TRANSITION ET ARCHE


 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 CULTIVER LA SPIRULINE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: CULTIVER LA SPIRULINE   Dim 15 Fév 2009 - 16:56

LA SPIRULINE
Article paru dans Energie et santé n°57






Médecin nutrithérapeute en France et directeur des projets d’une organisation non gouvernementale en République Centrafricaine, j’ai pour particularité d’avoir placé la spiruline au premier rang des compléments alimentaires ; pour moi, en effet, et les études officielles le confirment de plus en plus, une supplémentation par des produits chimiques ou naturels extraits d’aliments ou de plantes médicinales n’ont pas l’efficacité d un produit non transformé. Comme je vais l’expliquer plus loin, la spiruline est une micro-algue extraite et conservée naturellement. Sa structure n’est pas modifiée pendant récolte et séchage ; aucun additif ou conservateur ne sont ajoutés dans les boites la conditionnant sous forme de poudre, de comprimé ou de gélule. Sa composition demeure exceptionnelle. J’en prescrits aux femmes enceintes et lors de l’allaitement car elle contient les mêmes éléments que le lait maternel ; nous l’utilisons dans la lutte contre la malnutrition car nul autre aliment ne peut apporter autant de minéraux, vitamines, anti-oxydants et acides gras poly-insaturés. Pour les malades et les bien portants de nos pays riches, un apport régulier en spiruline permet le maintien d’une immunité satisfaisante avec une couverture exceptionnelle en éléments nécessaires à la santé.
Certes, une alimentation bien équilibrée devrait jouer ce rôle. Actuellement, aucune partie du monde ne peut se targuer d’être en mesure de couvrir tous les apports en nutriments que nos organismes réclament. Chez nous, il n’est pas possible de vivre en autarcie ou d’avoir une couverture nutritionnelle correcte avec les produits du commerce. Dans les pays en développement, la sous alimentation augmente chaque année.
Notre micro algue possède presque toutes les vertus de l’aliment idéal ; toutefois, elle ne contient ni vitamine C ni iode ni acide gras de la série des W3, heureusement, ajouterais-je, car il suffirait de la consommer pour survivre : un seul cachet d’origine chimique ou naturelle ne résoudra jamais toutes les misères du monde.
Prescripteur de spiruline depuis 15 ans en France en tant que nutrithérapeute et depuis 10 ans dans le cadre de la malnutrition, j’aimerais faire le point à son sujet.


POURQUOI LA SPIRULINE ?

Depuis une dizaine d’années, certains investisseurs ont compris que les émules de Kousmine ou de Roy Walford anticipaient sur un sombre avenir agroalimentaire aux conséquences médicales pessimistes. Ces prédicateurs consciencieux, efficaces et porteurs d’un message solide ont vite convaincu des médecins clairvoyants et fatigués de pratiquer un art soumis à une industrie dirigée par de puissants lobbies. De nouveaux petits laboratoires fleurissent. Ils mélangent des extraits de plantes, minéraux ou autres organites destinés à combattre le stress oxydatif, la déminéralisation, la baisse des défenses immunitaires et bien d’autres fléaux qui nous assaillent tous les jours ; chacun donne un nom à son nouveau produit qui, va faire dormir, qui va stopper la spasmophilie, qui enraye les défaillances sexuelles, qui résout les problèmes de la ménopause, la constipation. Vous l’avez deviné, le créneau est immense, le puits ne se tarira pas de sitôt. D’autant que la mélatonine, la DHEA et demain bien d’autres, feront la une des journaux à sensation ou spécialisés dans la branche écologique. Mangez des compléments alimentaires pour survivre.
Ils n’ont pas complètement tord et je ne jette pas la pierre à l’idée fondamentale : l’alimentation moderne s’appauvrit de jour en jour et la couverture minérale et vitaminique devient une peau de chagrin que même l’étude SUVIMAX ne peut cacher.
Pourtant, le type de supplémentation dont nous venons de parler ne suffit pas et les dernières études le confirment : prenons pour exemple l’étude du JAMA du 26 juin 2002 conduit par le Rush institute for Healthy aging, Chicago : ce travail concerne la maladie de Alzheimer et parvient à la conclusion suivante : de bons apports alimentaires en vitamine E exercent un effet protecteur contre cette maladie contrairement à une supplémentation en vitamine E. Tout simplement parce que une alimentation riche en vitamine E va présenter à l’organisme des éléments qu’il reconnaît pour les avoir acceptés tout au long de la vie, alors qu’une supplémentation en vitamine E, même si elle est extraite de produits naturels, fait subir à cette vitamine des transformations inconnues de barrière intestinale. Prévenir le vieillissement en faisant ingurgiter de petits sacs (comprimés ou gélules) ou se mélangent pèle mêle vitamines et minéraux dits naturels, de diverses provenances, et réunis pour la bonne cause me paraissent relever de l’utopie.
J’ai toujours recherché, comme beaucoup d’autres, la plante contenant le maximum d’éléments de survie.
La découverte de la spiruline, micro-algue datant de l’origine de la vie sur notre planète (peu importe la date que nous puissions lui allouer) m’a fasciné, pauvre médecin à la dérive que j’étais dans les années 80.


QUE CONTIENT-ELLE ?

Classiquement la spiruline, et je vous expliquerai pourquoi j’emploie cette expression, tout le monde s’accorde à lui octroyer :

Pour 100 grammes :
-60 grammes de protéines végétales : elle contient tous les acides aminés essentiels mais les facteurs limitants (acides aminés en quantité insuffisante pour couvrir tous les besoins à la synthèse d’une protéine) sont la méthionine et la cystine ; son apport en lysine apparaît plus important que celui des céréales mais nettement inférieur à celui des légumes. Il n’en reste pas moins vrai que la spiruline apporte une énorme quantité de protéines en % par rapport à son poids.
-5 grammes de fibres
-10 mg de vitamine E
-3,5 mg de vitamine B1
-4 mg de vitamine B2
-de 0,15 à 0,32 mg de vitamineB12
-1 gramme d’acide gammalinolénique
-0,8 grammes d’acide linoléique
-des pigments :
la phycocyanine : 15 grammes : c’est un important stimulant du système immunitaire qui fait l’objet de recherches actuellement.
la chlorophylle : 1,1 gramme
-des enzymes : la super oxyde dismutase : 100000 à 400000 unités : un des plus puissant anti-oxydants de plus en plus utilisée ans la lutte contre les maladies virales, au premier chef, l’hépatite C.
-ses capacités en minéraux et en vitamines : fer, magnésium, zinc et autres minéraux utiles à l’activité enzymatique sont extrêmement variables, nous le verrons plus loin.
Prenons déjà, à titre d’exemple le cas du B carotène dont la spiruline est de toute façon un des plus grands vecteurs : ce précurseur de la vitamine A se retrouve entre 70 et 180 mg pour 100grammes de spiruline sèche alors que nous avons besoin de 1mg par jour de vitamine A ; un rapide calcul nous apprend qu’un apport de 1 gramme de spiruline suffit à couvrir nos besoins. Premier problème : combien la barrière intestinale retient-elle de provitamine A ( B carotène), et combien de B carotène faut-il pour faire de la vitamine A que l’organisme utilise journellement. Sachant, de plus, qu’une spiruline séchée par chauffage (et quel chauffage ?) voit sa teneur en B carotène baisser du tiers, voire du quart de sa valeur, faut-il préférer un séchage par pulvérisation qui casse les spires de spiruline (quand elle est encore spiralée) ?

Vous comprenez l’intérêt d’un apport journalier en cette cyanobactérie quelque soit votre état de santé.
J’insiste avant tout sur ses apports en vitamine A, Vitamine E, SOD, Phycocyanine et acides gras polyinsaturés (acide gamma-linolénique. Peu d’être vivants consommables sont en mesure d’apporter de tels trésors alimentaires .
La dose moyenne que je préconise, aussi bien pour les enfants malnutris que pour les adultes désireux de protéger leur patrimoine santé reste 5 grammes (comprimés ou poudre). Il faut bien sûr moduler en cas de pathologies ou d’états particuliers : anémie, maladie auto-immune ou dégénérative, grossesse et allaitement, par exemple. Seul, un médecin prescripteur de cette algue saura adapter les doses en fonction des besoins.


D’OU PROVIENT-ELLE ?

Historique :
En gros, cette cyanobactérie, ou cyanophycée remonte à la nuit des temps, ou plus exactement à l’origine de la vie sur la terre lorsque l’oxygène est arrivée. Peu importe que nous puissions dire, d’après les fossiles, qu’elle date de 500 millions ou de trois milliards d’années. L’essentiel consiste à expliquer qu’il s’agit d’une algue, de forme hélicoïdale, ou spiralée, je le souligne, nous verrons plus loin pourquoi. En fait, comme algue, elle se pose là, car si vous regardez un bassin de culture de spiruline, il apparaît bien vert-bleu, mais si vous trempez votre main à l’intérieur, elle ne retient qu’une eau très douce et colorée. La spiruline est une micro-algue. Elle produit de la chlorophylle : c’est bien un végétal. Pourtant, elle n’a pas de membrane cellulosique, c’est donc un animal ; elle est toutefois procaryote (ses cellules ne possèdent pas de noyau) c’est plutôt une bactérie. Voilà pourquoi elle se prénomme cyanophycée ou cyanobactérie : en fait, nous ne savons pas trop où la classer. Cyano-, préfixe faisant prévaloir cet étrange pigment bleu sombre encore méconnu dont la spiruline est truffée : la phycocyanine.

La spiruline sauvage :
La spiruline a été retrouvée dans des lacs contenant du natron (bicarbonate naturel dans un milieu aqueux où le pH se situe entre 9 et 11) et situés dans des régions propices où la température se maintient entre 25 et 40°.
Si tout le monde s’accorde à dire qu’il existe une espèce commune au départ, trois espèces principales sont décrites :
-Spirulina Platensis, la plus répandue : Afrique, Amérique du sud et du nord, mais encore Europe.
-Spirulina Maxima ( Geitleri) : Mexique.
-Spirulina Jijibai, en Inde.

Je ne peux m’étendre ici sur la légende de la spiruline avec d’une part les Aztèques et cette fameuse histoire : l’empereur Moctézuma vivant à trois cent kilomètres du golf du Mexique désirait se nourrir de poisson. Il dépêchait des coureurs se relayant pour rapporter du poisson ; On dit qu’ils se nourrissaient de spiruline pour réussir leur mission. C’est pour moi l’occasion d’ajouter, une fois de plus, que le poisson séché accompagnait la spiruline dans l’alimentation de ces fidèles serviteurs, couvrant ainsi tous leurs besoins. Voici l’occasion de saluer l’heureux mariage entre les acides gras poly-insaturés des poissons (W3) et de la spiruline (W6)
Parallèlement, en Afrique, les Kanembous, au Tchad, ajoutaient (et continuent de le faire) le dihé dans la sauce pour agrémenter la boule de mil. Un excellent reportage de Fr3 nous a montré cette récolte au Tchad, au travers d’une mission d’Olivier Barbaroux, chercheur à Ifremer passionné par notre micro-algue.
Voilà Athrospira platensis, variété Lonar (du nom d’un lac situé en Inde) et puis la variété Paracas, découverte au Pérou. Là, nous rentrons dans un gentil monde analogue à celui des entomologistes ou des trouveurs se font une fête chaque fois qu’ils découvrent un nouveau site abritant une nouvelle souche. Ces découvertes deviennent dangereuses à partir du moment où ces variétés vont faire l’objet de prélèvements destinés à ensemencer des bassins dans d’autres régions de la planète. Je pense, et d’autres avec moi, qu’il faut rester très prudents et respectueux de l’environnement pour affirmer qu’une spiruline qui a lutté pour survivre dans un coin de l’Inde n’aura pas la même rage de vivre dans un bassin d’afrique. Que dire de la Paracas venant du Pérou et diffusée actuellement dans toutes les régions du globe car elle apparaît très docile.


POURQUOI LA CULTIVER DANS DES BASSINS ?

La spiruline a été retrouvée en de nombreux endroits du monde mais son intérêt dans de multiples indications nutritionnelles et médicales incite à une production régulière et répondant aux demandes du marché qui croit d’année en année. L’exploitation dans des lacs a de nombreux inconvénients . Voici les principaux :
-le site à préserver se situe rarement dans une zone exploitable spontanément : tailler une route, construire un lieu d’extraction et de séchage ne peut que nuire à l’environnement.
-la spiruline sauvage pousse au milieu d’autres algues analogues qui peuvent être toxiques (oscillatoria, d’autant que certaines ressemblent à des formes droites de spiruline). Le milieu peut également être pathogène. Certains veulent nier ce phénomène mais une production croissante dans des lacs abritant cette algue aboutirait tôt ou tard à des infestations et intoxications.
-’écosystème serait forcément perturbé car la récolte journalière de spiruline aboutirait à un bouleversement du milieu et envahissement par d’autres formes animales ou végétales.

Il faut se résoudre à construire des bassins plus ou moins durables, selon qu’on travaille en milieu familial, artisanal ou industriel. Cela va donc de la bâche noire en PVC tendue sur piquets de bois au bassin en béton . Le milieu doit être dynamisé : balais activés régulièrement par des bras musclés en artisanal dans les pays en développement ou roues à aube dans les unités de production industrielle.
Un bassin nécessite un apport d’eau vive et des intrants. Voilà un des nœuds du problème :
Quels sont ces intrants ? Certains mettent sur l’étiquette : « produit de façon écologique. Qu’est ce que cela signifie ? Certes, la spiruline, pour l’instant, n’attrape pas de maladie et aucun traitement n’est ajouté durant la culture. Par contre, peut-on dire qu’elle peut être obtenue sans apport chimique ? Certainement non ; toute culture de spiruline demande un apport d’azote, de minéraux, de bicarbonate, de fer et de sodium. Il faut de la lumière et de la chaleur. A partir de là, tout est possible ; l’idéal serait de travailler avec du natron recueilli dans des lacs alcalins ; son obtention est difficile et il n’est pas pur spontanément. Pour l’azote, pourquoi pas de l’urée ou du nitrate naturel (le nitrate du Chili par exemple. Tout cela n’est pas évident et les formules utilisées sont légions, chaque producteur y mettant son secret.
Il va de soi que tout ceci n’aura pas d’importance tant que la transparence sera totale. Le coté écologique de la production réside en l’absence totale de pesticides ou d’additifs. Le séchage se fait de plusieurs manières : ventilation, séchage solaire, chaleur ou, dans les fermes commerciales le séchage par atomisation. Un apport de CO2 augmente la production mais son utilisation en humanitaire reste difficile du fait des difficultés d'approvisionnement.


QUEL EST SON INTÉRÊT ?

Actuellement, personne n’a pu entreprendre d’étude officielle ni dans le cadre de la malnutrition ni dans les maladies ou certaines carences sont au premier rang :

-pour les pays en développement, la prise de spiruline a un intérêt majeur puisqu’elle contient bien des éléments que les nutritionnistes recherchent dans leur combat contre les maladies protéino-énergétiques
-nous savons que la vitamine A joue un rôle dans la vision : la perte de la vision crépusculaire (héméralopie) est un des premiers signes de carence en vitamine A. C’est aussi un puissant anti-oxydant ; elle intervient dans la différenciation cellulaire (embryogenèse, croissance, renouvellement tissulaire) ; elle voue un rôle majeur dans l’immunité.
-la vitamine B12 est particulièrement intéressante pour les malnutris ; sa carence entraîne une forme particulière d’anémie.
-l’acide gamma linolénique : a été peu évoquée jusque là mais les derniers travaux soulignent son intérêt : participation à la forme et la structure de la membrane cellulaire, en particulier de la rétine, du cerveau et des cellules nerveuses : il joue aussi un rôle dans les transports, les échanges, les activités enzymatiques et les mécanismes électrophysiologiques au sein des membranes cellulaires. Il intervient dans la synthèse des prostaglandines, modulatrices de diverses actions hormonales. Les acides gras poly-insaturés jouent un rôle majeur dans le métabolisme du cholestérol.
-la SOD : Depuis quelques années, la responsabilité de l’oxydation cellulaire dans les maladies dégénératives et le vieillissement est reconnue sous le nom de stress oxydatif. La production de radicaux libres doit être contrecarrée par un système de défense efficace ; un des principaux dispositifs fait appel aux super oxydes dismutases ; d’autres cofacteurs entrent en jeu, dont la vitamine E, le Zinc, le sélénium.. autant d’éléments présents dans la spiruline. La SOD reste un espoir dans la thérapeutique des hépatites C et notre micro-algue en est un grand pourvoyeur. N’est-il pas plus simple de prescrire quelques grammes journaliers de spiruline plutôt que différents cachets de produit de synthèse contenant SOD, vitamine E, zinc et sélénium ?
-le fer : tout le monde connaît l’importance du fer dans la constitution des globules rouges ; la perte ou l’insuffisance d’apport en fer entraîne inéluctablement une anémie. Rappelons que nous le retrouvons en grande quantité dans la spiruline mais notre organisme n’en captera que 5% ! ce n’est pas une caractéristique de la spiruline. Il en est de même pour les épinards et les œufs.
-le magnésium est à la base de toute réaction chimique dans l’organisme et des principales fonctions physiologiques. Il est très souvent prescrit dans l’instabilité neurovégétative et la spasmophilie.
-soulignons encore l’importance de la phycocyanine.

Vous comprenez l’intérêt de la prise quotidienne de spiruline en prévention de nombreuses maladies puisqu’elle contient de multiples éléments indispensables au bon fonctionnement de notre organisme et agissant en synergie.
Lutte contre le vieillissement, malnutrition, maladies dégénératives, maladies chroniques évolutives, le maintien d’un bon fonctionnement immunitaire, la grossesse, l’allaitement, les allergies bénéficient d’un apport journalier de spiruline.
La prévention demande un apport de 2 à 5 grammes par jour ; dans le cadre de la malnutrition chez les enfants, nous préconisons 5 grammes par jour. Lors de maladie virale en cours ou en convalescence, 10 à 15 grammes sont utiles sur des périodes de 1 à 6 mois.
Je souligne une fois de plus que ce n’est pas un produit miracle mais un complément alimentaire efficace, naturel et dénué de risque si les doses ci dessus recommandées sont prescrites.


QUELLE SPIRULINE ?

Spiruline de Cuba, du Costa Rica, de Californie, de Hawaii, de Chine, d’Equateur de Cote d’ivoire, de Centrafrique de Bretagneou encore la spiruline du sud de la France, et j’en passe !
A lire les notices, tout semble pour le mieux ; si nous nous en tenons au cahier des charges, nous n’y trouverons ni parasite, ni germe pathogène, ni mycobactérie. Pour le reste, j’aimerais que tout soit connu de la culture à la conservation en passant par le mode de séchage. De même les prix varient dans une incroyable fourchette et nous aimerions en connaître les raisons. Si la traçabilité (je regrette ce mot à la mode mais hélas nécessaire) était totalement respectée, peut-être pourrions nous accepter les lois du marché en envisageant que telle spiruline spiralée est moins productive qu’une spiruline droite, donc plus chère. Une algue conçue pour lutter contre la malnutrition ne répond pas aux même critères qu’une algue récoltée pour répondre à des exigences plus particulières, m’a-t’on souvent dit. Je n’en crois rien et je passe au paragraphe suivant qui nous éclairera à ce sujet.

Les risques de dérive :
Formes droites, formes hélicoïdales :
La spiruline récoltée dans la nature se présente sous forme de spire, d’hélice ; toutes les publicités la présentent sous cette forme. Pourtant, tout récoltant, tout participant à ce microcosme des fans de spiruline sait qu’en majorité, en culture, il s’agit de formes droites ; Pour les uns cela n’a pas d’importance, puisque sa composition reste la même ; pour les autres, c’est un phénomène choquant ; Lorsque nos « fermiers » africains récoltent leur algue devenue droite ils n’obtiennent pas une boule compacte facile à manier et à sécher mais une purée très difficile à récolter; Est ce la seule conséquence ? Je ne le crois pas car une algue spontanément spiralée qui devient droite modifie sa structure profonde, ce n’est pas anodin.
Pourquoi devient-elle droite ? diverses hypothèses sont avancées : la plus connue dit que notre cyanophycée en bassin n’a plus besoin de s’adapter aux modifications climatiques ; elle n’a plus besoin de procéder à des réglage par rapport à la photosynthèse et devient droite ; pour d’autres, il s’agirait plutôt d’une forme de dégénérescence d’une algue trop poussée et engraissée par des intrants en grande quantité.
Le souhait de tous les amateurs de spiruline demeure la reconnaissance de ses vertus par le monde scientifique ; les producteurs doivent se préparer à une forte croissance de production. Comment faire pour répondre à la demande, sinon pousser les cultures ; la spiruline est exposée aux même risques que le blé ou le coton si un marché mondial conséquent se met en place. Je m’inquiète alors des conséquences évidentes : une spiruline plus « riche », plus grosse, plus gonflée d’eau avec apparition de mutations et de maladies. Le modèle soja et colza devraient servir de leçon.
Il ne faut pas éparpiller les différentes souches aux quatre coins de la planète sous prétexte qu’elles sont plus efficaces et productives. Respectons l’écosystème. Nous avons l’exemple de dérapages concernant l’implantation d’animaux ou d’insectes hors de leur territoire à partir de louables raisonnements, ne tombons pas à notre tour dans ce piège.
Pour note part, nous avons réensemencé nos bassins de Bangui en spiruline provenant du lac Tchad (le Tchad est le pays limitrophe de la Centrafrique situé au nord).La souche nous a été offerte par Olivier Barbaroux qui avait effectué une mission sur place.

Que dire alors des nouvelles spirulines induites ?
Dernièrement, un laboratoire a cru bon de proposer des spirulines enrichies ciblant des pathologies déterminées : spiruline enrichies en fer dans les anémies ferriprives, en magnésium chez les spasmophiles, en calcium, en.. tout ce que vous voulez puisqu’il est possible de transformer notre pauvre cyanophycée en éponge. Les malnutris veulent du zinc, pas de problème, il suffit d’enrichir le milieu. Voilà le médicament naturel sur le marché face aux produits de synthèse. J’ai bien vu des bouteilles de lait en magasin de produits naturels ayant pour mention « lait enrichi en vitamines et en calcium » ou du lait bio enrichi en W3 !A quand la spiruline transgénique : elle est si rustique que sa transformation génétique apparaît inéluctable.

Et la spiruline bio ?
Difficile à concevoir dans des bassins où le milieu se nourrit des apports journaliers. Pour l’instant, imaginons un natron pur, de l’urée et du sel marin nourrissant une spiruline rustique et spiralée. Respectons la qualité, même si c’est au détriment de la productivité. Nous y travaillons en tous cas mais seul un travail collectif aboutira à combler cet espoir.

Nos espoirs :
Un jour, les décideurs médicaux se rendront compte que l’introduction permanente de produits de synthèse n’apportent pas les effets escomptés et que l’assimilation de produits naturels est plus durable et moins toxique. Je ne rêve pas et les évènements récents concernant l’alimentation me donnent raison. Mes conférences d’il y a 20 ans comme celles de quelques médecins concevant la nourriture reste le meilleur médicament (conception Hippocratique)faisaient sourire ceux qui, aujourd’hui, se targuent d’être les pionniers en nutrition. Certes, leurs conseils n’ont pas encore la finesse attendue mais laissons les terminer leur période rodage. Ils hésitent encore entre les pilules contre le cholestérol et le « régime », prônant parfois les deux.
Pour réussir et convaincre, nous devons publier des résultats dans des revues scientifiques officielles. Pour cela, d’importants capitaux sont nécessaires, ce qui manque cruellement aux petites ONG et aux indépendants non soutenus par de gros laboratoires. Pourtant, se mettent en place des études mieux construites. Personnellement, j’en ai induit deux qui n’ont pas été publiables pour de nombreuses raisons mais qui servent maintenant à ceux qui recommencent. Nous préparons deux études importantes concernant des enfants malnutris, l’une au Mali, l’autre en RCA. Nous ne sommes heureusement pas les seuls. Ainsi, progressivement, au bout de plusieurs années d’acharnement, nous aurons démontré l’intérêt de la spiruline dans la malnutrition. Si d’autres pathologies font l’objet de travaux analogues, notre acharnement aura porté ses fruits.
Du côté des industriels, des travaux centrée sur la qualité et un effort commun de toutes les entreprises fabriquant de la spiruline pour opérer à ciel ouvert permettront une meilleure crédibilité. Attention aux modes de séchage et de conservation : irradiation, micro-onde..
Comme tous les paysans, le cultivateur de spiruline (aquaculteur) a sa « patte », sa manière, mais il doit respecter non seulement un cahier des charges mais aussi une éthique.

Et si un jour, la spiruline accédait à la place de complément alimentaire de base ?
L’alimentation journalière, malgré les efforts entrepris par des gens épris d’écologie et de qualité, n’a pas toujours de quoi respecter les ANC (apports nutritionnels conseillés). Le travailleur se nourrit à proximité de son lieu de travail et les carences s’installent, d’autant que la vie stressante les majorent. Une supplémentation est devenue inéluctable. C’est ainsi que la méthode américaine nous a contaminé. Dans les pharmacies, parapharmacies et magasins spécialisés fleurissent des gélules, capsules et comprimés richement conditionnés et porteurs d’espoir. Leur composition s’adapte à différents cas de figure. Voilà pourquoi certains tentent d’ouvrir un marché de spiruline induite.
La spiruline ne contient ni acide gras de type W3 ni vitamine C, c’est pourquoi nous conseillons l’association spiruline, poisson et acerola (si cette dernière reste naturelle, non irradiée et sans saccharose ajouté). La spiruline, à raison de 5 grammes par jour, le poisson (de type maquereau ou sardine) trois fois par semaine et l’acérola (s’il n’est pas possible de se procurer trois fruits de qualité par jour).


CONCLUSION :

L’agronomie prend en compte tous les animaux et les végétaux comestibles pour l’homme.
La spiruline, micro-algue spiralée, en fait partie. Elle est donc soumise aux même lois de la nature que le reste. Un chercheur de cyanophycée découvrant une nouvelle souche dans un coin reculé de la planète peut s’enorgueillir d’avoir rempli sa mission. Quant à la décision de sa mise en culture en d’autres sites de la planète, de la maîtrise de sa culture et de son implantation géographique, elle ne peut relever que de collèges regroupant chercheurs, aquaculteurs, fondamentalistes, et médecins. Cela aboutira à une progression synergique et émulatrice en préservant une éthique salvatrice (l’éthique, pour Jean Bernard, a pour motif l’examen des relations existant entre l’âme et l’environnement). La maîtrise d’une culture naturelle doit être confiée aux gens de terrain : les paysans. Les leçons que nous devons tirer d’expériences prometteuses ayant tourné à des catastrophes écologiques sont légions. Pour une vache, pour du maïs ou pour une micro-algue, le problème demeure.
Lorsque les hommes de l’art auront compris la nécessité d’introduire des compléments alimentaires aussi élaborés dans notre alimentation à des fins de santé publique, nous pourrons alors leur présenter une spiruline dans sa conception structurelle originelle, d’autant plus efficace qu’elle n’aura pas été transformée.

les dix commandements destinés au professionnel et à l’amateur éclairé de spiruline :

-le milieu de culture ne forceras
-la forme hélicoïdale respecteras
-la situation géographique protégeras
-la transparence de la traçabilité élaboreras
-un séchage harmonieux conserveras
-à une hygiène irréprochable pendant la récolte t’astreindras





source:
fleur 3 http://www.pommesetsens.net/pages/pg_annonces.html


Dernière édition par invitée le Jeu 25 Fév 2010 - 11:44, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: CULTIVER LA SPIRULINE   Dim 15 Fév 2009 - 16:58

QUELQUES VIDÉOS SUR LA SPIRULINE ET SA CULTURE




LA SPIRULINE PAR LE DOCTEUR VIDALO sur Europe1 :





CULTURE ARTISANALE DE SPIRULINE :





CULTURE FAMILIALE DE LA SPIRULINE :





LA SPIRULINE AU BURKINA-FASO :





LA SPIRULINE ARTE Mai 2005 love :



Dernière édition par invitée le Ven 20 Nov 2009 - 19:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: CULTIVER LA SPIRULINE   Ven 19 Juin 2009 - 17:54

Ai acheté 3kg de spiruline à Auroville pour 26€ x 3 + 40€ de port en express, soit 119€ les 3 kilos


fleur 3 http://www.auroville.com/food-spirulina-c-56_125.html




Dernière édition par invitée le Lun 7 Mar 2011 - 6:22, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: CULTIVER LA SPIRULINE   Mer 8 Juil 2009 - 8:57

au cas où je ne l' aurais pas déjà dit, ATTENTION AVEC LES CHEMTRAILS si vous désirez cultiver de la spiruline !!!
la spiruline est un chélateur, notament des métaux lourds; celà signifie qu'elle capte les substances qui circulent dans son environnement
c'est super pour éliminer les métaux lourds (aluminium, mercure,...) de l' organisme; mais c'est un réel problème si elle retient les toxiques contenus dans les chemtrails lors de leurs épandages

l'idéal serait de protéger votre culture par un matériau laissant passer les UV (indispensable pour la formation de la chlorophylle).


Revenir en haut Aller en bas
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: CULTIVER LA SPIRULINE   Jeu 24 Juin 2010 - 3:58

Ben elle a drôlement augmenté, la spiruline, sur fleur 3 http://www.auroville.com/food-spirulina-c-56_125.html
Elle est passée de 26€ à 40€ le kilo; je sais bien que l' euro a chuté, mais quand même...

Avec les frais de port, on arrive à 50€ le kilo par 3 kilos.



Sinon, il y a :

fleur 3 http://www.biogelules.com/SPIRULINE_POUDRE.htm (70€ le kilo + 5,90€ de port)

Mais je ne sais pas si c'est de la "bonne" spiruline ou de la spiruline sèchée à haute température dont une grande partie des nutriments ont été détruits.

Celle d' Auroville est OK.




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: CULTIVER LA SPIRULINE   Aujourd'hui à 6:28

Revenir en haut Aller en bas
 
CULTIVER LA SPIRULINE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TRANSITION ET ARCHE :: ARCHE DE NOÉ :: Alimentation-
Sauter vers: