were fasting did not drink the water but were only washed with it. The purification ritual was followed by another three rounds of Tude running. With the blessing that “ Goodness and mercy shall follow us our entire life, forever and ever ”, the ministers concluded the Healing School. While some worshippers continued running Tude, others left for the waiting room in front of Saka‟s office, willing to wait for hours for a private consultation with “The Man of God”.


Pour lire la suite:
flèche http://www.nai.uu.se/ecas-4/panels/101-120/panel-115/Marloes-Janson-full-paper.pdf







Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ISLAM FONDAMENTALISTE, RELIGION MONDIALE UNIQUE DU NWO ? (suite)   Aujourd'hui à 0:13

Revenir en haut Aller en bas
 
ISLAM FONDAMENTALISTE, RELIGION MONDIALE UNIQUE DU NWO ? (suite)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TRANSITION ET ARCHE :: PLAN DE NOS PRÉDATEURS :: Contrôle mental :: Projet "Blue Beam"-
Sauter vers: