TRANSITION ET ARCHE


 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 CHRONIQUES DE LA TERRE d' après les travaux de ZECHARIA SITCHIN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: CHRONIQUES DE LA TERRE d' après les travaux de ZECHARIA SITCHIN   Mar 17 Fév 2009 - 2:40

CHRONIQUES DE LA TERRE - ZECHARIA SITCHIN








Auteur de "Am Anfang war der Fortschritt" (Au début était le progrès) et de "Der zwölfte Planet" (La douzième planète), ZECHARIA SITCHIN maîtrise, entre autres, l'araméen, la langue de Jésus et de ses disciples et compte parmi les 200 savants du monde capables de lire l'écriture des anciens SUMERIENS, qui fondèrent, il y a 6000 ans, la première grande civilisation dont nous avons des preuves, entre l'Euphrate et le Tigre, celle des royaumes mésopotamiens.





SITCHIN s'intéressa dès l'âge de 9 ans aux langues anciennes lorsqu'il lut en classe l'Ancien Testament dans sa langue originelle, l'hébreu. C'est alors qu'il remarqua que dans la Bible écrite en hébreu, chaque mot a une signification tout à fait exacte et que nos Bibles anglaises, allemandes, françaises ou latines ne sont que des interprétations de l'original. Chaque traducteur comprend les textes bibliques à sa façon et les interprète selon sa compréhension. Quelle différence de lire la Bible dans la langue originelle ! Lorsque Sitchin mettait le doigt sur une erreur de traduction, le professeur le réprimandait en lui rétorquant qu'il ne devait pas remettre la Bible en question. Cette expérience significative détermina toute sa carrière.

Il se mit à s'intéresser à l'archéologie, aux langues et à l'histoire de l'Orient ancien. Il commença à étudier les anciennes mythologies, les légendes des Grecs, des Hittites, des anciens Cananéens et Babyloniens et tomba sur les textes sumériens, notés sur des tablettes d'argile. Il les traduisit et en conclut une genèse sur l'HOMO SAPIENS qui est en contradiction complète avec les conceptions des grandes religions du monde. Elle est, pourtant, scientifiquement la plus compréhensible et la plus logique, de plus, elle est en parallèle avec celle des Tibétains (si on en croit le lama Lobsang Rampa), des Hawaiiens, des aborigènes d'Australie, des Indiens d'Amérique du Nord (Apaches, Hopis et Sioux), des Mayas (d'après le prétre de la confrérie blanche des Mayas, Miquel Angel) et aussi avec les dalles de pierre de l'île de Pâques. Le Vatican garde sous clé les restants des dalles de pierre qui n'ont pas été détruites. Il a de bonnes raisons pour cela, comme vous allez pouvoir le constater.





D'après la thèse de Sitchin, les "ANNUNAKIENS" des mythes sumériens, "ceux qui descendaient du ciel sur la Terre", étaient des extra-terrestres venant d'une planète encore inconnue de notre système solaire qui fait le tour du Soleil en 3600 ans. Ces Annunakiens atterrirent pour la première fois sur notre Terre il y a environ 450.000 ans pour sauver leur planète. Ils se mirent à extraire de l'or et d'autres matières premières dont ils avaient besoin et créèrent l'HOMO SAPIENS il y a 300.000 ans environ en faisant des manipulations génétiques sur des femelles d'hominiens. Ils avaient besoin d'aide, car ils ne voulaient plus extraire eux-mêmes ces matières premières. La Mésopotamie fut leur première colonie.




Bien que certains spécialistes soient sceptiques face aux thèses de Sitchin des astronautes-Dieux, le monde scientifique doit de plus en plus reconnaître que ses conclusions sont justes. Surtout depuis que les sondes spatiales américaines "Voyager" ont photographié Uranus et Neptune et prouvé que la description des Sumériens d'après laquelle les deux planètes étaient jumelles avec une végétation marécageuse bleu-vert était exacte. Uranus et Neptune ne furent, pourtant, découvertes officiellement que récemment.

WILLIAM BRAMLEY écrit dans "Die Götter von Eden" sur les Sumériens : "Sur les tablettes mésopotamiennes, la création de l'HOMO SAPIENS est attribué surtout à un "Dieu". Le nom de ce "Dieu" est EA. Il aurait été le fils d'un roi de ces extra-terrestres qui, dit-on, régnait sur une autre planète appartenant au vaste royaume de cette race extra-terrestre. Le prince EA était connu sous le titre "EN.KI", cela signifie "Seigneur (ou prince) de la Terre". D'après les textes des Sumériens, le titre d'EA n'était pas tout à fait approprié. Il aurait perdu au profit de son demi-frère ENLIL d'immenses territoires de la Terre sur lesquels il régnait, suite à une des innombrables rivalités et intrigues qui préoccupaient apparemment les régnants des civilisations extra-terrestres." On attribue au PRINCE EA non seulement la "création de l'homme" mais aussi beaucoup d'autres réalisations. Il aurait asséché les marais du golfe Persique pour les remplacer par des terres fertiles, il aurait construit des digues et des bateaux et aurait été un bon scientifique. Par sa création de l'homo sapiens, il donna la preuve qu'il s'y entendait dans la technique génétique, mais, si on en croit les tablettes en argile, cela nécessita beaucoup d'expérimentations. Et, ce qui est important, c'est qu'il aurait été bienveillant avec sa création, l'homo sapiens.




D'après les textes de Mésopotamie, EA prit parti pour le nouveau genre humain au conseil des extra-terrestres. Il s'éleva contre beaucoup de cruautés que d'autres extra-terrestres, et parmi eux son frère Enlil, infligèrent aux hommes. Il ressort des tablettes sumériennes qu'il ne voulait pas faire de l'homme un esclave mais qu'il fut mis en minorité par les autres. Les hommes qui n'étaient pour eux rien d'autre que des bêtes de somme furent traités cruellement par leur maîtres. On parle dans les tablettes de famines, maladies et de ce que nous appelons aujourd'hui, la conduite de guerre biologique. Mais comme ce génocide ne faisait pas assez régresser la population humaine, les extra-terrestres décidèrent d'exterminer les hommes en provoquant un grand déluge. Beaucoup d'archéologues confirment aujourd'hui qu'il y a eu au Proche-Orient un déluge qui remonte à des millénaires qu'on retrouve non seulement dans les tablettes sumériennes mais aussi dans l'épopée de Gilgamesh et dans l'Ancien Testament. D'après les textes sumériens, EA raconta à un Mésopotamien du nom d'Utnapischtim le plan des autres extra-terrestres et il lui apprit à construire un bateau pour qu'il prenne la mer avec sa famille, quelques artisans, un peu d'or, du bétail et des animaux sauvages. L'histoire de Noé vient, comme beaucoup d'autres histoires de l'Ancien Testament, des écrits plus anciens de la Mésopotamie. Les Hébreux ne changèrent que les noms et instituèrent un seul Dieu dans la religion juive alors qu'il y avait de nombreux dieux dans les écrits originels.






Ces vidéos retracent l' histoire de la Terre d' après les travaux de Zecharia Sitchin :


1-Evènements antérieurs au Déluge


2-Evènements postérieurs au Déluge


3-La Royauté sur Terre


4-Le Siècle Fatal


5-Epilogue







Site officiel de Zécharia Sitchin :
cligno doré http://www.sitchin.com/




Dernière édition par invitée le Lun 25 Juil 2011 - 16:02, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: CHRONIQUES DE LA TERRE d' après les travaux de ZECHARIA SITCHIN   Jeu 23 Avr 2009 - 3:53

L'ORGANISATION DES DIEUX
Le panthéon sumérien.










source:
cligno doré http://extraneens.free.fr/sumeriens.htm




Dernière édition par invitée le Dim 6 Mar 2011 - 6:11, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: CHRONIQUES DE LA TERRE d' après les travaux de ZECHARIA SITCHIN   Dim 11 Juil 2010 - 4:34

DÉCOUVERTE D'UN ÉTRANGE SARCOPHAGE SUMÉRIEN ?










Lu sur: cligno doré http://nousnesommespasseuls.xooit.com/t10510-Le-sarcophage-de-verre-sumerien.htm

« Voilà la réponse de l'archéologue avec qui je suis en contact :

J’ai regardé les deux vidéos. On ne peut naturellement pas dire grand chose sur la base de vidéos de pauvre qualité, avec par ailleurs des tendances artistique.

Ce qu’on peut définitivement affirmer, c’est que le « sarcophage » n’a rien à voir avec la culture sumérienne.

– Le lieu des vidéos est la Perse. Les journaux modernes sont perses, la langue qu’on entend parler me semble le Perse.

– Sur le sarcophage l’ iconographie et l‘écriture nous dirigent vers la culture perse/achéménide.



Les vidéos essayent de donner/donnent aux sarcophage l’air d’avoir été trouvés clandestinement, montrent l’intérieur avec le corps (trop parfaitement conservé). L’ensemble évoque un autre cas de supercherie qui est bien connu, celui d’une « princesse achéménide » trouvée en 2000 ( http://en.wikipedia.org/wiki/Persian_Princess ).



À mon avis le sarcophage est une supercherie, et la vidéo essaie de lui donner l’air d’une découverte …



Dans l'espoir que ces brèves remarques vous seront de quelque utilité, je vous prie de croire, Monsieur, à l'expression de mes sentiuments les meilleurs.
»




Dernière édition par invitée le Dim 6 Mar 2011 - 6:14, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: CHRONIQUES DE LA TERRE d' après les travaux de ZECHARIA SITCHIN   Jeu 5 Aoû 2010 - 4:53


Le nom de la ville de Babylone provient (sans doute) du nom pré-sumérien Babulu, que les Akkadiens ont expliqué étymologiquement par bab-ili(m), « la Porte du Dieu », également en arabe باب, la porte et إله, Dieu soit la Porte de Dieu; devenu plus tard bab-ilāni, « la Porte des Dieux ». Ce nom a été traduit en sumérien selon le même sens en KA.DINGIR.RA. Les Grecs ont traduit ce nom en Babylon, qui a été repris par la suite par les Européens.




source:
cligno doré http://fr.wikipedia.org/wiki/Babylone





Dernière édition par invitée le Jeu 14 Avr 2011 - 11:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: CHRONIQUES DE LA TERRE d' après les travaux de ZECHARIA SITCHIN   Dim 21 Nov 2010 - 15:29


« Nous avons le regret de vous informer que Zecharia Sitchin est décédé dans la matinée du 9 Octobre .
Des funérailles familiales privées ont eu lieu le lendemain.

La famille demande à ce que vous respectiez son intimité durant cette période difficile et de s’abstenir de communiquer directement avec les membres de la famille.
En outre, afin de rendre hommage à M. Sitchin ou pour contacter les personnes qui s’occupent de ses affaires, contacter via tributes@sitchin.com e-mail ou envoyer une lettre à PO Box 577, New York, NY 10185.

Nous apprécions le soutien que vous avez apporté au fil des années . S’il vous plaît, continuez à consulter ce site Web pour les mises à jour supplémentaires.
»



papillon 1 http://www.sitchin.com/




Dernière édition par invitée le Jeu 14 Avr 2011 - 11:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: CHRONIQUES DE LA TERRE d' après les travaux de ZECHARIA SITCHIN   Mer 1 Déc 2010 - 13:35

TEXTES SUMÉRIENS ET MYSTÈRE DE LA CRÉATION DE L'HOMME






L’affirmation que les Sumériens furent les premiers à écrire et à transmettre, selon laquelle l'"homme" fut créé par les Néfilim, semble à première vue en totale contradiction avec la théorie de l’évolution et les principes fondamentaux judéochrétiens de la Bible. Mais, en fait, les renseignements contenus dans les textes sumériens - et eux seuls - peuvent confirmer à la fois la validité de la théorie de l’évolution et la vérité du récit biblique, et démontrer qu’ils ne se contredisent pas.

Dans l’épopée Lorsque les dieux comme des hommes, dans d’autres textes particuliers, ainsi que dans quelques références, les Sumériens décrivent l’homme à la fois comme une créature voulue des dieux et comme le lien dans la chaîne évolutive qui commença avec les événements célestes décrits dans l' Épopée de la Création. Intimement convaincu que la création de l’homme avait été précédée d’une époque pendant laquelle seuls les Néfilim étaient sur Terre, les textes sumériens notent au fur et à mesure de leur déroulement les événements (par exemple l’incident entre Enlil et Enki) qui s’étaient produits « quand l’homme n’avait pas encore été créé, quand Nippour n’était habituée que par les dieux ». En même temps, les textes décrivent également la création de la Terre et le développement de sa vie animale et végétale en des termes conformes aux théories actuelles de l’évolution.

Les textes sumériens déclarent que, lorsque les Néfilim vinrent sur Terre pour la première fois, l’art de la culture des céréales et des fruits, ainsi que l’élevage du bétail n’avaient pas encore été introduits sur Terre. Le récit biblique situe la création de l’homme « au sixième jour » ou la phase du processus de l’évolution. Le livre de la Genèse affirme également qu’à une époque plus ancienne de l’évolution:

« Aucune plante des champs défrichés n’était encore sur Terre,

Aucune herbe plantée n’y avait encore poussé…

Et l’Homme n’y était pas encore pour travailler la terre.
»

Tous les textes sumériens affirment que les dieux créèrent l’homme pour qu’il accomplisse leur travail. Donnant l’explication des lèvres de Mardouk, l’Épopée de la Création rapporte ainsi la décision:

« Je créerai un Primitif inférieur »


Les termes mêmes utilisés par les Sumériens et les Akkadiens pour mentionner «l’homme» renseignent sur sa position et son but. Il était un lulu (primitif), un lulu amelu (travailleur primitif), un avilum (travailleur de force). Que l’homme ait été créé serviteur des dieux n’étonnait en rien les peuples anciens. Aux époques bibliques, le dieu était "Seigneur", "Souverain", "Roi", "Gouverneur", "Maître". Le mot communément traduit par "vénérer" était en fait avod (travailler). L’homme ancien et biblique ne "vénérait" pas son dieu, il travaillait pour lui.

« Il s’appelera Homme ».

« Je créerai un Travailleur Primitif;

Sa tâche sera de servir les dieux,

afin qu’ils soient plus à leur aise.
»

La divinité de la Bible, comme les dieux dans des récits sumériens, n’eut pas plus tôt créé l’homme qu’elle fit un jardin et l’y envoya travailler:

« Et le seigneur Dieu prit “l’Homme”

et le plaça dans le jardin de l’Éden

pour qu’il le cultive et le soigne.
»

Plus loin, la Bible décrit le Dieu, « se promenant dans le jardin dans la brise du jour », puisque le nouvel être existait pour, soigner le Jardin de l’Éden. Dans quelle mesure cette version diffère-t-elle des textes sumériens qui décrivent comment les dieux réclamèrent des travailleurs afin qu’ils puissent eux. mêmes se reposer et se détendre?

Dans la version sumérienne, la décision de créer l’homme fut adoptée par les dieux dans leur Assemblée. Il est important de noter que le livre de la Genèse - en exaltant censément les accomplissements d’un seul dieu - emploie le pluriel Élohim (littéralement "divinités") pour parler de "dieu", et comporte une étonnante remarque:

Et Élohim dit:

« Créons l’homme à notre image,

à notre ressemblance
».

À qui cette divinité unique - quoique plurielle - s’adressait-elle, et qui était le "nous" à l’image desquels l’homme devait être créé et auquel il devait ressembler ? Le livre de la Genèse ne fournit pas de réponse. Ainsi, lorsque Adam et Ève mangèrent du fruit de l’Arbre de la Connaissance, Élohim prononça un avertissement aux mêmes collègues toujours anonymes: « Regardez bien, l’homme est devenu l’un des nôtres, il connaît le bien et le mal. »

Puisque l’histoire de la création de la Bible, comme les autres récits de la Genèse, remonte à des origines sumériennes, la réponse est naturelle. En réduisant les nombreux dieux à un seul dieu suprême, le récit biblique n’est qu’une version éditée des comptes rendus sumériens des discussions de l’assemblée des dieux.

L’Ancien Testament a pris la peine de bien préciser que l’homme n’était ni un dieu ni venu du ciel. « Les Cieux sont les Cieux du Seigneur, à l’homme il a donné la Terre. » Le nouvel être fut appelé l' "Adam" parce qu’il fut créé à partir de l’adama, le sol de la terre. Il était, en d’autres termes, le "terrien".

L’Adam, auquel il ne manquait qu’un certain "savoir" et une durée divine de vie, fut, par ailleurs, créé à l’image (selem) et selon l’apparence (amout) de son (ses) créateur(s). L’emploi dans le texte des deux termes visait à ce qu’il n’y ait aucun doute quant au fait que l’homme était semblable au(x) dieu(x) à la fois, physiquement, émotionnellement, extérieurement et intérieurement.

Sur toutes les illustrations anciennes mêlant des dieux et des hommes, cette ressemblance physique est évidente. Quoique le fait que la Bible s’insurge contre la vénération d’images païennes ait laissé penser que le dieu hébreu n’avait ni image ni ressemblance, non seulement la Genèse, mais d’autres textes bibliques, témoignent du contraire. On pouvait regarder le Dieu des anciens Hébreux en face, se battre avec lui, l’entendre et lui parler. Il avait une tête et des pieds, des mains et des doigts et une taille. Le Dieu biblique et ses émissaires ressemblaient à des hommes et agissaient comme des hommes. Car les hommes furent créés pour ressembler aux dieux et agir comme eux.

Mais, dans cette simplicité même, réside un grand mystère. Comment une nouvelle créature pouvait-elle être une réplique quasi physique, mentale et émotionnelle des Néfilim? Comment, somme toute, l’homme fut-il créé?

Le monde occidental est resté longtemps attaché à la notion selon laquelle l’homme, créé délibérément, fut mis sur Terre pour la dominer et régner sur toutes les autres créatures. Puis, en novembre 1859, un naturaliste anglais du nom de Darwin publia un traité intitulé: On the Origin of Species by Means of Natural Selection, or the Preservation of Favoured Races in the Struggle for Life. Résumant environ trente années de recherche, le livre ajoutait aux réflexions antérieures concernant l’évolution, le concept de la sélection naturelle découlant de la lutte de toutes les espèces - plantes comme animaux - pour subsister.

Le monde chrétien avait été ébranlé lorsque, à partir de 1788, des géologues de renom avaient exprimé leur conviction que la Terre était très ancienne, bien plus ancienne que les 5 500 ans du calendrier hébreu. Le concept de l’évolution ne fut ainsi pas, en soi, un élément détonateur. Avant cela, des chercheurs avaient déjà noté un tel processus et les savants grecs d’aussi loin que le IVème siècle av. J.C. avaient compilé des données sur l’évolution de l’homme et de la vie végétale.

Ce qui fit l’effet d’une bombe dans la théorie de Darwin fut sa conclusion que toutes les choses vivantes - y compris l’homme - sont les produits d’une évolution. L’homme, contrairement à la conviction de l’époque, ne fut pas créé spontanément.

La première réaction de l’Église fut violente. Mais, au fur et à mesure que s’élucidèrent les faits scientifiques concernant l’âge réel de la Terre, l’évolution, la génétique, et que d’autres études biologiques et anthropologiques furent publiées, les critiques de l’Église s’estompèrent. Il semblait qu’enfin les paroles mêmes de l’Ancien Testament rendissent son récit indéfendable.

Car, comment un Dieu, qui n’a pas de corps physique et qui est universellement seul, peut-il dire:

« Faisons l’homme à notre image et selon notre ressemblance? » Mais le singe est-il à deux doigts de nous rejoindre dans la chaîne évolutive et la musaraigne n’est-elle qu’un humain auquel il manque encore de perdre sa queue et de se tenir debout?

Comme nous l’avons démontré au début de ce livre, les scientifiques modernes en sont venus à remettre en question les théories trop simples. L’évolution peut expliquer le cours général des événements qui firent se développer sur Terre la vie et les formes de vie, de la créature unicellulaire la plus simple à l’homme.

Mais l’évolution ne peut pas expliquer l’apparition de l’homo sapiens qui se produisit, pour ainsi dire, du jour au lendemain, étant donné les millions d’années que demande l’évolution, et le manque de toutes traces d’étapes antérieures qui pourraient indiquer un changement progressif à partir de l’homo erectus.

L’hominidé du genre homo est un produit de l’évolution. Mais l’homo sapiens est le fait d’un événement révolutionnaire et soudain. Il apparut de manière inexplicable il y a quelque 300 000 ans, des millions d’années trop tôt. Les savants n’ont aucune explication.

Nous en avons une. Les textes sumériens et babyloniens en ont une, l’Ancien Testament aussi.

L’homo sapiens - l’homme moderne - fut créé par les anciens dieux.

Par bonheur, les textes mésopotamiens citent précisément l’époque à laquelle l’homme fut créé.

L’histoire du labeur et de la mutinerie des Anunnaki qui s’ensuivit nous informe que « quarante périodes durant, ils durent travailler nuit et jour ». Les longues années que dura leur labeur sont bien restituées d’une dramatique façon dans les vers répétitifs.

« Dix périodes durant ils subirent le labeur;

Vingt périodes durant ils subirent le labeur;

Trente périodes durant ils subirent le labeur;

Quarante périodes durant ils subirent le labeur.
»

L’ancien texte emploie le terme ma pour "période”, et la plupart des savants l’ont traduit par "année". Mais le terme renferme aussi l’idée de "quelque chose qui s’achève et se répète".

Pour les hommes sur Terre, une année est égale à une révolution complète de la Terre autour du Soleil. Comme nous l’avons montré l’orbite de la planète des Néfilim équivalait à un shar, soit 3600 ans terrestres.

Quarante shars, soit 144 000 années terrestres après leur atterrissage, les Anunnaki protestèrent: « Ça suffit! » Si les Néfilim se posèrent pour la première fois sur Terre, comme nous l’avons démontré, il y a quelque 450 000 ans, la création de l’homme eut alors lieu il y a 300 000 ans!

Les Néfilim ne créèrent ni les mammifères, ni les primates ou les hominidés. L’Adam de la Bible n’était pas du genre homo, mais cet être, qui est notre ancêtre, était le premier homo sapiens. C’est l’homme moderne, tel que nous le connaissons, que les Néfilim créèrent.

Le point clé permettant de comprendre ce fait crucial se trouve dans le conte qui montre Enki endormi, que l’on vient réveiller pour le prévenir que les dieux ont décidé de former un adam et qu’il était de son devoir d’en trouver la façon; il répondit : « Cette créature dont vous avez prononcé le nom - ELLE EXISTE! » et il ajouta: « Apposez sur elle » - sur la créature qui existe déjà - « l’image des dieux ».

Voici donc la réponse à l’énigme: les Néfilim ne "créèrent" pas l’homme à partir de rien. Bien plus, ils prirent une créature existante et la manipulèrent pour "apposer… l’image des dieux".

L’homme est le produit de l’évolution; mais l’homme moderne, l’homo sapiens, est le produit des "dieux". Car, il y a environ 300 000 ans, les Néfilim prirent l’homme singe (homo erectus) et lui implantèrent leur propre image et leur ressemblance.

L’évolution et les contes du Proche-Orient sur la création de l’homme ne sont en rien divergents. Au contraire, ils s’expliquent et se complètent l’un l’autre. Car, sans la créativité des Néfilim, sur l’arbre généalogique de l’évolution, l’homme moderne serait encore à des millions d’années. Remontons le cours du temps et tentons de visualiser les circonstance et les événements au fur à mesure de leur déroulement.

La grande époque interglaciaire, qui commença il y a environ 435 000 ans, provoqua, avec son climat chaud, une prolifération de nourriture et d’animaux. Elle précipita l’apparition et la propagation d’un singe avancé semblable à l’homme, l’homo erectus.

En regardant autour d’eux, les Néfilim virent, non seulement les mammifères prédominants, mais aussi les primates - parmi lesquels des singes humanoïdes.
Peut-être que les hordes errantes d’ homo erectus ont été attirées et se sont rapprochées pour observer les objets enflammés qui s’élevaient vers le ciel?

N’est-il pas possible que les Néfilim aient observé, rencontré et même capturé quelques-uns de ces intéressants primates?

Le fait que les Néfilim et les singes ressemblant aux hommes se soient rencontrés est confirmé par plusieurs textes anciens. Un conte sumérien rapportant des temps primordiaux déclare:

« Lorsque l’humanité fut créée,
Ils ne savaient pas manger le pain,
Ils ne connaissaient pas le port du vêtement;
Ils mangeaient des plantes avec leur bouche comme des moutons;
Ils buvaient l’eau des fossés.
»

Un tel animal "humain" est également décrit dans l'Épopée de Gilgamesh. Ce texte raconte comment Enkidou, celui "né sur les steppes", était avant de devenir civilisé:

Des poils touffus recouvraient tout son corps,

ses cheveux étaient semblables à ceux d’une femme…

Il ne connaît ni gens, ni terres;

Il est vêtu comme quelqu’un des prés verts;

Il se nourrit d’herbe avec les gazelles;

Il côtoie les animaux sauvages

aux points d’eau;

Avec les grouillantes créatures de l’eau

son coeur se réjouit.
»



Gravure sumérienne Epopée de Gilgamesh (URIII)


Non seulement le texte akkadien décrit une sorte d’homme-animal, mais également une rencontre avec un tel être:

« Maintenant, un chasseur, un de ceux qui piègent les bêtes,

l’affronta au lieu d’abreuvage.

Lorsque le chasseur le vit,

son visage devint inerte…

Son coeur était troublé, son visage s’obscurcit,

car la tristesse avait envahi ses entrailles.
»

La situation était plus complexe qu’une simple peur lorsque le chasseur aperçut "le sauvage", ce "barbare des profondeurs de la steppe", car ce "sauvage" intervenait dans les activités du chasseur:

« Il remplissait les fosses que j’avais creusées,

il détruisait les pièges que j’avais posés;

les bêtes et les créatures de la steppe

il les a fait glisser de mes mains.
»

Nous ne pourrions pas avoir une meilleure description d’homme-singe: chevelu, poilu, un nomade errant qui « ne connaisait ni les gens, ni la terre », vêtu de feuilles « comme quelqu’un des prés verts », se nourrissant d’herbes, et vivant parmi les animaux. Cependant, il n’était pas dénué d’intelligence; au contraire, il savait détruire les pièges et comment remplir les fosses qui étaient creusées pour capturer les animaux.

En d’autres mots, il empêchait ses amis les animaux de se faire prendre par des chasseurs étrangers. De nombreux sceaux cylindriques restituent l’image de cet homme-singe ébouriffé parmi ses amis, les animaux.

Les Néfilim, face à la nécessité de trouver de la main-d’ oeuvre, résolus à trouver un Travailleur Primitif, optèrent pour une solution évidente: domestiquer un animal qui conviendrait.

L' "animal" était disponible - mais l’homo erectus posait un problème. D’un côté, il était trop intelligent et sauvage pour ne devenir qu’une simple bête de somme docile. D’un autre, il n’était pas vraiment fait pour la tâche. Il fallait changer son corps physique car il devait être capable de tenir et d’utiliser les outils des Néfilim, de marcher, et comme eux de se pencher, afin de pouvoir remplacer les dieux dans les champs et dans les mines. Il fallait qu’il eût un "meilleur cerveau" - non pas comme celui des dieux, mais suffisamment développé pour comprendre le langage, les ordres et les tâches qui lui seraient attribués. Il devait être assez malin et posséder assez de compréhension pour être un amelu obéissant et utile: un serf.

Si, comme semblent le confirmer les preuves anciennes et la science moderne, la vie sur Terre germa de la vie sur la Douzième Planète, l’évolution sur Terre aurait donc continué comme elle l’avait fait sur la Douzième Planète. Sans aucun doute, il y eut des mutations, des variations, des accélérations et des retardements occasionnés par des conditions locales différentes; mais les mêmes Codes génétiques, la même "chimie de la vie", agissant dans toutes les plantes vivantes et tous les animaux sur Terre, auraient également guidé le développement des formes de vie sur Terre dans la même direction générale que sur la Douzième Planète.

En observant les différentes formes de vie sur Terre, il ne fallut que peu de temps aux Néfilim, et à leur principal savant Ea, pour comprendre ce qui s’était produit: lors de la collision céleste, leur planète avait ensemencé la Terre de sa vie. Ainsi, l’être qui existait sous leurs yeux était très proche des Néfilim quoique d’une forme beaucoup moins évoluée.

Un processus graduel de domestication au travers des générations d’élevage et de sélection ne convenait pas. Vu l’urgence de la situation, un processus rapide était nécessaire, celui qui permettrait la "production de masse" de nouveaux ouvriers. Le problème fut posé à Ea qui trouva immédiatement la solution: "imprimer" l’image des dieux sur l’être qui existait déjà.




Le processus qu’Ea recommanda afin de réaliser une évolution rapide de l’homo erectus fut, nous pensons, une manipulation génétique.

De nos jours, nous savons comment le Code génétique rend possible le processus biologique de reproduction d’un organisme vivant résultant en une progéniture semblable aux parents. Tous les organismes vivants - un nématode, une fougère, ou un homme - ont tous des chromosomes dans leurs cellules, de minuscules corps en forme de bâtonnets à l’intérieur de chaque cellule qui contiennent des instructions héréditaires complètes pour l’organisme en question.

Lors de la fertilisation de la cellule femelle par la cellule mâle (pollen, sperme), les deux ensembles de chromosomes s’unissent pour ensuite se diviser et créer de nouvelles cellules comportant les caractéristiques héréditaires complètes de leurs cellules parentales.

L’insémination artificielle, même celle d’un ovule humain, est, dès à présent, possible. Le véritable défi est de pouvoir obtenir des croisements entre différentes familles de la même espèce, et même entre espèces différentes.

La science moderne a fait de grands progrès depuis le développement du premier hybride de maïs, le croisement d’un chien de l’Alaska et d’un loup, ou bien de la "création" du mulet (le croisement artificiel d’une jument et d’un âne) jusqu’à la capacité de manipuler la reproduction de l’homme lui-même.

Le procédé appelé clonage (du mot grec klon - "brindille") pratiqué sur un animal est identique à celui qui consiste à obtenir la reproduction de centaines de plantes semblables à partir d’une bouture de plante. Cette technique, pratiquée sur les animaux, fut, pour la première fois, réussie en Angleterre, où le docteur John Gordon remplaça le noyau d’une cellule d’un oeuf de grenouille fertilisé avec le matériel nucléaire d’une autre cellule de la même grenouille.

La formation de tétards normaux démontrait que l’ oeuf continuait à se développer, à se subdiviser et à créer une progéniture quelle que soit l’origine de l’ensemble correct de chromosomes correspondants.

Des expériences à l’Institut de la Société de l’Éthique et des Sciences de la Vie de Hastings on Hudson (État de New York) ont montré qu’il existait déjà des techniques de clonage des êtres humains.

Il est à présent possible de prendre le matériel génétique de n’importe quelle cellule humaine (pas nécessairement celui des organes sexuels) et, en introduisant les vingt trois ensembles de chromosomes complets dans l’ovule femelle, de concevoir et de donner naissance à un individu "prédéterminé". Dans la conception normale, les ensembles de chromosomes du père et de la mère s’unissent et doivent ensuite se séparer pour ne garder que vingt-trois paires de chromosomes, ce qui crée des combinaisons dues au hasard. Mais, dans le processus de clonage, le descendant est toujours une réplique exacte de la source des chromosomes non divisés.

D’après le docteur W. Gaylin, de cet Institut, nous possédons déjà « la redoutable connaissance qui permet de faire des copies exactes d’êtres humains » un nombre sans limite d’Hitler ou de Mozart ou d’Einstein (si nous avions préservé les noyaux de leurs cellules).
Mais la science de la génétique ne se limite pas à un seul procédé. Dans de nombreux pays, les chercheurs ont perfectionné un procédé nommmé "fusion cellulaire", permettant de fusionner des cellules plutôt que d’associer des chromosomes à l’interieur d’une même cellule. La conséquence d’un tel procédé est qu’il est possible de fusionner des cellules de sources différentes en une "supercellule" comprenant elle-même deux noyaux et un double ensemble de paires de chromosomes.

Lorsque cette cellule se divise, le mélange de noyaux et de chromosomes peut se séparer en un modèle différent de chacune des cellules avant la fusion. Le résultat peut être deux cellules nouvelles, chacune génétiquement complète, mais chacune avec un ensemble de Codes génétiques entièrement nouveaux, en totalité choisis parmi ceux des cellules d’origine.

Cela signifie que les cellules issues jusqu’à présent d’organismes vivants incompatibles - par exemple, celle d’un poulet et d’une souris - peuvent être fusionnées pour former de nouvelles cellules avec des mélanges génétiques entièrement nouveaux produisant de nouveaux animaux qui ne sont ni des poulets, ni des souris, tels que nous les connaissons. Ce procédé - encore plus raffiné - peut nous permettre également de sélectionner certains traits d’une forme de vie qui seront transmis à la cellule combinée ou "fusionnée".
Cela a conduit au développement du large champ des "transplantations génétiques". Il est dorénavant possible de tirer d’une certaine bactérie un seul gène spécifique et de l’introduire dans une cellule animale ou humaine, offrant ainsi à l’être résultant une caractéristique supplémentaire.

Nous pouvons supposer que les Néfilim - capables de voyager dans l’espace, il y a 450000 ans -étaient d’un niveau au moins aussi avancé que nous dans le secteur des sciences de la vie.

Nous devons admettre qu’ils étaient très conscients des diverses alternatives par lesquelles deux ensembles présélectionnés de chromosomes peuvent être réunis afin d’obtenir un résultat génétique prédéterminé, que le procédé fut apparenté au clonage, à la fusion cellulaire, aux transplantations génétiques, ou à des méthodes qui, jusqu’ici, nous sont encore inconnues. Ils avaient connaissance de ces procédés et pouvaient les appliquer, non seulement dans les éprouvettes de laboratoire, mais aussi sur des organismes vivants.

Nous avons trouvé dans les textes anciens une référence concernant un tel effort de mélange de deux sources de vie. Selon Bérossus, la divinité Bélus ("seigneur") - appelée aussi Deus ("dieu") - fit apparaître différents: « êtres hideux produits par un principe à double forme »:

Des Hommes apparurent avec des ailes, certains avec quatre, deux visages. Ils avaient un corps mais deux têtes, l’une étant celle d’un homme, l’autre celle d’une femme. De même, ils avaient plusieurs organes, l’un mâle, l’autre femelle.
L’on pouvait voir d’autres figures humaines avec des jambes et des cornes de chèvre. Certains avaient des pieds de chevaux, d’autres les membres de la croupe d’un cheval, mais par devant; ils étaient façonnés comme des hommes, ressemblant à des hippocentaures. De même, il y avaient des taureaux croisés ayant des têtes d’hommes; des chiens avec quatre corps et des queues de poissons. Il y avait des chevaux avec des têtes de chiens, ainsi que des hommes et d’autres animaux avec des têtes et des corps de chevaux et des queues de poissons. En résumé, il y avait des créatures avec les membres de toutes les espèces d’animaux…

De toutes ces créatures, il nous reste des dessins préservés dans le temple de Bélus à Babylone.

Les détails déconcertants de cette histoire pourraient bien contenir une vérité importante. Il est assez concevable qu’avant d’avoir recours à la création d’un être à leur propre image, les Néfilim tentèrent d’obtenir un "serviteur manufacturé" en expérimentant selon d’autres alternatives: la création d’un hybride singe-homme animal. Certaines de ces créatures artificielles auraient pu survivre quelque temps, mais elles étaient probablement incapables de se reproduire. Les hommes-taureaux énigmatiques et les hommes-lions (sphinx) ornant les sites de temples de l’ancien Proche-Orient n’étaient peut-être pas de pures inventions nées de l’imagination de l’artiste, mais des créatures réelles sorties des laboratoires biologiques des Néfilim des expériences sans succès commémorées par l’art et les statues.

Les textes sumériens mentionnent également des êtres humains déformés créés par Enki et la déesse mère (Ninhoursag) pendant leurs efforts pour façonner un Travailleur Primitif parfait. Un de ces textes rapporte que Ninhoursag, dont la tâche était de « lier dans la mixture le moule des dieux » s’enivra et « s’adressa à Enki »:

« Dans quelle mesure le corps de l’homme est-il bon ou mauvais? Selon que mon coeur m’inspire, Je peux rendre sa destinée bonne ou mauvaise. »



Les Annunakis Ea et Enlil - gravure sumérienne.
Remarquez le “vaisseau” dans le croissant lunaire.


Est-ce par espièglerie - si l’on s’en tient à ce texte -, mais certainement d’une manière inévitable dans un processus marqué d’essais et d’erreurs, que Ninhoursag produisit un homme qui ne pouvait pas retenir son urine, une femme qui ne pouvait pas porter d’enfants. En tout et pour tout, six êtres humains déformés ou avec des déficiences furent formés par Ninhoursag. Enki fut tenu responsable de la création imparfaite d’un homme aux yeux malades, aux mains tremblantes, au foie imparfait, au coeur défaillant; d’un second homme souffrant de maladies à son vieil âge; et ainsi de suite.

Mais enfin, l’homme parfait fut parachevé - celui qu’Enki nomma Adapa, la Bible, Adam, nos savants, l’homo sapiens. Cet être était si semblable aux dieux qu’un texte alla jusqu’à noter que mère déesse donna à sa créature, l’homme, « une peau semblable à la peau des dieux » - un corps lisse et glabre, bien différent de celui de l’homme singe hirsute.

Grâce à ce produit final, les Néfilim se trouvaient génétiquement compatibles avec les filles de l’homme, pouvaient les épouser, avoir des enfants avec elles. Mais une telle compatibilité ne pouvait exister que si l’homme avait été développé à partir de la même "graine de vie" que les Néfilim.

C’est, en effet, ce dont font foi les textes anciens. L’homme, selon le concept mésopotamien, ainsi que celui de la Bible, était fait du mélange d’un élément "divin" - le sang d’un dieu ou son "essence" - et de "l’argile" de la Terre.

En effet, le nom même de lulu désignant "l’homme", tout en contenant l’idée de "primitif", signifie littéralement "celui qui a été mélangé". Désignée pour façonner un homme, mère déesse « se lava les mains, détacha un morceau d’argile et le mélangea dans la steppe » (il est fascinant de constater ici les mesures d’hygiène prises par la déesse: elle «se lava les mains”. Nous retrouvons ces mesures et procédés cliniques dans d’autres textes traitants de la création).

L’utilisation d' "argile" terrestre mélangé au "sang” divin pour créer le prototype de l’homme est un fait fermement établi par les textes mésopotamiens. L’un d’eux, racontant comment on fit appel à Enki pour « produire une certaine grande oeuvre de sagesse » - de savoir-faire scientifique - déclare qu’Enki n’eut aucun réel problème à remplir la tâche « de faire des serviteurs pour les dieux ». « Cela peut être fait! » annonça-t-il. Il donna alors les instructions suivantes à la mère déesse:

« Ajoute à un noyau d’argile

du Fondement de la Terre,

juste au-dessus de l’Abzu

et donne-lui la forme d’un noyau.

Je fournirai les dieux bons, jeunes et savants

qui prépareront l’argile comme il convient
».


Voici la version technique que présente le chapitre 2 de la Genèse:

« Et Yahvé, Élohim, façonna l’Adam

à partir de l’argile du sol;

et il lui insuffla par les narines le souffle de la vie,

et l’Adam devint une Âme vivante.
»

Le terme hébreu généralement traduit par "âme" est nephesh, cet "esprit fugitif" qui anime une créature vivante et l’abandonne, semble-t-il, lorsqu’elle meurt.
Le Pentateuque (les cinq premiers livres de l’Ancien Testament) déconseille à plusieurs reprises de faire couler le sang des hommes et de manger le sang des animaux « car le sang est le nephesh ». Les versions bibliques de la création de l’homme font ainsi de nephesh (esprit, âme) et de sang des synonymes.

L’Ancien Testament apporte une autre information quant au rôle du sang dans la création de l’homme.

Le terme adama (dont Adam tire son nom) ne signifiait pas à l’origine simplement une terre particulièrement rouge foncée. Comme le mot akkadien équivalent adamatou ("terre rouge foncée"), le terme hébreu adama et le nom hébreu pour la couleur rouge (adom) dérivent des mots désignants le sang: adamou, dam… Quand le livre de la Genèse appela l’être créé par Dieu Adam, il eut recours au jeu sumérien favori des mots à double sens. L'Adam pouvait signifier "celui de la terre" (le Terrien), "celui de la terre rouge foncée" et "celui fait de sang".

La même relation entre l’élément essentiel des créatures vivantes et du sang existe dans les récits mésopotamiens de la création de l’homme. La maison semblable à un hôpital où Ea et mère déesse se rendirent pour enfanter l’homme s’appelait Maison de Shimti: la plupart des érudits traduisent ce mot par "la maison où sont fixées les destinées".

Mais le terme Shimti vient clairement du sumérien SHI.IM.TI qui, pris syllabe par syllabe, signifie "souffle-vent-vie". Bit shimti signifie littéralement "la maison où est insufflé le vent de la vie" .

Voilà qui, à peu de chose près, est identique à la phrase biblique. En effet, le mot akkadien utilisé en Mésopotamie pour traduire le sumérien SHI.IM.TI était napishtu - l’équivalent exact du terme biblique nephesh. Et le nephesh, ou napishtu, était un "quelque chose" de fugitif dans le sang. Si l’Ancien Testament n’offre que de très maigres indices, les textes mésopotamiens se montrent très explicites à ce sujet. Non seulement ils déclarent que le sang était requis pour le mélange utilisé pour façonner l’homme, mais ils précisent aussi que ce devait être le sang d’un dieu, du sang divin.

Quand les dieux décidèrent de créer l’homme, leur chef annonça: « J'amasserai du sang, je créerai des os. » Suggérant que le sang soit prit sur un dieu précis, « Façonnons les primitifs sur son modèle », dit Ea. En choisissant le dieu:

« De son sang, il firent naître l’Humanité;

lui imposèrent de servir,

de libérer les dieux…
»

C’était là un travail au-delà de tout entendement. Selon l’épopée Lorsque les dieux comme des hommes…, les dieux firent alors appel à la déesse de la Naissance (la déesse mère Ninhoursag) et lui demandèrent de réaliser cette tâche:

« Alors que la Déesse de Naissance est présente,

Que la Déesse de Naissance façonne une progéniture.

Pendant que la Mère des Dieux est présente,

Que la Déesse des Naissances façonne un Lulu;

Que le travailleur assure le labeur des dieux.

Qu’elle crée un Lulu Amelu,

Qu’il porte le joug.
»

Dans un texte équivalent rédigé en vieux babylonien et intitulé Création de l’homme par la déesse mère, les dieux font appel à "la sage-femme des dieux", "la Mami savante" et lui disent:

« Tu es la matrice mère,
Celle qui peut créer l’Homme.
Crée donc Lulu, qu’il porte le joug!
»

C’est alors que le texte Lorsque les dieux comme des hommes… et d’autres textes équivalents font une description détaillée de l’opération de création de l’homme. Ayant accepté ce "travail", la déesse (ici nommée NIN.TI. - "femme qui donne la vie") définit ses besoins dont certains produits chimiques ("bitumes d’Abzu") devant être utilisés pour "la purification", et "l’argile de l’ Abzu".

Quels que fussent ces matériaux, Ea n’eut aucune peine à comprendre ces demandes et, en acceptant, il dit:

« Je préparerai un bain purifiant.
Qu’un dieu soit saigné…
De sa chair et son sang,
que Ninti mélange l’argile.
»

Pour modeler un homme à partir du mélange d’argile, il fallut l’aide d’une femme féconde et capable de porter un enfant. Enki proposa les services de son épouse:

« Ninki mon épouse déesse, sera celle à enfanter.
Sept déesses-de-la-naissance
se tiendront tout près, pour l’assister.
»

Une fois réalisé le mélange du "sang" et "d’argile", la phase d’enfantement compléterait le don d’une "empreinte" divine sur la créature.

« Le destin du nouveau-né tu prononceras;
Ninki y apposera l’image des dieux;
Et ce qu’il sera est “Homme”.
»

Il se peut que certaines illustrations de sceaux assyriens aient été réalisées en relation avec ces textes - elles montrent comment la Déesse Mère (son symbole était le tranchet du cordon ombilical) et Ea (dont le symbole original était le croissant) préparaient les mélanges, récitant les incantations, pressant chacun à commencer.

L’intervention de l’épouse d’Enki, Ninki, dans la création du premier spécimen réussi de l’homme nous rappelle le conte d’ Adapa, dont nous avons parlé dans un chapitre antérieur:

« En ces époques-là, en ces années-là,
Le Sage d’Eridi, Ea,
le créa comme modèle des hommes.
»

Les savants ont supposé que les références, mentionnant Adapa comme un des "fils" d’Ea, laissent entendre que le dieu aimait tant cet humain qu’il l’adopta. Mais, dans le même texte, Aniu parle d’Adapa comme « la progéniture humaine d’Enki ». Il semble que la participation de l’épouse d’Enki dans le processus de création d’Adapa, l' "Adam modèle", créa effectivement une certaine relation généalogique entre le nouvel homme et son dieu: Ninti fut réellement enceinte d’Adapa!

Ninti bénit l’être nouveau et le présenta à Ea. Certains sceaux dépeignent une déesse, flanquée de l’Arbre de Vie et de récipients de laboratoires, tenant un être nouveau-né. L’être ainsi créé, que les textes mésopotamiens désignent à plusieurs reprises sous le nom d' "homme modèle" ou "moule" était apparemment la bonne créature, car les dieux d’alors réclamèrent des répliques. Ce détail, en apparence insignifiant, apporte cependant un éclaircissement, non seulement sur le procédé par lequel l’humanité fut "créée", mais également sur les renseignements par ailleurs contradictoires contenus dans la Bible.


Selon le chapitre 1er de la Genèse:

« Élohim créa l’Adam à Son image »


Le chapitre 5, intitulé Livre des Généalogies d’Adam, déclare que:

« à l’image d’Élohim Il le créa.

Mâle et femelle Il le créa.

Le jour où Élohim créa Adam,
»


En même temps, il est écrit que Dieu créa, à son apparence et à son image, un seul être unique, l'Adam et, de façon apparemment contradictoire, qu’à la fois un mâle et une femelle furent créés simultanément. La contradiction semble plus nette encore dans le chapitre 2 de la Genèse, qui dit précisément que Adam était seul pendant un moment, jusqu’à ce que Dieu l’endormît et façonnât la femme à partir de sa côte.

« À l’apparence d’Élohim Il le créa.

Mâle et femelle Il les créa,

puis Il les bénit, et les appela “Adam”

le jour même de leur création.
»

Cette contradiction, qui a intrigué aussi bien les savants que les théologiens, disparaît dès lors que l’on comprend que les textes bibliques constituaient un condensé des sources sumériennes originales. Ces sources nous informent que, après avoir tenté de créer un Travailleur Primitif en "mélangeant" les hommes-singes aux animaux, les dieux en conclurent que la seule solution efficace consisterait à mélanger les hommes singes et les Néfilim eux-mêmes. Après plusieurs échecs, un "modèle", Adapa/Adam fut créé. Il n’y eut donc, en premier lieu, qu’un seul Adam.

Dès que Adapa/Adam se révéla être la bonne créature, il fut utilisé comme modèle génétique, ou "moule", pour la création de répliques, et ces répliques n’étaient pas seulement des mâles, mais aussi des femelles. Comme nous l’avons expliqué plus tôt, la "côte" biblique à partir de laquelle fut créée la femme consistait en un jeu de mot sumérien TI ("côte" et "vie") confirmant qu’Ève était faite de "l’essence vitale" d’Adam.

Les textes mésopotamiens nous offrent le récit d’un témoin de la première production de répliques d’Adam.

Sous la direction d’Enki, dans la Maison de Shimti où est "insufflé" le souffle de la vie, Enki, la déesse mère et quatorze déesses de la Naissance se réunirent. Une "essence" de dieu fut réalisée, le "bain purificateur" préparé. Ea nettoya l’argile en présence de déesse mère tout en récitant sans cesse l’incantation suivante:

« Ea, ce dieu qui purifie la naphistu, parla.
Assis près d’elle, il l’encourageait.
Après qu’elle eut récité son incantation,
Elle tendit la main vers l’argile.
»

Nous voilà à présent dans le secret du processus détaillé de la création en masse de l’homme. En la présence de quatorze déesses de la Naissance.

« Ninti prit du bout des doigts quatorze morceaux d’argile;

Elle en déposa sept sur sa droite,

Elle en déposa sept sur sa gauche.

Entres elles, elle placa le moule.

… les cheveux elle…

… le couteau du cordon ombilical.
»

De toute évidence, les déesses de la Naissance étaient divisées en deux groupes. « Les sages et savantes, deux fois sept déesses de la Naissance étaient assemblés », est-il expliqué plus loin dans le texte. En leur matrice, la mère déesse déposa le "mélange d’argile". Certains indices laissent entrevoir une opération chirurgicale: la coupe ou le rasage des cheveux, la préparation d’un instrument de chirurgie, un tranchet. À présent, il n’y avait plus qu’à attendre:


« Les déesses de Naissance étaient maintenues ensemble.

Ninti, assise, comptait les mois.

Le 10e mois fatidique s’approchait;

Le 10e mois arriva;

La période d’ouverture de la matrice s’était écoulée.

Sa figure rayonnait de compréhension:

Elle couvrit sa tête, accomplit sa tâche de sage-femme.

Elle se ceignit la taille, prononça la bénédiction.

Elle dessina une forme; dans le moule se trouvait la vie.
»

Il semble que le drame de la création de l’homme fut accentué par une naissance tardive. On se servit du "mélange" d'"argile" et de "sang" pour rendre enceintes quatorze déesses de naissance. Mais neuf mois s’écoulèrent, et le dixième mois commença. « La période de l’ouverture du ventre s’était écoulée. » Comprenant ce que nécessitait la situation, déesse mère « accomplit sa tâche de sage-femme ». Le fait qu’elle pratiqua une certaine opération chirurgicale est souligné plus clairement (malgré sa fragmentation) dans un texte parallèle:

« Ninti… compte les mois…
Au 10e mois fatidique, ils s’appelèrent;

La Dame Dent la Main Ouvre arriva.
Avec le… elle ouvrit le ventre.
Son visage s’illumina de joie.
Sa tête était recouverte;
… fit une ouverture;

Ce qui se trouvait dans le ventre sortit. Bouleversée de joie, déesse mère laissa échapper un cri: « J’ai créé! Mes mains l’ont fait!
»



Enki et NinTi en pleine opération de “création”


Comment fut accomplie la création de l’homme? Le texte Lorsque les dieux comme les hommes… contient un passage dont le but est d’expliquer pourquoi le "sang" d’un dieu devait être mélangé dans l'"argile". L’élément "divin" requis n’était pas de simples gouttes de sang d’un dieu, mais quelque chose de plus essentiel et durable. Il nous est dit que le dieu qui fut sélectionné avait le TE.E.MA - un terme qui, selon les spécialistes compétents (W.G. Lambert and A.R. Millard de l’Université d’Oxford), se traduit par "personnalité". Mais le terme ancien est beaucoup plus spécifique; il signifie littéralement "celui qui abrite, qui retient la mémoire". De plus, le même terme apparaît dans la version akkadienne comme etemu, ce qui se traduit par "esprit". Dans chaque cas, nous avons affaire à "quelque chose" dans le sang du dieu qui était le réceptacle de son individualité. Nous sommes certains que tout cela est une manière détournée de spécifier ce qu’Ea cherchait lorsqu’il fit passer le sang du dieu par une série de "bains purifiants": les gènes du dieu. La raison qui réclamait que cet élément divin fût parfaite ment mélangé avec un élément terrien est ainsi défini:

« Dans l’argile, dieu et Homme seront liés,

en une unité réunis;

Si bien que, jusqu’à la fin des jours

la Chair et l’Âme

qui, dans un dieu, ont mûri

cette Âme soit liée dans une parenté-de-sang;

Comme son Signe, la vie le proclamera.

Afin que cela ne soit pas oublié,

Que l’ “âme” soit liée dans une parenté-de-sang.
»

Ce sont des paroles très fortes et peu comprises par les savants. Le texte déclare que le sang du dieu était mélangé dans l’argile afin de lier génétiquement le dieu et l’homme "jusqu’à la fin des jours" afin qu’à la fois la chair (l’"image") et l’âme (la "ressemblance") des dieux s’impriment sur l’homme dans une parenté-de-sang qui ne pourrait jamais être désunie.

L’Épopée de Gilgamesh raconte que, lorsque les dieux décidèrent de créer un double pour le partiellement divin Gilgamesh, déesse mère mélangea de l'"argile” avec l'"essence" du dieu Ninourta.

Plus loin dans le texte, la fameuse force d’Enkidou est imputée au fait qu’il avait en lui l'"essence d’Anou", un élément qu’il acquit par l’intermédiaire de Ninourta, le petit-fils d’Anou.

Le terme akkadien Ki_ir fait référence à une "essence", une "concentration" que possédaient les dieux des cieux. E. Ebeling résuma ainsi les efforts déployés pour comprendre la signification exacte de Ki_ir en déclarant que, comme « essence, ou une nuance de ce terme, il pourrait ainsi bien s’appliquer aux divinités qu’aux missiles des Cieux ». E.A. Speiser émit l’opinion que le terme impliquait également « quelque chose qui était venu des Cieux ». Ce terme était, écrivit-il, empreint de la connotation suivante: « comme cela serait indiqué par l’usage du terme dans des contextes médicinaux ».

Nous en revenons à un simple et seul mot de traduction: gène. Les indices des textes anciens -aussi bien mésopotamiens que ceux de la Bible - suggèrent que le procédé adopté pour fusionner deux ensembles de gènes - ceux d’un dieu et ceux d’un homo erectus - comportait l’utilisation de gènes mâles comme éléments divins et l’utilisation de gènes femelles comme éléments terrestres.

Le livre de la Genèse, affirmant à maintes reprises que la divinité créa Adam à son image et à sa ressemblance, décrit la naissance de Seth, fils d’Adam, en ces mots:

« Et Adam vécut cent trente ans,

et il eut un descendant

en sa ressemblance et en son image;

et il lui donna le nom de Seth.
»

La terminologie est identique à celle dont on se servit pour décrire la création d’Adam par la divinité! Mais Seth fut certainement né d’Adam par un processus biologique - la fécondation d’un oeuf femelle par le sperme mâle d’Adam, avec la conception qui s’ensuivit, la grossesse et la naissance. La terminologie identique dénote un processus identique, et la seule conclusion possible est qu’Adam, lui aussi, fut engendré par la divinité par un processus de fécondation d’un oeuf femelle avec le sperme mâle d’un dieu.

Si l’"argile" dans laquelle était mélangé l’élément divin était un élément terrestre - comme le précisent tous les textes - la seule conclusion possible, en fait, est que le sperme mâle d’un dieu - son matériel génétique - fut inséré dans l’oeuf d’une femme-singe!

Le terme akkadien pour "argile" - ou plutôt "argile à modele"» - est tit. Mais son orthographe originale était TI.IT ("ce qui est avec la vie"). En hébreu, tit signifie "boue"; mais son synonyme est bo, qui partage la même racine avec bisa (marécage) et besa (oeuf).

L’histoire de la création abonde en jeu de mots. Nous avons vu les doubles et triples significations d’Adam-adama-adamtudam. L’épithète de la déesse mère, NIN.TI, signifie à la fois "dame de vie" et "dame de la côte". Pourquoi bos-bisabesa (argile-boue-oeuf) ne serait-il pas un jeu de mots sur les ovules féminins?

L’ovule d’une femelle homo erectus, fécondé par les gènes d’un dieu, était alors implanté dans le ventre de l’épouse d’Ea; et après avoir obtenu le "modèle", des répliques furent implantées dans les ventres des déesses de naissance, pour y subir le processus de la grossesse et de la naissance.

« Les doubles-sept Sages et savantes

Déesses de la Naissance s’étaient assemblées;

Sept donnèrent naissance à des mâles,

Sept donnèrent naissance à des femelles.

La Déesse de la Naissance apporta

Le Vent et le Souffle de la Vie.

En paires, ils furent achevés.

En paires, ils furent achevés en sa présence.

Les créatures étaient le Peuple

Créatures de la Déesse Mère.
»


L’ homo sapiens avait été créé.

Les légendes anciennes, les mythes, l’information contenue dans la Bible et les sciences modernes s’accordent à plus d’un titre. Tout comme les résultats des anthropologues modernes que l’homme évolua et émergea du sud-est de l’Afrique - les textes mésopotamiens laissent penser que la création de l’homme eut lieu dans l’Apsu - dans le Monde d’En-Bas où était située la Terre des Mines. Comme pour Adapa, le "modèle" de l’homme, certains textes font allusion à "l’Amama sacrée, la femme de la Terre" dont la demeure était dans l’Apsu.

Dans le texte de la Création de l’homme, Enki donna les instructions suivantes à la déesse mère: « Mélange et fais un noyau de l’argile du Fondement de la Terre, juste au-dessus de l’Abzu. » Un hymne aux créations d’Ea dont « l’Apsu façonna pour qu’elle soit sa demeure », commence par la déclaration:

« Divin Ea dans l’Apsu
prit une pincée d’argile,
créa Kulla pour restaurer les temples.


L’hymne continue de donner la liste des spécialistes de la construction, ainsi que ceux responsables « des produits abondants des montagnes et de la mer » qui furent créés par Ea - tous, est-il suggéré, à partir de pincées d'"argile" prises dans l’Abzu, la Terre des Mines dans le Monde d’En-Bas.

Les textes précisent clairement - et souvent - que lorsque Ea construisit une maison de briques au bord de l’eau à Éridou, il construisit dans l’Abzu une maison ornée de pierres précieuses et d’argent. C’était là que sa créature, l’homme, eut son origine:

« Le seigneur de l’AB.ZU, le roi Enki…
Construisit sa maison d’argent et de lapis-lazuli;
Son argent et son lapis-lazuli, comme des lumières étincelantes,
Le père façonna habilement dans l’AB.ZU.
Les créatures d’une contenance brillante,
Provenant de l’ AB.ZU,
Se tenaient tout autour du Seigneur Noudimmoud.
»

On peut même conclure, à partir de textes différents, que la création de l’homme fit surgir la discorde parmi les dieux. Il semblerait qu’au début tout au moins, les nouveaux Travailleurs Primitifs furent confinés à la Terre des Mines. En conséquence, les Anunnaki qui travaillaient à Sumer même, se virent privés des bénéfices de la nouvelle main-d’oeuvre. Un texte énigmatique, intitulé par les savants Le Mythe de la Pioche, est en fait un compte rendu des événements qui retracent comment les Anunnaki demeurant à Sumer sous l’autorité d’Enlil obtinrent leur juste part des Gens à Tête-Noire.

Cherchant à rétablir l'"ordre habituel", Enlil eut recours à l’ultime mesure de couper les contacts entre le "Ciel" (la Douzième Planète et les vaisseaux spatiaux) et la Terre. Puis il prit des mesures radicales contre le lieu "où la chair jaillit". Le Seigneur Enlil, dont les décisions sont inaltérables, se dépêcha véritablement de séparer le Ciel de la Terre de façon que les créés puissent avancer. Dans le « lien Ciel-Terre » il fit une entaille, afin que les créés puissent monter du Lieu-où-la-Chair-Jaillit.
Pour s’opposer à la « Terre de la Pioche et du Panier », Enlil façonna une arme merveilleuse dénomée ALA.NI. ("hache qui génère du Pouvoir"). Cette arme avait une "dent" qui « comme le boeuf à une corne » pouvait attaquer et détruire de gros murs. D’après toutes les descriptions, c’était une sorte d’énorme perceuse, montée sur un véhicule à l’image d’un bulldozer, qui écrasait tout ce qui était sur son passage:

« La maison qui se soulève contre le Seigneur,
La maison qui ne se soumet pas au Seigneur,
Le ALA.NI. la fait se soumettre au Seigneur.
Des mauvais… les têtes de leurs plantes elle écrase;
Arrache les racines, déchire la couronne.
Équipant son arme d’un “pourfendeur de terre”,
Enlil lança l’attaque:
Le seigneur appela l’ALA.NI., lui donna ses ordres.
Il posa le Pourfendeur comme une couronne sur sa tête,
Et le conduisit là-où-Ia-chair-jaillit.
Dans le trou se trouvait la tête d’un homme;
De la terre, les gens passaient à travers vers Enlil.
Il fixa son regard sur les Têtes-Noires d’une manière ferme.
»

Pleins de reconnaissance, les Anunnaki firent une demande d’importation de Travailleurs Primitifs et ils ne perdirent pas une minute à les mettre au travail:

« Les Anunnaki s’approchèrent de lui,
Élevèrent leurs mains en salutations,
Apaisant le coeur d’Enlil avec des prières.
Ils le sollicitèrent pour obtenir des Têtes-Noires.
Au peuple des Têtes-Noires,
ils donnèrent une pioche à tenir.
»

Ainsi le livre de la Genèse nous fait part qu'Adam fut créé quelque part à l’ouest de la Mésopotamie, puis il fut conduit vers l’est en Mésopotamie pour travailler dans le Jardin de l’Éden:

« Et le Dieu Yahvé
Planta un verger dans l’Éden, à l’est… Et il prit Adam
Et le placa dans le Jardin d’Éden Pour le travailler et l’entretenir.
»



Adam et Eve - gravure sumérienne



[size=14Source: Magazine Les Enigmes de l'Histoire n°3, juillet 2009
d’après La Douzième planète de Z. Sitchin[/size]




source:
cligno doré http://www.neotrouve.com/?p=936




Dernière édition par invitée le Ven 28 Oct 2011 - 7:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: CHRONIQUES DE LA TERRE d' après les travaux de ZECHARIA SITCHIN   Dim 24 Juil 2011 - 18:29

DES SCIENTIFIQUES AURAIENT TROUVÉ DES GÈNES
EXTRATERRESTRES DANS L'ADN HUMAIN







Le 22 juillet 2009, le Professeur H.K. CHANG s’est vu solennellement remettre les insignes de Commandeur des Palmes Académiques lors d’une cérémonie organisée à la Résidence de France, en présence de son épouse, de plusieurs dizaines de professeurs représentants les 8 universités hong-kongaises, et d’éminents hommes d’affaires dont beaucoup avaient été ses anciens élèves.

Plus haut grade de cette distinction, instituée par l’Empereur Napoléon 1er en 1808 pour célébrer et reconnaître les enseignants, les scientifiques et les chercheurs, promouvoir la connaissance, les insignes de Commandeur des Palmes Académiques n’avaient été remis jusque là qu’à un seul bénéficiaire à Hong-Kong.

Soulignant la remarquable expérience internationale du Professeur CHANG, qui l’avait notamment conduit à enseigner pendant deux ans en France à l’université Paris-Val de Marne à Créteil, mais aussi dans les meilleurs universités américaines et chinoises (Tsinghua, Beijing Union Medical College, Foreign Studies University of Beijing, son travail scientifique considérable (plus de 100 articles et plus d’une dizaine d’ouvrages) le Consul-Général a surtout mis en valeur deux mérites exceptionnels du Professeur CHANG, qui justifiaient la reconnaissance particulière de la France:

    - son action inlassable, depuis sa nomination en 1996 en tant que président de City University of Hong-Kong, en faveur du développement de relations universitaires et scientifiques du plus haut niveau entre la France et Hong-Kong, marqué par la création du premier double-diplôme en 2004, la mise en place d’un mastère conjoint en mathématiques financières avec l’université de Paris-Dauphine, la nomination de plusieurs professeurs français de haut niveau au sein du corps enseignant;

    - son action remarquable en faveur de la francophonie non seulement à City University, mais aussi a Hong-Kong en général, à travers notamment la science. C’est ainsi, grâce au Professeur Chang et en liaison avec le Consulat, qu’a été mis en place un programme d’invitation et de conférénces de tous les Prix Nobel ou Médailles Fields français, qui se poursuit avec succès depuis 2005.
Enfin, très bon francophone lui même, le Professeur Chang s’est, depuis sa récente retraite, consacré activement à la promotion du dialogue des cultures au niveau international, et notamment entre la Chine et l’Europe.



Des civilisations d’êtres humains avancés sont-elles dispersées dans la galaxie ?

Un groupe de chercheurs travaillant sur le Projet Génome Humain indiquent qu’ils ont fait une découverte scientifique étonnante: ils croient que les prétendus 97 % de séquences non codantes de l’ ADN humain n’est rien de moins qu’un code génétique de formes de vie extraterrestres…

Le professeur Chang et ses collègues de recherche prouvent que des lacunes de l’apparente programmation extraterrestre dans le séquençage de l’ADN, précipité par une hâte hypothétique pour créer la vie humaine sur terre, ont donné à l’humanité une croissance illogique de masses de cellules que nous connaissons sous le nom de cancer.

Un groupe de chercheurs travaillant sur le Projet Génome Humain indique qu’ils ont fait une découverte scientifique étonnante: ils croient que les prétendus 97 % de séquences non codantes de l’ ADN humain n’est rien de moins qu’un code génétique de formes de vie extraterrestres…
Les séquences non codantes sont communes à toute la matière organique sur terre, des moules aux humains.
Dans l’ADN humain, elles constituent la plus grande partie de tout le génome, dit le Pr Sam Chang, directeur du groupe.
Les séquences non codantes, à l’origine connue sous le nom d’"ADN poubelle", ont été découvertes il y a des années et leur fonction reste un mystère. L’écrasante majorité de l’ADN humain est « hors de ce monde » de part son origine.
Les « gènes poubelles extraterrestres » apparents « profitent simplement du voyage » avec les gènes actifs fonctionnels transmis de génération en génération.

Après analyse complète avec l’aide d’autres scientifiques, d’informaticiens, de mathématiciens et d’autres savants, le professeur Chang s’est demandé si l’apparemment"ADN poubelle humain" avait ete créé par une sorte "d’extraterrestres programmeurs".
Les morceaux étrangers dans l’ADN humain, observe encore le professeur Chang, « ont leurs propres veines, artères et leur propre système immunitaire qui résiste vigoureusement à tous nos médicaments anticancereux. »
Le Professeur Chang stipule encore que « notre hypothèse est qu’une forme de vie extraterrestre supérieure a entrepris de créer une nouvelle vie et de l’implanter sur diverses planètes. La terre est juste l’une d’entre elles. Peut-être, après programmation, nos créateurs nous cultivent de la même manière que nous cultivons des bactéries dans des boîtes de Petri. Nous ne pouvons pas connaître leurs motifs – si c’était une expérience scientifique ou une manière de préparer de nouvelles planètes à la colonisation ou si c’est depuis longtemps affaire de semer la vie dans l’univers. »
Le Professeur Chang indique encore que « si nous pensons à cela en termes humains, les "programmeurs extraterrestres" apparents travaillaient le plus probablement sur un "grand code" consistant en plusieurs projets et les projets devraient avoir produit diverses formes de vie pour differentes planètes. Ils ont également essayé diverses solutions. Ils ont écrit "le grand code", l’ont éxécuté, n’ont pas aimé certaines fonctions, les ont modifiées ou en ont ajouté de nouvelles, l’ont éxécuté encore, ont fait plus d’améliorations et ont fait de multiples essais. »

L’équipe de chercheurs du professeur Chang conclut en outre que « les "extraterrestres programmeurs" apparents ont pu avoir reçu l’ordre de couper court tous leurs plans idéalistes de l’avenir quand ils se sont concentrés sur le "projet terre" pour tenir leur délai.
Très probablement dans une precipitation apparente, les "extraterrestres programmeurs" ont pu avoir réduit drastiquement le grand code et fourni le programme de base prévu pour la terre.
»

Le Professeur Chang est seulement l’un des nombreux scientifiques et autres chercheurs qui ont découvert les origines extraterrestres de l’humanité.

Le professeur Chang et ses collègues de recherches prouvent que « des lacunes de l’apparente programmation extraterrestre dans le séquençage de l’ADN précipitée par une hâte hypothétique pour créer la vie humaine sur terre ont donné à l’humanité une croissance illogique de masses de cellules que nous connaissons sous le nom de cancer. »

Le Professeur Chang indique encore que « ce que nous voyons dans notre ADN est un programme se composant de deux versions, un grand code et un code de base ». M. Chang affirme alors que « le premier fait est que le programme complet n’a certainement pas été ecrit sur terre; c’est maintenant un fait verifié. Le deuxième fait est que ces gènes par eux-mêmes ne sont pas suffisants pour expliquer l’évolution; il doit y avoir quelque chose de plus en jeu. »

« Tôt ou tard », dit le professeur Chang « nous devrons affronter la notion incroyable que chaque vie sur terre porte le code génétique de son cousin extraterrestre et que l’évolution n’est pas ce que nous pensons. »


John Stokes

Traduit par Maat

Article original: strass 1 http://www.agoracosmopolitan.com/home/Frontpage/2007/01/08/01288.html





source:
petit gris http://www.wikio.fr/article/10736611



Article complémentaire:
petit gris http://www.bibliotecapleyades.net/ciencia/ciencia_adn07.htm


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: CHRONIQUES DE LA TERRE d' après les travaux de ZECHARIA SITCHIN   Aujourd'hui à 3:56

Revenir en haut Aller en bas
 
CHRONIQUES DE LA TERRE d' après les travaux de ZECHARIA SITCHIN
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TRANSITION ET ARCHE :: CIVILISATIONS DISPARUES ::  Anciennes civilisations-
Sauter vers: