TRANSITION ET ARCHE


 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherS'enregistrerConnexion
anipassion.com
Partagez | 
 

 INFILTRATION ET INSTRUMENTALISATION DE L'ISLAM PAR LES SATANISTES : LE NAZISLAMISME

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: INFILTRATION ET INSTRUMENTALISATION DE L'ISLAM PAR LES SATANISTES : LE NAZISLAMISME   Ven 20 Juil 2012 - 22:22

LES FRÈRES MUSULMANS : TROUPES DE CHOC DE LONDRES
POUR UN NOUVEL ÂGE DES TÉNÈBRES





I. Introduction

The period from the fall of the Shah of Iran' to Ayatollah Khomeini marked a turning point in the history of the Middle East and of the Islamic World. The establishment of the Ayatollah's Islamic Republic of Iran inaugurated the implementation of the AngloAmerican financial interests and British Intelligence's strategy to impose a "New Dark Age" across the region.

To appreciate the enormity of the implications of the Khomeini revolution in Iran, it is necessary to look beyond the geopolitical struggle along Zbigniew Brzezinski's "arc of crisis," and beyond the strategic debates about the viability of an Islamic movement to combat communism. One must look into the horrifyingly empty eyes of Khomeini's supporters. Like the insane cultist followers of Reverend Jim Jones's People's Temple, the mindless "Islamic revolutionaries" of Iran have lost their human souls. Led by confused and fanatical mullahs, of whom Khomeini is only the best known, the masses of Iran's revolt have been plunged into the abyss of sheer insanity. Without immediate assistance from outside Iran, the population of that unfortunate nation will shortly become an unsalvageable mob.

In this report, we will demonstrate that the upsurge of Islamic orthodoxy-whether of the Iran variety, or that of the more commonly known Muslim Brotherhood, or the Jamaati Islam of Pakistan, or even the mystical Sufi brotherhoods of Asia-is a project of the City of London.

Two interrelated consequences - and policy goals - can be identified with regard to the New Dark Ages strategy of the London Islamic mafia. The first is most immediately obvious: if the Muslim revolution is permitted to proceed along its present course, the population of the entire Islamic world will be reduced by half to two-thirds. Already, Iran is following the "Cambodia model," with urban populations being relocated to rural areas and mass unemployment plaguing the country. With the breakdown in central authority, tribal and sectarian warlords are asserting demands for autonomy, and Iran's countryside is being swamped with wandering rebel armies that pillage rival cities.

This process now threatens to spill over into the Arab world, Turkey, Pakistan, and Afghanistan. The fragmentation of the Middle East along such lines has been dubbed the "Bernard Lewis plan," named after the British' Oxford scholar of Islam, who is a close collaborator of British and Israeli intelligence and a consultant to Brzezinski's NSC.

Second, there is the effect of the Khomeini revolution on the minds of the Muslim populations, especially the youth. Students, youth, and others are being systematically brainwashed into automatons. By the hellish chants of the adherents to the Muslim Brotherhood, the precious creative mental abilities of an entire generation are being destroyed.

The instrument of this British-inspired devastation is the Muslim Brotherhood, the Ikhwan al-Muslimun.


Origins at Oxford

In the immediate sense, the Ikhwan is an outgrowth of a movement within the Muslim world that began in the 19th century, under the direction of Oxford and Cambridge universities and the mystical circles of the Scottish Rite of Freemasonry. It had its origins among the British-sponsored cults of Islam, including the secret Sufi societies and groups like the Bahai cult. The political godfather of the Muslim Brotherhood was Jamal ai-Din ai-Afghani and his disciples, the "reformers" of Islam, and the Salafiyya group.

But in the longer run the Muslim Brotherhood must be seen as the product of a centuries-long decay of Muslim culture that began with the evil cult of Asharism and its chief spokesman al-Ghazali, born in 1058. AI-Ghazali, the enemy of science and rational inquiry, was the bitter, lifelong enemy of the influence of the great Islamic genius Ibn Sina. AI-Ghazali's work has been carefully studied and catalogued by British Islamicists over the years, and has been tapped by British intelligence as the key source for subversion of the cultural institutions of the Muslim world, since at least the 18th century.

It is for this reason that the Executive Intelligence Review commissioned a team of U.S. Labor Party experts to prepare this report. The method employed in the report is one uniquely developed by the U.S. Labor Party. The efforts of governments and intelligence agencies of the Muslim nations, Western Europe, and even the Soviet Union have, so far, pruved utterly inadequate to grasp the method employed by the British in fueling the Islamic movement - what Bernard Lewis calls "The Revolt of Islam." Unless the material contained in this report is absorbed and acted upon by the national governments of the Arab states, Turkey, and so forth, the Khomeini disease will spread unphecked. The national security of every state in the area depends on meeting this danger directly.

While the report has been prepared with those Middle Eastern governments particularly in mind, it is also aimed at a U.S. readership whom the daily press has barraged with disinformation about the "spontaneity" and "inevitability" of the religious backlash against modernization in Iran. The story of the Muslim Brotherhood is crucially illuminating for policy-makers and investors who are instinctively prepared to stake their decisions on high-technology development in the Third World, but are now being told that "the lessons of Iran" flash a caution light against rapid economic progress.

Already, Iran and Pakistan have been seized by perhaps mortal cases of the Muslim Brotherhood disease. A concerted effort has been launched across the Iranian and Pakistani borders to topple the government of Prime Minister Taraki in Afghanistan. The government of Turkey is threatened by a Muslim Brotherhood-led revolt, in coordination with the fundamentalist National Salvation Party, that could very soon lead to the establishment of a junta like Pakistan's in Ankara. According to well-informed sources, both Malaysia and Indonesia are slated for Muslim revolts. In the Arab world, Syria and Jordan have been specially targeted for Muslim Brotherhood activity, and Teheran has recently been implicated in fueling Ikhwan activities in these countries. In Saudi Arabia, since the death of King Faisal by an assassin's bullet- an assassin linked to the Muslim Brotherhood and to British intelligence and Henry Kissinger - the brotherhood has gained by leaps and bounds, under the careful guidance of the backward Prince Abdullah, the chief of the Saudi National Guard. Throughout North Africa and southward into Africa's Muslim regions, the Ikhwan is reportedly growing rapidly.

We present first a short history of the movement known as the Muslim Brotherhood from its formal inauguration in 1929 until its crushing by President Nasser of Egypt in 1954. We then show the background and origins of the brotherhood movement and its roots in the British subversion of the Muslim world, tracing the tradition of al-Ghazali, Sufism, the Bahai movement, ai-Afghani, and Mohammed Abdu. Then, we present the present organization and form of the Ikhwan since the 1950s, when it no longer had the benefit of its Cairo base of operations; in this section we lay particular emphasis on the names and locations of the British control of the movement. Finally, we present the case of Iran as a study of the application of the Muslim Brotherhood treatment to a major nation, focusing here on the career and role of D.r. Ibrahim Yazdi, the controller of Ayatollah Khomeini.




II. History of the Muslim Brotherhood, 1929·1954


During its formal existence, before it went underground during the Nasser era, it was common knowledge that the Muslim Brotherhood was a tool of British intelligence. Throughout its history, there are many documented instances in which the Ikhwan was caught in illicit collaboration with the British Embassy in Cairo, the Suez Canal Company, and so forth. Despite its often loud attacks on "the British," the Brotherhood loyally served the interests of the British Empire. Its chief weapons were violence, terror, and assassination.

But the Ikhwan's most important contribution to the British Empire was its propagation of an obscurantist, antiphilosophical extremism and xenophobia among the Egyptian and Arab masses, especially students. With the rise of Zionism - also, of course, sponsored by London - the Muslim Brotherhood became the chief instrument of the rabble-rousing antiSemitism and bogus Islamic nationalism that kept the British - and the British Army! - continually mediating between warring Arab and Jewish factions. With its commitment to the Middle Ages, it is no wonder that the Ikhwan became the leading force in opposition to President Gamal Abdul Nasser, the Egyptian nationalist leader - or that the Ikhwan tried, at the end, to assassinate him.

The history of the Muslim Brotherhood, or the Society of the Muslim Brothers, begins in the period following World War I in Egypt. The intelligence officer then responsible for the Near East and Islam was Prof. Arnold Toynbee, who first served in British military intelligence and then headed the elite Royal Institute for International Affairs (RIIA) from 1925 to 1955. The 1925 edition of the RIIA annual report deals chiefly with the imperial problem of the Muslim world, and was assembled under Toynbee's direction.

The founder of the Muslim Brotherhood was Hasan al-Banna, born in Egypt in 1906. In his early years, Banna passed in and out of a series of religious and mystical organizations, including the secret Society for the Prevention of the Forbidden and the "Order of the Hasafiyya Brothers." Gradually, he was inaugurated into the higher mysteries of the Sufi circles, a centuriesold network of freemason-like orders whose ideological patron is Abu Hamid al-Ghazali. By the age of 16, Banna's entire world revolved around the Sufi mysteries and al-Ghazali.

As Banna was drawn closer and closer to the inner core of the Sufi networks, his political activity began. During the 1920s, he passed in and out of a sequence of religious-political organizations, in which the invariant was violent opposition to secular nationalist politics - called "apostasy and nihilism" by Banna's associates - and against the secular philosophical ideas then gaining momentum at Egyptian universities, a trend spurred by the Mustafa Kemal Ataturk revolt in Turkey.



The cult of 'Pure Islam'

By the age of 21, Banna had been introduced to the most intimate circles of the British intelligence-sponsored Muslim movement, led by the Syrian Rashid Rida, the disciple of Mohammed Abduh. Abduh, in turn, was the student and homosexual partner of Jamal al-Din al-Afghani, the British agent who was the originator of the "Islamic nationalist" or pan-Islamic movement. The philosophy that Afghani, Abdu - and Banna - adhered to opposed "Western" influence, materialism, franji (foreign) traditions, and the cultural trappings of the West in favor of "pure Islam."

In 1927, Banna helped to found the Young Men's Muslim Association. This was quickly superseded by the establishment, in 1928, of the Society of the Muslim Brothers. Banna set up his headquarters in Ismailiyya, a port city controlled by the Anglo-French Suez Canal Company. From the start, the Suez Canal Company - the leading representation of British imperialism in Egypt - financed the Muslim Brotherhood, helping Banna to build the first mosque run by the Brotherhood, completed in 1930. By 1932, the Muslim Brotherhood of Hasan al-Banna, joined by his brother Abd alRahman al-Banna, had set up branches in Ismailiyya, Port Said, and Suez; it rapidly spread to Cairo and other cities, including Alexandria.

Over the next years, the Muslim Brotherhood built its organizatipn, beginning a series of new publications including a newspaper. By the late 1930s, the Brotherhood was strong enough to create its first paramilitary branch, the kataib ("battalions"). It began with the creation of a division called the "rovers," at first growing out of the youth section athletic training but gradually becoming more and more openly a private army. The organization of the Brotherhood's kataib followed closely the pattern of the Nazi youth or Mussolini's squadristi; indeed, throughout the Arab Middle East similar movements were being assembled with British, Italian, and German Nazi assistance. In Lebanon, Pierre Gemayel established the Kataib, or Falangists.

In 1935, Abd ai-Rahman al-Banna made contact with the increasingly pro-Nazi, British-supported Mufti of Jerusalem, Haj Amin al-Husseini. During this entire period, Muslims who opposed the intrusion of Zionist settlers tn Palestine were forced into supporting explicitely anti-Jewish, fanatic parties like the Ihkwan and the Mufti rather than oppose the overall policies of the British.
.
In fact, during this period the Ikhwan sought and received support from the corrupt, pro-British King Fuad and, later, King Farouq, both obsequious stooges of London on the Egyptian throne. Like Egypt's other fascist party, Young Egypt (Misr al-Fatat), the Ikhwan of Hasan al-Banna celebrated the rule of the king while' quietly preparing for a violent revolution that would establish a mass-based (and, London hoped, more stable) regime.



Enter Anwar Sadat

With the outbreak of World War II, the Muslim Brotherhood began its first period of expansion.

The contacts established in the years 1939- 1941 formed the network that, until this day, has remained London's Muslim Brotherhood. In this period, the Ikhwan established ties with the Azzam family, including Abdel-Rahman Azzam, the first head of the Arab League after World War II, who currently lives in London at the top of the Ikhwan apparatus (see Section III); Fuad Serageddine, the leader of the rightwing faction of Egypt's Wafd party; Anwar el-Sadat; and key circles in the Egyption Army.

In 1939, Prime Minister Ali Maher developed a close relationship with Banna, and reportedly began to funq the growth of the Muslim Brotherhood with Egyptian state funds. Another friend of Ali Maher was Sheikh Mustafa al-Maraghi, the chief of al-Azhar, Egypt's chief mosque and religious school and center of the Islamic world establishment outside of Mecca. Both Maher and Maraghi became strong - if sometimes secret - backers of the Ikhwan.

A key ally of Maher was Abdel-Rahman Azzam, who, in 1939, was first minister of awqaf, or religious affairs, and then chief of Egypt's key "territorial army."

The next link in the chain was formed by the Egyptian Chief-of-Staff Gen. Aziz Ali al-Misri, a leading sympathizer of the Muslim Brotherhood. The network was then complete: Azzam, Maher, Misri, Maraghi, the al-Azhar network of mullahs, Young Egypt, and the Muslim Brotherhood. The whole group was in close contact with German Nazi intelligence agents.

Into this circle came Anwar Sadat. Although the full story is not known, it is clear that Sadat served a critical liaison role between the Egyptian military, especially General Misri, and the Muslim Brotherhood. In this matter Sadat's collaborator was Abd al-Munim Abd al-Rauf. This army faction, though ostensibly "pro-Nazi" and therefore "anti-British," worked coherently as a subversive tendency within the emerging Free Officers group that, in 1952, overthrew the Egyptian monarchy and eventually installed Gamal Abdul Nasser as the president of the Egyptian republic.

It was during this period, in 1941, that the first publicly documented case of direct cooperation between the Muslim Brotherhood and a leading British intelligence officer, J. Heyworth-Dunne, at London's Cairo embassy is reported. It was a mere shadow of things to come.

Immediately following the reported contacts with the British, the Muslim Brotherhood began its next phase: the establishment of the widely feared Secret Apparatus. Beginning in 1941-42, the Ikhwan set up its private intelligence arm, called the "secret apparatus", which rapidly became a widespread terrorist, paramilitary, and intelligence branch of the Muslim Brotherhood. The SA was based on the early "rover" battalions and the kataib, and it was formed with the explicit notion of carrying out extralegal activity. The basis for the SA was the essential Islamic concept of the jihad, or holy war.

At the same time, the internal organizational structure of the Muslim Brotherhood was reorganized along the lines of a cell system. The Brotherhood was preparing for its terrorist phase.

By 1944, the Ikhwan Secret Apparatus had begun to infiltrate, and in some cases take over, other organizations. Interestingly, one of the organizations infiltrated by the Ikhwan Secret Apparatus was the Communist Party of Egypt.

This established the pattern of what, in future decades, would be a common occurrence, namely, the collaboration of Communist parties of the Arab world and Iran with the Muslim Brotherhood. This blending of "left" and "right" networks is a classic stamp of British method, refined and employed by the London Tavistock Institute and Sussex University. It is the basis for the "Islamic Marxist" movement that catapulted Ayatollah Khomeini to power in Iran.



Wave of terror

As the era of World War II approached, the Ikhwan launched a wave of terror. In this respect, the chief goal of the British in Egypt in the postwar period was to destroy elements in the nationalist Wafd Party, within the Communist and labor movement, and among the army and industrial circles that, together, might have forged a coalition to oust the British from the Suez and Cairo.

The endless assassinations by the Ikhwan SA served this British cause, culminating in the Dec. 28, 1948, assassination of Prime Minister Nuqrashi.

After 1945, a quiet alliance was established in Egypt among the palace, the aristocracy, and the Muslim Brotherhood. Critical to the establishment of this alliance - the cornerstone of the British presence in Egypt - was Anwar Sadat. After his release from prison in 1944, Sadat immediately set up contacts with Hasan Al-Banna, who asked Sadat to mediate a deal with King Farouq.

Sadat's contact to the palace then was Yusuf Rashad, the personal physician to Farouq and the director of the Royal Intelligence Service. Sadat and Rashad had been close friends for many years. « We grew to be more than friends » says Sadat of Rashad in his autobiography In Search of Identity, « We became perpetual companions... I still remember the day he gave me John Stuart Mill's "Totalitarianism, Liberty, and Representative Government", which impressed me deeply. »

So was Sadat recruited into the service of British intelligence.

Via Rashad, Sadat served as London's link between the King, increasingly paranoid about the British, and the Muslim Brotherhood of Hasan al-Banna.

Throughout 1946-47, the Brotherhood functioned as a political wrecker, assassinating leaders of all parties and especially trying to block the possibility of a WafdCommunist alliance. The Wafd, though split by factions and corrupt, leveled deadly accusations at the covert alliance among the King, Prime Minister Sidqi, and Banna's Brotherhood. The nationalist Wafd Party press attacked the "fascist terror" of the Muslim Brotherhood, accusing the Nazi-like "phalanxes of Muslim Brothers" of thuggery. When the Wafd would establish a typical "minority government," the Brotherhood would then destabilize it by a few well-irected acts of terrorism. In one case, the Finance Minister Amin Uthman Pasha was assassinated in 1946 amid public charges that he was a "British agent" - charges made, surprisingly, in documents published by the RIIA ! In this case, Anwar Sadat was arrested for the murder.

The Muslim Brotherhood wave of terror climaxed in 1948. That year, an Egyptian government crackdown against the obviously subversive and dangerous Ikhwan fascists led to a severe decline in the Brotherhood's activities, which had expanded tremendously until then. At first, as the government suppression hit, Banna piously denied having anything to do with the terror wave, blaming it on uncontrollable elements of the movement. But in November 1948, Prime Minister Nuqrashi issued an order dissolving and outlawing the Brotherhood. On Dec. 28, Nuqrashi was then himself assassinated-and the Ikhwan was naturally held responsible. In January 1949, Banna, seeking to go over to the offensive, repudiated his: earlier disavowal of terrorist methods, and called the Ikhwan to jihad. Finally, on Feb. 12, 1949, Banna was assassinated.



Reorganization-and the assault against Nasser

The assassination of Banna temporarily upset the Ikhwan network, but it rapidly stabilized itself again.

In Egypt's prisons, where the members of the Muslim Brotherhood spent much of the period between 1949 and 1951, the networks had been kept alive. The organization maintained a secret existence inside the jails. In addition, exile Muslim Brotherhood branches were established in Syria, Jordan, and Pakistan.

A large Egyptian landowner, Munir al-Dilla, took charge of the Brotherhood after the murder of Banna. Dilla installed Hasan Ismail al-Hudaybi as the Supreme Guide, Hudaybi being a brother-in-law of the chief of the royal household. Hudaybi and Dilla played the crucial role in the period after 1952 - when the Free Officers staged their coup d'etat that ousted the king.

From the beginning of the new government, in which Nasser played a powerful but not dominant role, the interests of the British and the ancien regime were represented by the Muslim Brotherhood and Anwar Sadat. The 1952 coup was a joint project of many foreign intelligence networks in conjunction with army officers, especially British, American, and Frenchlinked forces, with an essential Egyptian nationalist core. General Neguib, the regime's front man, was closely linked to the Brotherhood.

As early as 1953, tension emerged between the Free Officers and the Brotherhood. In February and April of 1953, Supreme Guide Hudaybi of the Ikhwan had a series of top-secret, conspiratorial meetings with trevor Evans of the British Embassy in Cairo. Acting on his own authority, according to official Egyptian government documents released in 1954, Hudaybi secretly told the British that he would lobby to grant Great Britain permanent rights to reoccupy the Suez Canal base after the formal withdrawal by the British troops stationed there. The secret meetings took place at an extremely sensitive time: in the middle of the explosive AngloEgyptian negotiations over Suez.

The Brotherhood had thus been caught red-handed. As the Nasser regime moved toward a confrontation with the British, the Muslim Brotherhood was deployed directly by London to wage war against Nasser. With its highly organized paramilitary forces and the feared Secret Apparatus, the Brotherhood did present a serious challenge to the new Egyptian government. In a first step to combat the Brotherhood,the government set up the National Guard under Nasser's direct control, to serve as a counterweight to the paramilitary Ikhwan.

During 1953-54, Israeli intelligence, the Mossad and Modiin, intervened in Egypt to assist the Muslim Brotherhood against Nasser. In a scandal that had major international repercussions, a team of Israeli saboteurs entered Egypt and set explosive devices off at several American and British offices. hoping thereby to trigger a civil war in Egypt in which Nasser would be toppled by the pro-British forces. In this case, the Brotherhood was to serve as the catalyst for the civil war. (The scandal resulting from the capture by Nasser of the Israeli Mossad team was called the Lavon Affair, after the Israeli defense minister at the time.)

The Mossad-Ikhwan links were publicly attacked by Nasser and the Egyptian press.

The Muslim Brotherhood, which had been officially dissolved by the regime, now was identified with the policies of the imperialists "and the Zionists" by Al Ahram.

During 1954 the crisis came to a head. Nasser battled the increasingly violent Brotherhood, which gained support from Saudi Arabia, Kuwait, Bahrain, and other Gulf states who wished to topple Nasser. The inner circles of the Secret Apparatus began to think more and more in terms of a "popular uprising" by the masses under Brotherhood leadership. A mass assassination of all of Egypt's ministers was also discussed, and the Brotherhood hoped that the nowdiscredited General Neguib might be induced to take power away from Nasser if the unrest could be maintained.

Finally, on Oct. 26, 1954, as Nasser was addressing a huge crowd, a Muslim Brotherhood terrorist fired six shots at Nasser, who however went unharmed. As the echoes of the shots faded away, Nasser told the crowd:
    « Oh, ye people. Oh, ye free men .... Even if they kill me now, I have placed in you self-respect. Let them kill me now, for I have planted in this nation freedom, self-respect, and dignity .... Remember that, if anything should happen to me, the Revolution will go on, for each of you is a Gamal Abdul Nasser. »
Mass arrests and executions quickly followed. Throughout Egypt, the terrorists of the Muslim Brotherhood were hunted down. Hundreds fled the country for Syria, Jordan, the Gulf, and Pakistan. But the movement had been crushed in Egypt.

It would soon rebuild elsewhere.



The MSA: A Muslim Brotherhood front group

Headquartered in Plainfield, Indiana - the same state that spawned the Rev. Jim Jones, Charles Manson, and a number of other cult operations - the Muslim Students' Association of the United States and Canada (MSA) is a tightly organized body claiming to have 400 chapters. According to a top MSA official, « the MSA is no different from the Muslim Brotherhood ».

In the mid-1970s, Ibrahim Yazdi was a member of the executive committee of the MSA. His son-inlaw, Shariah Rouhani, now Yazdi's "ambassador" in Washington, D.C., was an MSA regional representative. Yazdi's Young Muslims Organization is, according to informed sources, the same operation as the MSA-Persian i.e., there is Speaking Group (MSA-PSG); no distinction, except in name, between the YMO and the MSA-PSG.

Established 16 years ago with Saudi money, the MSA is now receiving its funds from Kuwait and Qatar. In the recent period, the commercial and organizing activities of the MSA in the U.S. have escalated sharply. The prime target of recruitment are Muslim students studying at campuses across the country. The students - the future leadership and intellectual elite of their respective countries - are being deliberately sucked into joining the MSA cult by injecting into them and then manipulating a phony, and in fact antihumanist, sense of "Islamic
identity". American blacks adhering to the Muslim faith are also being targeted and similarly victimized as part of a Muslim Brotherhood-backed effort to undermine the World Community of al-Islam in the West.

On April 24 at Columbia University in New York, the MSA sponsored a meeting that featured
speakers calling for the overthrow of the Taraki government in Afghanistan and the govemment of Iraq. (See below fot an eyewitness account of that meeting.) One of Yazdi's controllers, Prof. Richard Falk of Princeton University, was invited to speak at the affair hut declined because of scheduling problems. Falk, who is associated with the Bertrand
Russell Peace Foundation and is chairman of the U.S. Peoples Committee on Iran, visited Khomeini in Paris last winter and later traveled to Iran stirring up pro-Khorneini fervor as he went. Accompanying him was Ramsey Clark, currently in Iran. Falk is now in the process of forming a new group of Khomeini sympathizers in the United States. A high-level MSA official has described Falk as « the best American friend of the new Islamic Iran ».

On May 25 in Oxford, Ohio, the MSA will convene its annual convention, drawing Muslim
Brotherhood leaders and ideologues from all over the world.


MSA spokeman : « We killed Bhutto »

The following is an interview with a top-level MSA official:

« [i]Ideologically speaking, there is absolutely no difference between the MSA and Ikhwan (the Egyptian Muslim Brotherhood). We are also linked to the Jamaati Islami [in Pakistan] and the Jamaati Hindi [in India].

The Brotherhood has taken over Iran and Pakistan. The revolution in Iran is our success. In pakistan, the same. The Zia government is our government. Bhutto stood for the intrusion of Western culture into Islam. He was everything that Pakistan was not. We killed him fot that. And we will use his death as a warning to others.

What you see going on now in Afghanistan is also out handiwork, the work of our brother in the Jamaati Islami. India is next; the Muslim in India are beginning to understand what must be done. The revolution is also going to occur in Saudi Arabia, Egypt, and sooner or later in Turkey. This is global Islamic movement. It has been going on for centuries. We are the bearer of the real Islamic humanism. We are at war.

The MSA has kept away from Saudi Arabia as much as it can, but I think that will change. Saudi Arabia is touchy for us. A lot of students are here on Saudi government grants and feel an obligation toward the Saudi monarchy. This is ridiculous, because the notion of monarchy is not coherent with Islam. In addition, Saudi Arabia has a load of history on its shoulders and feels itself responsible of the entire Islamic world, though this should not be.

(...)





à suivre PAGE 2


Dernière édition par invitée le Ven 28 Déc 2012 - 16:18, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: INFILTRATION ET INSTRUMENTALISATION DE L'ISLAM PAR LES SATANISTES : LE NAZISLAMISME   Ven 20 Juil 2012 - 22:25

PAGE 2




III. The Muslim Brotherhood today


With the destruction of the Muslim Brotherhood in Egypt, a series of adjustments had to be made to keep the tradition and the movement alive. But, because they had lost their base in Cairo and Alexandria, the Ikhwan was forced out into the open, as an agent of London.

In 1955, the Muslim Brotherhood relocated to headquarters in London and Geneva, Switzerland. In Geneva, the Institute for Islamic Studies was set up by Said Ramadhan. Ramadhan, who was a leading member of the Ikhwan in Egypt, fled Nasser's purge although he was indicted as a conspirator in the assassination attempt against the Egyptian President.

In London, Salam Azzam and Abdel-Rahman Azzam, the latter the ex-secretary of the Arab League, and both brothers at the top of the Muslim Brotherhood, relocated in London. There they established the Islamic Council of Europe. Today, the Azzam family and the Islamic Council are the chief force behind the Muslim Brotherhood from Morocco to Pakistan, operating through hundreds of "religious" centers across Europe and via a network of fundamentalist students at European universities.

Needless to say, Ramadhan and the Azzam family are thoroughbred British agents, Anglophile to the core.

From London, the Islamic Council and the Ikhwan networks have established a far-flung empire. One of the key bases for the Ikhwan is South Africa, and in recent times Nigeria has become a center for Ikhwan activities in Africa. In the United States, the Muslim Brotherhood operates through several student organizations, especially the large and well-funded Muslim Student Association (MSA), and through some channels within the World Muslim League.

Naturally, there are powerful underground Ikhwan networks in Indonesia, Turkey, and virtually every Arab country, especially Egypt and the Sudan. Iran and Pakistan now are virtually colonies of the Muslim Brotherhood.

The chief organizations and foundations that today represent the core of the Muslim Brotherhood network of British intelligence are the following:

  1. The Federation of Islamic Organizations in Europe. This organization, based in London, is made up of many dozens of organizations (see chart.) It functions as an umbrella organizations.

  2. The Islamic Council of Europe. This is the Azzam family, mentioned above.

  3. The Islamic Foundation.This organization, headquartered in Leicester, England, is headed up by Khurshid Ahmad. It is a leading conduit for money from British intelligence and from the Arab Gulf states, especially Kuwait and Saudi Arabia.

  4. The Hans Seidel Foundation. This foundation, based in Munich, West Germany, is headed up by Otto von Hapsburg. The representative of the Seidel group in Cairo, Dr. Rainer Glasgow, is very close to the Muslim Brotherhood there.

  5. The Institute for Islamic Studies.This is Said Ramadhan, in Geneva.





Funding for the Muslim Brotherhood activities of these organizations and institutions comes largely from two sources. Part of the capital comes directly from British circles, especially the British House of Lords aristocracy and the elite British banks and corporations. These include many of the institutions most closely identified with the Zionists, such as Lazard Freres.

The bulk of the funding for the operations of the brotherhood, however, comes from British-linked circles in the Arabian peninsula. Chief among them is Prince Abdullah of Saudi Arabia, who is widely known to be "London's boy" in Riyahd. Allied to Abdullah is the Emir of Kuwait, Saad ai-Abdullah ai-Salem asSabah, who has recently expressed sentiment in favor of Khomeini. Both Abdullah and Emir Sabah were trained together at Hendon Police College in London.

Other Gulf funding sources for the Muslim Brotherhood network are Qatar, Bahrain, and the United Arab Emirates, especially Dubai.


CAABU AND MECAS

To understand the forces in London that stand behind the Muslim Brotherhood, it is necessary to examine two archetypical British imperialist bastions that back the Ikhwan network.

The first is the Arab-British Center, which is also called the Council for the Advancement of Arab-British Understanding (CAABU). The second, recently closed after 35 years, is the related Middle East Center for Arabic Studies at Shemlan, Lebanon.

The Middle East Center for Arabic Studies (MECAS) was established under the auspices of the Royal Institute for International Affairs (RIIA) in 1944. It was set up in Shemlan, just south of Beirut, as a training center for British intelligence and Foreign Office personnel assigned to the Middle East.

MECAS brought together the elite of British, Zionist, and pro-British Arab circles. Among the chief founders of MECAS, perhaps even the godfather of the center, was Abba Eban. At the time, Eban - who later rose to become foreign minister of Israel - was a mere captain in the British Army with very close ties to British and Zionist intelligence. In the circles close to
Eban and MECAS in 1 944 were several top British "Arabists": General I1twyd Clayton, the military governor of Egypt during World War II who was very close to the Muslim Brotherhood; Lord Killearn, the British ambassador to Cairo; and his aide, Sir Walter Smart. This group was linked directly to the British Special Command of Liaison between the Special
Operations Executive (SOE) and the Jewish Agency. Several SOE British intelligence officers were assigned to the MECAS group then, including General Wilson, Major General Taylor, and others.

Associated with the MECAS project at the time were such top British figures as Martin Charteris, the director of British Secret Intelligence Services; Sir Harold Beeley, private secretary to Queen Elizabeth; and Albert Hourani, a Lebanese member of the RIIA. In 1946, MECAS and Abba Eban sponsored a seminar with these and others on the subject of whether or not Egypt is part of the Arab world !

Since the 1940, literally hundreds of leading British intelligence officials and agents have been trained at MECAS, learning the Arabic language, history, and culture. Among past students and teachers there we find the famous Sir John Bagot Glubb Pasha and his son Faris Glubb; George Kirk of RIIA; A.J. Wilton, Britain's present ambassador to Saudi Arabia; Kim
Philby; Sir Donald Maitland, Col. Bertan Thomas; and others.

The MECAS group over 35 years became the core of the British intelligence establishment that helped to sponsor the evil Muslim Brotherhood and other British operations in the area. Among its chief graduates are the modern-day Lawrences of Arabia that set up the Arab-British Center.

The center is the base of operations for several interlocked organizations: the Council for the Advancement of Arab-British Understanding; the Anglo-Arab Association; the Arab-British Charitable Trust; and the Labour Middle East Council.

Among its leaders and directors are: Sir Harold Beeley of MECAS, former ambassador to Cairo, presently chairman of the World Festival of Islam Trust with the UAE Ambassador Mohammed Tajir in London; Sir Richard Beaumont, KMG, OBE; Sir Charles Duke, KCMG, CIE, OBE; Sir Geoffrey Furlonge, KBE; Colin Jackson, MP; Peter Mansfield, Editor of Petromarket; and John Reddaway. Robert Swann, an assassin and top British-Thai intelligence agent, is also associated to the CAABU.

The British corporations and banks that support CAABU read like an imperialist who's who: Barclay's Bank, British Aircraft Corp., British Bank of the Middle East, Lazard Brothers, Lloyd's International, Lonrho, National Westminster Bank, Rolls Royce, and Unilever.

Linked to CAABU and MECAS is the Anglo-Arab Association of Sir John Bagot Glubb Pasha. Glubb, the former commander of the Jordanian Arab Legion, is the foremost British Middle, East hand. His son Faris Glubb is a correspondent in Beirut for the subversive Middle East International magazine, in which Robert Swann, Christopher Mayhew, Lord Hugh Caradon, David Watkins, and Marion Wolfson appear as writers.

CAABU, MECAS, the Anglo-Arab Association, and Middle East International bring together the elite support network for the intelligence operation that controls the Muslim Brotherhood. They are the real controllers of the Azzam family, Said Ramadhan, and the other Arab British agents.

Our investigations in Europe have turned up direct evidence that the CAABU circles represent the conduit in continental Europe for the Muslim Brotherhood. For instance, in Aachen, West Germany the so-called Mosque Bilal - linked to the Islamic Council group - has served as a covert station for the deployment of the Khomeini forces. The Mosque Bilal acted as a clearing house during the plot to destabilize Iran through Khomeini-Ikhwan circles in 1978, funneling Khomeini operatives from Paris and London across Europe and into the Middle East.

In this case, the channels operate primarily through Muslim-extremist groups of students. They are collected into the Federation of Islamic Organizations, in such organizations as the United Islamic Federation of the United Kingdom and Ireland or the Union of Islamic Students in Spain.



Organizing U.S. campuses for New Dark Ages

The antiscience feudalism and religious fundamentalism of Iran's Khomeini regime is being proselytized among U.S. student layers by the Plainfield, Indiana-based Muslim Students of America, the domestic arm of the Muslim Brotherhood. At a forum last week at New York City'S Columbia University, one of an ongoing series sponsored by the MSA, a reporter for the Executive Intelligence Review observed the hard sell of this Dark Ages perspective first hand.

The forum featured as guest speaker Mansur Fahrang of Sacramento University, an associate of Khomeini's U.S. support network, which also includes Princeton's Richard Falk. Fahrang spoke at length on the impact of the Iranian revolution on « the people of the Third World, who have been oppressed by colonialist forces ». He praised the superiority of Iran's Shi'ite Islam over other sects, asserting that by its nature Shi'ite Islam « resists tyranny ».

But most revealing was Fahrang's rhapsodizing over the teachings of the assassinated Iranian sociologist Ali Shariati. Fahrang lauded the Londontrained Shariati, who was an associate of the French existentialist circles around Jean-Paul Sartre and the Bertrand Russell Peace Foundation, as « one of the most creative thinkers of all times ». The British-run
sociologist « set an example for the Iranian people », said Fahrang, going « beyond the material dimension » and fighting for the « decolonization of the minds » of an Iranian people oppressed by the imposition of western values.

Following this revealing discussion of the philosophical underpinnings of the Khomeini regime, Fahrang laid out the essentials of the revolution's economic program. In answer to a question, Fahrang told a student that the radicaL "Marxist" Iranian economist Abdul Hassan Bani-Sadr is working on a national policy based on Kuranic principles which he terms the "Economics of Oneness." A look at Bani-Sadr's plan indicates that it is comparable to the Maoist "back to the land" conception.

Following Fahrang's talk, Columbia University Professor Bulent called for a quick rebuilding of Muslim Brotherhood networks in Egypt and other countries to "spread" the Iranian revolution and create a regionwide community of Islam.

The moderator for the forum made numerous references to the « tyrannical » regimes of Iraq and Afghanistan. The MSA even provided an Afghani speaker to rave against « the communist and repressive regime of Afghanistan's president Taraki ». The association then took up a collection for a support fund for the overthrow of the Taraki regime, and distributed leaflets against the Iraqi Baathist government, another target of Muslim Brotherhood destabilization operations.



IV. London cults : the heirs of al-Ghazali, al-Afghani, the Bahais, the Sufis


In a very real sense, the founder of the Muslim Brotherhood - and indeed of all Muslim mystical arid extremist organizations - is the infamous al-Ghazali. In his book the Destruction of Philosophy, Ghazali assembled together all the stale arguments of antirational ideologues since before the time of Plato, basing himself chiefly on the "fundamentalist," ultraorthodox writings of al-Ashari. The 11t h century al-Ghazali marked the beginning of the rapid decline of Islam as a system dedicated to science and reason and the rise of mysticism as the dominant force in the Islamic world.

Following al-Ghazali, the Sufi mystic Ibn ai-Arabi became the official father of Islamic mysticism from the 12th century onward. The object of Sufism, as put forward by Ibn ai-Arabi, is to find the "intermediate world" where in communication between man and God is directly possible. This, Ibn aI-Arabi said, is the "world of the imagination," in between the Platonic division between the world of the senses and that of the intellect. In fact, in the Sufi view, this is the world of dreams and fantasies, described as "illumination" by the Sufi. Such "illumination" is often reached by the aid of hallucinogenic drugs to induce psychedelic states of "heavenly vision."

Such ecstatic movements have given rise over the years to the many transcendenta! orders of mystics and dervishes. Many of these orders are still in existence today. Among the chief ones are the Qadiri, the Naqshbandi, and the Suhrawardi. In the Sufi tradition, any important leader of a group de facto creates his own "sub-order," leading to a constant proliferation of
Sufi orders.

One of the striking things that has marked Sufi orders over the centuries, and is still true today, is the worship of the grave and of death. Tombs and burial sites have become shrines for followers of Sufism. Many of the Sufi traditions are mere holdovers from pre-Islamic times and have simply introduced pagan rites and rituals into the quasi-Islamic ceremonies of
the Sufis. Witchcraft and other such devil worship and mother-goddess worship are common in Sufi circles, though disguised. Magic and incantations often play a prominent role.

Like, the backward Hindu cultures, many Sufis adopted yoga and meditation as a means to the sought transcendental experience.

Perhaps the most important of the Sufi orders is the Naqshbandi sect, a Sufi brotherhood of Central Asia. The Naqshbandi order grew rapidly beginning in the 17th century under Sheikh Ahmed Sirhindi and then Shah Waliullah of Delhi (1703- 1765), his successor. Both of these Sufi mystics arose to push orthodox ideology and a retilrn to pure Islam after the collapse
and breakup of the Mogol Empire and the decline of Islam in the East.

The Naqshbaridi order spread rapidly into the Near East. Various Naqshbandi teachers traveled from Central Asia to Mecca, Cairo, Turkey and Persia spreading the Sufi mystical revival. The son of Shah Waliullah, Shah Abdal-Aziz, gathered around him a network of disciples including the Kurdish Sheikh Khalid ai-Baghdadi ( 1775- 1826), who visited India in 1809. In this instance, the impact of the British influence could begin to be felt. Radiating from Britishrun India, Eastern mysticism engendered an Islamic revival of xenophobic, Islamic "purity" that considered all outside influences to be suspect and evil . Some of the Islamic orders demanded "safeguarding ourselves from the penetration of Persian traditions and Indian habits". Among the movements that arose at this time were the extremist Wahhabi movement in the Arabian peninsula.

By the middle of the 19th century, the mystical tendency in Islam was crystalized into the movement that eventually, under British guidance, became the Muslim Brotherhood.

The initiator of pan-Islamicism was Jamal ad-Din al-Afghani. His movement arose in supposed reaction to the very conservative, pro-British Sir Sayyed Ahmed Khan, an Indian scholar who argued that Muslims must cooperate with the British Empire, an argument for which he was knighted ! Al-Afghani, also a paid agent of the British, took up the other side of the coin,
accusing Sir SayYed Ahmed Khan of being a "rationalist." Against him, the theologians rose in horrified opposition, and ai-Afghani stepped in to organize their fear.

Like Khomeini today, Afghani organized the clergy against "Western rationalism."

In the early 19th century, the Scottish Rite of Freemasonry and British intelligence had started to join up with the various Sufi brotherhoods in direct partnerships. Among the chief British controllers of this operation were Wilfred S. Blunt, a leading Mason, and Edward G. Browne. Blunt and Browne together were the case officers for ai-Afghani. From 1871 onward, al-Afghani traveled from Afghanistan to Persia to Turkey to Egypt and Arabia, often visiting
Europe as well. During his long career, al-Afghani - and his leading disciple Mohammed Abduh - laid the foundation for the Ikhwan of Hasan al-Banna.

During a visit to Turkey - so the story goes - al-Afghani was recruited into the Freemasonry by Wilfred Blunt, and then he was sent to Cairo to organize the Cairo Freemason Lodge. There he was sponsored by Mustafa Riad Pasha, a close collaborator of London financial interests and Lord Cromer of the Baring banking family. In Egypt, al-Afghani organized the circle around Mohammed Abduh and Rashid Rida of Syria, which became known as the "Salafiyya circle". It was this group into which the young Hasan al-Banna, properly selected and channeled, entered in the 1920s and created the Muslim Brotherhood.



The Bahais

According to several reports, ai-Afghani was secretly a member of the mysterious Bahai cult of Persia.

The Bahais, who today member over 300,000 in Persia (Iran) alone, are and always have been a tool of the British Secret Intelligence Service. Although their largest number is in Iran, the largest temple of the Bahai cultists is in Haifa, Israel, and the headquarters of the Bahai world organization is in Wilmette, Illinois.

Bahaiism began as a radical messianic cult in Persia at the beginning of the 19th century. Assembling a mish-mash of Islamic, Christian, and Zoroastrian ideas, the founders of the Bahai - with the full support of the British Freemasonry - built a Jim Jones-style cult that rapidly made itself the enemy of every government in the Middle East, especially the Persian Shah and the Turkish Ottoman sultan. In Persia, following an attempted assassination against the Shah in the mid-19th century, the Bahai cult was expelled from Persia and eventually settled in Istanbul.

Despite the fact that the Bahais were nothing more than insane cultists and terrorists, the British were quick to defend them. Among the leading defenders of the Bahai was E.G. Browne, the partner of al-Afghani.

The most important organizer of the Bahai cult was Bahaullah and his son Abdul-Baha. In the first years of the 20th century, when it was widely known that the Bahai cult was the product of British inspiration, the Bahai were accused by the Turkish government of trying to establish a "colony" of sorts in Syria that could then provide a beachhead for the British in the
Ottoman Empire. In 1904 and 1907, the Turks investigated the Bahais, and the report of the investigation recommended that the Bahai cult be banished from the Ottoman domain. But before the sentence could be carried out, the British-Freemasonry-backed "Young Turks" made their revolution and Abdul-Baha was released from prison.

Immediately following his release, Abdul-Baha began a world tour to London - where he met the elite of that city - and to New York, for a tour of speaking engagements in the United States. In the course of 1912, according to the official Bahai publication, Abdul-Baha in America spoke to "university students, socialists, Mormons, Jews, Christians, agnostics, Esperantists, peace societies, New Thought clubs, women's suffrage societies," and many other centers.

Finally, in 1918, Abdul-Baha was knighted by the Queen of England.
.
Throughout his lifetime, Abdul-Baha and the Bahai cult were at the center of the organizing of the British Fabian Society, and linked to the world federalists, the Esperanto group, and various British-led social reform movements.

During the destabilization of the Shah of Iran in 1978, it was reported that in several instances the Bahai cult - which is hated in Iran even today, and is still correctly considered to be an agent of the British Crown - funded secretly the Khomeini Shi'ite movement !

Many Iranians have reported that the Bahais are still actively working for British intelligence.



Idris Shah

Out of the British melting pot of Sufism, Bahaism, the mystical brotherhoods like that of al-Afghani, and so forth, the Muslim Brotherhood emerged.

As it emerged under British tutelage, the Sufi movement cohered perfectly with the developing strategy for a New Dark Age. Because the Sufist is especially focused on introspection and fana, or the destruction of one's ego and self, the intellect is suppressed in favor of the emotions and sensuous meditation.

To communicate that anti-intellectual, mystic concept in the modern context, the British virtually created overnight a phony Sufi intellect named Idris Shah. Descended from certain Sufi circles of the 19th century, Idris Shah's father worked quite closely with London
and authored a book, Controlling the Mind of Asia.

In simplest terms, Idris Shah, who is often cited as the world's foremost expert on Sufism, is a fraud and an absurd joke. Among his "scholarly" books we find, first, Oriental Magic, a serious study of witchcraft and occult by a believer; and The Book of the Book, a 263-
page volume which is entirely blank! (The London Sunday Telegraph, in its review, called the Book "an extraordinary psychological test" !)

Let us glance at the list of those who attended a recent "Symposium in Honor of Idris Shah", the funniest fraud since the Piltdown Man. In the list we find:
    - Sir John B. Glubb Pasha

    - Sir Edwin Chapman Andrew, Knight of St. John, KCMG, OBE, KCSG; St. John's College, Oxford; British Ambassador to Sudan, Lebanon; Council of the Anglo-Arab Association

    - Rev. Sidney Spencer, author Sufi Attitude; Professor of Comparative Religion, Oxford; Unitarian Church; specialist in mysticism

    - Makram Ebeid, an Egyptian Copt; author of Influence of Sufism on World Civilization; Victoria College; friend of Anwar Sadat and so forth.
These are the perpetrators of the fraud of Idris Shah, Sufi. And this is how cults are made.


EXECUTIVE INTELLIGENCE REVIEW
Counterintelligence -
May 8 - May 14, 1979




source:
flèche http://www.larouchepub.com/eiw/public/1979/eirv06n18-19790508/eirv06n18-19790508_014-muslim_brotherhood_londons_shock.pdf




FIN




Dernière édition par invitée le Sam 21 Juil 2012 - 1:10, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: INFILTRATION ET INSTRUMENTALISATION DE L'ISLAM PAR LES SATANISTES : LE NAZISLAMISME   Lun 30 Juil 2012 - 15:10

LES ORIGINES NAZIES D'AL-QAIDA









« Bien avant le 11 septembre 2001, Al-Qaida fut utilisé par les Saoudiens et la CIA, mais aussi par les services secrets britanniques et français au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Dans une allocution donnée le 18 avril 2004, jour de commémoration de l'Holocauste, John Loftus, expert en terrorisme et ancien procureur du ministère américain de la Justice, révèle les origines fascistes de ce réseau issu des Frères musulmans, mouvement fondé dans les années 20 et soutenu par les nazis... »

Par John Loftus, expert en terrorisme © 2004



Il est toujours un peu étrange d'entendre un catholique irlandais parler de la Shoah. L'approche de l'Holocauste que j'eus l'occasion de faire fut plutôt inhabituelle. Quand je travaillais pour le procureur général, j'ai été affecté aux recherches sur documents confidentiels concernant l'Holocauste. Je me suis donc rendu sous terre, dans les sous-sols d'une petite ville du Maryland nommée Suitland, non loin de la ville de Washington. C'est là que le gouvernement américain enterre, au sens propre du terme, ses secrets.

Sous la ville, sont aménagées vingt caves de 5000 m2 chacune. Avez-vous vu Les Aventuriers de l'Arche perdue ? Les chambres souterraines ressemblent à ce que l'on voit dans la dernière scène du film, même si elles ne sont pas aussi sophistiquées. J'y ai fait une découverte terrible.

J'y ai appris que la CIA employait de nombreux nazis que je devais poursuivre en justice et dont l'origine lui avait été cachée par les services secrets britanniques. Ces derniers, quant à eux, avaient été floués par Kim Philby, agent double soviétique (il s'agit d'un petit scandale de la guerre froide).


Himmler passant en revue la division Handzar

Cependant, le ministère américain des Affaires étrangères étouffa l'affaire et autorisa les nazis à demeurer aux États-Unis jusqu'à ce que je sois assez stupide pour rendre leur existence publique.

Que feriez-vous si vous vouliez rendre publique une telle histoire ? Moi, j'ai contacté l'émission d'investigation 60 Minutes(1). Ça a été un grand moment. Mike Wallace m'a accordé trente minutes de son émission, ce qui est resté longtemps un record. Quand cette émission sur les nazis en Amérique a été diffusée en 1982, elle a provoqué un petit séisme national. Le Congrès exigea des auditions, Mike Wallace reçut l'Emmy Award, trophée de la meilleure émission télévisée américaine, et ma famille des menaces de mort. C'était un grand moment, vraiment !

Puis une chose amusante arriva: ces vingt-cinq dernières années, tous les espions américains, canadiens et britanniques à la retraite voulurent que je sois leur avocat, à titre gracieux, bien évidemment. J'ai donc eu jusqu'à cinq cents clients qui me payaient un dollar chacun. Ainsi, je suis l'avocat le plus mal payé d'Amérique, mais aussi un des plus demandés.




« Mon Dieu, qu'avons-nous fait ? »

Laissez-moi vous donner un exemple. Cette année, un de mes amis de la CIA, Bob Baer, a écrit un très bon livre sur l'Arabie Saoudite et le terrorisme intitulé Or noir et Maison Blanche: comment l'Amérique a vendu son âme pour le pétrole saoudien(2). J'ai lu un tiers du livre et me suis arrêté. Bob y expliquait son travail à la CIA et la médiocrité des dossiers. Il écrivait, par exemple, que ceux concernant les Frères musulmans ne représentaient pas grand-chose, seulement quelques coupures de presse. Je l'ai aussitôt appelé pour lui dire: « Bob, c'est faux ! La CIA a des dossiers volumineux sur les Frères musulmans. Je le sais, car je les ai lus il y a vingt-cinq ans ». Il m'a répondu: « Que veux-tu dire ? » Voici comment on peut trouver tous les secrets occultés relatifs aux Frères musulmans. Vous aussi, vous pouvez le faire. Je lui ai dit: « Va sur ton ordinateur et tape deux mots dans la barre de recherche. Tape le mot Banna, B-a-n-n-a, puis tape nazi. » Bob a rentré les deux mots et a découvert trente à quarante articles du monde entier. Il les a lus, m'a rappelé et a dit: « Oh mon Dieu, qu'avons-nous fait ? »

Aujourd'hui, chaque jour, je forme la nouvelle génération de la CIA en leur apprenant que les Frères musulmans étaient une organisation fasciste employée par les services secrets occidentaux, et qui a évolué pour devenir celle que nous connaissons actuellement sous le nom d'Al-Qaida.




Les Frères musulmans, couvés par le IIIème Reich

Voici comment tout a commencé. Dans les années 20, un jeune Égyptien du nom de [Hassan] AlBanna a formé ce groupe nationaliste appelé les Frères musulmans. Al-Banna était un fervent admirateur d'Adolf Hitler et lui écrivait très souvent. Son admiration pour le jeune parti nazi était si obstinée que dans les années 30, Al-Banna et les Frères musulmans sont devenus une branche secrète des services de renseignements nazis.


Hassan AI-Banna, fondateur des Frères musulmans

Les nazis arabes avaient beaucoup en commun avec les nouvelles doctrines nationales-socialistes: ils haïssaient les Juifs, la démocratie et la culture occidentale. Faire des Frères musulmans une armée à l'intérieur de l'Égypte ( nommée le "cinquième parlement") devint le but officiel du IIIème Reich.

Quand la guerre éclata, les Frères musulmans firent la promesse écrite qu'ils se soulèveraient, aideraient le général Rommel et s'assureraient qu'il ne reste aucun soldat britannique ou américain en vie au Caire ou à Alexandrie.

Ils commencèrent à étendre leur sphère d'influence pendant la Seconde Guerre mondiale. Ils avaient même une section palestinienne dirigée par le Grand Mufti de Jérusalem, celui-là même qui se rendit en Allemagne pendant la guerre et aida au recrutement d'une division internationale de SS composée de nazis arabes. La division musulmane Handzar, c'est son nom, fut basée en Croatie. Elle allait pourtant devenir le coeur de la nouvelle armée de fascistes arabes d'Hitler qui allait conquérir la péninsule arabe et, de là, l'Afrique... Ô rêves de grandeur.


En plus d'être leader charismatique des sinistres SS handchar (sabre en arabe),
le grand mufti diffusait la propagande nazie dans le monde arabe

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, les Frères musulmans étaient recherchés pour crimes de guerre. Leurs instructeurs des services secrets allemands furent capturés au Caire. Le réseau fut entièrement démantelé par les services secrets britanniques.

Puis, une décision lourde de conséquences fut prise. Au lieu de poursuivre les nazis (les Frères musulmans), le gouvernement britannique les engagea ! Les Britanniques amenèrent tous les criminels de guerre nazis d'origine arabe et musulmane en Égypte et, pendant trois ans, les entraînèrent en vue d'une mission spéciale. Les services secrets de sa Majesté voulaient utiliser les fascistes des Frères musulmans pour renverser l'État neuf d'Israël fondé en 1948. Peu de membres du Mossad le savent mais de nombreux agents des armées et des groupes terroristes arabes qui tentèrent d'étrangler le nouvel État d'Israël étaient les nazis arabes des Frères musulmans.




Utiliser les nazis arabes contre les communistes arabes

La Grande-Bretagne n'était pas la seule nation impliquée. Les services secrets français coopérèrent en relâchant le Grand Mufti de Jérusalem et en le faisant passer en Égypte afin qu'il rassemble tous les fascistes arabes. Ainsi, de 1945 à 1948, les services secrets britanniques protégèrent un maximum de nazis arabes, mais ils échouèrent dans leur tentative d'écraser l'État d'Israël.

Puis ils cédèrent les nazis arabes aux prédécesseurs de l'actuelle CIA. Cette décision peut sembler stupide, et même funeste, mais elle a bel et bien été prise. L'idée était d'utiliser les nazis arabes au Moyen-Orient pour contrebalancer la présence des communistes arabes. Tout comme l'Union soviétique finançait les communistes arabes, nous (les Américains) allions financer les nazis arabes pour les combattre. Et de nombreux entraînements secrets furent organisés. Nous embauchions les Frères musulmans.

Mais les Égyptiens devinrent nerveux. Nasser ordonna que tous les Frères musulmans soient expulsés d'Égypte, emprisonnés ou exécutés. Ainsi, pendant les années 50, la CIA évacua les Frères musulmans nazis vers l'Arabie saoudite. Quand ils arrivèrent, certaines des sommités du mouvement tels que [le Dr Abdullah] Azzam devinrent professeurs dans les madrasas (les écoles religieuses). Là, ils mélangèrent les doctrines du nazisme à un étrange culte islamique, le wahhabisme.



Tout le monde confond l'Islam avec ce culte fanatique.

On pense que l'Islam, du moins la version saoudienne de l'Islam, en est représentatif, mais ce n'est pas le cas. Le culte wahhabite a été condamné pour hérésie plus de soixante fois par les nations musulmanes. Mais quand les Saoudiens devinrent riches, ils achetèrent le silence de nombreuses personnes. Il s'agit d'un culte très strict. Le wahhabisme n'était pratiqué que par les talibans afghans et en Arabie Saoudite; c'est aussi extrême que cela. Ce mouvement n'a vraiment rien à voir avec l'Islam. religion prônant la paix et la tolérance. Elle a toujours eu de bons rapports avec les juifs pendant les mille premières années de son existence.

Les Saoudiens fournirent aux Frères musulmans leur nouvelle terre d'accueil. Dans les écoles religieuses, le fascisme et l'extrémisme se trouvaient mêlés. Un jeune élève d'Assam était particulièrement attentif: il s'appelait Oussama Ben Laden. Il suivait les enseignements des Frères musulmans nazis qui avaient émigré en Arabie Saoudite.

En 1979, la CIA décida de faire sortir les nazis arabes de l'ombre. Les Russes ayant envahi l'Afghanistan, nous avons dit aux Saoudiens que nous les financerions s'ils réunissaient tous les Frères musulmans et les envoyaient en Afghanistan pour combattre les Russes. Mais nous devions les rebaptiser. C'est ainsi que sont nés les Mekteb al-Khidemet al-Mudjahidines, les MAK.



Les mensonges de la CIA

Aussi la CIA a-t-elle menti au Congrès en affirmant qu'elle ignorait qui était employé en Afghanistan à l'exception des Saoudiens. Un petit groupe en son sein savait parfaitement que nous avions réembauché les nazis arabes et que nous les utilisions pour combattre dans nos guerres secrètes.

Azzam et son assistant, Oussama Ben Laden, prirent du galon entre 1979 et 1989 et ils gagnèrent la guerre, poussant les Soviétiques hors d'Afghanistan. La CIA déclara alors: « Nous avons gagné, rentrons chez nous ! », et elle abandonna cette armée de fascistes en Afghanistan.

Les Saoudiens ne souhaitaient pas les voir revenir en Arabie saoudite. Ils commencèrent à payer des pots-de-vin à Oussama Ben Laden et à ses partisans pour qu'ils restent hors du pays. Les MAK étaient désormais divisés; Azzam fut mystérieusement assassiné, apparemment par Oussama Ben Laden lui-même. Le groupe le plus radical de l'union des fascistes et extrémistes religieux arabes fut baptisé Al-Qaida par Oussama. Mais à ce jour, on trouve des ramifications des Frères musulmans dans tout le réseau Al-Qaida.

Le bras droit de Oussama Ben Laden, Ayman Al-Zawahiri, venait de la branche égyptienne des Frères musulmans, le Djihad islamique égyptien, issue du Djihad islamique palestinien.
Il existe de nombreux courants et de nombreuses branches, mais tous font partie du mouvement des Frères musulmans. L'organisation que vous connaissez sous le nom de Hamas est en fait un chapitre secret de l'histoire des Frères musulmans. Quand Israël a assassiné le
cheikh [Ahmed] Yassine il y a un mois [22 mars 2004], les Frères musulmans ont publié, en arabe, sa nécrologie dans un journal du Caire et ont révélé qu'il était le chef secret de leur organisation à Gaza. Ainsi, les Frères musulmans sont devenus ce poison qui se répand à travers le Moyen-Orient et qui, le 11 septembre, à commencé à se répandre à travers le monde.



Il faut lever le secret

Je sais que cela ressemble à une invention malsaine mais tapez les mots "Banna" et "nazis" sur votre ordinateur et vous verrez tous les articles s'afficher. Ce sont toutes les informations que la CIA essayait de dissimuler à ses employés pour cacher son passé honteux. En 1984, quand j'ai révélé le recrutement des nazis européens par la CIA, celle-ci essayait de cacher au Congrès qu'elle embauchait des nazis arabes pour combattre les Russes, plan pour le moins stupide et malhonnête.

Alors, quand Bob Baer se pencha sur ces documents, il fut abasourdi. Toute une génération, les agents actuels de la CIA, n'en savent rien. Et croyez-moi, cette génération est constituée de bons et honnêtes Américains que j'apprécie beaucoup. Ils essaient de faire du bon travail mais une partie de leurs problèmes vient du fait que les dossiers ont été détruits. Tous ces secrets doivent être révélés.

Mes clients issus des services secrets m'ont demandé: « Et bien, qu'allez-vous faire ? » Ils m'ont donné un exemple: « Voilà comment les Saoudiens financent ces groupes. Ils ont mis en place plusieurs associations caritatives dans l'État de Virginie, au 555 Grove Street à Herndon. » J'ai répondu: « D'accord, les Saoudiens sont des terroristes, et alors ? » « Ces associations caritatives financent les Frères musulmans, le Hamas, le Hezbollah, Al-Qaida. Les Saoudiens utilisent les déductions d'impôt offertes par le fisc américain à leurs généreux contribuables, pour financer le terrorisme. Ils ont constitué des associations prête-noms pour que toutes les filiales terroristes situées aux États-Unis reçoivent l'argent saoudien sous forme de donations caritatives. » J'ai d'abord cru qu'ils se moquaient de moi. Puis ils m'ont appris que près de l'endroit où je vivais, à Tampa, en Floride, se trouvaient deux des plus importants terroristes du monde. Il s'agissait de deux professeurs de l'université de Floride du Sud. L'un d'eux, chef mondial du Djihad islamique, venait juste de partir pour la Syrie. Son bras droit, chef du Djihad en Occident, était le Dr Sami Al-Arian toujours en poste comme professeur à l'université de Floride du Sud.



Ne pas embarrasser le gouvernement saoudien

Et oui, ces types réunissent des fonds à travers l'Amérique et les envoient, via la Syrie, en Palestine, dans les zones où sont recrutés des kamikazes pour tuer des juifs. Ils m'ont envoyé des cassettes vidéo montrant le professeur Al-Arian sur une estrade dont un des occupants se lève pour exhorter: « Qui me donnera 500 dollars pour tuer un juif ? Des personnes attendent à Jérusalem et sont prêtes à poignarder un juif dans la rue, mais nous avons besoin de 500 dollars. » Et il ajoute: « Tout cet argent ira au Comité islamique pour la Palestine. » Voilà le prête-nom, aux États-Unis, pour le Djihad islamique palestinien. J'ai donc envoyé ces dossiers à tous mes amis du FBI et de la CIA. Je leur ai demandé: « Pourquoi n'avez-vous pas poursuivi ce type ? Vous êtes au courant depuis 1989. » Ils ont répondu: « On aurait aimé le faire. On a essayé de le poursuivre en justice mais on nous a dit qu'il était intouchable, car tout son argent vient des Saoudiens et on a tous reçu l'ordre de ne rien faire qui puisse embarrasser le gouvernement saoudien. » J'ai répondu: « Moi, je n'en ai rien à faire de l'embarrasser. » Vous savez ce que j'ai fait ? J'ai fait un don à l'association caritative qui finançait les terroristes car une loi de Floride me donne le droit d'engager des poursuites à l'encontre de l'association qui refuserait de m'informer de la destination de ma donation. Désopilant !

Début mars 2002, j'ai rédigé une longue ébauche de plaidoyer démasquant le professeur Sami Al-Arian, citant tous les crimes qu'il a commis, tous les attentats à la bombe en Israël, les fonds récoltés en Amérique pour le terrorisme. J'ai mentionné la manière dont il recevait leurs subsides des Saoudiens et comment ces derniers ont convaincu notre gouvernement de ne pas le poursuivre pour des raisons politiques.

En raison de l'importance de mes accréditations, tous mes écrits sont confidentiels et doivent être envoyés au gouvernement avant parution pour être soumis à la censure. J'ai donc envoyé mon ébauche de procès à la CIA et ils l'ont adoré. Ils m'ont dit: « Oh, c'est génial. On n'aime pas les Saoudiens nous non plus. Poursuis-les. » Trois jours plus tard, deux agents du FBI ont frappé à ma porte et m'ont dit: « Vous savez, seules 21 personnes dans le gouvernement américain connaissaient ces informations, maintenant vous êtes 22. Comment avez-vous découvert cela ? » Je leur ai répondu: « Je suis désolé, mais je ne peux vous le dire; en tant qu'avocat, je suis lié à mon client par le secret professionnel. » Voilà pourquoi mes clients me paient un dollar chacun. La veille de l'introduction de mon action au tribunal, j'ai reçu un appel désespéré du ministère de la Justice américain: « John, s'il vous plaît, ne déposez pas votre action en justice demain. Nous allons vraiment faire une descente dans ces associations caritatives saoudiennes. Nous allons les fermer. Laissez-nous juste plus de temps. » « C'est ce que vous m'avez dit en janvier et en février et maintenant, on est en mars, ais-je répondu. Vous voulez plus de temps ? Je vous donne jusqu'à 16 heures demain. J'introduirai mon action à 10 heures ainsi, à 16 heures, je donnerai l'adresse des associations caritatives saoudiennes. » Le lendemain, j'introduisis mon action en justice à 10 heures en prévenant la presse que j'allais garder certaines informations pendant quelques heures.



Opération Green Quest

À 10 h 15, le gouvernement américain lança l'opération "Green Quest", une descente de grande ampleur dans les associations caritatives saoudiennes et en une heure, nous avons fermé le réseau de blanchiment d'argent saoudien aux États-Unis.

Depuis le 20 mars 2002, le gouvernement n'a cessé de découvrir des preuves dans les archives récoltées lors de cette descente. Elles étaient si criantes que le professeur Al-Arian ne donne plus de cours. Il est maintenant en prison en attente de son procès.

Son complice [Sameeh] Hammoudeh, a également été inculpé. Aux États-Unis, trente-deux personnes ont été inculpées à la suite de ces efforts. Mais pas un Saoudien, non, pas un seul. Un mois après l'enregistrement de mon action en justice contre Al-Arian, j'y suis arrivé: j'ai fait du grabuge. J'ai invité quarante des avocats les plus réputés du pays à venir à Saint-Petersburg, en Floride. J'avais une proposition à leur faire. Il fallait qu'ils mettent des millions de dollars de leur poche; je suis pauvre, je n'avais rien à leur donner mais, je voulais faire quelque chose pour l'Amérique. Je vous parle d'avocats tels que Ron Motley qui avait gagné des milliards de dollars dans des procès contre les industries du tabac et de l'amiante. Je leur ai dit: « Je veux que vous regardiez les preuves que j'ai réunies. Les banques et les associations caritatives saoudiennes qui ont financé Sami Al-Arian ont aussi financé Al-Qaida. Je veux que vous portiez une action collective devant la Cour fédérale de Washington au nom de tous ceux qui sont morts le 11 septembre [2001]. Je travaillerai à titre gracieux, réunirai toutes les preuves, vous présenterai aux experts, fournirai toutes les pièces à conviction et les documents... Nous devons faire cela pour l'Amérique. »

Les avocats ont étudié tous les documents que j'ai réunis et, le 15 août 2002, ils ont porté la plus vaste action collective de l'histoire des États-Unis devant la Cour fédérale à Washington et ont demandé que les Saoudiens paient un billion de dollars de dommages et intérêts. Cette action dénonçait en substance que toutes ces banques saoudiennes présentaient un dénominateur commun: elles achetaient Oussama Ben Laden en lui donnant 300 millions de dollars chaque année pour qu'il reste hors de l'Arabie Saoudite et qu'il aille faire exploser les gens ailleurs.

Le 11 septembre, nous avons découvert que cet "ailleurs", c'était chez nous. Les Saoudiens devaient payer pour leur négligence. Cette action en justice arrive à propos.

De plus en plus de membres de la CIA et au FBI m'utilisent comme source officieuse pour obtenir des renseignements. On m'a donné ma propre émission de télé nationale le dimanche matin sur Fox TV. Et la station de radio ABC Radio m'a également donné une émission. En vieillissant, je suis devenu professeur. Il y a vingt-cinq ans, j'étais bien plus jeune, bien plus mince, mais aujourd'hui, je reçois quotidiennement 500 à 1 000 e-mails d'hommes et de femmes honnêtes du monde entier qui travaillent dans les services secrets.

Nous devons mettre fin au mal dans ce monde. Nous devons reconnaître qu'Al-Qaida n'a pas simplement surgi de nulle part. La voie du mal fut le nazisme. La doctrine d'Al-Qaida est identique à celle que suivaient les nazis arabes. Ils haïssent les Juifs, la démocratie et la culture occidentale. Al-Qaida n'est rien d'autre que l'expression religieuse du fascisme arabe. Nous avons permis à cette branche du tronc nazi de survivre, de prospérer et elle est revenue nous hanter. Nous devons faire mieux. Si nous voulons préserver nos enfants, notre héritage, notre futur, nous devons leur enseigner les leçons du passé. Une des plus grandes tragédies de l'histoire a réellement eu lieu mais le mal qui l'a provoquée, le nazisme, a survécu parce que nous ne nous sommes pas suffisamment battus. Nous n'avons pas fini le travail. Les hommes et les femmes des États-Unis se sont tenus à côté de nos frères juifs, chrétiens et musulmans. Nous nous sommes soulevés contre la haine. L'Amérique est désormais unie. Nous sortirons vainqueurs de la guerre contre la terreur et nous finirons le combat que ces soldats et survivants ont commencé il y a plus d'un demi-siècle. Nous devons établir une règle selon laquelle inculquer la haine à un enfant est la pire forme de maltraitance qui soit. Nous devons travailler ensemble pour éradiquer le racisme de la vie de nos enfants. Nous devons leur apprendre à se souvenir de l'Holocauste et à être fiers, tellement fiers de ceux qui ont survécus et nous ont inspirés par leur courage. En leurs noms, en leur honneur, allons de l'avant et luttons ensemble. Plus jamais ça !

Traduction : Sabrina Girier-Dufournier




source:
flèche http://extraneens.free.fr/docs/division_handshar.pdf



Bon, l'auteur a tiré des conclusions erronnées à partir de faits bien réels.

Déjà, il est complètement stupide d'affirmer que « les services secrets de sa Majesté voulaient utiliser les fascistes des Frères musulmans pour renverser l'État neuf d'Israël ». Ce sont ces mêmes autorités britanniques qui sont derrière la création de cet état (déclaration Balfour) ! Non, l'objectif réel était de créer une zone de tensions, une opposition palestinienne au sionisme, la naissance d'un mouvement anti-sioniste au sein de la population musulmane.

Ensuite, selon lui, les autorités américaines n'oseraient pas "embarrasser" les Saoudiens pour des raisons bassement matérielles (pétrole). C'est bien sûr faux; c'est tout simplement qu'ils sont tous des satanistes qui préparent des guerres civiles et la troisième guerre mondiale en alimentant le "choc des civilisations". Parce que, le "choc des civilisations", ce n'est pas que les slogans « musulmans terroristes », « Islam dangereux »,... c'est aussi « occidentaux dégénérés », « tout est à cause des sionistes ou des banquiers juifs »,... Ils chauffent les deux "camps". C'est ça, le but réel de ces groupes se réclamant de l'Islam: pousser les musulmans vers l'islam fondamentaliste, puis au jihad contre « l'empire américano-sioniste ». Et les autorités US sont évidemment complices avec les saoudiens dans cette entreprise. Ils ne sont pas les seuls, puisque l'UOIF est le principal réseau associatif islamique en France, soit 200 associations gérant une soixantaine de mosquées en 2010, et que ses dirigeants avouent ouvertement être issus du courant des Frères Musulmans.

Remarquez qu'une partie de ces slogans et crédos des Frères Musulmans sont repris par les leader de la mouvance conspirationniste - Meyssan, Soral et cie....

Je me demande quand même dans quel but l'auteur de cet article a fait ces révélations. En effet, depuis peu de temps, des articles mettant en cause les Frères Musulmans et Al-Qaida circulent sue les sites conspis - Alterinfo, E&R,... Or, la mouvance conspi est une création des satanistes et les "révèlations" qui y circulent ont toujours un but caché. Il est bien possible que ce soit le cas ici aussi. De toute façon, les évènements en Afrique et au Proche-Orient - Lybie et Syrie - ne laissent aucun doute sur la collusion Al-Qaida/Frères Musulmans et gouvernements occidentaux/OTAN. C'était aussi le cas en Tunisie et en Égypte, mais c'était plus discret.

Alors, quel serait le but de dénoncer cette collusion ? Je pense que c'est pour pousser les Musulmans sunnites (environ 90% des musulmans) vers le chiisme (environ 10% des musulmans). En effet, les Frères Musulmans se présentent officiellement comme sunnites - ce qui ne les a pas empêchés d'avoir participé à la prise de pouvoir des Mollahs en Iran, comme décrit dans le post précédent. Dénoncer des mouvements et des gouvernements sunnites comme alliés à l'Occident, alors que le gouvernement iranien - chiite - est présenté comme seul rempart à "l'empire américano-sioniste" ne peut que pousser une partie des musulmans sunnites vers le chiisme, ou au moins à avoir un regard plus favorable à son égard. En Irak, les US ont bien soutenu la prise de pouvoir par les chiites - avec le soutien des Mollahs iraniens - et ont ainsi participé à la "chiitisation" de la socièté irakienne. Voir l'article DES BOMBES À RETARDEMENT DANS LES PAGES DES MANUELS SCOLAIRES IRAKIENS.

étoile 1 http://transition888.heavenforum.org/t575-ahmadinejad-symbole-de-l-anti-sionisme-et-contre-le-nwo - post du Mer 27 Juil 2011 - 3:35

Gageons que les états conquis par Al-Qaida ou les Frères Musulmans prendront plus tard le même chemin. Gouasmi l'a même "prophétisé" pour la Libye:
« Le CNT sera en effet complètement changé lorsqu’il aura pacifié la Libye. Il ne sera plus tel que nous le connaissons aujourd’hui, il disparaîtra de la scène politique libyenne pour laisser place à d’autres alliances. Alors, les instigateurs de cette ingérence occidentale subiront un effet boomerang. Les promesses faites par le CNT à ceux qui l’ont soutenu (OTAN, France, Grande-Bretagne, etc.), seront caduques. »

étoile 1 http://transition888.heavenforum.org/t575-ahmadinejad-symbole-de-l-anti-sionisme-et-contre-le-nwo

Pourquoi pousser les sunnites vers le chiisme ? Parce que certaines doctrines chiites arrangent bien nos élites satanistes:

  • les sunnites considèrent que le calife doit être élu pour ses qualités morales et islamiques, et cela en dépit de ses origines. Les chiites considèrent que seul un successeur filial de Mohamed peut prétendre à ce titre et s'appuient sur la notion de "lignage". Les deux courants considèrent que tout musulman lui doit obéissance totale. On peut voir tout l'intérêt de nos élites de préférer un calife imposé sous le prétexte d'une filiation avec Mohamed, plutôt qu'il soit choisi par le peuple, dans le cadre d'une dictature théocratique telle que le NWO. La notion de lignage est aussi primordiale, puisqu'elle permet aux lignées Néphilim - qui prendront la tête du NWO - de se transmettre le pouvoir.

  • les chiites sont pour la plupart duodécimains (entre 80 et 90%); c'est à dire qu'ils croient en l'existence de 12 imam saints et infaillibles qui relaient la parole de Mohamed. Le 12ème imam Muhammad al-Mahdi, le "Mahdi", serait en occultation sur ordre de Dieu depuis 874 - c’est-à-dire qu'il a disparu mais qu'il resterait vivant pour guider la communauté jusqu'à aujourd'hui à travers le clergé chiite - et réapparaitraît à son ordre lors de la "fin des temps" pour combattre le mal et instaurer la justice sur la terre, avant le retour du Messie Issa/Jésus. Il serait de la lignée de Mohamed. Ensuite, Jésus et le Mahdi resteraient sur terre pendant quelque temps. Là aussi, on peut voir tout l'intérêt d'une telle croyance: cet "imam infaillible" pourra introduire des innovations sataniques dans l'Islam en prétextant restaurer l'Islam authentique tel qu'enseigné par Mohamed, pour en faire la religion mondiale unique de l'Antichrist.

  • il n'existe pas de clergé à proprement parler dans le sunnisme - même si les savants exégètes et les imams se sont bel et bien immiscés entre les textes et les croyants - et les imams peuvent être licenciés s'ils n'accomplissent pas leur mission. Par contre, chez les Chiites, tenants d'une tradition cléricale de l'islam, l'imam est le guide spirituel et temporel de la communauté islamique. Chez les duodécimains, ils portent souvent le titre de mollah ou d'ayatollah, ils font partie d'une structure hièrarchique, et sont présumés avoir un lien privilégié avec Dieu. Or, les adorateurs de Baal qui nous gouvernent se sont toujours servi d'un clergé tout puissant pour encadrer les populations, diriger leurs rituels,... Là aussi, le cléricalisme chiite ne peut qu'être préférable pour eux que le modèle sunnite.
C'est à se demander qui est derrière la création de ce courant de l'Islam, tant il est adapté à leur projet théocratique totalitaire...


Quoiqu'il en soit, révélations programmées ou non, cet article a le mérite d'exposer à la fois les liens des Frères Musulmans avec le nazisme, les relations de ce dernier avec des groupes au pouvoir en Occident, et le fait que ces groupes propagent un "islam fondamentaliste", anti-occidental et antisémite.

Le "nazislamisme" n'est-il qu'une invention malveillante de l'infâme BHL ? Pas si sûr !


Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: INFILTRATION ET INSTRUMENTALISATION DE L'ISLAM PAR LES SATANISTES : LE NAZISLAMISME   Mer 1 Aoû 2012 - 11:37

“SECRET AFFAIRS” RÉVÈLE AU GRAND JOUR
LA SOURNOISERIE DE LA CONFRÉRIE INTERDITE







Témoin impartial, l’Histoire ne pourrait négliger les faits. Avec ses héros et ses vilains, elle retrace le vécu des nations et les guide vers l’avenir.



La Confrérie interdite des Frères Musulmans ne saura effacer un passé sinistre et sordide, éclaboussé par la haine, la vengeance, le sang et la traîtrise. Depuis sa création, les actes du groupe prohibé ne peuvent être classés que sous le label de la calomnie, de la fourberie et de la perfidie. Mis à nu par le feuilleton de Wahid Hamed et par les ouvrages de nombreux écrivains occidentaux dont le plus récent est les «Affaires secrètes» de Mark Curtis, elle se trouve dans une véritable impasse.

L’Histoire ne peut longtemps embellir les vilains. Elle les révèle au grand jour. Les Frères Musulmans sont réputés par leurs calculs pernicieux. Coup fourré et attaque perfide sont les mots clés pour désigner leur action criminelle, en particulier durant les années 40 et 50 du siècle dernier. Pour réaliser leurs desseins, ils sont capables de tout, même de s’allier avec leurs ennemis comme le révèlent Mark Curtis et Robert Dreyfus. Baiser de Judas, l’attentat de Manchia n’est-il pas un point noir dans leur registre ? Comment la Confrérie finance-t-elle ses activités meurtrières et caritatives ? Autant de questions auxquelles a tenté de répondre Mark Curtis dans son ouvrage «Secret Affairs: Britain's Collusion with Radical Islam».

Une nouvelle preuve démontre que le groupe prohibé des Frères Musulmans a tenté d’assassiner l’ancien Président Gamal Abdel Nasser. Des documents britanniques top secrets, récemment publiés à Londres, dévoilent un accord pernicieux entre des éléments dans les services secrets britanniques et bon nombre de dirigeants au sein du groupe prohibé pour se débarrasser du leader de Juillet à l’aube des années 1950. Les documents révèlent de même que la Grande-Bretagne a constamment financé la Confrérie des Frères Musulmans et son fondateur Hassan El-Banna durant les années 40 du siècle dernier. Que d’informations et de vérités frappantes sont dévoilées pour la première fois dans l’ouvrage «Affaires secrètes… collusion britannique avec l’Islam radical» du fameux écrivain et chercheur Marc Curtis. Ce dernier a passé quatre années complètes dans les couloirs de l’Organisme national des archives britanniques afin d’effectuer des recherches parmi des dizaines de documents et de dossiers secrets appartenant au gouvernement britannique.
Il y a deux ans, précisément en mars 2008, le maire de Londres Ken Lefgestone a surpris tout le monde lorsqu’il a annoncé que le groupe prohibé des Frères Musulmans recevait des aides financières d’un appareil des services secrets britanniques (MI6), assurant dans des déclarations publiques publiées par les médias occidentaux que la « Confrérie représentait au cours des années 1950-60 un vrai danger à Abdel Nasser, grâce au financement des services britanniques ».

Ces déclarations étaient assez graves, d’autant plus qu’elles ont été faites par un politicien et responsable britannique de calibre. Responsable qui compte parmi les piliers du parti du Labour et qui représente une star de la gauche européenne. Pourtant, nul n’a accordé assez d’intérêt à ces déclarations frappantes du maire londonien. En plus, la machine médiatique du groupe prohibé a vite camouflé l’affaire, disant qu’il s’agit de déclarations infondées.
En réalité, les Frères Musulmans ont toujours cette attitude lorsqu’il s’agit de mettre en lumière les relations secrètes entre les pères fondateurs du groupe prohibé et la Grande-Bretagne (les Etats-Unis ne sont pas à exclure). Le seul point de défense de la Confrérie était l’absence de documents ou de preuves qui démontrent qu’un tel lien existait. Cette affaire a pourtant fort préoccupé l’écrivain britannique de renommée internationale Mark Curtis dans son ouvrage «Secret affairs… Britain’ Collusion With Radical Islam». Curtis a fait une lecture approfondie de certains documents britanniques officiels sur la relation entre les islamistes et la Grande-Bretagne. Ces documents révèlent une grande coopération entre le groupe prohibé et Londres. Cette dernière finançait le groupe par l’intermédiaire du palais royal. En plus, la Grande-Bretagne a fomenté avec les Frères un plan pour se débarrasser d’Abdel Nasser d’autant plus que les officiers libres étaient parvenus à renverser la dynastie de Mohamed Ali. Dynastie qui a coopéré avec l’occupation britannique, comme le voyait Nasser.

Mark Curtis est un journaliste, écrivain, et historien britannique spécialisé dans les documentaires d'investigation.
Il a écrit plusieurs livres au sujet de la politique extérieure du Royaume-Uni et des États-Unis, tout au long du XXe siècle. Curtis a d'abord étudié à la London School of Economics dans la capitale brtitannique puis est devenu chercheur au Royal Institute of International Affairs (Institut Royal des Affaires Internationales). Il était, jusqu'à récemment, le directeur du World Development Movement (Mouvement pour le Développement mondial). Après avoir travaillé pendant treize ans dans le domaine du développement pour les ONG Christian Aid et Action Aid (il fut directeur de la branche «Politique et Plaidoyer» de Christian Aid et directeur «politique» chez ActionAid), il est actuellement écrivain, journaliste et consultant indépendant.
Il participe régulièrement à des débats publics et écrit souvent des articles pour différents journaux comme The Guardian, Rep Pepper, The Independent, Frontline en Inde, Znet aux États-Unis, East African, Al-Ahram en Egypte et l'International Relations. Il est actuellement professeur chercheur honoraire à l'Université de Strathclyde et a été nommé par le passé chercheur invité à l'Institut Français des Relations Internationales à Paris et à la Deutsche Gesellschaft fuer Auswaertige Politik à Bonn.

Pour de longues années, son ouvrage «La grande déception: le pouvoir anglo-américain et l’ordre mondial» est demeuré célèbre, et ce d’autant plus que Curtis a mis en lumière quelques mythes du pouvoir anglo-américain dans le monde après la guerre froide. Curtis montre comment le Royaume-Uni reste le partenaire clé des États-Unis afin de faire respecter l'hégémonie américaine dans le monde.

Il analyse ce qu'il qualifie d'une relation spéciale entre ces deux pays et conclut qu'elle a des conséquences parfois très graves sur les autres pays. Mais dans son ouvrage «Affaires secrètes… collusion britannique avec l’Islam radical», Curtis met en relief le contenu des documents qu’il a consultés.
D’après ces documents, les preneurs de décision en Grande-Bretagne ont pris l’habitude de coopérer avec les groupes islamistes radicaux à l’instar des Frères Musulmans. Pourtant, Londres sait que ce groupe est anti-Occident.

Cela n’a pas empêché Londres de coopérer avec la Confrérie interdite afin de réaliser des objectifs tactiques à court terme, tels que la sauvegarde des ressources naturelles comme le pétrole ou encore de renverser des gouvernements nationaux qui représenteraient un danger à l’empire britannique et au projet capitaliste occidental, comme ce fut le cas de par le passé.

Le livre démontre que la coopération entre la Grande-Bretagne et ces groupes radicaux n’est pas limitée au Proche-Orient. Et d’ajouter que les menaces islamistes contre l’Angleterre n’est que le prix d’une longue série d’opérations secrètes britanniques avec les islamistes à travers les siècles.
En effet, la Grande-Bretagne a appuyé El-Khomeiny (Iran) face au gouvernement de Dr Mossadek qui disposait d’une popularité hors pair et qui a nationalisé l’industrie du pétrole iranienne. Les grands dirigeants des Talibans (Afghanistan) tels que Galal Eddine Hakani ont reçu une formation technique et militaire sophistiquée par les services d’intelligence militaires britanniques dans les années 1980. Et, actuellement, Londres tente de parvenir avec eux à un accord pour une sortie honorable des forces britanniques du bourbier afghan.

En ce qui concerne la relation des Frères Musulmans et de la Grande-Bretagne, les documents dévoilent que le financement de la Confrérie interdite a commencé secrètement en 1942 (durant l’occupation britannique de l’Egypte) sur accord commun avec le Palais royal et le roi Farouk Ier. Un rapport dévoile que la Grande-Bretagne va financer les Frères Musulmans de manière secrète, tout en infiltrant des agents britanniques parmi eux pour les garder sous contrôle. L’objectif du financement était de créer une scission au sein des Frères Musulmans en vue de les garder sous contrôle et afin de les démanteler en mettant les deux clans en conflit.

Au milieu des années 50, les relations entre les Frères Musulmans et la Grande-Bretagne a pris un autre tournant. Londres a voulu exploité le groupe prohibé pour en faire une forte opposition contre la politique d’Abdel Nasser.

Des responsables britanniques se sont alors réunis avec les Frères Musulmans pour les exploiter comme un outil servile contre le régime de Nasser durant les négociations d’évacuation des forces britanniques militaires. L’objectif était de créer une vague de troubles afin de saper l’image de Nasser.
Avec l’agression tripartite en 1956, des nouveaux indices ont démontré que la Grande-Bretagne a effectué des contacts avec les Frères Musulmans et d’autres dirigeants religieux pour renverser Nasser ou l’assassiner. Vu la délicatesse de l’affaire, Curtis n’a pas donné trop de détails à ce chapitre.
Les responsables britanniques avaient approuvé la possibilité de former un gouvernement égyptien des Frères Musulmans en cas d’assassinat de Nasser. En 1957, Trivor Evenz, responsable à l’ambassade britannique au Caire, a contacté les dirigeants de la Confrérie interdite pour leur faire part d’un message officiel de son pays : « La disparition du régime d’Abdel Nasser devrait être notre objectif principal ». À partir des informations précédentes, nous ne pouvons séparer les complots britanniques de l’époque de la tentative des Frères Musulmans visant à assassiner Nasser le 26 octobre 1954, communément connu sous «l’incident de Manchia». Durant cet incident, des balles avaient été tirées contre Nasser alors qu’il prononçait un discours. Bien que nombreux éléments aient démontré que les Frères Musulmans avaient fomenté ce coup, bien que nombre de leurs dirigeants aient été jugés et pendus, la Confrérie insiste toujours à nier son implication dans ce crime.

Le livre de Curtis démontre de même que la Grande-Bretagne a continué, même après le décès de Nasser en 1970, à exploiter le groupe prohibé comme étant une armée susceptible d’être utilisée en temps de nécessité.

L’importance de l’ouvrage de Mark Curtis réside dans le fait qu’il constitue un véritable triomphe aux théories et aux ouvrages qui l’ont précédé et qui ont évoqué une coopération secrète entre les Frères Musulmans et la Grande-Bretagne.

À cette occasion, nous ne pouvons ne pas citer l’ouvrage de Robert Dreyfus «Le jeu du diable» qui a mis en relief que la Grande-Bretagne assoiffée de préserver son empire a conclu des accords avec Hassan El-Banna en Egypte et Amine El-Husseini à Jérusalem. L’ouvrage démontre également comment les gouvernements occidentaux ont supporté la croissance du Confrérie musulmane afin de saboter les efforts des chefs nationalistes arabes de pro-soviétique comme Abdel Nasser de l'Egypte.

Le but de Nasser était d'exterminer la domination et l’emprise occidentale au Moyen-Orient. C'était une grande menace aux intérêts occidentaux, pour lesquels Londres a employé la Confrérie interdite pour déstabiliser le gouvernement de Nasser.


par le Dr Nesrine Choucri


source:
à la loupe http://213.158.162.45/~progres/index.php?action=news&id=2803



À la vérité, cela apparait comme pire que ça:

  • Hassan al-Banna founded the Muslim Brotherhood in the city of Ismailia in March 1928 along with six workers of the Suez Canal Company. (Hassan al-Banna a fondé les Frères musulmans dans la ville de Ismaïlia en Mars 1928 avec six employés de la Société du Canal de Suez). [La Socièté du Canal de Suez ou Compagnie Universelle du Canal Maritime de Suez, avait pour principaux actionnaires des investisseurs privés français et l'Egypte jusqu'en 1875, date à laquelle, Ismaïl Pacha, Wali de l'Égypte et du Soudan, vendit ses actions au gouvernement britanique bien en dessous de leur valeur. Donc, en 1928, date de la création des Frères Musulmans par Hassan al-Banna et six employés de la Socièté du Canal de Suez, celle-ci était en partie contrôlée par le gouvernement britannique.
    cligno multicolore http://en.wikipedia.org/wiki/Muslim_Brotherhood



  • Lors du premier congrès du parti en 1933, l’organisation comptait 2 000 militants, un an plus tard ils sont 40 000, et en 1943 la confrérie compte plus de 200 000 militants. La croissance exponentielle du mouvement laisse penser que le Royaume-Uni a directement soutenu le développement de la confrérie.
    cligno multicolore http://fr.wikipedia.org/wiki/Fr%C3%A8res_musulmans


  • Dès leurs origines, les Frères pêchent en eaux troubles. De son aveu même, Al-Banna reçoit de l’argent, 500 livres, de la toute puissante "Compagnie du Canal" sous contrôle des Britanniques depuis 1876. Il reçoit aussi un permis pour construire une mosquée. Al-Banna se justifie d’abord en déclarant cet argent appartenant de droit au peuple égyptien comme tous les biens de la Compagnie. Plus tard, il niera avoir touché cette aide financière. Il n’en restera pas moins en relation secrète avec l’Ambassade de Grande-Bretagne. On voit là une constante des organisations islamistes, souvent soutenues, sinon financées, à leurs débuts par de futurs ennemis. [plutôt soi-disant ennemis]
    cligno multicolore http://lebloglaicdechamps.over-blog.com/article-origine-des-freres-musulmans-47470029.html


  • Le Mouvement de la résistance islamique (Hamas) est créé en 1987, il est précisé dans la charte du Hamas que "le Mouvement de la résistance islamique est l'une des ailes des Frères musulmans en Palestine".
    cligno multicolore http://fr.wikipedia.org/wiki/Fr%C3%A8res_musulmans


  • L'UOIF est le principal réseau associatif islamique en France, soit 200 associations gérant une soixantaine de mosquées. Ses dirigeants avouent ouvertement être issus du courant des Frères Musulmans. Un récent congrès régional à Lille a accueilli Tariq et Hani Ramadan . Ce dernier parla de la lapidation comme d'une "purification" dans une tribune du Monde en 2002.... Référence théologique et juridique de l'école d'imams de l'UOIF, le cheikh Youssuf Al-Qaradawi, partisan du Hamas, voit lui Hitler comme un instrument de punition divine, et s'est déclaré pour l'extermination physique des homosexuels et des apostats (quitter l'islam est puni de mort selon la Charia). Il est perçu comme un "savant" par Tariq Ramadan, autre intellectuel de référence de l'UOIF...
    cligno multicolore http://lessakele.over-blog.fr/article-les-freres-musulmans-toufik-chergui-trustent-le-ps-lyonnais-44968322.html


  • Les principaux objectifs:

    - le rétablissement du califat et réunir les «dar el islam».
    - le renforcement de la structure interne
    - la discipline administrative
    - le recrutement et le règlement du Dawa'a
    - dynamiser les organisations du travail
    - tonifier les fronts du travail politique (par exemple en matière des organisations de la politique civile)

    cligno multicolore http://en.wikipedia.org/wiki/Muslim_Brotherhood


Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: INFILTRATION ET INSTRUMENTALISATION DE L'ISLAM PAR LES SATANISTES : LE NAZISLAMISME   Mer 1 Aoû 2012 - 11:39

MUSLIM BROTHERHOOD - ILLUMINATI TOOLS









“Iqhwan il Muslimoon”

In his book “Hostage to Khomeini”, Robert Dreyfuss gave a pretty accurate rendering of the MB in 1980, which as I have witnessed, is common knowledge in high government, diplomatic and Intelligence circles:

« The real Muslim Brotherhood is not the fanatical sheikh with his equally fanatical following, nor is it even the top mullahs and ayatollahs who lead entire movements of such madmen; Khomeini, Qaddafi, General Zia are exquisitely fashioned puppets.

The real Muslim Brothers are those whose hands are never dirtied with the business of killing and burning. They are the secretive bankers and financiers who stand behind the curtain, the members of the old Arab, Turkish, or Persian families whose genealogy places them in the oligarchical elite.....and the Muslim Brotherhood is money.

Together, the Brotherhood probably controls several tens of billions of dollars in immediate liquid assets, and controls billions more in day-to-day business operations in everything from oil trade and banking to drug-running, illegal arms merchandising, and gold and diamond smuggling........a terrorists-for-hire racket; they are partners in a powerful and worldwide financial empire that extends from numbered Swiss bank accounts to offshore havens in Dubai, Kuwait and Hong Kong.

The real story of the Muslim Brotherhood is more fantastic than the mere imagination of the author of espionage novels could create. It functions as a Conspiracy, its members exchange coded greeting and secret passwords, although no Formal membership list exists; its members are organized into hierarchical cells or orders.

The Muslim Brotherhood does not respect national frontiers; it spans the entire Islamic World. Some of its members are government officials, diplomats, and military men; Others are street gangsters and fanatics. While the leaders of the Muslim Brotherhood are at home in plush-carpeted paneled board rooms of top financial institutions, at the lower levels the Muslim Brotherhood is a paramilitary army of thugs and assassins. At its highest Level, the Muslim Brotherhood is not Muslim.

Nor is it Christian, Jewish, or part of any Religion. In the innermost council are men who change their religion as easily as other men might change their shirts. Taken together, the generic Muslim Brotherhood does not belong to Islam, but to the Pre-Islamic barbarian cults of the mother-goddess worship that prevailed in ancient Arabia.

As much as the peddlers of mythology might want us to believe that the Muslim Brotherhood and Ayatollah Khomeini represent a legitimate expression of a deeply rooted “Sociological phenomenon”, it is not the case. Nor does the Muslim Brotherhood represent more than a tiny fraction of the world's Muslim believers.
»


By an extraordinary series of “omissions”, the Muslim Brotherhood does not appear on the US, UK, EU, NATO or UN terrorism lists, given its history and that there is no statute of limitations for murder and bombings which are prolific and well documented . It's inconceivable that any formal body compiling the terrorism lists could be unaware of the Muslim Brotherhood's history of murder and assassination, in addition to which, the US and UK actually used it (via the Al Kifah refugee centres) to assemble a force to help eject the Soviets from Afghanistan.

The conclusion is inescapable - it is a multi-edged sword for hire and one or more factions are still sometimes useful to a number of western Intelligence agencies as a deniable and lethal weapon - rent-a- mob all the way up to assassins of heads of state . At one time, a faction of the Muslim Brotherhood was Israel's paymaster in Lebanon.

The odds of Egypt getting an impartial non-puppet for their new leader are about 10:1 against. Once they have a “democracy”, any incumbent can be then removed by rent-a-mob and replaced by a more compliant president or prime minister.

Ask anyone in the IAEA about the corruption and nepotism of Elbaradei. Ask any member of the IAEA whose Intelligence agents were covertly substituted for members of the UN IAEA Inspections teams en route to Iraq during Elbaradei's watch.

In the new Middle East union forming (as part of the New World Order being constructed by crime Incorporated), it is very necessary to be able to remove leaders by rent-a-mob-ballot-box, rather than assassinating one after another.

In Egypt, the die is now in the process of being cast and most sheeple (especially the young university-class air heads hysterically spouting off about “freedom” [LOL] to western news media - they can't think, only parrot and go into denial ) are too lazy and dumb to realize it, because they are obsessed with eating, TV, money and ego while their nations, freedoms and children's future are stolen from them under their noses without their even realizing it. Gulag candidates.

Only God can save this stuffed up world now, but as they say in Arabic: “Ya khaber bi flus, bukra belash" (lit. The news of today costs money, but tomorrow it's free).


by Former Intelligence Officer for henry makow.com



source:
à la loupe http://www.henrymakow.com/muslim_brotherhood-_illuminati.html




TRADUCTION (j'ai fait ce que je pouvais...):


Dans son livre “Otage de Khomeini”, Robert Dreyfuss a donné une interprétation assez juste de la MB en 1980, laquelle comme j'en est été témoin, est de notoriété publique au sein de l'élite gouvernementale, des milieux diplomatiques et du renseignement:

« Les véritables Frères Musulmans ne sont pas le cheikh fanatique avec sa suite tout aussi fanatique, ni même les mollahs et les ayatollahs au sommet qui dirigent les mouvements de tous ces fous; Khomeini, Kadhafi, le général Zia sont des marionnettes finement façonnées.

Les véritables Frères Musulmans sont ceux dont les mains ne sont jamais salies avec les affaires de meurtres et d'incendies. Ils sont les banquiers et les financiers secrets qui se tiennent derrière le rideau, les membres des anciennes familles arabes, turques, persanes, ou dont la généalogie les place dans l'élite oligarchique ..... et les Frères Musulmans sont des financiers.

Ensemble, la Fraternité contrôle probablement plusieurs dizaines de milliards de dollars en liquidités immédiates, et contrôlent des milliards de plus dans des opérations commerciales au jour le jour dans tout ce qui concerne le commerce du pétrole et les opérations bancaires du trafic de drogue, le commerce illégal d'armes et la contrebande d'or et de diamants ........ le trafic de terroristes à recruter; ils sont les complices d' un empire financier puissant et mondial qui s'étend des comptes bancaires suisses numérotés aux paradis offshore à Dubaï, au Koweït et à Hong Kong.

L'histoire réelle de la confrérie des Frères musulmans est plus fantastique que l'imagination seule d'un auteur de romans d'espionnage pourrait créer. Elle fonctionne comme une conspiration, ses membres échangent salutations codées et des mots de passe secrets, même si aucune liste formelle de membres n'existe; ses membres sont organisés en cellules hiérarchiques ou ordres.

La Confrérie des Frères musulmans ne respecte pas les frontières nationales, elle s'étend sur l'ensemble du monde islamique. Certains de ses membres sont des fonctionnaires, des diplomates et des militaires, d'autres sont des bandits de la rue et des fanatiques. Alors que les dirigeants des Frères musulmans sont chez eux dans de somptueuses salles de conseil lambrissées de grandes institutions financières, aux niveaux inférieurs des Frères musulmans il y a une armée paramilitaires de voyous et d' assassins. Au plus haut niveau, les Frères musulmans ne sont pas musulmans.

Pas davantage chrétiens, juifs ou d'une quelque religion que ce soit. À l'intérieur du Conseil, il y a des hommes qui changent de religion, aussi facilement que d'autres hommes peuvent changer leurs chemises. Pris ensemble, le générique des Frères musulmans n'appartient pas à l'islam, mais aux cultes pré-islamiques barbares du culte de déesse-mère qui a prévalu dans l'ancienne Arabie.
[Ndt: je pense qu'il s'agit plutôt d'adorateurs de Baal et autres “dieux” anciens, comme tous les Illuminati].

Les vendeurs de mythologie aimeraient, autant que possible, nous faire croire que les Frères musulmans et l'ayatollah Khomeiny représentent une expression légitime d'un “phénomène sociologique” profondément enraciné; ce n'est pas le cas. Pas plus que les Frères musulmans représentent davantage qu'une infime partie des croyants musulmans dans le monde. »

Par une extraordinaire série d'“omissions”, les Frères musulmans ne figurent pas sur les listes de terroristes des États-Unis, du Royaume-Uni, de l'Union européenne, de l'OTAN ou de l'ONU; compte tenu de son histoire et qu'il n'y a pas de prescription pour les assassinats et les attentats à la bombe qui sont nombreux et bien documentés . Il est inconcevable qu'un organisme officiel qui établit des listes du terrorisme puisse ne pas être au courant du passé de meurtres et d'assassinats des Frères musulmans, en plus de ce qui, aux États-Unis et au Royaume-Uni effectivement utilisé (par l'intermédiaire des centres de Al le réfugié Kifah) pour assembler une force pour aider à éjection les Soviétiques d'Afghanistan.

La conclusion est inévitable - c'est une arme à multiples tranchants à louer, et une ou plusieurs factions sont encore parfois utiles à un certain nombre de services de renseignement occidentaux en tant qu'arme reniable et mortelle - “rent-a-mob” jusqu'aux assassins de chefs d'État. À une certaine époque, une faction des Frères musulmans a été trésorière d'Israël au Liban.

Les chances pour l'Egypte d'avoir une non-marionnette impartiale pour leur nouveau chef sont environ de 10 contre 1. Une fois qu'ils auront une “démocratie”, tout titulaire pourra ensuite être éliminé par un “rent-a-mob” et remplacé par un président ou un premier ministre plus conforme.

Demandez à quiconque à l'AIEA au sujet de la corruption et le népotisme de Elbaradei. Demandez à n'importe quel membre de l'AIEA dont les agents de renseignements ont été secrètement substitués à des membres des équipes d'inspections de l'AIEA des Nations Unies en route pour l'Irak pendant la surveillance de M. ElBaradei.

Dans la nouvelle union du Moyen-Orient en formation (dans le cadre du Nouvel Ordre Mondial en cours de construction par le Syndicat du Crime), il est vraiment impératif d'arriver à éliminer les leaders de “Rent-a-mob-urne”, plutôt qu'il y ait assassinats l'un après l'autre.

En Egypte, les dés sont maintenant en train d'être jetés et la plupart du troupeau (en particulier la jeune classe universitaire évaporée débitant hystériquement sur la «liberté» [LOL] aux médias d'informations occidentaux - ils ne peuvent pas penser, seulement faire le perroquet et entrer dans le déni); ils sont trop paresseux et stupides pour s'en rendre compte, parce qu'ils sont obsédés par l'alimentation, la télévision, l'argent et l'ego, alors que leurs pays, les libertés et l'avenir des enfants sont volés de sous leur nez sans même qu'ils s'en rendent compte. Des candidats au Goulag.

Seul Dieu peut sauver ce monde bouché à présent, mais, comme on dit en arabe: “Ya khaber bi flus, bukra belash” (lit. Les nouvelles d'aujourd'hui coûtent de l'argent, mais demain c'est gratuit).


Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: INFILTRATION ET INSTRUMENTALISATION DE L'ISLAM PAR LES SATANISTES : LE NAZISLAMISME   Mer 1 Aoû 2012 - 13:23

LE CANADA DONNE 30 MILLIONS DE DOLLARS
POUR DES TERRORISTES MUSULMANS









Article anglais de David Livingston. La semaine dernière, l'Aga Khan (à gauche) a reçu une subvention de 30 millions de dollars du gouvernement canadien pour un "centre mondial de promotion de la diversité". Aucun des partis de l'opposition pris la peine de se demander pourquoi le gouvernement canadien a donné cette coquette somme à l'un des hommes les plus riches de la planète. L'Aga Khan est le chef héréditaire de 15 millions de musulmans ismaéliens, qui font remonter leur origine directement aux assassins notoires de l'Islam, les Hashshashins (descendants du culte initiatique guerrier mithaïque (Saturne)). Beaucoup croient que les Templiers ont appris leur doctrines occultes des Assassins pendant les croisades. En effet, selon la franc-maçonnerie du Rite Écossais, les Templiers ont "sauvé" un certain nombre de "mystiques orientaux", et les ramenèrent en Écosse où leurs traditions ont été préservées.

NENKI - flèche http://www.conspiration.cc/





La semaine dernière, l'Aga Khan (à gauche) a reçu une subvention de 30 millions de dollars du gouvernement canadien pour un "centre mondial de promotion de la diversité". Aucun des partis de l'opposition pris la peine de se demander pourquoi le gouvernement canadien a donné cette coquette somme à l'un des hommes les plus riches de la planète.

Par David Livingstone (de henrymakow.com)



L'importance de la de la famille Aga Khan peut être attribuée à leur implication à long terme dans le terrorisme musulman occulte et parrainé par les Illuminati.



L'Aga Khan est le chef héréditaire de 15 millions de musulmans ismaéliens, qui font remonter leur origine directement aux célèbres Assassins de l'Islam. Beaucoup croient que les Templiers ont appris leur doctrines occultes des Assassins pendant les croisades. En fait, selon la franc-maçonnerie du Rite écossais, les Templiers ont "sauvé" un certain nombre de "mystiques orientaux", et les amenèrent en Écosse, où leurs traditions furent préservées.


D'éminents chercheurs de la kabbale, comme Gershom Scholem et, plus récemment, Nathaniel Deutsch, pensent que cette tradition perdue gnostique survécut parmi les Sabéens (Assassins), avant qu'elle ne soit introduite dans le sud de la France et soit devenue connue comme la Kabbale Médiévale. Là, elle donna naissance à l'hérésie des Cathares, à partir de laquelle les Templiers virent le jour, et mena aux légendes du Saint Graal.

Le terrorisme est une pratique étrangère à l'Islam. Le premier cas de terrorisme dans l'Islam peut être attribué aux Assassins, issus d'un groupe dissident hérétique de l'Islam, connu sous le nom d'Ismaéliens.




SOCIÉTÉ SECRÈTE SATANIQUE

Les Ismaéliens ont conçu des grades d'initiation, où les dirigeants pouvaient adhérer à des croyances hérétiques gnostiques, tout en restreignant les niveaux inférieurs à professer une certaine orthodoxie. Cela leur a permis de paraître défendre la foi, tout en travaillant à sa destruction, et ainsi recruter dans les rangs inférieurs en sapant la religion dont ils se croyaient à tort les représentants.

L'un de leurs premiers chefs importants fut Abdoullah ibn Maymun qui, selon Nesta Webster, enseignait:

« Les imams, les religions et la morale ne sont rien, mais qu'une imposture et une absurdité. Le reste de l'humanité, "les ânes", comme les appelait Abdullah, étaient incapables de comprendre de telles doctrines. Mais pour parvenir à ses fins, il ne dédaignait nullement leur aide, au contraire, il en usait, mais il prit soin de n'initier les âmes pieuses et humbles qu'aux premiers grades de la secte. Ses missionnaires, qui ont été formés avec l'idée que leur premier devoir était de cacher leurs vrais sentiments et de s'adapter à l'opinion de leurs auditeurs, se sont présentés sous de nombreuses apparences et parlaient, en quelque sorte, dans un langage différent à chaque catégorie...
Par de tels procédés, l'extraordinaire résultat fut d'arriver à ce qu'une une multitude d'hommes de croyances diverses travaillèrent tous ensemble pour un objectif connu seulement de quelques-uns d'entre eux...
»


Les Assassins étaient dirigés par Hassan al Sabah, qui s'est séparé de l'ismaélisme, et a réussi à obtenir la forteresse d'Alamut en Perse, sur la mer Caspienne. Il a achevé les plans de sa grande société, les infâmes Assassins, qui tirent leur nom de la hashishim arabe, ou "mangeurs de haschisch", se référant à la marijuana dont il s'est servi pour créer les premiers terroristes par contrôle de l'esprit.




GUERRE INTERNATIONALE DE LA TERREUR

Les Assassins ont mené une guerre internationale de la terreur contre tous ceux qui se sont opposés à eux, mais se sont finalement retournés les uns contre les autres. Enfin, en 1250 AD, les conquérants Mongols ont balayé Alamut et les ont anéantis. Néanmoins, leurs partisans ont survécu, dirigés par un imam appelé l'Aga Khan, qui a quitté l'Iran pour l'Inde en 1840.

Ses sujets, qui sont estimés à des millions, se trouvent encore en Syrie, en Iran et en Asie centrale et du Sud, le plus grand groupe étant en Inde et au Pakistan, où ils sont appelés Khojas.

Aga Khan II parvint à être l'un des fondateurs de la Ligue musulmane, qui a été parrainée par les Britanniques en 1858. Le 48ème Imam, Sir Sultan Mohammed Shah Aga Khan III, fut très proche de la famille royale britannique au cours de son règne de 72 ans, et a occupé le poste de président de la Société des nations de l'Assemblée générale pendant un an.

Le 49ème Imam, l'actuel Prince règnant Karim Aga Khan IV, a reçu le titre britannique "Son Altesse" par la reine Elizabeth II en 1957.




ALLIANCES MYSTÉRIEUSES


Tout comme les Assassins du 11ème siècle qui furent responsables du développement du terrorisme islamique, de même, au 19ème siècle, les Ismaéliens continuèrent à entretenir de mystérieuses alliances. À la fin du XIXème siècle, l'Aga Khan recevait régulièrement la visite en Inde d'un imposteur notoire du nom de Jamal al Afghani ud Din, fondateur du mouvement salafiste, qui est actuellement utilisé comme fer de lance par l'Arabie Saoudite, et à partir duquel toute forme de terrorisme islamique moderne dérive .

Afghani était la tête supposée de la Fraternité Hermétique de Louxor, qui est censée représenter la survivance de la gnose ismaélienne en Égypte. Selon Robert Dreyfuss, dans son livre Hostage to Khomeni, Afghani est devenu l'agent principal du Mouvement Oxford, un projet visant à propager la franc-maçonnerie Rite Écossais au Moyen-Orient. Il était dirigé par Edward Bulwer-Lytton, qui était la figure de proue de la renaissance occulte au milieu du 19ème siècle. Il a dirigé la SRIA, ou Rose-Croix Anglais, dont nombre d'entre eux ont afflué en Égypte pour étudier sous Afghani. His returning students founded a related Hermetic Brotherhood of Light, out of which emerged Aleister Crowley's satanic OTO.

Afghani is regarded as the founder of the Salafi "reform" movement, the most famous development of which is the Muslim Brotherhood. The group was commissioned by Hitler, to act as an arm of German intelligence in Egypt. With the demise of the Nazis following WWII, control of the organization passed to the CIA, who in turn recruited former Nazis to continue to handle the terrorist organization.

This was part of a wider strategy of employing Nazis and the promotion of terror, which also included the Gladio network, responsible for the "strategy of tension" which rocked Italy throughout the 70s with the terrorist actions of the Red Brigade.





AGA KHAN = CIA = FRÈRES MUSULMANS = TERRORISME ISLAMIQUE


En fait, la relation persistante avec les Frères musulmans représente apparemment la même relation séculaire qui existe entre les Templiers et les Assassins, dont l'Aga Khan est le chef actuel. Dean Henderson, auteur de Géopolitique: l'économie mondiale du Big Oil, des armes et de la drogue, résume l'importance de cette relation:

« Une partie de ce pacte faustien peut avoir impliquer les chefs de la Maison des Saoud en fournissant des informations aux services de renseignement américains sur la façon de créer des assassins par contrôle de l'esprit. Les Frères musulmans revendiquent avoir les premiers perfectionné cette technique pendant les croisades du 11ème siècle quand ils lançèrent une société secrète parallèle brutale connue sous le nom des Assassins, qui employait le contrôle de l'esprit "d'hommes armés isolés" pour commettre des assassinats politiques de Sarrasins musulmans nationalistes. Les Assassins ont travaillé de concert avec les Chevaliers Templiers chrétiens envahisseurs, dans leurs attaques contre les Arabes progressistes, mais ont été repoussés.. »

Quand les Américains voulaient attirer l'ex-Union soviétique dans leur propre version du Vietnam, ils l'ont fait en finançant et en soutenant les factions des Frères musulmans en Afghanistan, le partisan le plus célèbre d'entre eux est Oussama ben Laden.

Deeply involved in providing safe haven for the Afghan Mujahideen, and facilitating their dispersal throughout the world, was Ismaili Prince Sadruddin Aga Khan, uncle to the current ruling Prince Karim.
( source: flèche http://www.larouchepub.com/other/1995/2241_aga_khan.html )




David Livingstone is the author of Terrorism and the Illuminati ( flèche http://terrorism-illuminati.com ), and more recently co-authored, Surrendering Islam: The Subversion of Islam Throughout History to the Present Day ( flèche http://surrenderingislam.com ).




Related - Harper Makes Aga Khan Honorary Citizen





source:
flèche http://www.henrymakow.com/last_week_the_aga_khan.html




traduction en cours....









« Les axes principaux du pouvoir secret sont les suivants: les sociétés secrètes chinoises, l'établissement Anglo-saxons , la famille Saïd et la famille Agha Khan (qui contrôlent l'islam), les Chevaliers Teutoniques (la société de Thulé nazie et Skull and Bones), le clan Rothschild (qui se considère comme les rois des Juifs, même si 99% des Juifs ne le savent pas), les Illuminati européens, et les clans super-secrets du Dragon. »

...

« Obama fait clairement partie de l' alliance de la société Skull and Bones/Thule avec les familles qui contrôlent l'islam sunnite radical (l'Saiids et autres). Ils aimeraient obtenir que leurs rivaux, les juifs et les chiites, s'entretuent dans un holocauste nucléaire, le déclenchement de la troisième guerre mondiale, et rendre ainsi plus facile pour eux d'établir leur 1000 années de Reich ou de califat. »


Benjamin Fulford

étoile 1 http://transition888.heavenforum.org/t158-interview-de-benjamin-fulford-societes-secretes-chinoises-et-japonaises-vs-illuminati




Dernière édition par invitée le Mer 1 Aoû 2012 - 22:41, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: INFILTRATION ET INSTRUMENTALISATION DE L'ISLAM PAR LES SATANISTES : LE NAZISLAMISME   Mer 1 Aoû 2012 - 13:35

L’ARMÉE BRITANIQUE ASSURE LE TRANSPORT DES TALIBANS








Selon des diplomates, l'armée britannique a déménagé des insurgés Talibans du Sud au Nord de l'Afghanistan en leur fournissant les moyens de transport.

Ces diplomates, qui ont exigé l'anonymat, ont déclaré que les insurgés sont amenés par les airs depuis la province du Sud de Helmand vers le nord, au moment où la violence s’accroît dans la partie Nord du pays.

Les appareils utilisés pour le transfert ont été identifiés à des hélicoptères Chinook britanniques.

Les diplomates ont déclaré que Sultan Munadi, l’interprète afghan kidnappé avec son employeur Stephen Farrell, journaliste du New York Times, a été tué par un « tireur d'élite britannique » au moment où des commandos effectuaient une opération de sauvetage pour libérer Farrell.

Ils ont dit que Munadi a été pris pour cible parce qu’il détient des documents et des photos prouvant la participation des militaires britanniques à l’opération de transfert des Talibans.

D’après les diplomates, le journaliste afghan [Munadi] avait aussi la preuve de l'implication des forces étrangères présentes en Afghanistan dans les tensions qui ont secoué la région autonome de Chine du Xinjiang en juillet.

Toujours selon les diplomates, les forces étasuniennes ont revigoré l'insurrection dans le pays ravagé par la guerre, en équipant les Talibans d’armes de fabrication russe, utilisées lors de l'invasion soviétique de l'Afghanistan en 1979-89, qui fut combattue par les Moudjahidins afghans.

On suppose que les forces étasuniennes ont rassemblé ces armes lors d'une campagne de « collecte des armes auprès des individus irresponsables », après l'invasion de 2001.

Les diplomates ont déclaré que le ministre afghan de l'Intérieur, Mohammad Hanif Atmar, un Pachtoune qui a fait ses études supérieures au Royaume-Uni, est toujours en activité sous direction britannique.

Le ministère de l'Intérieur est accusé de permettre l’approvisionnement en armes et munitions des militants établis au Nord par l’intermédiaire de la police pachtoune.

Plus tôt cette semaine, la BBC persane a cité le Président afghan, Hamid Karzai, ordonnant une enquête sur les rapports d’hélicoptères militaires «inconnus» transportant des hommes armés vers le nord.

Le Président afghan a déclaré, sur la base de rapports non confirmés, que les hélicoptères amènent la nuit des hommes armés à Baghlan, Kunduz et dans les provinces de Samangan, depuis environ cinq mois maintenant.

Au début de 2008, Karzaï a expulsé deux diplomates britanniques car ils auraient prétendument projeté de « retourner » de hauts commandants Talibans. D’après le Times Online, les fonctionnaires britanniques ont tenté de persuader le mollah Mansoor Dadullah, chef des militants, de coopérer avec le Royaume-Uni.

Depuis l’invasion, l'Afghanistan fait désormais l’objet d’un très grand taux de violence, malgré la présence de plus de 100.000 troupiers étrangers.


17 Octobre 2009




source:
http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=15738













LES RUMEURS D'HÉLICOPTÈRES NE S'ESTOMPENT PAS





MAZAR-E-SHARIF - Les histoires persistantes de forces occidentales en Afghanistan utilisant leurs hélicoptères pour transporter des combattants talibans, fermement démenties par les militaires, entretiennent la méfiance vis-à-vis des forces qui sont censées ramener l’ordre dans le pays.

Une histoire de ce genre émanait d’un soldat du Corps régional 209 «Shahin» de l’armée nationale afghane, luttant contre l’insurrection grandissante dans la province de Kunduz dans le nord de l’Afghanistan. Pendant plusieurs mois, il avait pris part à plusieurs batailles contre l’opposition armée.

« Juste au moment où la police et l’armée ont réussi à encercler les talibans dans un village du district de Qala-e-Zaal, nous avons vu des hélicoptères atterrir avec des équipes de soutien », a-t-il dit. « Ils ont réussi à permettre à leurs amis de s’échapper, et à infliger une défaite à l’armée nationale afghane. »

Cette histoire, sous une forme ou une autre, se répète dans tout le nord de l’Afghanistan. Des dizaines de personnes affirment avoir vu des combattants talibans débarquer d’hélicoptères étrangers dans plusieurs provinces. D’après ce qui se dit dans les localités concernées, l’insurrection est délibérément déplacée vers le nord, les troupes internationales transportant les combattants du sud volatil, dans le but d’amener la destruction dans un nouveau lieu.

Les hélicoptères sont presque exclusivement le domaine des forces étrangères en Afghanistan: les armées internationales contrôlent l’espace aérien et ont un quasi-monopole sur les avions. Ainsi, lorsque les Afghans voient des hélicos, ils pensent tout de suite à une armée étrangère.

« Notre combat contre les talibans est absurde », a dit le soldat du Corps de Shahin. « Nos «amis» étrangers sont plus du côté de l’adversaire. »

Pendant des mois, voire des années, des rumeurs ont circulé en Afghanistan selon lesquelles les talibans sont financés ou même directement soutenus militairement par les forces étrangères.

Cela découle en partie de l’incapacité de croire que de grandes armées étrangères ne peuvent défaire un groupe hétéroclite d’insurgés; en outre, l’Afghanistan a été un foyer d’intrigues étrangères depuis si longtemps que la croyance dans les complots est une chose naturelle pour de nombreux Afghans lassés par la guerre.

Les troupes internationales nient farouchement qu’elles soutiennent les insurgés.

« Toute cette affaire d’hélicoptères n’est qu’une rumeur », a déclaré le général de brigade Juergen Setzer, récemment nommé commandant de l’International Security Assistance Force, ISAF, dans le nord. « Elle n’a pas de fondement dans la réalité, selon nos investigations. »

Le général a ajouté que la FIAS-Nord avait le contrôle global de l’espace aérien dans la région nord.

Mais les rumeurs persistantes selon lesquelles des hélicoptères étrangers ont été repérés aidant les talibans dans le nord de l’Afghanistan, ont reçu un soutien inattendu à la mi-Octobre de la part du Président afghan Hamid Karzaï, qui a déclaré aux médias que son administration enquêtait sur des rapports semblables selon lesquels des hélicoptères «inconnus» transportaient les insurgés de la province de Helmand, dans le sud vers Baghlan, Kunduz et les provinces de Samangan dans le Nord.

Le Capitaine Tim Dark, de la Helmand Task Force de Grande-Bretagne, a été véhément dans sa réaction.

« L’idée que les soldats britanniques pourraient être complices de l’ennemi n’est que foutaises », a-t-il dit. « Nous avons eu 85 morts jusqu’ici cette année. »

L’ingénieur Mohammad Omar, gouverneur de Kunduz, a refusé de commenter sur la question, mais Enayatullah Enayat, gouverneur de Samangan, a également nié que les hélicoptères déplaçaient l’opposition dans les environs de Samangan.

« Je suis en contact avec les forces nationales et étrangères dans Samangan », a-t-il a dit. « Je n’ai pas observé de transports suspects de talibans par hélicoptères. »

Le Nord a connu récemment un regain d’activité de la part des insurgés, notamment à Kunduz et Baghlan. Les provinces qui étaient relativement calmes il y a six mois, connaissent des attaques armées, des attentats-suicides, et même le contrôle pur et simple des talibans sur plusieurs districts.

Dans le district de la province de Baghlan, Baghlan-e-Markazi, les résidents ont été témoins d’une bataille le mois dernier dans laquelle ils affirment que deux hélicoptères étrangers ont livrés des combattants talibans, qui ont ensuite attaqué le centre de leur district.

« J’ai vu les hélicoptères de mes propres yeux », a déclaré Sayed Rafiq de Baghlan-e-Markazi. « Ils ont atterri à proximité des contreforts et ont débarqués des dizaines de talibans avec des turbans, et enveloppés dans des patus (les châles typiques afghans). »

Selon de nombreux rapports dans les médias, les talibans ont attaqué le centre du district, et le chef de police du district ainsi que le chef des contre-stupéfiants ainsi qu’un certain nombre de soldats ont été tués.

Le Commandant Amir Gul, gouverneur du district de Baghlan-e-Markazi, a affirmé que les combattants talibans avaient été livrés par hélicoptère.

« Je ne sais pas à quel pays appartenaient les hélicoptères », a-t-il déclaré à l’Institut for War and Peace Reporting. « Mais ce sont les mêmes hélicoptères qui transportent les talibans de Kandahar à Helmand et d’ici vers le nord, en particulier vers Baghlan. »

Selon Amir Gul, le ministère de district de la direction de la sécurité nationale a identifié les hélicoptères, mais il a refusé de commenter.

Le chef de la police de Baghlan, Mohammad Kabir Andarabi, a déclaré que son ministère avait signalé à l’administration centrale que des hélicoptères étrangers transportaient des talibans dans Baghlan.

Le gouverneur de la province de Baghlan, Mohammad Akbar Barikzai, a dit lors d’une conférence de presse du 21 Octobre, que ses services de renseignement et de sécurité avait découverts que des hélicoptères non identifiés atterrissaient de nuit dans certaines régions de la province.

« Nous enquêtons », a-t-il dit.

Les rumeurs ont atteint un tel point que l’ambassadeur américain, Karl Eikenberry, s’est senti obligé d’y répondre la semaine dernière lors d’une cérémonie honorant les plus 5.500 soldats et policiers afghans qui sont morts pendant la guerre en cours.

Ces rapports sont « scandaleux et sans fondements », a déclaré Eikenberry, selon le journal McClatchey. « Jamais nous n’aiderions les terroristes qui nous ont attaqués le 11 Septembre, qui tuent nos soldats, vos soldats, et des civils innocents en Afghanistan chaque jour. »

Les analystes politiques afghans ont élaborés des théories sophistiquées afin d’expliquer pourquoi les forces étrangères aideraient les talibans.

Selon Rahim Rahimi, professeur à l’université de Balkh, l’Amérique et le Royaume-Uni tentent de maintenir tout l’Afghanistan dans un état d’insécurité, afin que les gens ressentent le besoin de faire appel aux forces étrangères.

« Ils vont essayer de déstabiliser le nord à tout prix », a déclaré Rahimi. « C’est une bonne excuse pour accroître leur présence dans la région, afin de mettre la main sur les réserves de gaz et de pétrole d’Asie centrale. »

« Combattre les extrémistes islamiques était un moyen de s’introduire dans la région sans provoquer une vive réaction de la part de la Russie et des gouvernements d’Asie centrale », a-t-il ajouté.

De nombreux sites Internet ont consacré des blogs, des colonnes, et des «rapports d’enquête» aux rumeurs d’hélicoptères, tout le monde en a entendu parlé, et beaucoup, sinon la plupart, y croient. Elles fournissent une raison supplémentaire de soupçonner et d’avoir peur des forces étrangères, ainsi qu’une explication pour la rapide propagation de l’insurrection dans tout le pays.

En fin de compte, il n’est peut-être pas si important de savoir si les rumeurs sont fondées ou non. Le fait que les afghans y croient peut déterminer les attitudes et le comportement, alimentant davantage la méfiance vis-à-vis des Occidentaux en leur sein.



Ahmad Kawoosh - Octobre 2009
Journaliste de l’IWPR basé à Mazar-e-Sharif.


(Cet article a été originellement publié sur le site de l’Institut for War and Peace Reporting. Utilisé avec permission.)




source:
http://infoguerilla.fr/?p=4383














DES ARMES AMÉRICAINES AUX MAINS DES TALIBANS





Des armes de l'armée américaine pourraient avoir été vendues aux talibans par des militaires afghans corrompus, rapporte mercredi le journal New York Times, citant une enquête interne au Pentagone.






Cette enquête porte sur 30 chargeurs de fusils capturés en avril sur des talibans tués, dont au moins 17 contenaient des cartouches identiques aux munitions américaines. Ces munitions auraient été mises à disposition de l'armée nationale afghane (ANA) par l'armée américaine.


La découverte ne porte que sur 1.000 balles, mais des officiers américains craignent que des soldats afghans corrompus aient vendu des armes sur une plus grande échelle. L'armée américaine avait déjà été critiquée en février dans un rapport de la Cour des comptes américaine ("Government Accountability Office", GAO) pour le laxisme des contrôles en Afghanistan.

Selon le GAO, le Pentagone n'est pas parvenu à inventorier quelque 87.000 armes fournies par les Etats-Unis aux forces gouvernementales afghanes, soit un tiers des 242.000 armes livrées entre décembre 2004 et juin 2008. Quelque 135.000 autres armes données par les forces alliées de l'OTAN n'ont pas non plus été retrouvées, ajoutait la Cour des comptes.


Selon ce rapport, les militaires américains n'ont pas pris la peine de noter les numéros de série des armes ni de faire l'inventaire de celles envoyées en Afghanistan. Résultat: ces armes risquent de se retrouver entre les mains des talibans qui attaquent les troupes de l'OTAN. Selon le New York Times, 9 soldats américains auraient été tués l'an dernier par de telles armes lors d'un combat.

Depuis lors, le Pentagone a mis sur pied une banque de données reprenant les armes légères vendues à l'Afghanistan. Mais il est très difficile d'établir une banque de données similaire pour les munitions, nettement plus nombreuses et difficiles à tracer. La vente, le vol ou la perte durant des combats entraînent de fréquents changements de propriétaires de ces armes.


En outre, les troupes américaines en Afghanistan ne chercheraient pas à savoir comment les insurgés se procurent des armes et des munitions. Elles ne tentent également pas de déterminer si le gouvernement afghan fournit, directement ou indirectement, des armes aux talibans, selon des officiers américains.


21 mai 2009




source:
http://www.paperblog.fr/1950512/des-armes-americaines-aux-mains-des-talibans












AFGHANISTAN : WASHINGTON A FINANCÉ À SON INSU DES TALIBANS








Plusieurs millions de dollars de fonds gouvernementaux américains destinés au ravitaillement des forces en Afghanistan ont été détournés et versés à des insurgés talibans pour permettre le passage de convois, a appris le Washington Post.

Selon le quotidien, une enquête menée par l'armée américaine a démontré que quatre des huit principaux sous-traitants mandatés pour assurer le transport du matériel militaire aux installations américaines ont été impliqués dans des opérations criminelles ou visant à soutenir des rebelles.

Six des huit entreprises sont afghanes, les deux autres ayant leur siège social aux États-Unis.

Qui plus est, le document souligne que la réponse des autorités américaines et afghanes à cette découverte a été tardive, puisque les compagnies de transport impliquées font toujours partie du programme financé par les États-Unis pour encourager l'économie afghane.

Le Pentagone a même décidé au printemps de prolonger de six mois le contrat, qui se chiffre à 2,16 milliards de dollars.

Les enquêteurs ont notamment découvert qu'une entreprise qui a touché 7,4 millions de dollars pour transporter de la marchandise a elle-même embauché un sous-traitant, qui a lui aussi donné la tâche en impartition.

Les entreprises qui ont accompli le travail ont versé des fonds dans le compte d'un responsable de la police nationale afghane en échange de garanties pour que les convois puissent circuler de façon sécuritaire.

L'enquête a démontré qu'au total 3,3 millions de dollars ont été remis aux insurgés sous forme d'armes, d'explosifs ou d'argent comptant.

Selon un dirigeant du ministère de la Défense américaine, de nouvelles mesures visant à encadrer le transport des marchandises en Afghanistan seront annoncées au cours des prochaines semaines. Elles doivent entrer en vigueur lorsque le présent contrat viendra à échéance en septembre prochain.

Le ravitaillement des forces américaines en Afghanistan, un pays enclavé et montagneux, s'effectue principalement par la route, notamment via le Pakistan voisin.


25 juillet 2011




source:
http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2011/07/25/004-afghanistan-argent-usa-transport.shtml




À leur insu ? Vraiment ? Ca fait plus d'un an et demi qu'elles se multiplient, ces "erreurs"...


Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: INFILTRATION ET INSTRUMENTALISATION DE L'ISLAM PAR LES SATANISTES : LE NAZISLAMISME   Mer 1 Aoû 2012 - 13:48

LES TALIBANS BOSSENT-ILS TOUJOURS POUR LA CIA ?










Alors que le président Obama se demande s’il doit envoyer plus de troupes en Afghanistan, il y a de plus en plus d’indices montrant que les talibans sont soutenus par la CIA. Si cela est vrai, la guerre en Afghanistan est une mascarade avec un agenda caché.

Premièrement, nous avons de nombreux rapports d’hélicoptères non identifiés transportant les talibans vers des objectifs, et les récupérant quand ils se retrouvent pris au piège.

« Juste au moment où la police et l’armée ont réussi à encercler les talibans dans un village du district de Qala-e-Zaal, nous avons vu des hélicoptères atterrir avec des équipes de soutien », a déclaré un soldat afghan. « Ils ont réussi à sauver leurs amis du piège qui leur était tendu, et même à infliger une défaite à l’armée de terre nationale afghane. »

Cette histoire, sous une forme ou sous une autre, se répète dans tout le nord de l’Afghanistan. Des dizaines de personnes affirment avoir vu des combattants talibans débarquer d’hélicoptères étrangers dans plusieurs provinces.


« J’ai vu les hélicoptères de mes propres yeux », a déclaré Sayed Rafiq de Baghlan-e-Markazi.

« Ils ont atterri à proximité des contreforts, et ont déchargé des dizaines de talibans avec turbans, et enveloppés dans des patus (châle afghan typique). »

« Notre combat contre les talibans est une absurdité », a déclaré le premier soldat. « Nos «amis» étrangers sont plus du côté de l’ennemi. »





BASES AÉRIENNES DE LA CIA AU PAKISTAN

En Février dernier, il y a eu des rapports de bases aériennes de la CIA à l’intérieur du Pakistan utilisées pour des drones. Si cela est vrai, les Pakistanais sont attaqués par des drones stationnés sur leur propre territoire. De toute évidence, les hélicoptères talibans pourraient également provenir de ces bases de la CIA.

En mai, le président pakistanais Asif Ali Zardari, a déclaré à NBC News que la CIA et le service (financé par les USA) de renseignement pakistanais ISI « a créé les talibans. »

Zardari a déclaré que la CIA et l’ISI apportent toujours leur soutien aux talibans.

Le 29 Oct 2009, Hillary Clinton a rendu furieux les responsables pakistanais en disant qu’elle trouvait « difficile à croire » que l’ISI ne sache pas où les dirigeants d’Al-Qaïda se cachent. Son rôle est de maintenir la fiction selon laquelle Al-Qaïda et les talibans ne sont pas des créations de la CIA.

Juste la veille, (18 oct.) quatre citoyens américains ont été surpris en train de photographier des bâtiments sensibles à Islamabad. Tous les quatre étaient vêtus de tenues traditionnelles afghanes et étaient en possession d’armes et explosifs illégaux.

Leurs véhicules transportaient 2 fusils M-16A1, 2 armes de poing, et 2 grenades à main. La police a retenu les citoyens américains en garde à vue pendant une heure, jusqu’à ce que le Ministre de l’Intérieur intervienne et obtienne leur libération sans inculpation, alors même que l’enquête préliminaire était en cours.

La CIA pourrait être impliquée dans les récentes attaques de «talibans» contre des institutions pakistanaises. Qui sait? Dans certains cas, les «talibans» afghans pourraient être des mercenaires de la CIA.


En février 2008, les britanniques ont été surpris en train de planifier un camp d’entraînement pour les talibans dans le sud de l’Afghanistan sous prétexte de les faire «changer de camp». Karzai a expulsé deux haut «diplomates» britanniques.




L’AGENDA CACHÉ

Toutes les guerres sont des charades. Cela est vrai des deux guerres mondiales, de la guerre froide, de la guerre de Corée, de celle du Vietnam, du 9-11 et de la guerre actuelle contre le terrorisme. La race humaine est prise dans un hologramme contrôlé par les banquiers centraux Rothschild Illuminati.

Les guerres sont nécessaires pour diviser, nous distraire et nous déshumaniser. Sinon, nous risquerions de concentrer notre attention sur le petit réseau de familles maçonniques, basées à Londres, qui contrôlent le crédit gouvernemental. Par conséquent, le cartel des banques centrales utilise des pions comme Bush et Obama, et des agences de renseignement comme la CIA, le Mossad, le MI-6 et l’ISI afin de fomenter des guerres. Ils financent ces guerres par l’émission de dettes remboursables par le contribuable.

Comme je l’ai déjà dit, le but ultime est de traduire leur monopole sur le crédit gouvernemental en monopole mondial sur le pouvoir, la richesse et culture; en d’autres termes, de déshériter et asservir la race humaine. C’est ce qu’on appelle le gouvernement mondial.

Je ne suis pas un expert en politique du sous-continent asiatique. Mais il semble que la guerre en Afghanistan doit être replacée dans un contexte régional plus large. Zbigniew Brzezinski a préconisé une «zone des troubles endémiques» (page 83 de l’édition française de «Le Grand Echiquier»), qui incluait l’Asie centrale, la Turquie, la Russie méridionale et la frontières occidentales de la Chine. Elle comprenait également l’ensemble du Moyen-Orient, le Golfe Persique (Iran), l’Afghanistan et le Pakistan.

Le plan de déstabilisation de cette vaste région a été décrit dans le livre de Brzezinski, «Le Grand Echiquier» (1997). Officiellement, le but était d’empêcher la Russie de devenir à nouveau une puissance impériale. Mais cela n’a aucun sens.

Qu’est-ce que ces pays ont en commun? Ils sont musulmans. L’islam est le dernier bastion de foi en Dieu. Les Illuminatis sont des satanistes. Mettez deux et deux ensemble*.

La guerre en Afghanistan a des «bénéfices» immédiats pour les banquiers: la guerre perpétuelle, les dépenses d’armement, la drogue, les pipelines, etc… Mais ceci fait partie d’un «conflit de civilisations» plus large conçu pour dégrader et détruire l’islam*. Attendez-vous à le voir se développer et s’éterniser.



* Je ne partage pas l'avis de l'auteur en ce qui concerne les raisons invoquées, à savoir le fait que l'islam soit tout spécialement visé car il serait "le dernier bastion de la foi en Dieu". La croyance en Dieu n'est pas un danger en soi, pour les Illuminati, au contraire, puisqu'ils veulent nous faire croire au retour du Messie afin de faire règner l'Antichrist. De plus, cela fait longtemps qu'ils contrôlent TOUTES les religions. Mais, Makow étant lui-même un religieux, son avis sur le sujet est grandement faussé.
Ensuite, croire est purement mental; c'est l'attitude intérieure, qui est importante, la connection à Dieu, et l'attitude extérieure qui en découle. Et, de ce point là, on ne peut pas dire que les moeurs en vigueur dans cette région soient vraiment "christiques"...
Personnellement, je pense qu'il s'agit à la fois de mettre en place leurs pions "pro-mahdis", de polluer l'éther de DOR (énergie négative) et de faire des sacrifices humains en grande quantité.






MISE À JOUR

L’armée américaine paie les talibans pour assurer sa sécurité.

Sur le même sujet, citant d’anciens et actuels responsables américains, The New York Times a rapporté, le 27 octobre 2009, que le frère du président afghan Hamid Karzaï avait reçu une rémunération régulière de la part de la Central Intelligence Agency.

« Ahmed Wali Karzai est suspecté de jouer un rôle dans le commerce d’opium en Afghanistan, et a été rémunéré par la CIA au cours des huit dernières années, pour des services qui ont consisté à recruter une force paramilitaire afghane qui opère sous la direction de la CIA dans et autour de la ville méridionale de Kandahar », a rapporté la journal.





VOIR AUSSI

Le contribuable américain finance les talibans.

Même la BBC reconnaît la nature «cynique» de l’intervention occidentale:

« L’accusation de cynisme se justifie par le fait que les américains et les britanniques soutiennent le gouvernement du Pakistan – et que le gouvernement du Pakistan fournit en même temps un refuge pour les talibans afghans à Quetta alors que ces derniers tuent les soldats des troupes américaines et britanniques. »



Souvenons-nous

14-25 novembre 2001: les États-Unis autorisent secrètement le transport aérien de combattants pakistanais et talibans.

À la demande du gouvernement pakistanais, les États-Unis permettent secrètement les vols de secours dans la forteresse assiégée des talibans de Kunduz, dans le Nord de l’Afghanistan, pour sauver les Pakistanais qui se battent pour les talibans (et contre les forces américaines) et les ramener au Pakistan. Le président du Pakistan, « Musharraf, a obtenu le soutien américain pour le transport aérien en mettant en garde ces derniers que l’humiliation due à la perte de centaines – et peut-être de milliers – de soldats de l’armée pakistanaise et d’agents de renseignement mettrait en péril sa survie politique. » [New Yorker, 21/1/2002].

Des dizaines de hauts gradés de l’armée pakistanaise, dont deux généraux, sont transportés par avion. [NOW avec Bill Moyers, 21/02/2003]. En outre, il est rapporté que le gouvernement pakistanais aide 50 camions remplis de combattants étrangers à s’échapper de la ville. [New York Times, 24.11.2001].

De nombreux articles de presse à l’époque suggèrent l’existence de transports aériens. [Independant, 16/11/2001; New York Times, 24/11/2001; BBC, 26/11/2001; Independent, 26/11/2001; Guardian, 27/11/2001; MSNBC, 29/11/2001 important].

La couverture médiatique ne parvient pas à aller plus loin, cependant. Les gouvernements des États-Unis et du Pakistan nient l’existence des transports aériens. [Département d'Etat des États-Unis, 16.11.2001; New Yorker, 21.01.2002].

Le 2 décembre, lorsqu’on lui a demandé de confirmer que les États-Unis ne permettent pas de tels transports aériens, Rumsfeld a répondu: « Oh, vous pouvez être certain de cela. Nous n’en avons pas vu un seul, à ma connaissance, nous n’avons pas vu un seul avion ou hélicoptère se rendre en Afghanistan ces derniers jours ou semaines, et évacuer des gens et les faire sortir d’Afghanistan pour les emmener dans un autre pays, sans parler du Pakistan. » [MSNBC, 13/4/2003].

Seymour Hersh est d’avis que Rumsfeld doit avoir donné son accord pour le transport aérien. [NOW avec Bill Moyers, 21/02/2003].

Toutefois, le New Yorker rapporte que, « Ce qui devait être une évacuation limitée, a apparemment échappé à tout contrôle et, comme conséquence inattendue, un nombre inconnu de combattants talibans et d’Al-Qaïda ont réussi à se joindre à l’exode. » Une analyste de la CIA dit: « Beaucoup de ceux qui ont été évacués appartenaient à la direction des talibans », que le Pakistan voulait pour des négociations politiques futures. Les services de renseignement américains étaient « censés pouvoir communiquer avec eux, mais cela n’est pas arrivé », dit-il. Selon les services de renseignement indiens, le transport aérien s’est accru particulièrement dans les trois derniers jours avant que la ville tombe le 25 novembre. Parmi les 8.000 combattants restants d’Al-Qaïda, des Pakistanais et des talibans, environ 5.000 sont évacués par avion, et 3.000 se rendent. [New Yorker, 21/01/2002].

Hersh affirme ensuite « peut-être même que certains membres de la famille proche de Ben Laden faisaient partie de ceux qui ont été évacués. » [NOW avec le projet de loi Moyers, 21/02/2003]



Henry Makow Ph.D.





source:
http://www.henrymakow.com/taliban_still_working_for_the.html


Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: INFILTRATION ET INSTRUMENTALISATION DE L'ISLAM PAR LES SATANISTES : LE NAZISLAMISME   Jeu 15 Nov 2012 - 7:49

LES DENTS EN OR ET LES ALLIANCES






Mein Kampf, édité à Beyrouth - 2ème édition


J'ai trouvé ce texte sur un blog tout à fait particulier, dont l'auteur affirme faire partie d'une famille de pédo-criminels liés aux nazisme.
Ne connaissant pas l'existence des Illuminati, et encore moins celle des hybrides nephilim, ce témoin fait parfois des erreurs d'analyse, mais il donne aussi des informations très intéressantes sur les liens entre les nazis et des leaders islamistes.

Voici donc ce texte dont j'ai sauté les passages qui contenaient les plus grosses erreurs d'analyse; vous pourrez lire le texte intégral en vous rendant sur la page de l'article original.





Quelques mots sur les principales sources de financement de l'intégrisme islamique : les dents en or et les alliances.


Lorsque les gens vont au cinéma, lorsqu'ils lisent des romans, ou lorsqu'ils refont le monde derrière une bière, ou en compagnie de bons amis lors de fin de soirées bien arrosées, ils en sont bien conscients: le monde est sous l'influence de multinationales qui exercent leur pouvoir dans et au delà des états. Mais lorsqu'il s'agit de savoir si oui ou non les armées obéissent aux états, la question devient plus sensible, et les gens ont tendance à faire l'impasse. Ils relèguent alors cela dans le domaine de la "fiction" d'un revers de main nonchalant (souvent accompagné d'une blague éculée et fade sensée "détendre l'atmosphère") , ils se garderont bien, le lendemain, d'évoquer de telles "théories du complot" devant leur patron ou leurs collègues.

Si l'on prend l'exemple de Nicolas Sarkozy, monsieur "bling-bling", force est de constater que certains homme d'état ont une attirance avouée pour l'argent, le confort matériel exagéré; nous serions donc en droit de nous dire que de fortes sommes d'argent seraient à même de les inciter à plutôt prendre tel type de décisions politiques plutôt que telles autres. En conclusion, nous sommes en droit de nous dire que monsieur Sarkozy (ou monsieur Hollande, selon d'autres critères, cela ne change rien à l'affaire) sont influençables, et il est alors un devoir moral d'en tirer les conclusions qui s'imposent. Bien entendu, les armées de nos pays ne sont pas à la botte de Monsanto. Bien entendu, l'opinion publique est un aspect inévitable de la prise de décision politique. Et c'est bien de cela dont nous allons parler: l'opinion publique.

C'est la meilleure façon de manipuler l'opinion que la propagande nazie (mais pas seulement) avait étudiée depuis bien longtemps. Et nous verrons que les attentats islamistes, les brigades rouges, la cause palestinienne, en furent les meilleurs outils. Nous ne verrons pas cela de façon superficielle et inconséquente, nous verrons simplement que l'argent nazi a servi à financer cela, point final. Nous verrons aussi que les traces de cet argent maudit se retrouvent jusque dans la poussière des tours du 11 septembre. Et nous verrons comment cette sale doctrine nazie cherche toujours à mettre cela sur le dos des juifs.

Dans ce petit texte que vous lisez je vais tenter de vous montrer avec des références solides, que, oui, les gouvernements sont influençables, et qu'ils ont toujours été influencés, mais encore plus depuis la deuxième guerre mondiale. C'est à cette époque que les fondements de la propagande moderne ont été posés, ce que la CIA appelle "psychological operations" ou "psyop" (lorsqu'il s'agit de les mener à l'étranger, comme dans le cas de leurs manœuvres au Nicaragua, pour manipuler les populations locales catholiques afin de les amener à se rebeller contre le gouvernement sandiniste, tout cela avec des bénéfices issus de la vente de missile à l'Iran) (7).

Nous verrons que ceux-là même qui ont posé les bases de cette "machine à manipuler" se sont arrangés pour que leur entreprise ne s'arrête pas à la fin de la guerre, cela donnera l'impression qu'ils avaient prévu cette éventualité depuis longtemps.
Ce sont les mêmes personnes, les mêmes fonds, surtout, qui sont aujourd'hui à la source de toute la problématique du terrorisme international. Ce sont les mêmes gens qui le décrient le plus fort d'ailleurs également.
Nous verrons aussi que la meilleure façon de faire une propagande active, c'est de manipuler son ennemi afin de lui faire faire exactement ce que vous voulez; tout devient alors de sa faute, et s'il agit comme vous le désirez, alors, par conséquent, vous amenez vos armées là où vous voulez.



Tout le monde sait que les procès de nazis après la guerre ont donné lieu à des arrestations et à des pendaisons. Mais combien de vous savent que la majorité en ont réchappé ? Au delà de la vague théorie qui dit que "Hitler n'est pas mort suicidé" ?

Combien d'entre vous savent que les réseaux d'exfiltration des pires nazis ont été organisés depuis bien avant la fin de la guerre ? Combien d'entre vous connaissent ces "ratlines", ce réseau ODESSA, le club secret "die Spinne" (l'araignée, ils ont du goût ces gens-là). Combien d'entre vous savent que ce sont des milliers de haut gradés, de scientifiques et de bourreaux nazis qui sont sortis de là sans JAMAIS avoir été inquiétés ? Combien d'entre vous savent que Paul Dickopf, le chef du contre-espionnage nazi, qui a aidé à monter le réseau ODESSA, est devenu chef d'INTERPOL quelques années plus tard ? Comment s'étonner de ce qu'il est aussi dur de mettre la main sur ces ordures après cela ? Comment s'étonner de l'étonnante apathie de la justice suisse lorsqu'il s'est agi, des années plus tard, de mettre la main sur des banques pleines d'argent nazi finançant les pires réseaux terroristes islamistes ? La banque Al-Taqwa, fondée par François Genoud, finançait Al-Quaida. Serez vous étonnés de ce que je vous dise plus tard que le 11 septembre est une vaste fumisterie montée de toute pièce par des hommes très riches de la famille Bush, par certains de leurs "amis" banquiers saoudiens de cette même banque ? Que ces banquiers n'ont bien entendu jamais été inquiétés ?

Certaines personnes ont assimilé le 11 septembre à un coup d'état aux États-Unis, une prise de pouvoir par les nazis, un putch, en fait. La famille Bush est l'une des principales sources de financement de Hitler, ceci est un fait (8). Ce n'est qu'à la suite de la déclassification récente de documents judiciaires américains de la deuxième guerre que cela est devenu une évidence. C'est à la suite de ce genre de documents gouvernementaux que le scandale des fonds juifs est ressorti (1).

Ces réseaux avaient pour but (et ont atteint ce but), de faire échapper les principaux nazis, ainsi que leurs fonds, et ainsi que les technologies qui les accompagnent, vers les pays qui leurs tendaient les bras, à savoir beaucoup de pays d'Amérique du sud. Comme le Paraguay, la Bolivie, mais aussi toute une série de pays du Maghreb, le Maroc, l'Algérie, l'Égypte. Cette liste n'est pas exhaustive, mais elle est significative.

Un des hommes qui a joué un rôle clé dans ces entreprises est un monsieur François Genoud, né à Pully, un banquier Suisse qui fut le "banquier de Hitler".
Cet homme est la clé de la compréhension des événements qui ont suivi la deuxième guerre, pour ce qui est de la propagande nazie, et du troisième Reich.



Nous verrons que le terrorisme islamiste n'est que le prolongement de l'influence nazie pour perpétuer le troisième Reich. Au risque de décevoir certains adeptes de la soit-disant "théorie du complot", nous ne sommes pas dans un quatrième Reich, ce qui sous entendrait que le troisième est mort, nous sommes dans le troisième qui est on ne peut plus vivant. Et je dis ceci en fonction des paroles mêmes de Hitler dont son plus fidèle serviteur, suicidé en 1996, Monsieur Genoud, avait racheté les droits posthumes, et dont il a été l'exécuteur testamentaire. [C'est vrai que le nazisme n'est pas mort, mais le troisième Reich, si; et l'un des termes utilisés par les Illuminati pour désigner le Nouvel Ordre Mondial à venir est bien le 4ème Reich.]



Ici, il est temps de marquer le pas et de bien vous faire comprendre que les faits que j'avance sont indéniables et proviennent de sources sûres, comme des archives nationales, des paroles prononcées par les protagonistes eux-mêmes, ou encore des arrêtés de tribunaux. Les références sont là, et il vous incombe donc de vérifier ce qui vous semblera peut-être difficile à croire, c'est un devoir de citoyen devant les droits de l'homme, devant ce qu'il vous reste d'humanité. Car les médias, eux, ont en grande majorité déclaré forfait devant cette "sale affaire" qui est en train de brûler le monde au "troisième degré".

Selon ses propre paroles, Hitler voulait que « le tiers monde continue le troisième Reich millénaire ».



Si l'on considère que le troisième Reich, c'est détester les Juifs, alors c'est un objectif accompli; en effet, du Maroc jusqu'en Iran, on lit Mein Kampf plus que partout ailleurs dans le monde. Beaucoup de musulmans ont une profonde admiration pour Hitler, ou la plupart de ses fidèles serviteurs.

Nous verrons plus loin à quel point la propagande nazie s'est perpétuée jusqu'à aujourd'hui en prenant des visages bien sûr plus souriants, et séduisants.

La propagande nazie n'est pas née de rien, certains de ses fondements ne sont pas dénués de bon sens, mais je pense qu'il faut être un psychotique profond, ou un pervers narcissique pour venir prétendre que les Juifs sont une "sous race", ou que les noirs le sont, ou encore que les "aryens" seraient des dieux sur terre. (a moins que ce ne soit de là que vienne l'expression "bon à rien"...).



Cette collaboration islamo-nazie ne s'est pas arrêtée à la fin de la deuxième guerre. De la même façon que le "grand" mufti de Jérusalem, Amin el-Husseini, fut un proche de Hitler, qu'il lui donna des troupes (les brigades musulmanes nazies Al-Hansar), il fut aussi un proche de Genoud jusqu'à sa mort. Cette connivence entre les deux hommes sera riche en attentats, en propagande anti-juive, en promotion en premier lieu des nationalismes arabes, puis de leur destruction par le réseau Al-Quaida par exemple (qui s'appelait "The List" à l'époque de la lutte en Afghanistan contre l'URSS; "The List" était une création de la CIA), ou encore le printemps arabe.

Nous verrons que ce monsieur Genoud avait organisé lui même au moins une prise d'otage (celle d'un Boeing de la Lufthansa avec un jeune Kennedy à bord), c'est lui qui ira remettre la lettre de rançon en personne, et c'est en racontant cette histoire de façon égotique à l'extrême que Genoud s'est compromis face à la justice suisse; ce fut le dérapage qui mit fin à vingt ans d'impunité judiciaire en Suisse. Il s'est aussi débrouillé pour financer la défense de Klaus Barbie et de Eichmann. Une bonne partie de sa fortune du départ s'est faite sur la production de tracts nazis anti-juifs, ainsi que sur les droits sur les mémoires de Hitler et de ses principaux acolytes (Goebbels par exemple).

Une fois cela assimilé, il sera aisé de comprendre que cet homme était un terroriste, le premier financier du terrorisme islamiste moderne, que ce nazi affreux, plus tard converti à l'islam, était lié de très près à la nébuleuse Saoudi Ben Laden Group. Ainsi, la triade Bush-nazis-islamistes sera bouclée, et alors le 11 septembre prendra toute son ampleur au sens de la corruption, de la haine des Juifs, etc etc.

Bien entendu, il existe un monsieur Zilverstein, un Juif, qui possédait les deux tours, et qui est impliqué dans cette histoire. Il existe bien entendu des juifs corrompus, idiots, ou sans aucune morale. Mais le fait est que l'argent qui est décelable dans cet événement affreux, ne mène qu'à des entités allemandes, saoudiennes, ou en relation avec la famille Bush; il en existe aussi qui mènent en Suisse. Le fait qu'ils aient corrompu un Juif pour jouer le rôle de l'homme de paille dans cette affaire n'est pas étonnant, toutes leurs entreprises sont frauduleuses et mensongères.



Un autre individu mêlé de près à ces ratlines, au complot nazi visant à leur exfiltration, était un certain Allen Dulles; c'est cet homme qui est à la source de la création de la CIA, appelé OSS à l'époque. Allen Dulles cherchait à poser les fondations du projet "paperclip", la facette américaine des "ratlines". Il s'agissait de mettre la main sur les technologies allemandes comme celle du V2, qui est à l'origine de la technologie spaciale moderne (la première fusée spaciale inhabitée). Les échanges de bons procédés entre Genoud et Allen Dulles ont commencé bien avant la fin de la guerre. Les Américains auraient-ils prévu depuis 1942 de faire venir chez eux certains des scientifiques nazis les plus importants ? Mais alors cela voudrait dire que depuis longtemps les nazis et les USA savaient que l'Allemagne allait perdre ! Alors pourquoi continuer la guerre ? C'est un sujet passionnant dans lequel je vous laisserai continuer par vous même, ce n'est pas le sujet de mes écrits.

Cet Allen Dulles avait été l'un des directeurs de la banque Schroeder à New York, et cette banque aussi avait fait partie des principaux soutiens à Hitler lors de son accession au pouvoir.

Les Israéliens ont du se débrouiller tout seuls pour trouver ce rat là, Eichmann. Il semblerait que la CIA fut très surprise de cette capture, et qu'elle chercha à se renseigner, sur ordre direct de Allen Dulles, sur la façon dont elle fut conduite. Quelques recherches un peu plus poussées conduisent à penser que la CIA savait où se cachait Eichmann. En d'autre termes, ils ont cherché à savoir comment les Juifs on réussi à trouver cette ordure, malgré le soin qu'ils ont pris à le cacher !

Il faut comprendre que les échanges de bons procédés, ça se paie ! On est en droit de se demander s'il n'a pas été dit: "Je te donne ma fusée, ou mes expériences sur les petits enfants juifs torturés, mais toi tu me caches jusqu'à ma mort". Sachant que Dulles a créé lui même l'opération "Paperclip", cela n'est qu'une conclusion logique.



Après la deuxième guerre, beaucoup des nazis exfiltrés se sont réfugiés au Maghreb, vous l'aurez compris, à ce stade. Est-il alors étonnant de constater que Genoud s'est appliqué à financer le Hamas et la cause palestinienne ? De toute façon, c'est ce qu'il a fait.

Cet homme est à la source de toutes sortes de fondations pro-arabes, ou pro-islamiques. Cet homme est le fondateur de la banque Al-Taqwa en Suisse (à Lugano, surnommée la "Tijuana alpine" (9) par un journaliste chargé d'enquêter sur le 11 septembre), banque liée aux attentats du 11 septembre, cet homme est aussi devenu le directeur de la plus grande banque algérienne pendant un temps, il a financé le FIS et le FLN. Cet homme n'a quitté l'Égypte que lorsque la paix a été conclue avec Israël. Partout où des gradés nazis se convertissaient à l'Islam (comme Van De Leers), on retrouve Genoud (2). Il est aussi impliqué dans le financement de la bande à Baader. Il est aussi un proche du terroriste Carlos le chacal. C'est en 1995 que des enquêteurs italiens diront à la justice suisse de cette banque Al-Taqwa qu'elle " était la plus importante structure financière des Frères Musulmans et des organisations terroristes islamiques ". (10)



Pour ces gens, le "complot juif mondial" est la seule cause des malheurs du monde, et c'est précisément cela qui les unit à l'islam le plus radical. C'est la raison de ce "complot nazi mondial" qui est à la source du pire islamisme fanatique terroriste. Partout où le sang juif ou occidental coule, on retrouve ces nazis exfiltrés. (...)



Voilà la raison de tout ce brouhaha autour de la société secrète de GW Bush, les Skull & Bones. Cette société était très proche de l'idéologie de la société de Thulé, dont faisaient partie Hitler et Guido von List. N'oubliez pas, quand vous tentez de reléguer cela dans le domaine des théories du complot, que le gouvernement nazi a fait de très amples recherches dans le domaine des runes, du paradis des guerriers nordiques, etc etc. C'est ça, la race aryenne. Et les Skull & Bones sont les héritiers de cette doctrine qui vise à tuer le juif, mais aussi le chrétien. [Ce plan d'élimination des Juifs et des Chrétiens est parfaitement symbolisé sur les fresques de Denver.]

Peut-être que maintenant, le fait que le directeur de la CIA ainsi que la famille Bush aient étés impliqués dans la montée au pouvoir de Hitler, ainsi que dans l'exfiltration des nazis, paraîtra moins mystérieux maintenant. Peut-être que toute cette haine inexplicable contre Israël dans tout le Moyen-Orient, ainsi que dans nos propres médias qui relaient toujours les "exactions" d'Israël, mais jamais la pluie de roquettes de la bande de Gaza, devient un peu plus claire maintenant.

Hitler et Prescott Bush menaient leurs transactions au travers d'une banque fantoche nommée la BCCI. Cette banque, une fois dissoute, transmettra ses affaires au groupe Carlyle; ce groupe est le groupe même qui a géré les affaires de la banque Al-Taqwa pendant longtemps. Que faire de plus pour vous montrer l'évidence ?
Le groupe Carlyle détient 40 % du Figaro.

Le discours va comme suit: " Le complot mondial est juif, Israël est un cancer, les russes sont méchants, et les nazis ont été vaincus pendant la deuxième guerre ".

La réalité est tout autre: les allemands ont payé un prix faramineux pour avoir écouté les horreurs sorties de la bouche de Hitler, TOUS les nazis les plus importants ont fui au Maghreb, en Amérique du Sud (et du Nord), les Juifs ont droit à un pays [Là, je ne suis pas d'accord avec l'auteur; d'une part, on ne peut pas venir voler des terres qui appartiennent à d'autres depuis des générations, de l'autre, Israël n'est pas un état juif, mais un état nephilim: ISis, RÂ et EL/Enlil sont des démons, pas le dieu des Juifs. Ce que l'auteur n'a pas compris, c'est que si l'anti-sionisme fait bien partie du plan "nazi", le sionisme en fait également partie.] , les palestiniens sont manipulés pour devenir des terroristes [C'est vrai, mais la confiscation illégitime de leurs terres est aussi une réalité.], comme beaucoup d'autres gens. Et les Russes sont des êtres humains, et non une sous-race slave. [Là aussi, l'auteur n'a pas compris que ces "attaques" contre les Russes participent au plan global, ni que les élites russes marchent la main dans la main avec les nazis et les islamistes.]



Mais attention à ceux qui écoutent ce qui sort de la bouche de Hitler, ils paient un prix élevé, et leurs souhaits ne sont pas réalisés !

François Genoud s'est suicidé en 1996, trois ans après qu'il ait compris que le Mossad commençait à remonter sa piste. Deux jours avant que le mandat de perquisition touchant son adresse ne soit effectif, quoi qu'en disent ses proches. Selon certains journalistes, sa maison ressemblait plus à un musée néo-nazi qu'à autre chose.



(...)



Mon expérience personnelle me pousse à croire que la pédophilie est aussi un outil de corruption employé par les nazis en question. Les scandales actuels de pédophilie impliquant des hommes comme DSK, ou Jack Lang au Maroc, ne tendent-ils pas à montrer que nos "élites" sont corrompues, et que ce sont toujours les mêmes réseaux qui tirent les ficelles ? Et quand ces hommes tombent, cela ne favorise-t-il pas la même théorie selon laquelle ce sont " les juifs qui sont responsables " ? [Le détournement qu'en font les leaders du conspirationnisme - qui, je le rappelle, sont à la solde des Illuminati et préparent le NWO - confirme ce que dit ici l'auteur. La palme de cette récupération anti-sémite revenant à Soral du groupe Égalité & Réconciliation, groupe dont les deux co-fondateurs, avec Soral, sont d'anciens membres du GUD, ex-groupe néo-nazi, GUD ayant des liens étroits avec Christian Bouchet, adepte de Crowley (OTO, A∴A∴, Groupe de Thèbes, Éditions du Chaos, revue Théléma,...), dont E&R fait la promotion; parmi leurs références, il y a aussi Douguine, également adepte de Crowley et dont le symbole est la "Croix du Chaos", ou "Chaosphère", et Laurent James, dont le site vaut le détour (on y trouve une affiche à l'illustration typiquement pédonazie, une autre évoquant la fusion du christianisme et de l'islam (Chrislam),... Bref, pour ne pas comprendre pour qui bosse Soral, il faut vraiment le faire exprès !], mais je crois qu'il se trouve toujours un Juif pour se laisser corrompre et remplir les objectifs de quelque nazi du réseau ODESSA/Die Spinne. DSK, Silverstein, même combat, des hommes de paille, corrompus à l'extrême.



(...)



L'évangile promet au contraire des persécutions pour la foi, et que le fait de les surmonter en transcendant, cela donne accès au paradis. Les réformés qui ont embrassé la doctrine nazie en pensant dénoncer justement l'influence juive dans nos contrées se sont lourdement trompés, et leurs affinités consécutives avec le terrorisme islamiste, ou avec la pédophilie, en est une preuve flagrante. L'église catholique, par sa collaboration active avec Hitler, montre bien aussi que le Vatican n'a rien à voir avec la parole de Dieu telle qu'on la trouve dans la Bible, aussi mal traduite soit-elle dans ses versions issues des codex déviants proclamés par le Vatican comme étant les "plus vieux" ou "les meilleurs".



L'essentiel des efforts de promotion de l'islam dans nos sociétés capitalistes déprimées est en fait le fruit des investissements de l'or nazi arraché des bouches de juifs morts, ou pris de leurs alliances, pour ne citer que cela. Ce sont les mêmes sociétés ou fondations bien pensantes qui financent la propagande révisionniste menée par des gens comme David Irving, sur internet; David qui a reconnu sans hésitation qu'il était " un ami de Genoud, et qu'ils se connaissaient bien ". Que dire de plus ?



Église réformée comme Vatican ont commis l'irréparable en serrant la main de Hitler, et ont prouvé qu'il est grand temps que les gens regardent par eux-mêmes dans leurs Bibles à propos des Juifs. Il est grand temps que les gens comprennent que les institutions chrétiennes ont prouvé leur incompétence en la matière (pour ce qui est des grandes institutions reconnues par les gouvernements, je ne parle pas des petites assemblées de chrétiens).



Nulle part la Bible ne commande de persécuter des gens, ou de les réduire en esclavage, ou encore moins de les tuer (à part les géants de l'ancien testament, bien entendu). Il va de soi qu'un chrétien est sensé défendre sa famille, ou son peuple, avec les armes s'il le faut, contre un envahisseur (nulle part cela n'est interdit). Mais j'écris cela en essayant de vous faire comprendre que, dans le Coran, cela est écrit, de massacrer les incroyants. Et j'affirme que Hitler avait bien compris cela, et qu'il s'en est servi du mieux qu'il a pu, il a exploité ce filon de haine. Et le résultat est probant, le 11 septembre 2001. Sachez que plusieurs documents montrent bien que le Saoudi Ben Laden Group est bien plus lié à leur fils multi-millionnaire Oussama qu'ils ne voudraient que vous le croyez. Récemment, un journaliste est venu apporter les preuves que le "cadavre de Ben Laden" n'a pas du tout été jeté à la mer. Qu'y a-t-il à croire ou non dans cette histoire ? Ce qui est sûr, c'est que de grands mouvements d'investissements baissiers ont été opérés juste avant le 11 septembre, sur divers titres directement concernés par les attentats. Amercian Airlaines, bien sûr, mais aussi une grande agence de réassurance allemande, Swiss Re, Axa Assurances. Des enquêtes ont immédiatement été ouvertes pour délit d'initiés, et ces enquêtes ont tranquillement été neutralisées. Le fait est que délit d'initiés il y a eu. Mais qui peut donc bien avoir su que de telles horreurs allaient être commises ? Des gens riches, c'est sûr. Sachant que la banque Al-Taqwa est liée à Ben Laden et Al-Quaida, serait-il normal de regarder par là ? Ce qui est sûr, c'est que, tout comme Allen Dulles n'a pas été du tout enclin à rechercher Eichmann sous la pression qui était exercée sur lui pour qu'il le fasse, la justice suisse n'a pas du tout été encline à regarder dans ces histoires après le 11 septembre. Et c'est uniquement à cause de ce genre de pressions intra et extra gouvernementales que la 'théorie des terroristes armés de cutter' et opérant tous seuls a fait son chemin. La réalité, c'est que SBG (Ben Laden Group), la banque Al-Taqwa, les sbires de la nébuleuse ODESSA/Die Spinne/Genoud, la CIA (de par sa collaboration nazie avant même sa création), sont les instigateurs, les exécutants, et les bénéficiaires de cet attentat, qui n'était qu'une excuse pour mener ces guerres dont Halliburton (dont monsieur Cheney était un directeur) et autres entreprises de ces familles américaines nazies sont les bénéficiaires. Faire de l'argent, ça c'est un fil conducteur chez ces gens. Mais aussi renverser les dictateurs qu'ils avaient mis en place quelques années avant, et mettre en place le nouveau "printemps" arabe qui n'est autre qu'une main mise des Frères Musulmans sur le monde arabe, le pan-arabisme qui est l'horrible successeur du pan-germanisme. Les Frères Musulmans ont aussi, pendant bien des années, profité des investissements de Genoud & Cie. Il n'y a que l'Égypte pour les avoir chassés de chez eux pendant un temps. Le 11 septembre ne fait que servir les intérêts de ces familles-là, de ces entreprises-là, de ces terroristes-là.



Il est à noter que c'est suite à tous ces dysfonctionnements de la justice que des mouvements comme le 911 Truth Mouvement se sont crées après le 11 septembre. En effet, les familles de victimes, devant l'incompétence des enquêteurs et des juges, se sont regroupées pour manifester, exiger la réouverture du dossier (Reopen 911). Une foule d'éléments scandaleux ou totalement inexplicables restent en suspend. Ces éléments ont été qualifiés de "théorie du complot" par Bush lui-même. Comment s'en étonner, ce sont ses principaux alliés économiques et militaires qui ont financé cet attentat, au travers de leurs petites magouilles suisses. L'attitude de GW Bush confine à celle d'un traître à la nation des États-Unis.



Il est temps pour les gens de comprendre que notre héritage culturel ne sera pas valorisé par les intégristes islamistes sponsorisés par la "gauche" (cette "gauche" qui n'est qu'une excroissance du conglomérat militaro-industriel, un digne représentant de cette gauche-là est monsieur Hollande, justement). Notre héritage culturel, ce n'est pas les cultures animistes et "aryennes" renaissant sous la forme de cette culture new-age de drogués nazis. Échange avec le monde arabe dans le respect de notre propre culture, oui, mais échange avec les terroristes abrutis de haine financés par l'argent nazi issu de Auschwitz ? NON.



Si l'on reprend les écrits que quelques "illuminés" qui furent les maître à penser de Hitler, comme Helena Blavatsky, fondatrice de la société de Théosophie, le but de leurs entreprises occultes, c'est ultimement la destruction de la chrétienté, et l'avènement d'une société socialiste totalitaire dans laquelle la pure doctrine de Lucifer sera reine. (Je sais, ils sont fêlés, mais c'est pas ma faute). [Ils ne sont pas fêlés, ils ont fait allégeance aux démons, quand ils ne le sont pas eux-mêmes.] La société de Théosophie est proche de la société de Thulé qui a hérité de sa façon de penser. [Idem pour Guénon, Évola,... dont les écrits sont de la Théosophie adaptée aux religions monothéistes, tout particulièrement à l'Islam, et préparent la religion mondiale unique.] Albert Pike, un grand franc-maçon du 33e degré, qui a modifié le rite ancien et accepté l'écossais, et qui avait passé pas mal de temps à échafauder les plans pour l'exécution de trois guerres mondiales, était aussi un fervent admirateur de Lucifer (4).

On ne devient pas un malade mental comme Hitler sans lire des oeuvres de fêlés (avoir pour but la destruction de la chrétienté ne peut être que l'apanage d'une personnalité dérangée, déséquilibrée). [Détruire la chrétienté est l'un des objectifs de l'antichrist.] Malade comme cela, on ne grimpe pas au sommet du monde sans être financé par des gens extrêmement puissants. Autant de fêlés comme cela en liberté après la deuxième guerre ne se sont pas fait couvrir par la CIA sans avoir eu une lourde influence propagandiste de par le monde (5), propagande qui visait à la haine des juifs, à la montée du terrorisme international salafiste wahabite islamiste et fanatique, ainsi que, ultimement à l'avènement du nouvel ordre mondial (qui n'est en fait que l'avènement de leur roi, Lucifer) [Non, de l'antichrist et des légions de la Bête.] Le Nouvel Ordre Mondial, c'est George Bush père qui fut le premier à en parler publiquement à la télévision lors de la première guerre du golfe. Hitler est l'instigateur de cette tendance militaire moderne d'implémentation de cet "ordre" par la force.



Pour terminer, sachez simplement que Standard Oil (entreprise américaine) fournissait l'essentiel du fuel nécessaire aux Allemands, l'usine ITT américaine fabriquait au travers d'une de ses filiales les Focke-Wulf qui bombardaient les "boys" (3), et l'entreprise IG Farben (noyau de l'industrie allemande) s'en est tirée avec 83% de ses infrastructures intactes après la fin de la guerre, alors que plusieurs villes allemandes ont été intégralement rasées ! Pensez-vous que les aviateurs alliés ne savaient viser que sur les grandes villes, ne pensez-vous pas que les infrastructures allemandes auraient logiquement dû faire partie des objectifs prioritaires à bombarder ?

Sachant que les Allemands avaient ce discours anti-sémite, sachant que le terrorisme islamiste a le même discours, sachant que les fonds qui les financent viennent du même endroit, et que ce sont les mêmes nazis qui ont été à la tête de ces mouvements, force est de constater que, oui, les nazis ont perpétué leur troisième Reich jusque dans les esprits malades de quelques bédouins mal informés et assoiffés de sang juif, force est de constater qu'ils leur ont donné de l'argent, des armes, et surtout: une crédibilité par des médias vendus aux même fortunes.

Ce sont les mêmes coupables derrière TOUS CES ATTENTATS, toute cette haine anti-Israël, anti-juifs, mais aussi anti-chrétiens.

(...)



Si vous prenez les pires exemples de la propagande anti-juive de la deuxième guerre chez les nazis, avec ces illustrations diabolisantes, ces nez crochus, ces allures infernales, et cette pieuvre sioniste sur le monde, il faut savoir que c'est la même propagande, les mêmes dessins qui sont distribués aujourd'hui dans une bonne partie du Maghreb, et ce par les frères musulmans. Et ceci nous mène donc tout naturellement à Tarik Ramadan: il faut savoir que c'est le fils de Saïd Ramadan, et que ce dernier fut justement un protégé de Genoud; il est aussi un proche du fondateur des Frères Musulmans, et je me permets ici de vous rappeler que tout ce petit monde est lié de façon financière aux pires terroristes de l'histoire, et qu'ils sont payés par l'argent de juifs morts. Est-il alors surprenant de constater qu'ils font tout pour nuire à Israël ? [Non, aux Juifs, c'est pas pareil.] (...) Est-il convenable de laisser des gens comme cela parler à la télévision ? Laissez-vous parler Anders Breivik à la télévision ? NON ! Alors pourquoi écoutez-vous Ramadan ? Parce que lui il ment tout le temps et que vous préférez le doux son de l'argent qui coule avec le sang ? Prenez position et décidez-vous ! Il faudra bien un jour mettre ce beau monde en prison ou en dehors de nos frontières.




  1. Hitler's Swiss Connection, by David Lee Preston, published in the Philadelphia Inquirer, Jan. 5, 1997

  2. L'Extrémiste : François Genoud, de Hitler à Carlos, éditions Fayard, Paris, 1996

  3. Charles Higham’s Trading With the Enemy, p. Xv

  4. Albert Pike Morals and Dogma page 107

  5. Postwar German government and CIA shielded Adolf Eichmann, By Dietmar Henning 3 July 2006

  6. http://www.israel-flash.com/2012/01/et-si-mahomet-navait-jamais-ete-un-prophete-mais-un-simple-temoin-christoph-luxenberg-un-seisme-dans-les-etudes-coraniques/#axzz1jvjQgPvN

  7. CIA PSYCHOLOGICAL OPERATIONS IN GUERRILLA WARFARE A tactical manual for the revolutionary. First published by the Central Intelligence Agency and distributed to the Contras in Central America. Tayac n - PDF conversion by Grog

  8. Former Federal Prosecutor John Loftus confirms the Bush-Nazi scandal Copyright October 31. 2003

  9. Newsweek, 3/18/2002

  10. Salon, 3/15/2002



source:
flèche http://nazipast.blogspot.fr/2012/04/les-dents-en-or-et-les-alliances.html




Dernière édition par invitée le Lun 4 Mar 2013 - 7:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: INFILTRATION ET INSTRUMENTALISATION DE L'ISLAM PAR LES SATANISTES : LE NAZISLAMISME   Ven 28 Déc 2012 - 16:15

THE GENOUD NETWORKS AND THE PLAN
TO SET THE MIDEAST ON FIRE




The death knell for Arab nationalism, overwhelmed by a revival of Islamic fundamentalism that has already plunged Iran into the Dark Ages under the Muslim Brotherhood's psychotic Ayatollah Khomeini and his mullahs, will be sounded at a conference sponsored by Georgetown University's Center for Contemporary Arab Studies on April 14-15. "In less than a decade", the conference document states, « Islam has become so dominant a force in the eyes of the West that other ideologies and forces of solidarity in the Islamic World - e. g., nationalism - are thought to have receded into the background. » Speakers at the conference will include many of the leading academic apologists and strategists who heralded the British Arab Bureau's Iranian coup plot that toppled the Shah « as the harbinger of a new chapter in the history of Islam. »

From pre-conference statements made available to EIR, the purpose of the Georgetown conference will be to create a new combination of Islamic fundamentalist ideologies that may be used next to engulf Egypt, Saudi Arabia, Algeria, and Morocco with feudalist revolutions similar to the one in Iran. While the Georgetown discussants work to weave the myths that underly Wahabism, Shi'ism, the Muslim Brothers, and Sufi Masonry into a common strand, the forces on the ground that will carry out the actual coups and assassinations in these countries share a common point of control through the Lausanne, Switzerland-based Nazi international.

One of the more relevant cases is that of former Algerian President Ahmed Ben Bella, a notorious early follower of Hitler, who has been reborn as an Islamic Fundamentalist and is now engaged in a coup attempt in Algeria that immediately threatens the King of Morocco. Among Ben Bella's most prominent backers since the 1962 Algerian Revolution that first placed him in power is François Genoud, a member of the Swiss Nazi Party during World War II, who assisted Allen Dulles from 1943-45 in negotiations to redeploy Nazi intelligence assets into safe havens for later use. Among those assets which Dulles shared with British and Swiss intelligence allies was Amt VI, the "foreign nationalities division" of SS General Walter Schellenberg's Sicherheitsdienst (SD), consolidating both the Second Division of Admiral Canaris's Abwehr and foreign nationalities division of the Waffen SS that maintained extensive Mideast networks through an alliance with the Grand Mufti of Jerusalem. The Swiss-based François Genoud is, as well document below, today the banker and one of the principal controllers of these Amt VI assets.

Distant as the Georgetown conference may pretend to be from François Genoud and the reborn Ahmed Ben Bella, it is through such members of the Nazi international that the dirty work outlined by its participants will be achieved.

The Georgetown conference has all the appearances of being a replay of one held on Oct. 21-25, 1981 at the Rothko Chapel in Houston titled "Islam: Spiritual Message and Quest for Justice" which brought together leading strategists and assets of the British Arab Bureau only days after the Muslim Brotherhood assassinated Egyptian President Anwar Sadat. As with the Rothko Chapel event, the Georgetown conference is being run in parallel with a meeting in Paris of Islam and the West, which is tied to the Club of Rome through such figures as NATO strategist Alexander King and the Kim Philby-linked KGB agent Djerman Givishiani.

On April 29-30, following the Georgetown conference there will be another secret meeting of Islam and the West at the Meridien Hotel in Paris, attended this time by former British Prime Minister Ted Heath; French neo-Gaullist Michel Jobert; German banker Karl Otto Poehl; Olivier Giscard d'Estaing, the brother of the former French President; Mussah Ali, vice president of the Dimi Bank and consultant to Pakistan's military ruler Zia ul-Haq; Maurice Strong, chairman of Royal Bank of Canada; Andreas Wall, chairman of Volvo; and Ahmed al Najja, secretary general of the International Association of Islamic Banks.

Where the Islam and the West meeting brings together leading representatives of oligarchic interests that have sought to play the Muslim Brotherhood card, the Georgetown conference
is more a gathering of strategists with such figures as: Mahmoud Ayoub, a Lebanese-born professor at the University of Toronto who is a promoter of Sufism; Cherif Bassiouni, a relative by marriage to the European black nobility, who is both a professor at the University of Chicago and head of the Sicilian Institute on Terrorism; Richard Mitchell, the leading world expert on the Muslim Brotherhood with close ties to its Egyptian underground and those involved in recent efforts to destabilize the Indian government, and who is now a professor at the University of Ann Arbor; and Mansour Farhang of Princeton University, who was briefly Iranian Ambassador to the U. N. under Khomeini's Foreign Secretary, Sadegh Ghotbzadeh. The Georgetown Center is sponsored by many of those corporations and individuals who actively promoted the overthrow of the Shah of Iran.

In the case of Rothko Chapel, the connection between such strategists and the Nazi international-linked networks that carry out the dirty work they envision was even more direct. This conference, which was prominently attended by François Genoud's Ben Bella, was sponsored by Mme Jean de Menil (nee Countess Schlumberger), whose husband emigrated from France to Houston in 1945 to establish a branch of Schlumberger, Ltd., one of the largest oil survey companies in the world. The Schlumberger family is intermarried closely with the Neuflize, Mallet, and other Swiss oligarchic banking families who actively promoted Hitler's rise to power and assisted their relative, Allen Dulles, in orchestrating the post-World War II reorganization of the Nazi international now controlled by such figures as Genoud.

Jean de Menil was also a board member of the Permindex Corporation that wove together British, Swiss, Israeli, and Nazi international figures into an international "Murder, Inc." Among these were such figures as British Special Operations Executive veteran, Maj. Louis M. Bloomfield, King Farouk, a close ally of the Grand Mufti of Jerusalem's fascist "Green Shirts"; and Prince Guttierez Spadafora, the former Mussolini Undersecretary of Agriculture, who became an adviser for the post-war activities of François Genoud and SS Col. Otto "Scarface" Skorzeny in Egypt and other sectors of the Mideast.

In 1969, New Orleans D.A. Jim Garrison indicted members of Permindex for their role in the November 1963 assassination of President Kennedy, while French intelligence named Permindex responsible for dozens of assassination attempts in the early 1960s against French President Charles de Gaulle carried out by OAS personnel linked to Genoud.

The process that participants at the Georgetown conference are part of represents an oligarchic campaign to disintegrate civilization under conditions of deep economic depression that threatens to plunge the world into a New Dark Age unprecedented since the 14th century .

In a recent interview made available to EIR, Mahmoud Ayoub, an acquaintance of Ben Bella, describes how such a collapse of civilization might occur in Saudi Arabia: « The problem with the Saudi royal family is that they are saddled with an ideology that they cannot live up to, but they feel that it is the only wall behind which the regime can exist. So, I say that the Saudi regime lives not with the enthusiastic voice of its founder, Abdul Wahabi, but rather with its oil wells as did the regime of the Shah of Iran . . . . The same power that brought the Saudis on the scene will eventually destroy them . . . . What happened at the Al Haram Mosque two years ago was not really the work of a starry-eyed group; it was a genuine revolution that failed . But, I don't think that every revolution will fail. »

What Ayoub refers to as the Haram Revolution was an effort to split the fanatic Wahabies from the Saudi Royal family by showing that they could not protect the most sacred of Islamic shrines, the Al Haram Mosque in Mecca. Leading this revolution was the Muslim Brotherhood-trained leader Juhaiman who drew together religious fundamentalist brotherhoods in Pakistan, the Muslim Brotherhoods of Egypt, the Sudan, Kuwait, the Teghlibi brotherhood of India, and even Black Muslims from the United States into a Kuwaiti-based movement, Jamiat al Islam (Call of the Brethren).

Mansour Farhang, the Ghotbzadeh-linked Iranian Ambassador to the United Nations, is today at the Princeton Center for International Studies where Bernard Lewis first authored the plan adopted by the Carter administration in tandem with the British Foreign Office to revive Islamic fundamentalism and tribalism to redraw the map of the Middle East. In an interview made available to EIR, Farhang stated he was also a party to meetings between Bani Sadr, Ghotbzadeh, and Ben Bella in which the latter's rebirth as an Islamic fundamentalist was first discussed. Farhang sees Egypt as the next target for an Iranian-style revolution:
« From my personal value perspective as a participant in the Iranian Revolution, it was a tremendous force that will have dramatic consequences upon the region . . . . If there is anywhere that Iran may serve as a model it is in Egypt, where the Muslim Brotherhood remains strong and where many of the same conditions of mass poverty among a large urban population exist. The same process that occurred in Iran is now underway there, but it cannot be spoken of because it is an underground movement. »

Cherif Bassiouni stated in an interview made available to EIR that the main catalyst for Islamic fundamentalist revolutions may well be the attempt by an Israeli faction that includes Yigal Yadin and Yuval Ne'eman to rebuild the Temple on the Mount in Jerusalem that is now the site of the second most holy Islamic shrine, the Dome of the Rock: « If the Dome of the Rock is damaged, the next day you are going to see the Islamic world in blazes. I wouldn't want to be in an American embassy on that day, I'll tell you that much. And, any regime that would continue to have any relations with Israel or not use its entire capabilities to put pressure upon the United States to again put pressure upon Israel would certainly be in a very difficult circumstance. »


Scott Thompson -

EIR - 19 avril 1983 - p.20 à p.22


source:
flèche http://www.larouchepub.com/eiw/public/1983/eirv10n15-19830419/eirv10n15-19830419.pdf





François Genoud, terrorist controller






I. Personal history

At the age of 21, Genoud joined the National Front of Switzerland (NFS). NFS was a fascist group associated with Georges Oltramaire's National Union. Oltramaire's family comes from a leading Swiss banking family who have sat for generations on the board of directors of the Lombard Odier Bank of Geneva. This bank became famous for its involvement with the Office of Strategic Services during World War II, dating from Allen Dulles's assignment in Berne, Switzerland. Its facilities were used by Dulles to facilitate the surrender of SS Gen. Karl Wolff, head of the German army in northern Italy. Genoud was used as a personal intermediary between Dulles and SS General Wolff.

In 1940, Genoud set up a night club, Oasis, in Lausanne as a covert operation for the Abwehr in Lausanne. This Oasis Club was a joint venture with a Lebanese operative named Daoud, a nephew of an important figure in Lebanon named Omar Bey. Prior to his operation in Lausanne, Genoud traveled extensively in the Mideast and met with the Grand Mufti of Jerusalem in 1936. His Abwehr cover enabled him to set up a spy nest throughout the Mideast. His recruiting officer was an operative named Guimann, the Mayor of Tiengen. Under these conditions, Genoud became one of the key go-betweens for spy-running operations and drug-smuggling activity in the Middle East and North Africa, especially in Tangiers.

By 1943, Genoud began using his banking connections to set in motion the networks which later became known as the Odessa. The transfer of millions of marks from German into Swiss banks, and the evacuation of key SS and Nazi leaders into Morocco, Spain, and Latin America were the principal aspects of this operation. For this purpose a firm known as Deithelm Brothers was established in Lausanne under the personal sponsorship of Adolf Hitler's personal secretary Martin Bormann, and functioned until the end of the 1940s, transporting out of Europe thousands of Nazi leaders.

Genoud befriended SS General Wolff, SS Captain Reichenberg, Luftwaffe Gen. Hans Rudel, General Ramcke, and countless others, including Otto Skorzeny and Hitler's economics minister, Hjalmar Schacht. It appears that Genoud was arrested some time after the war, but freed due to the pressures of former Gestapo official and later Interpol chief Paul Dickopf. In 1955, Genoud was in Tangiers with General Wolff and General Ramcke. In 1 956, he met with Hjalmar Schacht in Cairo, along with Dr. Hans Reichenberg, where several financial investments into Morocco were created. During this time he met with Ben Barka and an operative named Skalli, both members of the opposition party in Morocco. While in Cairo, Genoud was introduced to the Algerian Front for National Liberation (FLN in French), led by Ahmed Ben Bella and his treasurer Mohammed Khidder. Genoud officially becomes a courier between Tangiers and Cairo, setting up the financial support operations for the FLN.

Over the course of these years many new Nazi International operations were arranged through and into Argentina, a process Genoud aided. In Argentina, Hans Rudel, now deceased, was given the financing to create the Europe-Argentina Association. It was through this apparatus that SS Obersturmfiihrer Klaus Barbie's operations in Latin America were arranged. In the postwar period, the huge transfer of Nazi funds was conducted under the patronage and protection of OSS-CIA chief Allen Dulles under the code-name "Operation Land of Fire", and later the State Department's covert policy arm until 1951, the Office of Policy Coordination.

After the war, Genoud and the Diethelm brothers, operating through the Diethelm export-import company, financed a Nazi publication called Der Weg in 1 948-49. Run by SS officers and based in Buenos Aires, this publication was one of the first post-war attempts to regroup the Nazi apparatus internationally.

In 1959, Genoud created the International Association of the Friends of the Arab World, along with Benoist-Mechin. In September 1960, Genoud established relations with El-Wakhil el Kabbani, the head of the Arab Information Center in Geneva. His other business ventures included the creation of a Munich-based export-import firm, Arabo-Afrika, in conjunction with the old Nazi Reichenberg, who later became an economic adviser to President Houari Boumedienne of Algeria. Genoud's other contacts included the Egyptian ambassador to Berne, reputed to have been head of the Egyptian intelligence service, Fathy el Dib Mohammed. The International Association of the Friends of the Arab World's officer in Geneva was Ibrahim Haeid, a Tunisian
formeriy of the Abwehr, located at 8 Chemin des Epinettes in Lausanne.

Genoud's connection to Benoist-Mechin is extremely significant in light of the fact that Benoist-Mechin wrote an entire profile of the Ibn Saud family, a fact which places him in the British intelligence operation through the St.-John Philby apparatus. According to one source, Benoist-Mechin was an Abwehr agent working with the fundamentalist Muslim Brotherhood.

Genoud's Arab contacts expanded during this period of the late 1950s and 196Os . One contact, Youssei Abderrahman, a member of the National Union of Popular Forces of Morocco (Polisario), was a key Genoud connection to the opposition. Operating through Cairo, Genoud financed not only the Algerian FLN operations, but the "liberation forces" throughout the Maghreb. He remained in contact with a top Muslim Brother named Boudgemline Mohammed of the Jamiaat al Islam.

In July 1960, Genoud was secretary of the administrative council of the Society Interlogin S.A., a Freiburg-based export-import company. It became one of Genoud's main activities. With his old-Nazi funds, new revenue from armsand drug-running, and the FLN treasury provided by Mohammed Khidder, Genoud established the Banque Commerciale Arabe in Lausanne. According to reports, Genoud's "new" bank became a model for Swiss banking; nothing but multiple signatures were legally required to establish a banking institution.

At this point Lausanne became the center of FLN financing of numerous arms deals, usually made in Germany by former Nazis who had been recycled as arms merchants. Otto Skorzeny, based in Madrid, was part of the arms-smuggling operations which financed the anti-de Gaulle Secret Army Organization (OAS) and the FLN. Genoud, during the mid-1960s, financed a major arms-drugs deal between the Lebanese drug-smuggling operation known as Casino de Liban and a "French organization". The go-between was an "old friend", Jeanmarie Tine, one of the leaders of the SAC covert intelligence unit which was created during the Algerian war to fight the FLN and OAS. The SAC-Genoud deal was arranged through Genoud's client Dr. Alfred Ziegler, a.k.a. Muhammed Saleh of Cairo.

Genoud also set up contacts between the old Nazi networks and the Palestinians. In April 1969, in Barcelona, at the "Europiiische Neue Ordnung", a special delegation of Al-Fatah spoke on the issue of the "Palestinian Revolution". Genoud arranged for the training o f Al-Fatah troops b y former Nazis such as Karl van de Put of Belgium, formerly of the Afrika Corps, and Johann N. Schuller, presently living in Rome. According to one lead, Schuller may have been linked to the assassination of Aldo Moro. It appears that one of Schuller's employees in his export-import firm was arrested by police after the assassination; he had used the office of the "Heraldic Society", which was adjacent to Moro's office, and part of the business of this export-import firm was electronic bugging equipment. The employee, Moreno, was later released without explanation.

In September 1969, Genoud was involved as lawyer for two Palestinian terrorists who were members of the Popular Front for the Liberation of Palestine (PFLP). At this point, he was integrated into the "Arab Union of Lawyers", led by his old Moroccan friend Youssei. Another important link to Palestinian terrorism was François Duprat, the French fascist leader assassinated in 1979, who ran the FrancoPalestinian Association and helped set up the Breton liberation movement.

In the 1970s, Genoud expanded his banking operations and financing of the Nazi International. In 1971, his armssmuggling operations into Lebanon expanded as well. Through his front-man Guy Amaudruz, Genoud ran huge shipments of arms into the Mideast via Lebanon. At this time, Genoud, through Mohammed Khidder's lawyer Louis Bosquet, arranged via Sylvain Dayan, a.k.a. Saadi Behhamou, and Antoine Kamouh from Intrabank-Beidas, a major arms-drugs deal. In 1977, Genoud negotiated the release of terrorist Bruno Breguet from an Israeli prison.



II. Banking connections

In December 1979, a Swiss federal court ruled that Genoud's Banque Commerciale Arabe (BCA) was rightfully owned by the Algerian government. Thus ended a 14-year controversy that embroiled François Genoud and the Algerian government over the ownership of the BCA. Although it appears that Genoud lost control over BCA, nonetheless, out of the 1 4-year court battle, which left in its wake several dead, including Mohammed Khidder, treasurer of the FLN, the BCA was reorganized by the Algerian government as the Banque Algerienne de Commerce Exterieur.

In 1958, BCA was organized in Lausanne by Martial Gaffiot; Gerard-Charles Borguin; Max Mosher, a Geneva lawyer; Zouhair Mardam Bey, and others. Hjalmar Schacht was a financial adviser.

Mardam Bey is one of the keys to the whole Genoud banking nexus. The Syrian father of Zouhair Mardam Bey was an intimate friend of Ibn Saud, of the royal family of Saudi Arabia. Zouhair and Genoud ran the BCA up until the Algerian government government takeover, Zouhair is now working with or through a bank in Geneva called the SaudiSwiss Finance Company. This may be one of the key links into the whole Islam and the West financing operation, run through Prince Mohammed al-Faisal's Dar al-Maal al-Islami (DMI), which is targeted by French authorities for investigation. Reinforcing this link is the fact that Zouhair saved a character named Akram Oijeh, a top broker for the Saudi royal family along with Fuad Rizg, Adnan Khassogi, Zouhair Mardam, and Gaith Pharaon. Fuad Rizg comes from a Lebanese family which became central for the marketing of Saudi oil.

Regarding the Mardam Bey family itself, the father of Zouhair was Syrian foreign minister during 1946-47, and died in the 1960s. The father, Kahlil Mardam Bey, was an intimate of Otto Skorzeny. During the course of 1983, Skorzeny's wife has been meeting with Mardam Bey and François Genoud. There have been meetings in Paris among Genoud, Mme. Otto Skorzeny, and Mardam Bey. The major areas of activity are banking and business ventures in Germany, Morocco, the Mideast, Brazil, and Argentina. According to a source, the Swiss-Saudi bank is the vehicle for their transactions. Most of the financial operations are capital flight activity out of Morocco, Mexico, and other nations.

Another, perhaps unwitting, vehicle involved in these black market operations is Guy Tennart, of the Société de Promotion de Ressource Hospitalier. He apparently serves as a go-between for, investments in real estate in Cannes and Nice, France.

Key to the entire Swiss banking operation i n conjunction with Genoud is Dr. Alfred Schaeffer, the former chairman of the Union Bank of Switzerland and close confidante of Hjalmar Schacht. Now 80 years old, Schaeffer has been in the center of pre- and postwar financial arrangements with Nazi-related financial matters, including the I. G. Farben financial holding company Interhandel A.G., a "dummy" corporation of which Schaeffer was chairman.

This Interhandel A. G. was set up in 1938 by I.G. Farben, with Schaeffer pursuing a 20-year litigation against the U.S. government on behalf of Farben to unfreeze assets seized in 1942.

Schaeffer's relationship with Schacht provides the key overlapping lead into the development with Genoud of the whole Muslim Brotherhood financing operation identified earlier. In the 1950s, Schaeffer set up oil exploration operations in Egypt which were arranged by Schacht and other former Abwehr agents, through the Industrie und Handelsbank. One of these agents presently living in Berne, Switzerland, Ahmed Huber, set up many of these operations. Huber arranged for Genoud to meet with then Egyptian President Gamel Nasser. Along with Hans Ellenberger, Huber set up the Swiss-Arab Society in 1965. The former Swiss ambassador to Cairo, a certain Herr Parodi , currently with Islam and the West in Geneva, operates closely with Huber and Ellenberger.

The Schlumberger banking complex completely overlaps with Genoud's operation. With Prince Mohammed al-Faisal's DMI bank, the Schlumberger, Neuflize and Mallet bank finances Islamic fundamentalist activity throughout the West. It is under the rubric Islam and the West that most of the old Abwehr-Nazi International operations are being conducted.

Included in this apparatus is the Schlumberger Oil Corporation, headed by Jean Riboud, which recruits key Arab engineers as part of the network. Within this nexus is Dutchborn banker Nicholas Krul, a top banker in the Lombard Odier Bank of the Oltramaire family, the same bank with which Genoud has collaborated since 1941. Krul left Lombard Odier in 1977 and established the Gulf and Occidental Bank in Geneva. This bank was financed by Credit Commercial de France of the Inter-Alpha group. Krul maintains financial consultancy positions with the Syrian government, while backing the Islam and the West organization.

There are three other banks which are possibly part of the same apparatus: the Arab-American Bank, the Algerian central bank, and Credit Commercial de France (Montreal). According to one source, the Arab-American Bank interfaces with Genoud's smuggling operations out of Switzerland.



III. Genoud, Ben Bella, and terrorism

Genoud's terrorist operations intersect various structures set up through the Nazi war funds financing scheme, utilizing the Abwehr II Minorities Division, Walter Schellenberg's SS-SD unit Amt VI, and the Anglo-American intelligence apparatus of the postwar period. As a keeper of the Nazi funds, Genoud has been instrumental in arranging many terrorist operations .

The recruitment by the Genoud-Abwehr apparatus of Ahmed Ben Bella demonstrates the method by which the old Nazi-Abwehr apparatus set up the Middle East fundamentalist
operations. Ben Bella' s relative , who operated a radio transmitter in North Africa for the Abwehr, recruited Ahmed into the Mufti-Abwehr network.

However, according to a French source, the Genoud-Ben Bella connection is further understood from the standpoint of the career and international terrorist role of Michel Pablo (né Raptis).

Pablo was born in Alexandria, Egypt in 1911, arrived in Paris in 1938, and spent two years operating underground. What is most important to pin down is how Pablo managed to escape from a prison on the island of Crete and wound up in Paris without "any visible means of support". This could mean that Pablo was an Abwehr agent from the beginning, working for British intelligence. If this is the case, we have the solution to the question of how the historical links between left- and right-wing terrorism have really worked.

His activity during the war remains relatively unknown. However, immediately after the war, Pablo emerged as the secretary general of the British intelligence-controlled Fourth International. Out of this operation the logistical infrastructure of what became known as the Terrorist International was established.

Pablo was instrumental, along with Genoud, in setting up the support apparatus for the FLN. In particular, two workshops, printing and forging money and documents, are part of the overall operation. Networks in Sicily, Germany, and Sweden were established for future terrorist operations. In 1962, Pablo became an adviser to Ben Bella.

During the Algerian war, Pablo was arrested by the French authorities. His attorney was Jacques Verges, who later, with Genoud's assistance, was the lawyer who defended Bruno Breguet and Magdelena Kopp. Verges, who was also a member of the FLN, had been indicted in France, fleeing to Switzerland with Michel Zavrian and Maurice Courige, both lawyers in the same circle.

Verges converted to Islam in 1962, adopting the name Jacques Mansour and married a leading Algerian political figure, Djamila Bouhired. By 1963, Verges broke with Ben Bella and started his own "revolutionary" journal. At this time, Pablo was recruiting Regis Debray as his asset for future terrorist operations. In 1965, Verges defended a Palestinian terrorist in Israel, and later, in March 1 966, a Jordanian named Hedjazi. Following this trial, Verges disappeared for 15 years, only to emerge as the attorney for Baader-Meinhof terrorist-lawyer Klaus Croissant. In 1982, Verges defended Bruno Breguet and Kopp, along with Eric Moreau of Action Directe.

The other key figure in this apparatus is Slimane Hoffman, who remains a key figure in the Algerian interior ministry and is one of the military officers who put Boumedienne in power after the decision to dump Ben Bella was taken. Hoffman represents a crucial interface for the espionage-terror apparatus Amicale des Algériens and ETA separatist terrorists. Genoud's relationship to this particular aspect of the terrorist international is financial. However, in historical terms, Genoud backed both the Boumedienne faction and Ben Bella. This duplicity landed him in jail, from which he was only rescued by the efforts of a group of fellow Swiss bankers and intelligence officers.

The Islamic fundamentalist terrorist operations which Genoud finances along with Prince Mohammed AI-Faisal's D.M.I. bank are linked to their support for the Groupement Islamique, based in Paris; Ali Kattani, head of the Islamic Foundation for Science and Technology, which is involved in separatist-terrorist projects in Barcelona, Spain; the Islamic League for Human Rights, a key coordination point of Muslim fundamentalism; Maarouf Dawalihi, head of the World Muslim League, founder of the Geneva-based Islam and the West organization, and a former member of the proNazi Syrian Popular Party (PPS) in Syria. Genoud's long association with Dr. Said Ramadhan, head of the Egyptian Muslim Brotherhood, who is based in Geneva, set up a secret operation with the head of the Islamic Council of Europe, Alem Azzam, to overthrow several governments of the Middle East.



IV. The post-war Nazi International: universal fascism

The key lead in establishing the continuity of the Nazi apparatus before, during, and after the war is not only the Anglo-American protection operation , but the British intelligence-run European Center for the Study of Fascism directed by Strachey Barnes. Based in Lausanne, the home of Genoud, Bames's operation served as a mediation point for Prime Minister Winston Churchill, Mussolini, and leading German Nazis . Immediately after the war, Bames turned over the operation to a close associate of Genoud, Gaston Armand Guy Amaudruz. During the 1940s , Amaudruz established the Courrier du Continent and the New European Order organizations. In 1946, Amaudruz took over the European Center for the Study of Fascism.

In setting up the New European Order organization, the "universal fascists" created an intelligence operation under the protection of the Anglo-American intelligence agencies.
Working with Amaudruz was a Nazi youth leader, Gunther Schwab, whose book Dance with the Devil created the core ideological base by which today's new fascist party, the Green Party of West Germany, was formed. Schwab's coordinator for intelligence was another SS officer named Theodor Souce, who ran from Vienna the Weltbundschutz des Leben organization. It is this grouping which became the ideological center for the Nazi International.

Establishing the international networks became the work of the Amaudruz-run Malmö International. In 1950, at the first meeting in Rome, all the old luminaries of the war gathered to pull together the preparations for a new fascist order. In attendance were: Sir Oswald Mosely, who was being financed by a Venetian-based foundation, according to U.S. Army counterintelligence records; Count Lordean, a Venetian nobleman who organized the Italian Social Movement (MSI), as well as leading former Nazis and SS officers such as Heinz Priester and Fritz Richter a.k.a. Roessler. In 1951, the second meeting of the Nazi International was held in Malmö, Sweden.

Officially, the Malmö International was dissolved in 1956; however, the organizational infrastructure is maintained through covert networks. The ostensible issue which split the
Malmö International was the dispute between the German and Italian delegations on the issue of South Tyrol. However, the differences centered upon the question of combining rabid
anti-Sovietism and anti-Semitism, or concentrating upon joining the British intelligence-controlled "Cold War".

The present profile of the neo-Nazi International is understood through the network of publications and institutions which is again propagandizing the "racial purity" line: the Mankind Quarterly, run by Scottish Rite and British intelligence operative Sir Robert Gayre; Armin Mohler of the Siemens Foundation; the Ecole Nouvelle of Alain de Benoist; and Ties Christophersen's Gesellschaft für Biologische Anthropologie.

Genoud's publication last year of the Political Testament of Hitler is now to be followed by The Last Political Notes of Martin Bormann, representing the renewed campaign
for reorganizing the old Nazi apparatus.

Operationally, this neo-Nazi apparatus functions through Scottish Rite Freemasonic lodges: in Italy, Propaganda-2; Monaco, Monte Carlo Lodge; Geneva, Alpina Lodge; and London, the United Mother Grand Lodge run by the Duke of Kent. Separatist organizations such as the Basque ETA and its Corsican, Armenian, Breton, Alsatian, and Tyrolean counterparts are considered assets in place, along with the Society for Endangered Peoples, run by professed fascist Per Engdahl with the backing of Hermann Goering's niece, Frau Birgitta Wolf. Frau Wolf, born a member of the oligarchic von Rosens family of Sweden, which promoted the display of the swastika, has extensive ties to the Beck family of Great Britain.

One of the top law firms of the Nazi apparatus, Poncet, Turetini, Amaudruz, and Neyrod, is based in Geneva. The Amaudruz in question is Gaston Guy Amaudruz, and the firm is utilized by François Genoud in handling many of bis publishing lawsuits.

It should be underscored that Genoud's publishing rights to Hitler's last political testament were arranged through the help of Nazi propaganda minister Josef Goebbels's widow, a close friend of François Genoud .

In terms of the Anglo-American intelligence services, the key protected asset of British intelligence and its junior partner the OSS-CIA was SS Colonel Otto Skorzeny, head of all
special paramilitary operations for Hitler. Skorzeny married the niece of Hjalmar Schacht, who as noted above is now one of the closest of Genoud's associates.

Skorzeny, in all likelihood, was a British agent-of-influence through most of the war, and brought Abwehr and SS officers into the Anglo-American camp after the war. According to one source, he had extensive holdings of land in Ireland and Spain which were protected by the British as a hedge against future collaboration with Skorzeny after the war. Skorzeny not only saved Mussolini's life, but was probably responsible for preventing the partisans in Italy from
seizing the secret papers of Benito Mussolini and his correspondence with Churchill, a favor which Churchill never forgot.

Skorzeny was close to the number-two man at the Abwehr, Lahousen-Wemint, and was able to bring this grouping into the post-war Anglo-American operations. One unconfirmed story is that immediately following the war, Skorzeny was paid by the General Fire and Insurance Company of Scotland, a company owned by the Royal Bank of Scotland. Skorzeny's Middle East apparatus, protected by Allen Dulles, intersected three areas: 1 ) Farouk's Egypt, 2) the King of Libya (a Senussi), and 3) the Kalil family of Kuwait.

According to a former U.S. intelligence officer, Skorzeny's ties into the Kalil family enable him to finance many of the projects for the Middle East. The Kalils had old Ottoman Empire ties, and one of the sons was trained at Berlin University when Skorzeny had been a student there. Both were engineers and Arabologists. After the war they combined their talents for setting up the Egyptian missile program and carried out innumerable special operations. One of Skorzeny's deputies, an operative named Wermuth, also an engineer by training, set up many of the banking-logistical operations around which François Genoud later turned up. Using his Madrid-based company Adsap, Skorzeny established smuggling, arms, and drug operations in Vienna and Paris.

This established the operational capabilities for the Vienna- Swiss smuggling operations such as WEFA, based in Basel, which is under investigation by French judicial authorities. The key neo-Nazi smuggling operations to finance destabilizations are handled by an Austrian neo-Nazi named Horst Grillmayer; Stefano dalle Chiaie of P-2 1 980 Bologna bombing fame; Klaus Barbie's Bolivian connection; and Klaus Fiebelkorn, who was recently arrested in West Germany. It also intersects the neo-Nazi Turkish Grey Wolves organizations which deployed would-be papal assassin Mehmet Ali Agca on behalf of this network.

The career of the Nazi Amt VI's Walter Schellenberg raises the key question: how were most of the SS, Gestapo, and Abwehr networks turned over to the Anglo Americans? Schellenberg, according to a recent book on the subject by William Stevenson, was absorbed into a British secret service network and spent five post-war years in what had been a lunatic asylum outside London . This asylum provided the perfect cover for the long-term interrogation of men like Schellenberg.

Schellenberg, who had taken over Heydrich's position after the latter's assassination during the war, was Abwehr director over Admiral Canaris and also in charge of the Gehlen
Organization . It is not well known that after the war, Reinhard Gehlen and his circle confiscated Schellenberg's file system with an international list of all informants, agents, etc. A reconciliation between Schellenberg and Gehlen occurred in 1950, at a meeting in Madrid, where Skorzeny opened his office and received both men.

It is through the ideological and operational centers of the neo-Nazi International that both left-wing and right-wing assassination and terrorist operations come together. The overlap of the Abwehr-SS and Trotskyite Fourth International is, in a sense, the Terrorist International. In France the Nouvelle Droite Le Pen, in Germany the neo-Nazis, in Spain Nueva Fuerza, and in Britain Column 88, are all basically under control of the League of St. George, based in Britain - which also controls the Regis Debray Fourth International via Michel Pablo.



V. Protectors and collaborators

Genoud's circle of protectors include the sister of the present Swiss defense minister Chevallaz, Madeleine Chevallaz, and one of his closest business associates is the widow of Otto Skorzeny. Mme Skorzeny is presently directing capital
flight operations out of Mexico and Morocco with the help of Dr. Alfred Schaeffer's Union Bank of Switzerland, Credit Suisse , and the Swiss Bank Corporation. These bankers were key in the Schacht apparatus during and after the war. Mme Chevallaz is involved in directing and coordinating key separatist movements in India, Ethiopia, Somalia,
and Sudan, and is working in conjunction with Lord Carrington's Mideast apparatus.

A key protector of Genoud is Gilbert Baechtold, who is a socialist working with Genoud on selling "soft technologies" to the Third World and involved in some business deals with Guy Tennart, identified earlier. Presently, Genoud is on a tour of the Middle East, focusing on Morocco and Tunisia. Using Mme Skorzeny's base of operations in Madrid, Genoud and his Swiss banker backers at the Alpina Freemasonic Lodge are out to send the Mideast up in flames, utilizing their key assets, the terrorists of the Muslim Brotherhood. According to one recently received report, Ahmed Ben Bella is presently living in Genoud's challet in Lausanne, which is where many of the present destabilization plans are being
directed. Whether the Swiss defense minister or central bank chief Fritz Leutwiler are protecting Genoud remains to be seen.


Paul Goldstein

EIR - 19 avril 1983 - p.22 à p.27



source:
flèche http://www.larouchepub.com/eiw/public/1983/eirv10n15-19830419/eirv10n15-19830419.pdf




Dernière édition par invitée le Lun 4 Mar 2013 - 7:14, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: INFILTRATION ET INSTRUMENTALISATION DE L'ISLAM PAR LES SATANISTES : LE NAZISLAMISME   Jeu 10 Jan 2013 - 19:32

LES ROUGES, LES BRUNS ET LES VERTS, OU LA CONVERGENCE DES TOTALITARISMES








Source

Depuis le déclenchement de la seconde Intifada Al Aqsa, en septembre 2000; depuis le 11 septembre 2001, qui scella la fin de l’inviolabilité du sanctuaire stratégique américain; et, surtout, depuis la seconde crise irakienne, qui s’est soldée par le démantèlement du régime de Saddam Hussein, on a pu constater, partout en Occident, l’émergence d’un axe rouge-vert-brun (le rouge de l’extrême gauche, le brun de l’extrême droite et le vert de l’islamisme).

Ses différentes composantes ont pour objectif commun de combattre ces nouvelles figures du Mal que seraient l’Amérique, Israël, "l’impérialisme" et même l’Occident dans son ensemble.

Les alliances objectives entre ces trois idéologies, nous le verrons, ne datent pas d’hier. Mais il est indéniable que les événements de ce début du siècle ont particulièrement contribué à leur collusion. En effet, l’utilisation par George W. Bush, au lendemain du 11 septembre, du terme "croisade" [Pensez-vous que ce terme ait été employé par hasard ? Il a également été employé par Kadhafi, Poutine, Guéant,... L'emploi de terme a clairement pour objectif de remettre à l'ordre du jour les anciens conflits entre chrétiens et musulmans, et justifier un appel au Jihad défensif de la part des mouvements islamistes illuminati.], a été perçue comme une provocation aussi bien dans les milieux anti-cléricaux d’extrême gauche et d’extrême droite que dans les milieux islamiques. D’où le rapprochement toujours plus significatif entre, d’une part, les nostalgiques des deux premiers totalitarismes — les Bruns et les Rouges — et, d’autre part, les protagonistes de l’islamisme révolutionnaire. Ces derniers prétendent défendre les masses arabes "occupées" ainsi que les pauvres, les faibles et les "humiliés" du Tiers-monde, victimes des nouveaux Croisés judéo-chrétiens "impérialistes". Les récentes prises de position publiques du célèbre terroriste Carlos, entre autres, vont très nettement dans ce sens (1).

Il est vrai que l’islamisme, troisième totalitarisme après le nazisme et le communisme, répond d’une certaine manière aux aspirations de ses deux prédécesseurs: prônant la lutte des civilisations et des religions, puis déclarant la guerre au monde judéo-chrétien au nom des "déshérités" du reste de la planète, il séduit tout autant les nostalgiques du troisième Reich païen, décidés à éradiquer le judaïsme et le christianisme, que les partisans de la faucille et du marteau, déterminés à en découdre avec l'Occident "bourgeois" et "capitaliste". Centre névralgique de ce système honni: Manhattan, « quartier général planétaire des mercenaires de la guerre économique et financière que livre l’Amérique au monde », selon les mots de Carlos (2).
Rien de surprenant, dès lors, à voir les Bruns, les Rouges et les Verts se féliciter ensemble du drame du 11 septembre 2001 et identifier Ben Laden à un nouveau David opposé au Goliath impérial "américano-sioniste".
Nulle surprise, non plus, à voir converger l’enthousiasme activiste de ces trois mouvances totalitaires autour de la lutte "héroïque" menée depuis mars 2003 par les derniers rebelles baasistes et par les islamistes chiites d’Irak contre l’occupation américaine de la Mésopotamie.

D’évidence, cet axe rouge-brun-vert de la haine "anti-hégémonique" et "anti-impérialiste" s’est renforcé depuis le début des années 1990 et la chute de l’Union soviétique. Cet assemblage paradoxal et néo-totalitaire a connu son apogée au lendemain du 11 septembre et, surtout, durant l’hiver et le printemps 2003, à la faveur de la vaste campagne d’anti-américanisme conduite dans le monde occidental par les opposants à la guerre contre le régime de Saddam. Cette jonction des totalitarismes rouge, brun et vert autour de la cause des martyrs palestiniens, irakiens et afghans, ainsi que de la figure révolutionnaire d’Oussama Ben Laden, confirme le leadership désormais incontesté de l’islamisme révolutionnaire. Celui-ci exerce désormais une réelle fascination sur les autres options totalitaires vaincues par l’Histoire (le nazisme et le communisme) et, de ce fait, condamnées à se recycler ou à rejoindre la révolution islamiste pour poursuivre leur combat contre les démocraties libérales.




Du 11 septembre à la seconde guerre du Golfe

Si l’on suit le fil rouge de l’opposition à "l’impérialisme yankee", on s’aperçoit que les milieux antisionistes et anti-américains qui avaient trouvé des circonstances atténuantes au commando du 11 septembre sont ceux qui tentent, aujourd’hui, d’absoudre le terrorisme islamiste — qu’il s’agisse de la geste benladennienne dans le monde entier ou de celles du Hamas et du Djihad islamique en Palestine. Hypnotisés par l’écroulement des Twin Towers — terrible illustration de la puissance de l’islamisme radical —, les idéologues tiers-mondistes et anti-impérialistes d’extrême gauche et autres "alter-mondialistes" ont été les plus véhéments à fustiger l’intervention américaine en Afghanistan. Ce sont encore eux qui ont organisé, un an plus tard, les plus virulentes manifestations "pacifistes" contre l’intervention en Irak, manifestations également conduites au nom des "victimes du sionisme".

C’est ainsi que Toni Negri, l’ex-idéologue des Brigades Rouges, et figure de proue du mouvement No Global, déclarait, en septembre 2001, que sa compassion n'allait « qu’aux sans-papiers » disparus avec les Twin Towers. Le linguiste trotskiste américain Noam Chomsky, bien connu pour ses prises de position violemment anti-israéliennes, dénonçait pour sa part, dans l’attentat du 11 septembre, une "imposture planétaire", une énième manifestation fascisante de "l'impérialisme américain". Pis: il imputait la "colère des islamistes" aux dérives "racistes" de l’État hébreu. Quant au très marxiste rédacteur en chef du Monde Diplomatique, Alain Gresh, fils du célèbre intellectuel pro-soviétique Henri Curiel, il justifie, dans un livre écrit avec le petit-fils du créateur des Frères musulmans, Tariq Ramadan, l’option terroriste des Palestiniens au nom de l’anti-sionisme et de "anti-colonialisme" (3).

Deux récents événements plus graves méritent une attention particulière: tout d’abord, les exhortations des leaders des nouvelles Brigades Rouges italiennes et du célèbre terroriste "rouge" Carlos à soutenir le combat du Hamas et d’Al Qaïda; ensuite, l’appel de la quasi-totalité des dirigeants néo-nazis occidentaux à saluer "l’héroïsme" du Hezbollah et de Ben Laden dans leur lutte contre les Juifs et les Américains. Conséquence logique de ces fascinations-ralliements parallèles: Carlos embrasse un « islamisme révolutionnaire appelé à balayer le monde ». Islamisme qui « réalise la synthèse dynamique de différents courants (la lutte anti-colonialiste, antiimpérialiste, antisioniste) et puise ses modèles d’action dans le socialisme, le marxisme et la nationalisme » (4); et, dans le même temps, le leader charismatique du mouvement néo-nazi anglais, David Myatt, devenu Abdul Aziz Ibn Myatt, appelle les nostalgiques de l’Axe et tous les ennemis des sionistes à embrasser comme lui le Djihad, la « vraie religion martiale » (5), celle qui lutte le plus efficacement contre les Juifs et les Américains.

Autre signe de ce rapprochement: le 3 avril 2003, le salafiste londonien Omar Bakri Mohamed, chef du mouvement Al Mouhajiroun, imam de Funsburry Park et recruteur de nombreux jeunes partis rejoindre Al Qaïda, a officiellement reçu Myatt et lui a souhaité « la bienvenue dans l’islam », précisant aux journalistes que le passé néo-nazi du néophyte n’avait « aucune espèce d’importance dès lors que les buts étaient convergents » (6)...

Parallèlement, alors que le discours des terroristes marxistes ou de certains néo-nazis s’islamise, la rhétorique de Ben Laden en particulier et des islamistes en général se "marxise" et se tiers-mondise à son tour — certes, uniquement dans un but tactique — et emprunte de plus en plus à la vulgate antisémite d’extrême droite. Ainsi, dans sa déclaration du 11 février 2003, non seulement le chef d’Al Qaïda s’en est pris à cette bête noire de l’extrême gauche qu’est « l’impérialisme américano-sioniste en Palestine », rappelant le « martyr du Vietnam », mais il a aussi, pour la première fois, autorisé les croyants à s’allier avec un régime arabe "athée" et nationaliste: « Bien que Saddam Hussein soit un infidèle, il devient licite d’unir nos forces aux siennes pour combattre la croisade américaine contre l’islam et les musulmans. »

Saddam lui-même, ancien "païen" admirateur de Nabuchodonosor et athée, n’a cessé, depuis la première guerre du Golfe, d’islamiser son discours et son régime. Point culminant de cette posture: sa déclaration du 4 mars 2003 dans laquelle il appelait à une « guerre sainte contre les États-Unis, les diaboliques envahisseurs » et à un Djihad qui devait opposer « les Justes aux menteurs, les vertueux aux vicieux, les honnêtes aux traîtres, les combattants du Djihad aux mercenaires et aux agresseurs. » (7).




L’islamisme: la plus efficace des idéologies "anti-impérialistes" et révolutionnaires

De prime abord, on se demande ce qui peut bien unir des mouvances idéologiquement aussi antagonistes que les Rouges (athées et matérialistes), les Verts (théocrates et islamistes) et les Bruns (adeptes de la lutte des races).

Croire qu’une telle alliance serait philosophiquement impossible et stratégiquement improbable — et, donc, d’emblée vouée à l’échec — serait oublier que l’islamisme n’est pas seulement le troisième des totalitarismes, mais qu’il est également, en de nombreux points, l’héritier unificateur des deux précédents. Parce qu’il n’est pas seulement un simple "intégrisme" religieux, mais aussi et surtout un totalitarisme révolutionnaire subversif, une idéologie de destruction de masse comparable au nazisme, au maoïsme ou au stalinisme, le "fascisme vert" prolonge les totalitarismes antérieurs. Ce qui l’en distingue essentiellement, c’est que le Vert apporte aux haines totalitaires passées une justification théologique et une bénédiction divine.

Qu’il s’agisse du Hezbollah libanais, du Hamas palestinien, des combattants d’Al Qaïda ou des "résistants" irakiens et palestiniens, force est de reconnaître que, sur le marché révolutionnaire mondial, les islamistes et les "moudjahiddines" arabo-musulmans en général sont les plus efficaces et les plus farouches adversaires de "l’impérialisme israélo-américain". Ce sont eux qui infligent le plus de dommages aux puissances "colonialistes" et "capitalistes" — que les Rouges et les Bruns détestent tout autant.

Troisième moment du totalitarisme, l’islamisme revanchard lancé à l’assaut des démocraties capitalistes et des "forces judéo-croisées" connaît une telle ascension tous azimuts dans le monde et, en particulier, en Europe — ascension facilitée par la médiatisation planétaire sans précédent dont il jouit depuis le choc du 11 septembre — qu’il est en train d’attirer à lui, tel un aimant, les nostalgiques des totalitarismes communiste et nazi. Puisant à la fois dans la vulgate d’extrême gauche classique et dans une mode "islamiquement correcte" pro-arabe et tiers-mondiste, cette nouvelle haine révolutionnaire planétaire séduit désormais les derniers militants anti-juifs et anti-américains de l’extrême droite radicale.




De la croix gammée au Croissant

La plus grande partie de l’extrême droite s’est clairement tournée vers le monde arabo-musulman, se conformant ainsi au souhait exprimé par Hitler lui-même dans son testament, au nom du principe: « plutôt islamique que judéo-maçon » (8). C’est donc à la fois par fidélité au Führer et en vertu du contexte géopolitique de l’après-guerre froide, marqué par le retour du paradigme civilisationnel, que la nouvelle extrême droite, jadis viscéralement pro-occidentale et anticommuniste, a tactiquement troqué son atlantisme contre un « tiers-mondisme d’extrême droite teinté d’antiaméricanisme et d’antisionisme » (9). Cette orientation débouche naturellement sur le soutien à l’islamisme révolutionnaire. Il est indéniable que le discours d’Alain de Benoist — chef du Groupe de Réflexion et d’Études sur la Civilisation Européenne (GRECE), l’un des plus influents clubs de réflexion de l’extrême droite européenne pro-islamiste — rappelle étrangement la rhétorique des Brigades Rouges italiennes (qui ont d’ailleurs toujours entretenu des passerelles avec les Bruns (10)) et relève d’un anti-américanisme obsessionnel qui ne choquerait pas à l’extrême gauche: « Le complexe militaro-industriel américain dont George W. Bush, sociopathe et faible d’esprit notoire, est aujourd’hui le porte-parole, a engagé de manière unilatérale contre la Nation et le peuple irakiens une guerre aussi lâche que monstrueuse que rien — hormis sa volonté de dominer le monde — ne justifie. (...). À compter de ce jeudi 20 mars, tout acte de représailles visant dans le monde les intérêts américains ainsi que le personnel militaire, politique, diplomatique et administratif américain, en quelque endroit qu’il se produise, quelle qu’en soit l’ampleur, quels qu’en soient les moyens et les circonstances, est à la fois légitime et nécessaire. » (11)...

En matière de politique étrangère, la dénonciation des guerres "impérialistes" américaines contre l’Irak est devenue, depuis 1990, l’un des leitmotivs de l’extrême droite anti-sioniste, qui rejoint en cela la position des organisations d’extrême gauche. L’Irak de Saddam Hussein avait, il est vrai, de quoi plaire aux partisans des trois totalitarismes: non seulement ce régime avait presque réalisé la synthèse national-bolchévique et national-socialiste, mais il se trouvait, par surcroît, à la pointe de la lutte contre les deux démons combattus à la fois par les Rouges, les Bruns et les Verts: Israël et les États-Unis. La ligne idéologique pro-irakienne qu’a adoptée la quasi-totalité de l’extrême droite en Europe s’est traduite par une série de manifestations dénonçant "l’impérialisme américain", ainsi que par des voyages de solidarité à Bagdad (12). La capture du dictateur a profondément déçu ceux qui s’étaient opposés à l’intervention américaine. Cette arrestation est, en effet, venue contrecarrer leur thèse, répétée à satiété, de "l’enlisement américain" en Irak.

Pour les mouvances d’extrême droite, l’âge d’or de l’axe brun-vert remonte à la Seconde Guerre mondiale, qui vit l’alliance entre le Grand Mufti de Jérusalem et Hitler, puis la mise sur pied de légions pro-nazies arabes et balkaniques (Waffen SS musulmans croato-bosno-albanais, Chemises vertes égyptiennes, etc.). Référence des Frères musulmans palestiniens, le Grand Mufti, Al Hajj Al Husseini, fut à l’origine, en 1942, de la création de la Légion arabe, destinée à poursuivre, aux côtés des forces de l’Axe, la guerre contre les Juifs installés en Palestine. C’est d’ailleurs en référence au Grand Mufti que le leader néo-nazi anglais David Myatt explique sa conversion à l’islam et son ralliement à Al Qaïda, rappelant que « 60 000 musulmans ont répondu à l’appel du Grand Mufti pour s’engager aux côtés d’Hitler » (13).

Trois autres grandes figures historiques de l’alliance entre la croix gammée et le Croissant continuent, jusqu’à nos jours, d’imprégner les consciences des nostalgiques de l’Axe: Léon Degrelle, le leader du rexisme — le mouvement collaborationniste belge —, grand artisan du rapprochement entre les organisations palestiniennes et les milieux néo-nazis des années 1950 aux années 1980; le célèbre banquier suisse François Genoud, légataire testamentaire d’Hitler et de Goebbels, qui consacrera l’essentiel de sa vie postnazie à financer les mouvements terroristes et nationalistes arabes ennemis des Juifs (nassérisme, FPLP et OLP palestiniens, FLN algérien, Frères musulmans, etc.); enfin, l’un des artisans majeurs de la "synthèse islamonazie", Johann von Leers (14), l’ancien bras droit de Goebbels, responsable de la propagande antisémite sous le IIIème Reich. Devenu Omar Amin en Égypte après avoir été recruté par Nasser, qui le nommera responsable de la propagande anti-juive au Caire, Von Leers se convertira à l’islam au contact des Frères musulmans égyptiens. Son exemple continue d’inspirer tout un courant islamophile et pro-arabe d’extrême droite. C’est en sa mémoire que l’un des chefs de file actuels de la nouvelle droite européenne pro-islamiste, l’Italien Claudio Mutti, a choisi comme nom de conversion à l’islam celui d’Omar Amin.

Aujourd’hui encore, ces trois emblèmes du flirt islamisto-nazi sont cités en référence par des jeunes militants néo-nazis qui voient dans l’alliance brun-vert la "seule chance de survie de l’Europe aryenne" face au danger représenté par les "ploutocraties occidentales" et par le "complot judéomaçon".

C’est également en souvenir de la synthèse islamo-nazie du Grand Mufti de Jérusalem que des groupes néo-nazis européens ou américains saluent l’action anti-juive du Hezbollah ou du Hamas et la force guerrière de Ben Laden. Ainsi, dans le numéro de mai-juin 2002 de leur revue Jusqu’à nouvel Ordre [Nouvel Ordre Mondial ? Probablement.], les militants du GUD — qui séjournent régulièrement à Tripoli et à Damas, sur l’invitation du général révisionniste Mustapha Tlass, ministre de la Défense et éditeur local des Protocoles des Sages de Sion — vantaient l’alliance entre le Croissant et la croix gammée depuis l’époque du Grand Mufti jusqu’à nos jours.

L’islamisme et le nazisme — lequel, ne l’oublions pas, se réfère au paganisme germain — communient en fait dans une même détestation de l’héritage judéo-chrétien de l’Occident. « Nos ennemis sont la coalition impérialiste américano-sioniste. Il est donc juste que nous soutenions ceux qui ont les mêmes ennemis que nous, c'est-à-dire les Palestiniens et les gouvernements libyen et irakien. Les islamistes représentent une force multiforme qui peut être une alliée contre l'impérialisme américano-sioniste » (15), explique l’un des idéologues de cette mouvance, Christian Bouchet, le rédacteur en chef de Lutte du Peuple, une revue qui exprime sa solidarité aussi bien avec les "martyrs" du IIIème Reich qu’avec ceux du Djihad islamique et du Hamas. [Christian Bouchet qui est un sataniste notoire, membre de loges occultes comme l'OTO, le Groupe de Thèbes, l'Argentinum Astrum,... Il milite actuellement au FN, avec ses amis de l'ex-GUD, est promu par le site E&R d'Alain Soral, et soutient Alexandre Douguine dont le mouvement a pour emblème la "Croix du Chaos" !]

« Europe et islam ont en commun leur ennemi principal (...), la Finance usurocratique. Si elle veut retrouver son autonomie, l’Europe doit chercher son inspiration et son guide dans la Loi divine, telle que conservée dans le livre d’Allah. » (16), poursuit le fasciste italien converti à l’islam Claudio Mutti, alias Omar Amin. « Nous assistons à la progression constante de la seule force capable de résister à l’hégémonie occidentaliste: l’islamisme radical. Deux visions du monde s’affrontent. Il s’agit donc bien de choisir son camp (...). D’un côté, une vision libérale-consumériste (...). De l’autre, une vision religieuse, identitaire et holiste: l’islam (…). C’est donc à un véritable Djihad qu’Européens et musulmans sont conviés. Europe-islam, même combat. », explicite un penseur de la Nouvelle Droite européenne, Arnaud Galtieri, disciple du philosophe d’extrême droite converti à l’islam René Guénon (17).

Preuve de la dimension transnationale et européenne de la nouvelle orientation pro-islamiste de l’extrême droite (18), c’est à Londres qu’est basé l’un des principaux centres de prosélytisme islamiste, l’Islamic Council of Defence of Europe. Cette institution est animée par des anciens militants néonazis.
À sa tête, on retrouve Tahir de la Nive, un Franco-Britannique converti à l’islam qui prône, à l’instar de David Myatt, l’islamisation générale de l’Europe comme seul « remède à la décadence et à l’impérialisme américano-sioniste » (19). [Rappelez-vous de "l'islam seul rempart contre le Nouvel ordre Mondial" de Pierre Hillard, icône de la mouvance conspirationniste.] Très respecté dans les milieux "nationaux-révolutionnaires", parmi les skinheads et au sein de la Nouvelle Droite, de la Nive, ancien moudjahid parti combattre les "infidèles" soviétiques dans les années 1980, préconise une sorte de « nationalisme islamique européen » et publie une revue bilingue français-anglais, Centurio, qui « traite des problèmes militaires dans le cadre de la philosophie islamique de la guerre ». Dans un récent ouvrage préfacé par Omar Amin et Christian Bouchet, Les Croisés de l’Oncle Sam, cet idéologue brun-vert appelle tous les militants néonazis à rejoindre l’islam révolutionnaire et dénonce toute forme de compromission avec les forces "diaboliques" de l’impérialisme américanoisraélien.

Autres figures centrales du fascisme anglais, les dirigeants de la World Union of National-Socialists — Colin Jordan, le "Führer" du National Socialist Movement anglais (NSM), et John Tyndall — entretiennent depuis 1988 des liens avec les milieux terroristes palestiniens ainsi qu’avec le régime de Mouammar Kadhafi. De son côté, le chef de l’English Nationalist Movement, Troy Southgate, a déclaré dans les colonnes du journal nationalrévolutionnaire franco-anglais W.O.T.A.N (Will of the Aryan Nations): « En Palestine, la cruauté du sionisme est évidente et nous ne pouvons que sympathiser avec le peuple palestinien qui, tout comme nous-mêmes, a vu son pays souillé et dérobé par l’ignoble parasite qu’est la juiverie internationale. L’ENM salue le Hamas et soutient totalement sa lutte armée contre ceux qui se sont vicieusement emparés de l’héritage ancestral d’une nation entière. » (20).

Les cas de militants fascistes européens convertis à l’islamisme et liés à des organisations terroristes sont nombreux. Outre David Myatt et Tahir de la Nive au Royaume-Uni, qui ont mis leur expérience martiale au service du Djihad (21), on peut citer le cas d’Alessandro Karim Abdul Ghé (22), un ancien du groupe Ordine Nuovo — l’équivalent fasciste italien d’Ordre Nouveau en France — responsable de plusieurs attentats en Italie entre 1969 et 1973. Disciple du leader fasciste Franco Fredda, Karim Abdul Ghé est actionnaire d’Al Taqwa, une holding islamiste basée à Lugano et accusée après le 11 septembre par le département d’État américain d’avoir financé l’organisation de Ben Laden. Autres actionnaires et conseillers d’administration d’Al Taqwa: le converti italien Sante Cicarello, dirigeant de l’Union des communautés islamiques italiennes (UCOII) et Ahmed Huber. Cet ex-journaliste suisse néonazi converti à l’islam est l’un des plus actifs partisans du rapprochement brun-vert. Huber a séjourné à de nombreuses reprises à Téhéran, à l’époque de l’ayatollah Khomeiny, et il a maintenu de très bon rapports avec le gouvernement iranien (nombre de nazis voient dans les Iraniens les descendants des anciens "aryens"). Ses cassettes et discours politiques sont diffusés et vendus via Internet, notamment sur des sites bruns-verts comme Radio Islam ou Aaargh.




Le Rouge et le Vert

L’alliance entre l’islamisme radical et l’extrême gauche, quant à elle, fut mise en place autour du projet tiers-mondiste et révolutionnaire de la Tricontinentale et du soutien à la "résistance palestinienne" durant les années 1970-80. Dans le contexte de la guerre froide et, surtout, à partir de l’accession d’Andropov à la tête de l’URSS, le but de la Tricontinentale était d’unir, autour de l’Union soviétique, les forces révolutionnaires marxistes de toutes tendances et les forces anti-occidentales du Tiers-monde, en particulier celles du monde arabe. Cette nouvelle coopération Est-Sud, via Cuba, sera le terreau de l’alliance islamo-marxiste qui n’a cessé de s’accentuer jusqu’au déclenchement de l’Intifada Al Aqsa, l’opération américaine en Afghanistan et la deuxième guerre du Golfe, moments clés de la réactivation de l’axe rougevert.

Du point de vue doctrinal, il est vrai que l’islamisme et le communisme partagent un même universalisme conquérant et un même "messianisme des pauvres": « Le bolchevisme combine les caractéristiques de la Révolution française avec celles de l'essor de l'islam. L'islam et le bolchevisme ont une finalité pratique, sociale et matérielle dont le seul but est d'étendre leur domination sur le monde. », expliquait Bertrand Russell (23).

L’âge d’or de l’alliance islamo-gauchiste sera à la fois incarné par les camps d’entraînement palestiniens du Liban (Bir Hassan, Tall al Zaatar, etc., dans lesquels des volontaires d’extrême gauche instruiront des futurs islamistes du mouvement Amal et des révolutionnaires iraniens) et par la révolution islamique iranienne, saluée dans un premier temps par toute l’extrême gauche occidentale. Le flirt rouge-vert fut, en effet, particulièrement poussé au début de la révolution des mollahs: c’est l’imam Ali Shariati — traducteur des Damnés de la Terre de l’idéologue révolutionnaire Frantz Fanon, proche de Jean Paul Sartre — qui apporta à Khomeiny, en 1978, la synthèse socialisteislamiste d’où allait surgir la victoire symbolique de l’ayatollah: celui-ci sera, en effet, soutenu dans son entreprise par l’extrême gauche iranienne. C’est aussi à Shariati que l’on doit l’islamisation de la notion fanonienne "d’opprimés", devenue "mustadhafines" (déshérités). Les Feddayins du Peuple, d’inspiration guevariste comme les Moudjahiddines du peuple — mouvement radical explicitement "islamo-marxiste" dont les membres, poursuivis en Iran, avaient trouvé refuge dans l’Irak de Saddam Hussein — s’inspireront de ces idées.

Les convergences rouge-vert expliquent pourquoi des intellectuels de renom comme les philosophes Michel Foucault, Simone de Beauvoir ou Jean-Paul Sartre ont voulu voir en la révolution islamique de Khomeiny une « divine surprise qui rappelait quelque chose que l'Occident avait oublié, c'est-à-dire la possibilité d'une spiritualité politique. » (Foucault, Corriere della sera, octobre 1978). Jacques Madaule, lui, décrira la révolution khomeinyste comme « une clameur venue du fond des temps, celle d’un peuple qui refuse une fois de plus la servitude, les chaînes que lui apporte l’étranger. » De la conversion de l’exmarxiste Roger Garaudy au nouveau combat islamiste révolutionnaire de Carlos, les passerelles islamo-communistes seront pléthore, avec, comme dans le cas du lien entre l’islamisme et l’extrême droite, l’antisionisme et l’antiaméricanisme en guise de traits d’union.

Couplée avec la surmédiatisation du conflit israélo-palestinien — au détriment de tant d’autres conflits dans le monde —, cette attitude anti-américaine et antisioniste, à laquelle la guerre anglo-américaine contre Saddam et le soutien américain à Sharon ont donné une nouvelle vigueur, se trouve à l’origine d’une nouvelle vague de radicalisme anti-occidental qui va jusqu’à justifier l’option terroriste face à "l’impérialisme américain" ou au "fascisme israélien". Au nom du syllogisme selon lequel l’Amérique et Israël incarneraient "le Mal absolu" dont les peuples arabo-musulmans du Tiers-monde seraient les "victimes par essence", c’est finalement l’islamisme anti-occidental et antisioniste qui apparaît, pour les champions rouges de la cause palestinienne et tiers-mondiste, comme la nouvelle "voie anti-impérialiste" par excellence.

D’où l’appel de certains d’entre eux à soutenir les Talibans, le Hezbollah ou Al Qaïda, un appel relayé par nombre de groupes révolutionnaires et terroristes d’extrême gauche: de l’Armée Rouge japonaise (qui connaît de plus en plus de convertis à l’islam) à l’Italie des Brigades Rouges en passant par la nébuleuse de Carlos. Dans son récent ouvrage d’entretiens, le célèbre terroriste pro-palestinien explique que « L’islam a acquis une irréversible dimension politique et révolutionnaire, laquelle, depuis l’effondrement du camp socialiste, est devenue la principale force de transformation active des sociétés et de lutte anti-impérialiste. » (24).

Déjà, peu après les attentats anti-américains perpétrés en 1998 par Al Qaïda en Afrique, Ilich Ramirez Sanchez déclarait au journal Jeune Afrique: « L’agression impérialiste vise à (...) ralentir l’expansion de l’islam (...) en s’attaquant à Oussama Ben Laden et à décapiter le renouveau wahhabite. Celui-ci est sur le point de balayer les usurpateurs du Nejd et du Héjaz et de libérer les Lieux Saints (...) et la Palestine. (...). Les attentats [d’Al Qaïda] sont dans la continuité historique des nôtres, commencés il y a un quart de siècle sur terre, mer et dans les airs contre les sionistes. » (25)

Quant aux Brigades Rouges italiennes, réapparues ces dernières années de l’autre côté des Alpes sous les noms de Parti Communiste Combattant (BR-PCC) et Nuclei Territoriali Anti-imperialisti (NTA), elles ont également créé la surprise en appelant les révolutionnaires du monde entier à rejoindre le terrorisme islamiste, saluant « l’action héroïque d’Al Qaïda contre l’impérialisme américain ». Dans un document de mars 2003 qui revendiquait, dans le plus pur style marxiste, l’assassinat du conseiller du ministre du Travail Massimo D’Antona, Nadia Desdemona Lioce, l’un des cerveaux de l’organisation, invitait les « masses arabes et islamiques expropriées et humiliées, alliées naturelles du prolétaire métropolitain », à « prendre les armes au sein d’un axe unique et international aux côtés du Front Combattant anti-impérialiste face à la nouvelle offensive des gouvernements bourgeois » (26). Desdemone Lioce appelait à tirer les conclusions "politico-militaires" de « l’agression sionisto-américaine contre l’Irak » (27) en laquelle elle voyait « une volonté impérialiste d’abattre le principal obstacle à l’hégémonie sioniste » et « d’anéantir la résistance palestinienne ».
Depuis qu’elles ont pris le parti des Talibans et d’Al Qaïda, les Brigades Rouges n’ont cessé de se solidariser avec les fondamentalistes de l’islam tandis que, durant la guerre contre le régime de Saddam, elles ont appelé à « contrer par tous les moyens les visées israélo-anglo-américaines ». En France, lors du démantèlement, en 1995, du réseau Chalabi — l’un des plus importants réseaux islamistes algériens de la région parisienne —, on avait déjà découvert que l’un des instructeurs du groupe était un ancien des Brigades Rouges italiennes converti à l’islam salafiste des GIA, Rémy Pouthon, alias "Youssef".




Des Rouges-Verts aux anti-mondialistes

Bien que les principaux partis et les grandes organisations alter-mondialistes aient souvent dénoncé le fondamentalisme islamiste, des opinions pro-islamistes sont de plus en plus couramment exprimées au sein de la nébuleuse trotskiste. Exemple: la position défendue par Luiza Toscane, animatrice du Comité pour le Respect des Libertés et des Droits de l’Homme en Tunisie, qui expliquait, dans Rouge, l’hebdomadaire de la LCR, qu’« il ne faut pas conspuer l’islam en vain car l’islamisme conteste la domination du Nord sur les plans militaire, culturel et idéologique. » (28). Le mouvement Socialisme Par En Bas est, pour sa part, clairement partisan de l’option islamiste. Dans son texte Le Prophète et le prolétariat, Chris Harman, dirigeant de la maison-mère anglaise de ce réseau, le Socialist Workers’ Party, tente d’absoudre les "mouvements de masse islamistes en Algérie ou en Égypte" en arguant qu’ils ne « sont pas prioritairement dirigés contre les organisations ouvrières et ne proposent pas leurs services aux fractions dominantes du capital. » (29).

Depuis la première guerre du Golfe, la dénonciation de la campagne de Georg W. Bush contre "l’axe du Mal", couplée au thème du "martyre" des Palestiniens, est devenue l’un des principaux pivots autour desquels tourne l’axe rouge-brun-vert. Déjà, en 2001, à Paris, lors des manifestations antiaméricaines provoquées par l’opération antiterroriste en Afghanistan, les militants d’extrême gauche avaient exprimé leur rejet de "l’impérialisme américain" en scandant « Ni Bush ni Sharon ! ». Depuis le déclenchement de la deuxième Intifada Al Aqsa, en 2000, l’Europe occidentale a passivement assisté à la montée d’une nouvelle forme ré-islamisée d’antisémitisme, sous couvert d’antisionisme et de lutte contre le "racisme sioniste et le fascisme de Sharon" (30). C’est ainsi que le spectacle inquiétant de jeunes musulmans fanatisés contre Israël et les Juifs, et criant publiquement « Mort aux Juifs ! » lors de manifestations "antisionistes" aux côtés d’organisations pro-palestiniennes d’extrême gauche, est désormais devenu banal (31).
Pareils appels au meurtre réapparaîtront durant tout l’hiver 2002-2003, lors des manifestations "pour la paix en Irak", ponctuées de slogans propalestiniens scandés par des participants arborant des portraits de Saddam Hussein, des drapeaux du Hezbollah et même des tee-shirts à l’effigie de Ben Laden.

Les manifestations de haine anti-américaine et anti-israélienne organisées par les "No Global" rejoignent souvent celles des mouvances trotskistes et d’extrême gauche — organisations avec lesquelles la nébuleuse altermondialiste demeure structurellement liée. Elles convergent dans un même radicalisme américanophobe et israélophobe exprimé de façon récurrente par des personnalités médiatiques comme José Bové, destructeur de Mc Donald’s et pourfendeur de la "malbouffe" américaine, ou encore le prix Nobel de littérature portugais José Saramago, les économistes américain Jeremy Rifkin et égyptien Samir Amin et l’écrivain canadien Naomi Klein, dont l’ouvrage No Logo constitue l’un des textes de référence du mouvement.

Le mouvement anti-mondialisation est composé de plusieurs tendances différentes qui se réclament en général de la gauche radicale. On y retrouve aussi bien le "sem-terra" brésilien Joâo Pedro Stedile que le linguiste américain Noam Chomsky ou encore le « primitiviste » américain John Zerzan.

Quatre grandes tendances sont à distinguer à l’intérieur des No Global:
    — les anarchistes, les "sans-maison", les "sans-terre" et les "indigénistes", qui se réfèrent souvent à la figure emblématique du sous-commandant zapatiste Marcos;
    — les ONG écologistes ou "environnementalistes" (Greenpeace, Amis de la Terre, World Wide Foundation), et les associations de lutte contre la spéculation financière (comme ATTAC, émanation, entre autres revues et syndicats proches de l’extrême gauche, du Monde Diplomatique);
    — les milieux religieux progressistes inspirés de la théologie de la libération de Léonardo Boff et Frei Betto; les mouvances catholiques anti-sionistes de gauche, représentées par Emmaüs (l’organisation de l’abbé Pierre) ou encore le journal Témoignage Chrétien;
    — les organisations trotskistes et libertaires d’extrême gauche. Voilà qui explique le fait que Toni Negri, ex-idéologue des Brigades Rouges, soit l’un des leaders des No Global.
Après les contre-sommets de Seattle, Göteborg et Davos, c’est à Gênes, en juillet 2001, que le mouvement anti-mondialisation a bénéficié de la mobilisation la plus intense, le gouvernement de droite formé par Silvio Berlusconi en mars 2001 ayant été choisi comme cible privilégiée en raison de son pro-américanisme et de l’alliance du parti de Berlusconi, Forza Italia, avec l’Alliance Nationale de Gianfranco Fini.
En décembre 2002, le Forum Social Européen (FSE) de Florence s’est achevé par une imposante manifestation anti-américaine "pour la paix" à laquelle se joignirent la plupart des organisations d’extrême gauche, de la Confédération générale italienne du travail (CGIL) au parti Refondation communiste en passant par les Verts de la puissante Legambiente. Partout était brandie l’effigie de Che Guevara qui, de symbole de la lutte armée en 1960, s’est étonnamment mué en "héros de la Paix". Alliance similaire du côté du Forum social grec, formé en 2002 et présent au Forum de Florence. Là, c’est aux côtés de la Coalition de Gauche et du Progrès (Synaspimos), héritière d’une scission du parti communiste (KKE), que les alter-mondialistes hellènes ont réuni, dans un grand concert d’antiaméricanisme, les différentes mouvances protestataires issues aussi bien des rangs « antiracistes », féministes et écologistes que du front syndical Pame.

Plus récemment, c’est l’islamiste Égypto-suisse Tariq Ramadan, figure charismatique des Frères musulmans en Europe, qui tentait une percée à l’intérieur du mouvement No Global européen (32).




Négationnisme, anti-américanisme et antisionisme: les trois pivots de l’axe rouge-brun-vert européen

Certes, au départ, ces deux alliances paradoxales — rouge-vert et brun-vert — ont été totalement indépendantes. Mais elles ont fini par évoluer vers un triptyque rouge-brun-vert que fédèrent deux questions transversales: le "palestinisme" et le négationnisme. À lui seul, ce courant de pensée radical — qui consiste à délégitimer l’État d’Israël en accusant les "sionistes" d’avoir inventé les chambres à gaz pour accélérer la création de l’État juif — incarne l’axe rouge-brun-vert et assemble les protagonistes les plus divers.

La rhétorique négationniste est, en effet, transversale par essence. Elle fut initiée dans les années 1950 en Égypte par le dignitaire nazi néo-musulman Johann von Leers, relayée en France par la revue néo-fasciste Défense de l’Occident de Maurice Bardèche (33), puis relookée dans toute l’Europe (particulièrement en France et en Italie) par l’ultra-gauche trotskiste et maoïste (Vieille Taupe en France, mouvement bordighiste en Italie) — le but étant, pour les gauchistes, de faire passer l’antifascisme au second plan afin de pouvoir concentrer leurs attaques sur "l’État bourgeois capitaliste" et "l’impérialisme américain".

Les thèses négationnistes seront récupérées par l’extrême droite durant les années 1980-90 et, enfin, par la nébuleuse islamiste radicale, toujours au nom de la sacro-sainte cause palestinienne. L’éditeur révisionniste français Pierre Guillaume, l’une des figures du rapprochement brun-vert, qui se vante d’entretenir des relations cordiales avec Carlos, n’a cessé de nouer des liens avec les milieux islamistes radicaux. Incarcéré à la prison de la Santé, où Guillaume lui fait parvenir sa revue, le terroriste sud-américain a d’ailleurs félicité l’éditeur pour son activisme "antisioniste". On rappellera également la longue amitié qui lia Carlos au banquier nazi François Genoud (34).




Le rôle central de Roger Garaudy

En Suède, l’alliance rouge-brun-vert est incarnée par l’organisation de l’opposant islamiste marocain Ahmed Rami, président de l’Union Islamique Suédoise. Maître d’oeuvre de la connexion islamiste-négationniste en Europe, Ahmed Rami publie Les Protocoles des Sages de Sion et développe l’idée selon laquelle « l’islam se trouve actuellement sur la première ligne de front dans la résistance contre la domination juive et peut aujourd’hui apporter les réponses aux problèmes posés par la faillite de l’hégémonie juive occidentale. » (35). Sur le site Internet de Rami, Radio islam, les révisionnistes Serge Thion et Robert Faurisson tiennent des tribunes régulières dans lesquelles ils font l’éloge du groupe terroriste Djihad islamique. Ahmed Rami collabore également avec Ernest Zündel (36), le chef de file du mouvement négationniste néo-nazi au Canada, ainsi qu’avec le révisionniste Ditlieb Felderer en Suède, membre du Congrès de Malmö (37). Dans une rhétorique empruntée à l’extrême gauche, Rami explique que « l’Occident n’a aucun intérêt à soutenir Israël, qui constitue le dernier colonialisme archaïque et le dernier apartheid. Le soutien contre nature de l’Occident à Israël est le fait du pouvoir illégitime de la mafia sioniste qui décide de la politique intérieure et extérieure de tous les pays occidentaux. » (38). Et Rami de citer Roger (« Raja ») Garaudy comme référence suprême de la "résistance occidentale".

Ce célèbre philosophe ex-communiste et converti à l’islam depuis les années 1980 [et agent exécutif du Club de Rome] a joué un rôle considérable dans le rapprochement rouge-brun-vert. Ses écrits négationnistes, antisionistes et américanophobes ont réuni des personnalités aussi opposées au départ que les révisionnistes Serge Thion et Robert Faurisson (issu des rangs de l’extrême gauche avant d’être récupéré par l’extrême droite et les islamistes), les militants "nationaux-bolchéviques" et néo-nazis et les antisionistes radicaux de l’ultra-gauche trotskiste, maoïste et bordighiste (39). Nouvelle figure de proue du négationnisme, Garaudy, dirigeant d’une organisation nommée Retour à l’islam, a reçu un soutien enthousiaste du monde arabo-musulman (ce qui avait également été le cas pour d’autres négationnistes, comme Robert Faurisson (40).

Interdit dans de nombreux pays occidentaux, son ouvrage Les Mythes fondateurs de la politique israélienne se diffusera comme une traînée de poudre en terre d’islam: avec des centaines de milliers d’exemplaires vendus, Les mythes fondateurs est un best-seller dans le monde arabe. Rien d’étonnant, dès lors, à ce que Garaudy ait été reçu en héros à la Foire internationale du livre du Caire, le 15 février 1998. Il profitera de cette occasion pour dénoncer devant des centaines d'intellectuels « le pouvoir sioniste qui contrôle 95 % des médias occidentaux » (41).

Pendant son procès, en février 1998 (au terme duquel il sera condamné à neuf mois de prison avec sursis et 160 000 francs d'amende pour contestation de crimes contre l'humanité et diffamation raciale), il recevra l’appui non seulement de militants d’extrême gauche et d’activistes révisionnistes néonazis, mais aussi de dizaines d’intellectuels et de journalistes islamistes et arabes. Les religieux iraniens s’indigneront que l’on puisse à la fois traîner en justice le « pauvre philosophe musulman Roger Garaudy » et protester contre la fatwa visant l’auteur des Versets Sataniques (42). Le syndicat des journalistes égyptiens prendra officiellement la défense de Garaudy en déclarant qu’il allait être « jugé conformément à une loi antidémocratique [la loi Gayssot] qui interdit la liberté de recherche sur certains aspects de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale » (43). Des pays musulmans les plus sécularisés aux républiques ou monarchies islamiques les plus fondamentalistes, l’engouement pour les thèses négationnistes de Garaudy — qui viennent renforcer une propagande pro-palestinienne en pleine radicalisation — est immense.

Récipiendaire, en 1985, du Prix islamique Fayçal remis par le roi saoudien en remerciement de son action en faveur de l’islam, Garaudy est intronisé nouvel héraut de la cause antisioniste (44). Philosophe communiste devenu musulman et adulé par l’extrême droite, Roger Garaudy incarne à lui seul le pivot révisionniste autour duquel convergent les trois totalitarismes rouge, brun et vert au nom d’identiques détestations et haines obsessionnelles. Une convergence néo-totalitaire d’autant plus inquiétante que les cautions morales, philosophiques et même ecclésiastiques de Garaudy sont des "autorités progressistes" aussi populaires que Noam Chomsky, l’abbé Pierre, José Bové ou Tariq Ramadan: toutes ces personnalités ont défendu l’auteur des Mythes fondateurs, chacune à sa façon, dans des samizdats, des colloques, des sites Internet, des appels au soutien, des comités de défense, etc.




Le cas russe: une alliance rouge-brun-vert décomplexée

En Russie, l’un des principaux mouvements islamistes, le Parti de la Renaissance Islamique (PRI) de Gueïdar Djemal, s’est également rapproché des milieux révisionnistes, ultra-nationalistes, anti-américains et antisionistes qui se qualifient eux-mêmes de "bruns-rouges": il s’agit principalement de la mouvance d’Edouard Limonov (45), chef de file du Parti national-bolchévique, et du Front du Salut Russe (Sobor), un "bloc national-communiste" réunissant des ultra-nationalistes d’extrême droite et des nostalgiques du communisme soviétique dont le représentant est le général Alexandre Sterligov. C’est ce qui explique que Gueïdar Djemal, tout en étant un islamiste radical affiché, dispose d’une tribune régulière dans les colonnes du journal ultra-nationaliste russe Zavtra, lui-même influencé par les thèses eurasiennes et national-bolcheviques (46)

Élément essentiel du puzzle rouge-brun-vert russe: les néo-communistes ultra-nationalistes et anti-occidentaux de Guennadi Ziouganov, le chef du PC qui se pique de géopolitique et n’hésite pas à proposer une alliance avec l’islamisme radical pour contrer la domination de la civilisation occidentale et des États-Unis (47). L’école eurasienne, dont se réclament Djemal, Ziouganov et les autres "rouges-bruns" russes, considère que « l’islam fondamentaliste, avec son anti-matérialisme, son refus du système bancaire, de l’usure internationale, du système de l’économie libérale, est un allié. Les seuls ennemis géopolitiques des Russes et des musulmans sont les États-Unis et leur système libéral, cosmopolite, anti-religieux, anti-traditionnel. » (48), écrit l’un des idéologues de cette mouvance, le géopoliticien Alexandre Douguine (49), président du mouvement Evrazija et de l’Association d’études géopolitiques, qui édite la revue Elementy, calquée sur celle de la Nouvelle Droite européenne d’Alain de Benoist, Éléments.

À l’instar des idéologues nazis Claudio Mutti ou David Myatt, Geïdar Djemal explique que l’islam est la seule solution qui permettrait à la Russie « d’enrayer son processus de décadence nationale provoqué par l’impérialisme occidental. ». Férocement antisioniste et antisémite, Gueïdar Djemal salue pêle-mêle le Hezbollah, le Hamas, l’Armée Rouge japonaise, l’IRA, Action Directe et Carlos, « aucun compromis » n’étant selon lui possible avec l’État « terroriste » d’Israël. Pour lui, « l’holocauste n’est qu’une arme de l’ordre mondial visant à écraser la seule opposition réelle au sionisme qu’est l’islam. » (50).

C’est dans cette même optique que fut organisée le 2 novembre 2001 à Moscou, sur la place Pouchkine, la manifestation "russo-islamique vert-rouge" contre le bombardement de l’Afghanistan par les États-Unis. Parmi les forces politiques présentes: le Mouvement de la gauche russe (marxiste-léniniste, antiaméricain et tiers-mondiste), les "anti-mondialistes" de Boris Kagarlitsky, les nationaux-bolcheviks et le PRI de Djemal. Aux cris de « Ne touchez pas à l’islam ! », les manifestants saluèrent la présence du Mufti Nagigoula Achirov, chef de la Direction spirituelle (DSM) de la Russie asiatique et du Mufti des musulmans d’Orenbourg, Islamïl Shangarïev. Dans son discours, Gueïdar Djemal rappela que l’ayatollah Khomeiny avait renversé le Chah d’Iran grâce à l’alliance entre les islamistes chiites et les communistes, que le Hezbollah fut l’allié du FDLP face "aux métastases israéliennes" et que nombre de dirigeants talibans avaient été, jadis, d’anciens cadres marxistes…

Bien entendu, durant l’hiver 2002-2003, les rouges-bruns-verts russes ont organisé d’autres manifestations anti-américaines au cours desquelles les "intégristes sionistes" comme Paul Wolfowitz étaient accusés d’être les responsables de la politique "criminelle" conduite par George W. Bush.




Une rhétorique en voie de banalisation

En ce qui concerne l’extrême droite, sa position anti-américaine et pro-arabe a été adoptée dans un double but: élargir son électorat en apparaissant comme "anti-raciste" — puisque pro-arabe — tout en recyclant l’antisémitisme (toujours porteur électoralement) non pas à travers une rhétorique judéophobe explicite mais, au contraire, via une "solidarité" toute progressiste envers les "victimes" arabo-musulmanes des "manigances des Juifs".

Quant aux partis d’extrême gauche, aux mouvements anti-mondialisation et à la gauche anti-impérialiste en général, ils semblent avoir troqué leur anticléricalisme et leur athéisme militant traditionnels contre un communautarisme pro-islamique qui traduit leur volonté de capter de nouveaux électorats "prolétaires" et "déshérités" originaires du Tiersmonde — et cela, à l’heure où le marxisme orthodoxe, vaincu par l’Histoire, séduit moins. Cette réorientation est favorisée par le contexte géopolitique mondial qui voit le nationalisme arabe — jadis allié de l’URSS — être récupéré par l’islamisme révolutionnaire transnational (lequel n’est qu’une version islamisée de l’internationalisme révolutionnaire marxiste). Encore une fois, le terroriste et idéologue marxiste-révolutionnaire par excellence que fut Carlos exprime parfaitement cette mutation: « Oussama Ben Laden, en tenant tête aux impérialistes yankees, est devenu le héros de tous les opprimés, qu’ils soient musulmans ou non (...).Aujourd’hui, il faut aux hommes un nouvel internationalisme, puissamment unificateur, qui fusionne l’idéal moral et la dimension sacrée avec l’architecture conceptuelle et théorique du mouvement
social révolutionnaire (...)
» (51).

Les deux guerres anglo-américaines contre le régime de Saddam; la politique conduite par Ariel Sharon avec le soutien de Washington; la vaste opération de représailles consécutive au 11 septembre et ayant abouti à la défaite des Talibans: ces différents épisodes de l’après-guerre froide n’ont cessé de cristalliser les ressentiments anti-américains des "révolutionnaires" de tout poil, des "anti-impérialistes" d’extrême gauche aux anti-sionistes d’extrême droite en passant par les incontournables « No Global », pourfendeurs de "unilatéralisme américain". Étonnamment, la mobilisation anti-américaine et anti-guerre avait été beaucoup moins suivie lors de la guerre du Kosovo, en 1999, opération pourtant comparable à bien des égards à l’opération anti-Saddam de 2003. En France, par exemple, seuls l’extrême droite, l’extrême gauche, les souverainistes, des intellectuels indépendants et quelques ultrapacifistes avaient critiqué l’intervention de l’Otan conduite sans l’aval de l’ONU; quant aux masses de jeunes et aux partis modérés, ils étaient soit restés muets, soit avaient carrément pris position en faveur de la guerre.

À la lumière de notre grille de lecture qui met en lumière la force d’attraction particulière des contestations fondées sur la légitimité islamique et la victimologie arabo-palestinienne, il n’est pas surprenant que les victimes afghanes, irakiennes et palestiniennes des Satans américain et israélien suscitent davantage de compassion que les victimes yougoslaves de la diplomatie washingtonienne. Les Serbes — à la différence des Bosniaques musulmans — étaient bien trop semblables aux Occidentaux judéo-chrétiens pour susciter la compassion des nouveaux tiers-mondistes.

Occasion d’une victoire inespérée pour les Rouges, les Bruns et les Verts, la crise irakienne a permis de redorer le blason des postures antisionistes et anti-américaines les plus bellicistes, de démocratiser et même de rendre respectables les positions les plus extrêmes. Elle a redonné, directement ou indirectement, une nouvelle légitimité populaire et médiatique aux vieilles rancoeurs totalitaires. Aussi peut-on prendre au sérieux le satisfecit délivré depuis sa prison de la Santé par Ilich Ramirez Sanchez: l’idéal révolutionnaire anti-impérialiste n’est pas mort. Au-delà même des embrigadements totalitaires rouges bruns et verts, il pénètre désormais le champ, jadis réfractaire, du politiquement correct et de la bienpensance.

L’anti-occidentalisme le plus outrancier est désormais banalisé, toléré, voire même souvent accepté dès lors qu’il se décline rhétoriquement en anti-américanisme et en antisionisme défensifs. S’il en fallait une preuve, les récentes déclarations du dirigeant malaisien Mahathir Mohamad — pourtant réputé ennemi des islamistes — dans lesquelles il appelait de ses voeux une sorte de révolution islamique anti-occidentale et dénonçait le « complot judéomaçonnique mondial », en ont été la manifestation éclatante: certains chefs d’État occidentaux présents lors du sommet de l’OCI de Putrajayal du 19 octobre 2003, n’ont même pas jugé bon de s’en indigner (52) !

Véritable bombe géopolitique et civilisationnelle risquant d’embraser le monde et de conforter le clash des civilisations entre l’islam et l’occident que les Rouges, les Bruns et les Verts appellent de leurs voeux pour mener à bien leurs révolutions respectives, l’Irak est devenu la nouvelle destination du Djihad des islamistes du monde entier (vétérans d’Afghanistan, de Tchétchénie, de Bosnie, moujahiddines arabes, etc.). Plus que jamais, les Occidentaux doivent se montrer déterminés et unis pour faire face à la nouvelle offensive d’Al Qaïda et pour rétablir la paix et la stabilité tant en Irak que dans les territoires occupés (car « La route de Bagdad passe par Jérusalem », dit un dicton arabe). Les terribles attentats anti-juifs et anti-britanniques perpétrés à Istanbul, les 15 et 20 novembre 2003, ont servi d’avertissement sanglant aux Occidentaux: le récent repli des forces vives d’Al Qaïda vers l’Irak — pays frontalier de la Turquie , donc d’un candidat à l’entrée dans l’Union Européenne — signifie que les terroristes islamistes cherchent à investir le ventre mou méditerranéen et à profiter de la perméabilité à leur propagande d’une Turquie ré-islamisée. Les Européens ne peuvent plus se permettre de conduire la politique de l'autruche: le danger n'a jamais été aussi pressant.


Alexandre del Valle



Notes

(1) Voir son livre d’entretiens: Carlos, L’Islam révolutionnaire, textes et propos présentés par Jean Michel Vernochet, Éditions du Rocher, Paris, 2003.

(2) Carlos, op. cit, p. 96.

(3) Alain Gresh, Tariq Ramadan, L’Islam en questions, Sindbad-Actes Sud, 2000, p. 29.

(4) Carlos, in Jean Michel Vernochet, op. cit., p. 91.

(5) Voir la page Internet de David Myatt: http://www.geocities.com/davidmyatt/

(6) Amardeep Bassey, Midland Nazi turns to Islam, 16 février 2003, IC Birmingham.
Icnetwork.

(7) Le Monde, 6 mars 2003.

(8) Adolf Hitler déclare dans son "Testament", rapporté par Martin Bormann: « Tout l'islam vibrait à l'annonce de nos victoires. [...]. Que pouvions-nous faire pour les aider […], comme c'eût été notre intérêt et notre devoir ? La présence à nos côtés des Italiens […] créait un malaise chez nos amis de l'islam, [elle nous] a empêché de jouer l'une de nos meilleures cartes: soulever les pays opprimés par les Britanniques. Cette politique aurait suscité l'enthousiasme dans tout l'islam. C'est en effet une particularité du monde musulman que ce qui touche les uns, en bien ou en mal, y est ressenti par tous les autres. […] Les peuples régis par l'islam seront toujours plus proches de nous que la France, en dépit de la parenté du sang. »… Testament d’Hitler, Quartier général du Führer, 4 février au 2 avril 1945, préface de François Genoud.

(9) Christophe Bourseiller, La nouvelle extrême droite, Éditions du Rocher, , p. III.

(10) Christophe Bourseiller rappelle que « l’un des leaders historiques du mouvement
terroriste des Brigades rouges italiennes, Renato Curcio, a démarré sa carrière
politique dans la mouvance Jeune Europe
», liée au GRECE. La nouvelle extrême droite,
op. cit., p. 115.

(11) Communiqué diffusé aux membres du GRECE par Alain de Benoist, président de
ce même groupement, le 20 mars 2003.

(12) Citons le voyage de membres de l’association SOS Enfants d’Irak, dirigée par Jany
Le Pen, l’épouse du président du Front National français (2 février 2003). Ce
pèlerinage suivait de peu celui organisé à l’initiative de l’Association des amitiés
franco-irakiennes, dirigée par l’écrivain souverainiste radical Philippe de Saint-Robert
et l’activiste néo-fasciste Gilles Munier (12 janvier 2003). Nommée "Un avion pour
l’Irak", l’opération fut organisée en coopération avec l’ONG Enfants du Monde. Gilles
Munier a assuré la traduction en France de la première "oeuvre littéraire" de Saddam
Hussein, Zoubeida et le roi (Éditions du Rocher). Cet ancien membre du GRECE écrit
dans Nation européenne, organe du mouvement nationaliste-révolutionnaire Jeune
Europe. C’est de cette organisation à coloration néo-fasciste et violemment antiisraélienne
qu’est issu le premier militant européen mort dans les rangs du Fatah; et n’oublions pas les récurrentes visites de l’Autrichien Jorg Haïder à Bagdad.
Remarquons également que d’autres courants de l’extrême droite européenne furent au rendez-vous de Bagdad en février 2003, notamment des anciens militants du GUD (Groupe Union Défense, mouvement néo-nazi estudiantin français); des animateurs du quotidien italien Rinascita, venus manifester devant le siège des inspecteurs de l’ONU à Bagdad; le Movimiento Social Republicano espagnol; le Mouvement pour la Nation belge; ou encore le réseau radical français (anciennement Unité radicale, groupuscule dissous après l’attentat commis par l’un de ses membres, Maxime Brunerie, contre Jacques Chirac, le 14 juillet 2002). Dénonçant en choeur "l’agression impérialiste en Irak", ces organisations ont tenu à souligner « les importants points de convergence entre l’idéologie baasiste et le nationalisme révolutionnaire ».
Voir "Des soutiens d’extrême droite pour Saddam Hussein", Actualité Juive, 13 février
2003.

(13) Voir le site de David Myatt http://www.geocities.com/davidmyatt/

(14) Membre du parti national-socialiste et de la SS, protégé d’Alfred Rosenberg, Johannes Von Leers devint un ami personnel du Mufti de Jérusalem. Cf. Patrice Chairoff, Dossier néo-nazisme, Ramsay, 1977, p. 450.

(15) Christian Bouchet, Pourquoi avoir créé Unité Radicale, article par sur l’ancien
site d’Unité radicale, aujourd’hui fermé.

(16) Il musulmano, janvier-février 1994.

(17) Cf. Vouloir (revue de géopolitique belge proche de la Nouvelle Droite), numéro
spécial islam, juillet 1992. René Guénon, philosophe traditionaliste converti à l’islam, a
été l’inspirateur majeur des convertis et des défenseurs de l’islamisme radical au sein
de l’extrême droite européenne.

(18) Voir l’ouvrage de Christophe Bourseiller, La nouvelle extrême-droite. Op. cit.

(19) Cf Alexandre del Valle, Le Totalitarisme islamiste à l’assaut des démocraties, Paris,
Syrtes, 2003.

(20) Troy Southgate, entretien en anglais au journal W.O.T.A.N, N°10, février 1997. Voir
aussi W.O.T.A.N sur Internet : http://www.geocities.com/CapitolHill/2286.

(21) Expert en arts martiaux et en actions commando, Myatt est l’auteur de plusieurs
manuels de terrorisme.





à suivre PAGE 2




Dernière édition par invitée le Lun 4 Mar 2013 - 7:40, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: INFILTRATION ET INSTRUMENTALISATION DE L'ISLAM PAR LES SATANISTES : LE NAZISLAMISME   Lun 4 Mar 2013 - 3:34

PAGE 2





(22) "Il ruolo del nazista Ahmed Huber", Corriere della Sera, 25 novembre 2001.

(23) Bertrand Russell, Theory and practice of Bolshevism, Londres, 1979, pp., 5- 29-114.

(24) Carlos, in Jean Michel Vernochet, op. cit., p. 92.

(25) "Carlos : Les Américains, Ben Laden et moi", Jeune Afrique, N°1966, 15-21 septembre 1998.

(26) Communiqué de revendication de l’assassinat de Massimo D’Antona, 22 mars 2003. Nadia Desdemona Lioce fut arrêtée le 2 mars 2003 à la suite d’une fusillade survenue dans le train Rome-Florence et rédigea ce texte en prison.

(27) Ibid.

(28) La Republica, 25 mars 2003.

(29) Texte cité dans "Extrême gauche et islamisme : du rejet à la comprcompréhension", Actualité Juive, 13 février 2003.


(30) Cf. les ouvrages de Pierre-André Taguieff, La nouvelle judéophobie, 2002 ; Emma


A partir de la note 31 : coupure accidentelle des notes sur le blog de l'auteur !





source:
flèche http://blog.alexandredelvalle.com/archives/80-Les-rouges,-les-bruns-et-les-verts,-ou-la-convergence-des-totalitarismes.html




Dernière édition par invitée le Lun 4 Mar 2013 - 7:47, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: INFILTRATION ET INSTRUMENTALISATION DE L'ISLAM PAR LES SATANISTES : LE NAZISLAMISME   Lun 4 Mar 2013 - 7:20

ALLAH VA COMME JE TE POUSSE !





Les militants antifascistes ont toujours eu beaucoup de mal à appréhender les phénomènes en France du racisme, du néo-conservatisme et du fascisme autre que celui à base "nationale" ou européenne, et principalement ceux de culture musulmane: pouvions-nous ou non, par exemple, vider nous-même des manifs pro-Palestine les "barbus" islamistes ou les groupes suspects utilisant la symbolique Magen David = Svastika. Ne passerions-nous pas pour des racistes ou des "suppots du sionisme" à décider de dégager tel individu ou tel groupe politiquement marqué, hors les habituels négationnistes autoproclamés "de gauche" ou tel chefaillon identitaro-nationaliste imprudemment égaré dans la rue ? Les derniers débats sur le voile ont permis de faire un peu de ménage, mais se sont accompagnés aussi de lourds contentieux pas encore réglés. Des éclaircissements demeurent nécessaires.



Les "communautaristes fermés" de l’Islam ont le vent en poupe. Ils profitent de plus de 20 ans d’abandon de la gauche sur la question post-coloniale et de désinvestissement des quartiers périphériques. Les Marches pour l’Égalité du début des années 80 et la naissance d’un mouvement autonome des enfants de l’immigration principalement maghrébine se sont heurtés à un rouleau compresseur de trahison de la gauche institutionnelle, de création du "beur alibi" par récupération individuelle dans les partis, de sabotage de la dynamique d’autonomie par la création de SOS-Racisme qui changera la revendication d’égalité des droits en "antiracisme moral" au profit du PS, sans compter la répression ou le refus de reconnaissance des associations locales au profit des premiers imams de quartier.

Cette politique de l’appel à l’imam, utilisée tant par les pouvoirs de droite que "degôche", consistait dans les périodes de troubles dans les quartiers périphériques, à prendre comme interlocuteur et médiateur un imam, et si cette solution ne marchait pas, on envoyait les flics. Les "frankenstein" au petit pied se rendaient-ils compte alors qu’ils répétaient au calque le scénario utilisé dans les anciennes colonies ? Une ligne toujours suivie actuellement, qui n’est pas sans conséquence dans la formation d’une croyance. Cette pratique est aussi une méthode de division de la population, en créant, ou légitimant, une "troisième force" en fait plus supplétive qu’autre chose contre les associations de quartiers et autres éducateurs forcément soupçonnés de connivences "gauchistes". On a vu cette politique à l’oeuvre dans tout le monde musulman, et pas seulement par les services américains: des régimes ont aidé à l’éclosion et/ou au développement de groupes islamistes pour écarter ou réduire l’influence communiste ou simplement progressiste dans la région. Ceux qui ont joué à ce jeu-là s’en mordent aujourd’hui les doigts: Les Frères Musulmans, Ben Laden, les Talibans ou le Hamas n’auraient pas l’importance qu’ils ont aujourd’hui s’il n’avaient pas reçu l’aide intéressée de divers services occidentaux (ou israéliens dans le cas du Hamas, pour casser l’OLP) dans les années 70 et 80, au nom de l’affrontement Est/Ouest. En France, cette politique a puissamment aidé au développement des premières structures intégristes et islamistes. On comprendra le terme islamiste sur sa définition du "politico-religieux" versus l’adjectif islamique, uniquement religieux.

Pour une jeunesse brisée socialement par la crise et la montée du chômage, cassée politiquement par les attaques portées contre toute dynamique autonome dans ses revendications et par un racisme issu directement de l’imaginaire colonial, coincée entre deux cultures, celles des parents qu’ils ne veulent pas forcément assumer et celle de la France qui ne les reconnaît qu’en termes de devoirs et de contrôles d’identité, la vie ne se conjugue plus qu’en terme de discriminations multiples, en perte de sens et de perspectives d’avenir. C’est le cocktail idéal pour favoriser le repli identitaire. Certaines formes d’Islam, accompagnées d’un substrat victimaire lié à l’histoire de la colonisation, et d’accusation sur l’ennemi de racisme réel ou supposé, vont offrir les réponses que les autres forces politiques et sociales ne sont plus en mesure, ou en volonté, d’apporter...

Les premières générations de l’immigration maghrébine ne se sont pas positionnées par rapport à l’Islam. La plupart des orgas laïques sont à visées sociales ou politiques (AMF, ATMF, UTIT/FTCR..), généralement actives sur le terrain anti-discriminatoire, culturel et de défense des sans-papiers. Leur histoire est souvent liée à celle des luttes progressistes anticolonialistes ou anti-impérialistes, ou aussi à celles des luttes ouvrières sur le territoire français. Quant aux organisations cultuelles existantes, elles étaient - et sont généralement toujours - solidement rattachées au pays d’origine et parfois à leur régime (Mosquée de Paris pour l’Algérie, FNMF pour le Maroc, CCMTF pour la Turquie..., toutes membres du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM) monté à l’initiative de Sarkozy). Mais l’actualité internationale va donner toutes les bases nécessaires pour l’identification nécessaire à la construction d’une nouvelle identité collective à une jeunesse en déshérence: parallèlement à la montée des tendances favorisées par les régimes au pouvoir ou les services occidentaux pour combattre les progressistes, on voit la victoire de la révolution islamiste en Iran en 79, celle de la résistance afghane, surtout dans ses sphères les plus réacs, contre l’armée rouge dans les années 80, la première intifada et ses suites en Israël/Palestine, la première guerre du Golfe, et bien évidemment la guerre civile algérienne des années 90: les islamistes privés de leur victoire électorale contre un régime corrompu font de leur "pureté" un argument qui n’est pas sans toucher certains secteurs des quartiers périphériques.

La première affaire du voile, en 1989, a permis l’apparition au grand jour de plusieurs groupes et tendances porteuses de l’intégrisme et de l’islamisme en France . En première ligne le Tabligh et l’Union des Organisations Islamiques de France (UOIF).




Les Témoins de Jéhovah de l’Islam

Le Jamaa at-Tabligh, ou groupe de prédication, est un mouvement piétiste et missionnaire d’origine indienne, de l’école déobandie. Son association française de référence s’appelle Foi et Pratique est enregistrée depuis 1972. Ce sont les Témoins de Jéhovah de l’Islam. Leur célébrité médiatique doit beaucoup à leur apparence: barbe plus ou moins longue selon leur ancienneté dans le mouvement, djellaba ou gandoura blanche, calotte sur la tête et une paire de Reebok ou de Nike aux pieds. Ils sillonnent tous les quartiers habités par les populations d’origines musulmanes pour ramener les jeunes paumés sur le "droit chemin" d’Allah. leur vision de l’Islam, très fermée, se veut strictement apolitique, moraliste, non violente, de tradition mystique et soufie. Le mouvement s’est répandu, grâce à ses missionnaires, par vagues successives: années 1940 dans les pays musulmans (Arabie, Turquie...), les pays industrialisés dans les années 1950-1960 (États-Unis, Grande-Bretagne, Japon, Canada...) pour toucher finalement le reste du monde, dont la France. Ces missionnaires cultivent l’ascèse et sont très rigoristes sur leurs pratiques, religieuses comme de consommation, et le jeune qui va se "reconstruire" au Tabligh entre rapidement dans une dérive sectaire . Malgré tous les efforts des RG, on n’a pas pu découvrir une seule preuve de leur implication dans le terrorisme islamiste. Les mosquées leur doivent beaucoup, puisqu’ils ont été les premiers à les revendiquer dans les années 70, et c’est dans leurs rangs que l’on compte les premiers imams à prêcher la "paix d’Allah" dans les banlieues, avec le soutien appuyé des autorités laïques, républicaines et post-coloniales.




Les frères barbus

Née en 1983, l’Union des organisations islamiques de France (UOIF) est devenue en 20 ans un interlocuteur privilégié de l’État français pour la gestion de l’islam en France. L’UOIF occupe actuellement un tiers des sièges au Conseil français du culte musulman (CFCM). Sarkozy se plait à identifier l’organisation comme les orthodoxes de l’Islam. Ce n’est qu’en partie vrai et ça permet de rassurer les masses; ils sont en grande partie les représentants en France de la confrérie des Frères Musulmans (Irhwouane Al-Muslimoun), première apparition islamiste moderne dans le monde musulman, dès les années 30. Cette familiarité sent assez le souffre pour que l’UOIF tente de s’en défendre, mais on peut considérer qu’elle rallie des tendances allant de l’orthodoxie conservatrice aux fondamentalistes; en termes cathos, on dirait: "des démocrates-chrétiens aux cathos intégristes". C’est en tout cas l’organisation qui a la base sociale la plus forte et la plus militante, comme en témoigne le succès croissant de ses rassemblements annuels du Bourget. Autour d’elle gravitent des organisations de masse actives: Ligue française de la femme musulmane, Étudiants musulmans de France, Jeunes musulmans de France, Secours islamique.... Elle contrôle d’importantes mosquées comme Lille ou Bordeaux. Elle apparaît aussi comme la plus indépendante, non liée aux États du Maghreb, moins soumise à l’État français, pour peu qu’on évite les provocations, même si elle a bénéficié de subventions issues du Golfe et des faveurs de ministres ou de députés, généralement de droite. Le fait qu’elle soit héritière des Frères Musulmans ne la rend pas beaucoup plus "intégriste", dans sa réalité de terrain, que ses rivales, même si des islamistes y sont présents. On sait que les Frères ne sont pas un bloc uniforme et les spécialistes connaissent bien leurs capacité d’adaptation à toutes les situations politiques, de la clandestinité et la lutte armée sous la dictature à la participation au multipartisme. Le but proclamé de l’UOIF est de sortir du confinement victimaire les musulmans et d’organiser "l’Islam de France" et non plus "en France", comme l’ont longtemps fait les organisations algériennes, marocaines ou turques. Mais cette "organisation de l’Islam de France" peut aller loin: Ahmed Jaballah, cofondateur de l’UOIF, avait déclaré: « L’UOIF est une fusée à deux étages. Le premier étage est démocratique, le second mettra en orbite une société islamique. » Youssef al-Qaradhawi, mentor des Frères musulmans et chef du Conseil européen de la fatwa et de l’institut de formation des imams de l’UOIF souhaiterait la restauration du califat dans les pays musulmans et bloquer tout effort d’adaptation pour les musulmans vivant en Europe, ce qui rentrerait pourtant en contradiction avec les efforts actuellement déployés par l’UOIF. Ce théologien, à la tête d’une fortune colossale acquise comme conseiller religieux de la plupart des grandes banques islamiques dans le monde, est aussi prédicateur télé sur la chaîne Al-Jazira, où il prêche un islam très rigoureux et politiquement très radical. Hani Ramadan, frère de Tariq (voir encadré), directeur du Centre Islamique de Genève et orateur régulier de l’UOIF, s’est rendu célèbre dans un article publié dans Le Monde en justifiant la lapidation et déclarant que le SIDA était une punition divine. Hassan Iquioussen, l’un des prédicateurs vedette des jeunes de l’UOIF, ne cesse de démontrer le "complot juif contre l’Islam", depuis la naissance de celui-ci, et parle des relations garçons-filles en des termes que ne renierait pas la plus catho-intégriste des directrices du couvent des oiseaux: entre un garçon et une fille, le shaïtan, le diable, est forcément au milieu...

Pour le chercheur Frank Fregosi, « L’UOIF fonctionne comme un lobby religieux qui veut peser dans le débat social. C’est en quelque sorte une grande mutuelle islamique, qui cherche à fédérer des exigences spirituelles et des revendications plus politiques. Actuellement, par l’entremise de Fouad Alaoui, son secrétaire général, c’est l’aile politique qui tient les rênes. » Il estime par ailleurs que par son entrée au sein du CFCM, « l’UOIF va se "notabiliser". Ses responsables vont en tout cas se trouver face à une contradiction: donner des gages de respectabilité sans se couper d’une base militante qui n’est pas forcément prête à faire des concessions, notamment sur la question du voile. » Ca n’annonce rien de bon si l’on considère que grâce à sa position dans le CFCM, l’UOIF va être en mesure de former plusieurs centaines d’imams, contre 15 par an auparavant. L’autre gagnant de l’affaire est l’UMP: ce n’est pas par hasard si Sarkozy soigne tant ses ouailles de l’UOIF et leur offre ce cadeau sur la formation des imams; ce n’est pas par hasard non plus si Christine Boutin a été invitée au dernier rassemblement du Bourget, ou si des députés UMP comme Raoult et Roubaud ont déposé devant le parlement des propositions de loi contre le blasphème, à la demande d’une association musulmane: l’UMP a été plus rapide à comprendre que le PS que le vote des Français de culture musulmane va peser de plus en plus lourd, et l’UOIF, comme d’autres organisations telle l’Union des Associations Musulmanes-93, partage avec l’UMP de par les valeurs et aussi la sociologie de ses cadres un grand nombre d’intérêts qui peuvent trouver de juteuses conclusions électorales.

Mais de sérieux couacs traversent l’UOIF, prouvant par ailleurs que nous n’avons pas affaire à une entité homogène: si la grande majorité de l’organisation s’est prononcé en faveur du port du voile, Tareq Oubrou, chef des imams de l’UOIF sur Bordeaux, a reconnu que le voile est une prescription, et non un commandement divin. Le seul hadith (d’Asma) faisant référence à l’obligation du voile pour les femmes n’est pas, selon Oubrou, "authentique", affirmation qui lui a fortement été reprochée. Autre hic, de taille: les organisations de jeunes prêtent aussi une oreille plus qu’attentive aux discours du prédicateur et théologien Tariq Ramadan. Or, si celui-ci reste un religieux, ses amitiés politiques vont plus vers les milieux de gauche, plutôt altermondialistes (voir encadré "Ramadantitaire ?"), que vers la droite, et ces fissures dans le bloc risquent d’affaiblir la politique de rapport de force que tente l’UOIF face au gouvernement.

L’UOIF n’est pas absente du dialogue inter-religieux, par ses rencontres avec le Conseil représentatif des institutions juives, ou sa participation au lancement de l’association "d’amitié judéo-musulmane " (créée sous l’égide du consistoire et de la mosquée de Paris). Par ce biais, le CRIF a longtemps supplié, mais en vain malgré quelques promesses, que l’UOIF retire de ses points de vente les cassettes d’ Hassan Iquioussen, cité plus haut, qui n’est pourtant pas une exception dans l’UOIF. Mais que pense le CRIF, dont le président Cukierman soutient mordicus la politique israélienne sur les Territoires occupés, du soutien total que l’UOIF apporte au Hamas, branche palestinienne des Frères Musulmans ? Il est pourtant bien clair que si le Hamas, en tant qu’organisation, recherche des représentants en France, c’est plutôt à l’UOIF qu’il viendra les trouver. On suivra avec curiosité cette construction d’une diplomatie parallèle. En tout cas, leur tentative de médiation dans l’affaire des otages français en Irak et leurs consignes d’apaisement pendant la révolte des quartiers en font un réel partenaire avec qui le gouvernement doit compter, et non une simple organisation-marionnette.




Les cinglés d’Allah

Les salafistes sont les plus fondamentalistes de par leur idéologie. Leur nom vient de "salaf" - "les pieux ancêtres", disciples de Mohammed et ses successeurs des deux générations suivantes. Après, c’est la "mécréance", l’innovation, les philosophies, donc l’horreur... Bien entendu, ils sont en rupture totale avec la société occidentale. Ils compteraient dans leurs rangs une centaine de prédicateurs, et contrôleraient une quinzaine de mosquées. Ils seraient implantés sur Sartrouville, Stains, Aulnay- sous-Bois, Longjumeau, Villeneuve-la-Garenne, Ecquevilly, Nanterre et Pontoise, pour la région parisienne, et Amiens, Orléans, Grenoble, Valence, Beauvais, Pau, Bron, Roubaix ou Marseille... Par leur apparence, on pourrait les confondre avec les tablighis auxquels ils font concurrence dans le prosélytisme. Barbus pour la plupart, ils portent souvent une tunique (khamis) jusqu’à mi-mollet, et, en général, un survêtement et des chaussures de sport. Les femmes, bien entendu, sont voilées, au maximum, si on les laisse sortir de chez elles... Très volontaristes, ils s’emparent de mosquées en s’y investissant en nombre et animent des séminaires et des rencontres en présence d’oulémas venus exprès d’Arabie Saoudite. Très sectaires, ils développent leurs propres boutiques, leurs propres associations sportives, leurs propres réseaux de structures éducatives, notamment par des crèches clandestines.

Ils se revendiquent des penseurs Ibn Taymiyya, XIIIe siècle, et d’Ibn Abd al-Wahhab, un cheikh du XVIIIe siècle à l’origine du courant puritain qui domine l’Arabie saoudite depuis la fondation du royaume des Saoud, en 1926, d’où le nom de wahhabites qui leur est souvent accolé. Sans compromis, toutes les autres formes d’Islam leur sont suspectes, y compris celles développées par les Frères Musulmans, et donc l’UOIF. Abdel Aziz ben Baz, feu grand mufti d’Arabie saoudite, dans l’une de ses fatwas, condamnait à mort toute personne soutenant que le soleil est immobile, car cette théorie irait à l’encontre de la parole du Prophète... Ca renifle le bûcher ! Abdelkader Bouziane, le célèbre imam de Vénissieux partisan des châtiments corporels à l’encontre des femmes adultères (« mais sur les fesses » !!...) fait carrément figure de "modéré" dans ce milieu. C’est de ces "fous de Dieu" que sont issus la plupart des "djihadistes", les groupes terroristes tels que le "Takfir wal hijra" ("anathème et exil") en Égypte, le GIA et les Groupes Salafistes de Prédication et de Combat algériens (GSPC), et bien entendu le réseau Al Qaeda.

Les attentats des métro Saint-Michel et Maison-Blanche et la dérive tragique du jeune terroriste français Khaled Kelkal en 1995 font partie de l’histoire des salafistes "djihadistes" français (et internationaux, puisque liés au GIA algérien).

Mais le salafisme en France n’est pas un courant organisé en tant que tel, comme il peut l’être par exemple en Grande-Bretagne, dans le "Londonistan". Il s’agit plus d’une mouvance influencée par les écrits et prêches, wahhabites notamment, diffusés dans tout l’espace islamique français.

Il est tout de même nécessaire, quand on aborde l’étude de ces courants, de souligner quelques points, comme l’a fait Bernard Dréano dans son texte Regard sur le "PIF" - Notes sur l’islam politique en France, principale référence du présent article et qu’il est nécessaire de consulter pour une vision plus globale du Paysage Islamique Français (PIF):

de nombreuses organisations ne sont pas homogènes; à la base la majorité des croyants militants ne sont pas adhérents formels d’une organisation ou le sont indirectement à travers un groupe local plus ou moins organisé (il existe entre un et deux milliers d’associations actives qui indiquent un objet social en relation avec l’Islam); les frontières entre organisations sont souvent floues, il existe de plus en plus de petits groupes de jeunes auto-organisés qui se "bricolent" une identité islamique, qui peut être aussi bien très ouverte que très sectaire, tout à fait indépendante ou plus ou moins vaguement liée à une des organisations citées ci dessous; évidemment, ce type d’auto-organisation échappe à l’observation superficielle.

Depuis quelques années, d’autres mouvements sont sortis de la marge grâce à l’actualité et aux médias, et tentent de concurrencer les grosses organisations. Il est vrai qu’à force de réduire la question de l’immigration à la question religieuse, et donc de guerre de civilisation, beaucoup à droite et à gauche ont joué avec le feu et ouvert la voie aux démagogues. Surfant tout autant sur le communautarisme "musulman", ces nouvelles orgas se veulent plus politiques que religieuses, et voient tourner autour d’elles quelques figures cette fois beaucoup mieux connues des antifascistes, et dont le point commun est la haine du Juif, sous couvert d’antisionisme; mais leur importance ne vaut que par leur activisme, et celui-ci ne s’est pas beaucoup manifesté depuis les mobilisations contre la loi sur les symboles religieux.




Fafs verts et démagos

Au premier rang, le Parti des Musulmans de France, fondé en 1997 par Mohamed Ennacer Latrèche pour « libérer les musulmans de France de l’influence du Parti Socialiste » qu’il jugeait « sionisé » et pour « les 7 millions de musulmans qui ont renoncé à rentrer dans leur pays ». Il revendique 2000 militants, principalement sur Strasbourg, en fait probablement 10 fois moins. Après un échec au législatives de 2002 où il ramasse moins de 1% des voix, Latrèche s’est fait un nom au niveau national en 2003 en allant bruyamment jouer les boucliers humains en Irak. Il emporte dans ses bagages Hervé Van Laethem, führer du groupement belge Nation (cf dans ce numéro), ainsi que quelques autres fafs français proches des Cercles Résistances de Christian Bouchet, des Belges et des Italiens. Il utilisera d’ailleurs souvent la situation au Moyen-Orient pour ses discours marqués par la haine du "sionisme", en l’occurrence clairement des Juifs. Certains slogans assenés dans les cortèges du PMF, lors des manifestations pro-palestiniennes, dépassent le soutenable, comme un « mort aux juifs » à Strasbourg en 2000. Malgré des mises en examen, Latrèche lui-même n’a jamais pu être condamné. On l’a souvent vu, en manif comme en réunion publique sur l’Irak, en compagnie du négationniste Serge Thion. Dans la famille néga tendance Vieille Taupe, Ginette Skandrani, ex-verte venue de l’ultra-gauche, tellement investie dans le combat pro-palestinien qu’elle en oublie les frontières de l’éthique, copine de Garaudy, a accompagné cousin Serge chez le PMF, et son association La pierre et l’Olivier a co-publié avec la bande à Latrèche Le Manifeste judéo-nazi d’Ariel Sharon, prêtant à l’ex-premier ministre des propos violemment racistes (d’après Amos Oz, si le texte est authentique, ce n’est pas Sharon qui en est l’auteur). Autres co-publieurs et collègues négationnistes, vieux potes de Ginette, Mondher Sfar et son Collectif de la Communauté tunisienne en Europe ou Tawkik Mathlouti, inventeur du Mecca-Cola, directeur de Radio-Méditerranée, où sévit l’ensemble de cette petite bande plus quelques personnages hauts en couleur comme l’avocate Isabelle Coutant-Peyre, devenue la femme du terroriste Carlos (Illitch Ramirez Sanchez) et le maintenant mieux connu militant négationniste Israël Shamir/Jöran Jermas/Adam Ermash. Latrèche renvoie d’ailleurs la balle à tous ses amis: son service d’ordre n’a-t-il pas protégé des diffeurs de tracts de la Vieille Taupe en 2002 ? Thion lui adresse ses très officiels remerciements dans le journal islamiste At-Tajdid, en avril, publié au Maroc.

On a dit Latrèche proche de Robert Grossmann, l’actuel président UMP de la Communauté urbaine de Strasbourg, qui se serait commis au début de sa carrière politique avec le vieux NPD allemand du néo-nazi Adolf Von Thadden. C’est faux. Il semble que la rumeur ait fait partie d’une cabale interne à l’UMP pour couler Grossman (comme quoi l’affaire Clearstream n’est pas une première chez ces gens-là).

Latrèche, décidément plus intéressé par les pays arabes laïques, ira aussi en Syrie où il dit avoir rencontré le général Tlass, alors ministre de la défense, antisémite forcené et par ailleurs vieux copain des néo-nazis français (cf Réflexes n°51 et n°4 nouvelle série). En passant par Beyrouth, il rencontrera le Hezbollah, qu’il ne cessera ensuite de soutenir par radicalisme antisioniste (le Hezbollah est chiite, et lui sunnite; il fallait bien une bonne raison pour les rapprocher). À Strabourg, il fréquente le Milli Görus, mouvement proche des islamistes conservateurs en Turquie, très implanté surtout en Allemagne.

Son heure médiatique sonne lors des mobilisations des musulmans radicaux contre l’interdiction du port de voile dans les établissements scolaires publics. Il est le principal et très opportuniste organisateur de la manifestation du samedi 17 janvier et l’un des principaux signataires de l’appel à la manif du 7 février 2004, cette fois en réaction à la mobilisation pour le 14 février appelé par le collectif "Une école pour tou-te-s" (voir encadré Ramadantitaire ?)




Agitateurs et négationnistes

Autre sigle intéressant, le Mouvement Justice et Dignité de Fouad Bahri, créé tout exprès pour la manifestation ultra-réac du 7 février 2004 "contre l’islamophobie", qui regroupe un certain nombre d’associations dans les responsables s’entrecroisent à qui mieux mieux, mais où l’on retrouve d’intéressants curricula. Fouad Bahri préside aussi Justice Islam Dignité. Pour le FARES (Face au racisme, ensemble et solidaire), revoilà Jean-Paul Cruse, ex-mao, ex-PCF, dont l’article paru en 94 dans L’Idiot International avait été à l’origine du scandale des "connexions bruns-rouges" (voir encadré dans la page Dieudonné). Cruse est passé logiquement au souverainisme, puis plus curieusement à la liste Euro-Palestine où il dénonce hautement le « parti-pris sioniste des médias français », cela ne l’empêche pas de bosser à VSD. Entretemps, il aura servi de nègre à l’ex-capitaine Paul Barril, ancien du GIGN et de la cellule antiterroriste de l’Élysée, impliqué dans l’affaire des irlandais de Vincennes, l’affaire des écoutes de l’Élysée, et depuis dans pas mal de coups tordus en Afrique, principalement au Rwanda pendant le génocide et pendant la guerre au Congo-Brazzaville. Dans un des sites souverainistes auxquels il collabore, Cruse avait salué « le défi lancé, le 11 septembre par un commando de rebelles venus du Grand Sud frapper le Centre Mondial du Commerce International - au prix, hélas- de plusieurs milliers de victimes ("dégâts collatéraux") ».

Dans le MJD, on trouve aussi la Ligue internationale pour la défense de l’islam et des musulmans (LIDIM), qui a écrit à l’Académie Française pour que dans les écrits dans la langue de Molière, Mahomet redevienne Mohamed. L’un des principaux dirigeants, le converti Saadek Bagdad Maata (Makhlouq), s’est aussi présenté sur les listes de l’Union Française pour la Cohésion Nationale de Matoub Lounès, et qui malgré son nom, vise exclusivement une clientèle très communautaire en participant aux élections sur un registre paradoxalement très républicain, dont le discours n’est pas sans rappeler Chevènement. Il est vrai que Maata y a fait un bref passage. UFCN et LIDIM déclarent se démarquer du FARES, dont ils disent ne pas partager les "positions négationnistes". Pipeau ? Maata, dans ses discours et ses textes, passe plusieurs fois les limites de l’antisémitisme.

Pour mémoire, les autres signataires de l’appel à la manif du 7 février sont le CLBA (Comité de lutte contre la barbarie et l’arbitraire), basé à Aix-en-Provence. Antisioniste radical, il se mobilise en faveur des prisonniers du Hezbollah et du Hamas détenus par l’État hébreu, et ont fait campagne pour la libération du communiste combattant libanais George Ibrahim Abdallah, emprisonné en France (qui refuse d’ailleurs leur soutien). Chiites pro-iraniens, sunnites Frères Musulmans et ex-communistes athées... curieux mélange qui devrait sentir le soufre pour des partisans de la "pureté". La haine du juif, déclinée ou non sous une couverture "antisioniste" extra-large explique tout... On trouvera aussi le RTL (Rassemblement des Tunisiens libres), qui regroupe des opposants pro-islamistes au régime de Ben Ali.

On a également beaucoup vu agir et parler Nouari Khiari, alias Abdelnour, alias Lerappel, un copain de Farid Smahi, conseiller régional FN d’Île-de-France et qu’il a accompagné au FN jusqu’après 2002 (il a dansé de joie au "Paquebot" à Saint-Cloud le soir du 1er tour favorable à Le Pen) Ils étaient ensemble dans l ‘association d’extrême droite "arabisme et francité". Lors de la manifestation du 20 décembre 2003, c’est lui qui était chargé du service d’ordre, recruté dans les banlieues où la deuxième intifada a servi de base de politisation pour toute une génération, et en profitait pour tenir des discours très radicaux. Cet intérêt pour le recrutement dans les banlieues ne date pas d’hier: alors qu’il était avec Farid Smahi, c’est à dire proche du FN, il entraînait déjà de jeunes idéalistes en les faisant courir au Parc des Buttes Chaumont, tout en leur promettant l’Afghanistan ou l’Irak. À priori, personne de ce milieu n’a réussi à faire le voyage. On se souviendra que, lors de l’enquête sur la DPS, le SO du FN, l’une de leur mission était de créer une stratégie de la tension au coeur des banlieues. Khiari visait-il les mêmes objectifs ? Fin novembre 2004, c’est encore lui qui anime l’un des SO du rassemblement contre le gala de soutien à Tsahal, ou les organisations pro-palestiniennes se déchiraient déjà sur les limites antisémitisme/antisionisme.

En janvier 2005, il offre un repas au contributeurs du site/forum Mejliss.com, une excroissance d’Oumma.com, qui en avait sa claque de se faire traiter d’islamiste à cause d’interventions répétées de tordus d’Allah et de crétins antisémites. Khiari, sous le pseudo de Lerappel, était l’un des plus actifs participants. Thomas Abdallah Milcent, converti devenu une figure de l’islamisme français (branche turque, ben oui) était aussi présent. Khiari aurait payé la salle (600 euros) avec l’argent récolté dans la soirée pour une association, Asso-Partage, afin de payer les frais d’hospitalisation d’une gamine malade. Escroquerie ? Il a été interpellé en 2005 pour « banqueroute par détournement d’actifs, défaut de comptabilité, abus de biens sociaux, financement du terrorisme et association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste ». Courageux et bon camarade, il balance un paquet de ses connaissances au juge Bruguière, dont deux seulement seront retenues. À sa sortie de préventive, on l’a vu se précipiter au restaurant de l’ex-champion olympique Djamel Bourras, un gentil garçon jouant le rôle d’idiot utile. Khiari lui demande de se méfier, qu’il est sous écoute et que leurs conversations ont été enregistrées. Il est vrai que Khiari a entrainé Bourras dans le soutien à la chaine du Hezbollah Al-Manar, dont la diffusion en France a été interdite. Ils retrouveront Cruse, Skandrani, Monder Sfar et Maata/Makhlouq...

À leurs côtés dans les mobilisations contre le voile et avec Mohamed Latrèche, Rachid Benaïssa, un intellectuel islamiste algérien francophone, proche du FIS, admirateur proclamé d’Alain de Benoist (période anti-métissage) et de Julius Evola. Il a d’ailleurs fait l’objet d’une longue interview dans Éléments (n. 77, 1993). Pour lui « l’Islam (...) représente une chance pour la France et pour les Français soucieux de se réenraciner dans leur foi d’appartenance - par une sorte d’opposition différenciée, de contagion mimétique ». Bref, un intellectuel organique, comme aurait dit De Benoist.

Lors d’un rassemblement pour protester contre un gala au profit des garde-frontières israéliens "Magav", le 12 janvier 2005, Cruse et Skandrani ont tenté de s’incruster, ce qui a entrainé une petite échauffourée entre des organisateurs furieux de voir la récup de la famille négationniste et des militants de la LIDIM présents (plus tard, la Ligue de Défense Juive a aussi attaqué, on ne sait plus où donner de la tête sur ce terrain). Il n’est pas rare maintenant de voir des bandes de jeunes fraichement politisés ou sensibilisés se faire manoeuvrer dans les manifs et rassemblements par divers groupes et individus de type PMF ou Khiari, qui les amènent sur des cortèges où flottent les drapeaux du Hamas ou du Hezbollah [1]. Cela ne dégénère pas seulement au niveau des slogans clairement antisémites ou politico religieux (la prière à Allah transformée en slogan), mais au niveau physique: le 22 mars 2003, l’attaque par une de ces bandes sur des militants puis sur le local du groupe de "gauche sioniste" Hashomer Hatzaïr a bien été provoquée: "Abdelnour" Khiari a été vu en train de montrer du doigt le petit groupe en train de sortir d’une réunion de leur local, amenant par ses cris la ruée d’une bande de jeunes persuadés de s’attaquer à un commando du Betar ou de la LDJ. Khiari savait-il ou non qu’Hashomer Hatzaïr avait son siège dans cette rue ? Vu l’ambiance parano qui régnait dans les cortèges suite aux précédentes attaques de l’extrême-droite sioniste, on peut, pour une fois, lui laisser le bénéfice du doute.

Toute la petite bande du MJD, Cruse en tête, a aussi essayé de manoeuvrer dans une réunion du collectif "Une École pour Tou-te-s", rassemblement contre la loi sur le voile réunissant des groupes ou individus musulmans, plutôt de sympathies ramadanistes, des militants du MIB, des féministes, des militants de gauche plutôt alterglobalistes, du CEDETIM, etc... Ils se sont fait vertement jeter, ne sont plus revenus et ont décidé de préparer la manif du 7 février avec le PMF de Latrèche, pour court-circuiter celle du 14 organisée par "Une École pour Tou-te-s". C’était mesquin...


Citizen Caïn




Encadré : RAMADANTITAIRE ?

Depuis plusieurs années, les débats font rage autour de la personnalité du très médiatique théologien Tariq Ramadan, accusé d’un côté d’être un fondamentaliste religieux antisémite et sexiste adepte de la lapidation et du double discours, présenté de l’autre comme un réformiste de l’Islam, antiglobaliste et constructeur d’une "théologie islamique de la libération", à l’instar du mouvement chrétien progressiste latino-américain. Si on pose sur la question une vision purement athéiste et anticléricale, le débat est clos ! L’homme est effectivement et avant tout un croyant, et tout son discours et son engagement y trouvent sa base. Si nous nous laissons piéger par le spectacle médiatique et éditorial, le terrain est assez miné, et le personnage assez charismatique pour que le débat ne dépasse pas le stade passionnel, donc antipolitique. Comme en outre il a le tort de vouloir plaire à tout le monde pour multiplier l’impact de ses idées, ça ne facilite pas la compréhension. Ses discours visent en priorité la clientèle jeune des conservateurs réacs de l’UOIF, qu’il espère leur piquer, mais ses amitiés politiques vont vers la gauche alterglobaliste, et certainement pas à droite, comme ses frères ennemis de l’UOIF.

Il nous semble beaucoup plus intéressant de nous attacher aux structures se revendiquant peu ou prou des discours de Ramadan et leurs actions sur le terrain. On s’aperçoit alors que pas mal de groupes issus des Jeunes Musulmans de France (JMF) ou des Étudiants Musulmans de France (EMF) développent des pratiques associatives et politiques ouvertes, généralement en partenariat, voire à l’intérieur de structures associatives classiques, de quartiers, antiracistes, d’éducation populaire, etc... Précisons bien: pas mal de ces groupes, et non pas la totalité de ces structures. L’Union des Jeunes Musulmans et le Collectif des Musulmans de France, proches de Ramadan, sont sur cette position d’ouverture. Stratégie d’entrisme ? Ce n’est pas toujours à écarter, mais c’est peu probable. Ne faisons pas non plus dans l’angélisme: l’UJM notamment a du chemin à faire, si l’on se réfère à son site qui offre des prêches d’Hani Ramadan (l’autre) ou d’Hassan Iquioussen.

Mais les militants actifs dans les quartiers périphériques n’ont pas manqué de voir ces groupes mobilisées contre les violences policières, aux côtés du MIB et parfois d’Act Up [2], contre les déportations de sans-papiers et les menaces qui pèsent sur leurs enfants dans les écoles, et en général contre les discriminations. Les réunions autour du collectif "Une École pour Tou-te-s", au moment des mobilisations contre la loi sur le voile, auront permis des rencontres fécondes et des débats passionnants - entre cette mouvance, d’autres groupes issus de la décolonisation type MIB ou Divercités, des féministes, des militants de gauche aux multiples obédiences, des acteurs de la solidarité internationale, des associatifs... - et aussi des cassures nettes avec d’autres tendances ouvertement réactionnaires et fermées: quand le collectif a appelé à la manif contre la loi interdisant le foulard du 14 février 2004, les communautaristes fermés voire fascisants du PMF et du MJD se sont empressés d’appeler à leur propre manif le 7 février, et l’UOIF, après quelques atermoiements, a décidé de... ne pas la désavouer. Ainsi, les choses étaient claires. Tout aussi claire a été la réaction des JMF et de l’EMF, pourtant liés à l’UOIF, qui ont rallié l’appel du 14 février, créant ainsi un gros bordel dans le milieu de l’islam politique et un judicieux vide sanitaire entre les partisans du communautarisme cadenassé et ceux de l’inclusion dans la vie sociale. Les mois et les années à venir seront donc déterminants dans la direction que prendront les militants se réclamant d’une réforme de l’Islam: suivi d’une voie de type "Témoignage Chrétien" ou Jeunesse Ouvrière Chrétienne des temps héroïques, comme le laisseraient espérer des discours qui ne sont pas sans rappeler celui des jeunes chrétiens futurs résistants des années 30 ou retour à la réaction ? L’investissement des militants libertaires et/ou de gauche radicale dans les luttes des quartiers périphériques et dans les débats sur le post-colonialisme sera tout aussi déterminant que celui des militants musulmans proclamés dans les luttes sociales et sociétales.


Citizen Caïn




[1] Le Hamas et le Hezbollah sont considérées comme des forces de résistance contre l’occupant ou l’agresseur israélien. C’est effectivement le cas. Cela les rend-il fréquentables ? Nous n’aimons pas les partis de Dieu, d’Allah ou de Yahvé, nous n’aimons pas les partisans d’un ordre moral et/ou totalitaire, et nous n’oublions pas que le Hezbollah a été plus qu’impliqué dans les attentats aveugles de 1986 à Paris (13 morts, plusieurs centaines de blessés). Quant aux missiles lancés sur des civils, soit-disant en réponse aux Israéliens... ils veulent imiter Tsahal dans la logique du crime de guerre ? C’est parfaitement réussi...

[2] ce qui a donné de savoureux débats entre militants à Dammarie (77) et ailleurs, entre autres sur l’homosexualité. Certes, on ne peut demander à des militants aux bases religieuses affirmées de devenir du jour au lendemain totalement progressistes sur des sujets de société, mais l’existence même de ces discussions entre militants unis sur une même cause était en soi pleine d’enseignements et d’interactions, voire d’évolutions. De chaque côté, mais oui...




source:
flèche http://reflexes.samizdat.net/spip.php?article312




Je vous recommande fortement ce site pour ses nombreux articles édifiants mettant en lumière les liens entre des individus comme Christian Bouchet liés à la mouvance néonazie/extrême droite - qui n'est que la continuité du nazisme, création, il faut le rappeler, des loges occultes qui président à la marche du monde vers le NWO antichristique - et divers mouvances comme la mouvance indentitaire, la mouvance islamiste, la mouvance conspirationniste.

On peut notamment y trouver ce schéma de cette extrême droite parrainée par les loges occultes:
flèche http://reflexes.samizdat.net/IMG/pdf/schema-extreme-droite-2013-petit.pdf


Ceci dit, la gauche, extrême ou non, a les mêmes parrains et apporte donc également son soutien aux groupes nazislamistes. Voir par exemple l'article d'Alexandre Del Valle LES ROUGES, LES BRUNS ET LES VERTS, OU LA CONVERGENCE DES TOTALITARISMES ci-dessus.









Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: INFILTRATION ET INSTRUMENTALISATION DE L'ISLAM PAR LES SATANISTES : LE NAZISLAMISME   Lun 1 Juil 2013 - 15:42

JAMAAT-E-ISLAMI EN GRANDE BRETAGNE




Jamaat-e-Islami, un groupe islamiste fondamentaliste bangladais responsable de génocide en 1971, s'est imposé comme une force de premier plan parmi les musulmans britanniques.


Quarante ans après que les forces pakistanaises et leurs collaborateurs islamistes aient assassiné des centaines de milliers de personnes, il y a enfin un semblant de justice au Bangladesh. Sur les dix personnes accusées d'actes de génocide par le Tribunal des crimes de guerre du Bangladesh, huit d'entre elles sont issues de la mouvance islamiste, Jamaat-e-Islami.

En Occident, où la plupart des criminels de guerre impliqués dans les atrocités de 1971 ont fui, le mouvement Jamaat est devenu un puissant leader au sein des communautés musulmanes.

Les chiffres officiels du Bangladesh affirment que les soldats pakistanais et leurs collaborateurs de Jamaat ont tué environ trois millions de personnes, violé près de 200.000 femmes, et obligé des dizaines de millions à fuir leurs maisons. Au moment du génocide, un responsable américain a été cité disant: « C'est le truc délibéré le plus incroyable depuis l'époque des nazis en Pologne. »

Plus tôt ce mois-ci, le tribunal des crimes de guerre a rendu une sentence à vie contre Abdul Quader Mollah, une personnalité de premier plan du Jamaat-e-Islami, pour son rôle dans les atrocités de 1971. Il est sorti de la Cour suprême le 4 Février, en offrant un signe de la victoire à ses partisans. Connu comme le " boucher de Mirpur", le mollah a été reconnu coupable d'avoir décapité un poète, violé une fillette de 11 ans, et tué 344 personnes.

Des centaines de milliers de Bangladais ont jugé une peine de prison trop bénigne; de très importantes manifestations ont eu lieu pendant plusieurs semaines à l'extérieur du palais de justice de la capitale du Bangladesh, Dhaka. Même aujourd'hui, d'autres groupes islamistes extrémistes du Bangladesh pensent que Jamaat est trop violent. Un journaliste du British Independent, Philip Hensher, a écrit que « les manifestations ... sont dirigées par des gens intelligents et progressistes; ils demandent, malgré tout, de toute urgence à ce que la peine de mort soit prononcée contre Mollah et les autres criminels de guerre. »

En Grande-Bretagne, cependant, Jamaat n'est pas troublé par son passé.

La mosquée de Londres-Est et le Forum Islamique de l'Europe sont les deux principaux organisateurs de la Jamaat en Grande-Bretagne. Les deux institutions promeuvent fortement les écrits de Syed Mawdudi, le fondateur du Jamaat l'islamisme, dont le livre Laissez-nous être musulmans, raconte à ses partisans que « le devoir sacré des musulmans ... où que vous soyez, dans n'importe quel pays où vous vivez, vous devez vous efforcer de changer la mauvaise base du gouvernement, et de saisir tous les pouvoirs pour gouverner et légiférer, des mains de ceux qui ne craignent pas Dieu. »

One Bangladeshi Jamaat MP, Delwar Hossain Sayedee, also a war criminal, has regularly appeared at the East London Mosque and has even raised funds there for the Jamaat movement. In November 2010, the War Crimes Tribunal for the Bangladeshi genocide ordered the arrest of Sayedee for his involvement in war crimes in Pirojpur, his home district, where 30,000 people were murdered and their bodies dumped in 12 mass graves. At least 300 women were allegedly tortured and 146 houses were set on fire. The investigators visited Pirojpur and found evidence of murder, rape and genocide "committed by Sayedee."

On February 28th Sayedee was found guilty by the Tribunal and was sentenced to death.

Other speakers at the East London Mosque have included Bilal Philips, named by the US government an unindicted co-conspirator in the 1993 World Trade Center bombing; Hussein Yee, who has claimed the September 11 attacks were a Jewish conspiracy; and the late Al Qaeda recruiter Anwar al-Awlaki, whose last video talk at the mosque in 2009 was advertised with a poster of New York under heavy bombardment.

The Islamic Forum of Europe [IFE] is another Jamaat group that also promotes extremists. Azad Ali, a leading IFE official, was previously filmed by undercover reporters stating, "Democracy, if it means at the expense of not implementing the sharia, no one is going to agree with that." He has called for the destruction of Israel, justified the killing of British troops in Iraq and praised Al Qaeda leader Anwar Al-Awlaki, as well as Osama bin Laden's mentor, Abdullah Azzam.

Ali was previously a civil servant at the British Treasury. In 2010, the current leader of the opposition, Ed Miliband MP, and Harriet Harman MP attended a conference where Ali spoke. The conference, called Progressive London, was organized by the former Mayor of London, Ken Livingstone. Ali was also the chair of the Muslim Safety Forum, another Jamaat front group that worked closely with the British Government, including the Metropolitan Police, the Crown Prosecution Service and the Home Office.

Junaid Ahmed, another IFE official, is the deputy chair and a trustee of London Citizens, a group of "community organizers" which is a key supporter of the East London Mosque. Junaid has described Ahmed Yassin, the founder of the Palestinian terrorist group, Hamas, as a "hero," and has praised the "steadfastness" of Hamas's murderous activities. In spite of this, London Citizens has received support from the Mayor's Fund for London and has even enjoyed partnership with a number of Jewish synagogues for interfaith initiatives.

In 2010, the UK Islamic Mission, yet another fundamentalist group that promotes Jamaat-e-Islami, organized a series of fundraising events across the UK, which prominently featured Qazi Hussain Ahmed, a former president of Jamaat-e-Islami. Ahmed, a strong supporter of Bin Laden, claims that the Jews were responsible for the September 11 attacks. He also has said, "Now is the time that we should be prepared for Jihad. This Jihad will be against oppression … And the jihad in the way of Allah is not terrorism. I salute the girl who killed five American soldiers in a suicide attack in Iraq." The Labour Party's Anas Sarwar MP was happy to speak on the same platform.

But Jamaat representation in the UK goes beyond promoting Jamaat ideology; it also includes wanted war criminals from the 1971 slaughter. In April 2012 the Sunday Telegraph reported that Chowdhury Mueen-Uddin, who was formerly the director of Muslim spiritual care provision in the National Health Service, a trustee of leading British charity Muslim Aid and a founding figure of the Muslim Council of Britain, was to be charged in connection with a series of killings of intellectuals during the 1971 atrocities. Mueen-Uddin was formerly also the vice-chairman of East London Mosque.

A Channel 4 "Dispatches" program has alleged that another leading British Islamist, Abu Sayeed, is another war criminal who fled Bangladesh to live in Britain. Sayeed was previously a "head teacher of a Muslim school and a co-opted member of Tower Hamlets Education Council." The documentary revealed that he was a senior member of the Al-Badr death squad, a Jamaat paramilitary group responsible for the mass murder and rape of Bangladeshi citizens.

While the Jamaat movement is being held to account in Bangladesh, it has established itself as a leading force among British Muslims. For years, leading Members of Parliament have spoken at events organised by Jamaat groups such as the East London Mosque. In the past seven years, the East London Mosque has received around £3 million of public funds. Further, in 2011 it was revealed that the Islamic Forum of Europe was channelling £149,627 to three organisations controlled or heavily influenced by Jamaat – the East London Mosque (£17,561), the Tower Hamlets Council of Mosques (£26,179) and the Osmani Trust (£105,887).

Such support only works to legitimize Jamaat as leaders within the British Muslim community.

British media and politicians have only just started paying proper attention to the current tumult in Bangladesh and the crimes committed by Jamaat-e-Islami. While Bangladeshis demand justice for Jamaat's crimes, the British taxpayers have been supporting Jamaat's work.




source:
http://www.gatestoneinstitute.org/3609/britain-jamaat-islami







Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: INFILTRATION ET INSTRUMENTALISATION DE L'ISLAM PAR LES SATANISTES : LE NAZISLAMISME   Aujourd'hui à 14:16

Revenir en haut Aller en bas
 
INFILTRATION ET INSTRUMENTALISATION DE L'ISLAM PAR LES SATANISTES : LE NAZISLAMISME
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TRANSITION ET ARCHE :: PLAN DE NOS PRÉDATEURS :: Instauration du Nouvel Ordre Mondial-
Sauter vers: