TRANSITION ET ARCHE


 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 LES CHATS D'HEMERA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
invitée



Localisation : Tarn

MessageSujet: LES CHATS D'HEMERA   Ven 26 Juil 2013 - 20:50






Elle se nomme Lisa.

En 1988, elle crée l'Association Héméra, « une association de protection animale qui se préoccupe plus particulièrement du sort des nombreux chats abandonnés qui errent dans nos villes comme dans nos campagnes en essayant de survivre par leurs propres moyens, à la merci de la cruauté humaine qui ne leur fait pas de cadeaux...

Les chats se reproduisent facilement et, malheureusement, leurs conditions de vie difficile n'empêchent pas les chattes errantes de mettre-bas chaque année de nombreux chatons candidats au malheur qui, pour la plupart, ont une espérance de vie très réduite, voir quasi nulle. Les plus "chanceux" survivront loin de tout contact humain et produiront à leur tour des petits sauvageons et ainsi de suite...





Malades, affamés, ils errent la nuit à la recherche d'un peu de nourriture, d'une poubelle, d'une flaque d'eau... pour finir écrasés par une voiture, tués par un chien, torturés par un humain ou agonisant seuls durant plusieurs jours, à l'abri des regards, de la fin d'une cruelle maladie mortelle.
»

C'est ainsi qu'elle a recueilli environ 300 chats, qui vivent actuellement en liberté dans sa propriété, où vivent également 7 chevaux "retraités".

Mais voilà, Lisa est atteinte de fibromyalgie et a de plus en plus de mal à s'occuper de ses pensionnaires, que ce soit financièrement ou physiquement:

« Lorsque j'ai créé l'association Héméra, j'étais, par ailleurs, plus ou moins proche du dépôt de bilan de mon élevage de chevaux, et pas du tout dans l'idée de faire de ma ferme un refuge félin.

Concernant les chats, je m'étais lancée dans la gestion du patrimoine sauvage félin de mon village, avec pour but principal les stérilisations et relâcher sur le terrain. Concernant mes chevaux, il n'était pas question pour moi de les vendre au rabais à n'importe qui ou pire à un marchand de chevaux... J'avais acheté cette ferme avec 21 hectares au prix d'un lourd endettement et je souhaitais que mes chevaux puissent y finir leur vie. Je ne savais pas comment, financièrement parlant, n'ayant pas de revenus et juste le RMI pour passer ce cap, mais je prévoyais de trouver une nouvelle activité lucrative (un boulot quoi!). J'aurais pu vendre ma ferme qui représentait un capital non négligeable, vivre un peu pour moi... me reposer après plus de 20 ans sans vacances (pas même de W.E.) et voir venir...

Et bien non, toujours les animaux d'abord... Impossible de vendre la ferme à cause des chevaux...

Ayant créé Héméra, je me suis dit que toutes ces terres, ces boxes vides, ce serait parfait pour en faire une maison de retraite pour équidés. Dans le même temps, la nécessité de soustraire des chats errants à leur milieu dangereux se faisait de plus en plus souvent ressentir... J'ai donc, tout naturellement, décidé de mettre ma ferme et mes terres à la disposition des animaux, à commencer par ceux qui y habitaient déjà: une douzaine de chevaux au chômage et une cinquantaine de chats récupérés. C'est ainsi que le refuge d'Héméra est né, de fait.

L'Association Héméra profitait de mes installations, gratuitement, bien sûr, et en échange, assurait la retraite de mes vieux chevaux, auxquels devaient s'ajouter, petit à petit, d'autres équidés en détresse... Quant aux chats, leur nombre augmentait au fur et à mesure des sauvetages... Tout était bien parti pour faire de belles actions de protection des chats et des équidés.

Toutefois, si l'association Héméra possède un bureau en règle, fait bien sérieusement chaque année son A.G... etc..., elle ne possède qu'un seul bénévole sur le terrain pour tout faire: moi !!!

Cela a duré un temps, le temps que je finisse de m'épuiser dans cette machine infernale qui consiste à capturer des chats la nuit, au lieu de dormir, et à faire tout le reste la journée...

Cela a duré jusqu'à ce que la fibromyalgie me coupe brusquement l'herbe sous les pieds... Du jour au lendemain, je me suis retrouvée comme une petite vieille de 90 ans, faible comme un nouveau-né... quasi invalide, quoi ! Et toujours personne pour aider à faire tourner la boutique...

Donc, pour en revenir à nos chevaux, impossible toute seule et dans mon état de développer la maison de retraite... De plus, entretenir des chevaux, ça coûte quand même un peu d'argent... bien qu'on ne s'en rende pas vraiment compte au début quand on a les installations et que les chevaux sont encore jeunes... Puis, il faut se rendre à l'évidence: les prairies doivent être refaites, les chevaux vieillissent, perdent des dents et ont des difficultés à manger, il faut leur acheter de plus en plus de granulés... etc

J'ai bien lancé quelques appels à l'aide auprès des Fondations, mais qui n'ont jamais été vraiment pris au sérieux... probablement a-t-on pensé que je devais essayer de profiter du système pour entretenir mes chevaux... oui voilà: ce sont VOS chevaux, m'a t-on dit... plusieurs fois... J'ai eu beau essayer d'expliquer le contexte, on ne m'a jamais dit, par contre: ah! vous prêtez VOS terres à Héméra, c'est bien! Et aucune fondation ne m'a soutenue vraiment pour l'entretien de MES chevaux, malgré le fait que, preuves à l'appui, j'avais, par le passé, déjà sauvé 3 chevaux qui n'avaient rien à voir avec mon élevage.

Héméra est installée sur MA propriété, mais elle est dans l'incapacité financière d'assumer l'entretien des chevaux... Personnellement, je ne peux pas non plus: la fibromyalgie n'étant pas reconnue par la sécu comme une maladie handicapante, mon dossier a été refusé récemment et je survis à grand peine avec mes 425 € de RSA, passant aux yeux de tous pour une fainéante...

L'hiver dernier, il a fallu trouver 400 € par mois pour acheter des granulés, et les prairies âgées de plus de 10 ans sont couvertes de chardons et autres saletés et doivent être refaites... J'ai commencé à faire refaire quelques hectares avec de l'argent emprunté, mais je ne peux pas continuer dans ces conditions...

Quelle décision vais-je devoir prendre, après avoir pris celle de fermer les entrées des chats au refuge ? Mes chevaux sont très vieux - 30 ans en moyenne - ils sont nés ici et n'en sont jamais sortis pour la plupart. Certains souffrent d'arthrose et devraient prendre un traitement très onéreux. Il n'est pas question de les embarquer dans un camion (ce qu'ils n'ont jamais fait, pour la plupart) pour leur faire rejoindre un troupeau en plein air au nom d'une autre asso comme on me l'a proposé pour 5 d'entre eux, il y a quelques années de ça... Asso qui a dû déménager un peu plus tard parce que les terres ne lui appartenaient pas... etc... etc... des solutions toujours bancales et stressantes pour les animaux. Je ne veux pas que mes chevaux finissent leur vie malheureux, déracinés, stressés... Ils ont bien vécu, longtemps, ils ont toujours été heureux... et jamais exploités... mais je n'ai plus de solution... et je ne peux pas les laisser souffrir de la faim ou de manque de soins...

L'hiver prochain, je ne pourrai pas acheter de granulés, je n'ai plus aucunes "économies". Il ont besoin de voir un dentiste, plusieurs ont des surdents, mais je n'ai aucune aide pour eux.

La fondation 30 Millions d'Amis, qui nous aide beaucoup pour les chats, ne reconnait pas mes chevaux, en ce sens qu'il ne s'agit pas d'un refuge d'équidés officiel. On ne peut pas les critiquer, ils font déjà tellement! La fondation Brigitte Bardot s'est très vite désintéressée du cas après une petite aide ponctuelle, il y a une dizaine d'années de cela. Je ne sais plus trop que faire, et j'en ai un peu assez aussi d'entendre des leçons de morale émanant de gens assis derrière leur bureau alors que je suis moi tous les jours sur le terrain. Il est clair que je ne demanderai plus rien aux fondations pour nos chevaux.

J'avoue ne pas savoir que faire pour continuer à les entretenir. Il faudrait que chaque cheval ait un parrain ou une marraine qui subvienne financièrement à ses besoins, lesquels doivent couvrir la réfection des prairies et l'achat de granulés en hiver et au plus fort de l'été quand il n'y a plus d'herbe, et je ne compte pas l'eau... etc... Il paraît peu probable de pouvoir trouver des donateurs prêts à couvrir les charges d'un cheval, soit environ 100 € par mois si je compte tout (achat de granulés, de foin, de paille, payer quelqu'un pour sortir le fumier pendant l'hiver, l'assurance RC, les clôtures pourries qui sont à refaire, la taxe foncière sur les prés, le maréchal-ferrant, le dentiste, les médicaments... et je dois en oublier! Et ça doit même dépasser les 100 €!)
»

Lisa est passionnée d'iris et elle vend une partie de sa production pour pouvoir continuer à financer les frais d'entretien de tous les animaux recueillis par son association. Mais elle est peu connue et ça ne se passe pas comme elle le souhaitait:

« J'espérais que la vente de mes iris progresserait plus que cela, mais cette année ne semble pas tenir ses promesses... Très peu de contacts ont pris la peine de diffuser, peu, ou probablement personne, n'a recherché ne serait-ce qu'un voisin ou ami pour faire un achat...
À la fin de l'automne, quand il n'y aura plus d'herbe, je devrai probablement prendre quelques décisions très douloureuses... à moins qu'un miracle n'ait lieu d'ici là! Mais ça, j'ai fini d'y croire...
»


kiss !  http://leschatsdhemera.blogspot.fr





Alors, voilà: ce miracle auquel elle ne croit plus, vous pouvez le matérialiser. Soit en lui achetant des iris, soit en lui envoyant des sous pour ses animaux, soit en diffusant l'adresse de son blog et/ou sa liste d'iris à vendre, soit, si vous êtes passionnés de chevaux et dans une situation aisée financièrement, en parrainant l'un de ses pensionnaires, soit en la contactant pour lui proposer de venir lui donner un coup de main bénévolement pour l'entretien de sa propriété ou autre.



Jusqu'à présent, je n'avais demandé de l'aide matérielle que pour soutenir Don Bradley qui se trouve dans de très grosses difficultés financières depuis des années et des années avec ses quatre fils à élever, à cause son engagement total contre les réseaux occultes.

Mais la détresse de cette femme m'a touchée, son abnégation pour la cause animale aussi. Et j'ai eu envie de vous en parler.

Alors, si vous pouvez faire quelque chose pour l'aider, de quelque manière que ce soit, ça serait merveilleux pour elle et ses pensionnaires.



Merci. love 





Pour le parrainage des chevaux:
coeur  http://leschatsdhemera.blogspot.fr/p/les-chevaux-d-hemera.html


Pour les achats d'iris:
coeur  http://leschatsdhemera.blogspot.fr/p/blog-page_13.html
Beaucoup ne sont plus disponibles, mais il en reste encore, et vous pouvez garder cette page de côté - et/ou la diffuser - pour pouvoir en commander l'année prochaine dès avril-mai, afin d'avoir davantage de choix parmi tous ces iris magnifiques.


Pour la contacter afin de lui proposer vos bras:
Association HEMERA
La Linge Basse
81700 PUYLAURENS

lisablog@orange.fr


Revenir en haut Aller en bas
 
LES CHATS D'HEMERA
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TRANSITION ET ARCHE :: DIVERS :: Actions :: Solidarité-
Sauter vers: